Le jeu des rois et des autres

GUIDE URBAIN | Arrivé en Europe pendant la période médiévale, le jeu d'échecs a su s'imposer comme le jeu de tactique et de réflexion par excellence. Des générations de joueurs ont raffiné la théorie du jeu et ont parfait ses techniques et ses stratégies. La manière de pratiquer les échecs est désormais si codifiée que les observateurs extérieurs considèrent cette discipline comme trop complexe pour le commun des mortels. Et pourtant...

Antoine Desvoivre | Jeudi 27 juin 2019

Photo : © Antoine Desvoivre


Le jeu d'échecs, reconnu comme une discipline sportive depuis janvier 2000, est basé sur un affrontement, de deux joueurs, qui s'écharpent par pièces interposées. La pratique est donc, par essence, empreinte d'un fort esprit de compétition. « Un club d'échecs n'est viable que tant qu'il fait de la compétition. Autrement les membres vont vite s'ennuyer. Il leur faut un challenge », explique François Trottet, président du club de Saint-Just Saint-Rambert.

Ce challenge, certains l'ont cherché très tôt. C'est le cas de Laurent Cursoux : « ma première compétition je l'ai faite à 10 ans » raconte-t-il. « C'est quand même beaucoup l'envie de gagner qui motive à jouer. » Et depuis, de la "compète" il en a connu ! Il participe au championnat de France jeunes puis adultes, à des tournois internationaux et intègre l'équipe de France militaire. Pour autant, il ne perçoit pas le jeu comme étant élitiste. « Pas besoin d'être un génie pour jouer. La marche des pièces, elle s'apprend en cinq minutes » avance-t-il. Pour lui, il n'y a pas de secrets : « il y a des gens qui seront plus cartésiens, plus réfléchis et ils progresseront plus vite, mais c'est avant tout du travail. » C'est aussi l'avis de William Bec, champion de la ligue régionale du Lyonnais 1988, qui va même plus loin en dissociant les compétences aux échecs d'une quelconque forme d'intelligence supérieure. « Il y a des gens très très forts qui sont aussi très très cons (sic) » déclare-il.

Apprendre de ses Échecs

Malgré cela, il estime qu'en tant qu'enseignement aux jeunes, ce sport regorge de vertus pédagogiques et développe « aussi bien la mémoire, la construction mentale et la capacité d'adaptation, que des valeurs comme le respect de l'adversaire. » À cela, Laurent Cursoux rajoute que « même si on n'est pas un joueur très fort, ça sert toujours. » D'après lui, « cela permet d'appréhender les choses différemment. Au fil d'une partie, la situation change constamment. Il faut toujours remettre sa stratégie en question par rapport à sa nouvelle position. » Une qualité qui pourrait, d'après son expérience, servir dans de nombreuses situations au cours d'une vie.

Pour ces mordus du jeu des rois, ce dernier, loin d'être inaccessible, possède bien au contraire de nombreuses choses à apporter. Enfin, pour peu que l'on apprenne de ses échecs !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le Tour du Forez jette l'éponge

ACTUS | C'est une immense déception. Alors que le festival Le Tour du Forez affichait il y a seulement quelques jours de très beaux résultats de fréquentation à (...)

Nicolas Bros | Jeudi 15 juillet 2021

Le Tour du Forez jette l'éponge

C'est une immense déception. Alors que le festival Le Tour du Forez affichait il y a seulement quelques jours de très beaux résultats de fréquentation à mi-parcours, le voilà contraint de stopper l'aventure. « Suite aux annonces d'Emmanuel Macron du lundi 12 juillet, nous sommes démunis, atterrés, épuisés, écœurés... explique par communiqué l'association FZL, organisatrice de l'événement. Ce lundi 12 juillet, on nous laisse 9 jours pour modifier toute la philosophie d'un projet que nous avons construit depuis 9 mois. On nous laisse 9 jours pour réussir l'impossible. Comment pouvons-nous imaginer qu'en 9 jours nous puissions réunir la force humaine, financière et logistique pour la mise en œuvre de ces conditions inadaptées et incohérentes... » L'équipe rappelle également que le festival est porté notamment grâce à un investissement en fonds propres de l'association à

Continuer à lire

La fédé de rando veut sensibiliser les marcheurs

Le tri n'a pas d'âge | Conseils, infos, sacs pour "éco-randonneurs", la FFRandonnée propose plusieurs rendez-vous pendant tout l'été à des points stratégiques de marche dans la Loire. (...)

Nicolas Bros | Vendredi 2 juillet 2021

La fédé de rando veut sensibiliser les marcheurs

Conseils, infos, sacs pour "éco-randonneurs", la FFRandonnée propose plusieurs rendez-vous pendant tout l'été à des points stratégiques de marche dans la Loire. « Depuis le confinement, un nouveau public s’est lancé dans la pratique de la randonnée, explique la fédé. Munis d'un stand et de bénévoles motivés, le comité départemental de la randonnée pédestre va sensibiliser ces nouveaux marcheurs aux bonnes pratiques de la randonnée pédestre. » Lors des neuf points organisés, les bénévoles remettront des sacs conçus à partir de matières recyclées, permettant aux marcheurs de ramasser les déchets qu'ils croiseront sur la route. Les rendez-vous : Dimanche 4 juillet : Château d'Essalois à Chambles en collaboration avec le magasin Picture de Saint-Etienne et à la Chartreuse de Sainte-Croix-en-Jarez Dimanche 11 juillet : Croix de Chaubouret au Bessat et Jasserie de Colleigne à Sauvain Mercredi 14 juillet : Fête de la Tour Matagrin à Violay Dimanche 18 juillet : Forêt de Lespinasse à Vivans et Réserve de Biterne à Arthun Samedi 24 juillet : Forêt de Salvaris à Saint-Étienne Dimanche 25

Continuer à lire

Un Stéphanois en finale d'un concours de création de jeux de société

ACTUS | Axel Deruyck a 26 ans et travaille dans un escape game stéphanois. Au-delà de son boulot, le jeune homme n'arrête pas de penser à créer des conditions de jeux (...)

Nicolas Bros | Mardi 11 mai 2021

Un Stéphanois en finale d'un concours de création de jeux de société

Axel Deruyck a 26 ans et travaille dans un escape game stéphanois. Au-delà de son boulot, le jeune homme n'arrête pas de penser à créer des conditions de jeux pour autrui. La preuve avec sa création : un jeu de société où les couleurs se mélangent. Ce dernier s'appelle Méli Colors. Avec 4 autres finalistes, la création du Stéphanois a été retenue parmi les 110 jeux reçus pour le concours organisé par la maison d'édition Widyka dont le vainqueur verra sa proposition éditer. Si jamais, si le jeu d'Axel n'est pas choisi, il n'abandonnera pas pour autant.« S'ils ne choisissent pas mon jeu, explique-t-il, je ferai en sorte que ce projet voit le jour d'une manière ou d'une autre. » Le public est appelé à voter avant le 12 mai à 11h sur ce site.

Continuer à lire

Le design domestiqué

Expo | André Wogenscky, Ludwig Mies Van Der Rohe, Jean Parthenay, Charles et Ray Eames, Maarten Baas, Pierre Guariche... Voilà (...)

Nicolas Bros | Mardi 8 décembre 2020

Le design domestiqué

André Wogenscky, Ludwig Mies Van Der Rohe, Jean Parthenay, Charles et Ray Eames, Maarten Baas, Pierre Guariche... Voilà quelques-uns des grands noms que l'on trouve dans l'exposition Déjà-vu. Le design dans notre quotidien. Avec sa sélection de 300 œuvres tirées des collections du Musée d'art moderne et contemporain, cette proposition nous embarque dans un parcours qui nous démontre la place que le design a eu sur les objets qui ont peuplé notre quotidien depuis le milieu du XXe siècle. Petit plus, l'expo ne se contente pas d'être un reflet du passé, mais permet, grâce à la mise en place d'ateliers au fil de la visite et d'un laboratoire de création en fin de parcours, de préparer le monde de demain, celui post-crise sanitaire. Tout un programme qui trouvera un écho avec la prochaine Biennale du design (28 avril au 22 août 2021) dont le thème annoncé est Bifurcations. Déjà-vu. Le design dans notre quotidien, du 16 décembre 2020 au 22 août 2021 au Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole

Continuer à lire

Moi je n'ai pas changé d'adresse...

Soirées spectacles | L'originalité, c'est leur créneau. L'asso La Laverie a l'habitude de surprendre son monde. Une fois encore, le pari est réussi avec le programme Est-ce que (...)

Nicolas Bros | Mercredi 8 juillet 2020

Moi je n'ai pas changé d'adresse...

L'originalité, c'est leur créneau. L'asso La Laverie a l'habitude de surprendre son monde. Une fois encore, le pari est réussi avec le programme Est-ce que tu viens pour les vacances ? Trois soirées-spectacles dans un lieu tenu secret jusqu'à réservation sont proposées pour réveiller votre début d'été. Au programme, on trouve le joliment nommé Marc Prépus et son théâtre de rue / hip hop "électroménager", le solo clown Frigo de la compagnie Dis bonjour à la dame ou encore le théâtre d'objets [Un]fidele de la compagnie Madam'Kanibal. Tout cela se déroule les8, 9 et 10 juillet. Infos et réservations par mail : lalaverie.association@gmail.com ou par téléphone : 06 98 15 70 57

Continuer à lire

Pas besoin de console

Jouer pendant le confinement | Le jeu vidéo ne cesse d’évoluer : il fut un temps où il fallait posséder une console ou même un micro-ordinateur pour les plus anciens afin de jouer. Aujourd’hui, le jeu vidéo n’a jamais été aussi accessible, même sans console.

Gary Ka | Jeudi 2 avril 2020

Pas besoin de console

Nous possédons tous un smartphone, un ordinateur. Si vous nous lisez, c’est forcément le cas. Le mobile est l’une des plateformes privilégiées de la scène indépendante du jeu vidéo, qui ne peut pas investir des millions et produire des blockbusters sur les consoles actuelles. Êtes-vous déjà allé fouiller sur l’App Store ou Google Play ? Avec la multitude de choix, on est très vite perdu, et les jeux mis en avant sont souvent ceux qui plaisent à votre maman ou votre neveu (Candy Crush, Fortnite, Clash of Clans…). Clairement, il faut chiner pour trouver la pépite. On vous dévoile notre coup de cœur, on est plusieurs au Petit Bulletin à y jouer : Stardew Valley. On y un incarne un ou une citadine qui travaille dans des bureaux et qui ne va pas tarder à faire un burn out. Votre personnage aurait pu choisir d’ouvrir un coffee shop dans le 7e, mais c’était sans compter la ferme qu’elle a hérité de son grand-père, dans une petite bourgade très loin de la ville. Jardinage, récoltes, aménagement de la ferme animeront votre nouvelle vie. Vous allez même trouver votre âme sœur parm

Continuer à lire

Et si on jouait ?

À ton tour | À Saint-Étienne, on est joueur. Parfois avec bien davantage d'imagination que sur le rectangle vert de Geoffroy-Guichard... Bref ! Les rendez-vous (...)

Nicolas Bros | Mercredi 4 mars 2020

Et si on jouait ?

À Saint-Étienne, on est joueur. Parfois avec bien davantage d'imagination que sur le rectangle vert de Geoffroy-Guichard... Bref ! Les rendez-vous stéphanois autour des jeux se multiplient. Si LudiQuest est désormais un habituel, l'année 2019 a vu l'apparition d'un nouvel événement lancé par le Lions Club au profit de différentes associations : le salon Jeux en Fête. Fin mars, l'organisation réitère son projet et avance encore un peu ses pions du côté de la salle Omnisports du parc François Mitterrand. Au programme, des jeux géants, des billards, des fléchettes, crazy pong, jeux de réflexion, la présence de créateurs de jeux... Nouveautés cette année, la présence de jeux de rôle grandeur nature développés par l’association RAJR et un tournoi de pétanque de table. De quoi s'amuser, se marrer, réfléchir, découvrir et se divertir. Pour petits et grands, of course ! 2e Jeux en Fête, samedi 28 (11h à 19h) et dimanche 29 mars (10h à 19h), à la salle Omnisports de Saint-Étienne

Continuer à lire

Entrez dans le game

Jeux vidéo | 200 documents, 30 jeux à tester, 5 espaces, l’expo "Design-moi un jeu vidéo" à la Cité du design est un événement avec d’un côté un contenu fourni permettant de comprendre les étapes de création du jeu vidéo, mais également pour son côté accessible, ludique et une entrée gratuite pour les moins de 25 ans. Une réussite qui met à l'honneur le 10e art, devenu le divertissement préféré au monde.

Nicolas Bros | Mercredi 4 décembre 2019

Entrez dans le game

Un marché mondial de 120 milliards de dollars en 2018 selon les chiffres avancés par Bpifrance (à titre de comparaison, le box-office mondial a généré 41, 7 milliards de dollars de revenus en 2018), un âge moyen de joueurs passés entre 1999 et 2016, de 21 à 34 ans (selon le S.E.L.L.*), 49% des Français y jouant régulièrement… Pas de doute : le jeu vidéo est incontestablement un divertissement incontournable. Mais, là où les coulisses de "fabrication" du cinéma sont connues depuis bien longtemps, le jeu vidéo reste une zone blanche pour de nombreuses personnes. Cette méconnaissance de la création du jeu vidéo fait perdurer des idées reçues sans fondement sur son compte. En mettant en avant le game design, cette discipline ayant connu un boom énorme au cours des dernières décennies avec la demande croissante de jeu vidéo dans le monde entier, la Cité du design essaie ainsi de casser les stéréotypes qui collent à la peau des gamers et de leur activité favorite. En proposant l’exposition Design-moi un jeu vidéo, l’institution stéphanoise œuvre dans le sens d’une meilleure compréhension d’un phénomène mondial qui ne peut être mis de côté plus longtemps. En confiant le commis

Continuer à lire

Rémi Guichard dans l'Oeil du Petit Bulletin #39

Oeuvre caritative | Rémi Guichard a monté un projet inédit avec 200 boîtes de cigares stylisées par différents artistes. Livre "Collection particulière, toute une histoire", expo (...)

Nicolas Bros | Vendredi 15 novembre 2019

Rémi Guichard dans l'Oeil du Petit Bulletin #39

Rémi Guichard a monté un projet inédit avec 200 boîtes de cigares stylisées par différents artistes. Livre "Collection particulière, toute une histoire", expo aux Domaines Qui Montent à Andrézieux et vente aux enchères prévue en 2020 au profit de l'association #HelpDoctors. Il nous en dit davantage Dans l'Oeil du Petit Bulletin #39. Vente aux enchères en ligne sur cette adresse.

Continuer à lire

Une Pléiade numérique

Arts numériques | Un nouveau festival des arts numériques va se dérouler du 5 au 9 novembre 2019 à Saint-Étienne, avec des oeuvres disposées dans l'espace public et les commerces. Son nom : Pléiades.

Nicolas Bros | Jeudi 19 septembre 2019

Une Pléiade numérique

On connaissait le festival Variations Numériques de l'Université Jean Monnet, voici Pléiades, le nouveau festival des arts numériques de Saint-Étienne. Une initiative inédite qui proposera de découvrir une dizaine d'oeuvres plutôt imposantes dans l'espace public (sur les grandes places du centre-ville) ainsi qu'une vingtaine dans les commerces stéphanois. L'idée de créer cet événement s'est imposée dans la réflexion menée par la municipalité pour doper l'activité commerciale en centre-ville. « Un grand plan national a été lancé au printemps 2019 afin de co-financer des actions pour relancer le commerce stéphanois et redonner confiance aux habitants, explique Gaël Perdriau, maire de Saint-Étienne. Avec l'association Sainté Shopping, nous menons plusieurs initiatives telles que l'opération trois heures de stationnement gratuites les samedis qui est prolongée jusqu'en avril 2020, l'opération de grand déstockage qui s'est déroulée les 14 et 15 septembre, le développement d'une application mobile dédiée au commerce mais également ce nouveau festival d'arts numériques. » Un événement qui suscite l'engouement et l'adhésion de l'association de commerçants Sainté Shoppi

Continuer à lire

Adrien Marty, seul maître à board

GUIDE URBAIN | Tout sourire au milieu de ses boards, sweats et autres équipements pour skateurs, Adrien Marty a fait son bout de chemin dans les rues de Sainté. Et depuis qu'il a ouvert l'Appart Skateshop il y a douze ans et demi, tout roule pour lui !

Antoine Desvoivre | Mardi 20 août 2019

Adrien Marty, seul maître à board

Pour beaucoup c'est un hobbie, lui, il en a fait sa vie. Tout en tenant sa boutique l'Appart Skateshop, Adrien Marty trouve le temps d'organiser des concerts, des contests (compétitions NDLR) de skateboard et de sillonner les rues de Sainté sur sa planche, plus que sur ses pieds. Voilà un skateur aux nombreuses casquettes ! C'est dans sa Villefranche-sur-Saône natale, qu'il a découvert ce sport qu'il n'a plus jamais lâché. « J'ai commencé à rouler à quatre ans, et c'est vers quinze ans que j'ai commencé à faire des tricks (figures NDLR) » explique le jeune homme. Pour lui, le skate devient, dès lors, une véritable passion. « quand je me suis mis vraiment à skater à fond, je savais que je voulais vivre de ça » se souvient-il. Sa première envie est de devenir prof de skate au Club Med mais « être prof de skate, ça n’existait pas vraiment à l'époque. » Loin de se laisser décourager, il trouve rapidement un boulot dans une boutique de Tassin-la-Demi-Lune. C'est en 2005 qu'il emménage à Saint-Étienne où, après deux ans, il se met à son compte en ouvrant l'Appart Skateshop. Nouveau terrain de jeu

Continuer à lire

Connaissez-vous l'EPASE ?

Vie urbaine | Les nombreux projets portés par l'EPA de Saint-Étienne (Établissement Public d'Aménagement) font partie du paysage urbain. Commerces et quartiers d'affaires ou ancien, où que l'on passe, ils ont laissé leur trace. Mais alors que l'on observe tous les jours son impact sur notre cité, son existence et son rôle restent souvent bien obscurs. Pour faire la lumière sur l'Établissement Public d'Aménagement de Saint-Étienne, son directeur général, Jack Arthaud, répond à nos questions.

Antoine Desvoivre | Mardi 1 octobre 2019

Connaissez-vous l'EPASE ?

L'EPASE, qu'est-ce-que c'est ? L’Établissement Public d'Aménagement de Saint-Étienne a été créé en 2007 d'une volonté conjointe entre l'État et les collectivités. Parmi ces dernières, on retrouve bien sûr la Ville de Saint-Étienne, Saint-Étienne Métropole, le Département de la Loire et la Région. Ils sont tous partenaires de l'EPASE, avec une double vocation, qui est, d'une part, de conforter l'attractivité économique et résidentielle du centre de Saint-Étienne avec ses quartiers anciens, mais aussi de tous les secteurs Nord-Est. L'objectif est de faire en sorte de maintenir Saint-Étienne en tant que métropole d'équilibre par rapport à Lyon, tout en formant un grand ensemble de quasiment deux millions d'habitants. Cela correspond à la vocation essentielle, ce qui fonde le travail de l'établissement sur ce territoire et donc l'intervention très importante de l'État, puisque aujourd’hui ce dernier finance 50 % des projets que nous portons (20 % viennent de la Ville, 10 % de la Métropole, 10 % du Département & 10 % de la Région, NDLR) Pouvez-vous nous en dire davantage sur la structure de l'EPASE ? L'EPASE

Continuer à lire

Myriam Peres, de l'idée à l'objet

Design | Le concours "révélateur de talents", organisé par la marque Cinna, récompense chaque année les meilleurs jeunes créateurs du moment. En 2019, c'est Myriam Peres, une Parisienne tout juste diplômée de l'ESADSE (École supérieure d'art et design de Saint-Étienne), qui a remporté le premier prix de la catégorie "outdoor" avec son "Jardin d'hiver".

Antoine Desvoivre | Mardi 23 juillet 2019

Myriam Peres, de l'idée à l'objet

« Je pense qu'il ne faut pas faire du design pour soi. » Pour Myriam, la lauréate du concours Cinna 2019, le travail d'un designer est avant tout de créer un objet destiné à l'usage des autres. « Nos créations ne doivent pas être des gadgets. Elles doivent être légitimes, avoir leur place dans le monde réel » explique-t-elle. Si créer comporte son lot de responsabilités, Myriam s'est formée à les endosser aussi bien au cours de son cursus qu'au travers de sa passion pour le dessin. Aussi loin qu'elle se souvienne, elle a toujours eu la fibre créatrice. « J'ai commencé à gribouiller à deux ans, puis j'ai dessiné, dessiné, dessiné tout le temps... j'adore ça ! » Mais ce format présente rapidement pour elle certaines limitations. « Quand tu dessines, explique-t-elle, c'est forcément en 2D et moi je voulais donner du volume à tout ça. Le design d'objet répond à cette envie. » Dessiner le réel Le "déclic", elle l'a eu en visitant l'école ENSCI (École nationale supérieure de création industrielle) à Paris. Elle se rappelle de « l'odeur du bois et des ateliers de menuiserie. Il y avait tous ces gens qui

Continuer à lire

Françoise Bourdin et Anne Goscinny, marraines de la 34e Fête du livre

Littérature | La 34e édition de la Fête du livre de Saint-Étienne se tiendra du 17 au 20 octobre 2019. Cette année, la marraine de l’événement sera la romancière à (...)

Antoine Desvoivre | Jeudi 18 juillet 2019

Françoise Bourdin et Anne Goscinny, marraines de la 34e Fête du livre

La 34e édition de la Fête du livre de Saint-Étienne se tiendra du 17 au 20 octobre 2019. Cette année, la marraine de l’événement sera la romancière à best-sellers Françoise Bourdin, auteure notamment du livre Au nom du père (Belfond, 2015). Indissociable de l’événement, le festival Les Mots en Scène, sera quant à lui, parrainé par Anne-Goscinny dont les sept romans et récit ont été publiés par Grasset et Nil Édition. L'occasion rêvée d'apporter les plaisirs de la lecture, au cœur de notre cité. La Fête du Livre, 17 au 20 octobre 2019 Saint-Étienne

Continuer à lire

Encré dans la mémoire

ARTS | C'est une ode à la mémoire collective des peuples que l'artiste Saïd Atek couche sur ses toiles. Tantôt à la pointe de son pinceau, tantôt à celle de son stylo, il réinterprète à l'encre ou en peinture les images d'archives qui ont façonné notre histoire.

Antoine Desvoivre | Mercredi 10 juillet 2019

Encré dans la mémoire

« Avant mes archives étaient intérieures, elles étaient le fruit de ma mémoire. Maintenant je me sers de la mémoire universelle. » C'est ainsi que Said Atek explique son choix de prendre des images d'archives comme inspiration pour ses œuvres. Il se prête à cet exercice depuis maintenant six ans et a réalisé ainsi de nombreuses séries de tableaux. Certains sont basés sur les portraits de femmes algériennes prises par le photographe Marc Garanger, d'autres sur les femmes tondues à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. De l'apartheid aux camps de concentration, le peintre traite de toutes les meurtrissures de l'humanité. Les instants chargés d'émotions et d'histoire, qu'il revisite par son travail, interrogent également notre présent. « Ce qui était hier ressemble beaucoup à ce qui se passe aujourd'hui. C'est exactement les mêmes choses, seul le contexte change », explique le quinquagénaire, diplômé de l'École des Beaux-Arts d'Alger. Il a trouvé une source quasi inépuisable d'inspiration dans l'iconographie historique, qu'il traduit en dessins ou en peintures, par des procédés aussi variés que les supports qu'il utilise. « Utiliser tous

Continuer à lire

Chorégraphie quotidienne

GUIDE URBAIN | Derrière cette vitrine bien singulière, rien n'est à vendre, bien au contraire. C'est une œuvre du quotidien qui s'offre gracieusement au regard des passants. Dans le laboratoire de permanence chorégraphique du Magasin, l'ouverture est une seconde nature.

Antoine Desvoivre | Vendredi 5 juillet 2019

Chorégraphie quotidienne

« Pendant trois mois, j'ai marché trois heures par jour dans la ville de Saint-Étienne et j'ai compté les vitrines vides. » C'est comme ça qu'est venue à Mathieu Heyraud, l'idée d'investir un de ces espaces, pour en faire une vitrine de la création artistique. C'est à deux pas de la place Jacquard que l'on trouve Le Magasin. Ni une salle de spectacle, ni vraiment un studio, c'est un lieu de recherches, pour les artistes qui souhaitent développer de nouvelles formes artistiques. À travers la vitrine, c'est la genèse des œuvres qui s'expose en un tableau urbain et quotidien. Fenêtre sur l'art Pour le chorégraphe de la compagnie R/Ô, « Le Magasin n'est pas un lieu, mais une chorégraphie visible depuis la rue. » C'est cette volonté de placer l'art au cœur de la ville et le public au centre du processus artistique, qui l'a amené à développer ce projet. Derrière cette vitrine, l'objectif n'est pas de monter un spectacle. C'est la recherche et l'expérimentation qui sont mises en scène. Ce concept nouveau, qui investit les vitrines abandonnées, est aussi pour son créateur, « un questionnement sur ces vi

Continuer à lire

Le temps de l'associatif

GUIDE URBAIN | Pour sa deuxième édition, la Cité du design accueillera la Biennale de la vie associative. Le vendredi 28 juin, les acteurs associatifs stéphanois (...)

Antoine Desvoivre | Lundi 24 juin 2019

Le temps de l'associatif

Pour sa deuxième édition, la Cité du design accueillera la Biennale de la vie associative. Le vendredi 28 juin, les acteurs associatifs stéphanois auront la possibilité de rencontrer et d'échanger autour de stands aux thématiques divers, telles que formation & accompagnement, financement & emploi ou communication & numérique et le samedi, le professeur de sciences économiques et sociales, Bertrand Lordon, donnera sa conférence : Associations et innovation sociale : quelle histoire ! Biennale de la vie associative, vendredi 28 & samedi 29 juin à la Cité du design – 3 rue Pavelin Pagnon, conférence le samedi de 10 h à 11 h 30

Continuer à lire

On se prend au jeu

Festival | Vous risquez de passer du temps dans les travées du Parc des expositions de Saint-Étienne les 11 et 12 mai... Le festival Ludiquest revient pour sa (...)

Nicolas Bros | Jeudi 2 mai 2019

On se prend au jeu

Vous risquez de passer du temps dans les travées du Parc des expositions de Saint-Étienne les 11 et 12 mai... Le festival Ludiquest revient pour sa quatrième année et comme à chaque fois devrait ravir les amateurs de jeux de plateau, jeux de rôles, jeux de cartes ou encore jeux de figurines. De nombreux éditeurs seront présents ainsi que des auteurs ou des illustrateurs. Ludiquest #4, les 11 et 12 mai au Parc Expo de Saint-Étienne

Continuer à lire

Supra cool

Culture scientifique | Le Centre de culture scientifique de l'École des Mines, La Rotonde, investit à son tour la Biennale design avec son expo Supra ! Une présentation inédite à (...)

Nicolas Bros | Mardi 2 avril 2019

Supra cool

Le Centre de culture scientifique de l'École des Mines, La Rotonde, investit à son tour la Biennale design avec son expo Supra ! Une présentation inédite à propos d'un sujet qui, de primes abords, peut paraître assez rébarbatif : la supraconductivité. Mais oubliez vos cours de physique, ici design et physique s'imbriquent pour une expérience interactive et ludique. Objets en lévitation, meringues à l'azote liquide, créations issues de la collaboration entre designers et scientifiques, voilà le programme. Une expo à survoler assidûment en prenant notamment part aux ateliers. Supra ! jusqu'au 1er juin 2019 au CCSTI La Rotonde à Saint-Étienne

Continuer à lire

Dub Inc s'engage pour SOS Méditerranée

MUSIQUES | Le groupe stéphanois s'engage pour l'association SOS Méditerranée en produisant aux côtés de nombreux autres artistes reggae et dub (Taïro, Naâman, Balik, (...)

Nicolas Bros | Vendredi 22 février 2019

Dub Inc s'engage pour SOS Méditerranée

Le groupe stéphanois s'engage pour l'association SOS Méditerranée en produisant aux côtés de nombreux autres artistes reggae et dub (Taïro, Naâman, Balik, Jahneration, Broussaï, Mellow Mood, Skarra Mucci, Awadi, Raphaël, Solo Banton) le morceau À travers les vagues disponible sur YouTube.

Continuer à lire

Les jeunes invités à découvrir la Comédie et le théâtre

Théâtre | Vous avez entre 13 et 18 ans, vous habitez dans la Loire et vous ne savez pas quoi faire de vos journées pendant les vacances de la Toussaint. Les équipes (...)

Nicolas Bros | Mardi 16 octobre 2018

Les jeunes invités à découvrir la Comédie et le théâtre

Vous avez entre 13 et 18 ans, vous habitez dans la Loire et vous ne savez pas quoi faire de vos journées pendant les vacances de la Toussaint. Les équipes de la Comédie de Saint-Étienne ont pensé à vous et vous proposent un stage de 5 jours (du 22 au 26 octobre), gratuit, afin de découvrir le théâtre et cet équipement culturel "dernier cri" que sont les nouveaux bâtiments de la Comédie. Au programme de cette semaine intitulée Terrain de jeux, six metteurs en scène et comédiens encadrent ce stage et vous feront travailler expression corporelle, voix, écoute... Mais le programme prévoit également des visites de l'envers du décor et des rencontres avec des techniciens, costumiers, chargés de production, de communication. Signalons également que l'espace Boris Vian met en place également un stage pour les 14/18 ans, du 29 octobre au 3 novembre dans les locaux de la Comédie, autour de l'autofiction et de l'écriture au plateau. Intitulé LOVE#2, ce projet est la suite logique du premier volet #LOVE, initié en 2017. Cette année, les jeunes sont encadrés par les metteurs en scène Gabriel F. et Cécile Vernet ainsi que par le musicien Simon Chomel.

Continuer à lire

Pas mieux Avent !

L'art par les fenêtres | L'association La Laverie initie en ce mois de décembre 2017, une action artistique étonnante et inédite : "L'Avent par les fenêtres". Un calendrier de l'Avent vivant avec un spectacle à la fenêtre d'un particulier différent chacun des 24 soirs précédant Noël, dans les quartiers Jacquard et Carnot.

Nicolas Bros | Mercredi 6 décembre 2017

Pas mieux Avent !

Au lieu de jeter tout votre argent par les fenêtres en cette période de fêtes, laissez l'art se jeter par les huisseries ! L'association La Laverie, toujours très originale dans ses initiatives, nous invite à découvrir une expérience artistique éphémère et unique, L'Avent par les fenêtres, dans les quartiers de Carnot et Jacquard. Tous les soirs du 1er au 24 décembre, à 19h, 24 spectacles originaux, d'une quinzaine de minutes chacun, sont programmés à la fenêtre d'un habitant différent. Théâtre, danse, musique, vidéo, cirque... de très nombreuses disciplines sont représentées dans ce projet permettant d'aller jusqu'à Noël tout en douceur. Animé par 19 compagnies/artistes stéphanois dont 4 amateurs et 5 compagnies/artistes originaires d'autres territoires, cet événement permet de mettre en valeur le bâti stéphanois. À la fin de chaque représentation, une carriole itinérante fabriquée par Gabriel Aguiar, ferronnier d'art et membre de l'association, permet de partager une boisson chaude avec les artistes. Une initiative originale à saluer qui permet de préparer Noël d'une manière étonnante. Plus d'infos sur

Continuer à lire

La curiosité n'est pas un si vilain défaut

Voyages | « Le voyageur est celui qui se donne le temps de la rencontre et de l’échange » explique Frédéric Lecloux, photographe et voyageur. La preuve (...)

Nicolas Bros | Mercredi 22 mars 2017

La curiosité n'est pas un si vilain défaut

« Le voyageur est celui qui se donne le temps de la rencontre et de l’échange » explique Frédéric Lecloux, photographe et voyageur. La preuve avec le festival Curieux Voyageurs où se cotoîent chaque année à la fin mars, celles et ceux qui ont « la bougeotte ». C'est surtout des réalisateurs de films de voyage dont il est question dans ce rassemblement. Attention pas celui du « film à papa » avec son bon vieux caméscope des familles, mais plutôt de films authentiques et ouverts sur le monde, avec souvent un message à faire passer. Du 24 au 26 mars, ce sont plus de 24 films qui sont proposés au Centre des Congrès et dans l'amphi de l'École des Mines. Pour chaque œuvre, la présence d'un membre de l'équipe du film permet de dialogue et de partager après le visionnage. La musique en fil rouge « La sélection des films s'effectue surtout aux coups de cœur, explique Laura Tangre, chargée du mécénat et de la communication du festival. Cette année, il y a un fil rouge autour de la musique. De nombreux films évoquent la découverte du voyage par la musique ou ce que la musique peut apporter dans les documentaires en général. » C'est notamment

Continuer à lire

Michael Fassbender : « Je ne suis pas un gamer »

4 questions à... | Après avoir campé dans Steve Jobs un créateur d’ordinateur, Michael Fassbender endosse pour l’adaptation du jeu vidéo Assassin’s Creed le double rôle de Cal et d’Aguilar, coiffant en sus la capuche de coproducteur. Il mise gros jeu…

Vincent Raymond | Mercredi 4 janvier 2017

Michael Fassbender : « Je ne suis pas un gamer »

Êtes-vous adepte des jeux vidéo ? Je ne suis pas un gamer, mais je me suis mis à Assassin’s Creed après avoir accepté d’entrer dans ce projet — par respect pour les gens d’Ubisoft d’une part, de l’autre parce que j’avais envie de connaître ce monde qu’ils avaient créé et qu’ils m’avaient tellement bien expliqué. Pour m’inspirer également de la “physicalité” du personnage que je devais interpréter, dans ses mouvements pour les combats, dans sa pratique du parkour… Mais je ne suis pas le seul à m’être totalement immergé dans cet univers : ma partenaire de jeu Ariane Labed a été plutôt hardcore dans sa préparation : elle allait tellement fort dans les combats avec les cascadeurs qu’elle a fini avec la main en sang ! Votre personnage est amené à puiser au fond de sa “mémoire génétique”. Avez-vous déjà éprouvé ce besoin pour un rôle ? Je suis pas sûr que cela soit le cas. En général, j’interprète à l’écran des personnages existant ou ayant existé ; je puise alors des informations sur eux en regardant des vidéos sur Youtube ou en lisant des livres qu’ils ont écrits, pour avoir

Continuer à lire

Simon Bruère : « Être étudiant à Saint-Étienne, c'est très agréable. »

GUIDE URBAIN | La FASEE est la Fédération des Associations de Saint-Etienne Étudiantes, c'est-à-dire que c'est un acteur majeur de la vie étudiante stéphanoise. Regroupant plus d'une vingtaine d'associations étudiantes, la FASEE est au coeur de la cité avec notamment l'organisation de l'AGORAé et d'autres activités majeures sur l'année universitaire. Le point avec son président Simon Bruère.

Nicolas Bros | Lundi 7 novembre 2016

Simon Bruère : « Être étudiant à Saint-Étienne, c'est très agréable. »

Pouvez-vous nous rappeler ce que vous organisez avec la FASEE sur l'année étudiante ? La FASEE a pour objectif est d'aider les étudiants de Saint-Étienne de toutes les manières possibles. Le but est la réussite des étudiants. Cela passe par plusieurs solutions mises en place tout au long de l'année. Par exemple, nous avons un "pôle représentation" qui envoie des élus étudiants au Conseil de la fac. Ils aident à orienter les décisions dans un sens favorable aux étudiants. Nous proposons également une épicerie solidaire, l'AGORAé, nous participons à l'événement Saint-Étienne Accueille Ses Étudiants (SASE), au rallye inter-filières, ... Nous organisons également des Olympiades chaque année au mois de mars. En 2017, ce sera du 13 au 17 mars. Cela correspond à notre plus gros événement de l'année. Nous avons aussi un pôle "innovation sociale" qui est chargé de mettre en place des stands de prévention sur les soirées étudiantes à propos de l'utilisation de préservatifs, de bouchons d'oreilles ou encore de la consommation d'alcool via la distribution d'éthylotests. Enfin, nous apportons notre soutien financier à des causes telles que le Téléthon ou à des associ

Continuer à lire

Ciel ! Les Noctambules quitte ses locaux

ECRANS | L'association Ciel ! Les Noctambules destinée à « favoriser la production et la diffusion du court-métrage sous toutes ses formes (fiction, docs, clips, (...)

Nicolas Bros | Vendredi 29 janvier 2016

Ciel ! Les Noctambules quitte ses locaux

L'association Ciel ! Les Noctambules destinée à « favoriser la production et la diffusion du court-métrage sous toutes ses formes (fiction, docs, clips, animation…) et du cinéma indépendant », créée en 1997 et installée depuis 2003 au 6, rue Jacques Desgeorges à Saint-Étienne, va quitter ses locaux. Une saison hors les murs est prévue avant de retrouver un nouveau lieu poiur le développement d'activités. En attendant, une sélection de 26 photos retrace les douze années passées par les équipes de l'association dans ce lieu atypique de la rue Desgeorges. Cette galerie d'images est à retrouver ici. NB

Continuer à lire

Regards et Mouvements quitte Pontempeyrat

ACTUS | Après dix-neuf ans dans leurs locaux de l'Hostellerie de Pontempeyrat, l’association Regards et Mouvements (organisatrice notamment du festival Les (...)

Nicolas Bros | Mercredi 2 décembre 2015

Regards et Mouvements quitte Pontempeyrat

Après dix-neuf ans dans leurs locaux de l'Hostellerie de Pontempeyrat, l’association Regards et Mouvements (organisatrice notamment du festival Les Pontempeyresques) vient de partir. Par communiqué, la structure explique que tout en continuant « d'être accompagnés par [ses] partenaires institutionnels dans le cadre de la grande région Auvergne/Rhône-Alpes, c'est tout [leur] projet qui est à repenser économiquement et philosophiquement. » En attendant de trouver un autre lieu d'atterissage, l'association ne va pas s'arrêter pour autant, puisqu'elle va proposer une programmation "hors-les-murs" en 2016, tout en élargissant son territoire d'action au Rhône, Puy-de-Dôme et Nord-Ardèche. La programmation complète de la saison 2016 sera annoncée au début d'année prochaine. NB

Continuer à lire

Musiques du monde : le cinq majeur

MUSIQUES | Alors on transe Avec sur scène dix musiciens et un VJ, Urban Shaman propose une expérience unique, tant visuelle qu’auditive, portée par une musique (...)

Niko Rodamel | Mardi 1 septembre 2015

Musiques du monde : le cinq majeur

Alors on transe Avec sur scène dix musiciens et un VJ, Urban Shaman propose une expérience unique, tant visuelle qu’auditive, portée par une musique sauvage qui prône « l’ouverture au monde, l’ensemencement de terres inconnues et la fertilisation des terroirs du futur », rien de moins ! Véritable performance d’improvisation collective, Urban Shaman invite à la transe, une transe urbaine aux accents actuels et immémoriaux, joyeuse et féroce à la fois. Irrésistible. Niko Rodamel Urban Shaman, jeudi 29 octobre à 19h30, le Fil à Saint-Étienne Mise à flow Étoile montante du reggae français, Naâman s’est taillé la part du lion à vitesse grand V sur la scène internationale. Il cristallise presqu’à lui seul une jeune génération qui ouvre de nouvelles pistes sans oublier les racines du genre. Mêlant avec un talent bluffant hip-hop et sonorités jamaïcaines, l’énergie et la musicalité de Naâman servent avec un élan nouveau des messages de paix, d’amour et de liberté, délivrés dans un flow efficace et généreux. NR Naâman, vendredi 6 novembre à 20h30, le Fil

Continuer à lire

Jazz : Notre sélection de concerts

MUSIQUES | Voici la sélection de concerts jazz de la rédaction du Petit Bulletin Saint-Étienne pour la saison 15/16.

Niko Rodamel | Mardi 1 septembre 2015

Jazz : Notre sélection de concerts

Maalouf au quart de tour La source musicale principale d'Ibrahim Maalouf se trouve dans les profondeurs de la tradition musicale arabe : l'improvisation. C’est sans doute pour cela que ses albums se suivent sans se ressembler. Véritable touche-à-tout, Maalouf sortira coup sur coup cette automne deux nouveaux LP : Kalthoum, hommage à la chanteuse égyptienne puis Red and Black Light, dans lequel il assumera pleinement sa veine électro-pop. Incorrigible ! Niko Rodamel Ibrahim Maalouf, jeudi 1er octobre à 21h, le Fil Afrobeat child Fidèle batteur de l’immense Fela Kuti, Tony Allen demeure à ce titre l'un des musiciens les plus influents du continent noir. Et si l'afrobeat connaît actuellement un regain d'intérêt, Allen en est le maître vivant mais aussi le gardien. Après cinquante ans d’une incroyable carrière, le musicien poursuit sa voie royale, celle d’une musique à la rythmique hypnotique reconnaissable entre toutes, dont l’énergie

Continuer à lire

Théâtre : Les dix pièces qu’il ne faut pas manquer

SCENES | La sélection théâtre de la rédaction du Petit Bulletin Saint-Étienne, saison 15/16.

Florence Barnola | Mardi 1 septembre 2015

Théâtre : Les dix pièces qu’il ne faut pas manquer

Tempête de sable Arnaud Meunier aime les grands auteurs et le prouve une fois encore en montant Le Retour au Désert de Bernard- Marie Koltès. C’est une histoire de fratrie, comme savait en écrire le talentueux et feu écrivain, sur fond de guerre d’Algérie. L’occasion nous est donnée en octobre d’entendre l’une des plus belles écritures contemporaines avec une distribution alléchante composée de Catherine Hiegel et Didier Bezace. Florence Barnola Le Retour au désert, du 1er au 11 octobre à la Comédie de Saint-Etienne Mouche à miel L’entité familiale reste un cadre récurrent chez Gilles Granouillet. Abeilles, sa nouvelle création, met en lumière une famille de deux enfants. Là encore l'auteur-metteur en scène interroge les liens familiaux, ses tensions, les non-dits et les secrets. Petit plus : le père est interprété par François Font que nous sommes heureux de retrouver sur une scène stéphanoise. FB Abeilles de Gilles Granoui

Continuer à lire

Danse : Cinq spectacles à découvrir

SCENES | Les plus courtes sont les meilleures La Carolyn Carlson Company présente Short Stories : quatre pièces qui - fait exceptionnel - couvrent les quarante (...)

Monique Bonnefond | Mardi 1 septembre 2015

Danse : Cinq spectacles à découvrir

Les plus courtes sont les meilleures La Carolyn Carlson Company présente Short Stories : quatre pièces qui - fait exceptionnel - couvrent les quarante ans du travail chorégraphique de cette artiste exceptionnelle. Isida Micani reprend le solo magistral et aérien Density 21.5. Dans le solo Wind Woman et le duo Li, Carlson interroge le sentiment de l'éphémère. Enfin, le magnifique duo All that falls montre l'édification de la relation d'amour entre un homme et une femme. « Nous sommes ce que nous laissons derrière nous » dit celle qui laisse déjà un immense héritage. Short Stories, jeudi 8 octobre à 20h, au Théâtre du Parc Dans la cour de récré A quoi joue-t-on dans la cour de récréation de la Compagnie Dynamo ? Eh bien, le Playground (ou terrain de jeu) est occupé par un acrobate et deux danseuses-voltigeuses, dont Virginie Barjonet qui signe une chorégraphie conjuguant danse au sol et danse aérienne. L'envol des corps dans cette danse voltige, fait douter de la pesanteur et libère de la corde, prolongem

Continuer à lire

Classique/Lyrique : Les cinq incontournables

MUSIQUES | Voici la sélection de concerts de musique classique/lyrique de la rédaction du Petit Bulletin Saint-Étienne pour la saison 15/16.

Alain Koenig | Mardi 1 septembre 2015

Classique/Lyrique : Les cinq incontournables

Pourquoi votre fille est muette... C'est au célèbre tandem Barbier-Carré que Carvalho, directeur du Théâtre-Lyrique, confia d'intercaler dans la pièce de Molière, des textes chantés qui pussent rehausser la farce du grand Molière. Comme le fera plus tard Massenet avec sa Cendrillon, les références au 17e siècle sont légion. Empreinte de ce bon sens populaire, dont notre génie national ne se départit jamais, ce Médecin malgré lui, revisité par Gounod est assaisonné à la sauce Rossini et se déguste tel un Beaujolais nouveau. Parfait pour un public familial. AK Le Médecin malgré lui, vendredi 16 et samedi 17 octobre à 20h au Grand Théâtre Massenet de l'Opéra de Saint-Étienne Le chouchou de la Castafiore... Merci à Puccini et à ses deux librettistes d'avoir réussi à faire oublier la naphtaline grandiloquente de la pièce de Victorien Sardou. La postérité n'aura retenu que le chef d'œuvre passionnel et brutal du maître de Lucques, et qui s'en plaindra ? Apogée du vérisme, véritable juke-box de mélodies toutes plus belles les unes que les autres. Comment s'étonner du triomp

Continuer à lire

Entente cordiale

SCENES | Quand une compagnie théâtrale française, lyonnaise précisément, décide de travailler avec Howard Barker, directeur de la Wrestling School et auteur anglais en (...)

Florence Barnola | Mardi 4 février 2014

Entente cordiale

Quand une compagnie théâtrale française, lyonnaise précisément, décide de travailler avec Howard Barker, directeur de la Wrestling School et auteur anglais en vogue depuis quelques années en Europe et ailleurs, cela donne Innocence. Le projet est celui de nÖjd, association d’acteurs issus du Compagnonnage-Théâtre des Trois-Huit. Cette structure née en 2006 se veut sans metteur-en-scène attitré, elle est le lieu de propositions artistiques diverses de la part de ses membres tout en s’ouvrant aux collaborations extérieures. Et comme cité plus haut, les invités peuvent être prestigieux. Alors la genèse d’Innocence ? Aurélie Pitrat, comédienne de la compagnie, est une grande fan du dramaturge et metteur-en-scène anglais, depuis plus d’une décennie elle travaille sur ses oeuvres, allant régulièrement à Londres le rencontrer, voir ses nouvelles créations. Un jour, Howard Barker lui donne à lire The Gaoler’s Ache for the nearly dead. Rentrée en France, elle s’empresse de tester le texte avec ses camarades. Le nouvel opus est une tragédie, genre qu’affectionne particulièrement le britannique, inspirée par la persécution et la mort de Marie-Ant

Continuer à lire

Carton vert

ARTS | Pépinière de laboratoire d’usages pour expérimenter d’autres manières de faire la ville, le 24 novembre 2010, le site des Cartonnages Stéphanois devenait un espace public temporaire. Conçu et animé en plusieurs épisodes par l'association Carton plein, le site héberge aujourd'hui une association un peu en roue libre, qui pose néanmoins nombre de questions sociales.

Marlène Thomas | Mercredi 25 avril 2012

Carton vert

L’EPASE souhaitait créer un espace public, elle a donc sollicité l'association loi 1901 Carton plein pour réfléchir au devenir du site des anciens Cartonnages Stéphanois. Un espace public au statut spécial puisqu'il est temporaire... l'EPASE a restitué le site à la ville de Saint Etienne, mais il semble y avoir un vide juridique puisque l'association aménage un espace sans commanditaire, à part peut-être les usagers eux-mêmes. Le projet cherche à rassembler des compétences et des sensibilités multiples, avec un travail en workshops, des réunions ouvertes aux publics, voisins, professionnels ou chercheurs, et surtout aux usagers aussi associés au travail de conception. Pour éprouver le site, on y pratique projections de film, jardinage, concerts, jeux de construction libres, avec 10 tubes, 16 pneus, 1 ballon, 40 cartons, 20 drapeau... Réflexions sociétales La démarche de Carton plein est de concevoir des aménagements non génériques à partir d’une approche ancrée dans le site. Son équipe pluridisciplinaire est constituée d'une coordinatrice, de jardiniers, de graphiste, d'artistes plasticiens, d'architectes et de designers. En relation avec notamment le Laboratoi

Continuer à lire

La monarchie dans tous ses états

SCENES | Fin de saison tonitruante et foutraque à la Comédie. L’association Nödj présente "Yvonne, Princesse de Bourgogne" de Witold Gombrovicz. Une histoire d’amour pas comme les autres révélant un subtile jeu de métaphore. Grégory Bonnefont

Grégory Bonnefont | Mardi 24 avril 2012

La monarchie dans tous ses états

Créée en 2006, l’association Nödj aborde le théâtre et toute la complexité de sa théorie par d’éclairants jeux de mots. «Nous sommes des sociologues ratés, des physiciens fainéants, des philosophes dyslexiques et analphabètes, des neurobiologistes du 2e siècle, et nous jouons. Nous voulons l’énergie, l’intensité, la force centrifuge» clame Guillaume Bailliart. Celui qu’on a pu retrouver aux côtés tant de Michel Raskine que de Gwénaël Morin aborde l’œuvre de Gombrowicz pour assoir ses propos. Et c’est l’amour qui servira de filtre pour évoquer les questions sans réponse. Un filtre bien particulier toutefois du fait que la Cour royale mise en scène ici, offre une histoire grotesque. Yvonne, Princesse “Mollichonne“, à l’apparence défiant tous les canons de la beauté, est fiancée au Prince Philippe. Yvonne aimait Philippe et Philippe le lui rendit si bien qu’à la fin ça ne rendait rien. La chanson est bien connue. Le mariage devient impossible face aux critiques proférées par la Cour et pourtant demeure inéluctable. Seul l’assassinat de la Princesse Yvonne peut sauver la situation. Les bassesses d’une haute société Nous pourrions nous attarder sur la condi

Continuer à lire

Le MAM se pare de bleu

ARTS | Le musée d'art moderne de saint Étienne annonce le printemps avec 4 nouvelles expositions, le déploiement des œuvres de Jan Fabre artiste polymorphe contesté pour son audace anarchiste, la venue de Kimsooja et d'Isabel Nolan qui signe sa première exposition personnelle muséale «hole in the future», et enfin l'invitation à l'occasion de l'exposition local line 10 de quatre artistes coréens et de quatre artistes locaux.

Marlène Thomas | Mercredi 29 février 2012

Le MAM se pare de bleu

L'entrée du musée est sertie d'une composition de 12 panneaux Le pouvoir et la mort de l'Heure Bleue de Jan Fabre. Réalisée spécialement pour l'occasion, elle embrasse l’incroyable acharnement du recouvrement de ses supports entièrement réalisés au bic bleu entre 1977 et 1992, Les années de l'Heure Bleue, qui émerge au cœur du musée. 25 ans d'une "encyclopédie sur l'attente narrative" comme le souligne Lóránd Hegyi directeur du musée d'art moderne. L'Heure Bleue, comme moment entre deux, du rêve et de l'éveil. Jan Fabre illustre la participation d'autres individus dans la réalisation de ses œuvres avec la métaphore de l'observation des cheminements que tracent les insectes. Il part du principe que l'œuvre est en quelque sorte «un rhizome qu'il prolonge», qu'il concède à la pluralité des chemins pour aller vers une ouverture de la symbolique. Boulversement La transparence du travail compassionnel de l'artiste Kimsooja bouleverse notre perception spatio-temporelle. Elle propose ses vidéos comme ses œuvres Bottari,  composées de ballotins de tissus noués, l'un

Continuer à lire