Wrong cops

Wrong Cops
De Quentin Dupieux (Fr, 1h25) avec Mark Burnham, Marilyn Manson...

Avoir une double vie, de nos jours, n’a rien d’extraordinaire. Et si avant on trompait sa femme, c’est surtout la routine que l’on cherche à tromper aujourd’hui. Faire de la musique électronique, poser pour des revues porno gays, trafiquer de la drogue cachée dans des rats crevés, creuser son jardin pour y déterrer un trésor : rien de bien méchant, dans le fond, que ces petits secrets-là. Chez Quentin Dupieux, cependant, ces hobbys sont ceux d’une bande de flics ripoux et dégénérés, dont la bêtise satisfaite va entraîner une cascade de quiproquos graduellement absurdes et tragiques. Duke, le plus tordu de tous, après avoir abattu sans le faire exprès son voisin, harcèle un adolescent en l’obligeant à écouter de la musique pendant qu’il se détend en slip sur son canapé ; Sunshine, pour éviter l’infamie familiale d’une révélation sur ses activités pornographiques, doit céder au chantage de sa collègue Holmes ; quant à De Luca, il laisse s’exprimer pleinement son penchant pour le harcèlement sexuel des femmes à forte poitrine…

Sous le soleil écrasant de Los Angeles et avec ce style désormais reconnaissable, Quentin Dupieux croise les histoires de cette brigade corrompue jusqu’à l’os, non pour en fustiger les mœurs — même s’il y a quelque chose d’authentiquement subversif dans ce défilé de crétins badgés et armés — mais pour pousser à nouveau la logique du «no reason» jusqu’à son stade burlesque terminal. Ici plus que dans son précédent Wrong, on sent que l’écriture se fait quasiment à la manière des surréalistes, comme une machine qui s’emballerait toute seule à partir du moment où on lui a fourni suffisamment de carburant.

Celui de Dupieux, ce sont les acteurs, tous des gueules et des personnalités hors norme, d’Eric Wareheim — le gros libidineux — à Mark Burnham — le mélomane défoncé — en passant par Steve Little, Éric Judor et Marylin Manson, assez dingue en vieil ado efféminé. Si Wrong cops n’est pas forcément le film le plus abouti de son auteur, c’est sans doute le plus accessible et le plus bidonnant, avec un art très maîtrisé du dérapage contrôlé.

Christophe Chabert

Wrong cops
De Quentin Dupieux (Fr-ÉU, 1h25) avec Mark Burnham, Steve Little, Éric Judor…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 7 juin 2022 De la normalité, faisons table rase. Mais pour mieux se la coltiner frontalement. Tel pourrait être le mantra du cinéma de Quentin Dupieux, dont Incroyable mais vrai constitue le nouvel avatar. En forme de comédie fantastique, ce memento mori...
Mercredi 19 mai 2021 À force de tourner autour de récits kafkaïens ou de métamorphoses, il était fatal que Quentin Dupieux aboutisse à une histoire d’insecte géant. Réunissant un aréopage de comédiens de haut vol (dont une Adèle… battante), Mandibules fait à nouveau...
Mardi 8 décembre 2020 À force de tourner autour de récist kafkaïens ou de métamorphoses, il était fatal que Quentin Dupieux aboutisse à une histoire d’insecte géant. Réunissant un aréopage de comédiens de haut vol (dont une Adèle… battante), "Mandibules" fait à nouveau...
Mercredi 19 juin 2019 Revenant de quelques infortunes artistiques, Jean Dujardin se prend une belle veste (au sens propre) taillée sur mesure par Quentin Dupieux en campant un monomaniaque du cuir suédé. Un conte étrange et intrigant totalement à sa place à la Quinzaine...
Mercredi 4 juillet 2018 Si le script de Garde à vue avait eu un enfant avec le scénario de Inception, il aurait sans doute le visage de Au poste !, cauchemar policier qui commence par un concert et s’achève par un éternel recommencement. Du bon Quentin Dupieux avec...
Mardi 3 février 2015 Un caméraman qui veut tourner son premier film d’horreur, un producteur instable, un animateur atteint d’un eczéma imaginaire, une petite fille nommée Réalité… Avec ce film somme et labyrinthique, aussi drôle que fascinant, Quentin Dupieux propulse...
Mardi 4 mars 2014 Une sélection 100% française pour ce mois de mars au cinéma, même si, entre Alain Resnais, Quentin Dupieux et le docu engagé de Julie Bertuccelli, il y a quelques abîmes… Christophe Chabert
Mardi 25 mars 2014 Une sélection 100% française pour ce mois de mars au cinéma, même si, entre Alain Resnais, Quentin Dupieux et le docu engagé de Julie Bertuccelli, il y a quelques abîmes… Christophe Chabert
Vendredi 3 janvier 2014 Après une année 2013 orgiaque, 2014 s’annonce à son tour riche en grands auteurs, du maître Miyazaki à une nouvelle aventure excitante de Wes Anderson en passant par les vampires hipsters croqués par Jarmusch et les flics tarés de Quentin Dupieux…...
Lundi 3 septembre 2012 Quentin Dupieux a de la suite dans les idées : après Steak et Rubber, Wrong poursuit son exploration d’un univers absurde dont il invente, avec le plus grand sérieux, les règles délirantes, tout en creusant une vraie vision du monde moderne. Et s’il...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X