Evil dead

ECRANS | Réalisé par un jeune cinéaste uruguayen plutôt doué, Fede Alvarez, et produit sous l’égide de son créateur Sam Raimi, ce remake est une bonne surprise, très fidèle et en même temps plein de libertés vis-à-vis de son modèle. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 2 mai 2013

L'actualisation intensive du catalogue de l'horreur 70-80 continue, avec ses hauts (rares) et ses bas (nombreux). On va bientôt pouvoir faire le compte des films qui n'ont pas eu droit à leur remake, puis établir des classements, du plus infâmant (le direct to DVD, ce qui est arrivé à I spit on your grave, il faut dire assez pourrave) au plus malin (on pense à Aja, mais aussi à Rob Zombie et son vrai-faux remake d'Halloween).

Où placer celui d'Evil dead, au demeurant très réussi ? Dans une case qui n'appartiendrait qu'à lui — mais qui ne serait pas loin de l'excellent La Dernière maison sur la gauche… En appelant à la réalisation un jeune cinéaste uruguayen, Fede Alvarez, Sam Raimi a eu l'intelligence de lui laisser les coudées franches pour proposer une relecture cohérente de son opera prima, quitte parfois à en prendre l'exact contre-pied.

C'est d'abord cela qui frappe en voyant ce remake : si Alvarez se plaît à refaire quasiment à l'identique les passages les plus marquants de l'original — des travellings épousant le point de vue de la force occulte traversant à toute vitesse la forêt jusqu'à l'image mythique de la main qui s'extrait du sol, sans oublier l'incroyable séquence du "viol végétal", d'une crudité hallucinante pour l'époque mais toujours aussi choquante aujourd'hui — il en affine et complexifie d'autres, allant jusqu'à détourner ses codes les plus datés.

On en citera deux : d'abord, la raison qui pousse cette poignée de jeunes gens bien sous tous rapports à s'isoler comme des demeurés dans une cabane perdue. Dans le Evil dead de Raimi, c'était simplement pour passer le week-end ; plutôt léger et, pour reprendre le titre de la parodie des Nuls, «cousu de fil blanc». Ici, il s'agit d'opérer le sevrage drastique de Mia, junkie depuis la mort de sa mère, sous la surveillance de ses amis et de son frangin. Ce qui est déjà plus crédible et apporte durant la partie d'exposition une légère ambiguïté sur son comportement — délire lié au manque ou véritable possession diabolique ?

Idem lorsqu'Alvarez doit se coltiner l'incunable moment où un personnage se regarde dans le miroir de l'armoire à pharmacie, ouvre la porte, puis la referme et y découvre quelque chose de monstrueux qui auparavant n'y était pas. On ne dira pas comment le cinéaste arrive à renouveler l'exercice et à provoquer un petit frisson de terreur, mais cela montre en tout cas qu'il y a un pilote dans l'avion de la mise en scène, et pas seulement un exécutant s'amusant à refaire les films préférés de sa DVDthèque.

Opéra sanglant

Cela étant, la vraie force du remake tient à l'inflexion donnée au ton général du film. Chez Raimi, Evil dead (et plus encore ses suites) était avant tout un terrain de jeu, jamais très éloigné de l'esprit comic book. Pour Alvarez, le meilleur moyen de se démarquer est au contraire de prendre les choses au premier degré, de ramener un esprit de sérieux qui, au moment de la sortie de l'original, était déjà en train de fondre comme neige au soleil. D'où l'ambiance particulièrement poisseuse et les excès gores et sadiques dans lesquels le remake baigne tout du long, mais plus particulièrement dans son impressionnant dernier acte, véritable opéra de l'horreur finalement assez proche d'un Dario Argento.

C'est qu'il y a une différence entre s'amuser et ricaner, prendre plaisir à avoir peur et se sentir plus intelligent et malin que ce qui se passe sur l'écran. En choisissant de revenir à une représentation de l'horreur essentiellement organique et viscérale, Alvarez met les cyniques à l'amende, proposant une surenchère dans la violence qui n'a rien à voir avec le sadisme des cinéastes français (de Xavier Gens à Alexandre Aja), plutôt avec l'idée d'en faire une véritable orgie graphique où les corps démembrés et les visages striés de rictus aux yeux révulsés deviendraient des œuvres à part entière.

On peut toujours contester l'utilité d'une telle démarche — ou plus globalement, de tout remake ; mais si Fede Alvarez parvient à enchaîner avec des projets vraiment personnels qui confirment son talent, Evil dead sera pour lui comme ces variations autour des chef-d'œuvres du Louvre faites par des étudiants aux Beaux-arts : un joli galop d'essai.


Evil Dead

De Fede Alvarez (ÉU, 1h30) avec Jane Levy, Shiloh Fernandez... En proie à des problèmes d'addiction, Mia se rend dans une cabane isolée dans les bois, en compagnie de son frère et d'un groupe d'amis. Sur place, la découverte d'un mystérieux "Livre des Morts" les plonge dans l'horreur.
Pathé Bellecour 79 rue de la République Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Millenium : Ce qui ne me tue pas

ECRANS | Quand elle ne “corrige“ pas les hommes trop violents avec leur épouse, Lisbeth Salander fait commerce de son génie du hacking. Or l’une de ses missions va (...)

Vincent Raymond | Mardi 13 novembre 2018

Millenium : Ce qui ne me tue pas

Quand elle ne “corrige“ pas les hommes trop violents avec leur épouse, Lisbeth Salander fait commerce de son génie du hacking. Or l’une de ses missions va très mal tourner : il faut dire qu’elle a piraté la NSA pour récupérer un logiciel capable de déclencher le feu nucléaire… Extra-ordinaire à bien des égards, la saga littéraire Millenium a trouvé en Langercrantz un prolongateur zélé qui l’a développée autour de son atout majeur : le personnage de Salander. Moins lisse et plus intrigant que le héros théorique Mikael Blomqvist, la pirate tatouée et surdouée est, dans son genre, un fameux modèle féminin. En inversant les rôles, c’est-à-dire en plaçant ici Lisbeth au premier plan et Blomqvist en force d’appoint, Millenium prendrait-il un virage féministe ? En apparence seulement : si on le soumet au test de Bechdel, on s’aperçoit vite que les rares femmes donnant la réplique (ou faisant face) à Lisbeth ont un homme au centre de leurs conversations quand il ne niche pas dans leur passif commun. Voire, plus retors, qu’elles se

Continuer à lire

Don't Breathe - La maison des ténèbres

ECRANS | Quelle idée pourrie d’aller cambrioler un vétéran aveugle de la Guerre du Golfe, dont la rumeur prétend qu’il conserve 300 000 bons billets verts dans sa (...)

Vincent Raymond | Mardi 4 octobre 2016

Don't Breathe - La maison des ténèbres

Quelle idée pourrie d’aller cambrioler un vétéran aveugle de la Guerre du Golfe, dont la rumeur prétend qu’il conserve 300 000 bons billets verts dans sa bicoque délabrée et isolée ! Mais pour la jeune Rocky et ses deux comparses, qui n’ont jamais dû voir de film d’horreur de leur triste existence, ce sera du gâteau. Un gâteau saignant… Le simple fait de voir Stephen Lang — le paranoïaque colonel Quaritch d’Avatar — en victime potentielle d’un trio de branquignoles met en alerte : les chances que ce mastard se fasse martyriser avec la même facilité que la frêle brindille Audrey Hepburn dans Seule dans la Nuit (1967) sont aussi élevées qu’il pleuve des frites. D’autant qu’il se révèle un bourreau particulièrement intéressant, façon ogre ou Barbe-Bleue ; un prédateur habile compensant par un instinct de survie animal (et de perpétuation de l’espèce) le sens lui faisant défaut. Et manifestant une compassion aussi terrifiante que celle du

Continuer à lire

Le Monde fantastique d’Oz

ECRANS | En écrivant la semaine dernière que Spring Breakers était une variation autour du Magicien d’Oz où James Franco serait une version gangsta dudit magicien, (...)

Christophe Chabert | Mardi 5 mars 2013

Le Monde fantastique d’Oz

En écrivant la semaine dernière que Spring Breakers était une variation autour du Magicien d’Oz où James Franco serait une version gangsta dudit magicien, on ne savait pas encore que celui-ci l’incarnait pour de bon dans cette version signée Sam Raimi. Il faut dire que le titre français est trompeur : il laisse entendre que l’on est face à un remake du classique de Victor Fleming, alors qu’il en écrit en fait la genèse. Il s’agit donc de raconter comment un prestidigitateur minable et très porté sur la gente féminine, qui se rêve en Thomas Edison mais se contente de tours à deux sous dans une roulotte du Kansas, va passer de l’autre côté de l’arc-en-ciel et découvrir le monde d’Oz, ses vilaines sorcières et son chemin de briques jaunes. Sam Raimi rend avant tout un hommage esthétique à l’original : il débute par trente minutes en noir et blanc, son mono et format carré, avant de laisser exploser couleurs, effets sonores et 3D débridée par la suite.

Continuer à lire

Infectés

ECRANS | Comme souvent ces temps-ci dans le cinéma de genre, l’humanité touche à sa fin. Elle ne revient même pas sous forme de morts-vivants affamés, non, elle se (...)

Dorotée Aznar | Mercredi 19 mai 2010

Infectés

Comme souvent ces temps-ci dans le cinéma de genre, l’humanité touche à sa fin. Elle ne revient même pas sous forme de morts-vivants affamés, non, elle se contente de crever douloureusement des suites d’une pandémie mondiale, contre laquelle les scientifiques et Roselyne Bachelot n’ont rien pu faire. Dans cette ambiance qu’on qualifiera aisément de merde, où chaque rescapé est contraint aux pires bassesses pour s’assurer ne serait-ce qu’un jour supplémentaire de survie, quatre jeunes traversent les États-Unis en voiture vers une plage supposée salubre. Au gré de leur périple, les frères Pastor, grandement épaulés par le talentueux chef opérateur Benoît Debie, dessinent par petites touches le désespoir étouffant de leur univers apocalyptico-clinique. Truffé de bonnes idées scénaristiques et de climax gentiment culottés, doté d’un casting convaincant, Infectés peine pourtant à s’imposer sur la durée. La bonne tenue formelle et atmosphérique de l’ensemble ne parvient pas à faire oublier le manque d’originalité de son récit, sorte de décalque pubère de La Route sous le soleil californien. Si l’on ajoute à cela un fâcheux gimmick consistant à se débarrasser des personnages ayant béné

Continuer à lire

Jusqu'en enfer

ECRANS | Une certaine curiosité entourait Jusqu’en enfer, articulé autour de cet enjeu simple : comment, après avoir vaillamment fait de la trilogie Spider-man un (...)

Christophe Chabert | Jeudi 21 mai 2009

Jusqu'en enfer

Une certaine curiosité entourait Jusqu’en enfer, articulé autour de cet enjeu simple : comment, après avoir vaillamment fait de la trilogie Spider-man un classique du blockbuster, Sam Raimi allait-il rebondir en tant que cinéaste. L’annonce d’un «petit» film d’horreur a fait tressaillir l’âme de ses fans, se rappelant avec émotion les trois Evil dead. Mais ils oubliaient un peu vite que Raimi avait aussi labouré un sillon fantastique sobre avec le superbe Intuitions, avant de créer Ghost house, société de production ayant essentiellement financé des nanars pour teenagers et quelques remakes dispensables de films d’horreurs asiatiques. À l’arrivée, Jusqu’en enfer est une prod’ Ghost house réalisée par un cinéaste doué, mais ici au service minimum. Il y a quelques idées marrantes (le fait notamment de situer l’action dans le monde des banques de crédit, en plein scandale des subprimes, est assez bien vu), mais le résultat est poussif et parfois indigne de Raimi. Le scénario accumule les poncifs (parfois, il a la bonne idée de s’en moquer, comme ce sacrifice très mauvais esprit d’un Pedro le chat, vengeance geek contre tous les

Continuer à lire