Plateau d'argent

Nicolas Bros | Mardi 2 juillet 2019

Photo : Enchantée Julia © Zoe joubert


On l'avoue, on aime cette mode des micro-festivals. Des événements, souvent courts, et surtout à taille humaine, loin des mastodontes qui n'ont finalement plus vraiment de saveurs et où la succession de noms clinquants ne laisse qu'un goût d'inachevé, tellement il est difficile de profiter pleinement du concert en lui-même. Le festival Oh ! Plateau qui se déroule sur le plateau Vivarais-Lignon (entre l'Ardèche et la Haute-Loire) mi-juillet, fait partie de la première catégorie. Décrit comme « un interlude, une courte parenthèse faite de musique et de silence dans un cadre exceptionnel », ce rassemblement peut s'enorgueillir de proposer une programmation pointue que vous ne retrouverez nulle part ailleurs. Mêlant le renouveau r'n'B d'Enchantée Julia avec le garage rock des Parisiens de Brace ! Brace ! ou encore le très poétique Fred Nevché à l'électro-pop sensible du Marseillais Martin Mey. Si vous voulez découvrir du neuf, dans un lieu inédit, à proximité d'un lac, à la fraîche, c'est à Oh ! Plateau qu'il faudra vous rendre cet été.

Festival Oh ! Plateau, du 19 au 21 juillet au Le Lac de Devesset (Ferme du Pioulhouse)


Brace Brace + Enchantée Julia + Fred Nevché - Ciné concert + Pleasure Principle


Lac de Devesset Saint-Agrève Saint-Agrève
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Martin Mey + HARM + Quinzequinze + Tropicold


Lac de Devesset Saint-Agrève Saint-Agrève
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

A la vie, à l’amour

Théâtre | L’amour a-t-il ses raisons que la raison ignore, et surtout, ses symptômes que la science ne peut expliquer ? La neurologue Léa Paule se (...)

Cerise Rochet | Mardi 7 septembre 2021

A la vie, à l’amour

L’amour a-t-il ses raisons que la raison ignore, et surtout, ses symptômes que la science ne peut expliquer ? La neurologue Léa Paule se souvient de son patient, Hermann, hospitalisé en psychiatrie 13 ans plus tôt. Amnésique, l’homme ne semblait se rappeler que de quelques mots en russe, et du prénom de son amoureuse de toujours, Olia, dont il était à la recherche depuis des années. Un texte qui aborde le sentiment du point de vue du corps médical, écrit par Gilles Granouillet et mis en scène par François Rancillac, à la manière d’un conte pour tous ceux qui croient à l’amour fou et éternel. Hermann, les 19 et 20 novembre à l’Espace Culturel Albert-Camus au Chambon-Feugerolles

Continuer à lire

Droit au but

Théâtre | Acteurs au chômage et joueurs de foot remplaçants, même combat ? En 1998, la France remportait la coupe du monde de football et Léa Girardet rêvait de (...)

Cerise Rochet | Mardi 7 septembre 2021

Droit au but

Acteurs au chômage et joueurs de foot remplaçants, même combat ? En 1998, la France remportait la coupe du monde de football et Léa Girardet rêvait de devenir comédienne. 20 ans plus tard, les joueurs sont entrés dans l’Histoire, mais Léa, elle, est restée sur la touche, un peu comme les remplaçants dont on oublie souvent les noms… Refusant d’attendre plus longtemps qu’un jour peut-être, quelqu’un la remarque, Léa se titularise elle-même en livrant ses doutes dans ce spectacle, dont elle est à la fois l’auteure et l’interprète. Le Syndrome du Banc de Touche, le 26 septembre au Sou de la Talaudière

Continuer à lire

Tutus et Tubas

Tchaïkovsky | Les grands ballets de Tchaïkovski, trop souvent associés à une rhétorique musicale ou chorégraphique un brin surannée, font l'objet d'un « ravalement (...)

Alain Koenig | Mardi 7 septembre 2021

Tutus et Tubas

Les grands ballets de Tchaïkovski, trop souvent associés à une rhétorique musicale ou chorégraphique un brin surannée, font l'objet d'un « ravalement complet » à l'Opéra de Saint-Étienne. Casse-Noisette, tout d'abord, dont la version « revisitée » par Duke Ellington et le Big Band du Conservatoire, entrera en compétition avec la version symphonique de la célèbre suite. Enfin, Le Lac des Cygnes, littéralement « réincarné» par le chorégraphe le plus génial de notre époque, Angelin Preljocaj. Un éblouissement. Pas de deux, par l'Orchestre Symphonique de Saint-Etienne-Loire et The Nutcracker par le Big Band du Conservatoire Massenet, le 30 novembre à 20h à l'Opéra de Saint-Etienne ; Le Lac des Cygnes de Piotr-Ilyitch Tchaïkovsky, chorégraphie de Angelin Preljocaj, le 5 février à 20h à l' Opéra de Saint-Etienne,

Continuer à lire

Musilac tombe à l’eau

Festival | La nouvelle est tombée vendredi 2 avril, à midi pile : l’édition 2021 du festival, censée se dérouler du 8 au 11 juillet, est complètement annulée. Un terrible coup d’arrêt pour un événement qui va connaître une seconde année blanche consécutive.

Martin de Kerimel | Mercredi 9 juin 2021

Musilac tombe à l’eau

Quel choc ! C’est officiel : il n’y aura donc pas de Musilac pour animer les soirées du début de l’été prochain. La longue incertitude qui planait sur l’événement a pris fin vendredi 2 avril, à l’heure du déjeuner. On savait évidemment que la jauge limitée à 5 000 personnes, assises et distanciées, compliquait sévèrement l’organisation du festival, de même que la probable impossibilité d’y proposer une offre de buvette et de restauration – la source habituelle d’une bonne partie des recettes utiles. Un sondage laissait entendre que le public restait solidaire avec l’équipe, mais réfractaire à une formule de ce type. C’est-à-dire prêt à accepter des contraintes, mais presque unanimement hostile à l’idée d’un festival assis. Une étude était cependant encore en cours pour valider (ou non) la tenue d’un événement sous une autre configuration. Désormais, c’est sûr : rien ne sera possible. « La situation intenable pour nous » Les organisateurs se sont expliqués par le biais d’un communiqué : « Comme il y a un an, trop de choses sont contre nous : la situation sanitaire, tout d’abord, qui reste l’essentiel et dont nous comprenons bien à quel point elle est dif

Continuer à lire

Musilac tombe à l’eau

Festival | La nouvelle est tombée vendredi 2 avril, à midi pile : l’édition 2021 du festival, censée se dérouler du 8 au 11 juillet, est complètement annulée. Un terrible coup d’arrêt pour un événement qui va connaître une seconde année blanche consécutive.

Martin de Kerimel | Vendredi 2 avril 2021

Musilac tombe à l’eau

Quel choc ! C’est officiel : il n’y aura donc pas de Musilac pour animer les soirées du début de l’été prochain. La longue incertitude qui planait sur l’événement a pris fin vendredi 2 avril, à l’heure du déjeuner. On savait évidemment que la jauge limitée à 5 000 personnes, assises et distanciées, compliquait sévèrement l’organisation du festival, de même que la probable impossibilité d’y proposer une offre de buvette et de restauration – la source habituelle d’une bonne partie des recettes utiles. Un sondage laissait entendre que le public restait solidaire avec l’équipe, mais réfractaire à une formule de ce type. C’est-à-dire prêt à accepter des contraintes, mais presque unanimement hostile à l’idée d’un festival assis. Une étude était cependant encore en cours pour valider (ou non) la tenue d’un événement sous une autre configuration. Désormais, c’est sûr : rien ne sera possible. « La situation intenable pour nous » Les organisateurs se sont expliqués par le biais d’un communiqué : « Comme il y a un an, trop de choses sont contre nous : la situation sanitaire, tout d’abord, qui reste l’essentiel et dont nous comprenons bien à quel point elle est dif

Continuer à lire

Amel Lacombe : "Notre métier, c’est de sortir les films en salles"

"Lupin III : The First" | Elle fait beaucoup pour la japanimation en France, mais aussi beaucoup ces derniers mois pour rappeler aux spectateurs qu'il y a de bons films dans les salles. La distributrice Amel Lacombe n'y est pas étrangère : sa société Eurozoom a sorti, avant "Lupin III", quelques perles cette année.

Vincent Raymond | Mercredi 7 octobre 2020

Amel Lacombe :

Vous sortez Lupin III sur 300 copies. Parce que c’est une figure iconique ou bien parce qu’il s’agit du premier anime où la 3D est enfin à la hauteur de ses ambitions ? Amel Lacombe : Eurozoom existe depuis vingt ans, et travaille sur l’animation japonaise depuis toujours. Nous avons fait découvrir en France de grands réalisateurs comme Mamoru Hosoda. Accompagner des films cultes et sur des personnages iconiques de la culture japonaise s’inscrit dans notre ADN, comme par exemple Akira que nous avons sorti cet été en 4K. Lupin III est un film d’une grande qualité, ce qui nous intéressait c’était à la fois de faire plaisir aux fans du personnage, aux fans d’animation mais aussi de faire venir en salles les familles, les enfants. C’est aussi ça notre travail, de ne pas laisser l’animation japonaise dans une case mais d’élargir son public, les choses ont évolué depuis vingt ans, il y a une démocratisation de la culture japonaise, nous l’avons constaté avec par exemple Your Name de Makoto Shink

Continuer à lire

Let’s dance

De la Loire à Paris | Présentée pour la première fois en 2018 à l’occasion du Rhino Jazz(s), l’exposition-hommage Bowie Odyssée avait reçu plus de 3 000 visiteurs. C’est (...)

Niko Rodamel | Mardi 6 octobre 2020

Let’s dance

Présentée pour la première fois en 2018 à l’occasion du Rhino Jazz(s), l’exposition-hommage Bowie Odyssée avait reçu plus de 3 000 visiteurs. C’est maintenant au tour du public parisien de découvrir cet accrochage qui célèbre cinquante riches années de fan mania. Ludovic Chazalon (programmateur du festival à deux cornes) a notamment réuni les collections privées de deux fans absolus de David Bowie, Jean-Charles Gauthier et Yves Garde. Plus de 1 000 objets rares sont présentés : affiches, photos, pochettes de disques, documents et raretés, produits de merchandising, PLV… Autant d’éléments qui permettent de décrypter les univers visuels et musicaux de l’artiste iconique disparu en 2016. Bowie Odyssée, du 29 octobre 2020 au 10 janvier 2021, Le Palace à Paris

Continuer à lire

Where is Brian ?

Nouveau lieu | Dans le couple Koenig, Faty avait ouvert Kitchen Street l’an passé au 10 rue de la République : un coffee shop cosy et tendance où est (...)

Niko Rodamel | Mardi 6 octobre 2020

Where is Brian ?

Dans le couple Koenig, Faty avait ouvert Kitchen Street l’an passé au 10 rue de la République : un coffee shop cosy et tendance où est servie une gamme snacking chic de croque box, wrap box, bowl box et pâtisseries. Florian vient quant à lui de transformer son restaurant bistronomique Maryse & Eugénie en un nouveau lieu entièrement tourné vers l’événementiel, Kitchen Place, au 7 rue François Gillet. Deux salles, deux ambiances. Si le premier spot fonctionne du mardi au samedi, le second ouvre ses portes au gré des événements, qu’ils soient organisés par des tiers ou proposés par le jeune couple. Depuis sa naissance fin août, Kitchen Street semble déjà sur de bons rails avec un agenda plutôt fourni. Ateliers de yoga, de cardio boxing ou de pâtisserie, expo photo, vide-dressing, défilés, brunchs et anniversaires ont rythmé les premières semaines d’exercice. Il est possible de privatiser le lieu pour tout type d’événement professionnel ou familial, en demi-journée, journée ou soirée, pour un petit-déjeuner, un déjeuner, un dîner, un cocktail dînatoire ou un brunch.Proposant également un service de traiteur événementiel sur mesure, Faty et Florian Koenig restent fidèles à leur

Continuer à lire

Poke moi

Bar à salades | Le Youmi's a ouvert ses portes durant l'été du côté de la place Fourneyron. Ce nouveau bar à salades propose notamment des poke bowls, ces saladiers où se mélangent au choix crudités avec riz, quinoa ou viandes. Tour d'horizon de cette nouvelle adresse.

Nicolas Bros | Mercredi 9 septembre 2020

Poke moi

C'est un nouveau concept qui a ouvert ses portes en juillet du côté de la place Fourneyron à Saint-Étienne. Le Youmi's est un bar à salades qui propose des poke bowl - dérivés des pokes traditionnels hawaïens - où l'on retrouve des crudités, avec une base quinoa, salade ou riz sur laquelle viennent se déposer différents "toppings" pour viandards, végétariens ou végans selon les goûts. « Tout est fait maison, assure Kevin Dedieu, l'un des associés derrière ce nouveau projet. L'idée était de proposer une alternative aux Stéphanois pour un déjeuner rapide et sain, différent des kebabs, sandwichs ou de l'offre de supermarché. Nous militons pour que les gens changent leur mode de consommation. » Avec ses deux autres associés, Kevin a décidé de sourcer différemment ses produits bruts et de proposer des ingrédients issus de fournisseurs locaux. « Tous nos fruits et légumes proviennent par exemple de primeurs du coin, nous proposons aussi des packagings biodégradables et nous essayons de favoriser la récupération d'énergie. » Huit bowls différents à la carte Côté carte, on retrouve d'un côté huit recettes de bowls, cinq club sandwichs et

Continuer à lire

Pop céleste au Plateau

Festival musiques actuelles | Le festival Oh Plateau a fait volte-face, et tant mieux. D'abord annulé pour cet été 2020, il se tiendra bel et bien les 25 et 26 juillet du côté de la (...)

Nicolas Bros | Mercredi 8 juillet 2020

Pop céleste au Plateau

Le festival Oh Plateau a fait volte-face, et tant mieux. D'abord annulé pour cet été 2020, il se tiendra bel et bien les 25 et 26 juillet du côté de la Commanderie et du Lac de Devesset à la limite entre Ardèche et Haute-Loire. Côté line up, toujours une jolie orientation pop actuelle avec trois formations à suivre. Les Stéphanois de La Belle Vie sont de la partie aux côtés des Lyonnais de Johnnie Carwash et des Marseillais de Tropicold. Bonnes vibes, balades champêtres et fraîcheur du son assurés. Oh Plateau 2020, samedi 25 et dimanche 26 juillet au Lac du Devesset (Ardèche)

Continuer à lire

Vichy tire les portraits

Festival photo | Ce ne sont pas moins de douze expositions à ciel ouvert que propose la 8e édition de Portrait(s), le festival photo de Vichy (03). On y retrouve d'un côté, (...)

Nicolas Bros | Mercredi 8 juillet 2020

Vichy tire les portraits

Ce ne sont pas moins de douze expositions à ciel ouvert que propose la 8e édition de Portrait(s), le festival photo de Vichy (03). On y retrouve d'un côté, sur l'Esplanade du lac d'Allier, la série Cimarron de Charles Fréger, qui a traversé 14 pays entre 2014 et 2018 depuis le sud des USA au Brésil. Les clichés qu'il en a tirés présentent des « mascarades afro-descendantes » qui interpellent et marquent l'esprit. Parallèlement, dès le 5 septembre, une autre grande volée de portraits va pendre place dans les galeries du Centre culturel de Vichy avec notamment le travail d'Ed Alcock (qui avait réalisé des photos pour La Comédie il y a quelques saisons), Chris Steele-Perkins ou encore Paolo Verzone. Portrait(s), du 17 juillet au 25 octobre à Vichy (Allier)

Continuer à lire

"L’Aventure des Marguerite" : Malle du transport

ECRANS | De Pierre Coré (Fr., 1h26) avec Alice Pol, Clovis Cornillac, Lila Gueneau…

Vincent Raymond | Jeudi 23 juillet 2020

1942. Le père de Marguerite a disparu à la guerre et l’adolescente se languit de son retour. 2019. Margot, sosie de la précédente, doit passer trois jours avec le nouveau copain de sa mère qu’elle trouve lourd. À cause d’une malle magique, les deux jeune filles vont se substituer l’une l’autre… Comme une étrange impression de se retrouver devant un J’aime Lire mis en images… Pas si loin, en fait, puisque cette comédie fantastique d’aventures est adaptée d’un roman jeunesse signé Vincent Cuvellier. Si le travail visuel est propre, rythmé par le va-et-vient permanent entre les deux époques, la partie 1942 se révèle beaucoup plus riche en rebondissements épiques que le segment contemporain — Marguerite s’adaptant très (trop) vite à l’univers de science-fiction XXIe siècle. Les scénaristes ne se sont pas non plus beaucoup trop préoccupés des inévitables questions de paradoxes temporels, pourtant le sel de ces histoires ainsi que des ressorts dramatiques de premier choix. On ignore quel destin attend ce film d’ambiance automnale un 14 juillet en salles, il fera certainement un meilleur score une après

Continuer à lire

"Be Natural, l’histoire cachée d’Alice Guy-Blaché" : Elle fut la première

Documentaire | Attention, merci de bien signer l'article : “PAR ANNA SOLOVIOVA” et non par VR

Vincent Raymond | Lundi 22 juin 2020

Première femme-réalisatrice de l’histoire du cinéma, Alice Guy-Blaché a joué un rôle essentiel dans le devenir cet art naissant : un documentaire édifiant, malgré une forme un peu galvaudée. Née en 1873, Alice Guy-Blaché commence à travailler comme sténographe avec Léon Gaumont, l’un des producteurs de l’aube du cinéma. Elle est l’auteure de la première fiction cinématographique, La Fée aux choux (1896), avant de superviser une grande partie de la production Gaumont. Envoyée en 1907 aux Etats-Unis, elle y crée sa propre maison de production qui connait un essor important, avant de s’effondrer. S’appuyant sur un travail d’enquête minutieux, ce documentaire met en avant les qualités de l’œuvre cinématographique de cette pionnière longtemps passée sous silence, soulignant sa grande maitrise technique, son progressisme moral (féminisme, inclusion des acteurs noirs), ou encore son mantra à l’adresse des acteurs : « Be Natural ». Porté par la voix-off de Jodie Foster, actrice et réalisatrice dont l’engagement et le talent en font une manière d'héritiè

Continuer à lire

Camusez-vous bien

Théâtre | Avec Caligula, la compagnie Lalalachamade propose un jus de crâne sucré-acide, ou comment la vie est stupide et mieux vaut en rire.

Cerise Rochet | Mercredi 8 janvier 2020

Camusez-vous bien

Si la mort est absurde, la vie peut-elle l'être un peu moins ? Nous, les Hommes, ne pouvons-nous pas être autre chose qu'un simple tout petit tas de trois fois rien, asservi à quelque chose de supérieur ? La liberté totale est-elle possible, et peut-elle rendre plus forte l'humanité ? A la mort de sa sœur et maîtresse Drusilla, l'empereur Caligula bascule. Non que le chagrin le ronge, mais l'idiotie de la condition humaine l'obsède : quel plus grand scandale que celui de la bêtise des dieux, qui donnent la vie et la mort à des hommes qui ne peuvent être heureux ? Lui qui, jusqu'ici apprécié du peuple de Rome, régnait dans la paix et la naïveté, se lance alors dans une entreprise sanguinaire. Plus de foi, plus de loi si ce n'est les siennes. En quête d'impossible Puisqu'il ne peut le vaincre, Caligula, veut devenir lui-même le destin. Dans une cruauté insensée, l'empereur sème la terreur parmi ses sujets devenus ses pantins, s'octroyant sur eux le droit de vie et de mort... Caligula veut la lune, l'impossible, il veut davantage que ce que son pouvoir lui permet déjà, refusant l'entrave et la petitesse de l'homme dans l'univers. Mais quand certains

Continuer à lire

"Le Lac aux oies sauvages" : Pêche à l’homme

ECRANS | De Diao Yinan (Chi., avec avert. 1h50) avec Hu Ge, Gwei Lun Mei, Liao Fan…

Vincent Raymond | Mercredi 18 décembre 2019

Une guerre des gangs de voleurs de motos laisse Zhou Zenong blessé et en cavale dans la région du Lac aux oies sauvages, traqué par les hommes du capitaine Liu. Alors qu’il s’attend à retrouver son épouse Yang Shujun, c’est une mystérieuse prostituée, Liu Aiai qui est au rendez-vous… Aux dires des festivaliers, Diao Yinan était le plus sérieux compétiteur de Bong Joon-ho sur la Croisette cette année. Précédé de l’aura de sa précédente réalisation et Ours d’Or 2014, Black Coal, Le Lac aux oies sauvages pouvait bénéficier d’un a priori favorable. Mais, suivant l’adage vaticanesque appliqué à Cannes, un palmé putatif durant la Quinzaine se retrouve souvent fort dépourvu au palmarès ; Diao est donc reparti bredouille. La sortie de son film en salles devrait lui permettre de se rattraper. Car il s’agit d’un thriller haut en couleurs. Pas uniquement du fait de sa somptueuse photographie magnifiant les séquences nocturnes illuminées aux néons, dans de subtils jeux d’alliances chromatiques. Mais également par sa construction à la linéarité non strictement euclidienne, où le présent subit d’entrée les contrecoups d’

Continuer à lire

"Les Vétos" : Seules les bêtes ?

ECRANS | De Julie Manoukian (Fr., 1h32) avec Noémie Schmidt, Clovis Cornillac, Lilou Fogli…

Vincent Raymond | Mercredi 18 décembre 2019

Nico et son aîné Michel font tourner à deux un cabinet vétérinaire d’un petit village du Morvan. Partant subitement en retraite, Michel fait venir à sa place sa nièce, chercheuse et entêtée mais qui n’a jamais pratiqué. Au contact de Nico, du village et des animaux, elle changera… Évidemment sympathique, terriblement dans l’air du temps, malheureusement téléphonée, l’intrigue des Vétos est au moins aussi lourde que cette phrase surchargée en adverbes. On s’étonne même de voir sur grand écran cette collection de clichés sur la ruralité hexagonale — hostile et obtuse à l’étrangère, mais révélant un cœur “gros comme ça“ à la fin — d’habitude réservée au public captif de la télévision. Tout y passe : du paysan bourru au maire hobereau habillé façon militant LR à la Baule, de l’orpheline-cachant-un-lourd-secret au véto dévoré par son apostolat… Si aucun personnage n’échappe à sa caricature, le film aborde malgré tout un vrai sujet : celui de la désaffection rurale, de son abandon par l’État (raréfaction des services publics, mitage du maillage territorial…) au profit des zones plus urbanisées, créant de fait des insularit

Continuer à lire

Les 1ers noms de Musilac 2020

Festival régional | Angèle, - M -, Iggy Pop et Lenny Kravitz sont les quatre premiers noms qui ont été lâchés hier pour dessiner les contours du 19e festival Musilac (...)

Nicolas Bros | Mardi 3 décembre 2019

Les 1ers noms de Musilac 2020

Angèle, - M -, Iggy Pop et Lenny Kravitz sont les quatre premiers noms qui ont été lâchés hier pour dessiner les contours du 19e festival Musilac d'Aix-les-Bains qui se déroulera du 11 au 14 juillet 2020.

Continuer à lire

Assemblage

USA | Depuis le 18 septembre et jusqu'au 5 janvier, la quinzième biennale d'art contemporain de Lyon bat son plein sur les 29 000 m² des Usines Fagor, (...)

Niko Rodamel | Mardi 5 novembre 2019

Assemblage

Depuis le 18 septembre et jusqu'au 5 janvier, la quinzième biennale d'art contemporain de Lyon bat son plein sur les 29 000 m² des Usines Fagor, mais aussi dans près de cent cinquante lieux de la région Auvergne-Rhône-Alpes qui entrent en résonance avec la Métropole lyonnaise. Au 14 de la rue Sainte-Catherine à Saint-Etienne, l'Espace 181 - librairie La Ciguë propose avec Art is love is god de découvrir les « assemblagistes ». Précurseurs méconnus de la beat generation. ce réseau informel de poètes et d'artistes est né à la fin des années quarante sur la côte ouest des USA. A San Francisco puis à Los Angeles, Wally Hedrick, Jess, Bruce Conner, George Herms, Wallace Berman, Edward Kienholz, Jay DeFeo ou encore Charles Brittin formaient ainsi un courant éclectique et protéiforme, livrant une exploration critique de la société américaine à travers des installations mêlant peinture, collage et sculpture à base de matériaux récupérés, mais aussi à travers la poésie, le cinéma. Il faudra attendre 1961 pour que le courant prenne une forme plus officielle, avec l’exposition The art of assemblage au MoMA de New-York. Art is love is god, jusqu'au 30 nov

Continuer à lire

Christophe Honoré : « Je ne suis pas sorti de ma chambre d’adolescent de 14 ans et demi »

Chambre 212 | Rêverie mélancolique et sensuel dans une chambre d’un hôtel du “libre et change“, "Chambre 212" est film très sérieux sous ses airs de fantaisie sentimentale. Et vice-versa. Explications de l’auteur, le prolifique Christophe Honoré…

Vincent Raymond | Mercredi 9 octobre 2019

Christophe Honoré : « Je ne suis pas sorti de ma chambre d’adolescent de 14 ans et demi »

Auriez-vous le fantasme d’observer les fantômes de votre propre jeunesse ? Christophe Honoré : J’ai l’impression qu’on est toujours très peuplé par — je ne sais pas si l’on peut appeler ça des fantômes de sa jeunesse — ces “moi“ successifs que l’on a été. À certains moments de ma vie, je ne crois pas être si éloigné de cela de la personne que j’étais quand j’avais 20 ou 30 ans. C’est ce que dit le film : on est souvent très nombreux à l’intérieur de soi ! Des gens que l’on n’a pas croisés pendant des années vous donnent souvent l’impression qu’ils vous revoient vieilli alors que vous pensez être toujours avec les mêmes aspirations, les mêmes goûts que quand vous aviez 25 ans… De la même manière, dans le milieu professionnel ou les moments amoureux plus intimes, on a des âges différents : c’est très rare, en fait, que l’on soit conforme à son âge véritable. On fluctue énormément d’un âge à l’autre, et ces fantôme de la jeunesse ne sont pas tant des fantôme que des personnes bien réelles, et bien bruyantes, que l’on a à l’intérieur de soi. Quel “âge intérieur“ aviez-vous lorsque vous avez com

Continuer à lire

"Chambre 212" : La clef des songes

ECRANS | De Christophe Honoré (Fr.-Bel.-Lux., 1h27) avec Chiara Mastroianni, Vincent Lacoste, Camille Cottin…

Vincent Raymond | Mercredi 9 octobre 2019

Vingt ans après le début de son idylle avec Richard, Maria quitte le domicile conjugal pour faire le point dans l’hôtel d’en face, chambre 212. La nuit étant propice aux prodiges, Maria est submergée par les fantômes de ses amours du temps jadis, et les ceux de son conjoint. Chambre 212 est un peu une version sentimentale (et érotisée) du Christmas Carol de Dickens, où le personnage visité par des esprits du passé et se baladant dans des uchronies ne serait plus Scrooge l’avaricieux mais une quadragénaire random en plein cas de conscience. Et où les apparitions — en l’occurrence des doubles de ses amants d’antan — seraient plus désorganisées. Cette fantaisie grave oscillant entre le réalisme cru du drame sentimental et une artificialité assumée, comme elle module du cocasse au bizarre, évoque le cinéma de Blier où tous les temps et destins se superposent dans un cauchemar quantique ; où les personnages coexistent parfois sous divers âges et visages. On ne s’étonnera donc pas que le réalisateur de Merci la vie ! compte parmi les remerciements au générique. Christo

Continuer à lire

Le lundi, c'est tarif réduit pour le ciné à Sainté

Cinéma | Forts du succès de l'opération "Sainté fête le cinéma", les quatre cinémas stéphanois (l'Alhambra, Le Camion Rouge, Le Méliès Jean Jaurès et le Méliès Saint-François) (...)

Nicolas Bros | Mercredi 4 septembre 2019

Le lundi, c'est tarif réduit pour le ciné à Sainté

Forts du succès de l'opération "Sainté fête le cinéma", les quatre cinémas stéphanois (l'Alhambra, Le Camion Rouge, Le Méliès Jean Jaurès et le Méliès Saint-François) s'associent à nouveau afin de proposer une opération spéciale depuis lundi 2 septembre. Tous les lundis, dans ces quatre établissements, le tarif d'une place de cinéma sera désormais de 6.90 €. L'offre est valable pour tous, pour tous les films, à toutes les séances (hors séances spéciales et supplément 3D). Une raison supplémentaire de sortir de chez soi le lundi !

Continuer à lire

Camusole de force

SCENES | « Les hommes meurent et ils ne sont pas heureux ». Une phrase prononcée à la suite du décès de sa sœur et maîtresse, et l'empereur Caligula bascule. (...)

Cerise Rochet | Mardi 3 septembre 2019

Camusole de force

« Les hommes meurent et ils ne sont pas heureux ». Une phrase prononcée à la suite du décès de sa sœur et maîtresse, et l'empereur Caligula bascule. Plus de morale. Plus de bien et de mal. Une quête d'impossible et de pouvoir absolu, sans foi ni loi. Pourtant, ni la cruauté, ni la liberté de l'empereur n'effaceront sa douleur. Avec son Caligula, Camus mêle violence et ironie et pose sur la scène la question de la liberté face aux valeurs établies. Du jus de crâne parfumé d'un humour acerbe : si la vie n'a pas de sens, autant en rire (un peu). Caligula, jeudi 28 et vendredi 29 novembre à 20h au Centre Culturel de la Ricamarie et Jeudi 30 et vendredi 31 janvier à 20h au Théâtre du Parc à Andrézieux-Bouthéon

Continuer à lire

"C'est ça l'amour" : Papa poule, papa coule

ECRANS | De Claire Burger (Fr., 1h38) avec Bouli Lanners, Justine Lacroix, Sarah Henochsberg…

Vincent Raymond | Mercredi 27 mars 2019

Sa femme l’ayant quittée, Mario est tout tourneboulé. S’accrochant à l’espoir de la voir revenir, il tente avec sa maladresse bienveillante de préserver ses filles du cataclysme qui les ronge tous. Mais rien n’est facile dans cette famille de guingois : même l’amour en a pris un coup. Ce portrait-mosaïque d’une famille bohème — très loin d’être bourgeoise — dynamitée par la défection maternelle fait penser à un jeu de billard américain, quand la blanche vient de casser le paquet et que les boules s’échappent en tout sens : Claire Burger s’attache en effet à la trajectoire de chacun personnages de la famille atomisée, dans l’apprentissage de ses nouveaux repères, si bancals soient-ils. Car Mario n’occupe pas seul les premiers plans (à la différence du père joué par Romain Duris dans Nos batailles, confronté à une situation similaire) : le film ménage de la place aux filles, dans leur émancipation de l’âge d’enfant, leur confrontation aux chamboulements multiples secouant par ailleurs l’adolescence (premières amours, les désir d’indépendance).

Continuer à lire

La recette est simple

Rap québ' | Depuis quelques années, une énergie musicale pousse de plus en plus fort de l'autre côté de l'Atlantique, au Québec. Le rap local s'exporte de mieux en mieux à (...)

Nicolas Bros | Mardi 5 mars 2019

La recette est simple

Depuis quelques années, une énergie musicale pousse de plus en plus fort de l'autre côté de l'Atlantique, au Québec. Le rap local s'exporte de mieux en mieux à l'instar de la scène belge. Outre les incontournables et historiques tels que Koriass, de nouvelles têtes ont percé le mur du son. Loud qui a rempli les salles en France l'année dernière ou encore les Alaclair Ensemble et autres Dead Obies sont devenus des valeurs sûres. Mais d'autres formations ne doivent pas être oubliées. Par exemple Random Recipe. Depuis plus de 10 ans, ce groupe remue les scènes où il se produit. En 2018, le quatuor devenu trio a sorti un troisième album flamboyant aux paroles engagées : Distractions. Ce disque rempli de bonnes ondes sonores (jetez une oreille au premier titre Fight this feeling ou à Strawberry Daiquiri) mêle inspirations tropicales, flow ciselé et ambiances groovy. Pour composer les huit titres de ce recueil musical, Fabrizia Di Fruscia, Frannie Holder and Liu-Kong Ha ont fait appel à différents collaborateurs de renom : Foxtrott, la bassiste Rhonda Smith (ayant travaillé avec Prince) ou encore Marie-Pierre Arthur. Un disque qui porte divinement bien son n

Continuer à lire

Deux fils : Soutiens de famille

ECRANS | De Félix Moati (Fr., 1h30) avec Vincent Lacoste, Benoît Poelvoorde, Mathieu Capella…

Vincent Raymond | Vendredi 15 février 2019

Deux fils : Soutiens de famille

Dans la famille Zucarelli, la mère est partie depuis belle lurette, le père médecin déprime depuis deux ans et se rêve romancier, le fils aîné Joachim fait semblant de préparer sa thèse ; le cadet Ivan se passion pour le latin (et la fille du gardien du collège). On a connu des jours meilleurs… Avec cette histoire touchante de mecs cabossés, Félix Moati prouve qu’on peut signer en guise de premier long métrage un film de copains, une déclaration d’admiration pour ses confrères et consœurs, ainsi qu’une dramédie tournant plus loin que les environs immédiats de son petit nombril — il s’agit vraiment du parcours d’un trio —, le tout dans une réalisation un peu bringuebalante et jazzy, très en phase somme toute avec le sujet. Sous des dehors éminemment masculins, Deux fils fait ressortir les fragilités de ses protagonistes, fanfaronnant ou s’abandonnant à diverses excentricités pour masquer (mais en vain) leur sentiment d’être orphelins — de mère, de compagne. Moati les montre dans un délitement pathétique, petit îlots de solitude comprenant qu’ils doivent v

Continuer à lire

Le riffs du Neal

Blues | Le blues sera prochainement célébré d'une bien belle manière au Château du Rozier, avec un double programme qui combine cinéma documentaire et musique live sous les riffs de l'Américain Neil Black.

Niko Rodamel | Mardi 5 février 2019

Le riffs du Neal

Depuis l'invention des Frères Lumières, cinéma et musique ont tissé un lien étroit, l'image et le son se mariant le plus souvent pour le meilleur. Des bandes originales aux documentaires musicaux et autres biopics, en passant par les scopitones puis les clips, le septième art a visiblement toujours su se nourrir de la puissance évocatrice du cinéma. De la même manière, les musiciens ont à leur tour rapidement compris et utilisé la puissance de l'image pour packager leurs compositions dans les médias audiovisuels, quels qu'ils soient. Et lorsque des cinéastes se penchent plus précisément sur l'histoire d'un courant musical, la chose prend alors une tournure encore plus particulière. En matière de blues, on pense bien sûr l'excellente série de sept films produite par Martin Scorsese en 2003, The blues, faisant appel à quelques grands réalisateurs comme Wim Wenders ou Clint Eastwood. Faut-il le rappeler, remonter aux sources du blues c'est aussi retracer le cours de l'Histoire, depuis l'Afrique jusqu'aux USA, celle d'un peuple noir déporté puis exploité, trouvant refuge dans les accords plaintifs d'une musique qui enfantera sans péridurale le jazz et le rock. Black is ba

Continuer à lire

"Nicky Larson et le parfum de Cupidon" : En odeur de sainteté ?

Miracle | De et avec Philippe Lacheau (Fr., 1h39) avec également Élodie Fontan, Tarek Boudali…

Vincent Raymond | Mercredi 6 février 2019

Tsunami de neige à prévoir ? Signe annonciateur de la naissance de l’antéchrist ? Comprenez que l’on soit tourneboulé : voici que l’on s’apprête à vanter les qualités objectives d’un film signé par Philippe Lacheau. Preuve qu’il ne faut jamais désespérer de rien ni de personne et combattre en permanence ses préjugés — quitte à engloutir chaque année autant de navets qu’un troupeau meuglant. Peut-être fallait-il qu’il se plonge dans l’adaptation d’un souvenir d’enfance : la transposition française de l’anime Nicky Larson, lui-même adaptation du manga de Tsukasa Hōjō. Si l’original nippon était plutôt salé, la version hexagonale cultivait pour des raisons de censure une dérision égrillarde pas très éloignées des obsessions gonadotropes de la Bande à Fifi. En cuisinant sa madeleine à sa sauce, Lacheau a intégré ce second degré français, truffé le tout de références générationnelles assez discrètes pour qu’elles ne parasitent pas l’intrigue. Une intrigue taille string, certes, mais suffisante pour porter l’absurdité de cet univers : le détective Nicky Larson, obsédé notoire, est engagé pour retrouve

Continuer à lire

"The Place" : Un café glaçant

ECRANS | De Paolo Genovese (It., 1h45) avec Valerio Mastandrea, Marco Giallini, Alba Rohrwacher…

Vincent Raymond | Mercredi 30 janvier 2019

Perpétuellement vissé à la banquette du café The Place, un homme accueille celles et ceux qui recherchent conseils ou services particuliers. Consultant son grand agenda, il leur assigne alors d’étranges missions qui, miraculeusement règlent tous leurs soucis. Mais quid des siens ? Décor unique, personnage énigmatique dont on ne sait s’il est un mafieux, l’incarnation du fatum, ou un bienfaiteur pervers ; mises à l’épreuve générale, cas de consciences et réconciliations… The Place tient de la pièce métaphysique. Le problème, c’est que le concept itératif tourne hélas rapidement à vide, Genovese ne parvenant pas à transcender ni son argument théâtral, ni son huis clos en tournant le tout comme une suite d’épilogues de série télé.Dommage, car il avait de la matière et une fort jolie distribution. Dommage également pour lui de manquer son rendez-vous avec le public français, qui connaît indirectement le travail de cette star transalpine sans avoir vu sur les écrans jusqu’à présent la moindre de ses réalisations — c’était son Perfetti sc

Continuer à lire

L'eau, l'air, la terre, le feu

Classique | Pour son lancement, la société de production La Mariotte donne carte blanche à deux artistes bien connus des ligériens : Florence Auclin, violoncelle solo (...)

Alain Koenig | Mercredi 9 janvier 2019

L'eau, l'air, la terre, le feu

Pour son lancement, la société de production La Mariotte donne carte blanche à deux artistes bien connus des ligériens : Florence Auclin, violoncelle solo de l'Orchestre de Saint-Étienne-Loire et Cyril Goujon, chef de chant et pianiste soliste aux inépuisables talents. Le programme, comme le duo, laisse opérer tous les charmes du Romantisme, et semble consciemment (ou pas) convoquer en musique les quatre éléments. L'air, tout d'abord, avec la célèbre Sonate n°14 de Beethoven « Clair de lune », dont tous les virtuoses appréhendent le presto agitato, ainsi que la Première Ballade de Chopin, à la mélancolie subversive et langoureuse. C'est avec la terre, celle du sombre Schleswig-Holstein, des paysages de Mer du Nord, que se poursuit l'itinérance avec la Sonate pour violoncelle et piano en mi mineur Op.38 de Brahms, aux puissantes fragrances terriennes. L'évocation de l'eau se fera par le truchement de Liszt avec la très mystique Légende de Saint-François de Paule marchant sur les Flots. C'est également à Liszt que reviendra l'incantation du feu avec sa célèbre Méphisto-Valse. Aucune série télé ne vous dispense

Continuer à lire

"Les Chatouilles" : Touchée mais pas coulée

Drame | Portant le fardeau d’une enfance abusée, Odette craque et solde son passé, subissant en sus l’incrédulité hostile de sa mère. Une histoire vraie passée par la scène peinant à trouver sa pleine voix au cinéma, heureusement relayée par des comédiens d’exception.

Vincent Raymond | Mercredi 14 novembre 2018

Enfant, Odette a été régulièrement abusée par Gilbert, un ami de la famille masquant ses sévices en “chatouilles“. À l’âge adulte, la danse ne suffisant plus pour exorciser son passé, Odette entreprend (à reculons) une psychanalyse. Et lutte en sus contre le déni maternel… Comme un écho douloureux. Un semaine après la sortie d’Un amour impossible, ce premier long métrage coréalisé par Éric Métayer et Andréa Bescond — adaptation du spectacle autobio-cathartique de cette dernière — aborde à nouveau (et plus frontalement encore) l’abominable question des attouchements et des viols sur mineur·es. S’il a fallu à l’autrice-interprète principale une dose de courage à peine concevable pour se livrer aussi crûment et se reconstruire, on ne peut cependant pas taire sa perplexité face à la forme ce film-témoignage : quelque remuant qu’il soit, aucun projet cinématographique ne saurait se prévaloir d’une absolution de principe quant à sa facture, au motif que ses motivations ou ses intentions

Continuer à lire

Retour aux sources

MUSIQUES | Nous l’avions découverte aux côtés du pianiste Eric Legnini sur le magnifique album The Vox, dont la moitié des titres étaient habités de sa chaude et lumineuse (...)

Niko Rodamel | Mardi 2 octobre 2018

Retour aux sources

Nous l’avions découverte aux côtés du pianiste Eric Legnini sur le magnifique album The Vox, dont la moitié des titres étaient habités de sa chaude et lumineuse voix de contralto. Krystle Warren donne autant dans le jazz, le folk ou le R&B que dans le rock classique ou la Brit pop. Après plusieurs albums solo qui sont autant de bijoux, le dernier en date (Three the Hard Way) est franchement plus gospel : la chanteuse y explore ses racines musicales avec une touchante sincérité. Krystle Warren, dimanche 14 octobre à 17h30, église de Génilac

Continuer à lire

Thomas Lilti, Vincent Lacoste, William Lebghil : « Un film de boxe où on remplace les combats par les concours et les entrainements par les révisions »

Première année | Première année sort à la rentrée universitaire, mais aussi au moment où la PACES — Première année commune aux études de santé — et le numerus clausus sont sur la sellette. Thomas Lilti a du flair et des choses à dire…

Vincent Raymond | Jeudi 13 septembre 2018

Thomas Lilti, Vincent Lacoste, William Lebghil : « Un film de boxe où on remplace les combats par les concours et les entrainements par les révisions »

Votre film sort à point nommé, alors que l’on fait état d’une probable réforme de l’examen sanctionnant la première année de médecine… TL : Et pourtant, il y a quelques jours, j’ai fait une émission sur France Culture avec Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement Supérieur, on a évoqué la PACES mais à aucun moment elle n’a dit clairement qu’ils étaient en train d’y réfléchir. C’est assez surprenant. On se demande s’ils n’ont pas sorti du chapeau une réforme pour quelque chose qui n’a pas bougé depuis 45 ans — à part l’intégration en 20100 des étudiants en pharmacie, des sage-femmes, des kinés dans le concours, ce qui fait qu’il y a encore plus de monde. Je suis ravi qu’on parle d’une réforme. Tout le monde constate que cette première année est une catastrophe, je ne suis pas le seul. La violence des enseignements et des concours était d’ailleurs dénoncée en août dernier par Clara De Bort, une ancienne directrice d’hôpital, dans une tribune parue dans la revue Prescrire… J’avou

Continuer à lire

"Première année" : Toubib or not toubib ?

Conventionné | de Thomas Lilti (Fr., 1h32) avec Vincent Lacoste, William Lebghil, Alexandre Blazy…

Vincent Raymond | Jeudi 13 septembre 2018

Par conformisme familial, Benjamin entre en première année de médecine où il est vite pris sous l’aile d’Antoine, un sympathique triplant acharné à réussir. Quant à l’issue du premier semestre, le nonchalant bleu se trouve mieux classé que son besogneux aîné, leurs rapports changent… Poursuivant son examen du monde médical, Thomas Lilti s’attaque concomitamment dans cette comédie acide à plusieurs gros dossiers. D’abord, ce fameux couperet du concours sanctionnant la PACES — première année commune aux études de santé — mais aussi l’incontournable question de l’inégalité profonde face aux études supérieures. La fracture sociale ne se réduit pas en médecine, bien au contraire : construite sur la sélectivité et l’excellence, cette filière est un vase-clos favorisant la reproduction des élites — et de celles et ceux en maîtrisant les codes. Enfant du sérail ayant déjà pas mal étudié la question, Lilti juge avec clairvoyance cette période plus dévastatrice qu’épanouissante pour les futurs carabins : est-il raisonnable de faire perdre la raison à des aspirants médecins ? Coupable, l’in

Continuer à lire

"BlacKkKlansman - J'ai infiltré le Ku Klux Klan" : Afros, blancs et méchants

Rire sous cape | Deux flics — l’un noir, l’autre blanc et juif — infiltrent la section Colorado du KKK. Le retour en grâce de Spike Lee est surtout une comédie mi-chèvre mi-chou aux allures de film des frères Coen — en moins rythmé. Grand Prix Cannes 2018.

Vincent Raymond | Mardi 28 août 2018

Colorado Springs, aube des années 1970. Tout juste intégré dans la police municipale, un jeune flic noir impatient de “protéger et servir” piège par téléphone la section locale du Ku Klux Klan. Aidé par un collègue blanc, sa “doublure corps“, il infiltrera l’organisation raciste… Spike Lee n’est pas le dernier à s’adonner au jeu de l’infiltration : dans cette comédie « basée sur des putains de faits réels » (comme l’affiche crânement le générique), où il cite explicitement Autant en emporte le vent comme les standards de la Blaxploitation (Shaft, Coffy, Superfly…), le réalisateur de Inside Man lorgne volontiers du côté des frères Coen pour croquer l’absurdité des situations ou la stupidité crasse des inévitables sidekicks, bêtes à manger leur Dixie Flag. Voire sur Michael Moore en plaquant en guise de postface des images fraîches et crues des émeutes de Charlottesville (2017). Cela donne un ton cool, décalé-cocasse et familier, rehaussé d’une pointe d’actualité pour enfoncer le clou, au cas où les allusions appuyées à la

Continuer à lire

Dans le grand bain

Musilac (Savoie) | Vieilles gloires, valeurs sûres, piliers de festoches, jeunes pousses, smoothies de genres, et autres étrangetés à découvrir, le festival lacustre baigne l'été musical d'un éclectisme qui attire les foules comme les amateurs éclairés, jusqu'à les confondre.

Stéphane Duchêne | Mardi 3 juillet 2018

Dans le grand bain

Jeudi : old wave D'une certaine manière, s'il fallait un hymne en ouverture de cette édition 2018 de Musilac, il pourrait consister en trois bouts de refrains se répondant depuis le fin fond des âges 80, quand les uns martèleraient : « I Just can get enough », les autres répondraient « Don't you forget about me

Continuer à lire

Les fleurs musicales de LYS

MUSIQUES | Le quatuor breton LYS possède un peu de Placebo dans l'ADN de sa musique. Proposant une pop rock accessible et judicieusement orientée vers le son (...)

Nicolas Bros | Jeudi 7 juin 2018

Les fleurs musicales de LYS

Le quatuor breton LYS possède un peu de Placebo dans l'ADN de sa musique. Proposant une pop rock accessible et judicieusement orientée vers le son anglais, il n'était pas étonnant que leurs productions tapent dans les tympans de Steven Hewitt, ex-batteur de la célèbre formation londonienne. Résultat : LYS est invité en 2011 à assurer les premières parties de la tournée européenne du groupe post-Placebo d'Hewitt. Mais la collaboration n'en est pas restée là. Aujourd'hui revoilà le batteur aux côtés des Bretons, tout d'abord pour leur second album Redbud mais également pour la tournée qui l'accompagne. Ils passeront par Feurs et le Château du Rozier le 14 juin. LYS + Steve Hewitt (Placebo), jeudi 14 juin à 20h30, au Château du Rozier à Feurs

Continuer à lire

"Plaire, aimer et courir vite" : Un peu, pas du tout et avec de bonnes chaussures

ECRANS | Pour raconter ses jeunes années entre Rennes et Paris, quand le sida faisait rage, Christophe Honoré use de la fiction. Et les spectateurs, avec un pensum dépourvu de cette grâce parfois maladroite qui faisait le charme de ses comédies musicales. En compétition Cannes 2018.

Vincent Raymond | Mardi 15 mai 2018

Paris, 1993. Écrivain dans la radieuse trentaine, célibataire avec un enfant, Jacques a connu beaucoup de garçons. Mais de ses relations passées, il a contracté le virus du sida. Lors d’une visite à Rennes, il fait la connaissance d’Arthur, un jeune étudiant à son goût. Et c’est réciproque… Il faudrait être d’une formidable mauvaise foi pour taxer Christophe Honoré d’opportunisme parce qu’il situe son nouveau film dans les années 1990 à Paris — ces années de l’hécatombe pour la communauté homosexuelle, ravagée par le sida —, quelques mois après le triomphe de 120 battements par minute. Car Plaire, aimer et courir vite s’inscrit dans la cohérence de sa filmographie, dans le sillage de Non, ma fille tu n’iras pas danser (2009) pour l’inspiration bretonne et autobiographique et des Chansons d’amour (2007) ou d’Homme au bain (2010) pour la représentation d’étreintes masculines. L’ego lasse

Continuer à lire

"7 Minuti" : La pause s’impose

Social | de Michele Placido (It.-Fr.-Sui., 1h28) avec Ottavia Piccolo, Anne Consigny, Clémence Poésy

Vincent Raymond | Mercredi 6 juin 2018

Dilemme pour un groupe de délégué·e·s du personnel, qui doit statuer sur l’abandon de sept minutes de pause déjeuner en échange du sauvetage de son usine. Tel est le marché pervers proposé par leur future actionnaire majoritaire. La division s’installe parmi les salarié·e·s… Mettons au crédit de Michele Placido l’idée de transposer ce fait social survenu à Yssingeaux en Italie puisque le capitalisme n’a pas de frontière, et la pertinence d’en faire un huis clos : cette situation d’un choix cornélien — face à un marché de dupes ! — renvoie à 12 hommes en colère. Les similitudes s’arrêtent là. Du fait de sérieux problèmes d’écriture, dont de grotesques effets de suspense théâtraux destinés à différer la divulgation de la fameuse mesure (on se croirait dans Le Prénom) ; à cause également de quelques personnages féminins au-delà de la caricature et d’une mise en scène contemplative là où du vif aurait été nécessaire, on s’agace au lieu de compatir. Un grand sujet potentiel, qui sans doute eût été plus à sa place sur les planches, devient ainsi un petit film. T

Continuer à lire

Jean-Pierre Bacri & Agnès Jaoui : « Le danger du pouvoir, c’est d’oublier ce qu’on s’était promis»

Place Publique | En moralistes contemporains, Bacri et Jaoui cernent depuis plus d’un quart de siècle les hypocrisies et petites lâchetés ordinaires face à la notoriété ou à l’illusion du pouvoir. Conversation croisée avec un duo osmotique.

Vincent Raymond | Mercredi 18 avril 2018

Jean-Pierre Bacri & Agnès Jaoui : « Le danger du pouvoir, c’est d’oublier ce qu’on s’était promis»

Avec l’expérience, votre manière de collaborer a-t-elle changé ? A. J. : Le temps est arrêté : quand on écrit, on reprend nos stylos. On garde les même méthodes. Quel a été le point de départ de l’écriture de Place Publique ? A. J. : C’est très difficile pour nous de dire quand et par quoi cela a commencé : plusieurs thèmes à la fois, des idées, des personnages… Et comme souvent, quand on commence l’écriture, on se dit : « tiens, peut-être que ce sera une pièce… » L’unité de temps et de lieu faisait partie de notre cahier des charges personnel, au contraire du film précèdent, Au bout du conte qui avait cinquante-trois décors. J.-P. B : On a des thèmes préférés, comme les rapports de pouvoirs entre les gens — parce qu’il y en a forcément entre deux personnes, c’est comme ça, c’est la nature humaine et ça nous passionne de jouer ça. Avec le désir d’en égr

Continuer à lire

"Place Publique" : L’essence de la défaite

Garden Party | Entre cuisine, dépendance et grand jardin, le nouveau ballet orchestré par Jaoui et Bacri tient de la comédie de caractères, s’inscrivant dans la lignée du théâtre de Molière, au point de tendre à respecter la triple unité classique. Une féroce et mélancolique vanité.

Vincent Raymond | Mercredi 4 avril 2018

Pendaison de crémaillère chez Nathalie, productrice télé über-parisienne qui s’est trouvé un château à la campagne. S’y croisent Castro, star du petit écran en perte de vitesse, son ex- Hélène, leur fille, et une foule de convives plus ou moins célèbres. Ça promet une bonne soirée… D’un côté de petits maîtres cyniques torpillés par leur acrimonie, des jaloux vieillissants renvoyés à leur verte bile, des fats décatis punis par où ils ont péché ; de l’autre une valetaille issue du bas peuple qui finit par s’affranchir de cette caste prétentieuse en s’acoquinant au passage avec sa progéniture… Que d’êtres factices aux egos majuscules ; que d’individus attachants, portant leur misère pathétique en sautoir. Jaoui et Bacri bousculent une nouvelle fois les lois de la chimie en changeant le vinaigre en nectar — mais, après tout, d’aucuns racontent qu’un mage d’antan changeait l’eau en vin… Le buffet des vanités À peine vécue par celle qui l’organise (Léa Drucker, parfaite en Gatsby moderne vissée à son téléphone), la réception servant de décor à ce

Continuer à lire

Clovis Cornillac : “Quel bonheur de faire des films !”

ECRANS | Après Nicolas Vanier et Christian Duguay, Clovis Cornillac signe le troisième et dernier épisode de "Belle et Sébastien", adaptation grand écran de la série de Cécile Aubry. Le réalisateur y joue aussi le rôle du méchant.

Aliénor Vinçotte | Mercredi 14 février 2018

Clovis Cornillac : “Quel bonheur de faire des films !”

Pourquoi autant de temps entre vos deux longs-métrages ? C.C : Entre les deux, j’ai aussi réalisé 4 épisodes de la saison 2 de Chefs, la série télévisée. Même si c’est passionnant, la réalisation demande beaucoup de temps. Belle et Sébastien 3 m’a pris un an et demi, tous les jours jusqu’à aujourd’hui. Mais quel bonheur de faire des films — c’est dément ! Qu’est-ce qui vous a amené à réaliser Belle et Sébastien 3 ? Son producteur Clément Miserez. La proposition en elle-même m’a un peu déstabilisé au début — je ne voyais pas le lien avec moi. C’est à la lecture du scénario que je me suis fait avoir, car l’histoire m’a plongé dans la littérature d’aventures, type nord-américaine comme Conrad, Steinbeck. J’ai alors réalisé que ce genre de films d’aventures n’existe plus en France. On ne nous donne plus la possibilité d’en faire. J’étais aussi très intéressé par les thématiques comme la nature, les animaux, l’enfant et la figure du grand-père. Ce qui m’amusait plus que tout, c’était l’idée de faire un conte, de pouvoir emmener ce film sur des références qui m’importent.

Continuer à lire

Belle et Sébastien 3 : le dernier chapitre - Chienne d’arrêt

Film pour occuper les petits-enfants pendant les vacances | de et avec Clovis Cornillac (Fr., 1h37) avec également Félix Bossuet, Tchéky Karyo…

Vincent Raymond | Mardi 6 février 2018

Belle et Sébastien 3 : le dernier chapitre - Chienne d’arrêt

Comme si la montagne lui tombait sur la tête ! Sébastien, qui a désormais 12 ans, apprend que son père veut l’emmener au Canada, loin de ses alpages chéris. Pire que tout, Joseph, un odieux bonhomme débarqué de nulle part, revendique la propriété de Belle et de ses trois chiots… Après deux opus touristiques sentant le foin, le vieux poêle et les années cinquante, on n’attendait plus grand chose de Belle et Sébastien, si ce n’est une nouvelle collection de chandails qui grattent et de guêtres en flanelle. Pur objet de producteurs, confié de surcroît à un réalisateur différent, chaque épisode de ce reboot du feuilleton de l’ORTF a déjà l’air d’être la rediffusion de Heidi contre Totoro. Alors, quelle heureuse surprise que ce volet qui, en plus d’annoncer clairement la fin de la série, le propulse dans une direction inattendue. Comme dans Harry Potter, gagnant en noirceur au fur et à mesure que le héros-titre prend de l’âge, Sébastien s’approche de l’adolescence en se confrontant à l’arrachement et à la perte de ses référents d’enfant. Ici, la pri

Continuer à lire

Un nouveau lac pour les cygnes

Ballet | En faisant danser comme on l'a toujours dansé depuis plus d'un siècle Le Lac des Cygnes, quelque chose peut se déconnecter de la réalité du spectateur dans un (...)

Monique Bonnefond | Mardi 6 février 2018

Un nouveau lac pour les cygnes

En faisant danser comme on l'a toujours dansé depuis plus d'un siècle Le Lac des Cygnes, quelque chose peut se déconnecter de la réalité du spectateur dans un monde qui a changé. Pour garder vivant ce monument du répertoire Jean-Christophe Maillot nous donne une magnifique recréation qui réunit contemporain et classique. Les 9 et 10 février à 20h à l'Opéra de Saint-Étienne

Continuer à lire

Soif d’idéal ?

Théâtre | La compagnie stéphanoise LalalaChamade adapte la pièce de l’auteur et metteur en scène libano-québécois Wajdi Mouawad. Assoiffés mêle réalité et fiction, (...)

Houda El Boudrari | Mardi 6 février 2018

Soif d’idéal ?

La compagnie stéphanoise LalalaChamade adapte la pièce de l’auteur et metteur en scène libano-québécois Wajdi Mouawad. Assoiffés mêle réalité et fiction, humour et drame dans un univers empruntant au fantastique. Un spectacle percutant qui aborde des thèmes riches : le sens de la vie, l’inquiétude par rapport à l’avenir, mais surtout la soif de vivre.

Continuer à lire

C’est Byzance !

Galerie | Pour quelques semaines encore les images de la discrète photographe Claire Lacout habitent les murs de la galerie Noir & Blanc. Depuis un premier (...)

Niko Rodamel | Mardi 6 février 2018

C’est Byzance !

Pour quelques semaines encore les images de la discrète photographe Claire Lacout habitent les murs de la galerie Noir & Blanc. Depuis un premier séjour à Istanbul à l’automne 2014, Claire retourne régulièrement dans la cité turque, y prend ses marques, y noue des amitiés et bien entendu y photographie le quotidien des Stambouliotes. Avec sa situation géographique si particulière (la ville est à cheval de part et d’autre du Bosphore entre l'Europe et l'Asie depuis pas moins de vingt-sept siècles), Istanbul est plurielle, grouillante, coincée entre un passé millénaire et la modernité balbutiante d’un présent complexe. La photographe en a déjà parcouru nombre de recoins, équipée d’un appareil discret (un Fuji X100) et d’un objectif 35mm qui la contraint à s’approcher des gens. S’entremêlent scènes de rue, tramways et chats, drapeaux à l’effigie d’Atatürk (fondateur de la République de Turquie) et omniprésence des minarets au second plan… L’accrochage de l’exposition est audacieux, osant la rencontre de la couleur et du monochrome cher à la galerie, avec des images qui s’étirent en diptyques et au-delà. Liberté(s) itinérante(s), exposition de Claire L

Continuer à lire

Un Gandot oui, mais rapide et sain

GUIDE URBAIN | Gandot élargit la gamme de restauration rapide existante à Saint-Étienne avec une offre de cuisine saine et efficace. Pâtes, salades complètes et soupes sont notamment de la partie.

Marion Dubanchet | Mercredi 17 janvier 2018

Un Gandot oui, mais rapide et sain

Vous avez certainement vu naître un élegant restaurant doté de grandes baies vitrées place du Peuple il y a quelques mois. Affublé d’un nom bien de chez nous, Gandot propose depuis avril 2017 de vous sustenter du petit déjeuner au goûter avec une cuisine fraîche et locale. Denis Vial abandonne les clubs de Golf qu’il côtoie depuis plusieurs années chez Golf Station pour répondre au doux chant des sirènes des légumes frais et du quinoa (entre autres bien sûr). Désireux de trouver un emplacement en périphérie de Saint-Étienne à l’origine, Denis ne peut laisser passer la belle opportunité qui se présente à lui avec ce local. « D’importants travaux ont été nécessaires pour transformer ce lieu, explique le dirigeant. Avec l’aide de l’architecte Olivier Arene, nous avons réinventé le lieu en lui apportant notre image. » Une rénovation qui mêle le r

Continuer à lire

"Las Marimbas del infierno" : Pacte à la guatémaltèque

DOCU-FICTION | de Julio Hernández Cordón (Fr.-Mex.-Guat., 1h14) avec Don Alfonso, El Blacko, Victor Hugo Monterroso…

Vincent Raymond | Mercredi 10 janvier 2018

Guatemala, 2010. Sa musique ne faisant plus recette, un joueur de marimba est mis en cheville par son filleul magouilleur avec un métalleux de renom. L'idée ? La fusion entre hard satanique et percussions traditionnelles. Séduisant sur le papier, le projet se heurte à divers obstacles… Long fut le chemin entre le tournage et la sortie française pour ce film empruntant à la réalité ses portagonistes et son contexte tourmenté. Celui d’un pays en rupture, où la modernité et la crise économique condamnent le folklore à une représentation caricaturale pour touristes ; où les bandes rançonnent tranquillement les particuliers. Victime des uns et des autres, Don Alfonso avait ému Julio Hernández Cordón, au point de lui inspirer ce film doux-amer, aussi tragi-comique que crépusculaire sur les soubresauts créatifs du Guatemala. Le musicien est aujourd’hui le héros, et le héraut de cette cause, aux côtés de deux autres sacrés personnages : un toubib ex-sataniste (et vrai star de black metal), ainsi surtout que le jeune Chiquilín, délinquant camé au centre de scènes rappelant Larry

Continuer à lire

"Wallace & Gromit - Cœurs à modeler" : Deux bonnes pâtes

ECRANS | de Nick Park (G.-B., 0h59) animation…

Vincent Raymond | Mercredi 8 novembre 2017

Têtes de gondole de la maison Aardman, Wallace et Gromit reviennent ces derniers mois sur les écrans à la faveur de rééditions aussi agréables à revoir que frustrantes : depuis Le Mystère du Lapin-Garou (2005), les deux comparses semblaient avoir été délaissés au profit d’un personnage plus mignon ou plus lucratif puisqu’il est devenu le héros d’une série autonome, Shaun le mouton. Composé de deux courts métrages, Cœurs à modeler accentue ce double sentiment puisqu’il réunit A Close Shave (1995) — une fantaisie fantastique entre Delicatessen et Terminator, marquant d’ailleurs la “naissance” du jeune ovidé Shaun — et A Matter of Loaf and Death (2008), un inédit où Wallace, reconverti dans la boulange, tombe sous le charme d’une femme fatale aux allure d’ogresse jetant son dévolu sur tous les mitrons. Heureusement que l’enfariné benêt pourra compter sur la clairvoyance muette de Gromit pour le tirer de ce fichu pétrin… Bourrée d’astuces visuelles virtuoses et rythmée par un sens du gag irrésis

Continuer à lire

Le 1933, comptoir à viandards

GUIDE URBAIN | La Charpinière, hôtel, restaurants et spa situés à Saint-Galmier, remet à neuf son ancienne brasserie pour en faire son “comptoir à viandes”. Sous le nom de 1933, ce nouvel établissement ravira les viandards de tout poil mais pas seulement. Nous sommes allés tester.

Marion Dubanchet | Jeudi 26 octobre 2017

Le 1933, comptoir à viandards

La Charpinière est une véritable institution locale. Sis au coeur d'un parc de 3 hectares, cet établissement, comprenant un hôtel 4 étoiles, un restaurant gastronomique, une brasserie et un spa, a été repris en 2012 par la famille Despinasse. Souhaitant redonner un peu de nouveautés à leur offre, les propriétaires viennent de donner une nouvelle orientation à leur brasserie en la transformant en "comptoir à viandes", nommé désormais simplement 1933. Mais d’où vient cet étrange nom et à quoi correspond cette date ? Ne faites pas les innoncents, je vous vois là-bas dans votre coin vous poser la question. 1933, c’est l’année de l’ouverture de la première boucherie de la famille Despinasse. Un joli clin d’oeil à l’histoire de la famille. La brasserie change de peau Le ton est rapidement donné lorque l’on pénètre dans les lieux, une imposante vache multicolore trône fièrement à l’entrée, à laquelle répond une décoration savamment orchestrée autour de l’animal star du restaurant, le boeuf. Petites exp

Continuer à lire

Variations

ARTS | Sur les cimaises de La Vitrine, cette ancienne pâtisserie (1891, ça fait des lustres !) nichée au cœur de la Talaudière (au 19 Rue de la République (...)

Niko Rodamel | Mardi 31 octobre 2017

Variations

Sur les cimaises de La Vitrine, cette ancienne pâtisserie (1891, ça fait des lustres !) nichée au cœur de la Talaudière (au 19 Rue de la République précisément), le peintre Alain Malacher expose jusqu’au 28 novembre une série de toiles spontanées où les couleurs viennent chatouiller le noir et blanc, entre figuration et abstraction.

Continuer à lire