Espion(s)

ECRANS | De Nicolas Saada (Fr, 1h39) avec Guillaume Canet, Géraldine Pailhas...

Nadja Pobel | Vendredi 23 janvier 2009

Ancien critique des Cahiers du cinéma et animateur sur Nova, Nicolas Saada n'a, salutairement, pas voulu faire son premier film «à la française». Vincent (Guillaume Canet) travaille au service bagage d'un aéroport et vole quelques objets dans des valises comme son collègue qui, d'entrée de film, se transforme en torche humaine pour avoir laissé tomber une bouteille de parfum contenant un liquide explosif. Pour échapper à la prison, et parce qu'il est un diplômé de sciences-po égaré, il se voit confier une mission des services secrets français et anglais pour infiltrer un réseau terroriste à Londres. Nicolas Saada filme au plus près des personnages, avec en surimpression de l'œuvre d'espionnage l'histoire d'amour entre le héros et l'épouse effacée d'un trouble chef d'entreprise syrien (incarnée par Géraldine Peilhas). Canet incarne avec justesse et envie cet écorché vif, intuitif et sauvage, qui ne se laisse enfermer dans aucun système pré-établi ; même intronisé «source» et aux mains de la DST et du MI5, il se débarrasse de tout l'attelage technologique, éteignant même son téléphone portable. Saada place l'émotion au cœur de sa définition du film de genre, limitant les dialogues au minimum, laissant place aux silences et aux frôlements des corps de ses comédiens sans chercher à éviter les scènes obligées (une bagarre, un filage...) maitrisées avec efficacité. Loin des logorrhées de nos contrées, Sadaa signe un film bilingue entre psychologie et réalité brute ; l'alchimie fonctionne. Nadja Pobel

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter