Red Army

ECRANS | De Gabe Polsky (USA, 1h25) documentaire

Stéphane Duchêne | Mardi 24 février 2015

A quoi reconnaît-on un bon docu de sport ? Au fait qu'il peut vous embarquer même quand on ne connaît rien au sport en question – ici le hockey sur glace. C'est le cas de Red Army, du nom de la vitrine sportive sur patins de l'URSS des années 70-80.

Car c'est avant tout avec un sens aigu du récit, porté par un montage fascinant, que Gabe Polsky nous emmène sur la glace et sous le glacis soviétique, là où s'est tramé, à la force du poignet brejnevien, le destin d'une équipe condamnée à gagner à tout prix.

Tout aussi magnétique est le "personnage" principal : le capitaine "Slava" Fetisov. Génie on ice mais aussi petit malin, il joue avec Polsky – ravi de l'aubaine – comme on chatouille le palet avec sa crosse avant le tir. Aujourd'hui homme de pouvoir en Russie, passé du dévouement absolu à la rébellion – il fut le premier soviétique à jouer aux USA, au terme d'une véritable "guerre" diplomatique – puis à l'opportunisme post-effondrement, Fetisov est, à lui seul, le symbole de la métamorphose du régime soviétique en son jumeau miroir ultra-libéral.

Un sous-texte enfoui sous l'épopée sportive qui rend Red Army doublement passionnant.

Stéphane Duchêne


Red Army

De Gabe Polsky (EU-Russ, 1h25) documentaire Le destin croisé de l’Union Soviétique et de l’équipe de hockey sur glace surnommée « l’Armée Rouge »
Cinéma Comœdia 13 avenue Berthelot Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les luttes finales

CONNAITRE | Pour le coup d'envoi de cette deuxième édition, l'Institut a fait appel à deux des plus grands "lâche-rien" du sport français  : Hinault d'abord, Killy ensuite, (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 6 janvier 2015

Les luttes finales

Pour le coup d'envoi de cette deuxième édition, l'Institut a fait appel à deux des plus grands "lâche-rien" du sport français  : Hinault d'abord, Killy ensuite, histoire d'annoncer la couleur, celle de la lutte sous toutes ses formes. Le lendemain – également jour d'un déjà traditionnel colloque "Cinéma, sport et littérature" avec pléthore de journalistes et d'écrivains spécialisés – Eric Cantona, quasi pensionnaire des lieux, revient avec un de ces "Canto-docu" dont il a le secret – un genre en soi, identifiable à ses envolées lyriques, ou "cantonades", bientôt aussi mythiques que les Alain Decaux raconte... de notre enfance. Après Les Rebelles du Foot, l'ex-Mancunien s'est penché cette fois sur la question des liens entre le football français et l'histoire des grandes vagues d'immigration, toutes incarnées par des champions (Kopa le Polonais, Piantoni et Platini les Ritals, Zidane le Kabyle...). L'Histoire et les résonances politico-historiques du sport, ce sera aussi le thème sous-jacent de l'exposition signée Raymond Depardon, sise à la galerie de la rue de l'Arbre-Sec... Armées Rouges ...et celui d'un autre docu-politico-sportif : The

Continuer à lire

United red army

ECRANS | Cinéaste passé maître dans l’art délicat de la subversion dès les années 60, Kôji Wakamatsu renoue avec sa hargne cinématographique pour un projet à l’ambition mesurée : (...)

Dorotée Aznar | Lundi 4 mai 2009

United red army

Cinéaste passé maître dans l’art délicat de la subversion dès les années 60, Kôji Wakamatsu renoue avec sa hargne cinématographique pour un projet à l’ambition mesurée : reconstituer le contexte politique, puis le fil plus ou moins fantasmé des événements qui ont mené, à la fin des années 60, le mouvement d’extrême gauche nippon L’Armée Rouge Unifiée à sa perte, tant physique qu’idéologique. Doté d’un budget misérabiliste, Wakamatsu s’embarque, à 70 ans passés, dans un tournage commando dont l’urgence se sent jusque sur l’écran, au diapason de son sujet. Le premier tiers noie le spectateur sous une somme imposante d’informations qu’il n’aura pas le temps de digérer, pallie ses carences financières par un montage intense, des mouvements de caméras incessants. Avec un souci de reconstitution documentaire écartant tout glamour comme tout processus d’identification, Wakamatsu pose peu à peu le cadre de sa seconde partie, qui suivra la formation radicale des aspirants révolutionnaires. Le réalisateur nous enferme progressivement dans un quotidien aliénant, où la discipline idéologique se mue subtilement en joute de pouvoir sur un microcosme dérouté. La frontière entre fiction et réal

Continuer à lire