Barbara

ECRANS | Proposant un contrechamp intimiste à "La Vie des autres", Christian Petzold retrace le quotidien de l’Allemagne de l’Est à travers le parcours d’une infirmière exilée en Province pour ses idées subversives. Un film au classicisme appuyé, qui repose surtout sur son actrice et son scénario. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Lundi 30 avril 2012

Photo : DR


La bonne idée de Barbara, le nouveau film de Christian Petzold, c'est de ne pas adopter tout de suite le point de vue de son héroïne. Elle apparaît au spectateur à travers le regard des autres, et sa froideur butée, son absence d'émotions apparentes, se heurtent aux rumeurs qui courent sur son compte. Nous sommes dans l'Allemagne de l'Est de 1980, et plus exactement dans un petit hôpital de province, où la surveillance de la Stasi est tout aussi forte qu'ailleurs, mais seulement plus voyante. Pour Barbara, infirmière à Berlin, ce nouveau poste est une forme de bannissement, elle qui de toute évidence n'a plus qu'une idée : passer à l'Ouest, du côté de la liberté. Le médecin chef du service s'intéresse très vite à cette femme belle, méfiante, distante, mais ses tentatives pour briser la glace se soldent par des échecs répétés. Quand Petzold se décide à dévoiler un peu plus le projet de Barbara, c'est aussi pour peindre le harcèlement constant dont elle est victime : aucune intimité, ni face à sa logeuse, ni face à l'agent chargé de la surveiller, ce qui rend d'autant plus délicate la mise en route de son plan d'évasion.

Faites le mur !

Si la mise en scène de Petzold ne dévie jamais d'un classicisme appuyé, à la lisière de l'académisme notamment dans sa première partie, ce sont bien les nombreux arcs de son scénario qui rendent le film passionnant. L'internement d'une jeune fille sauvage qui, à sa manière brutale et hystérique, cherche aussi à échapper au contrôle étatique, puis la rencontre entre Barbara et son amant de l'Ouest, propose à chaque fois une bifurcation inattendue dans le récit : dans le premier cas, l'attention qu'elle porte à l'adolescente apporte un éclairage sur la dévotion réelle et profonde de Barbara envers les autres — son métier est aussi fort que son envie d'exil ; dans le second, c'est l'inverse qui se produit, lorsqu'elle découvre que ce désir de fuite est si grand chez ses compatriotes que ceux d'en face peuvent aussi s'en servir comme d'un miroir aux alouettes, ouvrant la voie à la désillusion. Des deux côtés du mur, il y a des gens biens et des crapules, et il n'est pas facile, vue la parano ambiante, de discerner les uns des autres. Seule résiste alors la détermination de Barbara, sa force et son intelligence pour ne jamais plier face à la pression environnante. La beauté butée de la comédienne Nina Hoss, excellente d'un bout à l'autre et magnifiquement regardée par le cinéaste, rend le personnage d'autant plus passionnant et confère au film le mystère et la grâce dont il est parfois dépourvu.

Barbara
De Christian Petzold (All, 1h45) avec Nina Hoss, Ronald Zehrfeld…

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

L’eau à la bouche : "Ondine" de Christian Petzold

ECRANS | Conférencière spécialisée dans l’urbanisme de Berlin, Ondine est brutalement quittée par son amant. Christoph, un scaphandrier, tombe alors sous son charme et (...)

Vincent Raymond | Mercredi 23 septembre 2020

L’eau à la bouche :

Conférencière spécialisée dans l’urbanisme de Berlin, Ondine est brutalement quittée par son amant. Christoph, un scaphandrier, tombe alors sous son charme et entame avec elle une romance. Mais la belle, encore rongée par sa blessure, doit en finir avec son ex-… Histoire sentimentale néo-romantique, songe fantastique rêvé par le scaphandrier, cette variation sur le mythe de la nixe — ou sirène — troquant par amour son royaume contre la terre ferme, évoque (en version aquatique) la situation des anges wendersiens des Ailes du désir, condamnés à porter la mémoire de la ville qu’il survolent, dépositaires de l’histoire des hommes mais incapables d’en partager les affects ni les plaisirs mortels. Ondine est aussi de ces êtres de passage si fréquents dans le cinéma de Petzold permettant à leur partenaire d’accomplir une traversée, mais dont la destinée revêt une dimension sacrificielle les rendant d’autant plus tragiques et… désirables, horrible paradoxe ! Pas étonnant que la fiévreuse Paula Beer ait, pour ce rôle de gardienne de Berlin, conquis l’Ours d’argent de la meilleure interprète à la Be

Continuer à lire

« Le cinéma, c’est soit le Rhin, soit la Wupper. Ce film, c’est la Wupper. »

ECRANS | Paula, qu’est ce qui était le plus difficile : ingérer tous les textes de l’historienne ou interpréter des scènes sous l’eau ? Paula Beer : À leur (...)

Vincent Raymond | Mercredi 23 septembre 2020

 « Le cinéma, c’est soit le Rhin, soit la Wupper. Ce film, c’est la Wupper. »

Paula, qu’est ce qui était le plus difficile : ingérer tous les textes de l’historienne ou interpréter des scènes sous l’eau ? Paula Beer : À leur manière, les deux étaient difficiles, et demandaient bien sûr une préparation particulière, parce que sous l’eau on ne peut pas parler : il faut se sentir sûre de soi. Et pour les conférences, bien sûr tout le texte demande plus de préparation, mais il faut savoir qu’Ondine ne va pas seulement tenir une conférence : elle raconte son histoire en racontant celle de la ville. On doit comprendre que cette vieille figure de conte, ce personnage, avait accès à l’eau avant que la ville ne soit construite ; Ondine sait donc pratiquement tout sur la ville. Pour cette raison, tourner sous l’eau et tenir de grandes conférences sont deux difficultés que l’on prévoit avant le tournage bien sûr. Mais il y a des scènes dont on pense parfois qu’elles seront faciles et qui s’avèrent plus compliquées. Le monologue est complexe au cinéma ; or ici, il y en a beaucoup… PB : Dans la plupart des films il y a plutôt des dialogues que de longs textes. C’était particulier et e

Continuer à lire

L'Audition

ECRANS | En apparence cousu de fil blanc — ou plutôt de ce noir épais tissant l’étoffe des drames —, ce portrait d’une femme entre deux âges, entre deux hommes, entre (...)

Vincent Raymond | Mardi 5 novembre 2019

L'Audition

En apparence cousu de fil blanc — ou plutôt de ce noir épais tissant l’étoffe des drames —, ce portrait d’une femme entre deux âges, entre deux hommes, entre deux vies et finalement entre deux enfants, captive par son habileté à déjouer les clichés. Ina Weisse ne s’abandonne jamais à la facilité, ni à une démonstrativité superflue : il suffit de quelques plans, d’une poignées de mots et de regards pour mesurer les relations troubles entre Anna et son père… et comprendre l’origine probable de son exigence disproportionnée comme de son instabilité. Mais L’Audition est aussi un film sur le désir artistique maladif et la jalousie : accordant une attention toute maternelle à Alexander — avant d’être obsessionnelle —, Anna en néglige son propre fils Jonas, violoniste lui aussi. Un fils auquel, de surcroît, elle n’enseigne pas son art. La tension psychologique qui s’ensuit provoque des déflagrations inattendues, et une tragédie dont la morale perverse et pour le coup, peu morale, plairait certainement à Haneke ! Sans doute le rôle le plus troublant de Nina Hoss, et la confirmation que les maîtres(ses) de musique sont décidément des i

Continuer à lire

Bacurau

ECRANS | Nordeste brésilien, dans un futur proche. De retour à Bacurau pour enterrer sa grand-mère, Teresa remarque que le village est de plus en plus enclavé, comme (...)

Vincent Raymond | Mardi 24 septembre 2019

Bacurau

Nordeste brésilien, dans un futur proche. De retour à Bacurau pour enterrer sa grand-mère, Teresa remarque que le village est de plus en plus enclavé, comme coupé du monde. Les choses vont s’aggraver en présence de bien curieux étrangers. Mais Bacurau n’a pas dit son dernier mot ! Il y a trois ans, Kleber Mendonça Filho nous assénait une claque cuisante qui, à bien des égards, prophétisait métaphoriquement les prémices du populisme bolsonarien : on assistait en effet dans Aquarius à la déliquescence d’une société où le bon droit valait tripette face au poids des intérêts privés (et à leur omnipotence acquise par la corruption) ; où la maison Brésil semblait dévorée de l’intérieur, ses fondations menaçant de rompre à tout moment. Comme s’il souhaitait mettre entre parenthèses le temps présent, le cinéaste — en duo ici avec Juliano Dornelles — en propose avec Bacurau

Continuer à lire

Petra

ECRANS | Jeune artiste peintre, Petra vient effectuer une résidence auprès de Jaume, un plasticien réputé au caractère entier, dominateur et volontiers arrogant. Si elle (...)

Vincent Raymond | Mardi 30 avril 2019

Petra

Jeune artiste peintre, Petra vient effectuer une résidence auprès de Jaume, un plasticien réputé au caractère entier, dominateur et volontiers arrogant. Si elle se lie d’amitié avec le fils de celui-ci, Lucas, elle empêche que les choses aillent plus loin. Car Petra cache un secret… Depuis La Soledad (2008) et Un tir dans la tête (2009), c’est toujours un plaisir de retrouver Jaime Rosales : il fait partie de ces auteurs qui n’usent pas en vain de leur art, et dont chaque film procure ce double plaisir de la découverte : quelle est l’histoire ; comment Rosales choisit de la raconter. En bon théoricien, la forme interroge toujours le fond et lui répond. Ici, le récit est chapitré à la manière d’un roman, mais son ordre chronologique est contrarié. Une perturbation qui permet d’occulter des franges du passé, de présenter des conséquences avant certaines causes, d’induire également dans l’esprit du spectateur des hypothèses quant à la raison de ces ellipses. Cette construction n’est pas non plus sans évoquer le processus artistiqu

Continuer à lire

Transit

ECRANS | L’arrivée des forces d’occupation en France contraint l’Allemand Georg à gagner Marseille, où il compte rallier l’Amérique par la mer. Sur place, il récupère (...)

Vincent Raymond | Mardi 24 avril 2018

Transit

L’arrivée des forces d’occupation en France contraint l’Allemand Georg à gagner Marseille, où il compte rallier l’Amérique par la mer. Sur place, il récupère l’identité et le visa pour le Mexique de son compatriote Weidel dont il a trouvé le corps. Mais une femme, Marie, l’intrigue et le retient… Étrange concept que celui de ce film qui replace dans le contexte actuel et des décors contemporains, une situation ancienne, à savoir datant d’il y a quatre-vingt-ans. Comme au théâtre, il s’agit pour le spectateur de souscrire un pacte et d’admettre une double réalité entre ce qu’il voit et ce qui est évoqué au-delà de l’image — Lars von Trier avait procédé de même dans Dogville, réduisant son dispositif à l’extrême. Cette dualité a certes du sens : Georg ne se dissimule-t-il pas sous le “masque“ d’un autre individu ? De même, un état d’égarement se ressent à la vue de ce Marseille en état de siège, où les repères sont abolis, chacun devenant pareil à un étranger. Hélas, Transit reste prisonnier de ce ping-pong ré

Continuer à lire

Dieu, ma mère et moi : crise de foi érotique

ECRANS | L’avènement de l’ère du big data a contribué à matérialiser l’existence de données personnelles pour chaque individu… ainsi que celle d’entités les convoitant à des (...)

Vincent Raymond | Mercredi 4 mai 2016

Dieu, ma mère et moi : crise de foi érotique

L’avènement de l’ère du big data a contribué à matérialiser l’existence de données personnelles pour chaque individu… ainsi que celle d’entités les convoitant à des fins commerciales ou non, avec ou sans le consentement de leur légitime propriétaire. Les particuliers disposent donc d’un droit d’accès et de modification aux fichiers regroupant les informations les concernant, pour éviter leur exploitation ou divulgation sauvage. Sous la forme d’une fable surréaliste (il faut avoir l’esprit ouvert à l’absurdité comique pour l’apprécier) Dieu, ma mère et moi révèle comment une organisation refuse de radier de ses effectifs le héros Tamayo, qui n’a pas demandé à en faire partie. Le fait que l’organisation soit l’Église espagnole, et qu’elle bénéficie toujours de liens privilégiés avec l’État, doit expliquer cette capitulation du temporel… Ceci est son corps Originellement titré El Apóstata (clairement, L’Apostat), le film a étrangement été rebaptisé en France. Histoire, sans doute, de le faire passer pour un succédané ibérique de Woody Allen ou de Nanni Moretti. Certes, le scénario s’inspire d’une anecdote authentique vécue (subie) p

Continuer à lire

La Niña de Fuego

ECRANS | Il est finalement assez rare de voir débarquer sur les écrans un pur OVNI, un film qui ne ressemble à aucun autre et qui se paye même le luxe de prendre à (...)

Christophe Chabert | Samedi 18 juillet 2015

La Niña de Fuego

Il est finalement assez rare de voir débarquer sur les écrans un pur OVNI, un film qui ne ressemble à aucun autre et qui se paye même le luxe de prendre à rebrousse-poil toutes les modes actuelles. C’est d’autant plus délectable que La Niña de Fuego est un deuxième film signé par un inconnu qui possède manifestement une certaine réputation dans son pays, l’Espagne, en tant que dessinateur de BD. Cette notation biographique-là pourrait pousser paresseusement à expliquer son goût des cadres fixes et rigoureux ; on est pourtant tout aussi loin de l’idée de cases que de la pratique de certains cinéastes autrichiens, avides de plans implacables enfermant les personnages dans des prisons filmiques. Ce qui intéresse Carlos Vermut, ce n’est pas tant ce qui s’exprime à l’intérieur des plans que ce qui n’y figure pas ; et lorsqu’il pratique des ruptures spectaculaires d’axe, comme dans un prologue étrange qui ne trouvera d’écho qu’en toute fin de métrage, c’est pour faire circuler du mystère et de la magie. Magical Girl : c’est le surnom d’une héroïne de manga qui fascine une jeune fille de 12 ans, Alicia, atteinte d’une leucémie. Son père aimerait r

Continuer à lire

Phoenix

ECRANS | Fidèle au précepte d’un Claude Lanzman, Christian Petzold ouvre Phœnix sur ce que l’on ne peut pas montrer : l’horreur des camps de concentration nazis. (...)

Christophe Chabert | Mardi 27 janvier 2015

Phoenix

Fidèle au précepte d’un Claude Lanzman, Christian Petzold ouvre Phœnix sur ce que l’on ne peut pas montrer : l’horreur des camps de concentration nazis. Il le fait à travers le visage d’une rescapée, Nelly, recouvert par des bandelettes tel Rock Hudson dans Seconds. Défigurée, quasi-mutique, elle est prise en charge par Lene, qui veut lui offrir un nouveau visage et une nouvelle vie, dans une Palestine qui ne s’appelle pas encore l’État d’Israël. Mais, l’opération réussie, Nelly ne se reconnaît pas et se voit comme une autre. On ne saura jamais si cette sensation de dédoublement est une conséquence psychologique du martyre qu’elle a subi — provoquant une cassure irrémédiable entre son moi d’avant et ce qu’il en reste aujourd’hui — ou si, effectivement, elle relève d’une vraie transformation physique. Ce trouble-là, que Petzold entretient magistralement, le film le redouble encore quand Nelly retrouve son mari Johnny, ancien pianiste désormais homme à tout faire dans un cabaret au milieu des ruines berlinoises. Johnn

Continuer à lire

Un homme très recherché

ECRANS | À Hambourg, dix ans après le 11 septembre, dont la ville fut une des bases terroristes, l’agent secret Günther Bachmann part sur les traces d’un immigré (...)

Christophe Chabert | Mardi 16 septembre 2014

Un homme très recherché

À Hambourg, dix ans après le 11 septembre, dont la ville fut une des bases terroristes, l’agent secret Günther Bachmann part sur les traces d’un immigré tchétchène dont on ne sait s’il est une victime des exactions russes dans son pays ou un potentiel danger pour la sécurité nationale. Pour Bachmann, à l’inverse de ses supérieurs et des Américains, c’est surtout un formidable appât pour faire tomber un créancier du terrorisme islamique… Le scénario d’Un homme très recherché n’est pas, à l’inverse de la précédente adaptation de John Le Carré La Taupe, aussi complexe qu’il en a l’air. Du moins Anton Corbijn ne cherche pas à le rendre plus abscons qu’il n’est, adoptant une narration stricte et dépourvue de chausse-trappes ou de faux semblants. Pendant sa première heure, le film installe une atmosphère froide et séduisante, des personnages forts et se plaît à faire de Hambourg un acteur à part entière du récit — ce que le cinéaste réussissait déjà à faire avec la Toscane dans son précédent

Continuer à lire

Stella

ECRANS | Fille de deux tenanciers de café, Stella intègre un collège bourgeois à Paris dans les années 80. Pour évoquer cette époque et ce contraste, Sylvie Verheyde choisit (...)

Christophe Chabert | Mercredi 5 novembre 2008

Stella

Fille de deux tenanciers de café, Stella intègre un collège bourgeois à Paris dans les années 80. Pour évoquer cette époque et ce contraste, Sylvie Verheyde choisit le registre attendu de la chronique autobiographique dans ce qui ressemble à un épisode inédit de la série Tous les garçons et les filles de leur âge. On en retrouve les figures imposées : les profs archétypaux, les boums, l’amitié compliquée, les relations avec (et entre) les parents… Si le film sonne juste, il sonne aussi assez creux — une fois de plus, faire les étonnés serait d’une grande mauvaise foi critique. Il faut cependant saluer la qualité et l’intelligence du casting : des gueules, des corps et des voix authentiques, notamment la trop rare Karole Rocher, un Benjamin Biolay bien meilleur que dans Didine et Guillaume Depardieu, bloc de douleur et de tendresse, à la présence très émouvante. CC

Continuer à lire