Calme, luxe et volupté

Niko Rodamel | Mardi 3 octobre 2017

Photo : Airelle Besson © Hugues Lawson-Body


L'église de Villars sera l'écrin parfait, dimanche 15 octobre à 18h, pour accueillir le délicat duo que forment le violoncelliste globe-trotter Vincent Segal et la nouvelle perle du jazz français, la trompettiste Airelle Besson. L'économie de notes du premier et le jeu aérien de la seconde promettent un concert d'exception.


Airelle Besson & Vincent Segal

"Du vent dans les cordes"
Église Saint-Laurent de Villars Place Gambetta Villars
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Bachi-bouzouk corporation

OVNI | Versez dans un blender un percussionniste génialement touche-à-tout né à Berlin d'une mère française et d'un père iranien, rajoutez un violoncelliste-bassiste (...)

Niko Rodamel | Mercredi 4 décembre 2019

Bachi-bouzouk corporation

Versez dans un blender un percussionniste génialement touche-à-tout né à Berlin d'une mère française et d'un père iranien, rajoutez un violoncelliste-bassiste champenois méchamment surdoué, saupoudrez de ce qui vous tombe sous la main avec une belle rasade de Tabasco et quelques copeaux de chocolat au gingembre, mixez quelques minutes : voilà, c’est prêt, c’est Bumcello ! Cyril Atef (Bum) et Vincent Ségal (Cello) ont fondé leur duo en 1999 et depuis, tout en s’investissant dans de nombreux projets personnels, les deux compères ont enregistré une grosse poignée d’albums tous aussi (d)étonnants, remportant en 2006 une Victoire de la musique dans la catégorie Dance / Electro. S’appuyant sur deux personnalités pourtant si différentes sur le papier, l’improbable duo est un feu d’artifice intergalactique, que dis-je, un OVNI musical à tête nucléaire. L’air sérieux presque introspectif de Ségal se marie pour le meilleur aux fanfaronnades circassiennes d’Atef. Les deux musiciens parviennent à se réinventer sans cesse, se surprenant sans doute l’un et l’autre. Mariant sans aucun complexe et avec une folle inventivité pop, rock, funk, boléro, ragga, électro, métal, world et rap, les deux

Continuer à lire

​Gémeaux

Jazz | Le Rhino Jazz(s) invite les illustres frères Moutin (Louis à la batterie et François à la contrebasse) à réaliser une résidence en trois actes, déployant leur (...)

Niko Rodamel | Mardi 3 septembre 2019

​Gémeaux

Le Rhino Jazz(s) invite les illustres frères Moutin (Louis à la batterie et François à la contrebasse) à réaliser une résidence en trois actes, déployant leur rythmique fusionnelle et leur synchronicité innée sur pas moins de trois concerts, en quintet ou en quartet, puis en collaboration avec les Conservatoires de Saint-Chamond et Saint-Étienne. L'occasion de retrouver quelques pointures comme Christophe Monniot (saxophone), Manu Codjia (guitare), Paul Lay (piano), Franck Pilandon (tenor) ou Gaspard Baradel (alto). Moutin Factory 5tet, Moutin Blowing 4tet, Moutin’s Musical Workshop, les 8-12-13 octobre à Firminy et Rive-de-Gier dans le cadre du Rhino Jazz festival

Continuer à lire

Explosif

MUSIQUES | Résolument inclassable, le bien nommé duo Bumcello formé par le batteur Cyril Atef et le violoncelliste Vincent Ségal est de retour sur scène avec un (...)

Niko Rodamel | Mardi 3 septembre 2019

Explosif

Résolument inclassable, le bien nommé duo Bumcello formé par le batteur Cyril Atef et le violoncelliste Vincent Ségal est de retour sur scène avec un show franchement décoiffant. Dernier album en date, Monster talk, célèbre les 20 ans d'existence de ce groupe hors normes. Les influences musicales sont ici aussi nombreuses que mondiales et mister Atef fait preuve une fois encore d'une inventivité débordante, entraînant son partenaire dans les directions les plus inattendues. Tout simplement jouissif ! Bumcello (+ Ganache), jeudi 12 décembre à 20h30, le Fil

Continuer à lire

Elle joue du saxo debout

Jazz | Même si les lignes tendent à bouger, le jazz demeure globalement un pré carré masculin dans lequel seules les chanteuses semblent jouir d’une reconnaissance (...)

Niko Rodamel | Mardi 2 avril 2019

Elle joue du saxo debout

Même si les lignes tendent à bouger, le jazz demeure globalement un pré carré masculin dans lequel seules les chanteuses semblent jouir d’une reconnaissance que leurs consœurs instrumentistes ne peuvent bien souvent que leur envier. Pourtant, au regard des distinctions décernées ces dernières années par les différentes instances musicales françaises, les jazzwomen, longtemps restées minoritaires pour être vraiment prises en considération, se taillent lentement mais sûrement la place qu’elles méritent. A côté d’Anne Pacéo, Airelle Besson, Sophie Alour ou Céline Bonacina, Géraldine Laurent fait figure de grande sœur. A quarante-quatre ans, la saxophoniste a réalisé un parcours qui, depuis son entrée au conservatoire de Niort à l’âge de treize ans, force le respect. Ses nombreuses collaborations ont fait d’elle une sidewoman très sollicitée, sachant aussi toujours s’entourer des meilleurs musiciens lorsqu’il s’agit de graver ses propres albums, dont le tout dernier, At work, est produit par Laurent de Wilde himself. Géraldine Laurent, jeudi 11 avril à 20h30 au Théâtre des Pénitents de Montbrison

Continuer à lire

Les yeux dans le jazz

Photos jazz | Pour son quarantième anniversaire, le Rhino Jazz(s) festival investit trois gares ligériennes avec les superbes photos live d’un amoureux de la petite note bleue, le photographe Roger Berthet.

Niko Rodamel | Mardi 2 octobre 2018

Les yeux dans le jazz

Photographier le jazz n'est pas chose facile. Le photographe manque souvent de lumière. Il s'agit alors d'ouvrir grand le diaphragme de l'objectif et bien souvent de flirter avec les hautes sensibilités, qu'elles s'expriment en ASA argentiques ou en ISO numériques. Il faut observer la gestuelle des musiciens, trouver le bon angle, doser la profondeur de champ et déclencher au bon moment, bref, être au rendez-vous du fameux instant décisif cher à Henri Cartier-Bresson. Roger Berthet est de ces photographes discrets qui rôdent à pas de velours au pied des scènes de jazz de la région, de Vienne à Montbrison, en passant bien sûr par le Rhino Jazz(s) qu'il suit depuis ses débuts, autant dire depuis des lustres. Comme bien d'autres de ses confrères, Roger a suivi l'évolution du matériel, délaissant peu à peu la pellicule au profit du capteur, avec ses atouts et ses faiblesses, préférant au simples Jpeg les lourds fichiers RAW qu'il retravaille ensuite patiemment, à œil reposé, sur son écran. Le train sifflera trois fois En partenariat avec la SNCF et avec la bienveillance du Rhino Jazz(s), Roger Berthet présente pas moins de trente-deux clichés en grand format,

Continuer à lire

Bowie revient

Jazz | Le Rhino Jazz(s) poursuit son exploration musicale de la planète Bowie avec deux nouvelles créations mondiales placées sous la direction artistique de (...)

Niko Rodamel | Mardi 4 septembre 2018

Bowie revient

Le Rhino Jazz(s) poursuit son exploration musicale de la planète Bowie avec deux nouvelles créations mondiales placées sous la direction artistique de Daniel Yvinec. Après un volet acoustique où l’on retrouvera notamment la chanteuse Sandra Nkaké (le 4 octobre au Fil), le volet symphonique rassemblera quant à lui un casting de luxe avec le pianiste Eric Legnini et le trompettiste Erik Truffaz, les chanteuses Ala.Ni et Krystle Warren, mais aussi l’ensemble OSE ! dirigé par Daniel Kawka. Énorme ! Bowie Symphonic, samedi 6 octobre à 20h, Opéra de Saint-Étienne, dans le cadre du Rhino Jazz(s)

Continuer à lire

Cuivrissimo

Festival du Monastier (Haute-Loire) | Le festival du Monastier-sur-Gazeille demeure depuis déjà vingt-neuf ans "ze place to cuivre", chaque été au cœur du 43, dans la pointe nord-ouest du Parc rational des Monts d’Ardèche. Sont annoncés plus de quarante concerts en sept jours, dont une immanquable double-soirée, avec le duo jazz Airelle Besson et Lionel Suarez ainsi que l’étonnant Elephant Tuba Horde.

Niko Rodamel | Mardi 4 juillet 2017

Cuivrissimo

À chaque édition du festival de cuivres, le jazz se taille une belle part du gâteau et c’est bien souvent la soirée SPEDIDAM qui fait mouche. Un duo plutôt classieux foulera cette année les planches de la grande scène avec Airelle Besson (trompette et bugle) aux côtés de Lionel Suarez (accordéon), le 7 août. Habituée aux formules intimistes (écoutez donc le magnifique titre Neige, sur l’album Prélude qu’elle enregistrait en 2014 avec le guitariste brésilien Nelson Veras), Airelle Besson est une des rares soufflantes à se détacher dans un milieu hyper masculin, avec un remarquable talent pour la composition, comme le prouve son dernier album en date, Radio One. Issu d’une famille d’accordéonistes, Lionel Suarez n’est lui plus à présenter, tant il a accompagné du beau monde depuis vingt ans, à commencer par Claude Nougaro. Les deux musiciens se connaissent bien puisqu’ils avaient déjà évolué ensemble au sein du Quarteto Gardel (avec le percussionniste Minino Garay et le violoncelliste Vincent Ségal), s’étant également retrouvés pour l'opéra-jazz de Laurent Cugny, La tectonique des nuages.

Continuer à lire

Découvertes métissées

Jazz/Blues | Le Rhino Jazz(s) festival est sans conteste un monument incontournable dans le paysage culturel régional. Une de ses spécificités les plus intéressantes demeure son goût pour la découverte mais aussi les métissages. Dans la foisonnante programmation de cette trente-huitième édition, nous avons repéré quatre formations qui, par leur singularité, gagnent absolument à être connues de tous.

Niko Rodamel | Mardi 4 octobre 2016

Découvertes métissées

Du blues, du blues, du blues La nuit du blues donnera l'occasion de découvrir un duo assez étonnant, en ouverture de soirée, avant de retrouver les Mountain Men (cette fois-ci en quartet) et le chanteur-guitariste américain Zac Harmon Harmon. The Two est un duo plutôt atypique qui développe une musique métissée et envoûtante, un blues sincère et poignant, une sorte d’appel au voyage vers des destinations qui sentent bon la terre et le soleil quelque part entre les racines du Delta blues et, plus méconnu, le blues créole. Yannick Nannette, guitare acoustique et dreadlocks, martèle le tempo et donne de la voix ou du kazoo. Thierry Jaccard fait résonner le son métallique et plaintif de sa guitare dobro. Le premier est mauricien et l’autre suisse, mais la belle complicité musicale des deux musiciens gomme toutes les frontières du genre, rendant au blues sa simplicité authentique et son caractère intemporel. De l’Ile Maurice à la Suisse, il n’y a qu’un pont. The Two / la nuit du blues, le 8 octobre à 20h, salle Aristide Briand à Saint-Chamond En terre inconnue Bey.Ler.Bey c’est tout d’abord la r

Continuer à lire

Beatlemania

CONNAITRE | Un cran au-dessus des nombreux groupes qui rendent hommage plus ou moins habilement aux Beatles en les singeant parfois, le conférencier Pierre Espourteille partagera, en deux temps, une mine d’informations croustillantes sur le groupe emblématique des sixties. Niko Rodamel

Niko Rodamel | Mardi 3 mai 2016

Beatlemania

Ils détiennent le record mondial de disques vendus (plus de deux milliards à ce jour) et Yesterday celui de la chanson la plus reprise (au moins trois milles versions). Pourtant, presque un demi-siècle après la séparation de l’un des groupes les plus mythiques, les Beatles font encore régulièrement l’actualité. Tout récemment c’est le décès de leur producteur-arrangeur, Georges Martin, qui plongeait de nouveau les fans dans un profond émoi… Plus anecdotique, un Mancunien vient de débourser quatre-vingt-dix-huit milles euros pour s’offrir un vinyle-démo de deux chansons gravé en 1961 par les quatre jeunes musiciens de Liverpool, alors encore inconnus... Savez-vous d’ailleurs que les quatre garçons dans le vent, avant de se fixer sur leur nom définitif, se sont successivement appelés Silver Beetles, Silver Beats et même Long John and the Silver Beatles ? La bible vivante des Beatles Fan parmi les fans, Pierre Espourteille est en quelque sorte la bible vivante des Beatles en France, connaissant sur le bout des doigts les évangiles du rock écrits par les apôtres Ringo, John, Paul et George. Après une carrière dans le marketing musical et l’écriture du livre La

Continuer à lire

Bric-à-brac-adabrantesque

ARTS | Cheminant quelque part entre l’art singulier et les arts modestes, Michel Villemagne a construit en quelques années une œuvre très personnelle faite de (...)

Niko Rodamel | Mardi 1 mars 2016

Bric-à-brac-adabrantesque

Cheminant quelque part entre l’art singulier et les arts modestes, Michel Villemagne a construit en quelques années une œuvre très personnelle faite de bric et de broc. Frappé par la quantité de déchets qui bordent les routes et les chemins de notre département, le plasticien ramasse et amasse, collectionne puis confectionne des tableaux à partir notamment de canettes en aluminium mais aussi de CD, de capsules de café, de morceaux de disques vinyle ou de tout autre objet jonchant nos fossés. La matière première est donc essentiellement issue de la récupération de déchets dans lesquels l’artiste décèle un certain esthétisme. Le processus créatif passe ensuite par la transformation et le détournement, le découpage et l’écrasement des matériaux, puis par leur assemblage final. Les compositions de Michel Villemagne sont diverses, figuratives ou plus simplement géométriques, généralement collées ou cloutées sur un support en bois qui tient lieu de toile. Loin d’être un simple écolo-bricolo, Villemagne est assurément un étonnant recycleur amoureux des matières, des formes et des couleurs. Niko Rodamel Michel Villemagne, jusqu'au 19 mars 2016, Médiath

Continuer à lire

Rhino féroce et frappadingue

MUSIQUES | A l’image du nouveau visuel imaginé par le graphiste stéphanois Alex Mikaël (clin d’œil au célèbre test des tâches de Rorschach), le Rhino Jazz(s) cuvée 2012 s’affiche comme l’année de toutes les folies avec une programmation tous azimuts. NR

Niko Rodamel | Lundi 17 septembre 2012

Rhino féroce et frappadingue

La palette annoncée est en effet follement riche : de l’Europe aux Amériques avec des escales au Maroc, au Mali et au Moyen Orient, jazz, blues, world, funk, soul, swing, New Orleans, fusion et nu jazz, il y en aura assurément pour tous les goûts ! Au programme notamment, une longue nuit du blues le 6 octobre à St Chamond et quatre soli d’exception avec l’accordéoniste Nano, le guitariste Ulf Wakenius, l’étonnant «one man band» Philippe Ménard et le très méditerranéen contrebassiste Renaud Garcia Fons. Sont bien sûr attendues quelques somptueuses têtes d’affiche comme le bluesman Otis Taylor, la malienne Rokia Traoré ou le légendaire « bass master » Marcus Miller, qui électrisera la Bourse du Travail à Lyon le 26 octobre. Mais 2012 sera aussi, incontestablement, l’année des « tributes »… Mes hommages, madame… Et pour commencer, le monumental Ray Charles sera à l’honneur le 2 octobre à l’Opéra-Théâtre de Saint-Etienne, avec le pianiste-vocaliste Davell Crawford et son fabulous band. Le show s’annonce des plus explosifs tant « le petit prince de la nouvelle Orléans » est dores et déjà reconnu pour être un performer capable d’enflammer une salle à lui tout seul (c

Continuer à lire

Retour aux sources

MUSIQUES | La songwriter malienne Rokia Traore sera une des plus belles tetes d’affiches du Rhino Jazz(s) avec un tout nouveau projet, « Roots », veritable hommage a l'Afrique plurielle. NR

Niko Rodamel | Lundi 17 septembre 2012

Retour aux sources

Après une Victoire de la Musique remportée en 2009 pour son quatrième album « Tchamantché » dans la rubrique musiques du monde, Rokia Traoré s’est offert une parenthèse théâtrale en collaborant avec la romancière Toni Morrison (prix Nobel de littérature) et le metteur en scène américain Peter Sellars, dans la pièce Desdemona pour laquelle elle a composé la musique et en a été l’interprète. L’occasion pour la chanteuse de s’entourer de choristes et d’instrumentistes sélectionnés par la fondation « Passerelle » qu’elle a fondée à Bamako en 2008 pour former des techniciens du son et de la lumière et venir en aide aux jeunes musiciens. C’est avec cette même formation qu’est né le nouveau spectacle de Rokia Traoré, « Roots », véritable ré-création empruntant à Fela, Miriam Makeba, Bob Marley et même Jacques Brel avec une reprise inattendue de « Ces gens-là ». Sur scène, la belle Rokia (chant et guitare) est donc accompagnée de trois choristes (Naba Aminata Traoré, Fatim Kouyaté et Bintou Soumbounou), d’un joueur de ngoni (Mamah Diabaté), d’un joueur de kora (Mamadyba Camara) et d’un joueur de bolon (Habib Sangaré). En rendant cet hommage à l’Afrique plurielle, Traoré renoue avec ses

Continuer à lire

Un Rhino en pleine(s) forme(s)

MUSIQUES | Après son depart de Rive de Gier en 2009, le festival semblait avoir quelque peu reduit la voilure, contraint de dégraisser le rhino pour mieux digérer la pilule. Mais en à peine trois ans, l’animal est bel et bien sur ses quatre pattes et semble avoir repris son poids de forme avec une programmation digne des plus belles annees. Rencontre avec Ludovic Paulet-Chazalon, programmateur du festival. Niko Rodamel

Niko Rodamel | Lundi 17 septembre 2012

Un Rhino en pleine(s) forme(s)

Comment construit-on une programmation comme celle du Rhino Jazz(s) ?Pendant six ou sept mois de l’année, je me déplace beaucoup sur Paris mais aussi en régions pour aller écouter toutes les tendances actuelles du jazz. En quinze ans d’expérience dans le domaine de la programmation, je bénéficie désormais d’un solide réseau de lieux, d'agents, de tourneurs et bien sur de musiciens. Le S rajouté entre parenthèses à la fin du mot jazz annonçait-il un virage pour le festival ?Lorsque l'on a quitté Rive de Gier il a presque fallu réinventer notre projet. On s'est dit que c'était l'occasion d'ouvrir encore davantage notre programmation aux musiques cousines du jazz, en se tournant notamment vers l’Afrique ou même vers des musiques plus rock. Depuis, on a pu vérifier que le public est en effet assez réceptif aux sonorités africaines. Il y a vingt ans, lorsque Jean-Paul Chazalon programmait Cheb Khaled lors de sa première venue en France, ça paraissait franchement borderline pour un festival de jazz ! Ce qui n’est plus le cas aujourd’hui avec tous les métissages que l’on connaît. Il m’arrive également d’avoir des envies, je vais que

Continuer à lire