« La galère des intermittents n'est pas encore terminée »

Dossier - Interview | Des contrats annulés, de l’incertitude, des vides juridiques, une précarité des statuts… Depuis le début de la crise, les travailleurs des métiers du spectacle ont vécu un ascenseur émotionnel et financier très fort… Qu’ils ont tenté de surmonter en se serrant les coudes. Rencontre avec Fred, Angeline et Bastien, trois membres du Collectif des Intermittents et Précaires de la Loire, pour un retour sur ces 18 mois de combat.

Cerise Rochet | Mardi 5 octobre 2021

Photo : ©Cerise Rochet


A l'heure de « la reprise », comment allez-vous ?

Fred et Bastien : On sent que les techniciens qui ont recommencé à travailler sont vraiment heureux, ça fait un bien fou de se retrouver, d'être ensemble, de sortir de l'isolement dans lequel on s'est retrouvé. Cela dit, la reprise ne sera effective que lorsque les gens reviendront au spectacle.

Angeline : On créé, on joue ou on monte des spectacles pour le partage avec le public. Sans cela, ça n'a pas de sens. Et puis, si je dois parler de mon cas, la reprise n'est pas encore là. Cela fait un an que je n'ai pas joué, et je ne rejouerai pas tout de suite, puisque de nombreuses dates ont été décalées à 2022, pour davantage de sécurité au cas où la situation se redégraderait cet automne. Pour ma part, je ressens donc encore beaucoup d'usure et de fatigue.

Malgré tout, ces derniers mois, les salles ont réouvert, les événements ont repris, et l'année blanche a été prolongée jusqu'en décembre. Est-ce que cela signifie que cette rentrée signe la fin de la crise pour les intermittents du spectacle ?

Là encore, la réponse n'est pas si simple : oui, la prolongation de l'année blanche a été un soulagement, et va permettre à de nombreux intermittents de voir le bout du tunnel. Malgré tout, il reste beaucoup d'incertitudes : les techniciens signent leurs contrats de travail 20 minutes avant de commencer à travailler, en arrivant sur site. Qui nous dit que nous serons rappelés pour les dates qui ont été repoussées ? Sans compter les cachets que nous n'avons pas faits, qui impacteront à la baisse le montant de nos revenus de remplacement de 2022, dans les périodes où nous ne travaillerons pas. Par ailleurs, on s'attend aussi à ce qu'après avoir été soutenues durant la crise, les conditions d'octroi du statut d'intermittent du spectacle soient rediscutées, voire, remises en cause.

La galère n'est donc pas encore terminée…

Non pas encore… Et puis aujourd'hui, on voit apparaitre un autre problème… Comme dans la restauration, les crewboss, (qui organisent les équipes de travail pour monter et démonter les sites de spectacle) ont du mal à trouver du monde : avec les reports, les saisons sont denses et il y a donc trop de spectacles pour le nombre de bras qualifiés disponibles, d'autant que de nombreux techniciens ont quitté le métier durant la crise.

Dans ces conditions, on suppose que votre mobilisation va se poursuivre ?

Bien sûr, a fortiori parce que les idées que nous défendons depuis le départ ne concernent pas que les intermittents du spectacle, mais plus généralement les intermittents de l'emploi. Ce sont les agents de sécurité, qui, dans les salles de spectacles, veillent à ce que tout se passe bien. Ce sont les femmes de ménage, qui les lendemains du spectacle, viennent nettoyer la salle à 4 heures du matin. Ce sont les restaurateurs qui installent leurs food-trucks à proximité des salles lors des événements culturels.

Ils n'ont pas le même statut que nous, alors qu'ils vivent la même chose : des périodes d'activité, suivies de période sans activité. Eux, vont être très durement touchés par la réforme de l'assurance chômage : nous allons donc continuer à militer au profit d'une intermittence généralisée, qui offre un vrai revenu de remplacement dans les périodes de creux, à tous ceux qui vivent l'emploi de cette manière-là.

Justement, le CIP42 s'est montré très vite très militant après sa création. Vos combats ont-t-il déjà commencé à payer ?

La première victoire, c'est d'avoir réussi à imposer l'expression « intermittent de l'emploi » dans la bouche de certains politiques, et donc, dans le débat public. Cela signifie que la prise de conscience est en marche. Par ailleurs, on s'est très vite rendu compte que l'année blanche telle qu'elle avait été instaurée comportait des failles juridiques assez folles, notamment en ce qui concernait l'assurance maladie. Nous avons pu faire remonter ces problématiques, nous avons démontré la vulnérabilité des situations, et certains cas que nous avons défendus ont pu faire jurisprudence.

Finalement, votre mobilisation renverse un peu la situation : alors qu'on a toujours perçu l'intermittence comme un statut « à part », vous souhaiteriez presque en faire une norme…

Oui, et bien au-delà des métiers du spectacle, d'ailleurs. Intermittent, ce n'est pas un métier, c'est aujourd'hui un statut, mais c'est surtout, et de plus en plus, une situation, pour de très nombreuses personnes. Le CDI et tout ce qui s'y rattache ne sont plus forcément la norme aujourd'hui, il faut donc trouver un moyen de sécuriser les revenus des personnes : en cela, le fonctionnement du régime de l'intermittence du spectacle peut être un bon moyen.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Soutien !

ACTUS | Empathie et impatience… Durant de longs mois, le public s’est globalement montré très concerné par la fermeture des lieux de culture, pressé de retrouver (...)

Cerise Rochet | Mardi 5 octobre 2021

Soutien !

Empathie et impatience… Durant de longs mois, le public s’est globalement montré très concerné par la fermeture des lieux de culture, pressé de retrouver l’obscurité des salles, ou simplement touché d’évoluer dans une société privée de ces espaces vitaux. Ô combien bienvenu, cet engagement citoyen s’est très rapidement mué en un profond réconfort pour tous les acteurs culturels dépossédés de leurs principaux moyens d’expression. Aujourd’hui, les semaines ont passé, les mornes fermetures semblent définitivement derrière nous, les organisations d’événements reprennent, les portes ont rouvert… Mais la culture ne « reprendra » véritablement que lorsque les publics les franchiront de nouveau. Tandis que les saisons n’ont sans doute jamais été aussi denses que celle qui démarre, que les propositions n’ont jamais été si diverses, que tous les goûts, toutes les humeurs et toutes les bourses ont devant eux des chaussures conçues spécialement pour leurs pieds… Soutenons !

Continuer à lire

Programmations : le casse-tête pour éviter le casse-pipe

dossier : embouteillage | Ce n'est un secret pour personne : le monde de la culture a subi de plein fouet la crise du Covid 19 dans une confusion générale des plus frustrantes. Pour un coup d’œil dans le rétroviseur sans quitter la route des yeux, revenons avec quelques professionnels du milieu sur l’imbroglio des programmations qui complique la donne.

Niko Rodamel | Mardi 5 octobre 2021

Programmations : le casse-tête pour éviter le casse-pipe

Programmateurs, producteurs, gérants de salles, collectivités locales, techniciens, artistes, tous ont vécu avec les mêmes sueurs froides les déprogrammations en cascades, les annulations et les reports, les vrais et les faux espoirs. Responsable du développement des publics à la Comédie de Saint-Étienne, Julien Devillers dresse le bilan. « Nous avons dû annuler 14 spectacles sur la saison passée, soit 57 représentations non jouées. Seulement 4 d’entre eux ont pu être reportés sur la saison 21/22. Lors de notre réouverture en juin dernier, 10 spectacles ont pu être joués, soit 32 représentations sauvées. 60% de notre public a fait don à La Comédie des places perdues, déclinant notre proposition de remboursement. C’est un geste très fort. » Au Centre Culturel de la Ricamarie, 10 spectacles ont été annulés sur les deux dernières saisons, dont 6 seront reprogrammés cette année. Cécile Moulin précise : « L'idée est de ne pas abandonner les créations de la saison dernière, tout en évitant d’impacter celles à venir. Pour cette nouvelle saison, nous avons augmenté le nombre de spectacles et le nombre de représentations, grâce notamment a

Continuer à lire

Sur la scène classique, continuer, autant que possible…

Dossier : classique | Tout au long de ces presque 18 mois, l'absence de public a impacté fortement la psychologie des chanteurs et instrumentistes du monde classique et (...)

Alain Koenig | Mardi 5 octobre 2021

Sur la scène classique, continuer, autant que possible…

Tout au long de ces presque 18 mois, l'absence de public a impacté fortement la psychologie des chanteurs et instrumentistes du monde classique et lyrique : ainsi ont-ils eu 1 an et demi pour se lancer dans l'introspection méditative, au point qu’une petite minorité d'entre eux a opéré de spectaculaires revirements vers les métiers de bouche, la mécanique, les transports ferroviaires... A Saint-Étienne néanmoins, les structures professionnelles comme l'Opéra ont continué, chaque fois que cela a été possible, à dérouler leur saison, malgré ce trop long silence... national. En cette rentrée scolaire, les saisons symphoniques et lyriques reprennent donc presque normalement, malgré l'inévitable sacrifice sur l'autel du Covid de quelques productions... Le SyLF, ensemble professionnel, effectue sa rentrée lui aussi, et entame une saison quasi normale. Du côté des grosses structures professionnelles, les dispositifs « antichoc » mis en place par Pôle emploi ont non seulement permis aux intermittents de ne pas avoir à recalculer les heures reconduisant leurs droits au plus fort de la crise, mais également à de nouveaux professionnels d'entrer dans l'intermittence. L'éligibilit

Continuer à lire

A la (re)conquête des publics

Dossier : analyse | Au centre des réflexions durant la crise sanitaire, la question de l’accessibilité de la culture pour les publics éloignés se fond aujourd’hui dans un enjeu encore plus large.

Cerise Rochet | Mardi 5 octobre 2021

A la (re)conquête des publics

C’était dans le courant de l’hiver, il y a bientôt un an. Lucides quant à la situation, sentant que l’été 2021 ne serait pas un été « comme avant », les organisateurs du Foreztival décidaient d’annuler leur événement plutôt que d’en proposer un au rabais… Et de le remplacer par une manifestation culturelle sans précédent, susceptible de fédérer tous types de publics, y compris ceux que l’on appelle parfois les « éloignés ». Cet été, la bande d’acharnés a donc élaboré 64 propositions culturelles, en 49 jours d’affilée, dans plus de 60 communes du territoire de l’agglomération Loire-Forez*… Le tout, en formule gratuite. « La base du projet, c’était de proposer des choses à des gens qui n’ont pas forcément accès facilement et régulièrement à la culture live, souligne Marion Berthet, l’une des organisatrices. A l’arrivée, on a touché plus de 10 000 spectateurs. Ça prouve que quand tu vas à la porte des gens, ils ne demandent qu’à participer. » La culture hors de ses murs Alors que, durant la longue pause qui les a coupés de leur public, de nombreux acteurs culturels ont pu prendre le temps de penser en profondeur la question de la culture pour

Continuer à lire

Que la fête continue (ou reprenne) !

Edito | C’est une rentrée presque normale. Les saisons culturelles sont présentées à tour de rôle, les concerts reprennent, les terrasses sont encore ouvertes… Certes, (...)

Nicolas Bros | Mardi 7 septembre 2021

Que la fête continue (ou reprenne) !

C’est une rentrée presque normale. Les saisons culturelles sont présentées à tour de rôle, les concerts reprennent, les terrasses sont encore ouvertes… Certes, il faut son pass sanitaire mais l’offre est bel(le) et bien là. L’éclaircie semble de mise – après un été bien pourri, c’est appréciable. Et elle doit avant tout nous rappeler combien il est plaisant de pouvoir profiter d’un ensemble de propositions aussi diverses et variées que celles que vous trouverez dans ce numéro 97, guide panoramique de votre saison culturelle. Un numéro qui marque également un changement dans les rangs du Petit Bulletin stéphanois, avec l’arrivée d’une nouvelle rédac’chef. C’est Cerise Rochet, que vous lisiez déjà dans nos colonnes, qui reprend le flambeau de ce beau mensuel. Bonne lecture, et bonne rentrée à tous !

Continuer à lire

Le Fil investit le Puits Couriot pour sa soirée de lancement

MUSIQUES | Les vacances sont finies, mais voici une date à bien marquer dans votre agenda tout neuf : le coup d’envoi de la nouvelle saison du Fil, ce jeudi à Saint-Etienne. Zoom sur l'un des derniers événements de l'été, ou, si l’on préfère, l’un des premiers de la rentrée.

Léa Dusson | Lundi 6 septembre 2021

Le Fil investit le Puits Couriot pour sa soirée de lancement

Ce jeudi, inutile de vous rendre sur le Boulevard Thiers puisque c’est un Hors-les-Murs, que vous propose la Scène de musiques actuelles stéphanoise. Direction le parc aux pieds du Musée de la Mine, à l’entrée de la ville, où le Fil s’associe en effet à la Guinguette de Couriot pour son premier événement de l’année. Au programme de cette soirée de fête : animations en plein air, concerts, buvette… Autrement dit, tous les ingrédients pour lancer cette saison 2021 / 2022, dont l’ambiance sera garantie par LISA, (Ligue d’improvisation Stéphanoise Amateur). La troupe proposera des animations décalées et familiales tout au long de cette soirée, tandis que celles et ceux qui voudraient pousser la chansonnette devront se rendre du côté de la Caravane Karaoké, toujours dans le parc. Là-bas, on trouvera un piano, qui accompagnera les meilleures reprises. La Belle Vie en ouverture Mais les vrais acteurs de cette soirée, ce sont eux : deux groupes de la région Auvergne-Rhône-Alpes, qui vont se succéder sur la scène installée aux pieds du chevalement. C’est La Belle Vie qui ouvrira le bal. Composé de Simon-Gaspard et Julie, l’ancien quintet stéphanois, deven

Continuer à lire

Le Tour du Forez jette l'éponge

ACTUS | C'est une immense déception. Alors que le festival Le Tour du Forez affichait il y a seulement quelques jours de très beaux résultats de fréquentation à (...)

Nicolas Bros | Jeudi 15 juillet 2021

Le Tour du Forez jette l'éponge

C'est une immense déception. Alors que le festival Le Tour du Forez affichait il y a seulement quelques jours de très beaux résultats de fréquentation à mi-parcours, le voilà contraint de stopper l'aventure. « Suite aux annonces d'Emmanuel Macron du lundi 12 juillet, nous sommes démunis, atterrés, épuisés, écœurés... explique par communiqué l'association FZL, organisatrice de l'événement. Ce lundi 12 juillet, on nous laisse 9 jours pour modifier toute la philosophie d'un projet que nous avons construit depuis 9 mois. On nous laisse 9 jours pour réussir l'impossible. Comment pouvons-nous imaginer qu'en 9 jours nous puissions réunir la force humaine, financière et logistique pour la mise en œuvre de ces conditions inadaptées et incohérentes... » L'équipe rappelle également que le festival est porté notamment grâce à un investissement en fonds propres de l'association à

Continuer à lire

5 400 spectateurs à mi-parcours pour Le Tour du Forez

SCENES | L'équipe du Foreztival est ravie et pour cause. L'association est en passe de réussir son pari : faire du Tour du Forez un événement réussi avec ses 87 dates (...)

Nicolas Bros | Jeudi 8 juillet 2021

5 400 spectateurs à mi-parcours pour Le Tour du Forez

L'équipe du Foreztival est ravie et pour cause. L'association est en passe de réussir son pari : faire du Tour du Forez un événement réussi avec ses 87 dates dans les 87 communes de Loire Forez Agglomération. Avec, à mi-parcours, 5 400 spectateurs accueillis sur 48 événements, la machine est bien engagée. Pour les retardataires, il reste encore des spectacles afin de participer à la fête, qui tiennent à le rappeller les membres de l'association FZL, « n'est pas seulement le projet de l'association mais celui de tout un territoire. » Le Tour du Forez, jusqu'au 8 août, dans les 87 communes de Loire Forez agglomération. Plus d'infos et programmation complète sur

Continuer à lire

La fédé de rando veut sensibiliser les marcheurs

Le tri n'a pas d'âge | Conseils, infos, sacs pour "éco-randonneurs", la FFRandonnée propose plusieurs rendez-vous pendant tout l'été à des points stratégiques de marche dans la Loire. (...)

Nicolas Bros | Vendredi 2 juillet 2021

La fédé de rando veut sensibiliser les marcheurs

Conseils, infos, sacs pour "éco-randonneurs", la FFRandonnée propose plusieurs rendez-vous pendant tout l'été à des points stratégiques de marche dans la Loire. « Depuis le confinement, un nouveau public s’est lancé dans la pratique de la randonnée, explique la fédé. Munis d'un stand et de bénévoles motivés, le comité départemental de la randonnée pédestre va sensibiliser ces nouveaux marcheurs aux bonnes pratiques de la randonnée pédestre. » Lors des neuf points organisés, les bénévoles remettront des sacs conçus à partir de matières recyclées, permettant aux marcheurs de ramasser les déchets qu'ils croiseront sur la route. Les rendez-vous : Dimanche 4 juillet : Château d'Essalois à Chambles en collaboration avec le magasin Picture de Saint-Etienne et à la Chartreuse de Sainte-Croix-en-Jarez Dimanche 11 juillet : Croix de Chaubouret au Bessat et Jasserie de Colleigne à Sauvain Mercredi 14 juillet : Fête de la Tour Matagrin à Violay Dimanche 18 juillet : Forêt de Lespinasse à Vivans et Réserve de Biterne à Arthun Samedi 24 juillet : Forêt de Salvaris à Saint-Étienne Dimanche 25

Continuer à lire

Sous le masque, un grand souBuire

Lieu | Ces dernières semaines, la structure l’hormoise a rouvert ses portes au grand public, et surtout, aux, scolaires… Non sans euphorie.

Cerise Rochet | Mercredi 23 juin 2021

Sous le masque, un grand souBuire

C’était le mercredi 19 mai, en début d’après-midi. Alors que dans les centres-villes, les terrasses commençaient à se remplir de leurs clients impatients, à l’Horme, dans les bureaux de l’Espace culturel La Buire, on poursuivait le travail consciencieusement. Ici, malgré la non présence du grand-public, l’activité ne s’était jamais vraiment arrêtée… Et le moral avait toujours été plutôt au beau fixe. « On n’a jamais flanché », soufflait alors Caroline Agher, responsable des affaires culturelles de la ville, dont on devinait facilement le sourire sous le masque. Forte d’un « climat politique permettant de travailler sereinement » - entendons par là, une augmentation du budget alloué par la municipalité à la culture -, la structure a ainsi accueilli, plus de six mois durant, des résidences de toutes sortes, y compris certaines choses… « Surprenantes », dont la responsable avait alors envie de se faire l’écho. « Des décors et des costumes » « Nous nous sommes ouverts à des esthétiques très différentes, poursuivait-elle. A La Buire, l’accueil en résidence n’est pas nécessairement conditionné par le fait de devoi

Continuer à lire

Le planétarium en version 4K

Vers l'infini et au-delà | Le Planétarium de Saint-Etienne vient de voir son matériel de projection entièrement revu à la hausse, parallèlement à la mise en place d'un contrat de location-maintenance entre la Ville de Saint-Etienne et RSA Cosmos, entreprise située à Sorbiers et spécialisée dans les technologies de projections pour planétariums.

Nicolas Bros | Mardi 22 juin 2021

Le planétarium en version 4K

Une image qui a gagné en luminosité, en colorimétrie et en résolution. Au Planétarium de Saint-Etienne, ce sont six nouveaux projecteurs laser 4K qui ont pris place derrière l'écran, rendant l'expérience visuelle beaucoup plus immersive - avec une qualité d'image estimée à 7 fois supérieure à avant. Après le dernier investissement dans la 3D qui datait de 2011, la Ville a décidé de donner un nouveau souffle à l'un des outils culturels scientifiques incontournables de Saint-Etienne. « Nous avons passé un contrat location-maintenance avec RSA Cosmos afin de bénéficier d'un matériel à jour et en bon état de fonctionnement, explique Marc Chassaubéné, adjoint à la culture de la municipalité stéphanoise. Le planétarium de Saint-Etienne va constituer un véritable showroom, un démonstrateur pour l'entreprise de Sorbiers. » Avec ce nouveau dispositif de projection, l'infrastructure stéphanoise élimine par la même occasion certaines contraintes techniques. Désormais, les consommables comme les lampes ont disparu et le matériel chauffe beaucoup moins. Ce nouveau matériel de projection a nécessité un investissement compris en 700 000 et 900 000 euros - sans compt

Continuer à lire

La fête du vélo

Biclous | Deuxième édition pour le Bike and Troc le 10 juillet, le rendez-vous vélo concocté par les équipes du Département de la Loire dans la station de Chalmazel. Au (...)

Nicolas Bros | Mercredi 9 juin 2021

La fête du vélo

Deuxième édition pour le Bike and Troc le 10 juillet, le rendez-vous vélo concocté par les équipes du Département de la Loire dans la station de Chalmazel. Au programme, plusieurs épreuves de deux roues allant du 18 km au 76 km en VTT, de l'Enduro ou encore un Bike and Climb. Pour clore la journée, un double concert est prévu avec le Clermontois The Doug mais aussi la venue du trio LEJ. Du côté des nouveautés, à noter que la grande bourse au vélo du Bike and Troc sera bien de la partie mais s'étendra au-delà de Chalmazel cette année avec trois dates en amont du samedi pour permettre aux vendeurs de maximiser leurs chances de vendred leur deux-roues : le 7 juillet place Jean-Jaurès à Saint-Étienne de 14h à 18h, le 8 juillet espaces Bords de Loire à Roanne de 14h à 18h et le 9 juillet à l'espace Guy Poirieux de Montbrison de 14h à 18h. Bike and Troc, samedi 10 juillet à Chalmazel Plus d'infos sur bikeandtrocfestival.fr

Continuer à lire

Navigation en vue

Drink on the water (le retour) | Les croisières oenologiques dans les Gorges de la Loire vont larguer à nouveau les amarres cet été. Le 28 août, le concept reprend vie avec une balade (...)

Nicolas Bros | Mercredi 9 juin 2021

Navigation en vue

Les croisières oenologiques dans les Gorges de la Loire vont larguer à nouveau les amarres cet été. Le 28 août, le concept reprend vie avec une balade d'1 heure 30 commentée, accompagnée d'une dégustation de vins fins sélectionnés et d'un menu composé de bouchées gourmandes. Un moment un peu à part au coeur de l'été et une proposition inédite permettant de découvrir la richesse d'un écosystème unique, celui des Gorges de la Loire, où s'entremêlent patrimoines naturel et humain. Drink On The Water, samedi 28 août de 19h à 23h / Départ de la base nautique de Saint-Victor-sur-Loire Réservations sur drinkonthewater.com

Continuer à lire

Sous un arbre

Festival lectures | Une pause au cœur de l’été, tranquille à l’ombre. Un moment de songe en pleine nature. Rendez-vous des âmes littéraires, les Lectures sous l’Arbre fêteront (...)

Cerise Rochet | Mercredi 9 juin 2021

Sous un arbre

Une pause au cœur de l’été, tranquille à l’ombre. Un moment de songe en pleine nature. Rendez-vous des âmes littéraires, les Lectures sous l’Arbre fêteront cette année leurs 30 ans, sur le plateau du Vivarais-Lignon. Au programme de cette édition : une mise à l’honneur de l’Italie, des éditions La Fosse aux Ours et du travail du photographe Hans Sylvester, mais aussi différents ateliers. Attention, nombre de places limité, il est conseillé de s’inscrire en amont de l’événement. Festival Lectures sous l'Arbre, du 15 au 21 août, au Chambon-sur-Lignon et alentours Plus d'infos sur www.lectures-sous-larbre.com

Continuer à lire

Du nouveau du côté d'Essalois

Château d'eaux | Découvrir de manière ludique et pédagogique les Gorges de la Loire et le barrage de Grangent. Voilà l'objectif poursuivi par le nouveau Centre d'interprétation (...)

Nicolas Bros | Mercredi 9 juin 2021

Du nouveau du côté d'Essalois

Découvrir de manière ludique et pédagogique les Gorges de la Loire et le barrage de Grangent. Voilà l'objectif poursuivi par le nouveau Centre d'interprétation qui a pris place au cœur du Château d'Essalois, situé à Chambles. Le Syndicat mixte d'aménagement des Gorges de la Loire (SMAGL), propriétaire du lieu, avait lancé en 2017 des travaux (avec un investissement total de 250 000 euros) qui auront duré 18 mois au total. Le résultat ? Tout d'abord, trois salles d'expos qui permettent d'en apprendre davantage sur le patrimoine, l'environnement et l'histoire du site d'Essalois, du barrage de Grangent mais aussi des Gorges de la Loire dans son ensemble. L'autre point majeur de ce site historique ligérien, ce sont ses points de vues. Depuis notamment le toit-terrasse de 160 m², permettant d'admirer aussi bien les méandres du fleuve ou encore la base nautique de Saint-Victor. Avec ces nouveaux aménagements s'intégrant de manière discrète dans ce site historique, le Château d'Essalois a pris un nouvel essor. À découvrir en famille depuis le début du mois de juin. - Grilles du château ouvertes tous les jours de 10h à 18h, - Centre d'interprétation ouvert merc

Continuer à lire

Une tranche de galaxie

Culture scientifique | Par le médiateur scientifique du Planétarium.

La rédaction | Mercredi 9 juin 2021

Une tranche de galaxie

NGC4565 est une galaxie connue sous le nom de galaxie de l'Aiguille en raison de son apparence effilée. Cette image a été prise avec le télescope de 3, 6m du CFHT (Canada France Hawaï Telescope) situé à 4 200m d'altitude au sommet du volcan Mauna Kea. Cette galaxie, située dans la constellation de la Chevelure de Bérénice, présente un noyau central bombé très lumineux et des bandes sombres de poussières qui obscurcissent son plan. Il s'agit cependant d'une galaxie spirale mais vue par la tranche. Située à 40 millions d'années-lumière, NGC 4565 s'étend sur 100 000 années-lumière de diamètre (dimension semblable à notre propre galaxie). On notera à l'arrière-plan la présence de très nombreuses autres galaxies de différents types.

Continuer à lire

Quand BWd12 prend tout Saint-Saëns

Festival musique de chambre | BWd12, le festival de la fin du mois d'août de Saint-Victor, revient mettre du baume au cœur cette année, avec toujours cet accent mis sur la (...)

Nicolas Bros | Mercredi 9 juin 2021

Quand BWd12 prend tout Saint-Saëns

BWd12, le festival de la fin du mois d'août de Saint-Victor, revient mettre du baume au cœur cette année, avec toujours cet accent mis sur la musique de chambre. Mais un accent en forme de trémas, ceux de Saint-Saëns plus particulièrement. Les œuvres du compositeur, dont on fête en 2021 le centenaire, seront particulièrement mises à l'honneur par les musiciens conviés par le violoncelliste Samuel Etienne, également directeur artistique du festival. Si l'on connaît tous le Carnaval des animaux ou encore la Danse Macabre de Saint-Saëns, on se pressera au Château de Saint-Victor pour (re)découvrir des pièces telles que la sonate opus 75 ou encore le quintette piano et cordes, opus 14. Parallèlement, deux autres créateurs auront les honneurs cette année, à savoir l'Argentin Astor Piazzolla (dont on fête également le centenaire, mais cette fois-ci de la naissance) et Gabriel Fauré. Bref, trois programmes définis et une autre avec des œuvres choisies par le public viendront sublimer les débuts de soirées de la fin août sur la terre des Croque-Cerises. Festival BWd12, du 27 au 29 août au Château de Saint-Victor-sur-Loire Plus d'infos sur

Continuer à lire

87 fois plutôt qu’une

Festival ambulant | Pas de Foreztival en 2021, mais une virée dans chaque commune de Loire Forez agglomération ! Ça s’appelle Le Tour du Forez et c’est un projet unique avec 87 propositions culturelles gratuites, initié par l’équipe du fameux festival d’été de Trelins. On vous explique.

Nicolas Bros | Mercredi 9 juin 2021

87 fois plutôt qu’une

Après avoir dû annuler le Foreztival en 2020, puis avoir pris les devants en annonçant dès décembre 2020 que l’édition 2021 n’aurait pas lieu, les organisateurs du plus gros festival ligérien ne resteront pas pour autant dans l’ombre cet été. Bien au contraire, puisqu’ils se sont lancés dans un pari un peu fou, à l’instar de ce qu’a pu être le projet initial du Foreztival transformé depuis en véritable réussite locale. Cette année, l’équipe a décidé d’aller animer les 87 communes que compte Loire Forez agglomération en organisant pas moins de 87 événements du 2 juin au 8 août. « Nous sommes très attachés à notre territoire, annonce Laure Pardon, directrice de l’association FZL, organisatrice du Foreztival. Nous avons donc réfléchi à un projet afin d’amener les habitants à mieux connaître les communes de Loire Forez. » Mettant en avant la culture sous toutes ses formes, ce projet intitulé Le Tour du Forez proposera des concerts, des spectacles, des apéro-mix, des expos, des ateliers artistiques mais aussi des expériences plus ins

Continuer à lire

Des clowns qui ne s’ennuient jamais

SCENES | À 18 ans tout juste, la compagnie Maintes et Une fois fait de son âge adulte un joyeux bazar, qui mêle les membres et les projets dans une bonne humeur instinctive.

Cerise Rochet | Lundi 10 mai 2021

Des clowns qui ne s’ennuient jamais

Ils aiment danser-chanter-jongler, sont des touches à tout que l’on ne saurait mettre dans une case, piochant ci, dans le théâtre, là, dans le théâtre d’objet, un peu plus loin, dans le genre clownesque. Partis tout petits, ces drôles d’oiseaux ont peu à peu ajouté des cordes à leurs arcs, au gré des envies, des propositions et des rencontres, jusqu’à former ce bien joli bazar organisé. Née en 2003 des mains de Gérald et Marlou, pour porter un spectacle de clowns, la compagnie Maintes et Une Fois compte ainsi aujourd’hui une dizaine de membres, plus ou moins réguliers, en fonction des projets, des besoins, des envies des uns et des autres. Spectacles, mais aussi ateliers, stages, projets culturels, ou même, événementiel et intervention en entreprise… On se demanderait presque comment la petite équipe fait pour s’y retrouver. « C’est vrai qu’on fait beaucoup de choses, qu’on mène souvent plusieurs projets à la fois. Mais ce qui nous caractérise vraiment, c’est que tout ce que l’on fait est très tourné vers le burlesque. On ne fait pas du théâtre avec un grand respect du texte. C’est toujours un peu en décalage », explique Marlou, tandis qu’à ses côtés

Continuer à lire

À la Talaudière, le centre culturel Le Sou mise sur l’an prochain

Lieu | Désabusé et lassé des multiples reports et annulations des spectacles programmés depuis un an, Gaël Gaborit, le responsable du Sou, préfère regarder devant lui. A 15 jours d’une réouverture, lui s’impatiente surtout de la saison prochaine, qui s’annonce riche et bien fournie.

Cerise Rochet | Mardi 4 mai 2021

À la Talaudière, le centre culturel Le Sou mise sur l’an prochain

Fin avril, à la Talaudière, un soir de pluie. Désespérément seul dans son bureau, Gaël Gaborit, responsable du centre culturel Le Sou, se languit… Et ce ne sont pas les annonces du président Macron, quelques heures auparavant, qui semblent le consoler. Oui, la réouverture des salles de spectacles semble se dessiner. Mais trop d’inconnues restent encore à éclaircir. Quid des jauges, et de la territorialisation ? La Loire sera-t-elle réellement en capacité d’accueillir prochainement du public, compte tenu de sa situation sanitaire ? « Non, je ne suis pas rassuré, d’autant qu’en plus, on a eu l’habitude des revirements de dernière minute, donc rien n’est encore fait ! », souffle-t-il avec lassitude. Malgré tout, pas mal de choses sont d’ores et déjà arrêtées concernant la programmation du Sou pour ces prochains mois. Le dernier spectacle de la saison, qui devait se tenir fin mai, a finalement été annulé. La salle accueillera une date du festival des 7 Collines, le dimanche 4 juillet à 18 heures. « En fait, la réouverture concernera essentiellement le cinéma, peut-être sur le vendredi soir, samedi et dimanche, ainsi que pendant les vacances scolaires. On sera

Continuer à lire

Emilie Fontaine : photosensible

Portrait | Originaire de Saône-et-Loire, la jeune photographe Emilie Fontaine vient d’ouvrir les portes d’un nouveau lieu dédié à l’image fixe, au cœur de l’hyper-centre stéphanois. Rencontre avec une femme passionnée qui fait fi d’un contexte morose en mal de bonnes nouvelles.

Niko Rodamel | Vendredi 26 mars 2021

Emilie Fontaine : photosensible

Après seulement une dizaine d’années de pratique professionnelle dans la ville de Mâcon, Emilie Fontaine vient de poser ses valises dans un tout nouveau studio sous les Arcades de l’Hôtel de ville. Le local a été habilement aménagé et décoré avec goût, laissant entrevoir les différentes cordes de la maîtresse des lieux. L’offre de services s’étend du portrait-studio au reportage de terrain, en passant par la communication visuelle pour les entreprises, également assortie d’ateliers proposés aux enfants, aux ados et aux adultes. Organisée en plusieurs espaces fonctionnels et peuplée de matériel photographique (des appareils, des éclairages, un agrandisseur …), la boutique est un bel endroit où l’on se sent à l’aise dès les premiers instants. Tout sourire, Emilie ne cache pas la joie que lui procure ce nouveau challenge. Car le parcours de la jeune femme est avant tout l’histoire d’une reconversion réussie. Aide-soignante au centre hospitalier de Mâcon pendant dix ans, Emilie a profité d’une mise en disponibilité pour reprendre des études, se former à la photographie et préparer son virage professionnel. « Mon travail en service de réanimation était à la fois riche et difficil

Continuer à lire

Saint-Etienne en short-list

Réouverture lieux culturels | Lors du point presse d'avant-conseil municipal de lundi dernier, le maire de Saint-Etienne Gaël Perdriau a confirmé l'information à IF Saint-Etienne : (...)

Nicolas Bros | Mercredi 24 mars 2021

Saint-Etienne en short-list

Lors du point presse d'avant-conseil municipal de lundi dernier, le maire de Saint-Etienne Gaël Perdriau a confirmé l'information à IF Saint-Etienne : Saint-Etienne a été sélectionnée parmi les trois villes désignées par la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, pour tester le protocole sanitaire de réouverture au public des lieux culturels. « Nous sommes prêts, a précisé Gaël Perdriau. Comme nous l’avons été pour avancer sur les tests puis la vaccination. » Pour le moment, les conditions et les dates de ces tests, ne sont pas connues.

Continuer à lire

Occupation du Fil : intermittents, précaires et élèves en lutte pour leurs droits

ACTUS | Alors que tous les regards se tournent aujourd’hui vers une réouverture des salles, les intermittents du spectacle et de l’emploi, rejoints par les élèves de la Comédie de Saint-Etienne, réclament d’abord des mesures de soutien pour sécuriser leurs droits et leurs revenus.

Cerise Rochet | Jeudi 18 mars 2021

Occupation du Fil : intermittents, précaires et élèves en lutte pour leurs droits

Cela fait maintenant un peu plus d’une semaine, qu’ils occupent le Fil de Saint-Etienne. Une manière pour eux de rejoindre le mouvement de revendications lancé par les intermittents du spectacle au théâtre de l’Odéon parisien, et de tenter de se faire entendre du gouvernement. Et, contrairement à ce que l’on pourrait croire en n’y jetant qu’un œil, les membres du CIP42 (collectif des intermittents.tes et précaires de la Loire) réclament moins la réouverture des salles que des mesures de soutien face à leur précarité, présente ou à venir : « On demande la prolongation de l’année blanche, ainsi que son extension aux intermittents de l’emploi : tous ceux qui travaillent dans le secteur de l’événementiel, de la restauration… En bref, tous ceux qui sont empêchés de travailler à cause des fermetures administratives. Parce que rouvrir sans sécuriser nos emplois et nos revenus reviendrait à exclure de nombreux intermittents, puisque la vie ne reprendra que progressivement, et, de fait, les contrats aussi. Par ailleurs, nous considérons que nous ne sommes pas épidémiologistes. Ce n’est pas à nous, de dire si oui ou non, les salles sont des lieux potentiels de clusters. Ce que nous vo

Continuer à lire

Pas de Biennale en 2021

Report | Longtemps espéré, le maintien de la Biennale internationale design de Saint-Etienne en 2021 ne sera pas. L'événement est reporté d'un an.

Nicolas Bros | Lundi 8 mars 2021

Pas de Biennale en 2021

Le crise sanitaire aura finalement eu raison de la Biennale du design. Nous avons longtemps espéré que cet événement culturel stéphanois majeur puisse se tenir cette année du 28 avril au 28 août. Marc Chassaubéné, président de la Cité du design et Thierry Mandon, directeur de la Cité du design, viennent de doucher ces minces espoirs. « Les incertitudes sanitaires persistantes, portant sur l’ouverture des équipements culturels et l’organisation d’événements réunissant des publics en présentiel, nous conduisent à reporter la Biennale Internationale Design Saint-Étienne d’un an » , indiquent-ils via un communiqué. Avant de donner les dates de report : « La Biennale Internationale Design Saint-Étienne 2022 se déroulera du mercredi 6 avril au dimanche 31 juillet 2022. » Une période qui selon les deux décideurs pourrait permettre de maximiser l'impact de l'événement sur le territoire et « lui assurer une forte fréquentation locale, régionale, nationale et internationale ». L'événement conservera sa

Continuer à lire

La culture se met en marche

ACTUS | Un an après le début des restrictions et fermetures liées à la crise sanitaire, les acteurs du secteur culturel se mobilisent une nouvelle fois en organisant des marches un peu partout en France. A Saint-Etienne, le départ sera donné jeudi 4 mars à 10h devant le Zénith.

Nicolas Bros | Mercredi 3 mars 2021

La culture se met en marche

Après s'être rassemblés le 17 décembre 2020, ils marcheront pour « ne pas se faire enterrer ». Les acteurs du secteur culturel "fêteront" l'anniversaire du début des restrictions liées à la Covid-19 par des marches intitulées "CULTURE EN DANGER " un peu de partout en France. Saint-Étienne ne dérogera pas à la règle et le départ d'un rassemblement s'effectuera demain jeudi 4 mars à 10h, sur le parvis du Zénith de Saint-Etienne. Le cortège passera devant La Comédie, le Fil, le Méliès et finira sa route devant la préfecture. Parallèlement, une tribune a été signée par de nombreuses structures telles que les syndicats et fédérations professionnelles du secteur. Elle est à découvrir sur ce site.

Continuer à lire

Une table ronde pour parler culture & création émergente

Evenement | L'association stéphanoise Phénomène, « laboratoire créatif qui promeut l'accompagnement et la diffusion de la création émergente dans la culture et les médias », (...)

Nicolas Bros | Mercredi 27 janvier 2021

Une table ronde pour parler culture & création émergente

L'association stéphanoise Phénomène, « laboratoire créatif qui promeut l'accompagnement et la diffusion de la création émergente dans la culture et les médias », organise une table ronde ce mercredi à 18h30. Cette dernière permettra à divers acteurs de débattre sur la place de la création émergente dans les politiques culturelles, leur avenir et l'impact de la crise que nous traversons. Cette rencontre réunira Baptiste Thévelin, fondateur de Maze, Médianes et Pays et ex-président d'Animafac, Pierre Triollier, festival du Film Jeune de Lyon, Fanny Chateau, du projet Pluri'elles au sein de l'association Neodémos,

Continuer à lire

Médiathèque Numérique de la Loire : gratuite, illimitée et à volonté !

ACTUS | Le Département de la Loire a ouvert à tous les Ligériens, gratuitement et sans condition, la Médiathèque Numérique de la Loire. La culture, c’est pour tous et maintenant. Pour se divertir, se cultiver, apprendre, s’informer, se détendre, comprendre, découvrir, se former, s’émerveiller, … Pour vivre mieux, ensemble !

Article Partenaire | Vendredi 18 décembre 2020

Médiathèque Numérique de la Loire : gratuite, illimitée et à volonté !

Parce que Le Département de la Loire s’engage pour un accès à tous, partout, à la culture et aux savoirs, la Médiathèque Numérique de la Loire ouvre ses ressources à tous ! Méditation, stretching, code de la route, soutien scolaire, vidéos (films et documentaires), découvrez une large gamme de titres de presse et de livres à consulter en ligne. Pour vous inscrire et profiter de l’ensemble des ressources numériques disponibles rendez-vous sur

Continuer à lire

La "culture a les boules" et le fait savoir dans la Loire

ACTUS | Par un communiqué intitulé L'appel des non-essentiels / Joyeux Noël, la Culture a les boules !, le réseau Loire en Scène* appelle à un rassemblement ce jeudi (...)

Nicolas Bros | Lundi 14 décembre 2020

La

Par un communiqué intitulé L'appel des non-essentiels / Joyeux Noël, la Culture a les boules !, le réseau Loire en Scène* appelle à un rassemblement ce jeudi 17 décembre à 17h au kiosque à musique de la place Jean-Jaurès. Les différentes structures questionnent : « en quoi le fait de consommer sans limite, dans des conditions sanitaires discutables, serait une liberté essentielle alors que le fait de s’émouvoir face à un écran ou un artiste sur une scène constituerait une irresponsabilité. Aujourd’hui le doute n’est plus permis, le pouvoir feint d’ignorer nos missions d’intérêt général. » Un rassemblement qui intervient quelques jours après l'annonce gouvernementale du maintien fermé des établissements accueillant du public, notamment les salles de spectacles et cinémas, alors que quasiment toutes avaient prévu une réouverture le 15 décembre. * Loire en Scène réunit : Caroline AGHER, responsable des affaires culturelles - Ville de L'Horme | Laurent AMBLARD, responsable de la saison intercommunale Sorbiers, Saint-Jean-Bonnefonds | François BECHAUD, conseiller artistique La Comédie de S

Continuer à lire

Le Foreztival 2021 annulé

Mauvaise nouvelle | Le festival ligérien ne se tiendra pas en 2021. Une décision annoncée aujourd'hui par l'équipe organisatrice du festival.

Nicolas Bros | Lundi 14 décembre 2020

Le Foreztival 2021 annulé

« Nous préférons ne pas organiser le Foreztival en 2021 et être présents les 10 prochaines années. » Le message est clair et limpide. Pour préserver l'existence du plus grand festival musical ligérien qui se déroule chaque été du côté de Trelins, dans le Forez, l'équipe organisatrice du Foreztival a tranché. « Nous aurions pu organiser le festival comme nous le faisons depuis plus de 15 ans en espérant un retour à la normale. Nous espérons tous que nous pourrons avoir un été festif et retrouver nos libertés, cependant nous ne pouvons pas parier l’avenir de notre association sur cette possibilité au vu du contexte actuel. » Rappelant que l'association FZL, derrière cet événement, compte 7 salariés, et s'appuie sur 50 bénévoles à l'année et plus de 600 pendant le week-end de tenue du festival, il semblait plus raisonnable de ne pas trop s'avancer pour l'édition 2021. « En tant que festival indépendant, autofinancé à 95% nous ne pouvons pas nous permettre de jouer l’avenir de notre structure sur un coup de poker. » L'équipe explique également avoir pensé « proposer un Foreztival adapté (jauge réduite, masques, restructuration du site pour le respect d

Continuer à lire

Laurent Deloire : « L’éducation peut faire bouger les lignes »

Entretien | Laurent Deloire est un caricaturiste ligérien, originaire de Saint-Chamond. Avec lui, nous sommes revenus sur son parcours, sur l'évolution de son métier, du dessin de presse et de la caricature, dans une société qui a bien changé au fil des années.

Nicolas Bros | Mardi 8 décembre 2020

Laurent Deloire : « L’éducation peut faire bouger les lignes »

Comment êtes-vous tombé dans le dessin ? Un peu comme la plupart de mes camarades. On tombe dedans insidieusement. J’étais plutôt l’élève du fond de la classe, près du radiateur, avec la fenêtre pas trop loin. Et puis, tu commences à crobarder parce que tu t’ennuies. Tu dessines les profs, les camarades et cela devient une espèce de fonction sociale, en tout cas à l’époque. En fait, nous étions des élèves qui restions quand même dans le coup. J’avais en quelque sorte la fonction de faire rigoler, pas tant par mon extraversion mais plutôt par mes dessins. Le fait d’avoir une utilité de ce point de vue-là, le regard des autres sur ce que tu fais, ça te fait prendre conscience que tu as quelque chose à transmettre avec ça. Sur quels supports avez-vous travaillé au début ? Mon premier dessin distribué "à grande échelle", c’était lors d'une campagne électorale à Saint-Chamond, pour un candidat un peu loufoque, Paul Privat. Il représentait les écologistes et il était parti en guerre contre le maire socialiste de l’époque, Jacques Badet. J’avais alors dessiné Jacques Badet détruisant avec une grosse masse une maison import

Continuer à lire

Mielleux et mélodieux

Coffret CD | Force tranquille connecté à la vraie vie, aux forêts du Meygal, et aux notes de sa guitare, l’artiste ponot Yvan Marc propose des coffrets sucrés pour les (...)

Cerise Rochet | Lundi 14 décembre 2020

Mielleux et mélodieux

Force tranquille connecté à la vraie vie, aux forêts du Meygal, et aux notes de sa guitare, l’artiste ponot Yvan Marc propose des coffrets sucrés pour les oreilles… Et les papilles. Grâce à la collaboration de deux artisans locaux, le chanteur a mis au point 5 paniers api-culturels, qui contiennent son dernier album, L’ancien Soleil, sorti en septembre, et des produits à base de miel. En pot, en bonbon, en sucette, en nougat… Pour écouter en dégustant. Dispo sur www.yvanmarc-officiel.com, rubrique « boutique »

Continuer à lire

La vie de château

Expo historique | La région stéphanoise a connu un véritable âge d’or au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. Avec l’essor des chemins de fer et l’ébullition dans les (...)

Nicolas Bros | Mercredi 21 octobre 2020

La vie de château

La région stéphanoise a connu un véritable âge d’or au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. Avec l’essor des chemins de fer et l’ébullition dans les domaines de la métallurgie, la rubanerie et l’armement, Saint-Étienne faisait figure de capitale industrielle française. Durant cette époque où l’économie prospère, plus de 200 châteaux sont construits par les industriels de la région entre 1850 et 1930. L’exposition Châteaux de l’Industrie propose de replonger dans ce patrimoine architectural et paysager unique jusqu’au 3 novembre. S’étalant sur trois lieux de présentation entre Sorbiers, Saint-Chamond et Rive-de-Gier, Châteaux de l’industrie permettent de resituer les édifices selon leurs caractéristiques : château d’usine (construit à proximité de l’unité de production), château de ville, maison de plaisance, domaine agricole ou château historique. Des visites guidées et des conférences sont aussi programmées. Exposition Châteaux de l’industrie jusqu’au 2 novembre, à Sorbiers Culture, 2 avenue Charles de Gaulle 42290 Sorbiers, à la Médiathèque de Rive-de-Gier, 10 Square Marcel Paul, 42800 Rive-de-Ger et au Château du Jarez, 11 Rue Beno

Continuer à lire

IF Saint-Étienne, le nouveau site d'infos ligérien

Média | Il a été lancé en avril dernier. Le nouveau portail d'informations de la Loire s'appelle IF Saint-Étienne. Un site qui traite d'actualité généraliste, de (...)

La rédaction | Lundi 28 septembre 2020

IF Saint-Étienne, le nouveau site d'infos ligérien

Il a été lancé en avril dernier. Le nouveau portail d'informations de la Loire s'appelle IF Saint-Étienne. Un site qui traite d'actualité généraliste, de politique, de sports, d'économie, de culture/loisirs, de tendances, de gastronomie, de vie juridique... sur l'ensemble de la Loire. La ligne éditoriale mêle actualité quotidienne et articles de type "magazine" avec du fonds et de belles mises en forme. Avec une équipe de journalistes dédiée, IF Saint-Étienne propose un regard sur l'actualité qui se veut dynamique et le plus original possible. La place faite à la photo est également importante avec des reportages "sur le vif" qui traitent de l'actualité sour un oeil différent. Des reportages vidéos sont aussi publiés pour proposer du contenu varié et enrichi. IF Saint-Etienne, c'est votre nouveau média à Saint-Etienne. Pour découvrir ce nouveau site d'informations, rendez-vous sur www.if-saint-etienne.fr

Continuer à lire

Marc Chassaubéné : « Les artistes ont une hauteur de point de vue dont nous avons tous besoin »

Politique | À la suite de la réélection en juin dernier de Gaël Perdriau à la mairie de Saint-Étienne puis à la présidence de Saint-Étienne Métropole, Marc Chassaubéné a été conforté en tant qu’adjoint à la culture de la Ville de Saint-Étienne et vice-président de Saint-Étienne Métropole en charge du design et du numérique. En cette rentrée, nous avons voulu en savoir davantage sur les orientations de la politique culturelle stéphanoise pour les mois et années à venir.

Nicolas Bros | Mercredi 9 septembre 2020

Marc Chassaubéné : « Les artistes ont une hauteur de point de vue dont nous avons tous besoin »

À la vue de la situation sanitaire actuelle, où en êtes-vous concernant les structures culturelles municipales et métropolitaines ? Si vous m'aviez posé la question hier [l’entretien a été réalisé le 3 septembre dernier, NDLR], je n’aurais pas été aussi positif. Mais ce matin, je le suis particulièrement car nous avons ouvert hier la billetterie pour les abonnés à l’Opéra et il y avait une file d’attente énorme, qui s’étirait jusqu’au parking. C’était incroyable et nous ne nous attendions pas à cela. On ressent une attente du public alors que jusqu’à présent nous étions inquiets sur ce point. Je ne crois pas que ce soit dû à l’annonce gouvernementale de la fin des distanciations, mais je vois plutôt un besoin de retrouver un lien avec la culture et le monde extérieur. Je crois qu’à force que tout le monde ait un point de vue sur le masque, une potentielle seconde vague, sur le monde d’après… les gens sont un peu fatigués de tout cela et sont par contre prêts à se confronter à des interrogations plus poussées, avec une certaine hauteur. Ce que peuvent porter les artistes. J’y crois beaucoup. Les artistes ont une réaction moins directe et brutale, avec u

Continuer à lire

Pop céleste au Plateau

Festival musiques actuelles | Le festival Oh Plateau a fait volte-face, et tant mieux. D'abord annulé pour cet été 2020, il se tiendra bel et bien les 25 et 26 juillet du côté de la (...)

Nicolas Bros | Mercredi 8 juillet 2020

Pop céleste au Plateau

Le festival Oh Plateau a fait volte-face, et tant mieux. D'abord annulé pour cet été 2020, il se tiendra bel et bien les 25 et 26 juillet du côté de la Commanderie et du Lac de Devesset à la limite entre Ardèche et Haute-Loire. Côté line up, toujours une jolie orientation pop actuelle avec trois formations à suivre. Les Stéphanois de La Belle Vie sont de la partie aux côtés des Lyonnais de Johnnie Carwash et des Marseillais de Tropicold. Bonnes vibes, balades champêtres et fraîcheur du son assurés. Oh Plateau 2020, samedi 25 et dimanche 26 juillet au Lac du Devesset (Ardèche)

Continuer à lire

La Loire change de braquet

Coup de pédale | Le premier festival Bike and Troc se tiendra à Chalmazel les 5 et 6 septembre. Un nouvel événement mêlant une bourse aux vélos, un marché d'exposants et différentes épreuves de cyclisme. [edit : en raison des restrictions concernant les événements actuellement, le Bike'n'Troc ne se déroulera que samedi 5 septembre et non sur le week-end entier]

Nicolas Bros | Mercredi 8 juillet 2020

La Loire change de braquet

Il n'y a pas le Tour de France à Sainté cette année ? Qu'à cela ne tienne. Les deux roues ne seront pourtant pas en reste début septembre. Pour preuve, le Département de la Loire, la Fédération française de cyclisme de la Loire et RP Events se sont associés afin de mettre sur pied un nouveau gros événement autour du cycle. Ca s'appelle Bike and troc et ça se passe du côté de Chalmazel. « L'objectif est de franchir une nouvelle étape dans la programmation d'événements Sport Nature déjà bien connus et reconnus de tous », explique Georges Ziegler, président du Département de la Loire. « Durant deux jours, cyclistes amateurs et confirmés pourront se côtoyer autour de leur passion commune. » Une passion qui sera abreuvée grâce à une programmation bien chargée. Courses et bourse Avec pour parrains la pentathlonienne Élodie Clouvel et le champion de cross triathlon Arthur Forissier, le 1er Bike and troc verra d'autres athlètes se départager les médailles pour des épreuves ouvertes à tous : une TransLoire VTT, des randos VTT, de l'endurance VTT (jusqu'à 24 heures...), la montée du Col du Béal sur 10 kilomètres de route fermée ou encore la Gravel o

Continuer à lire

Un collectif pour les établissements de loisirs

Initiative | Mes Loisirs 42 est un tout nouveau collectif visant à « permettre aux Ligériens de profiter d'un maximum d'activités à prix réduits ». Piloté par les structures (...)

Nicolas Bros | Mercredi 8 juillet 2020

Un collectif pour les établissements de loisirs

Mes Loisirs 42 est un tout nouveau collectif visant à « permettre aux Ligériens de profiter d'un maximum d'activités à prix réduits ». Piloté par les structures LighLab.io et Où Sortir ? Sainté, ce groupement est composé de 17 établissements (Yellow Jump, 1909 Escape Game, Clash de Hâches, Acrobois, L'Azyle escape game, Doudoo Park, Numéro 8, Games 42, Forez Aventures, S-cape Game, Peaky Gamers, Blocabrac, Laser Game Evolution, Ingenious Escape Game, L'île aux délires, Platinium Bowling et La grange aux abeilles). Première mesure prise par le collectif : la mise ne place de 50 000 chéquiers promotionnels contenant des coupons de réduction dans chacun des établissements. Plus d'infos que la page Facebook MesLoisirs42

Continuer à lire

La Ric' invite à laisser ses lumières allumées

Revue de saison 20/21 | « Cette crise conforte d'autant plus les choix de programmation qui sont les nôtres. Il y a urgence à se poser des questions, à remettre en cause les (...)

Nicolas Bros | Jeudi 11 juin 2020

La Ric' invite à laisser ses lumières allumées

« Cette crise conforte d'autant plus les choix de programmation qui sont les nôtres. Il y a urgence à se poser des questions, à remettre en cause les certitudes, à interroger nos modes de vie, à remettre l'humain au centre de nos valeurs. Il y a urgence aussi à se retrouver pour rire, s'émouvoir, débattre, partager. C'est bien là le sens de notre action. » Voilà sur quelles idées fondatrices l'équipe du Centre Culturel de La Ricamarie a pensé sa saison 2020/2021, pendant laquelle Jean-François Ruiz, son directeur, nous invite à « laisser nos lumières allumées ». Une saison - comme toutes celles qui nous sont présentées - qui pourra être « susceptible d'évoluer en fonction des décisions gouvernementales » liée à la Covid-19... Forcément. Une saison où le théâtre prendra une belle part. Tout d'abord avec les artistes en résidence. Si le metteur en scène stéphanois Grégory Bonnefont poursuit ses interventions avec sa compagnie De l'âme à la vague, il est rejoint cette saison par Laurent Fréchuret, metteur en scène du Théâtre de l'Incendie. Ce dernier débute une résidence de trois ans pendant laquelle il présentera ses créations et entamera un projet avec un établissement s

Continuer à lire

Et après ?

Témoignages | Nous avons demandé à quelques responsables de lieux culturels où ils en étaient et comment ils envisageaient la suite des événements... Propos recueillis par Cerise Rochet et Nicolas Bros

La rédaction | Mardi 9 juin 2020

Et après ?

Flou complet au Zénith « Très honnêtement, nous n'avons pas une grosse visibilité sur l'automne » Sylvie Liogier, directrice du Zénith Saint-Étienne ne cache pas ses inquiétudes... « Nous sommes fermés jusqu'à fin août, avec des reports de spectacles sur la fin de l'année et sur 2021. Si on peut jouer dans des conditions "normales", c'est-à-dire avec du gel hydroalcoolique, un choix laissé aux spectateurs de porter ou non le masque et sans distanciation, ça reprendra normalement. Si la règle des 4 m² est encore là, ce n'est pas jouable ! Si nous ne pouvons faire rentrer que 1 500 personnes au Zénith, ce n'est pas rentable et pas confortable pour le public qui, lui, vient pour se détendre. » Pour la plus grande salle du département, l'impact économique est très important. « C'est catastrophique. Si on ne pouvait pas jouer jusqu'à janvier 2021, ce serait un impact de plus d'un million d'euros... confie la dirigeante. Je ne connais pas de société qui peuvent tenir avec deux mois de recettes et 10 mois sans recette. On sait qu'il y a des périodes plus calmes que d'autres mais là, ce n'est pas tenable ni pour nous, ni pour l

Continuer à lire

6 mai : Emmanuel Macron espère « un été apprenant et culturel »

État | Pas d’allocution classique, mais, depuis l’Elysée, une visioconférence avec plusieurs acteurs de la culture : le chef de l’État a ébauché mercredi quelques réponses à la situation de crise que traverse actuellement le secteur. Il a aussi émis des idées pour la suite. Des annonces dont nous avons parlé avec des acteurs culturels.

La rédaction | Vendredi 8 mai 2020

6 mai : Emmanuel Macron espère « un été apprenant et culturel »

L’idée d’une refondation et d’un pacte culturel « Moi aussi, j’attends beaucoup du monde culturel ». Emmanuel Macron l’a expliqué à la fin de l’échange avec les acteurs culturels : il compte notamment sur la participation des artistes aux activités périscolaires et se dit prêt à ce que l’État les rémunère. « Nous avons des écoles que l’on va rouvrir progressivement et devoir organiser complètement différemment. Maintenant et partout en France. Ce moment, jusqu’à juillet, est essentiel ». Le chef de l’État imagine ensuite « un été apprenant et culturel » et dit ainsi penser « aux millions de jeunes qui ne pourront pas partir loin en vacances : on ne pourra pas faire de festivals, mais rien n’interdit d’inventer autre chose, dans des formes plus petites : c’est une opportunité extraordinaire de chantiers de création ». Le président de la République dit aussi vouloir lancer « un grand programme de commandes publiques », auquel les milieux artistiques seraient associés, en faveur des jeunes créateurs (de moins de 30 ans) « à la sortie de l’école ou du conservatoire ». Enfin, à la rentrée, Emmanuel Macron parle d’inven

Continuer à lire

28 avril : les nouvelles annonces d’Édouard Philippe

Déconfinement | Dans un discours à l’Assemblée nationale, le Premier ministre a détaillé le plan de déconfinement envisagé par le gouvernement à partir du 11 mai prochain. Il a fait quelques annonces importantes pour le secteur culturel.

La rédaction | Mardi 28 avril 2020

28 avril : les nouvelles annonces d’Édouard Philippe

La situation générale Devant la représentation nationale, le chef du gouvernement a visiblement pesé ses mots. Son discours a duré une heure et s’est d’abord appuyé sur le contexte général actuel : « Depuis le 17 mars dernier, notre pays vit confiné (…). Jamais il ne l'avait été comme il l’est aujourd’hui, et, de toute évidence, il ne peut l’être durablement ». La date du lundi 11 mai, annoncée par Emmanuel Macron comme celle du début du déconfinement progressif, reste pleinement d’actualité. Des objectifs sanitaires importants y sont étroitement associés. Les explications du Premier ministre maintiennent une part d’incertitude sur ce point précis : le déconfinement prévu pourrait en pas avoir lieu « si les indicateurs ne sont pas au rendez-vous » ou, s’il est effectif, être mis en œuvre « plus strictement ». En complément des moyens sanitaires publics disponibles, Édouard Philippe parle de « discipline » et entend inciter « à lutter contre les signes de relâchement que nous sentons monter dans le pays ». Et d’ajouter : « Le risque d’une seconde vague, qui ruinerait les efforts et sacrifices con

Continuer à lire

13 avril : ce qu'a dit Emmanuel Macron pour la culture

ACTUS | Un peu après 20h, le président de la République a annoncé que le confinement généralisé serait prolongé de quatre semaines, jusqu’au lundi 11 mai. Il a notamment fait quelques annonces importantes pour les acteurs du secteur culturel.

La rédaction | Mardi 14 avril 2020

13 avril : ce qu'a dit Emmanuel Macron pour la culture

État des lieux sanitaire et contexte général Le confinement « le plus strict » est prolongé jusqu’au 11 mai. En clair : les règles édictées jusqu’alors ne devraient donc pas être renforcées, mais pas non plus allégées. Du point de vue sanitaire, « l’espoir renaît », estime Emmanuel Macron. Le chef de l’État a toutefois indiqué que la tenue du nouveau délai « ne sera possible que si nous continuons d’être civiques, responsables, de respecter les règles, et que si la propagation du virus a effectivement continué à ralentir ». Le chef de l’Etat a en outre demandé « aux personnes les plus vulnérables, aux personnes âgées, en condition de handicap sévère ou atteintes de maladies chroniques, de rester confinées, même après le 11 mai, tout au moins dans un premier temps ». Il a assuré que des masques « grand public » seraient disponibles pour tous les Français à partir du 11 mai. Emmanuel Macron a aussi parlé des tests de dépistage : ils seront « d’abord pratiqués sur nos aînés, nos soignants et les plus fragiles ». Le président de la République a assuré qu’après le 11 mai, « nous serons en capacité de

Continuer à lire

Gio Garcia : « Notre activité ne reprendra pas directement après le confinement »

Point de vue | Les métiers du spectacle vivant et du cinéma/audiovisuel ont fait partie des premiers secteurs d’activité impactés par l’arrivée de l’épidémie de Covid-19. Intermittents ou pas, de nombreux techniciens ont vu leur activité réduite à néant. On en a discuté avec Gio Garcia, directeur technique et régisseur général pour de nombreux événements de la région stéphanoise.

Nicolas Bros | Jeudi 2 avril 2020

Gio Garcia : « Notre activité ne reprendra pas directement après le confinement »

Qu’est-ce qu’un intermittent ? L’intermittence est un statut et non pas un métier. Il a été créé en 1936 dans le secteur du cinéma puis formalisé par Pôle emploi dans les années 60. Il est adapté au fait que nous avons tous de multiples employeurs et aux particularités de nos métiers. Ces derniers sont très variés, allant du technicien son aux administrateurs de production, cadreurs en audio-visuel ou encore régisseurs lumière, la liste est longue. L’intermittence est un régime spécial d’indemnisation chômage pour les périodes où nous ne travaillons pas. Il faut justifier sur 12 mois de 507 heures de travail rémunéré. J’insiste sur le mot “rémunéré” car de nombreuses heures de travail ne sont pas comptabilisées dans ce chiffre. Par exemple, dans mon cas personnel, pour un concert, je ne suis payé que pour le jour du concert alors que je travaille en amont à sa préparation. On dit souvent que pour une heure de travail rémunéré, il y en a trois ou quatre de travail effectif. Quel impact a le confinement sur les professions du spectacle ? Cela a ravagé notre activité. Cela a été progressif avec tout

Continuer à lire

Marc Chassaubéné : « Les villes ont un rôle de premier plan à jouer »

Point de vue | Quels rôles jouent les institutions durant la crise et comment pourront-elles aider les structures culturelles après ? Marc Chassaubéné, adjoint à la culture à la Ville de Saint-Étienne et vice-président de Saint-Étienne Métropole* en charge du design et du numérique, nous donne des éléments de réponses.

Nicolas Bros | Jeudi 2 avril 2020

Marc Chassaubéné : « Les villes ont un rôle de premier plan à jouer »

Comment maintenez-vous, à la Ville de Saint-Étienne et à Saint-Étienne Métropole, une activitésur le volet culturel ? Il y a plusieurs choses. Tout d’abord, nous essayons de maintenir un lien avec le public grâce à la présence en ligne de nos services, de la manière la plus réactive possible. Par exemple, la cinémathèque a ouvert ses fonds sur Internet, les médiathèques ont réagi en augmentant la disponibilité des ouvrages numériques… Malheu­reusement en matière de spectacle vivant, les possibilités sont bien plus limitées. Mais l’ensemble de nos services est mobilisé et disponible au téléphone pour répondre aux inquiétudes des compagnies, des groupes, des artistes, du public, qui sont très nombreuses… Ces interrogations touchent les programmations de nos événements mais également les salles du territoire ou des événements indépendants. Les services de la Direction des affaires culturelles répondent donc à toutes ces questions. Bien évidemment, des interrogations demeurent à propos des événements prévus en début d’été. Mais ces doutes sont présents chez tout le monde et nous essayons de répondre au jour le jour, selon les informatio

Continuer à lire

Le ministère de la Culture ouvre une plateforme qui regroupe ses contenus gratuits

Confinement Covid-19 | Pour que le temps passe plus vite dans cette période de confinement, ministère de la Culture ouvre une plateforme avec de nombreux contenus disponibles. L'initiative s'appelle #Culturecheznous.

Nicolas Bros | Mercredi 18 mars 2020

Le ministère de la Culture ouvre une plateforme qui regroupe ses contenus gratuits

« Une seule règle, un seul message : restez chez vous ! » C'est le mot d'ordre pour toutes et tous et c'est ce que rappelle le ministère de la Culture via communiqué. Mais pour faire face à l'ennui ou à l'isolement, de nombreuses initiatives se mettent en place et ce ministère n'est pas en reste. La preuve avec l'initiative #Culturecheznous, une plateforme initiée par Franck Riester et ses équipes, qui recensera « toutes les offres culturelles numériques gratuites. » Au programme, visites virtuelles de musées et d'expos, podcasts, concerts en ligne, jeux, contenus éducatifs pour les enfants... Le site est d'ores et déjà en ligne à cette adresse : https://www.culture.gouv.fr/Culturecheznous

Continuer à lire

Que faire pendant le confinement ? Nos idées du 17 mars

Confinement Covid19 / Idées culture | Que faire pendant le confinement ? Chaque jour, nous essaierons, dans la mesure du possible, de vous fournir quelques idées pour vous divertir, apprendre ou partager de bons moments dans cette période compliquée.

Nicolas Bros | Mardi 17 mars 2020

Que faire pendant le confinement ? Nos idées du 17 mars

Vous retrouverez également sur notre page Facebook du contenu complémentaire. N'hésitez pas également à nous donner vos conseils culture sur cette même page Facebook : Le Petit Bulletin Saint-Étienne. Des films à profusion et pas seulement... Il existe de nombreuses plateformes payantes pour "streamer" de nombreux films ou séries ou encore lire romans, BD... Mais revenons un instant sur Open Culture, un site gratuit qui porte très bien son nom propose 1 150 films mis à disposition gratuitement. Une aubaine en cette période de restriction de déplacement et de confinement à la maison. Des longs, des courts, des films cultes, des moins vus, dessins animés, classiques... de nombreux choix sont disponibles sur cette plateforme "éducative" qui convient aussi bien aux cinéphiles qu'à celles et ceux qui souhaitent découvrir des images nouvelles. Educative, car ce site n'est pas seulement une énorme base de données de films car elle propose également des MOOC ou cours en ligne, des livres, des audio-livres...

Continuer à lire

La Rotonde, 20 ans de curiosités

Culture scientifique | Saint-Étienne possède une force en matière de sciences, tant dans la recherche que dans la transmission. Université, grandes écoles mais aussi lieux de diffusion ouverts à tous comme son Planétarium. De l’autre côté, du Cours Fauriel, la Rotonde de l’École des Mines travaille depuis 20 ans dans ce sens avec expos, ateliers, rencontres… Une aventure qui va également se poursuivre avec l’ouverture d’Explora en septembre prochain. Décryptage.

Nicolas Bros | Mercredi 4 mars 2020

La Rotonde, 20 ans de curiosités

Si la « soucoupe » (surnom du bâtiment qui abrite La Rotonde) est un édifice circulaire, emblématique du Cours Fauriel, c'est aussi un lieu qui empêche les Stéphanois de tourner en rond depuis maintenant 20 ans. « Laboratoire d'idées et d'expérimentations », le CCSTI (cf. bas de page) La Rotonde de l'École des Mines de Saint-Étienne a accueilli depuis 1999 de nombreux curieux en culottes courtes ou possédant des cheveux un peu plus salés... Une belle aventure que cet établissement et son équipe de 10 personnes poursuivent vaillamment, avec une mission simple : permettre à toutes et tous de venir découvrir, expérimenter, s'émerveiller, donner du sens à tout ce qui nous entoure. Tout en s'appuyant sur des savoirs et travaux scientifiques reconnus et vérifiés. Ici, on éloigne les fake news et on combat les a priori. Une mission d'utilité et de salubrité publiques en quelque sorte. Un grand bol de curiosité Si La Rotonde accueille chaque année de plus en plus de monde (43 000 visiteurs en 2019), c'est surtout grâce à la qualité de sa programmation. Climat, archéologie, rire, supraconductivité, intelligence artificielle...

Continuer à lire

Nouvelle garde

Jazz | On le sait bien, depuis un certain nombre d'années Saint-Étienne abrite un riche vivier d'excellents jazzmen qui, pour beaucoup, ont fait le pari d'une (...)

Niko Rodamel | Mercredi 4 mars 2020

Nouvelle garde

On le sait bien, depuis un certain nombre d'années Saint-Étienne abrite un riche vivier d'excellents jazzmen qui, pour beaucoup, ont fait le pari d'une double formation entre le conservatoire à rayonnement régional Massenet et la fac de musicologie à l'Université Jean Monnet. Cette foisonnante pépinière a vu pousser de brillants musiciens devenus professionnels et voit naître, aujourd'hui encore, de nombreuses formations au sein desquelles le métissage musical assumé envoie valdinguer toutes les frontières entre jazz, afrobeat, funk, soul, jusqu'à l'electro ou le rock. Clin d'oeil au passé industriel stéphanois, le bien nommé Armevil Experiment est de ces tout récents groupes fondés par la nouvelle garde. On retrouve ici quelques transfuges du Grenett's 4tet, des Semelles Funky, de Factory Acts 4tape, du Gin Tonic Orchestra, ou encore des feus Dizzy Sticks. Clément Ceni (guitare), Thomas Bell (claviers), Léo Aoun (basse) et Léo Puccio (batterie) électrisent avec inventivité un jazz-groove-funk plutôt inspiré. Armevil Experiment, vendredi 13 mars à 20h30, Château de Saint-Victor-sur-Loire

Continuer à lire

Magnifique nébuleuse australe

Culture scientifique | Le ciel de l'hémisphère sud abrite quelques astres remarquables, à l'image de la nébuleuse de la Carène (aussi cataloguée NGC 3372). Bien que distante d'environ (...)

La rédaction | Mercredi 4 mars 2020

Magnifique nébuleuse australe

Le ciel de l'hémisphère sud abrite quelques astres remarquables, à l'image de la nébuleuse de la Carène (aussi cataloguée NGC 3372). Bien que distante d'environ 8000 années-lumière, elle est facilement visible à l'œil nu telle une tache blanchâtre (par un observateur situé sous le tropique du Cancer) avec un diamètre apparent de 4 pleines lunes. Tout comme la célèbre nébuleuse d'Orion visible sous nos latitudes, NGC 3372 est l'une des plus vastes zones de formation d'étoiles. On distingue, à la fois, des régions riches en hydrogène ionisé, richement colorées et des nuages de poussières cosmiques sombres. Laurent ASSELIN, médiateur scientifique au planétarium de la ville de Saint-Étienne

Continuer à lire

« De la radio en 3D »

Théâtre | Éteignez votre poste de radio et venez plutôt vivre la "Radio live" avec la journaliste de France Culture Caroline Gillet et ses quatre jeunes invités qui vous conteront leur histoire au micro. Un projet unique de radio sur scène, un prolongement de documentaire sonore comme vous n'en avez sûrement jamais encore vu. On vous en dit davantage.

Nicolas Bros | Mercredi 19 février 2020

« De la radio en 3D »

Créé en 2013 à Marseille, le projet Radio Live est une invention de deux journalistes du groupe Radio France, Aurélie Charon et Caroline Gillet. Après avoir été envoyées en Algérie pour réaliser une série de reportages sur la jeunesse, elles se sont vite rendues compte de tenir là un sujet qui mériterait encore davantage de mise en avant. « Nous avons rencontré de nombreux jeunes de 20 à 30 ans qui avaient la même volonté de changer les choses, explique Caroline Gillet. Nous avons eu envie d’aller plus loin que les reportages radio en transposant ce travail sur la scène avec des interventions en direct des jeunes. » Très vite, elles sont rejointes par l’illustratrice Amélie Bonnin qui sera chargée d’ « habiller » le tout avec des images, des montages vidéos reprenant des archives fournies par ces jeunes, leurs clips musicaux préférés… « Nous faisons en quelque sorte de la radio en 3D » assure Caroline. Les deux journalistes poursuivent parallèlement leurs pérégrinations dans d’autres pays d’Afrique ou d’Asie pour d’autres reportages et rencontrent au fil des années de nombreuses personnalités attachantes et parmi celles-ci des jeunes qui p

Continuer à lire