Eric Roussel : « Il y a deux personnages chez De Gaulle »

Entretien / Eric Roussel,  écrivain et journaliste, a écrit de nombreux ouvrages et biographies sur des personnages qui ont marqué l'histoire française contemporaine. Parmi ceux-là se trouve le Général de Gaulle dont ce membre de l'Institut a rédigé une biographie remarquée en 2002. Il était de passage à Saint-Etienne pour marquer le 18 juin 2021 pour inaugurer une exposition consacrée aux deux venues du Général en terres stéphanoises. Rencontre.

Vous avez écrit de nombreux ouvrages à propos de personnages historiques français. Que représente pour vous ce travail sur le Général de Gaulle ?

à lire aussi : De Gaulle x Saint-Etienne : un hommage avec expo, buste et podcast

Eric Roussel : De Gaulle est le sommet. C'était un défi quand Gallimard m'a proposé d'écrire ce livre. J'étais sidéré et en réalité j'ai toujours été passionné par le personnage. Si on ne me l'avait pas demandé, je ne me serais jamais lancé dans un tel ouvrage.

Est-ce l'ouvrage qui vous a demandé le plus de travail ?

E.R. : Oui. Mais c'est un personnage écrasant par son importance, c'est comme escalader l'Himalaya. De plus, quand j'ai publié mon premier ouvrage sur De Gaulle, en 2002, c'était la première fois que l'on pouvait parler de lui en s'appuyant sur des archives qui étaient enfin dévoilées. Un personnage comme De Gaulle possède sa légende, qui n'est pas toujours conforme à ce que l'on trouve dans les documents. C'est ce conflit qui pose un problème car on ne peut pas appliquer à ce personnage les mêmes règles qu'à un autre personnage. Avec le recul, le problème est devenu moins aigu. Quand on a faire à un tel personnage, on ne peut pas se contenter d'une vision positiviste mais bien tenir compte de la légende qu'il a suscitée. Il y a un équilibre à trouver. D'autre part, en 2002, il y avait encore de nombreuses personnes qui l'avaient connu et qui pensaient de bonne foi que leurs souvenirs étaient en tout point exacts avec la vérité, ce qui n'était pas tout le temps le cas.

Un personnage comme De Gaulle possède sa légende, qui n'est pas toujours conforme à ce que l'on trouve dans les archives.

Le Général de Gaulle s'est rendu deux fois à Saint-Etienne, en 1948 et 1959, à deux époques différentes, avec des enjeux divers. En 1948, il parle de "la participation" et des transformations des conditions sociales. En 1959, il aborde en filigrane l'avenir de l'Algérie. Est-ce que selon vous ces deux passages à Saint-Etienne ont été importants d'un point de vue historique ?

E.R. : C'est difficile à dire. De Gaulle est le seul président à avoir visité tous les départements français. Je ne sais pas s'il avait un rapport particulier avec Saint-Etienne, mais il y a eu la personnalité de Neuwirth qui a joué un rôle fondamental en 1958. Mais ce qui m'a frappé dans les deux discours qu'il a tenus à Saint-Etienne, au-delà des deux contextes très différents, c'est le fait qu'il insiste sur la nécessité de redressement notamment financier, via des réformes profondes. Cela revêt une résonnance actuelle. De Gaulle a fait de grandes réformes juste après la guerre et d'autres en 1958, qui n'allaient pas dans le même sens. Après la guerre, des réformes que l'on pourrait qualifier de gauche et celles de 1958 que l'on qualifierait d'ultra-libérales. Mais au fond, ce qui est intéressant, c'est qu'il y a deux personnages chez De Gaulle. Le héros de légende d'un côté et un homme d'Etat de l'autre. Ce dernier ayant réellement marqué l'histoire française.

- Eric Roussel, De Gaulle, monument français, éd. de l'Observatoire
- Exposition 1948 et 1959 Saint-Étienne a rendez-vous avec l’Histoire, à l’Hôtel de Ville de Saint-Étienne, visible jusqu'au 16 juillet 2021

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 12 novembre 2020 Un demi-siècle après sa disparition, la figure tutélaire de la Ve République n’a pas disparu de l’horizon hexagonal. Elle se permet même d’étonnantes réapparitions spectrales via la petite lucarne…
Jeudi 13 octobre 2016 La Fête du livre de Saint-Étienne ouvre ses portes ce vendredi 14 octobre pour trois jours de mots, de lettres, d'auteurs, de rencontres, … Si les rencontres "classiques" avec les auteurs sous le grand chapiteau de la place de l'Hôtel de Ville...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter