Une étudiante stéphanoise crée le timbre de la COP21

Nicolas Bros | Jeudi 10 septembre 2015

Photo : © Noémie Auzet - Groupe La Poste


Un des événéments de cette fin d'année sera la tenue à Paris - Le Bourget de la COP21 (21e Conférence des Nations Unies sur le climat) du 30 novembre au 11 décembre 2015. À cette occasion, le groupe La Poste édite un timbre spécial dont la création a été confiée à l'ESADSE (École supérieure d'art et de design de Saint-Étienne). La création retenue est celle de Noémie Auzet, une étudiante de 22 ans. Afin d'expliquer son oeuvre, elle a exprimé le fait que son travail « montre le lien fort qui existe entre la nature, la feuille et la civilisation. L'homme est responsable de la nature et de la nature découle l'homme. C'est ce lien et cette grande force fragile dont il faut savoir prendre soin. » Ce timbre sera édité à 1 million d'exemplaires et disponible à partir de novembre.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Un nouveau directeur pour l'Ecole supérieure d'art et de design de Saint-Étienne

Nomination | Éric Jourdan, designer formé notamment à l'ex École des Beaux-Arts de Saint-Étienne, vient d'être nommé nouveau directeur de l'Esadse (Ecole supérieure d'art et de (...)

Nicolas Bros | Lundi 22 juin 2020

Un nouveau directeur pour l'Ecole supérieure d'art et de design de Saint-Étienne

Éric Jourdan, designer formé notamment à l'ex École des Beaux-Arts de Saint-Étienne, vient d'être nommé nouveau directeur de l'Esadse (Ecole supérieure d'art et de design de Saint-Étienne). Il prendra ses fonctions le 1er juillet prochain en lieu et place de Claire Peillod qui était directrice depuis 2017. Éric Jourdan intervient sur le plan international dans différents champs d'action : objets, scénographie, graphisme. Il collabore régulièrement avec le groupe Roset et travaille actuellement sur un projet de mobilier pour un golf privé situé dans les Hamptons aux États-Unis et sur l’aménagement du Centre des congrès de Saint-Étienne.Il enseigne également dans plusieurs établissements dont l’Esadse depuis 1994. Pour l'Esadse, son intention est de « déployer une stratégie ambitieuse dans les domaines de la pédagogie de l’école au croisement de la création et de l’innovation, de l’interconnexion avec le territoire économique et entend renforcer la dimension internationale de l’Esadse en lien avec le réseau des villes UNESCO Design, auquel Saint-É

Continuer à lire

On se Serre en 2020

Jeune création contemporaine | La Serre, lieu d'expression artistique dédié à la jeune création contemporaine de la Ville de Saint-Étienne, lance sa nouvelle saison 2020 dès le 24 (...)

Nicolas Bros | Mercredi 22 janvier 2020

On se Serre en 2020

La Serre, lieu d'expression artistique dédié à la jeune création contemporaine de la Ville de Saint-Étienne, lance sa nouvelle saison 2020 dès le 24 janvier avec une exposition programmée de Camila Ragonese, intitulée Un endroit super heureux. Visible jusqu'au 29 février, cette première exposition personnelle de l'artiste diplômée de l'ESADSE (École supérieure d'art et de design de Saint-Étienne) et née en 1994, sera suivie de cinq autres expositions inédites installées tout au long de l'année. Avec des modes d'expression très variés tels que peinture, dessin, sculpture, installation, design, photographie ou arts numériques. L'occasion de découvrir le travail de jeunes artistes qui font et feront la fierté de notre territoire, démontrant également le dynamisme de cette nouvelle génération de créateurs. Un endroit super heureux de Camila Ragonese, expo du 24 janvier au 29 février à La Serre Entrée libre du jeudi au samedi de 15h à 19h / Vernissage le jeudi 23 janvier à 18h La Se

Continuer à lire

Flower power

Relève | Lauréate de la sixième édition du prix Moly-Sabata / Ville de Saint-Étienne, la plasticienne Mélissa Sinapan annonce clairement la couleur avec l’exposition (...)

Niko Rodamel | Mercredi 4 décembre 2019

Flower power

Lauréate de la sixième édition du prix Moly-Sabata / Ville de Saint-Étienne, la plasticienne Mélissa Sinapan annonce clairement la couleur avec l’exposition À la peinture et aux fleurs, à découvrir jusqu’au 15 décembre dans les murs de l’ancienne école des Beaux-arts. À partir d’éléments graphiques glanés ici ou là, dans des musées ou des églises mais également au fil de ses voyages, l’artiste construit ses tableaux comme le récit pictural de ses souvenirs personnels. Chaque toile déploie un décor unique où les sensations florales sont construites autour d’un nouveau motif, traité de façon changeante. Chaque oeuvre s’offre ainsi au regard tel un écrin végétal où l’explosion vibratoire des couleurs et le rythme des volutes témoignent chez Mélissa d’une sincère passion pour l’univers des fleurs. Pour la jeune femme, cette série est aussi un terrain de jeu dans lequel elle se réapproprie intelligemment tout un pan de l’histoire de l’'art... Mélissa Sinapan s’était fait remarquer pour la qualité de son travail, au printemps dernier, lors de l’'exposition Starting Blocks qui mettait en avant les nouveaux diplômés de l'ESADSE. Mélissa Sinapan,

Continuer à lire

Terminus

Diplômés | Avec Le jour suivant, L’ESADSE expose les travaux d’une quarantaine d’étudiants fraîchement diplômés du Diplôme National Supérieur d'Expression Plastique, (...)

Niko Rodamel | Mardi 1 octobre 2019

Terminus

Avec Le jour suivant, L’ESADSE expose les travaux d’une quarantaine d’étudiants fraîchement diplômés du Diplôme National Supérieur d'Expression Plastique, validant un cursus de cinq ans d’études. Nous retrouvons parmi ceux-ci Tom Ouitre (section design) et Célia Descours (section art). Tom propose une réflexion qui s'inspire de son histoire personnelle de footballeur amateur, cherchant notamment à retranscrire plastiquement les émotions générées par un sport populaire lui-même mû par des rituels bien précis. La compétition sportive fait ici du stade le centre d’un monde déconnecté du temps de production et du travail, dont les rouages s’apparentent à la société du spectacle. Quant à Célia, elle met en œuvre des sensations antagonistes, entre attirance et répulsion, au coeur de son travail de sculpture. La plasticienne s’est notamment questionnée à propos de l’ergonomie des objets qu’elle façonne, leur fonctionnalité, voire leur détournement. Elle s’autorise au passage un clin d'oeil à la pratique du tuning (avec l’appropriation d’objets industriels intimisés) ou encore à l’univers du sadomasochisme ! Placée sous le commissariat de Denis Coueign

Continuer à lire

Récits rétifs

Relève artistique | Née en Seine-Saint-Denis en 1993, Léa Bouttier est passée par la Haute École d’Art et de Design de Genève avant de terminer sa formation à Saint-Étienne, à (...)

Niko Rodamel | Jeudi 2 mai 2019

Récits rétifs

Née en Seine-Saint-Denis en 1993, Léa Bouttier est passée par la Haute École d’Art et de Design de Genève avant de terminer sa formation à Saint-Étienne, à l’ESADSE. Depuis l’obtention de son Diplôme National Supérieur d'Expression Plastique en 2017, elle bénéficie du soutien de l’ADÉRA, dispositif d’aide à la professionnalisation tourné vers les jeunes diplômés issus des écoles d'art rhône-alpines. Vivant et travaillant désormais à Lyon, Léa a ainsi intégré les Ateliers du Grand Large, à Décines-Charpieu. L’artiste met en oeuvre des techniques très diverses, recourant indifféremment à la sculpture, la vidéo, l'écriture ou la performance. Avec Les Sites à Chutes, les visiteurs étaient invités à la suivre dans les rues de Saint-Étienne, les guidant vers des éléments urbains qui, par leur caractère spécifique, sans être pour autant narratif, offraient la naissance d’une parole et la possibilité d’un récit. Car c’est bien cette notion de l’interprétation des formes que Léa Bouttier interroge à travers ses installations, cherchant à comprendre comment naissent les fictions au sein de formes souvent standardisées, provenant de l'architecture (poutrelles IPN), du milieu admi

Continuer à lire

L'École d'Art et de Design de Saint-Étienne s'exporte en centre-ville

ARTS | L'ESADSE (École Supérieure d'Art et de Design de Saint-Étienne), située à proximité de la Cité du design, ouvre un espace d'exposition en plein centre-ville, du côté (...)

Nicolas Bros | Mardi 23 janvier 2018

L'École d'Art et de Design de Saint-Étienne s'exporte en centre-ville

L'ESADSE (École Supérieure d'Art et de Design de Saint-Étienne), située à proximité de la Cité du design, ouvre un espace d'exposition en plein centre-ville, du côté des arcades de l'Hôtel de Ville afin de montrer les travaux d'étudiants, de diplômés et d'enseignants de l'école. Expérimental, ce nouveau lieu, situé au 7/8 des arcades, sera consacré à présenter des œuvres d'art et de design et proposera sept expositions de février à décembre 2018. La première d'entre elles, intitulée Sortie d'ateliers #1, présente un extrait des travaux produits lors d'une des deux semaines Pratique et Recherche organisées par l'ESADSE en décembre 2017. Pendant les périodes d'exposition, L'Antenne sera ouverte les jeudis et vendredis de 16h à 19h et les samedis de 15h à 19h. Sortie d'ateliers #1, du 3 février au 2 mars 2018, à L'Antenne, 7/8 arcades de l'Hôtel de Ville à Saint-Étienne

Continuer à lire

Belles lettres en fête

Fête du livre 2017 | Du 6 au 8 octobre, Saint-Étienne va feuilleter romans, essais, contes, recueils... et devenir comme chaque année au mois d'octobre le centre névralgique de la rentrée littéraire en France. Avec un programme élargi, une zone plus grande avec de nouveaux lieux investis et un focus sur les lettres allemandes, la Fête du livre prend encore un peu plus d'ampleur.

Nicolas Bros | Mardi 19 septembre 2017

Belles lettres en fête

Après une édition 2016 marquée par un focus sur les "jeunes adultes", une mise en place de nouveaux espaces et une réappropriation de la place de l'Hôtel de Ville, la 32e édition de la Fête du livre prend encore davantage d'envergure en 2017. Tout d'abord par le nombre d'auteurs présents puisqu'ils seront plus de 270 à venir défendre leurs productions devant le public stéphanois. Avec pour parrain Didier Decoin, prix Goncourt en 1977 pour John l'Enfer, le contingent d'écrivains sera composé de jolis noms tels que Delphine Coulin, Jules Stromboni, François-Henri Désérable, Antoine Choplin ou encore Monica Sabolo. Au rayon des nouveautés, la première significative concernera les lieux où se présenteront les auteurs. Avec le projet "Redesign moi un salon", l'équipe d'organisation travaille depuis 2013 avec les élèves de l'ESADSE (École supérieure d'art et de design de Saint-Étienne). « L'objectif est de répondre à la mutation des salons littéraires via l'intégration de nouvelles formes de rencontres entre le public et les auteurs, assure Isabelle Rabineau, commissaire générale de la Fête du livre. Nous travaillons ainsi sur les flux de visiteurs, le mobilier,

Continuer à lire

Rodolphe Dogniaux

3 questions à... | La Biennale 2017 trace les contours d’une vision d’avenir : à travers les mutations de la société et celles du travail, c’est aussi la mutation du design qui s’opère. Dans une perspective volontairement expérimentale, il est question de passage d’un design d’objet vers un design d’usage. Nous avons rencontré Rodolphe Dogniaux, responsable du post-diplôme à l'École supérieure d'art et de design (ESADSE), commissaire et scénographe de l’exposition La gueule de l’emploi aux côtés de Marc Monjou.

Niko Rodamel | Mercredi 1 mars 2017

Rodolphe Dogniaux

Qu’est-ce que le CyDRe ? CyDRe est l’acronyme qui désigne le Cycle Design Recherche, un troisième cycle qui s’adresse donc aux étudiants désireux d’approfondir leur formation après leur BAC+5 en s’orientant vers la recherche, jusqu’à l’obtention d’un Diplôme Supérieur de Recherche en Design ou d’un Doctorat Arts industriels. C’est une sorte d’incubateur qui accueille neuf étudiants-chercheurs, lesquels bénéficient d'une bourse de recherche, d'une résidence à la Cité du design, d'un espace de travail dédié et d’un accès privilégié à toutes les ressources de l'ESADSE et de la Cité du design. Quel est le propos de l’exposition La gueule de l’emploi ? Quels que soient les thèmes proposés lors des précédentes Biennales, de la téléportation à l’empathie en passant par les sens du beau, les expositions proposées par l’École supérieure d'art et design y ont toujours apporté un regard décalé, comme par exemple il y a deux ans avec Tu nais, tuning, tu meurs. Mais cette fois-ci, nous n’exposons pas des pièces que l’on fait venir à Saint-Étienne, les étudiants du post-diplôme ont au contraire tous produits par eux

Continuer à lire

Les premiers noms d'auteurs français à la Foire du livre de Francfort

Littérature |

Nicolas Bros | Vendredi 17 février 2017

Les premiers noms d'auteurs français à la Foire du livre de Francfort

Saint-Étienne sera mise à l'honneur pendant la Foire du livre de Francfort (du 11 au 15 octobre 2017), en réalisant le pavillon qui accueillera les auteurs français et francophones. La France étant l'invitée d'honneur de cette 69e édition du plus grand salon littéraire au monde. La première liste des auteurs présents vient de tomber. Voilà les premiers noms, où l'on retrouve aussi bien Amélie Nothomb, Dany Lafferière, Jean-Christophe Rufin que Gaël Faye, Virginie Despentes, Emmanuel Carrère ou bien Mathias Malzieu (leader du groupe Dionysos). Auteurs parmi la délégation française à la Foire Internationale du Livre de Francfort 2017: Emmanuelle Bayamack-Tam, éditions POL Secession Verlag : Je viens, septembre 2017 Patrick Boucheron, éditions Le Seuil Wolff Verlag, Conjurer la peur, 2016 Emmanuel Carrère, éditions POL Matthes & Seitz : Un roman russe, mai 2017 Patrick

Continuer à lire

Une nouvelle direction à l'ESADSE

Nouvelle tête | Claire Peillod, directrice de l'École d'art et design (ESAD) de Reims de 2006 à 2016, a été désignée nouvelle directrice de l'École supérieure d'art et de design (...)

Nicolas Bros | Lundi 19 décembre 2016

Une nouvelle direction à l'ESADSE

Claire Peillod, directrice de l'École d'art et design (ESAD) de Reims de 2006 à 2016, a été désignée nouvelle directrice de l'École supérieure d'art et de design de Saint-Étienne. Elle duccède ainsi à Yann Fabès. Cette Lyonnaise de naissance suit une formation en lettres modernes et histoire de l'art dans sa ville natale avant de débuter sa carrière professionnelle dans la presse culturelle. Elle devient ensuite professeur et intervient notamment à l'École des Beaux-Arts de Saint-Étienne. Elle crée également un espace de diffusion d'art contemporain à Lyon, la BF15. De 2002 à 2004, elle assure la direction de la Fête des Lumières de la capitale des Gaules puis arrive à Reims. Elle se déclare « heureuse de poursuivre [son] expérience de direction d'un établissement supérieur artistique à Saint-Étienne. » Selon elle « les Écoles sont les institutions artistiques les plus préservées du marché, l'utopie y semble encore possible ! »

Continuer à lire

Yann Fabès quitte l'École supérieure d'art et de design de Saint-Étienne

ACTUS | Yann Fabès, directeur de l’École supérieure d’art et design de Saint-Étienne depuis 2011, va quitter son poste en septembre pour devenir le nouveau (...)

Nicolas Bros | Vendredi 1 juillet 2016

Yann Fabès quitte l'École supérieure d'art et de design de Saint-Étienne

Yann Fabès, directeur de l’École supérieure d’art et design de Saint-Étienne depuis 2011, va quitter son poste en septembre pour devenir le nouveau directeur de l’ENSCI-Les Ateliers (École nationale supérieure de création industrielle) à Paris. Le nom de sa ou de son successeur n'est pas encore connu.

Continuer à lire

Saint-Étienne présentée à Milan

ARTS | La Biennale de design de Saint-Étienne sera présente chez son homologue d'Italie : BASE Milano. Invitée par Andrea Cancellato (directeur de la Triennale de (...)

Nicolas Bros | Mercredi 16 mars 2016

Saint-Étienne présentée à Milan

La Biennale de design de Saint-Étienne sera présente chez son homologue d'Italie : BASE Milano. Invitée par Andrea Cancellato (directeur de la Triennale de Milan), la ville de Saint-Étienne présentera l'exposition "Saint-Etienne changes design, French capital of design" sur 250 m² pensés par Eric Jourdan, dans le cadre de cet événement d'ampleur international. À travers trois espaces ("design dans la ville de Saint-Étienne", "Biennale Internationale Design Saint-Étienne 2017" et une exposition des élèves de l'École Supérieure d'Art et de Design sur le projet Fukushima MON AMOUR"), Saint-Étienne aura l'occasion de présenter ses activités et son lien avec le design. NB Exposition présentée du 2 avril au 12 septembre 2016 à la Triennale de Milan - BASE Milano, Via Bergognone 34, 20144, Milano, Italy Accès Tram 33 arrêt Via Porro Lambertenghi

Continuer à lire

"Demain" : les bonnes intentions ne suffisent pas

ECRANS | En salle alors que se tient la COP21, ce documentaire fait le tour d’initiatives, aujourd’hui couronnées de succès, permettant d’engager le monde dans une voie alternative. Hélas, la forme torpille le fond…

Vincent Raymond | Mardi 1 décembre 2015

Demain est l’un de ces films qui font enrager. Parce qu’il s’empare d’une cause juste en en faisant quasiment un objet à la mode revendiqué par des "icônes" du star-system, des "égéries" du showbiz. En la traitant d’une manière maladroite, superficielle, naïve, sans continuité esthétique, de surcroît. Pourtant, la vulgarisation de concepts comme la propagation d’un message militant via le documentaire ne passent pas forcément par un amenuisement du style, une altération de la forme ni un renoncement artistique – Wagenhofer, Wenders, Welles ou Guzmán, si l’on veut un cinéaste dont l’initiale n’est pas W, l’ont largement prouvé. Le propos ici, c’est la dénonciation des graves changements climatiques (et leur conséquences, actuelles ou à venir) liés au fonctionnement de notre société industrielle, à nos habitudes de surproduction et consommation. Pour éviter une extinction massive du vivant à brève échéance, la solution serait d’agir massivement sur divers axes : alimentation, transports, énergie, politique, éducation... Cyril Dion (ancien responsable du mouvement Colibris) et Mélanie Laurent ont donc collecté des témoignages d’acteurs associatifs ou de

Continuer à lire

Trois timbres stéphanois pour la COP21

ACTUS | Trois étudiants de l'École supérieure d'art et de design de Saint-Étienne (Noémie Auzet, Charles Haumont et Nolwenn Le Nir) ont vu leur création être éditées en tant (...)

Nicolas Bros | Mercredi 25 novembre 2015

Trois timbres stéphanois pour la COP21

Trois étudiants de l'École supérieure d'art et de design de Saint-Étienne (Noémie Auzet, Charles Haumont et Nolwenn Le Nir) ont vu leur création être éditées en tant que timbres officiels de la COP21 (21ème Conférence des Nations Unies sur le climat - du 30 novembre au 11 décembre au Bourget). Ces trois timbres seront diffusés par les offices postaux des Nations-Unies à New-York, Genève et Vienne et sont d'ores et déjà disponibles dans les principaux bureaux de postes ou sur le site de La Poste.

Continuer à lire