Irène Jacob, la voix sereine

Portrait | Le visage de trois quart de profil en gros plan, devant Jean-Louis Trintignant. Rouge. Le film de Kieślowski, avec La Double vie de Véronique, va révéler la comédienne Irène Jacob dans les années 90. Depuis, elle tourne dans le monde entier, chante et sera La Voix humaine de Cocteau en novembre.

Nadja Pobel | Mardi 6 novembre 2018

Photo : © Richard Schroeder


D'elle, il nous parvient des flashs apaisants : son visage (qui n'a guère changé depuis les films du cinéaste polonais mythique) et sa voix qui décline les questions de Cosmopolitan en susurrant à l'oreille de Vincent Delerm « avez-vous déjà fait souffrir votre partenaire ? » ou nous informe que « c'est une période difficile pour les natives du deuxième décan ». Elle est aussi « une fille Deutsche Grammophon » sur l'album Kensington square. Et Jean-Luc Le Ténia lui a même consacré une chanson à son nom.

Iconique. Osons le mot qu'elle ne peut s'attribuer. Il y a de cela chez Irène Jacob, mais une icône accessible que l'on voudrait toutefois ne pas trop chahuter pour respecter ce travail mené depuis plus de vingt avec exigence et humilité.

Tracer sa voix (humaine)

D'emblée, elle rencontre des hommes de cinéma reconnus pour leur rigueur. C'est Louis Malle qui met le pied à l'étrier de cette fille de physicien et psychologue, la quatrième fille, après trois garçons qui sont les aînés. Irène Jacob a d'abord appris la musique. Qu'à cela ne tienne, le réalisateur du Feu Follet l'embauche comme pianiste dans Au-revoir les enfants. Elle a alors 21 ans.

Si ses parents ne sont pas artistes de métier, ils se montrent sensibles à la culture. Enfant, sa mère l'a emmenée à un concert de musique classique pour qu'elle choisisse un instrument à apprendre ; son père « savait dire des textes, il avait ce plaisir, il écrivait facilement en alexandrins pour des occasions particulières ». Mais le théâtre aura sa préférence. Elle fréquente des groupes amateurs, le conservatoire et le cours Florent, fait son éducation en la matière en lisant, sur les conseils de l'actrice Sophie Desmarets, les classiques de Molière et Musset et découvre « un univers qui [lui] parle, celui de Tchekhov ».

Pourtant, le septième art s'impose. En 1991, sort La Double vie de Véronique qui lui vaut à 25 ans le prix d'interprétation féminine à Cannes. Elle est deux jeunes filles en Pologne et en France qui vivent des destins en écho, la mort de l'une entraînant la tristesse de l'autre sans qu'elles ne connaissent leur existence respective. Krzysztof Kieślowski vient d'en finir avec son Décalogue et il livre un film moins austère mais tout aussi intriguant. Suivra Rouge en 1994, dernier volet de Trois Couleurs et ultime long-métrage du Varsovien décédé prématurément deux ans plus tard à 54 ans.

Ces films la lestent d'un cinéma intense et de « rôles de femmes très intéressants, avec une intériorité, loin du Sois belle et tais-toi » que fustige Delphine Seyrig et qu'Irène Jacob vient de présenter avec bonheur le matin même de notre entretien au Festival Lumière. Le travail qu'elle fait avec Kieślowski n'est pas lourd à porter, même s'il reste extrêmement prégnant dans sa carrière. Elle s'amuse de voir à quel point le cinéaste est encore aujourd'hui apprécié par de très jeunes auteurs avec qui elle a tourné depuis, y compris des séries (The Affair ou OA, prochainement sur Netflix).

Elle a bien une idée de la clé de cette reconnaissance au long cours : « dans sa façon de tourner en Pologne, rappelle-t-elle, avec la censure, il était obligé de montrer seulement une partie et il aimait bien l'idée d'être main dans la main avec le public, de lui laisser finir la phrase ; ses films ont une interprétation disponible qui fait que chacun y met, selon son époque, ou sa réalité au Japon ou au Brésil, des sens complètement différents et qui leur appartiennent. Les jeunes se sentent tout à fait à l'aise avec ce cinéma. » C'est avec bonheur qu'elle se prête partout au jeu des rétrospectives.

Au bout du téléphone il y a sa voix

Suivront une kyrielle d'autres films dont le Rio sex comedy de Jonathan Nossiter en 2011 et bientôt, en janvier le nouvel opus de l'un de "nos" meilleurs cinéastes de comédies douces-amères (avec Pierre Salvadori) : Pascal Thomas pour À cause des filles... et des garçons !?

En parallèle, elle mène une carrière continue sur les planches, sous la houlette de Philippe Calvario (La Mouette), Irina Brook, Patrice Leconte (Je l'aimais d'Anna Gavalda) ou encore de son époux acteur et metteur en scène Jérôme Kircher. À chaque fois, elle garde comme viatique le goût de la précision transmis par Kieślowski « pour que le mystère arrive », pour que le contact opère. « C'est plus qu'un divertissement » dit-elle de cet art. Il s'agit de rencontre. Elle a bien, elle, « eu l'impression [d'] avoir un ami qui ne [la] connaissait pas en la personne de Romain Gary » dont elle admire profondément l'œuvre. « Les films qu'on aime deviennent comme des frères et sœurs » dit-elle encore, plaçant son admiration sur le registre de la tendresse, miroir aussi de celle que lui a témoigné Vincent Delerm ou même ceux qui animent ce site iconoclaste d'adulation, irenejacob.net.

Récemment, c'est de Cocteau dont elle s'est nourrie en travaillant sur La Voix humaine. Elle a lu ses écrits pour comprendre ce qu'il dit quand il écrit « j'ai voulu être folle et vivre un amour fou ».

« Son père s'est suicidé d'une balle de revolver quand il avait neuf ans, sa pièce convoque une peur de l'abandon très forte » dit-elle ; et ainsi, de mieux pouvoir interpréter cette femme pendue au combiné alors que son amant la quitte. Seules ses paroles à elle nous parviennent. Et pour nous le faire entendre au mieux, le metteur en scène (et ancien directeur du Théâtre de la Renaissance d'Oullins), Roland Auzet, a imaginé un dispositif original : Irène Jacob évolue sur un plexiglas au-dessus de nos têtes posées à même le sol. Il avait déjà eu précédemment l'idée marquante de laisser se perdre Audrey Bonnet et Anne Alvaro dans le centre commercial de la Part-Dieu désert le soir pour une version féminine de Dans la solitude des champs de coton. Seuls des casques nous ramenaient à elles lorsque leurs silhouettes s'éloignaient trop...

Le travail sur la voix est assuré par l'IRCAM, mais Irène Jacob sait parfaitement jouer de cet organe puisqu'elle a déjà signé avec son frère new-yorkais deux albums (Je sais nager, en 2011 et En bas de chez moi, en 2016). Ces concerts qui distordent le temps l'amusent. « Quelques répétitions et hop les musiciens sont sur scène, ça m'a beaucoup apporté » dit celle qui sort tout juste d'un spectacle de Duras mis en scène par Katie Mitchell et s'apprête à être dirigée par Thomas Ostermeier pour la version française de Retour à Reims. Elle qui déclarait cet été dans Le Monde, que sa chanson d'amour préférée était Message personnel de Françoise Hardy ne lâche plus le téléphone puisque, pour l'heure, elle est en novembre dans la pièce de Cocteau où tout passe par ce média.

« Quand on choisi de faire du théâtre, on ne sait pas encore tout ce qu'on va rencontrer. Donc on le fait. Et en faisant, tout d'un coup, on découvre des affinités ». Voici les siennes.

La Voix humaine
À l'ENSATT du 9 au 22 novembre


Irène Jacob en 6 dates

1966 : Naissance

1991 : Prix d'interprétation féminine à Cannes pour La Double vie de Véronique

1994 : Trois Couleurs. Rouge

2008 : La Poussière du vent de Theo Angelopoulos

2016 : The Affair (saison 3)

2018 : La Voix humaine, ms Roland Auzet


VxH - La Voix humaine

Textes de Jean Cocteau et Falk Richter, ms Roland Auzet, 1h (programmation Célestins)
ENSATT 4 rue Sœur Bouvier Lyon 5e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"La Voix Humaine - The Human Voice" de Pedro Almodóvar : quitte mains libres

Cinéma | Présenté hors compétition à la dernière Mostra de Venise et en première française en clôture du Festival Lumière 2020, le nouveau Almodóvar tient à la fois du renouvellement et de la synthèse en un court-métrage. Exclusivement en DVD ou VOD à partir du 19 mars.

Vincent Raymond | Vendredi 12 mars 2021

C’est un classique bientôt centenaire, pensé pour la scène par Cocteau, et depuis à de nombreuses reprises déjà transposé au cinéma, plus ou moins directement — par Pedro Almodóvar notamment, deux fois (dans La Loi du Désir et Femmes au bord de la crise de nerf). Racontant la consommation d’une rupture amoureuse via le monologue téléphonique de l’abandonnée, La Voix Humaine se révèle tout autant un texte dramatique que conceptuel du début de l’âge du virtuel — invisible et inaudible, le correspondant masculin dématérialisé étant supposé synchrone. Un ovni de luxe dans le ciel du court-métrage, et une parenthèse pour Pedro Almodóvar qui s’essaie pour la première fois à la langue anglaise en confiant à Tilda Swinton ce rôle-trophée de victime superbe, jadis échu à Anna Magnani à l’écran ou Simone Signoret (sur disque)

Continuer à lire

Dans la solitude de la Part-Dieu

SCENES | A priori, rien de mieux pour aborder le lien marchand et le désir qui structurent "Dans la solitude des champs de coton" que de le jouer dans un centre commercial. Pourtant, même avec deux grandes comédiennes, la mise en scène de Roland Auzet se dissout dans cet espace sans fin. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mardi 19 mai 2015

Dans la solitude de la Part-Dieu

Un dealer, un client. Vendre, acheter. Ou, à tout le moins, désirer le faire. Car la pièce que Bernard-Marie Koltès a écrite en 1985, quatre ans avant son décès (suivront encore Roberto Zucco ou Le Retour au désert) est un prélude à l’action : ce qui se dit durant 1h15 a trait à la réflexion qui préfigure le geste de céder. Pourquoi et comment s’établit ce lien entre l’un et l’autre, qu’est-ce que ce désir dit de nous ? Quand bien même l’objet de la transaction ne serait pas une drogue, il y a bien une dépendance – voire une nécessité vitale de consommer. Bienvenue, en conséquence, dans ce temple moderne de la pulsion d'achat qu’est le centre commercial de la Part-Dieu, où se cognent aux vitres des enseignes, comme ils se cognent à eux-mêmes, des protagonistes en plein doute. Roland Auzet, qui n’a pas peur de se confronter à des textes âpres, fussent-ils pour les enfants (cf. Aucun homme n’est une île récemment), a choisi de confier ces rôles, jusque-là toujours masculins, à des comédiennes. Un choix qui, sans renverser le propos, a le mérite de prouv

Continuer à lire

Les Célestins et les Ateliers avancent casqués

SCENES | Adieu fauteuils de velours rouge, poulailler et parterre, bienvenue au centre commercial de la Part-Dieu ! Les Célestins s’y délocalisent du 13 au 23 (...)

Nadja Pobel | Mardi 12 mai 2015

Les Célestins et les Ateliers avancent casqués

Adieu fauteuils de velours rouge, poulailler et parterre, bienvenue au centre commercial de la Part-Dieu ! Les Célestins s’y délocalisent du 13 au 23 mai prochain, le temps pour Roland Auzet d’y mettre en scène Dans la solitude des champs de coton de Bernard-Marie Koltès où, pour une fois, les rôles du dealer et de son client seront tenus par des femmes. Et quelles femmes ! C’est entre Anne Alvaro et Audrey Bonnet (impériale dans le très réussi Clôture de l’amour comme dans le très raté Répétition, tous deux de Pascal Rambert) que se développera un désir devenant commerce. A l’heure où chaque rideau de magasin est tombé, ce temple de la consommation ne peut que se révéler idéal. Chaque spectateur sera par ailleurs muni d’un casque sans fil pour écouter, comme une bande son, les errances des comédiennes en déambulation. Casque toujours avec les créations de Karim Bel Kacem aux Ateliers (jusqu’au 16 mai). Ces «pièces de chambres» sont à écouter muni de cet engin et à regarder par une vitre sans tain derrière laquelle les acteurs jouent en espace clos. Ce dispositif sensoriel s’adaptera aux petits

Continuer à lire

Arnaud fait son deuxième film

ECRANS | De et avec Arnaud Viard (Fr, 1h23) avec Irène Jacob, Louise Coldefy…

Christophe Chabert | Mardi 31 mars 2015

Arnaud fait son deuxième film

Le terme autofiction étant désormais galvaudé, il vaudrait mieux qualifier ce deuxième film écrit, réalisé et interprété par Arnaud Viard de performatif. De son titre à son exécution, il s’agit en effet de transformer une impasse — faire un nouveau film — en réalité, par le simple geste de filmer. Arnaud Viard y est Arnaud Viard, cinéaste subissant refus sur refus, contraint de faire l’acteur dans un programme court télé et de reprendre son rôle de prof au cours Florent. Sans aucune aigreur ni volonté de régler des comptes, il assume sa mouise et ses aventures deviennent la matière du film que nous regardons, moitié drôle — mais ce n’est pas son point fort — moitié dramatique — c’est déjà plus réussi. Comme débarrassé de son enveloppe fictionnelle, ce projet pas si inclassable exhibe ainsi le squelette de ce qu’est aujourd’hui un "film français" : incertitudes sentimentales, crise de la quarantaine, mort de la mère pour les grandes lignes ; et dans les détails, l’incontournable scène de fête, les visites chez le psy ou la dispute en chambre. C’est peut-être la plus grande qualité d’Arnaud fait son deuxième film : mettre à nu ce qu

Continuer à lire

Roland Auzet quittera la Renaissance à la fin de la saison

SCENES | Roland Auzet, directeur du théâtre de La Renaissance à Oullins, a décidé de ne pas solliciter de deuxième mandat à ses tutelles. Le créateur arrivera en juin à échéance (...)

Nadja Pobel | Lundi 21 octobre 2013

Roland Auzet quittera la Renaissance à la fin de la saison

Roland Auzet, directeur du théâtre de La Renaissance à Oullins, a décidé de ne pas solliciter de deuxième mandat à ses tutelles. Le créateur arrivera en juin à échéance de ses trois ans passés à la tête de ce théâtre et retournera en compagnie pour ne se consacrer qu'à son travail d'artiste de théâtre mêlant de manière forte les arts visuels et la musique contemporaine. Le nom de son successeur sera connu à la fin de l'hiver.

Continuer à lire

Livraison à domicile

SCENES | Les prochaines créations des directeurs-artistes des grandes maisons. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Vendredi 6 septembre 2013

Livraison à domicile

TNP Christian Schiaretti monte Le Roi Lear de Shakespeare (du 10 janvier au 15 février) à la demande de (et avec) l’acteur rocailleux et monumental Serge Merlin. Le comédien avait déjà interprété ce rôle sous la direction de Matthias Langhoff avec une grosse machinerie dont il souhaite se débarrasser ici. Ca tombe bien, Schiaretti n’a pas son pareil pour mettre en avant le texte, ici traduit par Yves Bonnefoy. Célestins Déjà joué 44 fois cet été dans la cour du château de Madame de Sévigné à Grignan, Chatte sur un toit brûlant, mis en scène par Claudia Stavisky, ouvrira durant un mois (du 19 septembre au 20 octobre) la saison des Célestins. Théâtre de la Croix-Rousse Bells are ringing, c’est la création dont Jean Lacornerie rêve depuis longtemps. Triomphe à Broadway dès sa création en 1956 avant d’être porté à l’écran par Vincente Minelli, ce spectacle n’a jamais encore été joué en France. Ce

Continuer à lire

La Renaissance se confirme

SCENES | Le théâtre oullinois attend avec impatience l’arrivée du métro B à sa porte. Ce sera chose faite le 11 décembre. En attendant, Roland Auzet, son directeur-artiste, a conçu sa deuxième saison avec de très nombreuses collaborations pour proposer pas moins de 42 spectacles ! Décryptage des mois à venir dans ce qui s’impose comme LE lieu consacré aux liens entre entre musique et théâtre dans la petite couronne lyonnaise. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Lundi 15 avril 2013

La Renaissance se confirme

Une fois n’est pas coutume, voici une saison théâtrale qui commence… en juin ! Le Théâtre de la Renaissance se délocalisera sur la colline de Fourvière pendant les Nuits avec FoRest de Jérôme Thomas, accompagné d’un impromptu le 10 juin entre ce circassien et Roland Auzet, son acolyte dans Deux hommes jonglaient dans leur tête, une pièce qui ne cesse de tourner depuis sa création en 2008. Pour parfaire ce dialogue entre le festival et le théâtre, l’ensemble autrichien de musique baroque Franui mettra en notes une des Vies minuscules de Pierre Michon, lue par le génial André Wilms. Partenaires particuliers Tout au long de la saison, le Théâtre de la Renaissance va donc s’associer à d’autres manifestations culturelles du territoire comme la Biennale d’Art contemporain, en accueillant une installation musicale de Michel Aubry sur le site du Bac à Traille. Le festival international de théâtre des Célestins, Sens interdits, fera lui halte pour la première fois à Oullins avec le retour du Chœur de femmes de 48 polonaises pour une trilogie les 26

Continuer à lire

L’union fait la force

SCENES | C’est peu dire que l’expérience tentée par Roland Auzet paraissait minée d’avance : adapter l’exigeant et parfois opaque poète Christophe Tarkos avec un (...)

Nadja Pobel | Vendredi 8 février 2013

L’union fait la force

C’est peu dire que l’expérience tentée par Roland Auzet paraissait minée d’avance : adapter l’exigeant et parfois opaque poète Christophe Tarkos avec un acteur sociétaire de la Comédie-Française, Hervé Pierre, et Pascal Duquenne, comédien révélé au grand public par un tonitruant prix d’interprétation obtenu conjointement avec Daniel Auteuil au Festival de Cannes en 1996 pour Le Huitième jour de Jaco Van Dormael. Pourtant, sur scène, ce dialogue entre un homme qui absorbe toute la parole et un autre qui s’exprime avec son corps, de la peinture et de la musique, prend peu à peu, avec une langueur donnant le temps d’apprécier et de disséquer les connivences qui naissent au fil du spectacle et finissent par fondre ces deux hommes en une seule entité. Quand leurs mains se rejoignent, l’émotion est palpable, comme si ce geste était une première fois. À quoi tient une telle sensation ? Probablement à l’immense sincérité avec laquelle est construit ce spectacle dépourvu de la moindre once d’esbroufe. Mais l’honnêteté sans le talent ne serait rien, en l'occurrence celui de Roland Auzet, qui à force d'intuition et

Continuer à lire

Île et lui

SCENES | Avant qu'il ne présente la semaine prochaine le très acrobatique et in fine émouvant Tu tiens sur tous les fronts, sur un texte de Christophe Tarkos avec (...)

Nadja Pobel | Lundi 4 février 2013

Île et lui

Avant qu'il ne présente la semaine prochaine le très acrobatique et in fine émouvant Tu tiens sur tous les fronts, sur un texte de Christophe Tarkos avec Hervé Pierre de la Comédie Française et Pascal Duquenne du Huitième jour, Roland Auzet, directeur du Théâtre de la Renaissance, fait un grand écart comme il les aime (et sait les faire) avec Aucun homme n'est une île, fable de Fabrice Melquiot confrontant un personnage de synthèse, Oscar, à un jeune adolescent bien réel, Jacques, incarné par le grand comédien Julien Romelard. Au plateau, c'est un déluge d'artifices technologiques qui s'abat sans que jamais l'humanité des personnages ne passe à la trappe. La pièce s'ouvre majestueusement sur d'immenses yeux se dessinant sur une toile en avant-scène. Oscar se réveille. Commence alors un dialogue d'autant plus animé que lui et Jacques s'entichent d'une même fille, laquelle traverse virtuellement la scène dans une robe rouge éclaboussant un univers sombre et bleuté. Jacques est seul sur son île, ou plutôt son no man's land (ça peut être sa maison, une cour d'école...), enf

Continuer à lire

Rio sex comedy

ECRANS | Brassant joyeusement documentaire et fiction, Jonathan Nossiter offre un portrait de Rio vu par une bande d’étrangers, pour un film choral euphorique et contagieux. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 17 février 2011

Rio sex comedy

Rio, aujourd’hui. Une gloire de la chirurgie esthétique anglaise prodigue ses conseils à de jeunes médecins, et révèle une méthode peu orthodoxe visant à décourager les patients de pratiquer des opérations. Une réalisatrice française interviewe des employées de maison pour connaître leur rapport à leurs maîtres, et se rapproche de son beau-frère caméraman fantasque et libéré. Le nouvel ambassadeur américain de la ville pète les plombs, fuit ses responsabilités et se terre dans une favela où il sympathise avec un tour operator déglingué. Le titre du nouveau film de Jonathan Nossiter, qui marque son retour à la fiction après l’excellent "Signs and wonders", est conforme au programme sur l’écran : il y a Rio, dont il filme tous les habitants, tous les quartiers ; il y a du sexe, notamment de troublantes séquences entre Irène Jacob et Jérôme Kircher, en couple dans la vie civile ; et c’est une comédie loufoque effectivement très drôle, surtout les scènes avec Bill Pullman, dont un moment extraordinaire où, avec perruque et fausse barbiche, il expose au PowerPoint un projet d’échange chiens contre enfants dans les favelas pour tirer les larmes aux occidentaux !.

Continuer à lire

«Préserver l'idée de mystère»

MUSIQUES | Entretien / Laurent Pelly, directeur du Centre Dramatique National des Alpes, met en scène La Voix humaine et Le Château de Barbe Bleue. Propos recueillis par DA

| Mercredi 25 avril 2007

«Préserver l'idée de mystère»

Vous avez souhaité créer un lien entre les deux opéras que vous mettez en scène, pourquoi ? Laurent Pelly : Ce n'était pas prémédité. Judith dans Barbe Bleue et la femme de La Voix humaine portent en effet le même costume, comme si elles n'étaient plus qu'une seule et même femme. J'ai voulu mettre les deux œuvres en lien, utiliser les mêmes moyens de narration, mais il n'y a pas une seule clé de lecture ! Les décors ont une importance toute particulière dans ces deux mises en scène... Dans La Voix humaine, le personnage se déplace peu, elle est enfermée dans son appartement, dans son angoisse et sa solitude. Je ne voulais pas représenter une chambre immense, mais utiliser la scénographie comme un cadre mouvant ; le décor se déplace pour «zoomer» sur le personnage, comme on pourrait le faire au cinéma. Dans La Voix humaine, je pense que le public ne peut être réceptif que s'il est en position de voyeur. La Voix Humaine, c'est du théâtre mis en musique. Cela demande un investissement de jeu très fort. Cela ne fonctionne que si l'interprète est aussi bouleversante que la musique. Dans Barbe-Bleue, vous avez travaillé sur l'évocation, vous ne montrez pas l'intérieur des chambres pa

Continuer à lire