À travers l'objectif

Nicolas Bros | Mardi 4 avril 2017

Photo : Tournage du film "La Scoumoune" de José Giovanni en 1972, avec Jean-Paul Belmondo et Claudia Cardinale, zoom Angénieux © Archives Thalès Angénieux


Angénieux est un nom qui résonne dans le coeur de l'innovation mondiale. C'est l'histoire de cette entreprise ligérienne unique que nous propose de découvrir le Musée d'art et d'industrie à travers une exposition inédite. Initiée dans le cadre la 10e Biennale, cette présentation retrace par le biais de nombreux objets (appareils et objectifs), maquettes, photos et machines, le parcours de cette PME de Saint-Héand spécialisée dans l'optique de haute précision. Fleuron d'une industrie française de pointe, Angénieux (aujourd'hui Thalès Angénieux) a accompagné certains événements parmi les plus importants, depuis sa création en 1935. Depuis les premiers pas de l'homme sur la Lune à la télévision couleur ou la 3D en passant par les optiques utilisées par les directeurs de la photo sur les tournages dans le monde entier, Angénieux est une référence dans la création d'objectifs performants. C'est d'ailleurs dans la mise en avant de prototypes jamais montrés au public que cette exposition temporaire revêt un caractère encore plus passionnant. Via ZOOM ! on plonge véritablement dans l'art des chambres noires.

ZOOM ! Angénieux : changez d'optiques, jusqu'au 6 novembre 2017, au Musée d'art et d'industrie de Saint-Étienne


ZOOM !

"Angénieux : changez d'optiques"
Musée d’Art et d’Industrie 2 place Louis-Comte Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Des rubans pour l'intimité

Expo | L'intime a pris place au cœur du Musée d'art et d'industrie de Saint-Etienne. Avec les Rubans de l'intime, le MAI pose ici une exposition où la (...)

Nicolas Bros | Mardi 7 septembre 2021

Des rubans pour l'intimité

L'intime a pris place au cœur du Musée d'art et d'industrie de Saint-Etienne. Avec les Rubans de l'intime, le MAI pose ici une exposition où la délicatesse valse avec la technicité et l'histoire patrimoniale locale. Sylvain Bois, commissaire général, et Sylvain Besson, commissaire scientifique de cette expo ont poursuivi un objectif triple avec cette présentation. « Tout d'abord montrer ce fonds méconnu et peu valorisé que nous possédons ici, ensuite montrer comment le ruban a contribué à façonner le corps de l'homme et de la femme et enfin exposer comment le corps féminin a été jugé dans la société. » Ainsi, plusieurs salles se succèdent, mettant en avant bien entendu des créations où la production stéphanoise est ainsi mise en valeur mais Les rubans de l'intime va plus loin. Cette dernière donne à voir le rapport au corps par le biais du sous-vêtement, du ruban et de leurs manières d'en dire un peu sur l'intimité et la personnalité de la personne qui les porte. Bref, une exposition très riche qui se visite dans la longueur pour en apprécier toutes les subtilités. Les rubans de l'intime, jusqu'au 14 novembre au Musée d'art et d'industrie de S

Continuer à lire

Tonton Flingueur

Ciné | Il avait 16 ans, lorsque, visionnant Touchez pas au Grisby, Eric Ravel a découvert tout le génie et le charisme du grand Lino Ventura. Dès lors, l’homme, (...)

Cerise Rochet | Mardi 7 septembre 2021

Tonton Flingueur

Il avait 16 ans, lorsque, visionnant Touchez pas au Grisby, Eric Ravel a découvert tout le génie et le charisme du grand Lino Ventura. Dès lors, l’homme, devenu depuis cordonnier à Saint-Chamond, s’est intéressé de près à l’acteur. Lisant les magazines dont les Unes lui étaient consacrées, dévorant tous les films dans lesquels il a joué. Il a ainsi accumulé, accumulé, tel un véritable passionné… Au point de constituer une véritable collection autour de cette figure marquante et populaire du cinéma français. Collection qu’il présentera en ce mois de septembre à Sorbiers, et notamment à l’occasion des Journées du Patrimoine. Samedi 18 septembre de 9h à 12h à Sorbiers Culture, 2 avenue Charles de Gaulle.

Continuer à lire

Avignon vs Saint-Étienne

Scènes | A l’invitation du maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau, une quinzaine de compagnies de théâtre se sont retrouvées en Avignon, pour le festival auquel quelques-unes d’entre elles prenaient part. L’occasion de dresser ensemble un état des lieux et de se projeter dans la nouvelle saison.

Niko Rodamel | Mardi 7 septembre 2021

Avignon vs Saint-Étienne

Depuis Jean Dasté, Saint-Étienne demeure une ville de théâtre, mais chaque été Avignon en est la Mecque incontestable. Après l’annulation du festival l’an passé, l’édition 2021 était pour les artistes celle de la résistance. Pour sa 75ème édition dans la cour d’honneur du Palais des Papes, la programmation officielle (45 pièces et 300 levés de rideau) intronisait notamment Tiago Rodrigues, lequel mettait en scène Isabelle Huppert dans La Cerisaie de Tchekhov et prendra la place d’Olivier Py en 2023 à la tête de l’institution. Côté OFF, les dédales de la cité papale accueillaient cette année pas moins de 1070 spectacles, joués par 752 compagnies françaises et 66 compagnies étrangères, présentés dans 116 lieux du 7 au 31 juillet. Des chiffres impressionnants, pourtant en légère baisse. Pour les compagnies stéphanoises, jouer en Avignon représente tout autant un passage obligé qu’une vitrine à ne pas négliger, avec son effet tremplin, son bouche-à-oreille et surtout la présence de très nombreux programmateurs venus faire leur marché pour plusieurs saisons à venir. Cet été, quelques-unes d’entre elles prenaient part au OFF, à l’image de l’ensemble Cappella Forens

Continuer à lire

De Gaulle x Saint-Etienne : un hommage avec expo, buste et podcast

L'appel du 18 juin | Ce vendredi 18 juin sera une journée placée sous le signe d'un grand hommage au Général de Gaulle. 81 ans après le fameux appel du 18 juin, la cité stéphanoise, qui l'a accueilli à deux reprises, propose différents événements afin de marquer le coup : une exposition inédite, le dévoilement d'un buste du Général en bronze, une rencontre avec Eric Roussel le biographe du Général et un podcast exclusif.

Nicolas Bros | Jeudi 17 juin 2021

De Gaulle x Saint-Etienne : un hommage avec expo, buste et podcast

Saviez-vous que Charles de Gaulle s'était rendu à deux reprises à Saint-Etienne ? En 1948 et 1959, très exactement. Deux passages qui ont certes marqué la ville ligérienne mais également l'histoire de France, comme en témoignent d'une part l'exposition actuellement visible dans le hall de l'Hôtel-de-ville stéphanois et d'autre part un podcast qui vient de sortir. Une expo inédite Concernant la première, l'exposition proposée par la Ville de Saint-Etienne, intitulée Charles de Gaulle 1948 et 1959, Saint-Etienne a rendez-vous avec l’histoire, permet de retracer l'importance qu'ont revêtu ces deux visites du Général en terres stéphanoises. La présentation de documents iconographiques inédits tels que le livre d'or de la ville de Saint-Etienne, des photographies, des films ou encore des périodiques permettent au visiteur de se plonger au coeur de ces deux moments décisifs. Elle est visible jusqu'au 16 juillet. Présence du biographe du Général Eric Roussel Parallèlement, signalons qu'un buste en bronze du Général de Gaulle sera également dévoilé ce vendredi 18 juin, dans le Grand Escalier de la mairie. Cette sculpture, réalisée p

Continuer à lire

Megarama change de bobine à Saint-Etienne

Salles | Après avoir racheté l’Alhambra et le Camion Rouge, le groupe Megarama a entrepris des travaux conséquents dans le premier. Tout en changeant les noms des deux cinémas stéphanois.

Nicolas Bros | Mercredi 30 juin 2021

Megarama change de bobine à Saint-Etienne

Après son rachat il y a presque une année des cinémas Alhambra (place Jean-Jaurès) et Camion Rouge (vers la place Chavanelle), le groupe Megarama de Jean-Pierre Lemoine a remis ces deux établissements à sa sauce. Si le Camion Rouge a simplement changé de nom (devenant Megarama Chavanelle) et remplacé ses bornes de caisses et logiciels, le désormais ex-Alhambra (devenu Megarama Jean-Jaurès) a lui subi de nombreux travaux. Une enveloppe de 5 millions d’euros a été investie dans le cinéma pour reprendre le hall d’accueil, les sanitaires, les salles et les sièges. D’autre part, les trois grandes salles ont été dotées de projecteurs laser alors que les écrans n’ont quant à eux pas été touchés. Avec ce grand coup de fraîcheur, cumulé à la réouverture des salles obscures, le nouveau propriétaire compte bien redonner un coup de fouet à ces deux établissements qui avaient perdu de leur superbe au fil du temps.

Continuer à lire

Oubliez Netflix et Amazon

ECRANS | Une nouvelle plateforme de streaming VOD va voir le jour le 19 juin et elle est Stéphanoise. Orientée vers les films indépendants (surtout courts métrages, séries et docus), SOFA Vod pourrait faire parler d’elle.

Nicolas Bros | Mercredi 9 juin 2021

Oubliez Netflix et Amazon

Voilà un projet stéphanois qui a de l’ambition en venant se positionner sur le marché très concurrentiel du streaming vidéo. SOFA Vod est une plateforme pensée par un quatuor qui compte bien parvenir à se tailler une place au soleil dans ce monde numérique sans merci. Si le grand public connaît forcément les mastodontes que sont Netflix ou Amazon Prime, il existe une multitude d’offres dans le secteur. Mais cette donnée n’a pas effrayé Maxime, Guillaume, Alexis et Kévin, qui ont décidé de se lancer dans le bain. « Nous étions tous les quatre des créateurs de contenus, explique Maxime Bonzi. Nous nous sommes vite rendus compte que le format de fiction n’était pas forcément le bienvenu sur YouTube, qui met plutôt en avant des vidéos face cam ou humoristiques. Il y a une centaine de courts-métrages qui sont publiés par jour sur Internet et cette offre est noyée dans la masse. Il existait donc une forte demande d’un service permettant de mettre en avant les œuvres de fiction. » Partant de ce constat, les quatre acolytes décident de créer leur structure en parallèle de leurs activités. Deux formules d’abonnement et une fonctionnalité inédite

Continuer à lire

Le Méliès Jean-Jaurès va changer de façade

Ciné | Après avoir subi d'importants travaux pendant l'été 2019, avec notamment un accueil et des salles refaits à neuf dans un style art déco, le cinéma Le Méliès (...)

Nicolas Bros | Lundi 14 décembre 2020

Le Méliès Jean-Jaurès va changer de façade

Après avoir subi d'importants travaux pendant l'été 2019, avec notamment un accueil et des salles refaits à neuf dans un style art déco, le cinéma Le Méliès Jean-Jaurès va se parer d'une nouvelle devanture. « Après l'aval des Bâtiments de France, nous allons pouvoir finir les travaux entamés à l'été 2019 et procéder à la rénovation de la façade du Méliès Jean Jaurès », explique Paul-Marie Claret, dirigeant du cinéma. Une petite victoire dans cette période très compliquée pour l'activité cinématographique française...

Continuer à lire

La vie de château

Expo historique | La région stéphanoise a connu un véritable âge d’or au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. Avec l’essor des chemins de fer et l’ébullition dans les (...)

Nicolas Bros | Mercredi 21 octobre 2020

La vie de château

La région stéphanoise a connu un véritable âge d’or au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. Avec l’essor des chemins de fer et l’ébullition dans les domaines de la métallurgie, la rubanerie et l’armement, Saint-Étienne faisait figure de capitale industrielle française. Durant cette époque où l’économie prospère, plus de 200 châteaux sont construits par les industriels de la région entre 1850 et 1930. L’exposition Châteaux de l’Industrie propose de replonger dans ce patrimoine architectural et paysager unique jusqu’au 3 novembre. S’étalant sur trois lieux de présentation entre Sorbiers, Saint-Chamond et Rive-de-Gier, Châteaux de l’industrie permettent de resituer les édifices selon leurs caractéristiques : château d’usine (construit à proximité de l’unité de production), château de ville, maison de plaisance, domaine agricole ou château historique. Des visites guidées et des conférences sont aussi programmées. Exposition Châteaux de l’industrie jusqu’au 2 novembre, à Sorbiers Culture, 2 avenue Charles de Gaulle 42290 Sorbiers, à la Médiathèque de Rive-de-Gier, 10 Square Marcel Paul, 42800 Rive-de-Ger et au Château du Jarez, 11 Rue Beno

Continuer à lire

Couvre-feu : pas de dérogation pour le secteur culturel qui doit s'adapter

ACTUS | C'est officiel comme l'explique Le Parisien, malgré la demande de la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, le secteur culturel n'aura pas (...)

Nicolas Bros | Vendredi 16 octobre 2020

Couvre-feu : pas de dérogation pour le secteur culturel qui doit s'adapter

C'est officiel comme l'explique Le Parisien, malgré la demande de la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, le secteur culturel n'aura pas d'assouplissement des règles du couvre-feu qui entre en vigueur dans l'agglomération stéphanoise dès ce soir. Les salles de spectacles et cinémas devront donc se soumettre aux mêmes règles que les autres. Du coup, les établissements culturels commencent à tenter de s'adapter. Outre les événements déjà concernés demain (comme le concert Fraternités à la cathédrale Saint-Charles ou celui de Joseph Chedid au Pax), d'autres devraient suivre afin de maintenir une activité culturelle. Voici quelques exemples : - Du côté de la Comédie de Saint-Étienne, on explique qu' « à partir de lundi prochain à La Comédie, nous définirons les horaires adaptés de chaque spectacle diffusé jusqu'au 1er décembre. » - Au Chok Théâtre,

Continuer à lire

Le port du masque désormais obligatoire au cinéma et au théâtre

Covid-19 | Le port du masque sera désormais obligatoire pendant les séances de cinéma, les représentations de théâtre et dans les autres lieux culturels. Le premier (...)

Sébastien Broquet | Mercredi 26 août 2020

Le port du masque désormais obligatoire au cinéma et au théâtre

Le port du masque sera désormais obligatoire pendant les séances de cinéma, les représentations de théâtre et dans les autres lieux culturels. Le premier ministre l'a annoncé ce matin sur l'antenne de France Inter, où Jean Castex répondait aux questions de Léa Salamé. La décision a été prise mardi lors du conseil de défense. S'il a ajouté « oui, je dis aux Françaises et aux Français : allez au cinéma, allez au théâtre, vous ne risquez rien », il faudra donc être masqué. Ce qui, de toute évidence, devrait encore faire baisser la fréquentation des salles de cinéma déjà lourdement impactées depuis le début de la crise sanitaire. La date de mise en œuvre de cette mesure n'a pas encore été communiquée mais devrait être effective rapidement. J

Continuer à lire

L'Alhambra et le Camion Rouge vendus

ECRANS | Selon le magazine Box Office Pro, Sylvie Massu exploitante des cinémas l'Alhambra (depuis 2014) et du Camion Rouge (depuis 2015) aurait trouvé un (...)

Nicolas Bros | Jeudi 2 juillet 2020

L'Alhambra et le Camion Rouge vendus

Selon le magazine Box Office Pro, Sylvie Massu exploitante des cinémas l'Alhambra (depuis 2014) et du Camion Rouge (depuis 2015) aurait trouvé un repreneur pour ces deux établissements après de nombreux mois de recherche. Il s'agirait de Jean-Pierre Lemoine, président du groupe Megarama, qui aurait confirmé ce jour le rachat des deux complexes stéphanois. Megarama, avec l'acquisition de ces cinémas, possède désormais 25 établissements en France.

Continuer à lire

Des séances à tarifs réduits à Sainté

ECRANS | Le ciné à Sainté, ça sera 5€ à toutes les séances (hors séances spéciales et supplément 3D) du 22 juin au 30 juin 2020 dans les cinémas Alhambra, Camion et Méliès Jean (...)

Nicolas Bros | Lundi 15 juin 2020

Des séances à tarifs réduits à Sainté

Le ciné à Sainté, ça sera 5€ à toutes les séances (hors séances spéciales et supplément 3D) du 22 juin au 30 juin 2020 dans les cinémas Alhambra, Camion et Méliès Jean Jaurès. Une bonne nouvelle qui devrait en inciter plus d'un à retourner dans les salles obscures découvrir entre autres L'Ombre de Staline, Nous les Chiens, Filles de Joie ou même The Demon Inside pour les plus valeureux.

Continuer à lire

Et après ?

Témoignages | Nous avons demandé à quelques responsables de lieux culturels où ils en étaient et comment ils envisageaient la suite des événements... Propos recueillis par Cerise Rochet et Nicolas Bros

La rédaction | Mardi 9 juin 2020

Et après ?

Flou complet au Zénith « Très honnêtement, nous n'avons pas une grosse visibilité sur l'automne » Sylvie Liogier, directrice du Zénith Saint-Étienne ne cache pas ses inquiétudes... « Nous sommes fermés jusqu'à fin août, avec des reports de spectacles sur la fin de l'année et sur 2021. Si on peut jouer dans des conditions "normales", c'est-à-dire avec du gel hydroalcoolique, un choix laissé aux spectateurs de porter ou non le masque et sans distanciation, ça reprendra normalement. Si la règle des 4 m² est encore là, ce n'est pas jouable ! Si nous ne pouvons faire rentrer que 1 500 personnes au Zénith, ce n'est pas rentable et pas confortable pour le public qui, lui, vient pour se détendre. » Pour la plus grande salle du département, l'impact économique est très important. « C'est catastrophique. Si on ne pouvait pas jouer jusqu'à janvier 2021, ce serait un impact de plus d'un million d'euros... confie la dirigeante. Je ne connais pas de société qui peuvent tenir avec deux mois de recettes et 10 mois sans recette. On sait qu'il y a des périodes plus calmes que d'autres mais là, ce n'est pas tenable ni pour nous, ni pour l

Continuer à lire

"Canción sin nombre / Nuestras Madre" : L’une sort en salle, l’autre pas

ECRANS | "Canción sin nombre" de Melina León (Pér.-Esp.-É.-U., 1h37) avec Pamela Mendoza, Tommy Párraga, Lucio A. Rojas… (en salles) "Nuestras Madres" de César Diaz (Gua.-Bel.-Fr., 1h17) avec Armando Espitia, Emma Dib, Aurelia Caal… (en SVOD)

Vincent Raymond | Mardi 9 juin 2020

Tous deux figuraient à Cannes l’an dernier : le premier à la Quinzaine des réalisateurs, le second à la Semaine de la Critique où il a ravi la Caméra d’Or. Dévolue au meilleur premier film de la compétition toutes sections confondues, cette prestigieuse distinction ne l’exonère pourtant pas d’une sortie directe en SVOD tandis que l’autre, à peine une semaine sur les écrans avant le confinement, renoue avec les salles. Aussi dissemblables par leur destinée que leur facture ou leur approche esthétique, Canción sin nombre / Nuestras Madres ont beaucoup en commun, à commencer par leur inscription spatiale (l’Amérique latine) et donc, historique (les années 1980). Car même si Nuestras Madres se situe de nos jours, il se déroule réellement dans le passé puisque le protagoniste y est un anthropologue de médecine légale identifiant les dépouilles de victimes de la guerre civile guatémaltèque, lui-même orphelin de père et d’une mère torturée par le pouvoir d’alors. Un régime dont on sait qu’il pratiquait l’enlèvement d’enfants —

Continuer à lire

Cannes sans Cannes : résistance à distance pour les producteurs

ECRANS | Mi-mai, la planète cinéma se retrouve toujours à Cannes. Sauf cette année, puisqu’à l’instar de toutes les grandes manifestations, le festival international du film a dû déclarer forfait. Comment les producteurs rhônalpins composent-ils avec ce contretemps majeur ?

Vincent Raymond | Mercredi 20 mai 2020

Cannes sans Cannes : résistance à distance pour les producteurs

On n’aurait jamais imaginé les croiser à Lyon à cette période de l’année. Mais pour ces familiers de la Croisette, mai 2020 se vit sur les pavés, loin de la plage. Loin aussi des salles obscures, des travées du marché du film, voire des soirées réputées pour leur faste. Au moment où les exploitants et les distributeurs espèrent entrevoir le bout du tunnel avec une réouverture murmurée pour la mi-juillet, alors que les tournages commencent à se reprogrammer — dans des conditions hautement sécurisées —, les producteurs continuent à travailler pour qu’il y ait encore du cinéma sur les écrans, demain. Vaille que vaille… Vincent Michaud Producteur (2 Hérons productions) « On fait le festival de Cannes au bureau ! Mardi 12 mai, le jour de l’ouverture, j’ai reçu des amis producteurs lyonnais et parisiens devant une magnifique toile des marches du festival, acquise il y a deux ans (rires). Sinon, les rendez-vous se font avec Zoom, au lieu de se faire dans le Palais ou dans les pavillons des commissions régionales. Toujours le 12, je devais rencontrer la Commission du film Grand Est dans son pavillon cannois pour un long-métrage avec u

Continuer à lire

Les cinés pourraient rouvrir début juillet

ACTUS | Le ministre de la Culture, Franck Riester a annoncé ce matin dans l'émission Télématin sur France 2 qu'était envisagé une réouverture des salles de ciné début (...)

Nicolas Bros | Mercredi 20 mai 2020

Les cinés pourraient rouvrir début juillet

Le ministre de la Culture, Franck Riester a annoncé ce matin dans l'émission Télématin sur France 2 qu'était envisagé une réouverture des salles de ciné début juillet. Une possibilité soumise bien évidemment à l'évolution de l'épidémie de coronavirus. Nous travaillons à une réouverture des salles de cinéma début juillet. Mais il est encore trop tôt pour prendre une décision définitive. Nous ferons le point sur l'évolution de l'épidémie et la prochaine phase de déconfinement à la fin du mois de mai. #Les4V pic.twitter.com/pE3Fk13Yi4 — Franck Riester (@franckriester) May 20, 2020

Continuer à lire

Que faire pendant le confinement ? Nos idées du 23 mars

Confinement Covid19 / Idées culture | Que faire pendant le confinement ? Régulièrement, nous essaierons, dans la mesure du possible, de vous fournir quelques idées pour vous divertir, apprendre ou partager de bons moments dans cette période compliquée.

Nicolas Bros | Lundi 23 mars 2020

Que faire pendant le confinement ? Nos idées du 23 mars

Plongée dans les archives et les bouquins La Ville de Saint-Étienne a ouvert en fin de semaine dernière l'ensemble du catalogue des films de la cinémathèque municipale mais également des livres numériques des médiathèques municipales. L'occasion de plonger dans l'ancien temps et de découvrir des pépites nichées dans les films possédés par cette institution qui fêtera en 2022 ses 100 ans d'existence. Plus d'infos sur(www.mediatheques.saint-etienne.fr et www.cinematheque.saint-etienne.fr Enquêter depuis chez soi Prends ta loupe, de quoi noter et file sur la page Facebook du 1909 Escape Game. L'établissement stéphanois lance aujourd’hui même un jeu interactif pour maintenir éveiller nos sens. L'histoire débute ainsi : « Une perle de pierre de lune vient d’être découverte sur la colline de Rochetaillée. Malheureusement, elle vient d’être volée lors de son transport entre Saint-Etienne et Sain

Continuer à lire

Le Méliès rembobine encore

Rétro ciné | Le cinéma stéphanois Le Méliès Saint-François réitère son opération "Retour vers le futur" le samedi 14 et dimanche 15 mars. Après le succès de la première édition de décembre (...)

Nicolas Bros | Vendredi 21 février 2020

Le Méliès rembobine encore

Le cinéma stéphanois Le Méliès Saint-François réitère son opération "Retour vers le futur" le samedi 14 et dimanche 15 mars. Après le succès de la première édition de décembre 2019, les pelloches de "cinéma de patrimoine" vont défiler encore une fois. Au programme cette fois-ci, La Vie de Brian des Monthy Python, La Ruée vers l'Or de Charlie Chaplin, Danse avec les Loups de Kevin Costner, Festen ou encore Qui veut la peau de Roger Rabbit ?. Au total, ce sont 16 films qui seront projetés dans les salles de Saint-François, dont plusieurs copies 35 mm. Nostalgique vous avez dit ? Retour vers le futur, week-end #2, samedi 14 et dimanche 15 mars au Méliès Saint-François Plus d'infos et programmation sur cette page

Continuer à lire

L'expo "Design-moi un jeu vidéo" prolongée jusqu'au 22 mars

Expo x Jeu vidéo | Devant le succès de son exposition consacrée aux jeux vidéos, "Design-moi un jeu vidéo", la Cité du design prolonge cette présentation jusqu'au 22 mars. Il (...)

Nicolas Bros | Jeudi 20 février 2020

L'expo

Devant le succès de son exposition consacrée aux jeux vidéos, "Design-moi un jeu vidéo", la Cité du design prolonge cette présentation jusqu'au 22 mars. Il était initialement prévu qu'elle se clôture le 8 mars.

Continuer à lire

Forman à ses débuts

Rétro ciné | Milos Forman fait partie des génies du 7e Art. S'il est connu pour des oeuvres majeures telles que Vol au-dessus d'un nid de coucou, ou Amadeus, ses (...)

Nicolas Bros | Mercredi 8 janvier 2020

Forman à ses débuts

Milos Forman fait partie des génies du 7e Art. S'il est connu pour des oeuvres majeures telles que Vol au-dessus d'un nid de coucou, ou Amadeus, ses premiers films constituent des témoignages précieux d'une jeunesse tchécoslovaque commençant à montrer des vélléités de sortir du carcan soviétique. La cinémathèque stéphanoise ainsi que Le Méliès proposent de découvrir quatre pellicules qui permettent de plonger dans cet univers singulier : L’Audition, L’As de pique, Les Amours d’une blonde et Au feu les pompiers. Des oeuvres également en forme de prémisses des réalisations américaines à venir du cinéaste. Infos et horaires sur le site de la cinémathèque et du cinéma le Méliès

Continuer à lire

Une brasserie au Méliès

Resto | Le Méliès Jean Jaurès, célèbre cinéma indépendant du centre-ville stéphanois, s'est refait une beauté cet été, avec des salles et des espaces d'accueil rénovés dans un (...)

Nicolas Bros | Mardi 26 novembre 2019

Une brasserie au Méliès

Le Méliès Jean Jaurès, célèbre cinéma indépendant du centre-ville stéphanois, s'est refait une beauté cet été, avec des salles et des espaces d'accueil rénovés dans un style art déco très tendance. Après ces travaux conséquents, c'était au tour de l'ex-Nouai Borfa d'être repris par l'équipe du Méliès Café pour devenir le Méliès Brasserie. Une belle opportunité pour Grégoire Claret et son équipe afin de proposer un nouvel espace restauration. « Il y a une cohérence architecturale art déco avec le cinéma puisque ce sont Clémence Boyer et Philippine Lemaire, déjà intervenues pour la rénovation des salles et du hall d'accueil, qui ont dessiné les traits de la brasserie, explique Grégoire Claret, dirigeant de la brasserie et du Méliès Café. Nous avons prévu 102 couverts assis et environ 25 places sur des mange-debout, ainsi qu'un espace cave à vins. » C'est dans un cadré épuré, classieux et cosy que l'on pénètre. Une cuisine fraîche et maison à partir de bons produits Côté carte, tout est fait maison, à base de produits régionaux. Le menu ne p

Continuer à lire

Faire face

Festival ciné | C'est à une 15e édition d'un festival toujours aussi fier que l'équipe de Face à Face nous convie. Au programme, de nombreux films, longs et courts, des (...)

Nicolas Bros | Mardi 5 novembre 2019

Faire face

C'est à une 15e édition d'un festival toujours aussi fier que l'équipe de Face à Face nous convie. Au programme, de nombreux films, longs et courts, des conférences, rencontres et animations se succéderont du 26 novembre au 1er décembre. Une période qui coïncide avec la journée de lutte contre le sida (1er décembre) mais également avec un cycle consacré aux "années sida" à la Cinémathèque de Saint-Étienne avec débats et témoignages. De surcroît, le festival propose deux nouveautés cette année avec un stand de réalité virtuelle le samedi 30 novembre au Méliès Saint-François et un "cinescape game" le même jour au Méliès Jean Jaurès. Côté pellicule, la célèbre Nuit du Court fête sa 8e année avec 18 films sélectionnés et projetés le 30 novembre au Méliès Saint-François. La séance culte est consacrée à Priscilla, folle du désert. À signaler également les diffusions Plaire, aimer et courir vite de Christophe Honoré (27/11 à la cinémathèque) ou encore le film franco-guatémaltèque Tremblements de Jayro Bustamante (le 26/11 à Saint-François) suivi d'un échange avec un ex-ministre du culte catholique. Enfin, précisons que l'association est en recherche permanent

Continuer à lire

TAG moi !

Galerie | Les galeries d'art fleurissent à Saint-Étienne et c'est tant mieux ! L'une des dernières en date s'appelle TAG - pour Tea-time Atelier et Galerie, et est (...)

Nicolas Bros | Mardi 1 octobre 2019

TAG moi !

Les galeries d'art fleurissent à Saint-Étienne et c'est tant mieux ! L'une des dernières en date s'appelle TAG - pour Tea-time Atelier et Galerie, et est installée rue Gambetta, à côté de la Houblonnerie. Créé par Anne-Charlotte Deloume et Amandine Alves Da Fonseca, ce nouvel espace prend le relais de La Géode (rue Elise Gervais) et propose conjointement des temps d'atelier de dessin et de peinture mais également des expositions mensuelles. « Concernant les expositions, nous ne nous limitons pas en matière de techniques proposées, assure Anne-Charlotte Deloume qui est également art-thérapeute. Nous n'avons pas une démarche commerciale. Notre idée reste d'exposer des artistes dont le travail nous intéresse, que ce soit en peinture, photographies, numériques... » Les deux galeristes souhaitent pouvoir s'appuyer sur des artistes qui seront de véritables parties prenantes lors de moments d'échanges avec les visiteurs. « Nous souhaitons mettre en place des temps courts où l'artiste rencontre le public, avec par exemple du live painting ou des ateliers ponctuels spécifiques, poursuit Anne-Charlotte. Le but de la galerie TAG est de permettre à ch

Continuer à lire

Le lundi, c'est tarif réduit pour le ciné à Sainté

Cinéma | Forts du succès de l'opération "Sainté fête le cinéma", les quatre cinémas stéphanois (l'Alhambra, Le Camion Rouge, Le Méliès Jean Jaurès et le Méliès Saint-François) (...)

Nicolas Bros | Mercredi 4 septembre 2019

Le lundi, c'est tarif réduit pour le ciné à Sainté

Forts du succès de l'opération "Sainté fête le cinéma", les quatre cinémas stéphanois (l'Alhambra, Le Camion Rouge, Le Méliès Jean Jaurès et le Méliès Saint-François) s'associent à nouveau afin de proposer une opération spéciale depuis lundi 2 septembre. Tous les lundis, dans ces quatre établissements, le tarif d'une place de cinéma sera désormais de 6.90 €. L'offre est valable pour tous, pour tous les films, à toutes les séances (hors séances spéciales et supplément 3D). Une raison supplémentaire de sortir de chez soi le lundi !

Continuer à lire

Cheers, mate !

Foire de Saint-Etienne | Après nous avoir fait traverser le Golden Gate de San Francisco en 2018, la Foire internationale de Saint-Étienne nous invite à franchir la (...)

Nicolas Bros | Mardi 3 septembre 2019

Cheers, mate !

Après nous avoir fait traverser le Golden Gate de San Francisco en 2018, la Foire internationale de Saint-Étienne nous invite à franchir la Manche en 2019. Et ce, même si le Brexit semble inéluctable... Mais il faut bien admettre que l'Angleterre et en particulier sa capitale Londres, constituent toujours de véritables creusets culturels bouillonnants. La Foire de Saint-Étienne l'a bien compris et propose cette année une exposition autour de cette ville fantastique. Intitulée Attractive London, cette présentation plonge le visiteur dans les quartiers londoniens en reprenant tous leurs éléments phares. Se dévoilent un espace consacré à la royauté et au fonctionnement de la monarchie parlementaire anglaise, la Tour de Londres qui permet de retracer l'histoire de la cité, une reconstitution du célèbre passage piéton d'Abbey Road... Bref tout y passe ! 71e Foire internationale de Saint-Étienne, du 20 au 30 septembre au Parc Expo

Continuer à lire

La rentrée ciné 2019, au(x) fil(ms) des semaines…

ECRANS | Sortie triomphalement au printemps la Palme d’Or laisse un boulevard aux films de l’automne, qui se bousculent au portillon. À vous de les départager, ex aequo autorisés…

Vincent Raymond | Mercredi 4 septembre 2019

La rentrée ciné 2019, au(x) fil(ms) des semaines…

Avec Portrait de la jeune fille en feu, Céline Sciamma filme, sur fond de dissimulation artistique, le rapprochement intime et intellectuel de deux femmes à l’époque des Lumières. Une œuvre marquée par la présence invisible des hommes, le poids indélébile des amours perdues et le duo Noémie Merlant/Adèle Haenel. Prix du scénario à Cannes (18 septembre) À la même date venu de Venise et des étoiles, Ad Astra, dans lequel James Gray embarque Brad Pitt pour un voyage galactique (après le Tarantino, Brad place ses billes pour l’Oscar). Dans un futur proche, un petit village aidé par son vieux chaman et sa drogue rendant combatif, résiste encore et toujours à l’État résolu à le rayer de la carte… Après Aquarius, Kleber Mendonça Filho s’associe à Juliano Dornelles pour livrer avec Bacura

Continuer à lire

Ça bouge encore au Méliès

Brasserie | Après avoir connu des travaux de rénovation importants pendant l'été, le cinéma Le Méliès Jean Jaurès voit encore une évolution, cette fois-ci avec l'ouverture en novembre d'une brasserie reliée au Méliès Café.

Nicolas Bros | Mardi 3 septembre 2019

Ça bouge encore au Méliès

Le cinéma Le Méliès Jean Jaurès a connu cet été des travaux conséquents afin que l'établissement renoue avec l'âme Art Déco du bâtiment qui l'héberge. Ce sont notamment 450 nouveaux fauteuils qui ont été installés dont une vingtaine de "love seat", la pose de 1 200 m² de moquetteet 2 000 m² de surface repeinte. Cette évolution constitue un nouveau souffle pour le cinéma de la place Jean Jaurès. Mais les nouveautés ne s'arrêtent pas là pour autant. En juillet, le gérant du Méliès Café, Grégoire Claret, a annoncé la reprise des locaux du Nouai Borfa, jouxtant le cinéma et le café. « Nous allons transformer l'ancien restaurant en brasserie qui ouvrira début novembre avec une centaine de couverts, explique le dirigeant. Nous proposons 6 à 7 plats maximum, pas une carte à rallonge. » Le Méliès Café sera conservé et restera un lieu de vie à part entière tandis que la brasserie viendra compléter l'offre. « L'objectif est de créer un lieu où le visiteur peut venir prendre un verre, se restaurer et voir un film. » Côté décoration, la brasserie s'habillera dans le même esprit insufflé dans le "nouveau" Méliès Jean Jaurès. « Il y aura une cohérence architect

Continuer à lire

Cinémathèque 2.0

ECRANS | Vieille de près d'un siècle, la Cinémathèque de Saint-Étienne est remplie de trésors du septième art, sauvés de l'oubli par ses missions de sauvegarde et de (...)

Antoine Desvoivre | Jeudi 11 juillet 2019

Cinémathèque 2.0

Vieille de près d'un siècle, la Cinémathèque de Saint-Étienne est remplie de trésors du septième art, sauvés de l'oubli par ses missions de sauvegarde et de valorisation du patrimoine cinématographique. Grâce à elle, notre cité a reçu du ministère de la culture, le label « Bibliothèque Numérique de Référence ». Afin de partager ses contenus avec le plus grand nombre, la cinémathèque lance son site internet dédié. Celui-ci permet notamment le visionnage en ligne de plus d'une soixantaine de films. Site dédié à retrouver ici.

Continuer à lire

Encré dans la mémoire

ARTS | C'est une ode à la mémoire collective des peuples que l'artiste Saïd Atek couche sur ses toiles. Tantôt à la pointe de son pinceau, tantôt à celle de son stylo, il réinterprète à l'encre ou en peinture les images d'archives qui ont façonné notre histoire.

Antoine Desvoivre | Mercredi 10 juillet 2019

Encré dans la mémoire

« Avant mes archives étaient intérieures, elles étaient le fruit de ma mémoire. Maintenant je me sers de la mémoire universelle. » C'est ainsi que Said Atek explique son choix de prendre des images d'archives comme inspiration pour ses œuvres. Il se prête à cet exercice depuis maintenant six ans et a réalisé ainsi de nombreuses séries de tableaux. Certains sont basés sur les portraits de femmes algériennes prises par le photographe Marc Garanger, d'autres sur les femmes tondues à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. De l'apartheid aux camps de concentration, le peintre traite de toutes les meurtrissures de l'humanité. Les instants chargés d'émotions et d'histoire, qu'il revisite par son travail, interrogent également notre présent. « Ce qui était hier ressemble beaucoup à ce qui se passe aujourd'hui. C'est exactement les mêmes choses, seul le contexte change », explique le quinquagénaire, diplômé de l'École des Beaux-Arts d'Alger. Il a trouvé une source quasi inépuisable d'inspiration dans l'iconographie historique, qu'il traduit en dessins ou en peintures, par des procédés aussi variés que les supports qu'il utilise. « Utiliser tous

Continuer à lire

Chorégraphie quotidienne

GUIDE URBAIN | Derrière cette vitrine bien singulière, rien n'est à vendre, bien au contraire. C'est une œuvre du quotidien qui s'offre gracieusement au regard des passants. Dans le laboratoire de permanence chorégraphique du Magasin, l'ouverture est une seconde nature.

Antoine Desvoivre | Vendredi 5 juillet 2019

Chorégraphie quotidienne

« Pendant trois mois, j'ai marché trois heures par jour dans la ville de Saint-Étienne et j'ai compté les vitrines vides. » C'est comme ça qu'est venue à Mathieu Heyraud, l'idée d'investir un de ces espaces, pour en faire une vitrine de la création artistique. C'est à deux pas de la place Jacquard que l'on trouve Le Magasin. Ni une salle de spectacle, ni vraiment un studio, c'est un lieu de recherches, pour les artistes qui souhaitent développer de nouvelles formes artistiques. À travers la vitrine, c'est la genèse des œuvres qui s'expose en un tableau urbain et quotidien. Fenêtre sur l'art Pour le chorégraphe de la compagnie R/Ô, « Le Magasin n'est pas un lieu, mais une chorégraphie visible depuis la rue. » C'est cette volonté de placer l'art au cœur de la ville et le public au centre du processus artistique, qui l'a amené à développer ce projet. Derrière cette vitrine, l'objectif n'est pas de monter un spectacle. C'est la recherche et l'expérimentation qui sont mises en scène. Ce concept nouveau, qui investit les vitrines abandonnées, est aussi pour son créateur, « un questionnement sur ces vi

Continuer à lire

La Fête du ciné prolongée à Sainté

Fête du ciné | La Fête du cinéma se déroule cette année du 30 juin au 3 juillet. Cet événement permet à toutes et tous de se rendre dans les salles obscures pour 4 euros la (...)

Nicolas Bros | Mercredi 19 juin 2019

La Fête du ciné prolongée à Sainté

La Fête du cinéma se déroule cette année du 30 juin au 3 juillet. Cet événement permet à toutes et tous de se rendre dans les salles obscures pour 4 euros la séance. À Saint-Étienne, on prolonge le plaisir jusqu'au 7 juillet du côté de l’Alhambra, du Camion Rouge, du Méliès Jean Jaurès et du Méliès Saint-François. L'événement s'appelle Sainté Fête le Cinéma avec, toujours, la place de ciné à 4 euros. 4 jours de fête supplémentaire dans les 4 cinémas stéphanois. À signaler que Le Méliès propose huit avant-premières pour l'occasion comprenant leurs six coups de coeur du Festival de Cannes 2019 (dont Lord of Chaos de Jonas Åkerlund le 30 juin, Sorry We Missed You de Ken Loach le 2 juillet ou encore J'ai Perdu Mon Corps de Jérémy Clapin le 6 juillet ainsi que deux films musicaux. Programmation complète de la Fête du Cinéma et de Sainté fête le Ciné à retrouver sur le site du Méliès et sur le site de l'Alhambra/Camion Rouge

Continuer à lire

Une société qui danse

Festival danse & ciné | Le festival DesArts//DesCinés laisse cette année sa place à DAN.CIN.FEST. Un rassemblement qui met à l'honneur un genre cinématographique à part entière et qui a le vent en poupe : le film dansé sociétal. Explications.

Nicolas Bros | Mardi 4 juin 2019

Une société qui danse

Exit DesArts//DesCinés, bienvenue à DAN.CIN.LAB. L'association Stéla, après avoir été porteuse entre 2010 et 2018 du festival DesArts//DesCinés à propos des relations entre danse et cinéma, a décidé de réorienter légèrement son action. Depuis la rentrée 2018, c'est une nouvelle plateforme qui permet à l'association de structurer son action autour de différents pôles de travail de projets mêlant danse et image. Ainsi, ce sont quatre activités qui se retrouvent engagées dans ce nouveau projet : DAN.CIN.FILMS pour la production de projets de danse pour l’écran, DAN.CIN.PASS. pour l’accompagnement d’équipes chorégraphiques professionnelles en France et à l’étranger, DAN.CIN.PROD. pour la conception et la production d’événements et DAN.CIN.FEST qui remplace le précédent festival. « L'idée était de regrouper les différentes activités de Stéla autour d'une structure porteuse, avec une concentration sur le film dansé sociétal qui est un genre cinématographique à part, explique Anna Alexandre, directrice de la structure. Il est important de distinguer la vidéodanse qui correspond à de la danse pour l'écran comme les vidéoclips, du film dansé sociétal qui utilise la danse po

Continuer à lire

La beauté en soie

Musée | À la limite entre l'artisanat et l'art, le travail de la soie se perpétue dans la Loire. Ce tissu léger et épuré, ainsi que les savoir-faire ancestraux qui (...)

Antoine Desvoivre | Mardi 4 juin 2019

La beauté en soie

À la limite entre l'artisanat et l'art, le travail de la soie se perpétue dans la Loire. Ce tissu léger et épuré, ainsi que les savoir-faire ancestraux qui entourent sa production sont mis à l'honneur par l'exposition Expressions de Soie. C'est la Maison des Tresses et Lacets à la Terrasse-sur-Dorlay qui dévoile aux curieux et passionnés les trésors d'étoffes produits par les artistes et artisans de la région. Plus qu'un historique des méthodes de production des soieries, Luce Chazalon, la directrice de l'exposition souhaite « montrer ce que des artistes contemporains peuvent créer à partir de la soie ». Assurément les œuvres des tisseurs, artistes, créateurs, et designers, bien que produites suivant des méthodes traditionnelles, rivalisent de modernité et d'ambition. Des étoles à motifs arborés en soie feutrée de laine aux origamis textiles en figures fractales hypnotisantes, ce tissu merveilleux exprime sa beauté sous des formes multiples. Expression de soie, jusqu'au 29 septembre à la Maison des tresses et lacets de La Terrasse-sur-Dorlay

Continuer à lire

Le Méliès Jean Jaurès s'offre un lifting

Lieu de culture(s) | Le cinéma Méliès Jean Jaurès va connaître une rénovation importante au cours de l'été avec à la clé davantage de confort pour ses spectateurs et une décoration en accord avec le côté Art Déco originel du bâtiment. Le cinéma devra fermer deux semaines fin juillet pour que les travaux s'effectuent.

Nicolas Bros | Jeudi 2 mai 2019

Le Méliès Jean Jaurès s'offre un lifting

« Douillet et sobre » voilà les maîtres mots de Paul-Marie Claret, directeur du cinéma Le Méliès Jean Jaurès, pour caractériser le vaste programme de rénovation que va connaître son établissement à partir de cet été. Après avoir investi entre 2012 et 2018 sur le passage au numérique et d'autres travaux moins visibles pour le grand public, le cinéma indépendant stéphanois va connaître une cure de jouvence. « Nous souhaitons créer un cocon, que le spectateur du moment où il passe la porte de notre établissement se retrouve dans une "bulle cinéma", qu'il laisse ses soucis à l'entrée et entreprenne un voyage "en cinéma" » explique Paul-Marie Claret. Avec le concours de Clémence Boyer, architecte, Philippine Lemaire, designer et Jordi Badiou, pour la partie technique, c'est un programme complet de rénovation qui va démarrer dès début juillet : reprise complète des salles (avec notamment 450 nouveaux fauteuils installés dont une vingtaine de "love seat" ou siège double sans accoudoir), des halls d'attente, des sorties, des sanitaires, mise en conformité avec les dernières normes d'accessibilité, remplacement du système de sécurité incendie... C'est une enveloppe comp

Continuer à lire

Pour cinéphiles en culotte courte

Festival | 19e édition pour le festival Tête de Mule qui se balade entre le Méliès Saint-François, le Ciné Pilat de Pélussin mais aussi à Saint-Germain-Laval pour son "hors les (...)

Nicolas Bros | Jeudi 11 avril 2019

Pour cinéphiles en culotte courte

19e édition pour le festival Tête de Mule qui se balade entre le Méliès Saint-François, le Ciné Pilat de Pélussin mais aussi à Saint-Germain-Laval pour son "hors les murs". Cet événement orienté vers le ciné destiné aux jeunes propose trois compétitions de films (3-6 ans, 7-12 ans et ados), des films hors compétition, des séances spéciales, des ateliers... Au total 19 films seront proposés du 10 au 25 avril. Parmi la programmation, nous retenons cette année l'orientation skate avec la projection de 90's de Jonah Hill et de Skate Kitchen de Crystal Moselle ainsi que la belle place donnée à trois films d'animations japonais : Porco Rosso de l'incontournable Miyazaki, Liz et l'Oiseau Bleu de Yamada et Le Garçon et la Bête de Hosoda. La programmation complète du festival est à retrouver sur cette page. Festival Tête de Mule, du 10 au 25 avril dans différents lieux : - Le Méliès Saint-François à Saint-Étienne - Cinémathèque de Saint-Étienne - Espace Duluth à Saint-Germain-Laval - CinéPilat de Pélussin

Continuer à lire

Entrez dans le Clan

Expo textile | La designeuse et artiste textile Jeanne Goutelle propose Clan à l'Atelier-Musée La Maison du Passementier de (...)

Nicolas Bros | Mardi 2 avril 2019

Entrez dans le Clan

La designeuse et artiste textile Jeanne Goutelle propose Clan à l'Atelier-Musée La Maison du Passementier de Saint-Jean-Bonnefonds. Construite en parallèle des expérimentations des étudiants du lycée des métiers de la mode Adrien Testud, cette expo inédite propose la découverte de pièces uniques de tissages, broderies ou nœuds. L'artiste resserre ainsi les liens et fait un admirable écho à la thématique de la Biennale design autour de la création d'un terrain d'entente. « Le projet Clan s'inspire de l'histoire du tartan, étoffe de laine portée par les Écossais sous forme de kilt, explique l'artiste par communiqué. Ce tissu à carreaux représente grâce à sa combinaison de couleurs un clan, une famille. » Alors poussez la porte et entrez dans la famille. Clan de Jeanne Goutelle, jusqu'au 31 mai à l'Atelier-Musée La Maison du Passementier de Saint-Jean-Bonnefonds

Continuer à lire

Damien Deroubaix décoiffe le MAMC

Musée | Dans le cadre de son trentième anniversaire, le Musée d’Art Moderne et Contemporain de Saint-Étienne Métropole présente conjointement pas moins de cinq nouvelles expositions, défendant des thématiques qui se répondent intelligemment ou se télescopent délicieusement. Headbangers Ball met à l’honneur le travail de Damien Deroubaix, un artiste stéphanois de coeur à (re)découvrir absolument.

Niko Rodamel | Mercredi 9 janvier 2019

Damien Deroubaix décoiffe le MAMC

Après les expositions consacrées à Valérie Jouve et Jean-Michel Othoniel, le MAMC+ a donc choisi d’offrir une carte blanche à Damien Deroubaix, autre artiste issu du terreau artistique local connaissant un succès international amplement justifié. L’œuvre du plasticien est à la fois singulière par sa patte dadaïquement trash truffée de références ironiquement graves, et plurielle par son étonnante variété formelle. Les multiples sources d’inspiration de l’artiste prennent corps au travers d’une grande diversité de techniques mises en œuvres : peinture à l’huile et aquarelle, gravure et tapisserie, sculpture ou encore installation. Sous le bienveillant commissariat de Martine Dancer-Mourès, conservatrice en chef du patrimoine, Deroubaix a pensé de A à Z cette exposition qui lui offre l’occasion de présenter des oeuvres inédites et de définir sa propre vision de la peinture. La visite commence par une sorte d’antichambre où sont livrées quelques clés de l’univers du peintre, une pièce dans laquelle est présenté un foisonnement de dessins préparatoires, de croquis, de collages et de carnets d'inspirations, témoignant dans un joyeux foutoir (le chaos ?) des nombreuses recherches eff

Continuer à lire

Paul-Marie Claret / Cinéma Paradiso

Portrait | Avec une certaine idée du cinéma de proximité, Paul-Marie Claret dirige Le Méliès avec passion du haut de ses 36 ans. Une mission qu'il mène depuis 2011, non sans difficulté, mais avec un dévouement qui inspire le respect. Portrait d'un homme entier dans tout ce qu'il entreprend.

Nicolas Bros | Mercredi 9 janvier 2019

Paul-Marie Claret / Cinéma Paradiso

C'est un homme passionné qui nous attend lorsque nous poussons la porte de la cave Demain les Vins, située comme par un heureux hasard juste en face des anciens locaux du cinéma Le Méliès. Paul-Marie Claret sait tout ce que cet emplacement représente dans l'histoire de l'institution cinématographique stéphanoise qu'il dirige depuis 2011. Le Méliès est en quelque sorte devenu "son fils", après avoir été celui de son prédécesseur Alain Cramier. C'est d'ailleurs dans le giron de ce dernier que Paul-Marie a pu faire ses gammes, lui qui, petit, aimait déjà squatter les salles obscures. Mais avant d'arriver au poste de direction du Méliès Jean Jaurès et de créer le Méliès Saint-François (successeur du mythique cinéma Le France, situé rue de la Valse), ce fondu de pelloches s'est cherché pendant quelques années avant de trouver sa voie. Né en 82, ce Stéphanois "pure laine" a tout d'abord tenté sa chance en fac de droit, après son bac un peu par dépit... « Au départ, je voulais devenir journaliste, précise Paul-Marie Claret. J'ai raté Sciences-Po à 50 places près. J'ai ensuite voulu faire une fac d'histoire mais je n'ai pas pu et j'ai donc suivi deux ans de droit à Saint-É

Continuer à lire

Longitudes et passions

Expo photos | L'exposition Longitudes qui débute aujourd'hui au Méliès Café, revêt un caractère particulier pour les équipes du Petit Bulletin. En effet, la trentaine de (...)

Nicolas Bros | Jeudi 13 décembre 2018

Longitudes et passions

L'exposition Longitudes qui débute aujourd'hui au Méliès Café, revêt un caractère particulier pour les équipes du Petit Bulletin. En effet, la trentaine de photographies en noir & blanc proposées dans le couloir et la salle principale du bar attenant au cinéma stéphanois, a été réalisée par Niko Rodamel, un de nos journalistes. Proposant sa vision du voyage, il nous entraîne de New York à Barcelone, en passant par Berlin, la Suède, le Cameroun et Saint-Étienne. « Je profite de cette exposition pour présenter trois extraits d'une série inédite, Mémoire, dans laquelle je mets en résonance des photographies réalisées dans divers endroits du globe et des images d'archives glanées au cours de mes recherches, détaille le photographe. Les diptyques racontent ainsi des histoires où le présent interroge le passé, entre fiction et réalité. Il est ici question d'identité et de territoire, d'ancrage et de déracinement. » Une occasion de découvrir l'excellent travail de ce passionné de jazz mais également de ses pérégrinations dans différentes cultures et contrées. Longitudes, expo photo de Niko Rodamel, au

Continuer à lire

Nouveaux écrans à Saint-Chamond

Cinéma | Depuis le 27 novembre, le nouveau cinéma Véo Grand Lumière, situé dans les anciens locaux de Novaciéries à Saint-Chamond, a ouvert ses portes au public avec pour (...)

Nicolas Bros | Mardi 4 décembre 2018

Nouveaux écrans à Saint-Chamond

Depuis le 27 novembre, le nouveau cinéma Véo Grand Lumière, situé dans les anciens locaux de Novaciéries à Saint-Chamond, a ouvert ses portes au public avec pour objectif d'atteindre les 200 000 entrées par an. Prenant la suite du Ciné Lumière, fermé quelques semaines auparavant, ce nouveau venu dans le circuit des salles obscures ligériennes compte 6 salles flambant neuves allant de 96 places pour la plus petite à 295 pour la plus spacieuse. Intégré dans le nouvel ensemble Hall in One, le nouveau complexe cinématographique couramiaud fait belle figure. Calqué sur l'établissement modèle du groupe Véo situé à Muret, en banlieue toulousaine, ce nouveau cinéma propose 170 séances par semaine et emploie 12 personnes. « Notre établissement ne sera pas un cinéma pop-corn. Il proposera une programmation ouverte au plus grand nombre », assure l'équipe du Véo Grand Lumière. L'installation proposera donc aussi bien des blockbusters que des films pour enfants ou de l'art et essai. Cinéma Véo Grand Lumière, Hall in One, rue Maurice Bonnevialle à Saint-Chamond

Continuer à lire

Clap de fin pour "Bowie Odyssée"

Expo Bowie | Samedi 13 octobre, à quelques heures de son baisser de rideau, l'exposition Bowie Odyssée présentée à la Cité du Design par le festival Rhino Jazz(s) (...)

Niko Rodamel | Lundi 15 octobre 2018

Clap de fin pour

Samedi 13 octobre, à quelques heures de son baisser de rideau, l'exposition Bowie Odyssée présentée à la Cité du Design par le festival Rhino Jazz(s) accueillait son 3000e visiteur. Une fréquentation qui dépasse toutes les espérances des instigateurs de l'opération, lesquels avaient ouvert au public les portes du bâtiment 234 neuf jours plus tôt, seulement. Les riches collections de Jean-Charles Gautier et Yves Gardes, les photographies de Mick Rock, un apport de la Discothèque et Documentation de Radio France ainsi que les rencontres et conférences pilotées par Eric Tandy (commissaire de l'exposition) ont remporté un vrai succès sous la houlette de l'équipe du Rhino, Ludovic Chazalon en tête, épaulé par Astrid Bailo de la société 17a7.

Continuer à lire

Tout Bowie

Exposition unique | L'exploration de la sphère Bowie se poursuit pour la deuxième année au Rhino Jazz(s) Festival. Outre deux créations mondiales au Fil et à l'Opéra, une exposition de plus de 600 pièces inédites autour du chanteur anglais est proposée dans les bâtiments H, derrière la Cité du design.

Nicolas Bros | Mardi 2 octobre 2018

Tout Bowie

Affiches, disques, pochettes, photos et tirages exclusifs... la liste des objets à l'effigie de David Bowie est longue, très longue dans l'exposition Bowie Odyssée. Encadrée par le journaliste Éric Tandy, cette présentation est une plongée extraordinaire dans l'univers du chanteur britannique par le biais de pièces rares, encore jamais montrées au public. Permise grâce aux prêts des collectionneurs Jean-Claude Gautier et Yves Gardes, cette exploration imaginée par les organisateurs du Rhino Jazz(s) pour illustrer la deuxième partie de leur Bowie's Project laisse rêveur. Retranscrire l'humanité du personnage Sur près de 2 500 m² s'étaleront 25 caissons avec plus de 600 pièces retraçant de manière chronologique l'évolution de la carrière du Thin White Duke, mais également 42 tirages originaux du photographe Mick Rock (en vente sur place), un juke-box et 120 pochettes inédites proposées par Radio France... « Le but de l'exposition est de retranscrire l'humanité du personnage et de recréer les atmosphères de ses albums, explique Éric Tandy. Nous avions assez de matière pour faire vivre chaque album de Bowie entre les arti

Continuer à lire

Très amicale

Du cinéma au quartier | Présenté comme un « aller-retour cinéphile autour de l’œuvre d’un réalisateur entre les quartiers stéphanois et le Méliès », le projet Amicalement Vôtre correspond à la (...)

Nicolas Bros | Mardi 2 octobre 2018

Très amicale

Présenté comme un « aller-retour cinéphile autour de l’œuvre d’un réalisateur entre les quartiers stéphanois et le Méliès », le projet Amicalement Vôtre correspond à la dernière innovation du cinéma stéphanois de Paul-Marie Claret. L'idée de l'établissement stéphanois est de rapprocher « physiquement et symboliquement » les quartiers du centre-ville en s'invitant avec un réalisateur dans les amicales laïques pour une séance ciné-débat en entrée libre. Le "match retour" est organisé au Méliès, avec un tout nouveau film en sortie nationale du réalisateur. Cette séance est proposée aux habitants du quartier qui sont, pour l'occasion transportés par une navette STAS spéciale. La prochaine session se déroule le vendredi 5 octobre avec le réalisateur Philippe Faucon autour de son nouveau film Amin. Signalons enfin que le cinéma vient d'obtenir une mention spéciale pour ce projet aux 73e Congrès de la Fédération nationale des cinémas français dans le cadre du Prix CNC de la salle innovante.

Continuer à lire

"Girl" : Lara au bal du diable

Camera d'Or | Le portrait plein de vie d’une adolescente née garçon luttant pour son identité sexuelle et pressée de devenir femme. Une impatience passionnée se fracassant contre la bêtise à visage de réalité, filmée avec tact et transcendée par l’interprétation de l’étonnant·e Victor Polster.

Vincent Raymond | Mardi 2 octobre 2018

Jeune ballerine de 15 ans, Lara se bat pour rester dans la prestigieuse école de danse où elle vient d’être admise, mais aussi pour accélérer sa transition de garçon en fille. La compréhension bienveillante de ses proches ne peut hélas en empêcher d’autres d’être blessants. Jusqu’au drame. Girl pose sur des sujets divers un regard neuf, lesquels sont loin de l’être : la danse comme école de souffrance et de vie (on se souvient de la claque Black Swan), la difficulté de mener une transition de genre (voir Transamerica), la vie d’un parent isolé élevant deux enfants. Des thèmes rebattus mais qui, par coagulation et surtout grâce à une approche déconcertante, c’est-à-dire bannissant les situations attendues, trouvent une perspective nouvelle. Ainsi, la question de l’acceptation par la famille du choix intime de la jeune Lara ne se pose même pas ; au contraire bénéficie-t-elle ici d’un accompagnement solide et complice. Quant aux professeurs de danse, ils n’ont rien des tyrans ordinaires martyrisant les petits rats. Bref, outre l’absence de la

Continuer à lire

Jean-Pierre Mocky à Saint-Étienne

Rencontre | Le réalisateur - mais aussi metteur en scène, interprète, scénariste, monteur, producteur et distributeur - Jean-Pierre Mocky sera à Saint-Étienne ce (...)

Nicolas Bros | Mercredi 19 septembre 2018

Jean-Pierre Mocky à Saint-Étienne

Le réalisateur - mais aussi metteur en scène, interprète, scénariste, monteur, producteur et distributeur - Jean-Pierre Mocky sera à Saint-Étienne ce week-end. Celui à qui nous devons des œuvres telles que Solo (1969), À mort l'arbitre (1984), Y a-t-il un Français dans la salle ? (1982) ou encore Bonsoir (1992), viendra au Gran Lux (site Mosser - quartier Bellevue) samedi 22 et dimanche 23 afin de présenter deux de ses films, L'Albatros (samedi 22 septembre à 22h00) et Votez pour moi (dimanche 23 septembre à 20h30), mais également La Loi de l'Albatros de Charles Schnaebele & Virgile Tyrode (samedi 22 septembre à 20h30) et L'ïle Nue de Kaneto Shindo( dimanche 23 septembre à 17h00). Il est également prévu une "conversation avec Jean-Pierre Mocky" samedi 22 septembre à 17h00. Un week-end avec Jean-Pierre Mocky, samedi 22 et dimanche 23 septembre au Gran Lux (site Mosser - Bellevue) Programmation complète disponible sur cette page

Continuer à lire

Face à Face dévoile son thème 2018

ECRANS | Le festival du film LGBT+ de Saint-Étienne, Face à Face vient de dévoiler le thème central de sa prochaine édition, la 14e, qui se déroulera du 19 au 25 novembre (...)

Nicolas Bros | Jeudi 6 septembre 2018

Face à Face dévoile son thème 2018

Le festival du film LGBT+ de Saint-Étienne, Face à Face vient de dévoiler le thème central de sa prochaine édition, la 14e, qui se déroulera du 19 au 25 novembre 2018. L'équipe d'organisation a décidé de mettre en avant le sujet de l'homoparentalité. Parmi les nouveautés annoncées pour cette année, la présence de deux ou trois événements Off. Les lieux du festival restent les deux cinémas Méliès (Jean Jaurès et Saint-François), la Cinémathèque, le Zoobar, le F2, La Maison Rouge ainsi que le New Dandy. 14e festival Face à Face, du 19 au 25 novembre 2018

Continuer à lire

Marc-Antoine Mathieu : « L'occasion de montrer que la BD n'est pas que du comics, du manga et du mainstream »

Fête du Livre 2018 | Marc-Antoine Mathieu est un créateur et un explorateur de formes qu’elles soient narratives ou plastiques. Auteur notamment de la série Julius Corentin Acquefacques, il sera présent pour la 33e Fête du Livre de Saint-Étienne en tant que parrain des Mots en Scène. Il présentera également son nouvel ouvrage Trois rêveries de manière inédite ainsi qu'une exposition très complète.

La rédaction | Vendredi 7 septembre 2018

Marc-Antoine Mathieu : « L'occasion de montrer que la BD n'est pas que du comics, du manga et du mainstream »

Vous avez déclaré que « votre dessin est au service de votre écriture ». Comment doit-on vous qualifier ? Bédéiste, graphiste, auteur... ? "Bédéiste" est un terme qui n'est pas faux puisqu'il y a dedans une certaine défense d'une certaine bande dessinée. Mais j'aime dire aussi que je fais de la "littérature graphique". Je me sens plus plasticien ou chercheur plutôt qu'uniquement auteur de bande dessinée. J'aime explorer de nouvelles formes, aller sur des chemins un peu différents. En gros, tout ce qui peut faire que je ne vais pas m'ennuyer. Lors de votre venue à la 33e Fête du livre de Saint-Étienne, quel ouvrage allez-vous présenter ? En novembre sortira en librairie un nouveau livre-objet, un coffret intitulé Trois Rêveries. Il inclura trois récits graphiques muets, en noir et blanc. Il se trouve que ces trois récit auront des formes différentes des livres classiques, en étant également non reliés : un leporello, un rouleau et des cartes/pages volantes. Trois récits distincts mais parlant tous trois de la condition humaine. Homo Faber traite de la réalisation de choses, le "faire". Homo Temporis, la n

Continuer à lire

L'Eden bientôt démoli

ACTUS | Selon nos confrères d'Activ Radio, l'ex-cinéma l'Eden, situé rue Blanqui, vient d'être vendu par sa propriétaire Sylvie Massu de la société dijonnaise (...)

Nicolas Bros | Vendredi 31 août 2018

L'Eden bientôt démoli

Selon nos confrères d'Activ Radio, l'ex-cinéma l'Eden, situé rue Blanqui, vient d'être vendu par sa propriétaire Sylvie Massu de la société dijonnaise ABC (possédant également L'Alhambra et Le Camion Rouge). Le bâtiment était en friche depuis 2003, année à laquelle les pellicules ont arrêté de défiler dans le lieu, qui ne répondait plus aux normes de sécurité en vigueur. L'Établissement public foncier de l’Ouest Rhône-Alpes (Epora) a racheté les murs durant l'été et la municipalité stéphanoise démolira le bâtiment en 2019, avant d'envisager un nouveau projet d'espace public, sur cet îlot de plus de 2 500 m² en plein centre-ville. Le coût prévisionnel de cette transformation s'élèverait à 3 millions d’euros.

Continuer à lire

Lee Chang-dong : « Je voulais raconter la colère qui se forme chez les jeunes d’aujourd’hui »

Burning | Invité à ouvrir la saison de la Cinémathèque française (qui lui consacre une rétrospective), le cinéaste coréen y a présenté l’avant-première post-cannoise de son nouveau film, "Burning", adapté de Murakami et Faulkner. Conversation privée avec l’auteur de "Peppermint Candy".

Vincent Raymond | Vendredi 31 août 2018

Lee Chang-dong : « Je voulais raconter la colère qui se forme chez les jeunes d’aujourd’hui »

Burning usant volontiers d’une forme métaphorique, comment interpréter votre choix de faire de votre héros Jongsu un écrivain ayant du mal à écrire, sachant que justement vous avez débuté comme écrivain ? L C-d : Effectivement, Jongsu représente un aspirant écrivain, et je voulais montrer un caractère inhérent de ces jeunes gens, au moment où ils se posent beaucoup de questions sur ce qu’ils doivent absolument écrire. J’ai été écrivain. Il y a même un moment où je voulais écrire un roman : après avoir démissionné de mes fonctions ministérielles. Mais autour de moi, les gens étaient furieux, et me disaient de recommencer à faire des films. Alors j’ai abandonné. À présent, je suis un vieux cinéaste (sourire), mais dans mon for intérieur, je pense ne pas avoir trop changé. À chaque fois, je me demande comme un débutant quel film réaliser ; comment dialoguer avec les spectateurs… Cela traduit mes limites et mes faiblesses.

Continuer à lire

Trois visages : Ceci n’est [toujours] pas un film — mais en fait, si

Le film de la semaine | Passé expert dans l’art de la prétérition et de la mise en abyme, le cinéaste Jafar Panahi brave l’interdiction qui lui est faite de réaliser des films en signant une œuvre tout entière marquée par la question de l’empêchement. Éblouissant Prix du scénario à Cannes.

Vincent Raymond | Mercredi 6 juin 2018

Trois visages : Ceci n’est [toujours] pas un film — mais en fait, si

Dans une vidéo filmée au portable, Marziyeh, une jeune villageoise se montre en train de se pendre parce que la comédienne Behnaz Jafari n’a pas répondu à ses appels à l’aide. Troublée, Behnaz se rend sur place accompagnée par le réalisateur Jafar Panahi. Mais Marziyeh a disparu… Avoir été mis à l’index par le régime iranien en 2010 semble avoir stimulé Jafar Panahi : malgré les brimades, condamnations et interdictions diverses d’exercer son métier comme de quitter son pays, le cinéaste n’a cessé de tourner des œuvres portées par un subtil esprit de résistance, où se ressent imperceptiblement la férule des autorités (le confinement porche de la réclusion pénitentiaire dans Taxi Téhéran ou Pardé), où s’expriment à mi-mots ses ukases et ses sentences — c’est encore ici le cas, lorsqu’un villageois candide demande benoîtement pourquoi Panahi ne peut pas aller à l’étranger. Auto-fiction Le cinéaste Panahi joue ici son propre rôle, tout en servant dans cette fiction de chauffeur et de témoin-confident à sa protagoniste.

Continuer à lire