Orgie de vins nus

Salon des Vins | Novembre, c'est le mois du vin naturel. Qui s’ouvre par le salon Sous les pavés, la vigne, organisé par Nouriturfu et Rue89Lyon les 4 et 5 novembre au Palais de la Bourse.

Adrien Simon | Mardi 24 octobre 2017

Photo : © Bertrand Enjalbal


Pas question de mettre de l'eau dans son vin, les 4 et 5 novembre, au palais de la Bourse à Lyon. D'autant que le rouge comme le blanc, là-bas, seront naturels ! C'est-à-dire conçus à partir de raisin bio (logique ou dynamique) et sans que leur élaboration n'ait nécessité de quelconques produits artificiels. Un vin tout nu, tout propre. Comme l'écrit Antonin Iommi-Amunategui, auteur du Manuel pour s'initier au vin naturel et co-organisateur du salon, il s'agit d'un breuvage « vivant, libre, chien fou sans laisse ni muselière chimique », qui se « moque comme son dernier pépin d'être parfait, se contentant d'être bon, sincère, authentique. » À l'opposé des « vins-de-supermarché, parfois technologiques jusqu'à la nausée. » Le pinard naturel échappe à la norme (dont celle des appellations) et c'est justement pour cela qu'il est (de plus en plus) apprécié.

Inter

Au Palais de la Bourse, on retrouvera une soixantaine d'exposants-vignerons. Certains nous avaient déjà régalé l'année dernière, on pense au domaine alsacien Pierre Frick ou au bourguignon Dominique Derain (Gevrey-Chambertin : miam miam). Mais le programme annonce aussi pleins de nouveaux venus : on attend de pied ferme Thomas Finot (qui fait le grand écart entre les coteaux du Grésivaudan et Crozes-Hermitage), le Domaine Padié (installé dans la Mecque du vin naturel en Roussillon : Calce) ou encore le Château Landra (et son glouglou Pur Jus, sans soufre ajouté).

À noter qu'on ne boira pas que du vin français : on attend avec impatience que Silvio Morando dégoupille sa cuvée piémontaise Anarchico (ironie : à quelques mètres de là où le président Carnot fut poignardé par un anarchiste, italien lui-aussi, en 1894). Et pas que du vin tout court : l'excellente brasserie du Mont Salève représentera le monde de la mousse. On pourra aussi se sustenter grâce à la Cuisine itinérante. Lire (et se faire dédicacer) des livres sur le picrate, bien sûr, comme Qu'est-ce que boire ? de François Caribassa, critique de la dégustation comme aliénation, et puis justement un Petit (mal)traité de dégustation, par Olivier Grosjean (dit Olif). On pourra même mater un film, en l'occurrence un best-of de Tellementsoif, la web TV qui se targue de bien parler, et "à tout le monde", du vin (naturel), en présence de son animateur Antoine Gerbelle.

Pour finir, rappelons que le mois du vin naturel ne fait que commencer. Ainsi, le week-end suivant on ressortira les verres à pied pour On se met au Verre, le salon annuel du Vercoquin (le caviste nature historique de Lyon) qui rameutera quinze vignerons à l'Indo Café (rue de la Thibaudière). Et le dimanche qui suit, aura lieu le très attendu salon des Débouchées, comme l'année dernière au Croiseur (aussi dans le 7e, mais du côté de Jean Jaurès), et qui a dévoilé une liste d'invités tout à fait alléchante, avec en special guests, les vignerons d'Alsace. Vivement dimanche prochain et celui qui suit.

Sous les Pavés, la Vigne
Au Palais de la Bourse les samedi 4 et dimanche 5 novembre de 10h à 19h


Sous les pavés, la vigne !

Salon des vins actuels et naturels
Palais de la bourse Place de la Bourse Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

À la recherche des cépages pirates

GUIDE URBAIN | Ce salon des vins naturels imaginé par Antonin Iommi-Amunategui a bien grandi : d'une première édition bricolée à La Bellevilloise, à Paris, en (...)

Sébastien Broquet | Mardi 30 octobre 2018

À la recherche des cépages pirates

Ce salon des vins naturels imaginé par Antonin Iommi-Amunategui a bien grandi : d'une première édition bricolée à La Bellevilloise, à Paris, en compagnie du pure player Rue89 qui hébergeait alors son blog punk et engagé No Wine is Innocent, nous en sommes arrivés à un événément itinérant d'une ampleur grandissante faisant désormais halte par la capitale, mais aussi Bordeaux et donc, Lyon, où la cinquième borne sera posée ce week-end au très clinquant Palais de la Bourse. Le punk qui revendiquait la liberté totale dans le vin naturel est devenu pape du mouvement, publiant aux éditions de L'Épure un Manifeste pour le vin naturel et un Manuel pour s'initier au vin naturel, co-fondant avec Anne Zunino en parallèle Nouriturfu, maison d'édition dédiée à la culture food mais également organisateur d'événements. Dont ce salon, en compagn

Continuer à lire

Le vin fait de la résistance

GUIDE URBAIN | On perdrait son temps à chercher la définition stricte (ou pire, le cadre légal) du vin naturel : il n'en existe pas. On parle aussi bien de vin nu, nature, (...)

Adrien Simon | Mercredi 2 novembre 2016

Le vin fait de la résistance

On perdrait son temps à chercher la définition stricte (ou pire, le cadre légal) du vin naturel : il n'en existe pas. On parle aussi bien de vin nu, nature, vivant, rebelle, pour qualifier l'œuvre de vignerons dont on peut dire, minimalement, qu'ils sont en rupture avec le mode de production conventionnel. La culture de la vigne est aujourd'hui une grande consommatrice de pesticides (20% des stocks utilisés par l’agriculture française, pour à peine 4% des terres cultivées). Et la fabrication du vin autorise l'usage de 47 additifs différents. Les vignerons nature — et c’est ce qui a priori les rassemble — ont pris le parti de ne plus jouer aux apprentis-chimistes. Ils refusent l’usage de produits nocifs dans les vignes et l'interventionnisme durant la vinification. Et sont tentés de ne pas filtrer, ni sulfiter, leurs nectars lorsqu'ils les mettent en bouteille. Sébastien Milleret, caviste à la Croix-Rousse (Ô vins d’anges) rappelle le cercle vicieux de l'agro-industrie : « traiter chimiquement la vigne induit des effets de bord : le cycle de la plante est déréglé, on obtient des raisins carencés ; il faut ensuite rattraper les dégâts... avec des béq

Continuer à lire

Antonin Iommi-Amunategui : « Boire du vin naturel, c'est changer la société un verre après l'autre »

ACTUS | Un an après la parution de ton Manifeste pour le vin naturel, quelles évolutions vois-tu ? Antonin Iommi-Amunategui : Le vin naturel grignote chaque jour (...)

Sébastien Broquet | Mercredi 2 novembre 2016

Antonin Iommi-Amunategui : « Boire du vin naturel, c'est changer la société un verre après l'autre »

Un an après la parution de ton Manifeste pour le vin naturel, quelles évolutions vois-tu ? Antonin Iommi-Amunategui : Le vin naturel grignote chaque jour du terrain : on ne le trouve plus seulement dans les bars à vin urbains, mais jusque dans les supermarchés — à tout le moins des vins qui se prétendent naturels — et les guides ou revues tradi du vin. Il est là et on ne le délogera plus. Reste à savoir s'il va enfin acquérir une existence officielle, et le cas échéant, selon quels critères. On voit aussi arriver la récupération : pour la première fois, une grande surface proposait du vin naturel dans sa foire de septembre. Oui, en réalité, ce n'était pas tout à fait la première fois. Mais c'est la première fois que c'était présenté de manière aussi claire. Alors évidemment, attention, il ne s'agissait que de pseudo-vin naturel ; des vins qui jouent avec les codes de ce mouvement pour s'en approprier l'image et, éventuellement, la niche commerciale. Le vin naturel, c'est encore quelque chose de très flou pour la plupart des consommateurs. Du coup, c'est facile pour un industriel pinardier de se g

Continuer à lire