Dans le grand bain

Musilac (Savoie) | Vieilles gloires, valeurs sûres, piliers de festoches, jeunes pousses, smoothies de genres, et autres étrangetés à découvrir, le festival lacustre baigne l'été musical d'un éclectisme qui attire les foules comme les amateurs éclairés, jusqu'à les confondre.

Stéphane Duchêne | Mardi 3 juillet 2018

Photo : © DR


Jeudi : old wave

D'une certaine manière, s'il fallait un hymne en ouverture de cette édition 2018 de Musilac, il pourrait consister en trois bouts de refrains se répondant depuis le fin fond des âges 80, quand les uns martèleraient : « I Just can get enough », les autres répondraient « Don't you forget about me » ou « Always the sun ». Car on l'aura compris c'est une soirée très marquée "ressac de la new-wave" que celle-ci, avec Depeche Mode, Simple Minds et The Stranglers – quand bien même les carrières de chacun n'auraient pas résisté d'égale manière au passage du temps. Pour le reste, on notera que J. Bernardt, transfuge des Belges de Balthazar, remplacera numériquement son collègue Warhaus, présent l'an dernier ce même soir, que le rock indé répondra présent avec le Stroke Albert Hammond Jr. (le meilleur d'entre-eux, sans doute), Findlay, et The Mistery Lights et que les amateurs de bizarrerie en auront pour leur compte avec le black metal-gospel-blues de Zeal & Ardor.


Vendredi : thermostars

« Simple, basique » comme dirait Orelsan ? Pas vraiment : dès le deuxième soir, l'éclectisme à tout crin de Musilac s'accentue et s'étire entre scène lac et scène montagne (sans oublier le Korner). Tous azimuts, on retrouvera là, en fonction de ses goûts ou de l'endroit où on se trouve aussi bien le suscité et parfois sulfureux Orelsan que Deep Purple(mettront-ils le feu au lac ?) ; l'incandescent belge (si ça existe !) Oscar & the Wolf et la brûlante diva de l'Arkansas Beth Ditto ; les tièdes Cats on Trees et la très hot Hollysiz ; les volcaniques Fufanu (genre de Joy Division islandais), le blues ardent et abrasif de The Temperance Movement, le crépitant Foa ou encore le bouillant rappeur rouennais Rilès. Bref, un deuxième soir qui derrière l'éclectisme précité ne sera qu'une simple affaire de thermostat.


Samedi : indochinoiseries

Pop (You me at six, Teeers, Charlotte Cardin), hip-hop à spectre large (Nova Twins, Romeo Elvis et l'ancêtre MC Solaar) et électro (les poids lourds Rone et Chloe) viennent teinter cette troisième soirée. Laquelle n'en portera pas moins la marque indélébile de ces increvables Indochine. Indochine dont le tour de force 2018 aura consisté en la transformation capillaire de son chanteur Nicola "Forever Young" Sirkis, passant de sa légendaire toison robertsmithienne à reflets corbeaux à une peroxydation qui le rapproche davantage d'Alex Lutz dans Catherine et Liliane. Une révolution capillaire quasi historique – quel mauvais exemple pour la jeunesse gothique – qui n'aura pas suffi à entamer l'aura d'un groupe – on a vu des fans se braquer pour moins que ça – dont le 13e album, 13 donc, aura littéralement roulé des pelles au sommet des charts. Au point qu'un député LREM cita récemment le compte Twitter du groupe dans sa volonté de rendre hommage aux victimes de la guerre du même nom. En 2021, Indochine aura 40 ans et il est convenu que ce groupe nous aura à l'usure.


Dimanche : attention, ascension

Par dessus une soirée relativement fourre-tout laissant la part belle aux découvertes, de Raqoons à Skinny Lister, de Miles Sanko à Témé Tan en passant par L'Impératrice, on dénombrera quatre poids lourds dont certains sont parmi les meilleurs clients de cette cuvée 2018 de festivals d'été : à commencer par la néo-soul de Her qui risque de résonner avec intensité particulière. Voilà en effet un an que Simon Carpentier l'un des deux membres du duo originel est décédé. Entre temps, l'album de Her est sorti et son compère Victor Solf a décidé de tenir la promesse faite de mener le projet à bien.

Ensuite avec IAM et les pénibles Shaka Ponk deux mastodontes dont le premier viendra comme il le fait depuis un moment fêter les 25 ans de son École du Micro d'Argent. Exception confirmant la règle, un dernier poids lourd, Franz Ferdinand, qui lui, noblesse oblige, n'écumera guère les festivals et mérite donc tout spécialement le déplacement. D'autant que la version live de leur Always Ascending, régénérant dernier album, entrecoupée de tubes maison, constitue un show digne d'une élévation, tant physique que spirituelle. Une sorte d'antidote à Shaka Ponk en somme.


Musilac, du 12 au 15 Juillet à Aix-Les-Bains (Savoie)

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Musilac tombe à l’eau

Festival | La nouvelle est tombée vendredi 2 avril, à midi pile : l’édition 2021 du festival, censée se dérouler du 8 au 11 juillet, est complètement annulée. Un terrible coup d’arrêt pour un événement qui va connaître une seconde année blanche consécutive.

Martin de Kerimel | Mercredi 9 juin 2021

Musilac tombe à l’eau

Quel choc ! C’est officiel : il n’y aura donc pas de Musilac pour animer les soirées du début de l’été prochain. La longue incertitude qui planait sur l’événement a pris fin vendredi 2 avril, à l’heure du déjeuner. On savait évidemment que la jauge limitée à 5 000 personnes, assises et distanciées, compliquait sévèrement l’organisation du festival, de même que la probable impossibilité d’y proposer une offre de buvette et de restauration – la source habituelle d’une bonne partie des recettes utiles. Un sondage laissait entendre que le public restait solidaire avec l’équipe, mais réfractaire à une formule de ce type. C’est-à-dire prêt à accepter des contraintes, mais presque unanimement hostile à l’idée d’un festival assis. Une étude était cependant encore en cours pour valider (ou non) la tenue d’un événement sous une autre configuration. Désormais, c’est sûr : rien ne sera possible. « La situation intenable pour nous » Les organisateurs se sont expliqués par le biais d’un communiqué : « Comme il y a un an, trop de choses sont contre nous : la situation sanitaire, tout d’abord, qui reste l’essentiel et dont nous comprenons bien à quel point elle est dif

Continuer à lire

Musilac tombe à l’eau

Festival | La nouvelle est tombée vendredi 2 avril, à midi pile : l’édition 2021 du festival, censée se dérouler du 8 au 11 juillet, est complètement annulée. Un terrible coup d’arrêt pour un événement qui va connaître une seconde année blanche consécutive.

Martin de Kerimel | Vendredi 2 avril 2021

Musilac tombe à l’eau

Quel choc ! C’est officiel : il n’y aura donc pas de Musilac pour animer les soirées du début de l’été prochain. La longue incertitude qui planait sur l’événement a pris fin vendredi 2 avril, à l’heure du déjeuner. On savait évidemment que la jauge limitée à 5 000 personnes, assises et distanciées, compliquait sévèrement l’organisation du festival, de même que la probable impossibilité d’y proposer une offre de buvette et de restauration – la source habituelle d’une bonne partie des recettes utiles. Un sondage laissait entendre que le public restait solidaire avec l’équipe, mais réfractaire à une formule de ce type. C’est-à-dire prêt à accepter des contraintes, mais presque unanimement hostile à l’idée d’un festival assis. Une étude était cependant encore en cours pour valider (ou non) la tenue d’un événement sous une autre configuration. Désormais, c’est sûr : rien ne sera possible. « La situation intenable pour nous » Les organisateurs se sont expliqués par le biais d’un communiqué : « Comme il y a un an, trop de choses sont contre nous : la situation sanitaire, tout d’abord, qui reste l’essentiel et dont nous comprenons bien à quel point elle est dif

Continuer à lire

Les 1ers noms de Musilac 2020

Festival régional | Angèle, - M -, Iggy Pop et Lenny Kravitz sont les quatre premiers noms qui ont été lâchés hier pour dessiner les contours du 19e festival Musilac (...)

Nicolas Bros | Mardi 3 décembre 2019

Les 1ers noms de Musilac 2020

Angèle, - M -, Iggy Pop et Lenny Kravitz sont les quatre premiers noms qui ont été lâchés hier pour dessiner les contours du 19e festival Musilac d'Aix-les-Bains qui se déroulera du 11 au 14 juillet 2020.

Continuer à lire

Des stars comme s'il en pleuvait

Musilac (Savoie) | Phoenix, Ibrahim Maalouf, Jamiroquai, Julien Doré, Two Door Cinema Club, Sting, Texas, Justice, Calypso Rose, Archive, Vianney, Juliette Armanet… Comme chaque année, Musilac aligne les grands noms quatre jours durant. Ce qui ne doit pas faire oublier les autres, plus discrets, moins bankables… Tour d’horizon jour par jour de ce que l’on découvrira à Aix-les-Bains entre le 13 et le 16 juillet.

Stéphane Duchêne | Mardi 4 juillet 2017

Des stars comme s'il en pleuvait

Amplitude sonique le jeudi Ça commence fort Musilac le 13 juillet, et tous azimuts avec ça. De Juliette Armanet, la nouvelle petite fiancée des branchés, à l'alien sud-af' Die Antwoord (que ces mêmes branchés aiment pour de toutes autres raisons) ; de la pop variété joueuse de Lulu Gainsbourg (comme Armanet, on aime ou on déteste) aux hardos australiens d'Airbourne, en passant par le rap engagé de Kery James : il va y avoir dès le premier jour de l'amplitude thermique et sonique sur les bords du Lac du Bourget. Or on est loin du compte si l'on n’ajoute pas aussi l'électronicien teuton tout en délicatesse Fritz Kalkbrenner – délicatesse partagée par le duo Paradis, même si leur électronique empreinte des chemins plus pop. Reste que le gros des troupes est lui, ce soir-là, résolument pop rock : pop dansante chez Two Door Cinema Club, schlass comme jamais chez Warhaus, rentre-dans-lard chez Last Train, renfrognée chez Lescop. Et puis en haut de la pyramide : la grande renaissa

Continuer à lire

Musilac : le feu au lac

MUSIQUES | Aussi foisonnante que pointue, éclectique que bien choisie, populaire (Les Insus, Elton John) que fureteuse (Barns Courtney), hurlante (Mass Hysteria) que sussurante (Lou Doillon), la programmation de Musilac est un joyeux casse-tête autant qu'un labyrinthe où il fait bon se perdre. Et où nous avons posé ça et là quelques balises.

Stéphane Duchêne | Mardi 5 juillet 2016

Musilac : le feu au lac

Grand Blanc L'Australie, La Réunion, Aix-les-Bains : on ne peut plus se baigner tranquille. La nature est devenue tellement folle, que l'on ne peut plus barboter deux secondes dans l'insouciance estivale sans se faire croquer par un requin, ici un Grand Blanc. Certes, Grand Blanc le groupe ne mord pas vraiment mais pour ce qui est de venir souffler de l'intranquillité sur la nuque de vos aspirations festives, il n'y a pas mieux, c'est même un peu le concept du dernier album, qui est d'ailleurs le premier, de ces lorrains à la discold-wave dévastatrice et aux tubes dévorants. Ils ne sont peut-être pas des têtes d'affiche du festival au sens premier du terme. Mais ils en ont la gueule. Et grande ouverte avec ça. Sur la scène Le Korner le samedi 9 juillet à 15h25 Foals À quoi voit-on qu'une sauce est en train de prendre pour de bon ? C'est simple : quand certains commencent, affublés d'une grimace de doute, à l'accuser d'avoir tourné. C'est bien le phénomène qui commence à se produire avec F

Continuer à lire

Le feu au lac

MUSIQUES | Festival atypique par sa capacité à conjuguer sur une même programmation exigences artistiques et exigences financières, Musilac impressionne édition après (...)

Nicolas Bros | Mardi 30 juin 2015

Le feu au lac

Festival atypique par sa capacité à conjuguer sur une même programmation exigences artistiques et exigences financières, Musilac impressionne édition après édition. Cette année, aux côtés du spécialiste du combo "marcel, bras en l'air, touche start-stop de platine mp3" (alias Guetta), on retrouvera de belles pointures. En premier lieu Hot Chip et son électro-pop qui ferait danser jusqu'au pachyderme parkinsonien. Les cinq Londoniens possèdent cette force mystique de ne produire que des missiles sonores, armes de retournements massifs de dancefloor. Mais gardez-vous bien de réduire les titres de la "puce chaude" à un simple catalyseur podal. Car, en grattant un peu, on trouve matière à penser. Autre moment d'exception avec le guitariste ter-"riff"-ique et chevelu Slash qui viendra entouré de ses amis Myles Kennedy & The Conspirators pour ce qui s'annonce comme un retour pas piqué des hannetons. Enfin, notons également la présence du dandy cool Baxter Dury, la pop triturée d'Alt-J ou encore l'électro chevaleresque de The Shoes. Du beau linge, rien que du beau linge. NB Musil

Continuer à lire