Villa Gillet & Le Petit Bulletin
Immersion dans
L’Atelier des Récits 2022

Bertrand Belin : des hommes qui tombent

Bertrand Belin

Centre culturel Le Sou

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Chanson / Sur "Persona", son dernier album, ce drôle d'oiseau de Belin continue d'élaguer son verbe, de débroussailler le langage, pour faire surgir la poésie contradictoire et empathique d'un monde qui se promet au feu et condamne à la chute des hommes qu'on ne regarde déjà plus.

Énigmatique, cryptique, sec comme un coup de bec, de plus en plus le verbe et donc le chant belinien semblent évoluer vers l'abstraction. On le constate à chacun de ses albums, le Breton Bertrand va toujours plus loin vers ce far west d'épure et de chanson à l'os, son plat de plus en plus traditionnel.

Mais c'est sans doute à force de « parler en fou » (de Bassan), ainsi qu'il le confessait sur un précédent disque, Cap Waller ; à force de jouer la poésie d'un hasard qui n'en est pas vraiment un, d'une contingence et il faut bien le dire, d'une élégance folle, d'une sorte de désinvolture imitant la pose et la pause du dandy-moqueur, qu'il trouve sa manière de solidification, déjoue la question de la profondeur par le superficiel apparent, affronte la réalité comme le pic-vert attaque l'arbre, à coups aussi répétés que millimétrés.

Si un disque de Bertrand Belin symbolise cette approche singulière, c'est sans doute Persona, où le chanteur-guitariste-auteur-compositeur-conteur démontre à quel point ce "parler fou" est le langage de la lucidité, se nourrit d'une logique implacable pour déciller les yeux aveugles en se glissant par les écoutilles.

Grand duc et président

Le terme Persona est multiple. Il référence bien entendu Bergman et ce film où une femme parle pour une autre ; désigne aussi les masques que portaient les acteurs des tragédies antiques, autant de visages et de caractères derrière lesquels se glisser et à travers lesquels parler, et aujourd'hui distingue, dans un élan de cynisme absolu, une typologie marketing d'acheteurs potentiels ou fantasmés, que le marché tient fermement dans son viseur.

C'est tout cela à la fois qu'embrasse Belin le versatile, se glissant, la plupart du temps en métaphores ou en images, dans la peau de persona, pour mieux boire leurs déboires et en recracher la glossolalie navrée autant qu'ironique. Des hommes qui vacillent ou sont déjà tombés : SDF (Sur le cul), réfugiés (De corps et d'esprit), travailleurs pauvres de temps modernes chapliniens aux reflets soudains très jaunes (Camarade, que Belin fait rimer avec "chien"), personnages au bord de la rupture (Les Nuits bleues) ou en chute très libre (sublime Glissé redressé).

Mais dans ce petit théâtre de la désolation où s'annonce « un été de canadair, de ciel embrasé », inéluctable à force de combustion politico-climatique spontanée, l'ubiquiste Belin quitte parfois la subjectivité empruntée à d'autres, pour surplomber son monde tel un oiseau de proie à l'œil rapace, à l'ouïe infaillible (« Je vois tout, j'entends tout » sur Grand duc) et au hululement obsessionnel, pointant « la vérité nue », et « au premier rang, le président », roi tout aussi nu. « Petit à petit l'oiseau fait son bec », constate Belin, et dans une forme qui élague fait remonter le fond à la surface.

Bertrand Belin samedi 22 février à 20h30 au Centre culturel Le Sou de La Talaudière

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 30 novembre 2021 Il y a le conflit, et puis, il y a les conséquences du conflit. Celles que l’on voit : occupation des terres, du ciel, des (...)
Vendredi 29 octobre 2021 C'est un surclassement en carré VIP que nous offre le SyLF. Laurent Fréchuret pilote la mise en scène, Pascal Amoyel la sélection et composition musicales, (...)
Mardi 7 septembre 2021 Les Présidentes, ce sont Erna, Grete et Marie, trois figures de la majorité silencieuse empêtrées dans leurs minables existences de petites-bourgeoises (...)
Mardi 3 septembre 2019 Bertrand Belin est plus que jamais connecté. Connecté et lucide sur le monde qui l'entoure. Même si le style totalement épuré fait vibrer son dernier (...)
Mardi 3 septembre 2019 Eclectique et inventif grâce aux moult croisements ou métissages qui en font une musique résolument vivante, le jazz voit pourtant passer encore quelques (...)
Mardi 18 juin 2019 Une saison riche en réflexions et en émotions se prépare au centre culturel de la Ricamarie. Au travers de ses 20 spectacles, la programmation propose une thématique dominante sur la relation au pouvoir ainsi que des pièces centrées sur des...
Mardi 5 mars 2019 Avec Le Nouveau Monde, Gilles Cailleau et la compagnie Attention Fragile présentent une histoire du début du XXIe siècle. Sauf qu’en fait, il ne sait (...)
Mardi 4 septembre 2018 Dans le cadre de sa résidence artistique Lugares (2018-2019) à la Ricamarie, la plasticienne Sandra Sanseverino présente une nouvelle série de (...)
Lundi 16 octobre 2017 Adaptation visuellement pétaradante du premier roman de Manchette & Bastid, ce pur manifeste cinématographique fascine par son inextinguible obstination à travailler la forme. Une expérience de polar à la fois vintage et contemporaine.
Mercredi 14 décembre 2016 Avec Personal Shopper, Olivier Assayas s’essaie au film fantastique-lol — un truc si improbable qu’il devrait prêter à rire tant il se prend indûment au (...)
Mercredi 30 novembre 2016 Scrooge n’est pas le seul à voir apparaître des fantômes au moment de Noël : les écrans de cinéma, pourtant habitués aux figures spectrales, connaissent en cette fin d’année un surprenant déferlement de films hantés par des défunts ou des esprits....
Lundi 10 octobre 2016 En plein drame des migrants, Les Désorientés met en scène deux personnages abandonnant leur lieu de vie à la suite d’une catastrophe qui a défiguré leur pays. Les (...)
Mardi 1 mars 2016 Dans la sono mondiale, les métissages donnent bien souvent naissance aux musiques les plus subtiles ou les plus complexes, parfois les plus belles. Le (...)
Jeudi 3 mars 2016 30/40 Livingstone met en scène un sacré duo d’acteurs promenant le spectateur aux confins du fantastique et de l’absurde. Sergi Lopez et Jorge Pico, (...)
Jeudi 19 novembre 2015 Peter Strickland met en scène une fable sado-masochiste au féminin comme un rituel répétitif et fétichiste, faisant écho à sa propre cinéphilie mais aussi à son goût pour les récits clos à tous les sens du terme : un exercice fascinant et, presque...
Vendredi 1 octobre 2010 Musique / En vedette américaine mais surtout allemande, le Rhino Jazz accueille cette semaine Nina Hagen, la reine des punks passée par tous les états de la pensée et de la musique. Stéphane Duchêne

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter