Wrong

Quentin Dupieux a de la suite dans les idées : après Steak et Rubber, Wrong poursuit son exploration d’un univers absurde dont il invente, avec le plus grand sérieux, les règles délirantes, tout en creusant une vraie vision du monde moderne. Et s’il était un de nos meilleurs cinéastes ? Christophe Chabert

Au début de Wrong, il y a un camion qui brûle et un pompier qui défèque au milieu de la chaussée. Une scène plus loin, un réveil passe de 6h59 à 6h60. Plus loin encore, un palmier se transforme en sapin. Et, entre autres situations défiant la logique, un jardinier revient d’entre les morts, il pleut à torrent à l’intérieur d’un bureau mais il fait soleil à l’extérieur… On se souvient qu’au début de Rubber, le précédent film de Quentin Dupieux, un flic se plantait face caméra pour expliquer que le cinéma était truffé de «no reason», ces moments où le spectateur doit mettre de côté la crédibilité des choses et accepter sans se poser de questions de se laisser raconter une histoire improbable. Mise en pratique avec l’odyssée de Robert, un pneu tueur télépathe et amoureux ; mais Rubber était aussi marqué par de fréquents retours à la «réalité» où des spectateurs commentaient l’action avant de mourir empoisonnés.

Wrong n’a pas besoin de cette béquille un peu maladroite et, en cela, marque un pas de géant dans la carrière, courte mais déjà passionnante, de Dupieux : il suit la quête éperdue de Dolph (Jack Plotnick, parfait en dépressif éberlué) à la recherche de son chien disparu, sans aucune forme de distanciation, laissant l’humour absurde se déverser à foison dans son récit.

Chienne de vie !

Wrong est un peu le Buffet froid de Dupieux, le film où il invente des règles complètement folles mais les applique avec le plus grand sérieux. C’est le propre de l’acteur comique, ne jamais rire à l’écran, mais cela marche aussi pour un cinéaste : tout dans Wrong est traité avec la même application, quel que soit le degré d’incongruité de ce qui s’y déroule. Investissant l’espace américain pour mieux s’en abstraire, Dupieux peint un monde qui ressemble à la version monstrueuse et aberrante du nôtre, où l’on continue à aller travailler après son licenciement par simple plaisir et où les gourous new age prônent l’amour fou pour les animaux de compagnie… D’ailleurs, le cinéaste croise en chemin le grand thème du cinéma moderne, d’Antonioni à Wenders en passant par Tati : l’incommunicabilité. Sa version, très iconoclaste, se résume à ce dialogue entre Dolph et son voisin qui, à seulement un trottoir de distance, préfèrent se parler par portables interposés. Après avoir révolutionné les méthodes de tournage avec Rubber (grâce au Canon 5D, dont il est un véritable maître), Dupieux prouve qu’il a bien l’intention de révolutionner le cinéma tout entier. Il est assez dingue pour y arriver.

Wrong
De Quentin Dupieux (Fr, 1h34) avec Jack Plotnick, Eric Judor…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 7 juin 2022 De la normalité, faisons table rase. Mais pour mieux se la coltiner frontalement. Tel pourrait être le mantra du cinéma de Quentin Dupieux, dont Incroyable mais vrai constitue le nouvel avatar. En forme de comédie fantastique, ce memento mori...
Mercredi 19 mai 2021 À force de tourner autour de récits kafkaïens ou de métamorphoses, il était fatal que Quentin Dupieux aboutisse à une histoire d’insecte géant. Réunissant un aréopage de comédiens de haut vol (dont une Adèle… battante), Mandibules fait à nouveau...
Mardi 8 décembre 2020 À force de tourner autour de récist kafkaïens ou de métamorphoses, il était fatal que Quentin Dupieux aboutisse à une histoire d’insecte géant. Réunissant un aréopage de comédiens de haut vol (dont une Adèle… battante), "Mandibules" fait à nouveau...
Mercredi 19 juin 2019 Revenant de quelques infortunes artistiques, Jean Dujardin se prend une belle veste (au sens propre) taillée sur mesure par Quentin Dupieux en campant un monomaniaque du cuir suédé. Un conte étrange et intrigant totalement à sa place à la Quinzaine...
Mercredi 4 juillet 2018 Si le script de Garde à vue avait eu un enfant avec le scénario de Inception, il aurait sans doute le visage de Au poste !, cauchemar policier qui commence par un concert et s’achève par un éternel recommencement. Du bon Quentin Dupieux avec...
Mardi 3 février 2015 Un caméraman qui veut tourner son premier film d’horreur, un producteur instable, un animateur atteint d’un eczéma imaginaire, une petite fille nommée Réalité… Avec ce film somme et labyrinthique, aussi drôle que fascinant, Quentin Dupieux propulse...
Mardi 18 mars 2014 Avoir une double vie, de nos jours, n’a rien d’extraordinaire. Et si avant on trompait sa femme, c’est surtout la routine que l’on cherche à tromper (...)
Mardi 4 mars 2014 Une sélection 100% française pour ce mois de mars au cinéma, même si, entre Alain Resnais, Quentin Dupieux et le docu engagé de Julie Bertuccelli, il y a quelques abîmes… Christophe Chabert
Mardi 25 mars 2014 Une sélection 100% française pour ce mois de mars au cinéma, même si, entre Alain Resnais, Quentin Dupieux et le docu engagé de Julie Bertuccelli, il y a quelques abîmes… Christophe Chabert
Vendredi 3 janvier 2014 Après une année 2013 orgiaque, 2014 s’annonce à son tour riche en grands auteurs, du maître Miyazaki à une nouvelle aventure excitante de Wes Anderson en passant par les vampires hipsters croqués par Jarmusch et les flics tarés de Quentin Dupieux…...
Mercredi 29 août 2012 De septembre à décembre, le programme de la rentrée cinéma est riche en événements. Grands cinéastes au sommet de leur art, nouveaux noms à suivre, lauréats cannois, blockbusters attendus et peut-être inattendus. Morceaux de choix à...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X