De la croissance et du bonheur

Culture scientifique | Laurie Bréban, maître de conférences en sciences économiques à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et spécialiste de "l'économie du bonheur" est invitée aux côtés d'Axelle Bonhomme, psychologue à Sorbiers, pour un café science & philo assez inédit autour du lien entre "Bonheur & Science". L'occasion de voir en quoi consiste exactement l'économie du bonheur.

Nicolas Bros | Mardi 28 novembre 2017

Photo : © Association Astronef


Est-ce que vous pourriez nous rappeler votre parcours universitaire et de recherche qui vous a mené à vous intéresser à "l'économie du bonheur" ?
Pour être plus précise, je suis économiste spécialisée de l'histoire des pensées économiques. J'ai fait des études d'économie assez "standards". Arrivée à ma quatrième année d'études, je trouvais que l'économie, telle que l'on nous l'enseignait, était une discipline un peu froide... Il manquait une dimension humaine qui m'avait poussée à m'intéresser à l'économie au lycée. Mais j'ai eu la chance d'assister à un cours à l'université Paris I, qui portait sur l'histoire de la pensée économique et notamment sur Adam Smith. Ce dernier est considéré aujourd'hui comme celui qui a fondé l'économie, alors qu'il était avant tout un philosophe. Je me suis aperçue que l'économie était une discipline où les actions humaines jouent un rôle prépondérant via les échanges mais également les interactions sociales, morales, etc. J'ai donc décidé de faire une thèse en histoire de la pensée économique et plus particulièrement sur Adam Smith. Ce qui m'intéressait au départ, ce n'était pas le bonheur en particulier, mais un ouvrage où Adam Smith décrit les actions et les conséquences de nombreux "agents économiques", de tous types. Pour comprendre ces paramètres, il faut s'intéresser à la philosophie morale de ce dernier, puisque les délibérations qui conduisent à des décisions économiques sont du même type que celles qui conduisent à des décisions morales. Le lien avec le bonheur est assez simple à trouver. C'est finalement l'intuition que l'on a en tant qu'économiste aujourd'hui : prend-on les décisions pour être plus heureux ? C'est dans ce contexte-là que je me suis intéressée au bonheur chez Adam Smith, qui avait une approche du bonheur assez originale puisque la richesse n'est pas synonyme de bonheur pour lui.

Il y a le paradoxe d'Easterlin et ce postulat d'Adam Smith qui se regroupent là-dessus...
Avec le paradoxe d'Easterlin, mis en évidence par Richard Easterlin dans les années 70, on interroge la relation entre richesse et bonheur. Alors que depuis la fin du 18e, il était acquis pour les économistes que la richesse faisait le bonheur... C'est là où cela devient intéressant. À partir de cette époque l'approche "marginaliste", en caricaturant, assimile le bonheur d'un individu à l'utilité qu'il retire en consommant un bien ou un "panier de biens" qu'il peut se procurer avec son revenu, qui est une contrainte pour lui. La conséquence de cela est évidemment, plus mon revenu est élevé, plus ma satisfaction va être élevée elle aussi.

Pouvez-vous nous rappeler la teneur de ce paradoxe d'Easterlin ?
Oui, bien sûr. Dans un pays, à un instant donné, on observe que les individus les plus riches se déclarent plus heureux que les individus les plus pauvres. En revanche, si on regarde l'évolution dans le temps, on s'aperçoit qu'une augmentation du PIB par tête ne se traduit pas par une augmentation du bonheur par tête. Cela veut dire que la croissance n'a pas d'influence sur le bonheur. C'est un paradoxe car cela vient contredire ce qui était admis en économie jusque-là et que l'on n'observe pas le même résultat à court terme et à long terme.

Dans le milieu de la recherche en économie, est-ce que ce paradoxe est admis aujourd'hui ?
Le "modèle marginaliste" est encore un modèle très dominant actuellement en économie. Les résultats du paradoxe d'Easterlin n'ont pas encore été totalement intégrés dans la théorie économique. Il suscite des débats. De ce que j'ai pu voir, il y a des enquêtes contredisant le résultat concernant la non-relation à long terme entre le PIB par tête et le bonheur moyen déclaré.

Y-a-t-il de nombreux économistes s'intéressant à l'économie du bonheur ?
Je n'ai pas les chiffres en tête. Mais ce qui est sûr c'est que cela reste une discipline marginale qui n'est pas complètement reconnue à mon avis. Il existent des discussions, notamment via les économistes hétérodoxes et atterrés, prenant position contre l'austérité et le modèle marginaliste. Mais parallèlement, de nombreux économistes hétérodoxes critiquent l'économie du bonheur considérant que cette théorie ne remet pas en question la théorie standard mais la renforce au contraire. Il y a un positionnement un peu particulier vis-à-vis de l'économie du bonheur.

Café Sciences & Philo "Bonheur & Science", mardi 28 novembre à 19h au Café Les Jardins

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Where is Brian ?

Nouveau lieu | Dans le couple Koenig, Faty avait ouvert Kitchen Street l’an passé au 10 rue de la République : un coffee shop cosy et tendance où est (...)

Niko Rodamel | Mardi 6 octobre 2020

Where is Brian ?

Dans le couple Koenig, Faty avait ouvert Kitchen Street l’an passé au 10 rue de la République : un coffee shop cosy et tendance où est servie une gamme snacking chic de croque box, wrap box, bowl box et pâtisseries. Florian vient quant à lui de transformer son restaurant bistronomique Maryse & Eugénie en un nouveau lieu entièrement tourné vers l’événementiel, Kitchen Place, au 7 rue François Gillet. Deux salles, deux ambiances. Si le premier spot fonctionne du mardi au samedi, le second ouvre ses portes au gré des événements, qu’ils soient organisés par des tiers ou proposés par le jeune couple. Depuis sa naissance fin août, Kitchen Street semble déjà sur de bons rails avec un agenda plutôt fourni. Ateliers de yoga, de cardio boxing ou de pâtisserie, expo photo, vide-dressing, défilés, brunchs et anniversaires ont rythmé les premières semaines d’exercice. Il est possible de privatiser le lieu pour tout type d’événement professionnel ou familial, en demi-journée, journée ou soirée, pour un petit-déjeuner, un déjeuner, un dîner, un cocktail dînatoire ou un brunch.Proposant également un service de traiteur événementiel sur mesure, Faty et Florian Koenig restent fidèles à leur

Continuer à lire

La lumière

CONNAITRE | La lumière, élément indispensable dans la vie quotidienne, est cruciale pour le développement des êtres vivants sur Terre. Maîtrisée, elle est à l’origine de nombreuses avancées technologiques. Pourtant, la nature profonde du phénomène physique qu’est la lumière reste ambigüe pour les scientifiques. Jacques Guarinos

Nicolas Bros | Mardi 2 février 2016

La lumière

De nos jours, il n’est pas de progrès significatif dans les télécommunications, l’imagerie médicale, l’usinage, l’éclairage, l’affichage, ou encore l’énergie sans évoquer le rôle grandissant de la photonique, du laser ou de la fibre optique. Les technologies présentes dans l’industrie et celles dont dépend notre confort quotidien sont fondées sur la maîtrise de la lumière. Mais qu’est-ce que la lumière ? Pour nous, habitants de la Terre, la lumière est d’abord un cadeau du Soleil. C’est en effet le rayonnement émis par l’astre du jour qui permet la photosynthèse, grâce à laquelle l’atmosphère terrestre est riche de l’oxygène respiré par les êtres vivants. Par ailleurs, le rôle de la lumière dans la régulation du sommeil, de la floraison ou de l’hibernation est avéré. En fait, la vie terrestre est fortement dépendante de la lumière solaire, à laquelle elle s’est parfaitement adaptée. La lumière : onde ou train de particules ? Les deux, mon général ! Il existe en effet d’autres sortes de « lumière » que celle que nous voyons. Pour le comprendre, il faut savoir que la lumière visible est un phénomène physique dont la nature est exactement la même que celle des

Continuer à lire

Qu’est-ce que le hasard ?

CONNAITRE | On appelle hasard ce qui est imprévisible. Mais le "vrai" hasard pourrait bien ne se manifester qu’à l’échelle de l’infiniment petit. Jacques Guarinos

Nicolas Bros | Mardi 3 novembre 2015

Qu’est-ce que le hasard ?

Le hasard, c’est une rencontre fortuite dans la rue, c’est le résultat du lancement d’un dé… On sait que chaque face du dé a 1 chance sur 6 de sortir, mais le résultat est imprévisible. Il est la conséquence d’un enchevêtrement de microphénomènes connus, mais dont le calcul global est d’une complexité rédhibitoire : gravité, frottement de l’air, rebonds sur la table, position du dé lors du lancer… La physique classique est résolument déterministe : le hasard n’y est que le fruit de l’ignorance ou de l’incapacité à calculer l’effet global de toutes les variables. Au 19ème siècle, l’idée apparaît que les phénomènes de la nature peuvent recéler une part de hasard intrinsèque. Maxwell, par exemple, introduit la notion de probabilité dans sa théorie du mouvement des molécules d’un gaz. Il faut attendre le 20ème siècle pour que le hasard et ses manifestations – phénomènes aléatoires, désordre – deviennent un véritable sujet d’étude. La physique mais aussi l’informatique théorique ou les sciences sociales en bénéficient. En biologie, la découverte des mutations de l'ADN permet d’identifier un important facteur d’intervention du hasard dans l’évolution de

Continuer à lire

L’évolution de l’Homme

CONNAITRE | L’Homo sapiens est un primate dont les plus proches cousins sont les chimpanzés et les bonobos. Il est issu d’une évolution buissonnante, au cours de laquelle ont cohabité de nombreuses espèces. Cette évolution est toujours en cours. Jacques Guarinos

Nicolas Bros | Mardi 29 septembre 2015

L’évolution de l’Homme

L’étude des fossiles et celle des données génétiques nous ont beaucoup appris sur l’évolution de l’Homme. Quel chemin cette dernière a-t-elle suivi depuis le dernier ancêtre commun à l’Homme et au chimpanzé ? À défaut d’en connaître les détails, les paléoanthropologues entrevoient les grandes lignes de cette histoire longue de six à huit millions d’années, dont les seuls témoins directs sont les fossiles, rares et souvent incomplets. Le genre Homo apparaît en Afrique il y a environ deux millions d’années. L’Homo habilis, capable de fabriquer des outils et pourvu de tout ce qui permet le langage articulé, en a peut-être été l’un des premiers représentants. Très vite, notre ancêtre migre en Asie, où on pense qu’il donne naissance à l’Homo erectus, aujourd’hui disparu. Mais ce sont les espèces restées en Afrique qui, il y a moins de deux cent mille ans, donnent naissance à l’Homo sapiens. Il y a cent mille ans, ce dernier quitte à son tour le continent qui l’a vu naître et conquiert l’ensemble de la planète. Au passage, il supplante l’Homme de Neandertal, disparu il y a seulement trente mille ans après avoir cohabité un temps avec l’Homo sapiens. Les interactions sociales

Continuer à lire

Les Jardins du Roi

ECRANS | De et avec Alan Rickman (Ang-Fr-ÉU, 1h57) avec Kate Winslet, Matthias Schoenaerts…

Christophe Chabert | Mardi 5 mai 2015

Les Jardins du Roi

Immense acteur, aussi mythique pour avoir joué les terroristes dans Piège de cristal que les patrons romantiques dans Love Actually, Alan Rickman s’essaie ici à la mise en scène, et démontre que l’on ne s’improvise pas si facilement réalisateur. À travers la romance Louis XIV entre Le Nôtre et Madame de Barra, dont les idées audacieuses séduisent ce partisan du jardin à la Française, Rickman se contente d’aligner les clichés dans un académisme de tous les instants. Les personnages sont tellement brossés à gros traits, leurs conflits tellement insistants — le fantôme de l’enfant qui revient toutes les dix minutes à l’écran, franchement… — que l’on sait au bout d’une demi-heure où et comment tout cela va se terminer. Condamner à subir ce navet insignifiant, on a tout loisir de se poser quelques questions : pourquoi Matthias Schoenaerts et ses cheveux longs (perruque ?) s’enfonce-t-il à ce point dans l’inexpressivité ? Et surtout, pourquoi Rickman a-t-il choisi de diriger ses comédiens en leur faisant dire leurs répliques comme des escargots sous Lexomil, lenteur insupportable qui rallonge le film d’au moins vingt bonnes minutes ? Est-ce l’imag

Continuer à lire

L’Homme dans l’espace

CONNAITRE | Parce qu’elle s’enracine au plus profond du désir humain, la conquête spatiale n’est pas seulement une prouesse technique, mais comporte une part d’imaginaire. Que reste-t-il aujourd’hui de nos rêves ?

Nicolas Bros | Mardi 3 février 2015

L’Homme dans l’espace

«La Terre est le berceau de l'humanité, mais on ne passe pas sa vie entière dans un berceau» a dit Constantin Tsiolkovski, l’un des pionniers de l’astronautique. Il y a plus de 50 ans, l’humanité commençait l’exploration de l’environnement spatial immédiat de notre planète, réussissant même à envoyer des hommes sur la Lune dès la fin des années 1960. Pourtant, malgré ces débuts encourageants et les rêves des auteurs de science-fiction qui, bien avant le décollage de la première fusée, avaient imaginé la colonisation de la galaxie par l’Homme, «l’espace» reste un territoire à conquérir. De multiples obstacles Certes, on ne compte plus les satellites et sondes interplanétaires envoyés autour de la Terre ou aux confins du système solaire ; certes, notre société ne peut plus se passer de nos moyens spatiaux : télécommunications, géolocalisation, prévisions météorologiques, gestion des ressources terrestres, télédétection et surveillance de la planète, sont totalement assujetties à la maîtrise des technologies spatiales. Mais qu’en est-il des rêves de voyages vers les étoiles ? L’envoi d’un vaisseau habité vers Mars est régulièrement évoqué p

Continuer à lire

Le mystère de la vie, sur Terre ou ailleurs

CONNAITRE | Omniprésente sur Terre, la vie est un phénomène insaisissable pour lequel il n’existe toujours pas de définition satisfaisante. Vous pourrez participer au second café sciences & philo de l'association Astronef organisé sur ce thème le 27 mai. Jacques Guarinos

Nicolas Bros | Mercredi 4 juin 2014

Le mystère de la vie, sur Terre ou ailleurs

La vie est apparue sur Terre il y a près de 4 milliards d’années. Après une évolution qui lui a permis de prendre les formes les plus diverses, la vie a envahi notre planète, modifié la composition de son atmosphère et transformé ses paysages. Même dans des milieux longtemps considérés comme incompatibles avec elle, on a découvert des organismes qui s’étaient adaptés aux conditions les plus extrêmes. Pourtant, bien que les scientifiques nourrissent l’espoir de découvrir des preuves de la présence passée ou actuelle de formes de vie sur d’autres astres du système solaire, notre planète reste à ce jour le seul corps céleste sur lequel l’existence de la vie est avérée. Pour combien de temps encore ? Quelques semaines à peine après l’annonce de la découverte de la première exoplanète de même taille que la Terre dans la zone « habitable » de son étoile, il est tentant de se dire que nous sommes proches d'obtenir la preuve de l’existence de la vie ailleurs. Mais, au-delà des difficultés techniques, il pourrait y avoir un obstacle de taille : il n’est pas sûr que la vie soit un phénomène suffisamment fréquent pour qu’on puisse espérer faire un jour la découverte d'un autre endroit où e

Continuer à lire