Guillaume Bailliart : la troupe de Molière à lui tout seul

SCENES | Avec "Tartuffe d’après Tartuffe d’après Tartuffe d’après Molière", Guillaume Bailliart livre un seul-en-scène époustouflant en interprétant l’ensemble des rôles (une dizaine) de la fameuse pièce du répertoire français.

Aurélien Martinez | Mardi 8 décembre 2015

Tartuffe d'après Tartuffe d'après Tartuffe d'après Molière, c'est avant tout une performance théâtrale remarquable dans laquelle le comédien Guillaume Bailliart campe tous les rôles imaginés par Molière en 1664 dans son Tartuffe ou l'Imposteur. Sur une scène habillée simplement d'une table et des différents noms des personnages, inscrits au sol avec du scotch blanc, il déballe ses alexandrins avec une énergie enivrante et une vraie présence physique, se déplaçant au gré des répliques et changeant d'intonation ou d'élocution selon qui prend la parole – mention spéciale à sa composition d'un Tartuffe entre Stéphane Bern et le Raymond Barre du Bébête Show, très drôle.

Voilà pour la forme. Le fond, lui, reste évidemment la pièce de Molière, cette histoire d'homme faussement dévot et véritablement hypocrite qui trompe son monde avec plaisir – et surtout son hôte Orgon, en admiration devant lui. D'où l'idée que les protagonistes semblent comme aveugles (au sens propre avec Guillaume Bailliart) face à un Tartuffe étant le seul à avoir les yeux grands ouverts.

À toute vitesse

Du Molière pur jus donc. Sauf que son œuvre phare se trouve resserrée par ces choix de mise en scène : tout, sur le plateau, va vite, très vite, les personnages se montant presque les uns sur les autres en tout juste 1h10. Un rythme qui met le spectateur dans une posture inconfortable, lui demandant une attention soutenue pour ne pas décrocher – on imagine que ceux qui ne connaissent pas du tout l'intrigue vont souffrir.

Même si, paradoxalement, cette façon de traiter Molière laisse surtout éclater la force narrative de l'auteur français (les enjeux deviennent assez lisibles au fur et à mesure que la pièce avance), plus que le fond de son message, ici un peu noyé – voire même modifié par l'amputation de la fin du texte ! Reste qu'une fois ces bases intégrées, une fois compris que le plaisir du jeu surpassera tout cette fois-ci, ce Tartuffe d'après Tartuffe d'après Tartuffe d'après Molière se révèle une expérience plaisante et joyeusement atypique.

Tartuffe d'après Tartuffe d'après Tartuffe d'après Molière
À la Mouche, Saint-Genis Laval, du mercredi 9 au vendredi 11 décembre


Tartuffe, d'après Tartuffe, d'après Tartuffe, d'après Molière

D'après Molière, de et par Guillaume Bailliart, 1h10
Théâtre La Mouche 8 rue des écoles Saint-Genis-Laval
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Tartuffe, le poing levé

SCENES | Depuis plus d’un an, le metteur en scène Benoit Lambert trimballe partout sa version de Tartuffe (jusqu'au 12 mars au théâtre de la (...)

Nadja Pobel | Mardi 8 mars 2016

Tartuffe, le poing levé

Depuis plus d’un an, le metteur en scène Benoit Lambert trimballe partout sa version de Tartuffe (jusqu'au 12 mars au théâtre de la Croix-Rousse) relue à l’aune de la lutte des classes : celui qui est par ailleurs directeur du CDN de Dijon a voulu faire du héros moliéresque ce que Jouvet préconisait : « un garçon charmant, inquiétant et très intelligent » loin de la caricature bigote et du scélérat qu’il incarne parfois. Si cet imposteur s’immisce dans la famille bourgeoise d’Orgon, c’est pour bousculer l’ordre établi des puissants. Tout dans le travail de Lambert cherche à élimer les apparences des nantis : leur intérieur en boiserie est en fait de pacotille, imprimé sur des panneaux… In fine, le retour à la morale n’a pas été modifié mais le prince ne moque pas le pauvre Tartuffe qui parait bien victime d’un système contre lequel il a tenté de lutter avec filouterie. Ajoutez à ce parti-pris des acteurs tous excellents et parfaitement accordés, des transitions menées avec brio et en musique jusqu’à faire résonner James Bond et voilà une adaptation aussi vive et maligne que Tartuffe lui-même. NP

Continuer à lire

L'Amour Tartuffe

MUSIQUES | Théâtre / S'il est toujours difficile de rafraîchir un classique du répertoire français comme "Tartuffe", force est de constater que Philippe Clément et sa (...)

Nadja Pobel | Vendredi 10 décembre 2010

L'Amour Tartuffe

Théâtre / S'il est toujours difficile de rafraîchir un classique du répertoire français comme "Tartuffe", force est de constater que Philippe Clément et sa troupe s'en sortent honorablement. Sans chercher à donner une lecture décapante de la pièce, ils mettent au mieux en valeur ce texte en alexandrins. Vêtus de costumes sages, presque trop, ils évoluent dans un décor habile fait de panneaux de tissus. La lumière blanche sur ces toiles claires créé une atmosphère "japonisante". Mais ce n'est qu'un hasard semble-t-il car ces panneaux descendant des cintres sont surtout une manière d'offrir aux personnages différents niveaux de jeu : en bord de scène, en arrière plateau ou cachés (mais visibles du public par transparence) dans des boxes. Ce dispositif mouvant permet aussi aux acteurs de travailler avec les ombres pour illustrer certains complots. Et les complots ne manquent pas. Orgon veut mettre marier sa fille Mariane au dévot Tartuffe. Mais il ne voit pas l'hypocrisie de ce dernier. Ce sont sa femme, Elmire, et son fils, Damis, qui usent de stratagèmes afin de lui ouvrir les yeux. Dans ce jeu de dupe, le metteur en scène Philippe Clément n'insiste pas sur l'attaque faite à la reli

Continuer à lire