Comme par magie

SCENES | La magie mentale a l’honneur des deux festivals ligériens par une seule et même compagnie de cirque finlandaise. De l’Estival de la Bâtie avec « Une séance peu ordinaire » aux 7 Collines avec « Intimus Stimulus », le Circo Aereo créera l’illusion. Florence Barnola

Florence Barnola | Mardi 30 juin 2015

Photo : DR


Où classer la prestidigitation ? Dans le cirque ? Le théâtre ? Difficile de définir cet art qui semble aujourd'hui prendre le même chemin que le clown, devenant un art théâtral à part entière. Bien qu'au XIXe siècle déjà l'illusionnisme avait ses théâtres... C'est dans cette lignée de prestidigitateurs que s'inscrit Jani Nuutinen du Circo Aereo. Vêtu d'un costume trois pièces très XIXe, barbe et cheveux mi-longs sur le cou, l'illusionniste semble tout droitsorti d'un film. Son léger accent finlandais, son regard bleu acier et son débit de paroles très posé l'entoure d'un certain mystère. Le circacien, jongleur et magicien a créé sa compagnie Circo Aereo en 1996 en Finlande, avant d'intégrer le Centre National des Arts du Cirque dont il sortira diplômé en 2001. Deux solos de la compagnie figurent à la programmation de deux festivals ligériens importants en juillet : l'Estival de la Bâtie et les 7 Collines.

Dans la grange ou sous chapiteau

Circo Aereo répond aux deux programmations. Pour l'Estival de la Bâtie, Jani Nuutinen présentera une petite forme, Une séance peu ordinaire. On peut d'ores et déjà révéler que le titre n'est pas usurpé. Quant aux 7 Collines, l'artiste finlandais jouera le spectacle Intumus Stimulus. Là encore le titre résume bien le propos, nos sens seront mis en eveil. Jani Nuutinen épate par sa faculté époustouflante à découvrir la pensée du spectateur avec qui il est en relation. De plus, le magicien mentaliste arrive à nous téléporter dans une époque et nous plonger dans une ambiance. Son apparence, ses accessoires (petite valisette en cuir marron de médecin dans Une séance peu ordinaire, objets en bois, lumière tamisée etc.) nous donne l'impression d'être téléportés dans le White Chapel londonien du XIXe. Il ne manque plus que la brume et la silhouette inquiétante de l'éventreur surgissant d'un coin de rue sombre. On s'attend à ce que les portes claquent ou que la table tourne. Le suspense est omniprésent, vissés à nos sièges, nos sens sont en alertes. C'est ce que l'on appelle un vrai divertissement !

- Intimus Stimulus par le Circo Aereo, mar 7/07 à 20h, mer 8/07 à 20h, jeu 9/07 à 19h30 au Parc Couriot-Musée de la Mine à Saint-Etienne dans le cadre du festival des 7 Collines

- Une séance peu ordinaire par le Circo Aereo, du 23 au 25 juillet à 18h15 à la Bâtie d'Urfé (grange) dans le cadre de l'Estival de la Bâtie


Intimus Stimulus

Par Jani Nuutinen & Circo Aereo
Puits Couriot Parc-Musée de la Mine 3 boulevard Maréchal Franchet d'Esperey Saint-Étienne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Une séance peu ordinaire

Par Circo Aereo et Jani Nuutinen
Château de la Bâtie d'Urfé La Bâtie d'Urfé Saint-Étienne-le-Molard
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Révolution !

Théâtre | Ni tout à fait du théâtre, ni tout à fait du cirque, ni tout à fait un concert, mais un peu tout ça à la fois. Avec No Rest for Lady Dragon, la compagnie (...)

Cerise Rochet | Mercredi 9 juin 2021

Révolution !

Ni tout à fait du théâtre, ni tout à fait du cirque, ni tout à fait un concert, mais un peu tout ça à la fois. Avec No Rest for Lady Dragon, la compagnie l’Indécente propose un travail dramaturgique autour du féminisme, donnant lieu à un spectacle polymorphe où se croisent, s’esquivent et se confrontent une circassienne en vélo acrobatique, une artiste aérienne, un comédien et un musicien. Sous – ou sur – un plafond de cordes, les 4 personnages invitent au renversement de l’ordre établi, en rendant sa légitimité à la colère, à la défense, à la violence face à l’oppression. En trois actes qui mettent en scène la mort du patriarcat, le spectacle se propose ainsi de dépasser la caricature et les clivages qui emprisonnent le féminisme dans un reflet perverti de lui-même. Inspirés par Despentes, Mona Chollet, Thelma et Louise, Irène ou encore Marcia Burnier, Camille Chatelain et ses camarades offrent leur lecture d’une émancipation qui, pour accoucher d’un ensemble dans lequel tout le monde pourrait trouver sa place, ne peut être timide. Musique pop-rock, acrobaties, chant… Une pièce qui plonge le spectateur dans un univers onirique mais non moins puissant.

Continuer à lire

De haut en bas, que la colline est belle

Festival | Le festival des 7 Collines reprend sa place dans la métropole stéphanoise, proposant 15 jours de cirque, danse, musique et performances à redonner du souffle.

Cerise Rochet | Mercredi 9 juin 2021

De haut en bas, que la colline est belle

Il fait partie des festivals passés à la trappe en 2020, au grand dam de toutes celles et de tous ceux qui en ont fait un rendez-vous immanquable du début de l’été. Qu’on se rassure, après une année de disette, les 7 Collines reviennent plus en forme que jamais, avec une programmation festive - parce qu’il faut bien se remettre de ses émotions -, et audacieuse -parce qu’il faut bien aller de l’avant, quitte à se faire bousculer un peu. Avec près de 20 spectacles en 15 jours sur une grande partie de la métropole stéphanoise, l’événement retrouve ses marques, fidèle à son ambition de toujours : vulgariser la création contemporaine, et voir le cirque, la musique du monde, la danse et la performance provoquer sourires sur les lèvres et boum-boum dans les cœurs de tous les spectateurs. Du cirque de haute-volée Mesdames, messieurs approchez donc, au rayon cirque cette année, sans doute n’y aura-t-il pas de place pour tout le monde. Au milieu d’une multitude de pièces engagées, spectaculaires, ou parfois les deux à la fois, on optera sans trembler pour la compagnie française Cabas. Venue de région parisienne, celle-ci s’installera le temps d’une seule so

Continuer à lire

Annonces de Roselyne Bachelot : que cela change-t-il pour les festivals ligériens ?

Festivals | La ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, a confirmé hier que les festivals du printemps et de l’été pourront avoir lieu en configuration assise et avec une limite de 5 000 personnes. Nous avons demandé à plusieurs organisateurs ligériens si cette nouvelle peut changer la donne ou pas dans leur activité.

Nicolas Bros | Vendredi 19 février 2021

Annonces de Roselyne Bachelot : que cela change-t-il pour les festivals ligériens ?

Après l’annulation du Foreztival, il ne reste que peu de festivals finalement concernés par les annonces de la ministre de la Culture hier. Cette dernière a confirmé que les festivals debout pourront se tenir ce printemps et cet été, avec une jauge limitée à 5 000 spectateurs, tous assis. Paroles & Musiques, pas vraiment concerné A Saint-Etienne, le festival Paroles & Musiques, qui doit se dérouler du 18 au 23 mai prochain, n’est pas impacté par ces décisions. « Les annonces d'hier ne concernent pas vraiment P&M puisque nous sommes au mois de mai dans des salles fermées, explique Simon Javelle, directeur artistique qui reste positif quant à la réouverture des salles d’ici au mois de mai. Je suis toujours confiant sur la tenue du festival aux dates prévues. Nous avons fait t

Continuer à lire

Les 7 Collines proposent une prog d'automne

Festival | Le festival des 7 Collines, rendez-vous pluridisciplinaire stéphanois du début d'été, n'a pas pu avoir lieu du 23 juin au 7 juillet (...)

Nicolas Bros | Vendredi 25 septembre 2020

Les 7 Collines proposent une prog d'automne

Le festival des 7 Collines, rendez-vous pluridisciplinaire stéphanois du début d'été, n'a pas pu avoir lieu du 23 juin au 7 juillet 2020. Pour autant, l'équipe organisatrice ne s'est pas laissée abattre et a décidé de programmer des spectacles cet automne. L'occasion de découvrir plusieurs pièces de cirque entre le 7 novembre et le 10 décembre. On retrouvera la Cie Allégorie avec le spectacle cOLLiSion du côté de la salle Aristide Briand de Saint-Chamond le 7 novembre, une Nuit du Cirque le 14 novembre à la Maison de l'Université avec les compagnies Puéril Puéril et Kiaï (une soirée en collaboration avec l'école de cirque Les Kipouni's), les Anglais Nikki & JD présenteront Knot le 18 novembre à la salle Jeanne d'Arc puis Sencirk, compagnie sénégalaise, proposera Man Fan Laa le 10 décembre au Fil. [Mise à jour du 20/10/2020] L'ogranisation a mis à jour les horaires de ces spectacles : Le spectacle Collision du samedi 7 novembre à Saint-Chamond à 18 h est maintenu à l'heure prév

Continuer à lire

Les festivals d'humour rient jaune

Humour noir | Par le biais de leur fédération, 50 festivals d'humour appellent à l'aide pour leur pérennité.

Nicolas Bros | Lundi 18 mai 2020

Les festivals d'humour rient jaune

C'est par le biais d'un communiqué envoyé par la Fédération des festivals d'humour, que 50 festivals d'humour (FFH) dont le célèbre Festival des arts burlesques stéphanois, appellent à leur tour à l'aide après la crise Covid-19. « Très impactée par le Coronavirus et la crise sanitaire, et ayant dû faire face à des dizaines d’annulations, la FFH et les festivals qu’elle représente alertent l’État et le secteur culturel sur les menaces qui pèsent sur ses adhérents et sur la pérennité de ces rassemblements culturels, assure l'organisme. Comme pour l’ensemble du Spectacle Vivant, l’organisation de nos festivals repose sur tout un maillage d’intervenants et professionnels, également fragilisés, qui ne relève pas forcément de l’intermittence : le réseau des salles de spectacles bien sûr, mais aussi prestataires techniques, attachés de presse, catering, sécurité et prévention, billetterie, promotion, affichage etc. » Le secteur du spectacle vivant qui produit le plus de représentations par an L'humour, notamment en France, est un des pans les plus dynamiques du spectacle vivant, drainant de nombreux spectateurs lors de multiples représentations d

Continuer à lire

Le festival des 7 collines annulé à son tour

Annulation festival - COVID-19 | Suite à l'allocution présidentielle d'hier soir, les mauvaises nouvelles s'enchaînent... Sans réelle surprise. Le festival des 7 Collines (spécialisé notamment (...)

Nicolas Bros | Mardi 14 avril 2020

Le festival des 7 collines annulé à son tour

Suite à l'allocution présidentielle d'hier soir, les mauvaises nouvelles s'enchaînent... Sans réelle surprise. Le festival des 7 Collines (spécialisé notamment dans les arts du cirques), après avoir dans un premier temps sorti la programmation de sa 26e édition, vient d'annuler cette dernière qui était prévue du 23 juin au 7 juillet prochains. La nouvelle a été annoncée via communiqué de l'organisation : « Nous sommes très touchés par cette situation inédite, mais restons solidaires face à l'ampleur de la crise. Nous souhaitons remercier tous nos partenaires, nos équipes techniques, les artistes invités, les bénévoles et festivaliers qui rendent chaque édition du festival unique. Rendez-vous en 2021 pour la 27e édition. »

Continuer à lire

13 avril : ce qu'a dit Emmanuel Macron pour la culture

ACTUS | Un peu après 20h, le président de la République a annoncé que le confinement généralisé serait prolongé de quatre semaines, jusqu’au lundi 11 mai. Il a notamment fait quelques annonces importantes pour les acteurs du secteur culturel.

La rédaction | Mardi 14 avril 2020

13 avril : ce qu'a dit Emmanuel Macron pour la culture

État des lieux sanitaire et contexte général Le confinement « le plus strict » est prolongé jusqu’au 11 mai. En clair : les règles édictées jusqu’alors ne devraient donc pas être renforcées, mais pas non plus allégées. Du point de vue sanitaire, « l’espoir renaît », estime Emmanuel Macron. Le chef de l’État a toutefois indiqué que la tenue du nouveau délai « ne sera possible que si nous continuons d’être civiques, responsables, de respecter les règles, et que si la propagation du virus a effectivement continué à ralentir ». Le chef de l’Etat a en outre demandé « aux personnes les plus vulnérables, aux personnes âgées, en condition de handicap sévère ou atteintes de maladies chroniques, de rester confinées, même après le 11 mai, tout au moins dans un premier temps ». Il a assuré que des masques « grand public » seraient disponibles pour tous les Français à partir du 11 mai. Emmanuel Macron a aussi parlé des tests de dépistage : ils seront « d’abord pratiqués sur nos aînés, nos soignants et les plus fragiles ». Le président de la République a assuré qu’après le 11 mai, « nous serons en capacité de

Continuer à lire

142 festivals demandent une visibilité sur leur avenir

Festivals x Confinement | À travers une lettre ouverte adressée au gouvernement, 142 festivals dont La Rue des Artistes (Saint-Chamond) et le Foreztival (Trelins), via le SMA (Syndicat des musiques actuelles) demandent une clarification sur leur avenir.

Nicolas Bros | Mercredi 8 avril 2020

142 festivals demandent une visibilité sur leur avenir

« Nous avons [...] besoin de visibilité afin d’engager nos manifestations dans ce contexte international inédit. Nos festivals sont indépendants et un « faux pas » pourrait être fatal à l’existence-même de nos projets à l’avenir. » C'est par ces mots que les festivals de musiques actuelles ont exprimé leur inquiétude au gouvernement, via une lettre ouverte envoyé mardi 7 avril par l'intermédiaire du SMA (Syndicat des musiques actuelles). « La grande majorité de nos manifestations se déroule au printemps ou à l’été et devrait donc se tenir ces prochains mois » poursuit le syndicat dans sa lettre. Avant de demander un délai raisonnable afin de s'organiser en cas de maintien ou non de leurs événements : « Afin de pouvoir agir à bon escient pour accueillir les parties impliquées (publics, artistes, salariés, prestataires, etc.) en cas de maintien avec de nouvelles normes sanitaires ou d’incapacité d’ouverture, nous vous demandons d’informer les organisateurs a minima 2 mois avant les manifestations. » Une demande de garanties En outre, le SM

Continuer à lire

Québec, quel cirque !

Cirque / Festival des 7 Collines | Cette année, le festival des 7 Collines offre une jolie part de sa programmation à des créations québécoises en danse (avec Daina Ashbee) mais aussi et surtout en cirque (7 Doigts de la Main, Barcode Circus Company et Machine de Cirque). C'est carrément un focus Québec qui nous est proposé. Mais pourquoi la Belle Province est-elle une terre aussi fertile en matière circassienne ? Éléments de réponse.

La rédaction | Mardi 4 juin 2019

Québec, quel cirque !

Depuis plusieurs années, on assiste à une sorte d'hégémonie québécoise sur la création circassienne. Cela se traduit par des productions de grande qualité et des compagnies aux noms qui retentissent fort dans le secteur. On pense forcément au Cirque du Soleil, aux 7 Doigts de la Main ou encore au Cirque Éloize. Mais pourquoi donc, la Province de 8, 5 millions d'habitants est-elle devenue en quelques décennies la référence en cirque ? À tel point qu'aujourd'hui le festival des 7 Collines accueille un focus Québec dans sa programmation. Nous avons voulu en savoir davantage en nous tournant tout d'abord vers Marie Pâris, une journaliste installée à Montréal et spécialisée dans la scène et le spectacle vivant. Elle revient pour nous sur les racines de ce succès mondial du cirque à la sauce québécoise. Nous avons également voulu savoir pourquoi et comment le festival des 7 Collines en est arrivé à programmer un focus spécial en 2019. Une chose est sûre, au Québec, c'est le grand cirque ! Nicolas Bros Le Québec en piste On aime les

Continuer à lire

BCUC, ivresse musicale et jouissance des corps

Sono mondiale | Après avoir soulevé le Foreztival, puis le Rhino-Jazz l’an dernier, le groupe sud-africain devrait retourner le Fil de Saint-Étienne, à l’occasion du festival des 7 Collines.

Cerise Rochet | Mardi 4 juin 2019

BCUC, ivresse musicale et jouissance des corps

Mets BCUC dans ton casque quand tu marches dans la rue, tu te mettras à courir. Ecoute BCUC chez toi en lendemain de bringue, tu oublieras tes nausées et ton mal de tête. Viens voir BCUC au Fil le 3 juillet, tu danseras comme sur un set de Vernon Subutex. Une gifle musicale ? Mieux : un pain dans la gueule. BCUC, ce sont sept musiciens et chanteurs sud-africains issus de la génération post-apartheid. Elevés dans le melting-pot du township de Soweto, ils ont mis la France à leurs pieds en 2016 lors des Transmusicales de Rennes, et écument depuis les plus belles scènes musicales d’Europe. Plus qu’un groupe, BCUC, pour Bantu Continua Uhuru Consciousness, comprendre « l’homme est en marche vers la liberté de conscience », est un véritable big-bang musical. Avec ses chants et ses rythmes répétitifs Tsonga et Nguni teintés de blues, de rock, ou même de punk, la bande des 7 provoque ni plus ni moins que l’ivresse. Sa musique, stimulante, traditionnelle et pourtant si contemporaine, grandit ainsi en celui qui l’écoute au point qu’il atteigne la transe, au sens spirituel du terme.

Continuer à lire

Un "focus Québec" aux 7 Collines

Festival pluridisciplinaire | 7 sur 7 ! On savait le lien fort qui unissait le festival des 7 Collines avec la compagnie de cirque québécoise Les 7 Doigts de la Main. Pour son (...)

Nicolas Bros | Vendredi 8 février 2019

Un

7 sur 7 ! On savait le lien fort qui unissait le festival des 7 Collines avec la compagnie de cirque québécoise Les 7 Doigts de la Main. Pour son édition 2019 - du 25 juin au 8 juillet - le festival stéphanois enfonce le clou et convie les circassiens montréalais pour présenter leur nouvelle création Passagers. De plus, l'équipe de l'événement stéphanois vient également d'annoncer que 3 autres créations québécoises seront à l'honneur cette année. C'est à se demander si l'on ne devrait pas prolonger le pont Jacques Cartier jusqu'aux rives du Furan... Festival des 7 Collines, du 25 juin au 8 juillet à Saint-Étien

Continuer à lire

Pas d'Estival de la Bâtie cette année

ACTUS | La nouvelle a été rapportée par nos confrères du Progrès et d'Activ : L'Estival de la Bâtie, festival pluridisciplinaire se déroulant en juillet à la Bâtie d'Urfé, (...)

Nicolas Bros | Mercredi 9 janvier 2019

Pas d'Estival de la Bâtie cette année

La nouvelle a été rapportée par nos confrères du Progrès et d'Activ : L'Estival de la Bâtie, festival pluridisciplinaire se déroulant en juillet à la Bâtie d'Urfé, ne se tiendra pas en 2019. Invoquant des raisons économiques et un besoin de travaux afin d'accueillir davantage de public et de têtes d'affiche tout en facilitant l'accès "technique" au site, les élus du Département de la Loire (organisateur du festival) ont décidé de faire une pause cette année. En 2020, le festival, ayant accueilli plus de 10 000 spectateurs lors de son édition 2018, reprendra vie sous un nouveau format.

Continuer à lire

Ode au cirque

Festival des 7 Collines (Loire) | Si Saint-Étienne peut se targuer d'avoir 7 Collines au même titre que des villes telles que Rome, Yaoundé ou Lisbonne, elle peut également bomber le torse (...)

Nicolas Bros | Mardi 3 juillet 2018

Ode au cirque

Si Saint-Étienne peut se targuer d'avoir 7 Collines au même titre que des villes telles que Rome, Yaoundé ou Lisbonne, elle peut également bomber le torse grâce à un festival au nom rappelant cette curiosité géographique. Référence en la matière circassienne, ce rendez-vous annuel de fin juin-début juillet, est une période dense où les spectacles de compagnies venues du monde entier émeuvent les Stéphanois et les habitants de la métropole. Cette année, le festival propose quelques nouvelles petites douceurs comme la création Circus I Love You. Cette dernière réunit huit acrobates issus de six pays différents et ayant fait leurs preuves dans des compagnies telles que La Meute, Sisters ou encore Sirkus Aikamoinen. Un gage de qualité pour ce spectacle qui devrait mêler figures de style, musique et une bonne dose d'absurdité. Circus I Love You, vendredi 6 & samedi 7 juillet à 20h30, dimanche 8 juillet à 18h au Parc-Musée de la mine, dans le cadre du festival des 7 Collines

Continuer à lire

Solide comme un roc

L'Estival de la Bâtie (Loire) | L'Estival de la Bâtie deviendra en 2019 "Le Festival de la Bâtie". Mais avant ce changement de nom, le festival pluridisciplaine ligérien propose une programmation 2018 solide, mêlant accessibilité et exigence. En matière de musiques actuelles, c'est du côté de la sono mondiale que les belles oeuvres vont s'amonceler avec notamment quatre dates à noter.

La rédaction | Mardi 3 juillet 2018

Solide comme un roc

Lumineuse Encore peu connue en France, Rocio Marquez est pourtant la nouvelle perle du flamenco. Née dans une famille où l’omniprésence du chant n’est qu’évidence, la chanteuse andalouse donnait son premier récital à l’âge de neuf ans avant de parfaire son art aux contacts des grands maîtres espagnols. En osmose avec ses musiciens, la voix de Rocio Marquez exprime un sentiment de liberté ainsi qu'une émotion à l’état brut. Avec son troisième album (Firmamento, 2017), la cantaora s’affranchit de la noirceur habituelle du genre. Niko Rodamel Rocio Marquez, samedi le 7 juillet à 20h45 Racines Entre tradition et métissage, Souad Massi n’a de cesse de prôner, à travers la rencontre des cultures, la fraternité entre les peuples. Accompagnée sur un nouveau répertoire par le percussionniste Rabah Khalfa et le guitariste Mehdi Dalil, la chanteuse algérienne revisite avec une touche délicatement moderne un choix de poèmes arabes millénaires. A chacune de ses prestations, Souad Massi chante des thè

Continuer à lire

Grimper les 7 Collines

Festival | 24e édition pour le festival pluridisciplinaire stéphanois qui fait la part belle notamment à la discipline circassienne. Focus sur 4 spectacles entre danse, musique et espoirs.

La rédaction | Mardi 5 juin 2018

Grimper les 7 Collines

Équilibres fragiles Avec le cirque, on va très loin ! Dans le cirque ou dans la vie, on reste toujours sur le fil. Ainsi Boulevard Conakry, spectacle chorégraphique et musical, inspiré des scènes de rue de la capitale guinéenne grouillante de vie, de parfums et de couleurs, nous tient en haleine. Notre regard reste rivé au tourbillon des prouesses acrobatiques d'artistes qui, se mettant en danger, questionnent les équilibres fragiles, laissant entrevoir nos vies dans ce qu'elles ont d'incertain, de fragile et de grand à la fois. MB Boulevard Conakry, mardi 26 juin à 20h, à la Comédie de Saint-Étienne Vents d'Est Musicien traditionnel et rock star, Goran Bregovic n’en finit pas de mettre en ébullition la planète musique. Avec son nouvel EP, Three letters from Sarajevo, il tente de rapprocher les trois religions qui font depuis des siècles l’identité multiple de sa ville natale, actuelle capitale de Bosnie-Herzégovine. Pour l’occasion, l’Orchestre des mariages et des ent

Continuer à lire

Goran Bregović annoncé aux 7 Collines

MUSIQUES | Goran Bregović et son "Orchestre des Mariages et des Enterrements" sont de retours en terres ligériennes. Ce concert se déroulera lors de la 24e (...)

Nicolas Bros | Mardi 27 février 2018

Goran Bregović annoncé aux 7 Collines

Goran Bregović et son "Orchestre des Mariages et des Enterrements" sont de retours en terres ligériennes. Ce concert se déroulera lors de la 24e édition du festival des 7 Collines, le mercredi 4 juillet au Fil à Saint-Étienne, a annoncé sur son site l'organisation du festival. D'autre part, cette soirée sera également l'occasion de découvrir le nouveau projet de Michaël Mottet (ex-Angil) aux côtés de Schérazed (ex-Dotsy Dot) : Lion In Bed. Une formation qui s'annonce "pop nocturne", puisant des influences autant du côté de Nancy Sinatra que de Broadcast. Plus d'infos sur ce site Goran Bregović et son "Orchestre des Mariages et des Enterrements" + Lion In Bed, mercredi 4 juillet au FIL, dans le cadre du festival des 7 Collines

Continuer à lire

Angélique Ionatos remplacée par Katerina Fotinaki

L'Estival de la Bâtie | En raison de problèmes de santé, la chanteuse grecque Angélique Ionatos, qui devait se produire à L'Estival de la Bâtie le samedi 8 juillet à 20h45, sera remplacée (...)

Nicolas Bros | Mardi 4 juillet 2017

Angélique Ionatos remplacée par Katerina Fotinaki

En raison de problèmes de santé, la chanteuse grecque Angélique Ionatos, qui devait se produire à L'Estival de la Bâtie le samedi 8 juillet à 20h45, sera remplacée par sa compratriote Katerina Fotinaki. Cette dernière sera accompagnée par Gaspar Claus (violoncelle) et Evi Filippou (percussions et marimba). L'horaire, la date et le lieu (Château de la Bâtie d'Urfé) ne changent pas. Katerina Fotinaki Trio, samedi 8 juillet à 20h45, au Château de la Bâtie d'Urfé

Continuer à lire

Apprendre la perfection

Estival de la Bâtie (Loire) | Catherine Allard directrice artistique de la jeune compagnie catalane It Dansa composée de seize danseurs de 18 à 23 ans, porte un projet d'envergure qui (...)

Monique Bonnefond | Mardi 4 juillet 2017

Apprendre la perfection

Catherine Allard directrice artistique de la jeune compagnie catalane It Dansa composée de seize danseurs de 18 à 23 ans, porte un projet d'envergure qui vise, dit-elle, à « leur donner leurs ailes. » Au cours de leurs études, ils travaillent avec de très grands chorégraphes qui les aident à trouver leur voie pour que, sortis frais émoulus de leur école, sans savoir vraiment ce qu'est le métier, ils puissent déployer leurs ailes et s'envoler vers des destins prestigieux. Le spectacle qu'ils donnent à La Bâtie est composé de quatre œuvres néo-classiques très diverses des plus grands chorégraphes dont Sidi Larbi Cherkaoui et Jiri Kilian. Comment nos jeunes virtuoses vont-ils réussir à passer d'un fil à l'autre, à entrer dans une pièce drôle puis dans une autre plus dramatique ? C'est l'esprit des danseurs qui fait que le spectacle dont il émane une énergie très fraîche connaît un succès indubitable. Ce n'est pas parfait techniquement mais ces jeunes danseurs apportent quelque chose d'eux-mêmes qui est très sincère. C'est en outre un très bon spectacle pour qui veut voir comment combiner la musique et le mouvement. Soirée IT Dansa, jeudi 6 et vendredi 7 j

Continuer à lire

Un festival bien "Bâtie"

Estival de la Bâtie (Loire) | Sous la bienveillante tutelle de leurs parrains attentifs, Emmanuelle Bertrand et Pascal Amoyel, l'Estival de la Bâtie-2017 égrène son chapelet sur le département : la chasse au trésor est ouverte.

Alain Koenig | Mardi 4 juillet 2017

Un festival bien

En couplant sur une même date, création ou "revival" de chefs d'œuvres avec des titres emblématiques, testés et éprouvés, l'édition fait preuve d'une sagacité digne de ses parrains... Après avoir habilement couplé la célèbre Sérénade de Tchaïkovski, parangon de la musique tonale, avec le très lyrique Requiem de Pascal Descamps, l'union de Méhul et de Beethoven paraissait, elle aussi, tomber sous le sens. Trop rare à l'affiche de nos orchestres symphoniques, l'auteur d'Euphrosyne ou le Tyran corrigé (dont il n'est pas inutile de mentionner que le Conservatoire Massenet possède un exemplaire de 1790) fut un fervent admirateur de Beethoven, et, en cette fin de 18e siècle, le plus grand compositeur français, le premier de nos Romantiques ! Sous la voûte étoilée, la cour du château sera le tube à essai de fascinants parallèles entre les deux compositeurs. L'évocation de Maria Callas, « drama queen assolutta » de l'opéra par une autre très grande voix, Béatrice Uria-Monzon, ne devrait pas non plus manquer de... piquant. Alain Duault, infatigable réincarnation musicale d'un autre Alain (Decaux ?), devrait faire de sa narration, une odyssée à la gloir

Continuer à lire

L'équilibre des 7 Doigts

Cirque / Festival | Avec Réversible, la Compagnie québécoise Les 7 Doigts de la Main s'impose encore une fois avec un cirque mêlant à la fois technicité et surtout humanité. Traitant de thématiques autour du passé, des origines et de la construction de l'être, Réversible frappe un grand coup et sera en représentation à Saint-Etienne pour les 7 Collines.

Nicolas Bros | Mardi 6 juin 2017

L'équilibre des 7 Doigts

« Celui qui ignore son passé est condamné à le répéter. » Nous sommes un maillon dans la chaîne des générations et nous savons bien à quel point il est important de connaître son histoire, notamment pour éviter de répéter des situations douloureuses, pour échapper aux pièges de la fatalité. Rien n'est pire que le non-dit, le secret que la famille, la culture imposent à des personnes, à des enfants qui portent l'angoisse de parents silencieux et vont revivre certains problèmes des années plus tard. C'est un sujet largement exploité que l'on retrouve dans des films comme Le Secret, dans des romans comme Un amour impossible de Christine Angot et qui apparaît dans plusieurs spectacles de la compagnie Les 7 Doigts de la Main qui, depuis longtemps, sculpte les émotions humaines en les frottant au langage des corps d'artistes pluridisciplinaires : équilibristes, jongleurs, trapézistes. À la recherche du passé Après La vie, Psy, Séquence 8 et Cuisine et confessions, la nouvelle création des 7 Doigts, Réversible, explore une fois encore, la bulle intime de chaque artiste. On se glisse dans la vi

Continuer à lire

Un peu plus près des étoiles

Classique | À la fois auteur-compositeur, pianiste et chanteur, Pascal Descamps est un artiste sensible et inspiré, aussi à l’aise dans l’univers de la chanson (...)

Niko Rodamel | Mercredi 7 juin 2017

Un peu plus près des étoiles

À la fois auteur-compositeur, pianiste et chanteur, Pascal Descamps est un artiste sensible et inspiré, aussi à l’aise dans l’univers de la chanson française que dans celui de la grande musique. Depuis quelques années le musicien se met corps et âme au service de la musique sacrée. Après l’encourageant Rivages créé en 2011, suivront un Pater Noster, un Ave verum corpus puis un vibrant Ave Maria. Pour autant, Pascal ne délaisse en rien la chanson, continuant d’écrire paroles et musiques pour la troupe Mosaïque (Starmania en 2011 et Marvin en 2018) dans la même veine french-pop-rock que ses deux albums sortis au début des années 2000. Le Stéphanois sera cette année à l’honneur de L’Estival de la Bâtie dont il fera l’ouverture avec son œuvre la plus aboutie, un Requiem de toute beauté, aussi flamboyant qu’envoûtant, créé à Paris en 2014 aux Invalides et depuis édité par Universal Music. Le 28 juin à 20h30, en la cathédrale Saint-Charles de Saint-Étienne.

Continuer à lire

Jupiter en orbite

Sono mondiale | Aux commandes d’un ovni musical nommé Okwess International et star incontestée dans toute l’Afrique centrale, Jean-Pierre Bokondji alias Jupiter fait (...)

Niko Rodamel | Mercredi 7 juin 2017

Jupiter en orbite

Aux commandes d’un ovni musical nommé Okwess International et star incontestée dans toute l’Afrique centrale, Jean-Pierre Bokondji alias Jupiter fait bouillir dans sa marmite un melting-pot musical concocté à Kinshasa, capitale de son Congo natal. "Le Général rebelle" est en effet un impétueux alchimiste qui rapproche avec un talent insolent tradition et modernité. De sa voix rocailleuse, Jupiter pose des textes bien sentis sur un imparable cocktail fait de rythmes traditionnels congolais et de sons salement rock. Le "Bofenia Rock" d’Okwess International est une soul rebelle qui se frotte à l’afrobeat et au funk jusqu’à devenir une transe enfiévrée et expérimentale, une musique puissante qui invite irrésistiblement au déhanchement frénétique ! Patrie de la Rumba, du Soukous et du Ndombolo, la République Démocratique du Congo a assurément trouvé, en la personne de ce grand échalas à chapeau, son empêcheur de tourner en rond. Les trois soeurs de l’inimitable groupe A-Wa seront aussi de la partie pour une soirée qui s’annonce des plus chaudes Jupiter & Okwess International [+ A-Wa], mercredi 28 juin à 20h30, le Fil à Saint-Étienne, dans le cadre du festival de

Continuer à lire

Des douceurs estivales très "classiques"

Festival | L'Estival de la Bâtie revient sur le devant de la scène du 28 juin au 21 juillet. Toujours pluridisciplinaire, le festival propose une soixantaine d'événements et spectacles pour tous mais avec une orientation marquée vers la musique classique avec le parrainage inédit de la violoncelliste ligérienne Emmanuelle Bertrand et du pianiste Pascal Amoyel.

Nicolas Bros | Vendredi 12 mai 2017

Des douceurs estivales très

Festival pluridisciplinaire qui égaie les journées et soirées de fin juin et d'une grande partie du mois de juillet, l'Estival de la Bâtie s'impose chaque année davantage. 2017 ne fait pas exception avec une programmation concoctée avec soin, notamment grâce à l'apport de deux figures du "classique français" : Emmanuelle Bertrand et Pascal Amoyel. « Nous avons conçu une programmation en musique classique que nous espérons riche et variée » assure le couple. Il semblerait que le pari sera réussi, non pas seulement en ce qui concerne le classique. Classique mais frais ! Certes, la patte des deux solistes apparaît distinctement dans la programmation du festival avec plusieurs moments d'exception en musique classique. Tout d'abord la représentation en ouverture en la cathédrale Saint-Charles-de-Borromée de Saint-Étienne (le 28/06) du magnifique Requiem du compositeur stéphanois de talent Pascal Descamps qui verra encore une fois la magnifique voix de Dominique Magloire venir faire résonner la beauté dans les tympans des chanceux spectateurs. Autre moment unique avec la venue de la soprano Béatrice Uria-Monzon

Continuer à lire

Que les Collines sont belles

Festival pluridisciplinaire | Pour sa 23ème édition, le festival pluridisciplaine des 7 Collines s'offre une belle programmation où se cotoient les créations et spectacles circassiens - mais pas que - confirmés.

Nicolas Bros | Jeudi 13 avril 2017

Que les Collines sont belles

Le cirque figure un peu comme le parent pauvre dans les programmations culturelles régionales. Heureusement, il existe des structures telles que les 7 Collines pour présenter au public des créations circassiennes qu'ils n'auraient pas l'occasion de voir si facilement. En 2017, pour ses 23 ans, le festival des 7 Collines s'appuie, comme d'habitude, sur des têtes de gondoles telles que la compagnie québécoise des 7 Doigts de la Main ou le Groupe Acrobatique de Tanger (Maroc). Mais ce festival puise sa force également sur son ouverture tant sur des compagnies de cirques moins connues que sur d'autres disciplines qui viennent compléter la programmation. Cette année, plusieurs noms retiennent notre attention. Du cirque et de la musique Concernant la partie cirque/performance, nous nous attarderons forcément sur la compagnie The Rat Pack et leur spectacle Spekeasy (, hommage aux bars clandestins des États-Unis pendant la prohibition. Sur la BO composée par Chinese Man, les acrobates, dont certains sont issus de la Cie XY, nous ramènent plusieurs décennies en arrière. Autre événement avec le retour de la Compagnie australienne Cas

Continuer à lire

Le sens de la fête

SCENES | Et vous (re)découvriez le savoir-faire du Cirque Bouffon ? Cette émanation d'anciens membres du Cirque du Soleil consacrent la fin de la presse (...)

Nadja Pobel | Mardi 5 juillet 2016

Le sens de la fête

Et vous (re)découvriez le savoir-faire du Cirque Bouffon ? Cette émanation d'anciens membres du Cirque du Soleil consacrent la fin de la presse papier dirait-on, faisant d'un amas de journaux leur terrain de jeu. Mais fort heureusement le spectacle ne se résume pas à ce déclinisme (lucidité?). La troupe fait souvent corps enchaînant notamment un très beau numéro sur corde lisse à des portées queer. Continuellement mis en musique - ou presque - sur des airs balkano-andalous, Solvo s'appuie sur une dynamique collective évidente et un sens de la fête communicatif au cours duquel tous les agrès sont présentés avec dextérité. Bien sûr il manque cette noirceur que l'on a tant appréciée dans le Matamore du Cirque Trottola notamment, celui de l'inclassable Bonaventure Gacon. La touche la plus sombre émane peut-être de la Castafiore qui vient à plusieurs reprises entonner ses airs hauts perchés presque agaçants. Elle semble s'être enfuie d'un Starmania première version et casse un peu l'unité d'un spectacle de grands professionnels accessible pour les enfants dès 6 ans. Nadja Pobel Solvo, du 21 au 23 juillet, à L'Estival de

Continuer à lire

La Belle Danse au bois dormant

Estival de la Bâtie | Avec "sa" Belle au Bois Dormant, Béatrice Massin nous fait voyager dans le temps et, de Versailles que Lully enchantait avec ses ballets, à la Vienne impériale de Mozart, elle nous emmène à la découverte de la danse baroque ou "Belle Danse" qu'elle veut réveiller et remettre au goût du jour.

Monique Bonnefond | Mardi 5 juillet 2016

La Belle Danse au bois dormant

Qui ne connaît pas l'histoire de la Belle au bois dormant ? Cette jeune princesse à qui la malfaisante fée Carabosse, pour se venger d'avoir été méprisée, jette un sort, la condamnant à cent ans d'un sommeil dont elle sera tirée par le baiser d'un prince charmant ? Parmi les différentes versions du célèbre conte, celle de Béatrice Massin, grande chorégraphe du baroque, vise à faire vivre cette danse qu'elle confronte à la danse d'aujourd'hui. La danse baroque ou Belle Danse pratiquée aux XVIIe et XVIIIe siècles, en particulier sous Louis XIV, se caractérise par un style qui applique les règles du classicisme : clarté, ordre, symétrie. Les chorégraphies sont essentiellement composées de pas glissés, marches, petits sauts. Cependant, par son goût du somptueux, cette danse du paraître s'inscrit dans la mouvance baroque. Béatrice Massin réveille la Belle Danse Elle nous ramène à la féerique cour du Roi Soleil. Dans la magie des lumières, vêtus de costumes d'époque somptueux, trois jeunes danseurs, par un séduisant jeu de travestissement, changent de personnages pour faire apparaître la sorcière puis le prince et nous offrent un florilège de danses baroques où i

Continuer à lire

La Bâtie folle !

MUSIQUES | Le cru 2016 de l'Estival de la Bâtie allie à l'exigence artistique, une touche de xénophilie musicale raisonnée, démontrant que la " folie " n'est pas l'apanage (...)

Alain Koenig | Mardi 5 juillet 2016

La Bâtie folle !

Le cru 2016 de l'Estival de la Bâtie allie à l'exigence artistique, une touche de xénophilie musicale raisonnée, démontrant que la " folie " n'est pas l'apanage de nos amis nantais. Outre les merveilleuses prestations, déjà relayées, de Pascal Amoyel et Emmanuelle Bertrand, parions que Canticum Novum prouvera, par le dialogue interculturel, que tous les chemins mènent à Erevan, tandis que la Maîtrise de la Loire, entée du choeur Mikrokosmos de Loïc Pierre ne se contentera pas d'exalter l'ouïe, mais aussi la vue, en proposant un programme en 3D ! Toujours sémillante, la soprano Magali Léger, accompagnée de son ensemble Rosasolis, démontrera que Boccherini n'est pas le compositeur " léger " que l'on croit. Son Stabat Mater pour quintette à cordes et soprano solo est une pépite, digne d'un grand joaillier flamand. C'est une féline Marie-Christine Barrault, grande actrice multi-cartes, qui brossera un portrait touchant de la divine Colette, au son de Puccini ou Borodine... Catherine Lara, Lisa Simone ou Misia, parmi bien d'autres, élargiront l'horizon musical d'un festival en mode croisière. Alain Koenig L'Estival de la Bâtie,

Continuer à lire

Arts transgressés

SCENES | Festival majeur de la Loire et un des plus importants en Rhône-Alpes, les 7 collines reviennent avec une programmation très circassienne. Dans les propositions de cette 22e édition, focus sur deux artistes passionnants : le magicien sombre Yann Frisch pour Le Syndrôme de Cassandre et le trampoliniste Mathurin Bolze qui se dédouble dans Barons perchés. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Vendredi 2 septembre 2016

Arts transgressés

Elle a les pieds dans l'eau, des bottes de bretonne et elle se marre. La fille de l'affiche des 7 collines n'a pas l'air d'arpenter la Loire mais le festival semble la réjouir. Avec des tarifs bas (10€ ou 14€ le spectacle) et des mastodontes du cirque (notamment), chaque année cette manifestation se débrouille pour que des compagnies internationales fassent escale ici. Certaines viennent plusieurs fois. C'est le cas ces deux dernières années pour les 7 doigts de la main venus avec le trop bavard et pour tout dire raté, Cuisine et confessions l'an dernier, ou le beaucoup plus sportif Séquence 8 juste avant. Cet été, c'est avec Mathurin Bolze que le festival renoue. Aérien Le circassien, déjà passé par là avec son cultissime Du goudron et des plumes en 2010 et le plus transitoire A bas bruit en 2013, présente Barons perchés. Encore tout frais (à peine une quinzaine de représentations depuis sa création cet automne), ce spectacle est en fait une réplique de Fenêtres, également au générique du festival. Animé par le théâtre (figurant pour Jean-Paul Delore ou Bruno Boeglin),

Continuer à lire

Arts transgressés

SCENES | Festival majeur de la Loire et un des plus importants en Rhône-Alpes, les 7 collines reviennent avec une programmation très circassienne. Dans les propositions de cette 22e édition, focus sur deux artistes passionnants : le magicien sombre Yann Frisch pour Le Syndrôme de Cassandre et le trampoliniste Mathurin Bolze qui se dédouble dans Barons perchés. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mercredi 22 juin 2016

Arts transgressés

Elle a les pieds dans l'eau, des bottes de bretonne et elle se marre. La fille de l'affiche des 7 collines n'a pas l'air d'arpenter la Loire mais le festival semble la réjouir. Avec des tarifs bas (10€ ou 14€ le spectacle) et des mastodontes du cirque (notamment), chaque année cette manifestation se débrouille pour que des compagnies internationales fassent escale ici. Certaines viennent plusieurs fois. C'est le cas ces deux dernières années pour les 7 doigts de la main venus avec le trop bavard et pour tout dire raté, Cuisine et confessions l'an dernier, ou le beaucoup plus sportif Séquence 8 juste avant. Cet été, c'est avec Mathurin Bolze que le festival renoue. Aérien Le circassien, déjà passé par là avec son cultissime Du goudron et des plumes en 2010 et le plus transitoire A bas bruit en 2013, présente Barons perchés. Encore tout frais (à peine une quinzaine de représentations depuis sa création cet automne), ce spectacle est en fait une réplique de Fenêtres, également au générique du festival. Animé par le théâtre (figurant pour Jean-Paul Delore ou Bruno Boeglin),

Continuer à lire

Venga venga, vamos a bailar

MUSIQUES | En ces temps troublés, les Argentins de La Yegros viendront mettre du soleil dans nos yeux et nous faire danser lors d’un show stéphanois très attendu avec leur musique magnétique, ayant déployé son pouvoir d'attraction sur la planète entière et caractérisée par le terme de cumbia digitale.

Niko Rodamel | Mardi 31 mai 2016

Venga venga, vamos a bailar

Depuis son premier album et son tube éponyme Viene de Mi, La Yegros envahit inexorablement la planète telle une vague de chaleur, répendant le nouveau son d’Amérique du Sud, la cumbia digitale. Et c’est sans conteste le cocktail musical en vogue puisque même le Lyonnais Benjamin Biolay en a saupoudré son nouvel album ! Mix euphorisant de cumbia (danse née au XVIIe siècle en Colombie) et de rythmes traditionnels chamamés originaires de la jungle du nord-est argentin, les racines latines sont ici mâtinées de sonorités électroniques et soutiennent le flow quasi hip-hop de la chanteuse Mariana. Le chamamé est lui-même un style musical propice à la danse rurale venu de Misiones, petite province d’Argentine enclavée entre le Brésil et le Paraguay, où les migrants polonais ont laissé derrière eux le rythme de la polka. A l’image de ses clips, la musique de La Yegros est une exubérante explosion de couleurs, une musique endiablée qui électrise les radios comme les dancefloors. Les nostalgiques de la Mano Negra et les fans de Manu Chao y retrouvent avec bonheur les sons latinos et l’énergie d’un genre festif et décomplexé qui met à l’honneur le cosmopolitisme bariolé de Buenos A

Continuer à lire

Pourquoi redescendre ?

SCENES | Le festival des 7 collines démarre fort avec le superbe spectacle de Mathurin Bolze qui, avec Du goudron et des plumes, avait laissé le public de la Comédie, médusé. Dans Barons Perchés, Bachir, le héros solitaire de Fenêtres et son double, Mathurin Bolze, nous entraînent dans une danse-poursuite aérienne vertigineuse au sein d'un monde en apesanteur.

Monique Bonnefond | Mardi 31 mai 2016

Pourquoi redescendre ?

Inspiré de l'ouvrage d'Italo Calvino, Le Baron perché dont on retrouve un certain état d'esprit, notamment dans le désir d'une vie à la gravité moins pesante, libérée des contraintes du corps et de la terre ferme, le spectacle de Mathurin Bolze nous invite à suivre le deuxième volet de l'histoire commencée avec Fenêtres (repris également pendant le festival) et le personnage incarné par Karim Messaoudi, Bachir, qui en avait « marre de vivre à plat ». « Dans ma cabane en bois, je vivrai en volume » dit-il. Dans cette cabane, baraque renversée, on perd toute notion d'endroit et d'envers, de verticalité et d'horizontalité. Plus rien n'a de sens. Marcher sur les murs, voler, disparaître, tout est possible pour Bachir et Mathurin, ces deux "monte-en-l'air" à la ressemblance troublante, dont l'ombre juvénile de l'un à la poursuite de l'autre, ou de son double, épouse ses gestes, calque ses pas sur les siens, créant une complémentarité magnifique. Mais, au-delà du prétexte narratif, c'est aussi d'équilibre dont il est question, d'affranchissement des pesanteurs. Et là, chapeau les artistes ! Un feu d'artifice d'acrobaties Vrille

Continuer à lire

Fleurs de Liszt...

MUSIQUES | Bling-Bling et Lang-Lang n'ont qu'à bien se tenir ! C'est un "sacre du printemps" pour Pascal Amoyel, grand félin du clavier : un CD des Polonaises de Chopin, un nouveau spectacle musical, une actualité préfigurant une hausse du mercure dans la Loire, voire en Haute-Loire.

Alain Koenig | Mardi 31 mai 2016

Fleurs de Liszt...

Après Cziffra, son mentor, Pascal Amoyel esquisse un nouveau portrait : autre Hongrois, autre immense virtuose, le plus grand peut-être... Avec Le jour où j'ai rencontré Franz Liszt, ce nouveau "voyage en musique" trouvera une étrange résonance personnelle par l'aspect spirituel et ascétique de ce qu'il qualifie de « période du retrait de la gloire et des paillettes » de Liszt. Chaîne invisible et intemporelle, le plus racé des pianistes français actuels incarnera cet artiste auréolé, adulé, séducteur, ayant pourtant su faire taire son ego, et renoncer aux vanités terrestres, « après avoir connu un succès équivalent à celui d'une rock star aujourd'hui ! » explique-t-il. Du grain à moudre... Fil rouge dans l'actualité de l'artiste, comment ne pas évoquer Chopin lorsqu'on incarne Liszt, fût-ce sur scène ? Les intersections de ces deux vies méritaient bien un nouvel enregistrement. Voilà qui est fait, avec la sortie sous le label Dolce Vita du CD Polonia. Fuyant la Pologne envahie par les russes, Chopin évoque à travers ses Polonaises son amour du pays natal. Contrairement aux Nocturnes, enreg

Continuer à lire

Quand l'Estival (s')emballe

CONNAITRE | L'Estival de la Bâtie marquera sa sixième édition cette année, du 30 juin au 23 juillet, avec un programme équilibré et intéressant entre musique classique, jazz, sono mondiale et spectacle vivant. Revue de spectacles. NB

Nicolas Bros | Vendredi 29 avril 2016

Quand l'Estival (s')emballe

Avec des résultats 2015 encourageants (13 000 spectateurs accueillis au cours d'une cinquantaine de spectacles pour un taux de remplissage de 92%), l'Estival de la Bâtie a véritablement pris sa place dans le paysage festivalier ligérien. Boosté par le Département de la Loire, cet événement prenant place principalement dans la cour et les jardins du château de la Bâtie d'Urfé à Saint-Étienne-le-Molard - mais pas seulement - voit cette année sa programmation continuer sur sa lancée. De la musique classique, du jazz, de la variété, du nouveau cirque, du jeune public, ... bref il y en a réellement pour tout le monde dans ce festival aux allures de rencontres familiales estivales, en décontraction et sérénité. Car c'est bien cela qui se dégage de ce festival se déroulant au mois de juillet, une bouffée de fraîcheur lorsque le soleil est au zénith. Une programmation qui se tient Avec un équilibre entre les différentes disciplines, nous retiendrons pourtant quelques noms qui marqueront cette sixième édition. En premier lieu, un couple d'habitués des représentations dans le département : la violoncelliste Emmanuelle Bertrand - née dans la Loire - et son acolyte de

Continuer à lire

Les 7 Collines verdoyantes

CONNAITRE | Aujourd'hui a été lâchée la programmation du festival des 7 Collines. Pluridisciplinaire mais se tournant de plus en plus vers le nouveau cirque, l'événement de fin juin/début juillet apporte son lot de belles surprises. Nicolas Bros

Nicolas Bros | Mercredi 6 avril 2016

Les 7 Collines verdoyantes

Tournée vers les nouveaux talents et principalement vers le cirque, la programmation du cru 2016 du festival des 7 Collines (du 29 juin au 8 juillet), réserve quelques belles surprises. Tour d'horizon de quelques dates à retenir. La première bonne nouvelle est la présence de plusieurs exclusivités. Outre les nouvelles créations des Colporteurs ou de Mathurin Bolze, la présence de trois spectacles inédits retiennent notre attention. Tout d'abord un trio anglais, la Barely Methodical Troupe avec sa pièce Bromance. Jamais jouée en France et plébiscitée outre-Manche, cette oeuvre circassienne acrobatique prouve que cette troupe est à suivre de très près. Autres anglophones, la compagnie australienne Gravity and other myths posera ses valises à Saint-Chamond pour deux dates de sa création A simple space. Captivant le public en le gardant proche d'eux et suspendu à leurs mouvements, les artistes proposent une oeuvre toute en finesse, également inédite en France. Enfin, troisième prestation qui a attiré notre oeil, Sweat baby sweat du jeune chorégraphe belge Jan Mertens. Cette oeuvre sensible et tou

Continuer à lire

À la frontière des pensées

SCENES | Loin d'un simple spectacle de magie au "lapin blanc qui sort du chapeau", Thierry Collet propose d'aller bien plus loin en sa compagnie. N'hésitant pas à (...)

Nicolas Bros | Mardi 30 novembre 1999

À la frontière des pensées

Loin d'un simple spectacle de magie au "lapin blanc qui sort du chapeau", Thierry Collet propose d'aller bien plus loin en sa compagnie. N'hésitant pas à provoquer et évoquer les influences de la société et de ses acolytes marketing et propagande sur notre condition humaine, nos pensées, nos freins, nos envies, ... À l'aide d'une magie totale, Thierry Collet s'amuse à nous faire balancer entre utopies et réalités, entre songes et souvenirs, afin de déclencher une quête de sens. Si l'illusionisme et le mentalisme ont pour référence dans l'imaginaire commun Messmer, Thierry Collet est un magicien mentaliste un peu à l'écart. Proposant de découvrir les rouages et les outils utilisés par les magicien, dans une succession d'expériences étonnantes, le mentaliste nous fait voyager dans nos cerveaux afin de découvrir les mécanismes de nos choix, comment ils peuvent être dictés et/ou manipulés. Presque un spectacle en manifeste politique en quelque sorte afin de nous éveiller aux manipulations auxquelles nous pouvons êtres pris. Parfois dérangeant, surtout étonnant et drôle, ce spectacle évoque nos libertés et leurs limites. NB

Continuer à lire

À la frontière des pensées

SCENES | Loin d'un simple spectacle de magie au "lapin blanc qui sort du chapeau", Thierry Collet propose d'aller bien plus loin en sa compagnie. N'hésitant pas à (...)

Nicolas Bros | Mardi 21 juillet 2015

À la frontière des pensées

Loin d'un simple spectacle de magie au "lapin blanc qui sort du chapeau", Thierry Collet propose d'aller bien plus loin en sa compagnie. N'hésitant pas à provoquer et évoquer les influences de la société et de ses acolytes marketing et propagande sur notre condition humaine, nos pensées, nos freins, nos envies, ... À l'aide d'une magie totale, Thierry Collet s'amuse à nous faire balancer entre utopies et réalités, entre songes et souvenirs, afin de déclencher une quête de sens. Si l'illusionisme et le mentalisme ont pour référence dans l'imaginaire commun Messmer, Thierry Collet est un magicien mentaliste un peu à l'écart. Proposant de découvrir les rouages et les outils utilisés par les magicien, dans une succession d'expériences étonnantes, le mentaliste nous fait voyager dans nos cerveaux afin de découvrir les mécanismes de nos choix, comment ils peuvent être dictés et/ou manipulés. Presque un spectacle en manifeste politique en quelque sorte afin de nous éveiller aux manipulations auxquelles nous pouvons êtres pris. Parfois dérangeant, surtout étonnant et drôle, ce spectacle évoque nos libertés et leurs limites. NB

Continuer à lire

Collégiale Attitude

MUSIQUES | En invitant les étudiants de l'Académie baroque européenne d'Ambronay à se produire à la collégiale de Montbrison, l'Estival de la Bâtie offre au concerto baroque (...)

Alain Koenig | Mardi 30 juin 2015

Collégiale Attitude

En invitant les étudiants de l'Académie baroque européenne d'Ambronay à se produire à la collégiale de Montbrison, l'Estival de la Bâtie offre au concerto baroque un écrin à l'acoustique généreuse. Le très émoulu Enrico Onofri, dont les accréditations baroques sont immaculées, sera le mentor de jeunes musiciens avides de conseils techniques bienveillants. Après une tournée triomphale avec l'Orfeo de Monteverdi en 2013, l'Académie dans un programme « Violino fantastico » passera au microscope un style que se disputèrent jadis Français, Allemands, et surtout les grands maîtres italiens. La bataille entre styles italiens, allemands et français s'évanouit, à la simple écoute du 3ème concerto brandebourgeois de Jean-Sébastien Bach. Corelli, Pachelbel ou Telemann, malgré d'irrésistibles moments de grâce, peineront à égaler Bach, tant l'euphorie créatrice de sa période Cöthen nanise leurs galantes tentatives. Le célèbre Canon, du non moins célèbre Pachelbel sera enfin suivi de son inséparable Gigue, tandis que le Concerto pour trois violons RV552 de Vivaldi redonnera au maître vénitien l'occasion de rivalise

Continuer à lire

Poses et postures

SCENES | Latex Remix ou la stimulation d'une imagination parfois défaillante. Présenté par le Collectif Delgado Fuchs, cette création au titre étonnant partagera le (...)

Monique Bonnefond | Mercredi 1 juillet 2015

Poses et postures

Latex Remix ou la stimulation d'une imagination parfois défaillante. Présenté par le Collectif Delgado Fuchs, cette création au titre étonnant partagera le plateau de l'Usine lors des 7 Collines avec Duet for two dancers, un duo chorégraphié par la talentueuse Tabea Martin, sur une musique d'Igor Stravinski. Pensée par Nadine Fuchs et Marco Delgado, la pièce Latex Remix a été dictée par un désir de montrer la sensualité qui se dégage de la façon de bouger, de mettre en mouvement des corps dont la plastique impeccable représente la volupté. Les figures se rapprochent du patinage artistique, de la natation synchronisée ou de la danse classique en suscitant l'éveil érotique du public. Tout autre est le spectacle chorégraphié par Tabea Martin qui trouve, à travers Duet for two dancers, l'occasion d'exprimer les pensées, les questions, les doutes qui rappellent les états d'âme tourmentés qu'exprime Hamlet dans le célèbre To be or not to be. Être ou ne pas être danseur ? Que signifie danser et ne pas danser ? La liberté de choix peut engendrer doutes et inquiétudes condamnant parfois à l'immobilism

Continuer à lire

Un bol de contemporanéité

SCENES | L’Hostellerie de Pontempeyrat sise aux confins du Forez et du Velay (à Usson-en-Forez exactement) est une zone de création contemporaine et (...)

Florence Barnola | Mercredi 1 juillet 2015

Un bol de contemporanéité

L’Hostellerie de Pontempeyrat sise aux confins du Forez et du Velay (à Usson-en-Forez exactement) est une zone de création contemporaine et d'expérimentation artistique. En témoigne le festival qu'elle abrite depuis neuf ans : les Pontempeyresques. En pleine campagne, de nombreuses compagnies transdisciplinaires, de cirque ou de danse, viennent en résidence afin de faire germer des graines d'art pur. La programmation du festival leur rend hommage le temps d’un week-end d’août en leur donnant l'occasion de confronter leur création au public. Pour cette 9e édition, l'accent est mis sur la danse et le cirque au travers de spectacles qui se joueront sous chapiteau et dans les salles de l’Hostellerie. On citera côté danse Lila Derridj, artiste parisienne, pour son solo chorégraphique Une bouche qu’elle a travaillé cet été à Pontempeyrat : « Les objets ou les matières en présence, en métal, en cuir, en plastique, en tissus, en papier… inspirent et nourrissent la création. Mes atèles de jambe et mes béquilles, nécessaires à mes déplacements quotidiens, sont des matières à danser. » Côté cirque et plus (marionnette, musique et film d’animati

Continuer à lire

CharlÉlie Couture : «J'ai le sentiment d'avoir été un peu mis à l'écart»

MUSIQUES | Avec "I m M o r t e l", CharlÉlie Couture a sorti à la rentrée 2014 son dix-neuvième disque studio. Une épreuve où, pour la première fois, il a confié les clefs de sa réalisation à un autre artiste, à savoir Benjamin Biolay. Un peu boudé par les médias français, le dandy blues-rock, à qui l'on doit notamment le célèbre "Comme un avion sans aile", vient en ce mois de juillet faire résonner sa voix nasillarde si particulière à la Forge dans le cadre de l'Estival de la Bâtie. Propos recueillis par NB.

Nicolas Bros | Jeudi 18 juin 2015

CharlÉlie Couture : «J'ai le sentiment d'avoir été un peu mis à l'écart»

Comment est intervenu Benjamin Biolay sur I m M o r t e l ? Benjamin Biolay s'est occupé de la réalisation de l'album. Comme un metteur en scène va travailler sur un scénario existant, il a apporté une couleur particulière à l'album, sa patte. C'était une nouveauté pour moi. J'ai été ravi de faire cette expérience du fait de la complicité avec Benjamin. Sur les vingt disques que j'ai faits, c'est vraiment la première fois que je « laisse les clefs » à quelqu'un. Je suis ravi du résultat. Est-ce que votre live a évolué depuis le début de la tournée I m M o r t e l ? En fait, je suis sans cesse en train d'expérimenter différentes formules. Hier soir, j'étais par exemple en concert à Harlem en duo avec Karim (NDLR : Karim Attoumane, guitariste complice de longue date de CharlÉlie Couture), deux jours auparavant j'étais en quartet à Alphabet City dans un club avec deux musiciens américains en plus ave

Continuer à lire

Réminiscences et balles de nuit

SCENES | Des confessions en cuisine avec les 7 doigts de la main à du jonglage magique à six mains de nuit. Voici deux créations («Cuisines & Confessions» et «Nuit») qui ont retenu toute notre attention parmi un programme des 7 Collines 2015 riche et singulier. Monique Bonnefond

Monique Bonnefond | Mardi 2 juin 2015

Réminiscences et balles de nuit

Ah ! la bonne odeur de la soupe au pistou qui fait soudain surgir des marchés de Provence, le bruit soyeux d'une bouche posée sur une autre bouche ! Tout le monde connaît ce régal des sens qui réveille des souvenirs inscrits dans nos histoires personnelles. Cuisine et confessions de la compagnie québécoise Les 7 Doigts de la Main dose savamment des ingrédients qui sollicitent nos cinq sens : le toucher qui restitue la sensation des mains qui pétrissent, l'odeur des biscuits sortant du four... le tout agrémenté d'une «sauce musicale bien épicée» qui charme nos oreilles avec une reprise acoustique de You're the one that I want de Grease. On se délecte de ce menu revigorant préparé sous nos yeux par neuf circassiens qui échangent des propos, souvent drôles, avec le public invité à «mettre son grain de sel» et à partager un moment festif et convivial. Cet aspect communicatif se trouve aussi dans Nuit où le «langage jonglé» est source de dialogue. La Nuit ! Trois hommes et des balles. Que se passe-t-il entre eux ? Tout ce que le Collectif Petit Travers a imaginé, avec en plus, une touche de magie concoctée par Yann Frisch. «Du côté de ch

Continuer à lire

Sur la bande FM

MUSIQUES | Rien n'est dû au hasard paraît-il. Pour FM Laeti, c'est pourtant par une pure coïncidence que leur duo a débuté son histoire. Invités tous deux à participer à une (...)

Nicolas Bros | Mardi 2 juin 2015

Sur la bande FM

Rien n'est dû au hasard paraît-il. Pour FM Laeti, c'est pourtant par une pure coïncidence que leur duo a débuté son histoire. Invités tous deux à participer à une émission de Radio Campus à propos d'artistes auto-produits, Laetitia Bourgeois, chanteuse guadeloupéenne au timbre soul suave et François-Marie Dru, compositeur, ont tout de suite accroché. En sortant de studio, ils ont partagé leurs goûts musicaux, puis rapidement ont travaillé sur des compositions communes qu'ils enregistrèrent un an après. Sur ces entrefaites le duo FM Laeti prenait alors son envol un peu grâce à la bande FM... Depuis, de l'eau a coulé sous les ponts : deux albums plus loin, le groupe s'impose dans la série des duos (malgré l'arrivée du frère de François-Marie transformant la formation en trio) de pop française "à la mode", rejoignant pêle-mêle The Dø ou encore Elephant. Après un premier album - It Will All Come Around - orienté vers la folk acoustique, FM Laeti s'est enfermé en Provence afin d'enregistrer au calme For The Music, une ode pop, boucanée à la soul music, où la voix de Laetitia Bourgeois prend toute sa place. Un disque calibré pour la danse - comme le démontre

Continuer à lire

Vers de nouveaux horizons

MUSIQUES | Du 1er au 25 juillet, le Château de la Bâtie d'Urfé, dans la Plaine du Forez, sera le théâtre de la 5e édition du festival pluri-disciplinaire (musique, danse, (...)

Marlène Thomas | Mardi 12 mai 2015

Vers de nouveaux horizons

Du 1er au 25 juillet, le Château de la Bâtie d'Urfé, dans la Plaine du Forez, sera le théâtre de la 5e édition du festival pluri-disciplinaire (musique, danse, cirque, théâtre) : L'Estival de la Bâtie. Dans un souci de proximité avec le public, le festival innove sur le plan géographique en décentralisant, cette année, certains de ses spectacles dans dix communes ligériennes (Saint-Étienne, Feurs, Roche-la-Molière, ...). À l'occasion de ces «Escapades musicales», la mezzo-soprano Karine Deshayes se produira avec l'Ensemble Contraste le 6 juillet en l'église de Feurs, tandis que la Collégiale de Montbrison sera l'écrin de la musique de l'Académie Baroque Européenne d'Ambronay et son Ensemble Radio Antiqua dirigé par Enrico Onofri. Concernant les autres côtés musicaux du festival hors classique, signalons que la Forge (Chambon-Feugerolles) accueillera une seconde date ligérienne pour CharlÉlie Couture et son nouvel album ImMortel après son passage dans un Théâtre du Parc andrézien archi-complet en novembre dernier. La sulfureuse Élodie Frégé, rescapée de la télé-réalité, envoût

Continuer à lire

Tout un cirque !

SCENES | Après avoir attiré 12 000 spectateurs pour sa 20ème édition en 2014, le festival des 7 Collines repart cette année en ciblant toujours plus sa (...)

Nicolas Bros | Mardi 7 avril 2015

Tout un cirque !

Après avoir attiré 12 000 spectateurs pour sa 20ème édition en 2014, le festival des 7 Collines repart cette année en ciblant toujours plus sa programmation sur le cirque, la danse et les performances scéniques. Parmi les artistes qui se présenteront au public du Sud de la Loire du 1er au 10 juillet prochains, quelques noms promettent de belles émotions scéniques. En premier lieu la compagnie québécoise Les 7 Doigts de la Main, après leur passage remarqué l'année dernière, présenteront à Saint-Chamond leur dernière création Cuisine & Confessions autour de l'art culinaire, inspiré du livre de Suzanne Taylor Young and Hungry. Le musicien autodidacte voyageur Titi Robin s'associera à l'incomparable Michael Lonsdale pour le concert-lecture L'Ombre d'un Doute au Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne. Autre belle surprise avec la présentation de FM Laeti en première partie du concert d'ouverture assuré par Shantel & Bucovina Club Orkestar. Duo formé par la chanteuse Laetitia Bourgeois et le compositeur François-Marie Dru, FM Laeti (cf. photo) apporte une pop bou

Continuer à lire

Un symbole d’accomplissement

SCENES | Conte parmi les plus marquants pour les petites filles mais pas seulement, Cendrillon continue de faire rêver. A la Bâtie d'Urfé du 24 au 27 juillet, Thierry Malandain et son Malandain Ballet Biarritz viendra proposer une version ultra-moderne mais fidèle de ce conte qui traverse les âges sans prendre une ride. Monique Bonnefond

Monique Bonnefond | Mardi 1 juillet 2014

Un symbole d’accomplissement

Comme le montrent les analyses éclairantes de Bruno Bettelheim dans Psychanalyse des contes de fées, Cendrillon parle des souffrances de la rivalité fraternelle, de désirs qui deviennent réalité, de l’humble qui est élevé, du vrai mérite qui est reconnu même s’il est caché sous des haillons, de l’enfant maltraité et repoussé par ses aînés... C’est pourquoi sous une simplicité apparente, Cendrillon éveille un profond intérêt qui explique son succès auprès de millions de personnes à travers les siècles et les multiples représentations qui en sont données. Thierry Malandain, avec le Malandain Ballet Biarritz et Prokofiev pour compagnon de route, nous conduit dans un lieu magique, le château de la Bâtie d’Urfé, pour y rencontrer « sa » Cendrillon qui, rejoignant l’Astrée, nous emmène sur le chemin de l’accomplissement. Pour suivre ce parcours d’une étoile qui danse, pas d’artifices. Un seul décor très sobre, chargé de symbolisme avec une envolée d’escarpins noirs, métamorphose de la pantoufle de vair. Avec Malandain, priorité est donnée au corps dansant. Vingt danseurs chez qui on perçoit une belle formation class

Continuer à lire

Ten for three

SCENES | A la croisée entre la danse, le théâtre et les arts plastiques, Ten est signé par un excellent artiste anglais, Hetain Patel, d’origine indienne. Cette (...)

Florence Barnola | Mardi 1 juillet 2014

Ten for three

A la croisée entre la danse, le théâtre et les arts plastiques, Ten est signé par un excellent artiste anglais, Hetain Patel, d’origine indienne. Cette performance à l’aide de textes, de mouvements chorégraphiques, de vocalises, de rythmes, raconte un questionnement, celui de Patel sur ses racines, sur les rites et les traditions indiennes… « Etre » est mon sujet de travail » explique le performeur. Le socle de ses travaux (photographie, installations, vidéos, performances), ses expériences, est la formation de l’identité, du soi. Il expérimente ces problématiques aux travers de ses matériaux de prédilection : le langage et le corps. Un langage fait de rythmes, de musiques, de mots. Un corps qui explore le mouvement, la répétition, l’automatisme parfois. Dans Ten, ils sont trois corps, trois voix qui interrogent l'identité britannique et l’identité indienne à travers la musique classique indienne et le tala du percussionniste répétant un jhaptal (cycle de 10 temps). Les danseurs racontent une histoire, des morceaux d’histoires d’un fils d’immigrés mais surtout la nôtre. Comment vivre ensemble est sans doute au cœur du spectacle. Les trois hommes

Continuer à lire

Une famille en or...

MUSIQUES | On ne les présente plus: ils sont tous musiciens, et quels musiciens ! Chez les Bertrand, même si l'on pratique beaucoup le second degré, on ne plaisante (...)

Alain Koenig | Mardi 1 juillet 2014

Une famille en or...

On ne les présente plus: ils sont tous musiciens, et quels musiciens ! Chez les Bertrand, même si l'on pratique beaucoup le second degré, on ne plaisante pas avec la musique... Du travail, encore du travail, beaucoup d'humilité, voilà une recette familiale qui a fait ses preuves, et leur ouvre toutes les portes. Aussi quelle merveilleuse idée pour l'édition 2014 de l'Estival de la Bâtie, que de réunir la Rolls Royce des duos -Emmanuelle Bertrand au violoncelle et son complice Pascal Amoyel au piano- avec l'ensemble instrumental SyLF, dont le directeur artistique, et contrebassiste, n'est autre que Jérôme...Bertrand. Voici quelques lunes, le duetto de Rossini interprété par le frère et la sœur, après une Truite de Schubert d'anthologie (toujours avec Pascal Amoyel au piano) laisse augurer d'une réunion de famille au sommet ! Les festivaliers seront particulièrement chouchoutés cette année. Le 8 juillet, dans une mise en scène de Jean Piat, le duo E.Bertrand/P.Amoyel nous fera partager la terrible expérience des musiciens des camps de la mort, sauvés par la musique, dans un poignant spectacle : Les notes de l'Espoir. Le lendemain à Saint-Just-Saint-Rambe

Continuer à lire

On dirait l'Afrique du Sud

SCENES | «Je considère comme gaspillée toute journée où je n'ai pas dansé», écrivit Nietzsche dans Ainsi parlait Zarathoustra. A voir leur dernière création, qui sera présentée (...)

Benjamin Mialot | Mardi 1 juillet 2014

On dirait l'Afrique du Sud

«Je considère comme gaspillée toute journée où je n'ai pas dansé», écrivit Nietzsche dans Ainsi parlait Zarathoustra. A voir leur dernière création, qui sera présentée pour la 20e édition du festival des 7 Collines, les Sud-africains de Via Katlehong n'ont eux pas gâché une seule seconde depuis la fondation de leur compagnie au début des années 90. Comédie musicale d'un brio inversement proportionnel à son budget, Via Sophiatown raconte l'histoire de la banlieue de Johannesburg du même nom, de l'insouciant hédonisme multi-culturel dans lequel elle a d'abord baigné à son blanchiment forcé. Un bouleversement dont la chorégraphie se fait l'écho : hilare, suggestive et émaillée de portés de rock acrobatique et de figures de breakdance, elle devient tendue, tellurique et emprunte de pratiques de rue contestataires, du gumboot (danse percussive se pratiquant avec des bottes de caoutchouc) à la pantsula (une sorte de hip hop épileptique). Ce n'est toutefois pas cette puissance évocatrice qui impressionne et émeut le plus dans Via Sophiatown, mais l'absolue générosité des forces de la nature qui l'interprètent. Festival des 7 Collines

Continuer à lire

From England with love

MUSIQUES | Véritable révélation pop-rock de 2011 avec son premier album éponyme, la belle Anna Calvi a su négocier avec brio le fameux virage dangereux du second opus avec One Breath en 2013. Cette anglaise donne des frissons sur scène par son jeu tempétueux alors qu'elle semble plutôt réservée dans la vie, se produira début juillet à Saint-Étienne pour la première fois. Nicolas Bros

Nicolas Bros | Mercredi 4 juin 2014

From England with love

Elle n'est pas corse malgré son nom. Mais Anna Calvi est également une insulaire, d'outre-Manche. Et elle possède la caractéristique de situer son profil entre calme apparent et tempête artistique. L'Anglaise a sorti en 2013 son second album One Breath, confirmant deux ans après au passage son statut d'étoile montante de la scène pop-rock anglaise. Encensée par la critique, la protégée de Brian Eno a su conquérir le public grâce à sa voix langoureuse et ses riffs de guitare fiévreux et volcaniques. Souvent comparée à PJ Harvey, elle explore de nouvelles voies avec son second disque et a réussi à surprendre. Empruntant des idées et des sons tantôt à la musique africaine tantôt à la musique expérimentale, elle laisse une grande place aux cordes et aux voix allant jusqu'à intégrer des chœurs d'église dans ses compositions. Programme chargé. Avec la volonté de faire un album plongeant progressivement « dans l'éther », Anna Calvi réussi son pari. Elle nous emmène dans une autre facette de son monde, teinté de rock chamarré par différents tableaux oniriques et délicieusement déroutants. On se laisse facilement embarquer dans le rêve éveillé d'Anna

Continuer à lire

Les 7 doigts de la main pour ouvrir les 7 Collines

SCENES | La compagnie québécoise Les 7 doigts de la main ouvrira la vingitème édition du festival des 7 Collines de Saint-Etienne. Pour l'occasion, le collectif (...)

Nicolas Bros | Lundi 3 mars 2014

Les 7 doigts de la main pour ouvrir les 7 Collines

La compagnie québécoise Les 7 doigts de la main ouvrira la vingitème édition du festival des 7 Collines de Saint-Etienne. Pour l'occasion, le collectif présentera sa nouvelle création intitulée Séquence 8. Créée en 2002 à Montréal par sept anciens pensionnaires du Cirque du Soleil, la compagnie en est à sa huitième création. Cette œuvre, se situant entre cirque et théâtre, promet de se questionner sur le rôle de « l’Autre » et ainsi, à travers ce prisme, de la définition de nous-même. Le spectacle tourné vers la thématique ambitieuse de l'instrospection promet une soirée inaugurale de haute volée pour les 7 Collines 2014. Séquence 8, Compagnie les 7 doigts de la main, mercredi 2 juillet à 20h, Opéra-Théâtre de Saint-Etienne / Ouverture du 20ème Festival des 7 Collines  

Continuer à lire