Jamel Debbouze : « C'est une expérience sensorielle incroyable »

Le Roi Lion | Acquises à la cause de Simba depuis leur plus tendre enfance, les voix françaises de la nouvelle version (Jamel Debbouze, Anne Sila et Rayane Bensetti) ne cachent pas leur fascination pour le film original et son remake. Propos rapportés d’une rencontre enjouée.

Vincent Raymond | Jeudi 18 juillet 2019

Photo : ©Pascal Le Segretain


Avez-vous un souvenir de votre première vision du Roi Lion de 1994 ?

Anne Sila : Je ne me souviens pas de la première fois, mais je l'ai vu un millier de fois, je le connais par cœur ! Il fait partie des histoires qui, bizarrement, touchent tout le monde, quoi qu'on ait vécu : il touche à l'enfance, et on retrouve notre petit cœur de bébé (sourire)

Jamel Debbouze : J'ai tout fait pour le voir, c'était un événement tellement incroyable, tout le monde en parlait, on ne pouvait pas passer à côté ! Je me rappelle avoir resquillé tellement j'avais envie de le voir : un ami à Trappes avait payé sa place au cinéma Le Grenier à Sel et avait ouvert la porte de secours…(rires) Je me souviens encore très bien de toutes les sensations, j'étais passé par tous les états : la joie, de la peine, et re-de la joie… C'est un film incroyable. On a tous vu des images du nouveau film, et même si on a tous été au cinéma souvent, c'est incroyable : j'ai rarement vu un truc pareil, ça défie les lois de la pesanteur ! On voit des animaux parler, vivre, se mouvoir… La première fois, l'histoire m'avait frappé ; là, c'est un degré de plus, une expérience sensorielle unique.

Et pour vous, Rayane qui aviez en plus à jouer Simba ?

Rayane Bensetti : C'est un mélange de souvenirs, de pression, de rêve… Le Roi Lion, c'est le tout premier film que j'ai vu dans ma vie ; ça a été mon film préféré très longtemps, j'ai grandi avec comme Anne, je l'ai vu 10 000 fois, ses musiques accompagnent ma famille depuis l'enfance. Étre aujourd'hui Simba, c'est un rêve de gosse : je ne m'en rends pas compte.

JD : On est dans un classique, on a l'impression d'être au Louvre ! (rires)

C'est vous Jamel qui avez le plus l'habitude du doublage. Habituellement, la post-synchronisation se fait séparément ; or là vous faites partie d'un duo. Avez-vous enregistré avec Alban Ivanov ?

JD : Oui, mais pas tout, évidemment. Parce que Alban est très dissipé. Il me fallait un minimum de concentration, et comme ce n'est pas un professionnel je l'ai rappelé à l'ordre une fois ou deux. Et je dois dire qu'il a pris le pli… (rires) En fait, je connais Alban depuis tout petit et on a plus que des automatismes : des tropismes. On a tellement ri ensemble que j'avais l'impression que j'étais Timon et lui Poumba pour de vrai — on se parle encore en Timon et Pumbaa, on n'a pas encore décroché.

Un rôle chanté ajoute-t-il de la pression ?

JD : Pour vous dire la vérité, j'ai fait ici ce que je n'avais jamais fait : je voulais absolument être dans cette distribution, je voulais pas passer à côté de ce classique qui est un monument. J'ai une longue histoire avec Disney, depuis Dinosaure, c'est une maison que je connais bien ; c'est presque ma famille. Alors j'ai saoulé Boualem Lamhene [le vice-président de Disney en charge des “talents“, ndlr] : j'ai accroché un Post-il par jour chez lui, dans sa voiture. Mais il n'était pas chaud. Il m'a dit m'a dit c'est compliqué, qu'il fallait chanter. Or moi, je ne sais pas chanter, c'était mon mon problème. Alors j'ai pris des cours de chant. J'ai passé 20 heures à me faire humilier par une dame qui ne me connaissait même pas qui me disait « Faux, nul, non, pas aigu, non, pas avec le ventre — mais Madame, on ne chante pas avec le ventre, on chante avec la bouche ! » J'ai fini par donner tout ce que je pouvais, et ça a donné ce que vous avez entendu.

Dans votre duo avec Alban Ivanov, vous correspondez bien chacun à votre personnage…

JD : Vous voulez dire que j'ai la tête d'un suricate ? Et le physique aussi ? (rires) Il faut que l'on ressemble un peu aux personnages si on veut les incarner, ça passe aussi par là. Alors oui, je dois avouer avec plaisir, j'ai un petit air de suricate. Et Alban, c'est vrai qu'on dirait un sanglier. Tout le monde s'accord à dire que c'est évident. Donc effectivement, on colle aux personnages…

Faut-il coller au texte ou bien peut-on s'autoriser de l'improvisation ?

RB : Pas vraiment, il faut écouter ce qu'ont fait les Américains ; ça va jusqu'aux intonations de Donald Glover. C'est que j'ai fait pour Simba. Pour moi, le plaisir est arrivé en plusieurs temps. D'abord on voit la scène en anglais, on lit le texte — et on l'apprend un petit peu —, on sait comment le relancer et l'on enregistre un peu les intonations. Maisi j'étais tellement captivé par le film que je ne regardais pas le texte !

En plus, j'ai eu un déclic à la fin du film : j'ai fait tout le film avec ma voix, et à la fin, pendant le doublage du combat entre Star et Simba, au moment de la phrase-clef « pars loin et ne reviens jamais », il y a un énorme plan sur Simba, et j'ait fait une voix un petit peu différente. C'était la voix de Simba. Alors j'ai demandé à tout refaire. J'ai recommencé, mais ça s'est fait très vite le lendemain avec cette voix.

Avez vous ajouté une touche personnelle par rapport à la VO ?

RB : Non, je ne me serais pas permis. C'est Disney : on s'attaque à un grand classique et je ne peux pas ajouter des trucs qui viennent de moi ou d'autres. J'ai essayé d'être le plus pro, le plus carré possible. Il y a une quand même une attente derrière Simba ; je n'ai pas envie que les gens soient déçus parce que j'ai fait du Rayane Bensetti. Il fallait être Simba.

JD : Moi j'ai ajouté une phrase en arabe, à vous de la trouver ; j'espère que ça va pas trop décevoir Disney (rires) En fait, c'est la première fois de ma vie que j'accepte ça. Boualem voulait absolument que je ne sois pas moi, mais Timon. C'était compliqué, parce que j'ai toujours tendance à improviser, à aller chercher des choses, des sons, des fins de phrases, mais Boulem a été intransigeant et n'a pas voulu qu'on sorte du texte, et qu'on colle à la réplique : « c'est un classique, c'est pas le film à ta mère, c'est une partition extraordinaire, qu'est que ce tu veux ajouter à l'extraordinaire ? » (rires) Je l'ai écouté.

Vous qui savez ce c'est que se frotter à un film d'animation, quelle caractéristique technique vous a ici le plus bluffé ?

JD : Le rendu est incroyable ! J'ai eu la chance de côtoyer de grands studios comme Prana en Inde qui ont fait L'Odyssée de Pi, où il était déjà question d'un tigre. Mais là, j'ai pu voir qu'on était passé à une autre stratosphère. On s'acharne souvent à faire un bon personnage en négligeant un peu les décors. Là, tout est travaillé à la perfection dans les moindres détails, on s'y perd vraiment. J'adore les films animaliers, d'adore les Disney, j'adore les films d'animation, franchement, et au départ, on ne sait pas où l'on est tellement c'est réel. Ils réussissent à faire des matières confondantes. On a pu le constater dans Nemo, l'eau est presque de la matière. Là, elle atteint un niveau jamais atteint. Le plus dur est d'avoir donné de l'âme à ces personnages. leurs yeux sont des éléments extrêmement importants, le pelage est fou, je n'ai jamais vu ça.

Vous avez évoqué le classique d'il y a 25 ans, avez-vous peur ou l'espoir que ce nouveau film devienne un classique et qu'il remplace le précédent ?

JD : Chacun a sa place : cela se consomme totalement différemment. Effectivement, on un œil éduqué, pas la même perception des choses avec nos gosses, mais l'histoire est tellement intemporelle et universelle, les dialogues et les situations tellement fortes que ça dépasse les générations. Je prendrai autant de plaisir à voir le classique, quoiqu'il arrive, mais c'est quand même une expérience sensorielle incroyable.

AS : On nous offre une madeleine de Proust sur un plateau. Pas améliorée, parce que ce n'est pas la question, pour le simple plaisir de le revivre avec de petits côtés nouveaux.

JD : J'ai adoré Charles Aznavour et j'ai adoré la reprise que Dr Dre en a fait, et pourtant les deux sont incroyables, formidables, à entendre de manière complètement différente mais avec le même plaisir.

25 ans après, les films ne sont-ils pas un cran plus stressants… et les enfants plus préparés à des films faisant un peu plus peur ?

JD : Pour avoir un peu lu sur Walt Disney, je sais qu'il s'est inspiré de contes ancestraux, d'Ésope, de Grimm… Quand on lit Psychanalyse des contes de fées de Bettelheim, on se rend compte que rien n'est nié et que la peur est un élément très important pour raconter une histoire et éduquer les enfants. Il ne s'agit pas de les stresser, mais de leur raconter la vie en les faisant légèrement rêver. Je ne sais pas si j'ai bien répondu à la question, mais j'ai adoré ma réponse ! (rires)


Le Roi Lion

De Jon Favreau (2019, ÉU, 1h58) animation

De Jon Favreau (2019, ÉU, 1h58) animation

voir la fiche du film


Au fond de la savane africaine, tous les animaux célèbrent la naissance de Simba, leur futur roi. Simba idolâtre son père, le roi Mufasa, qui prend à cœur de lui faire comprendre les enjeux de sa royale destinée. Mais tout le monde ne semble pas de cet avis


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Le Roi Lion" : C’est l’histoire de la vie (bis)

ECRANS | En donnant à voir sa nouvelle version du "Roi Lion", les studios Disney seraient-ils en train de préfigurer un cinéma nouvelle génération ? Derrière l’histoire du cycle de la vie et des successions naturelles, en affleure une où l’image est remplacée par une autre plus vraie que nature…

Vincent Raymond | Jeudi 18 juillet 2019

Dans la savane africaine, la naissance de Simba, le fils du roi Lion Mufasa ravive la colère de son frère et rival Scar, qui fomente un plan diabolique pour le tuer, aidé par les hyènes. Débarrassé de son aîné, Scar persuade Simba qu’il est responsable de mort de son père et le contraint à l’exil… Le Roi Lion étant depuis un quart de siècle l’un des plus grands succès de la Maison de Mickey, cette nouvelle version à l’identique rassurera ses nombreux fanatiques : l’esprit de l’histoire, sa morale et son tempo demeurent inchangés. C’est sa forme qui a naturellement subi les plus profondes modifications. Il serait erroné de croire que la stratégie de reprise des “classiques“ d’animation des studios Disney en film “en prises de vues réelles“ soit gouvernée par une unique logique — fût-elle de rentabilité commerciale. Les productions se succédant, avec une accélération exponentielle ces derniers mois ne font pas que suivre à la lettre le canevas des scripts existants : chaque film constitue ainsi une sorte de mini laboratoire, où s’élabore à risques (et coût

Continuer à lire

"Let’s Dance" : Pointes courtes

ECRANS | De Ladislas Chollat (Fr., 1h47) avec Rayane Bensetti, Alexia Giordano, Guillaume De Tonquédec…

Vincent Raymond | Mercredi 27 mars 2019

Joseph, Emma et Karim rêvent de remporter un concours de hip-hop. Retenus dans le crew de Youri, ils s’embrouillent avec lui et provoquent son départ ainsi que celui d’Emma. Pour triompher malgré tout, ils auront besoin de l’aide d’un prof de danse classique, Rémi, et de ses élèves… Première réalisation cinématographique d’un homme de spectacle reconnu pour avoir notamment mis en scène la comédie musicale Résiste, ce film de danse mise sur la fusion entre hip-hop et ballet sur fond de trame romantique standard — Roméo & Juliette, on sait que ça fonctionne ; le seul problème, c’est que c’est aussi neuf qu’une pièce de cent sous. L’extrême minceur de l’argument n’est pas compensée par la concrétisation du projet de réunion des deux styles chorégraphiques : Chollat montrant dans son finale une sorte de juxtaposition entre street-danse et arabesques. Dommage également qu’il préfère à de grands plans-séquences célébrant l’ensemble des numéros dansés un montage cut qui les hache, au nom du “rythme“. Malgré tout, si l’on considère ce film comme un bout d’essai, on devine un potentiel qui demandera approfondi.

Continuer à lire

"Alad'2" : Pareil, et en moins bien

$uit€ | de Lionel Steketee (Fr., 1h38) avec Kev Adams, Jamel Debbouze, Vanessa Guide…

Vincent Raymond | Mercredi 26 septembre 2018

Sofia a quitté Sam. Dans l’avion pour la rejoindre, Sam imagine la suite des aventures d’Aladdin, chassé de Bagdad par le cruel Shah Zaman qui, de surcroît veut épouser la princesse Shalila. Aidé par son génie, le rusé voleur repart en conquête de sa promise et de Bagdad… La coutume veut que la suite d’un succès cherche à le superlativer — en y parvenant rarement, d’ailleurs — grâce à une histoire plus époustouflante, la montée en gamme de la réalisation et une distribution de prestige. C’est visiblement ce troisième point qui a été privilégié avec le recrutement de Jamel Debbouze comme co-star (par ailleurs intercesseur idéal pour qui souhaite tourner au Maroc, semble-t-il. Mais associer les deux humoristes revient à mélanger de l’eau et de l’huile (ou l’inverse) ; de fait, chacun déroule son one man show à sa sauce dans son segment de film sans qu’il y ait réellement de rencontre. On suit donc en alternance des sketches où Kev, aventurier aux adbos souriants, croise pléthore de stars venues faire des caméos, et d’autres où Djamel, en félon, bredouille ses répliques façon de Funès oriental. Notons

Continuer à lire

"Coco" : Os secours des ancêtres

Animation | Un petit Mexicain parcourt le Royaume des Morts pour déjouer une malédiction familiale et obtenir une bénédiction en retour. Coutumier des quêtes en milieu hostile (Monstre & Cie, Le Monde de Nemo), Lee Unkrich pousse plus loin le curseur et emporte les cœurs. Signé Pixar.

Vincent Raymond | Mardi 28 novembre 2017

Depuis qu’une aïeule a été abandonnée par son guitariste d’époux, la famille de Miguel a banni toute musique de sa vie. C’est donc un drame quand le garçonnet avoue, le Jour des Morts en plus, se destiner lui aussi à la guitare. Miguel espère trouver du soutien auprès de ses ancêtres… S’il faut aux sceptiques une preuve supplémentaire de l’existence d’un particularisme artistique des studios Pixar au sein de l’empire Disney, Coco tombe à pic : il constitue même une manière de manifeste. Là où les productions issues de la maison-mère misent sur un arsenal codifié d’éléments rassurants pour fédérer leurs publics — schématisons : la quête d’une princesse entrelardée par des torrents de chansons —, la branche spécialisée dans les images de synthèse s’aventure dans territoires insolites, plus stupéfiantes encore du point de vue narratif que technique. Une “originalité” artistique autorisée parce qu’elle s’avère globalement payante… notamment du côté du tiroir-caisse. Notes en sourdine Même si la musique est ici le moteur

Continuer à lire

Lee Unkrich & Darla K. Anderson : « Montrer Frida Kahlo dans la mort, c’est de la pure imagination »

"Coco" | Piller de Pixar, le réalisateur de "Monstres & Cie", du "Monde de Nemo" ou de "Toy Story 2 & 3" Lee Unkrich est à nouveau à la manœuvre pour "Coco", qu’il évoque avec sa productrice Darla K. Anderson…

Vincent Raymond | Mardi 28 novembre 2017

Lee Unkrich & Darla K. Anderson : « Montrer Frida Kahlo dans la mort, c’est de la pure imagination »

Quel est le point de départ de Coco ? LU : L’inspiration est tout simplement venue du Mexique, dont j’appréciais depuis toujours le Día de muertos — le Jour des morts. Quand j’ai commencé à écrire sur ce sujet, je me suis rendu compte qu’il n’y avait aucune histoire sur cette fête, c’était une idée assez unique. Au fur et à mesure de mes recherches, j’ai découvert combien l’idée du souvenir de sa famille y était important. Il y avait là le potentiel pour une histoire universelle, drôle, dramatique, visuellement très belle et avec un vrai cœur. Ça m’a touché. Avez-vous conçu le Pays des morts comme un miroir à celui des vivants, puisqu’on y boit, mange, dort ? LU : Non, on n’a pas pensé à cette notion de miroir, mais on a fait beaucoup de recherches pour la préparation, ce qui nous a aidés pour concevoir Santa-Cecilia, la ville du monde des vivants où vit Miguel. Évidemment, on ne pouvait pas faire de recherches pour le monde des ancêtres, alors on a fait appel à l’imagination. On aura

Continuer à lire

Rogue One : A Star Wars Story

Pas encore vu... | Dans l’Univers étendu de Star Wars™, George Lucas® a trouvé le moyen de rentabiliser les interstices entre chaque épisode de chacune de ses trilogies© : en (...)

Vincent Raymond | Mercredi 14 décembre 2016

Rogue One : A Star Wars Story

Dans l’Univers étendu de Star Wars™, George Lucas® a trouvé le moyen de rentabiliser les interstices entre chaque épisode de chacune de ses trilogies© : en autorisant la création de spin-off, c’est-à-dire d’extensions de l’histoire originelle autour de nouveaux personnages. Si grâce à ce subterfuge, les fans hardcore trépignent à l’idée de retrouver à tous les Noëls ou presque un nouveau film (avec sa cargaison de produits dérivés), ils ne mesurent pas le potentiel migraineux de l’ensemble de ces opus : la multiplication des arcs narratifs ne peut en effet que provoquer des conflits dans la continuité générale. Certains exégètes trouveront le moyen de s’en réjouir, passant de fait quelques dizaines d’heures de plus sur les forums dédiés afin d’expliquer en quoi les incohérences apparentes n’en sont pas, et relèvent même d’un haut degré de génie intersidéral. Sinon, comme nous n’avons pas vu le film — mais l’aurions-nous vu que nous aurions été astreints à un embargo —, nous pouvons seulement révéler ce que tout le monde sait déjà : Rogue One se déroule entre la seconde trilogie et la première, donc entre la “prélogie“ et la vraie trilogie, so

Continuer à lire

John Musker & Ron Clements : « Notre défi majeur : que Vaiana soit vraiment l’héroïne »

3 questions à... | Sur un canevas parsemé de fils clairs, les deux vétérans du plus puissant studio au monde ont brodé quelques points baroques. Ils s’en expliquent…

Vincent Raymond | Mardi 29 novembre 2016

John Musker & Ron Clements : « Notre défi majeur : que Vaiana soit vraiment l’héroïne »

Vaiana précise qu’elle n’est pas “princesse, mais fille de chef” ; Maui redoute qu’elle se mette à chanter… Avez-vous voulu transgresser les codes Disney ? John Musker & Ron Clements : Pour nous, Vaiana n’était pas une princesse comme les autres : elle est moderne, différente de celles que nous avons créées auparavant comme Ariel dans La Petite Sirène. Notre défi majeur, c’était qu’elle soit vraiment l’héroïne, et non pas que Maui porte le film. Elle est là pour sauver le monde. Ce film est avant tout un rite de passage à l’âge adulte, il n’y a pas d’histoire d’amour. Mais sinon, on adore la musique et les chansons ! L’animation stylisée permet par convention aux personnages de montrer leurs passions, leurs sentiments, et tout ce qu’ils éprouvent par le chant. Qu’est-ce qui a changé dans la narration et l’animation depuis vos débuts ? John Musker : Beaucoup de choses ont changé depuis 43 ans que je suis chez Disney. Je n’ai pas connu Disney personnellement, mais j’ai travaillé avec des artistes qui avaient eu cette chance et connu ses points de vue, ses techniques. En un sens, beauco

Continuer à lire

"Vaiana, la légende du bout du monde" : l’atoll est aux petits soins

Le Disney de Noël | Un film de John Musker & Ron Clements (E-U, 1h43) avec les voix (V.F.) de Cerise Calixte, Anthony Kavanagh, Mareva Galanter…( V.O.) Dwayne Johnson, Auli'i Cravalho, Alan Tudyk…

Vincent Raymond | Mardi 29 novembre 2016

Mue d’une irrésistible envie de naviguer depuis son enfance, malgré le refus de son chef de père, Vaiana a été choisie par l’océan pour aider un demi-dieu vantard à briser une malédiction condamnant son peuple. Elle embarque donc vers l’aventure… Après la parenthèse Zootopia, retour à une formule plus “classique” de parcours initiatique pour une héroïne nantie d’un faire-valoir costaud mais benêt. Une structure éprouvée signée par les auteurs de La Princesse et La Grenouille ou La Petite Sirène, où Maui le demi-dieu affiches les sempiternelles mimiques d’ado imbu de lui-même ; où l’on subit des chansons aiguës parlant de développement personnel, et où la finesse transparente de l’image nous en met plein la vue. La vraie nouveauté, c’est l’ouverture sur un corpus légendaire océanien (l’Europe, l’Asie, l’Amérique et l’Orient ayant été précédemment essorés) dont le graphisme du film tire parti : les personnages ont ainsi des physionomies “australes” crédibles ; quant aux tatouages tribaux, d’ordinaire si galvaudés, ils reprennent ici leur véritable dessein en étant… animés.

Continuer à lire

La force ne se réveillera pas partout

ECRANS | Le cinéma Le Méliès refait parler de lui cette semaine. On vous a déjà causé de l'opération "Cinéma suspendu" ici. Mais aujourd'hui, c'est une nouvelle un peu moins (...)

Nicolas Bros | Lundi 2 novembre 2015

La force ne se réveillera pas partout

Le cinéma Le Méliès refait parler de lui cette semaine. On vous a déjà causé de l'opération "Cinéma suspendu" ici. Mais aujourd'hui, c'est une nouvelle un peu moins positive qui est annoncée par les équipes des cinémas de Jean Jaurès et de Saint-François. En effet, l'établissement s'est vu refuser par les équipes de Disney, distributrice du prochain film Star Wars - Le Réveil de la Force, la diffusion de ce dernier. Selon le cinéma d'Art & Essai, « The Walt Disney Company France a décidé de boycotter les salles classées Art & Essai des grandes villes au profit des multiplexes ou salles de grand circuit (UGC, Pathé, Gaumont, etc…) De nombreuses salles classées Art & Essai aux quatre coins de France, souhaitent programmer le film et protestent contre cette exclusion incompréhensible. » Les équipes du cinéma ont également créé une pétition nationale pour faire entendre la voix de celles et ceux qui souhaitent voir la diffusion du dernier volet de Star Wars dans leur cinéma d'Art & Essai. Cette pétition est disponible

Continuer à lire

Né quelque part

ECRANS | De Mohamed Hamidi (Fr, 1h27) avec Tewfik Jallab, Jamel Debbouze…

Christophe Chabert | Mardi 18 juin 2013

Né quelque part

La mort annoncée du père, le retour sur des terres "d’origine" où pourtant on n’a jamais mis les pieds, la découverte d’une culture dont on se revendique sans en connaître ni les bons, ni les mauvais côtés… À travers le périple de Farid, qui "retourne" dans une Algérie inconnue pour y négocier un terrain familial, Mohamed Hamidi, metteur en scène des one-man-shows de Jamel, tient un bel angle, habile et nuancé, sur la question de l’identité. Finalement, ce n’est pas tellement par son scénario que dans sa manière de faire se rencontrer plusieurs registres de cinéma que Né quelque part le développe avec le plus de pertinence. Entre le "banlieue film" bien français qui lui sert de cadre et l’irruption d’une comédie à l’algérienne — pas éloignée de sa cousine italienne — lors des très réussies séquences dans le village, Hamidi crée à son tour un joyeux métissage qu’illumine la présence de Debbouze, toujours passionnant. Trop sans doute pour que sa disparition en cours de récit ne laisse pas un vide béant à l’écran. Quant à la mise en scène, très appliquée, elle ne

Continuer à lire