Argo

ECRANS | Pour son troisième film derrière la caméra, Ben Affleck s’empare d’une histoire vraie où un agent de la CIA a fait évader des otages en Iran en prétextant les repérages d’un film de SF. Efficace, certes, mais très patriotique. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 31 octobre 2012

Photo : © 2012 WARNER BROS. ENTERTAINMENT INC.


Acteur sujet à de nombreuses railleries, Ben Affleck est en train de gagner ses galons en tant que réalisateur. Il faut dire qu'il est du genre élève appliqué, et si ni Gone baby gone, ni The Town ne révolutionnaient le film noir, ils prouvaient une certaine intelligence de mise en scène et un goût prononcé pour les personnages mélancoliques, en équilibre instable sur les frontières morales. En cela, Affleck s'affichait comme un disciple de Michael Mann ; si The Town était un peu son Heat, Argo est de toute évidence son Révélations : un thriller politique où un preux chevalier en voie de décomposition personnelle regagne l'estime de soi en allant défier un pouvoir inflexible.

Ici, c'est l'Iran en 1979, juste après la chute du Shah et l'accession au pouvoir de Khomeiny, en pleine crise diplomatique : une attaque de l'ambassade américaine entraîne une vaste prise d'otages, dont seuls six personnes réussissent à réchapper pour se réfugier chez l'ambassadeur canadien. La CIA fait donc appel à son meilleur agent, Tony Mendez (Affleck lui-même), pour élaborer un plan afin de les ramener au bercail. Après maintes hypothèses insatisfaisantes, Mendez a l'idée de monter un faux film de science-fiction, Argo, et de se faire passer pour le responsable des repérages, en vue de tourner le film sur les terres iraniennes.

Leurre de vérité

L'histoire est vraie — le générique montre d'ailleurs à quel point Affleck a été scrupuleux dans son désir d'imiter réalité, physique des personnages compris — mais elle fascine par ce qu'elle convoque de mensonges et d'illusions. C'est en faisant semblant de construire une fiction que Mendez et ses acolytes ont pu berner les autorités iraniennes. La première partie, où les écrans et les régimes d'images s'entrechoquent de manière virtuose conduit ensuite Affleck vers un commentaire doucement ironique sur le spectacle hollywoodien, capable de distraire à tous les sens du terme le plus acharné des barbus.

Le film lui-même témoigne de cette efficacité bulldozer, bâti sur un suspense archi-maîtrisé auquel il est difficile de ne pas se laisser prendre. C'est aussi sa limite : Argo célèbre le courage sans borne de l'Amérique face à ceux qui veulent la détruire, baume au cœur patriotique redoublé par le trajet du héros, qui en profite pour reconquérir son fils et sa femme. On comprend mieux alors l'accueil triomphal réservé au film aux États-Unis ; ici, on se contentera d'en louer les vertus cinématographiques, et ce n'est déjà pas mal.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Gastéro-potes : "La Baleine et l'Escargote" de Max Lang

ECRANS | Une aventureuse escargote devient la passagère d’une baleine et fait sur sa nageoire le tour du monde. Leur amitié improbable illustrera une morale bien (...)

Vincent Raymond | Lundi 26 octobre 2020

Gastéro-potes :

Une aventureuse escargote devient la passagère d’une baleine et fait sur sa nageoire le tour du monde. Leur amitié improbable illustrera une morale bien connue : on a toujours besoin d’une plus petite que soi… Symphonie de bleus et de textures d’eaux, ce très délicat film d’animation à la réalisation somptueuse rappelle, en moins triste, L’Oiseau et la Baleine vu en complément de programme de L’Odyssée de Choum. Lui aussi doté de deux ultra court-métrages de qualité, il constitue par ailleurs l’une des ultimes apparitions (vocales, dans sa V.O.) de la regrettée Diana Rigg. La Baleine et l'Escargote ★★★☆☆ Un film d'animation de Max Lang, Daniel Snaddon, Filip Diviak (G-B-Tch-Sui, 0h40)

Continuer à lire

Scandale

ECRANS | L’an passé, un familier du registre comique avait signé avec Vice un portrait aussi documenté que vitriolé de l’ancien vice-président républicain Dick Cheney. (...)

Vincent Raymond | Mardi 21 janvier 2020

Scandale

L’an passé, un familier du registre comique avait signé avec Vice un portrait aussi documenté que vitriolé de l’ancien vice-président républicain Dick Cheney. Rebelote aujourd'hui avec Jay Roach, dont on se souvient qu’il fut révélé par ses séries potacho-burlesques (Austin Powers, Mon beau-père et moi…) avant de se reconvertir dans le biopic politique. Dans Scandale, le cinéaste — qui ne peut cacher ses sympathies démocrates — monte au front pour épingler les travers de la frange la plus conservatrice de la société américaine à travers la bouche d’égout qui lui sert d’organe quasi-officiel. Au moment où le scandale éclate, nous sommes à la fois à la veille de #MeToo mais aussi (et surtout) en plein dans la campagne présidentielle qui vit Trump gagner les primaires, puis la Maison Blanche grâce au soutien du réseau médiatique de Rupert Murdoch piloté par Ailes. Soyons honnête : alignant des tonnes de stars oscarisables (grimées en vedettes US du petit écran inconnues en France), l’affiche n’était pas très ras

Continuer à lire

Quentin se fait son cinéma : "Once Upon a Time… in Hollywood"

ECRANS | Hollywood, 1969. Rick Dalton, vedette sur le déclin d’une série TV, Cliff Booth, son cascadeur homme à tout faire ; leur voisine, la jeune comédienne Sharon (...)

Vincent Raymond | Mercredi 14 août 2019

Quentin se fait son cinéma :

Hollywood, 1969. Rick Dalton, vedette sur le déclin d’une série TV, Cliff Booth, son cascadeur homme à tout faire ; leur voisine, la jeune comédienne Sharon Tate, épouse Polanski : trois destins parallèles et convergents dans une ville entre décors, faux-semblants et rêves brisés… Lors de l’une de ses venues au Festival Lumière, Quentin Tarantino avait concocté une sélection de films portant l’estampille 1970. Au-delà du nombre rond, cette année charnière marque en effet l’ancrage définitif du Nouvel Hollywood, l’irrésistible ascension de ses nouveaux moguls et l’inéluctable déclin des anciens nababs. Autant dire que le choix de 1969 pour situer cette semi-fiction est signifiant : il correspond à la fin d’un âge d’or — en tout cas idéalisé par ceux qui l’ont vécu a posteriori. Et à travers l’écran d’argent. Dans sa reconstitution appliquée, Tarantino est loin de tout repeindre en rose pailleté, même si la tentation est grande : le Hollywood de 1969 transpire de coolness ambiante, d’érotisme débridé, ruisselle de musiques indépassables —

Continuer à lire

Marie Stuart, Reine d'Ecosse

ECRANS | Son récent veuvage renvoie la jeune reine de France Marie Stuart dans son Écosse natale, où son trône est convoité par sa parente Elizabeth Ière d’Angleterre, (...)

Vincent Raymond | Mardi 26 février 2019

Marie Stuart, Reine d'Ecosse

Son récent veuvage renvoie la jeune reine de France Marie Stuart dans son Écosse natale, où son trône est convoité par sa parente Elizabeth Ière d’Angleterre, laquelle se verrait bien doublement couronnée. Marie lui fait part de ses vues sur Albion. Diplomatie, trahisons et guerre à l’horizon… La Favorite vient récemment de prouver qu’il était possible d’être fidèle à l’esprit d’une époque en adoptant une esthétique décalée et volontairement anachronique. Sur un sujet voisin (grandeurs et misères des monarques britanniques) Marie Stuart offre a contrario l’exemple d’un dévoiement calamiteux de l’Histoire à la limite du révisionnisme, gâchant un bon sujet par des intentions politiquement correctes nuisant à la véracité et à l’authenticité factuelles d’un film semblant, en apparence, soigner le moindre détail au nom de son idée du “réalisme“. Ce n’est pas tant la lecture “fém

Continuer à lire

Figure libre : "Moi, Tonya"

ECRANS | L’histoire se souvient de Tonya Harding comme de la première patineuse étasunienne à avoir fait un triple axel en compétition : classe. Mais aussi – plus (...)

Aurélien Martinez | Mardi 20 février 2018

Figure libre :

L’histoire se souvient de Tonya Harding comme de la première patineuse étasunienne à avoir fait un triple axel en compétition : classe. Mais aussi – plus que tout même – pour avoir été mêlée à un scandale quelques jours avant les Jeux olympiques de 1994 à Lillehammer : l'agression de sa rivale Nancy Kerrigan à coups de barre en métal, dont les images filmées après l’attaque (et les « Why ? Why ? Why ? » de Kerrigan) ont fait le tour du monde : moins classe. Tonya Harding est une de ces figures controversées que les États-Unis adorent produire à la chaîne. Une figure à laquelle le cinéaste australien Craig Gillespie vient de consacrer un biopic passionnant, justement parce que ce n’est pas tant un biopic (même si les acteurs et actrices ressemblent parfaitement aux véritables protagonistes) qu’un film sur le rêve américain et, surtout, l’une de ses faces les plus sombres – les blancs pauvres, appelés "white trash", représentés ici de la pire des manières. Du coup, l’agression comme le patinage ne sont presque que secondaires pour Craig Gillespie : il s’attache principalement à montrer une battante qui fait tout pour s

Continuer à lire

Margot, pleine lignes

SCENES | On pourrait lui en faire le reproche mais, à bien réfléchir, il n'y a rien là d'incohérent. Dans le Margot de Laurent Brethome, il y a un peu de l'air (...)

Nadja Pobel | Lundi 22 janvier 2018

Margot, pleine lignes

On pourrait lui en faire le reproche mais, à bien réfléchir, il n'y a rien là d'incohérent. Dans le Margot de Laurent Brethome, il y a un peu de l'air du temps théâtral : une pincée de Thomas Jolly (pour une esthétique noire-rouge-blanche et les breloques pas forcément nécessaires en accompagnement de costumes très justes : contemporains et a-temporels), du Julien Gosselin (personnages déclamatoires micro en main – en très courtes séquences il faut le reconnaître), parfois même du Joël Pommerat (ah, la séduisante scène de fiesta post couronnement d'Henri III qui rappelle les images de Ma Chambre froide ! ). Mais il y a, in fine, entièrement Laurent Brethome. En mettant en scène, dans une version délicatement décalée de Dorothée Zumstein, Le Massacre à Paris de Christopher Marlowe qui avait ouvert le TNP villeurbannais en 1972 sous la direction de Chéreau et dans les décors du grand Peduzzi, le Vendéen n'est jamais poseur et d'une fidélité épatante à ce qu'il fut : les corps

Continuer à lire

Viens pas chez moi, j’habite avec une copine : "Ami-ami"

ECRANS | Vaste famille ayant donné naissance au meilleur (L’Auberge espagnole) comme au pire (Five), la comédie-de-colocation-entre-potes s’enrichit d’un nouveau (...)

Vincent Raymond | Mercredi 17 janvier 2018

Viens pas chez moi, j’habite avec une copine :

Vaste famille ayant donné naissance au meilleur (L’Auberge espagnole) comme au pire (Five), la comédie-de-colocation-entre-potes s’enrichit d’un nouveau rejeton tentant le vaudeville contemporain sans pour autant recourir à la grivoiserie. Louable effort compensant les maladresses d’usage d’un premier film alternant potacherie classique et audaces scénaristiques. Le cœur brise par son ex-, le “héros” de ce badinage s’installe avec sa meilleure copine, en tout bien tout honneur. Une nouvelle histoire d’amour lui cause un double embarras : il n’ose avouer à sa conquête qu’il “vit“ avec une amie, laquelle se montre plus que jalouse : possessive. Si le côté “Guerre des Rose” avec saccage majuscule de l’appartement sent le réchauffé, reconnaissons que le réalisateur Victor Saint Macary surprend en renversant une situation très convenue : ici, ce n’est plus le mec qui rompt un pacte d’amitié homme-femme et en détruit l’harmonie mais bien l’amie éconduite — sortir du schéma du mâle forcément prédateur a d’ailleurs pour effet de désorienter cert

Continuer à lire

Dans les pas de Margot

SCENES | C'est sa pièce totale. Seize comédiens pour environ soixante rôles. Laurent Brethome a créé Margot en novembre, après l'avoir déjà esquissé en 2014 avec les (...)

Nadja Pobel | Mardi 9 janvier 2018

Dans les pas de Margot

C'est sa pièce totale. Seize comédiens pour environ soixante rôles. Laurent Brethome a créé Margot en novembre, après l'avoir déjà esquissé en 2014 avec les élèves du Conservatoire de Lyon. Sans moyen, il revisitait déjà la pièce de Marlowe de façon forte et efficace, une montagne de chaussures exprimant la nuit de la Saint-Barthélémy. Là, en 2h35, et avec notamment la dernière des pépites du Cons', Savannah Rol, il donne la pleine mesure de son savoir-faire. Pièce emblématique du TNP (c'est avec l’adaptation de Chéreau que le théâtre ouvrait ainsi ses portes à Villeurbanne en 1972), Margot sera cette fois-ci aux Célestins, du 17 au 23 janvier.

Continuer à lire

Bad Buzz

ECRANS | Pourquoi toutes les demi-gloires télévisuelles éprouvent-elles le besoin de “faire du cinéma” ? Le goût du lucre ou les exigences d’un ego tyrannique (...)

Vincent Raymond | Mardi 20 juin 2017

Bad Buzz

Pourquoi toutes les demi-gloires télévisuelles éprouvent-elles le besoin de “faire du cinéma” ? Le goût du lucre ou les exigences d’un ego tyrannique peuvent expliquer, à défaut de justifier, la présence de ces notabilités météoritiques sur grand écran. Semblant considérer comme négligeable la nécessité d’avoir au préalable une idée à défendre ou une histoire à raconter, elles accouchent de films présentant moins d’intérêt que le support vierge sur lequel ils sont projetés. Derniers marioles à tenter l’aubaine, les duettistes Éric et Quentin, habitués à pondre au kilomètre des sketches en prise directe avec l’actualité pour l’émission Quotidien. Le ton volontiers impertinent du magazine les autorise à se montrer parfois corrosifs, en réaction aux outrances ordinaires des “puissants” qu’ils brocardent. La brièveté des saynètes compense la réalisation de bric-et-de-broc, à l’amateurisme potache plus que revendiqué : exagéré. Au cinéma aussi on a le droit de faire les cons, mais sérieusement. Et il faut se montrer autrement costaud dans l’é

Continuer à lire

Going to Brazil

ECRANS | Après un drame césarisable (Mauvaise Fille), virage à 180° pour Patrick Mille qui s’essaie à la comédie populaire moderne. Invitées au mariage de leur amie (...)

Julien Homère | Mardi 21 mars 2017

Going to Brazil

Après un drame césarisable (Mauvaise Fille), virage à 180° pour Patrick Mille qui s’essaie à la comédie populaire moderne. Invitées au mariage de leur amie enceinte Katia à Rio de Janeiro, Agathe, Chloé et Lily voient leur séjour virer au cauchemar lorsqu’elles défenestrent accidentellement un homme dans une soirée. Assumant sans gêne sa filiation avec la farce US trash (Todd Phillips), le film brasse tous ses codes visuels et narratifs, frôlant presque le racolage. On peut déplorer ici et là les facilités des gags gores, certains d’entre eux étant vus ailleurs en mieux, mais un plaisir sincère s’en dégage. Le trip possède un rythme soutenu, venant de répliques jouissives, larguées par un quatuor d’actrices habité. Naviguant dans les zones risquées de la comédie dramatique avec une certaine aisance, le concept a le mérite d’aller jusqu’au bout de ses ambitions. Going to Brazil de Patrick Mill

Continuer à lire

Neiges précoces

ECRANS | Dire qu’il n’y a pas si longtemps, vous sirotiez des boissons fraîches en terrasse pour oublier la canicule, et voilà que l’automne a balayé de ses grandes (...)

Vincent Raymond | Mardi 11 octobre 2016

Neiges précoces

Dire qu’il n’y a pas si longtemps, vous sirotiez des boissons fraîches en terrasse pour oublier la canicule, et voilà que l’automne a balayé de ses grandes mains venteuses les tables, les chaises et le soleil brûlant… Mais comme ce n’est pas encore la saison des polaires et des moufles, vous pouvez encore sans frissonner vous offrir une virée dans le Minnesota hivernal pour l’un des polars les plus frappés tournés par les frères Coen. Sorti (bien emmitouflé) il y a déjà vingt ans, Fargo est un bijou d’humour noir au milieu des étendues blanches, où le sordide le dispute à l’absurde. On y suit la pathétique combine d’un vendeur de voitures ayant ourdi l’enlèvement de son épouse par des demi-sel pour renflouer ses finances. Évidemment, rien ne se déroule comme prévu : les cadavres tombent en avalanche, jusqu’à ce qu’une placide policière enceinte jusqu’à la mandibule fasse cesser ces floconneries… Prix de la mise en scène à Cannes, Oscar pour la comédienne Frances McDormand et le scénario signé par les Coen, Fargo est un must de la comédie macabre que le GRAC a retenu

Continuer à lire

Dalton Trumbo : plaisir gourmand pour cinéphiles

ECRANS | Vissé à sa machine à écrire, Dalton Trumbo a signé parmi les plus grandes pages du cinéma hollywoodien (Vacances romaines, Spartacus, Exodus…). Mais il a (...)

Vincent Raymond | Mardi 26 avril 2016

Dalton Trumbo : plaisir gourmand pour cinéphiles

Vissé à sa machine à écrire, Dalton Trumbo a signé parmi les plus grandes pages du cinéma hollywoodien (Vacances romaines, Spartacus, Exodus…). Mais il a aussi mené une vie personnelle et citoyenne romanesque. Le biopic que lui consacre Jay Roach, avec Bryan Cranston, relate le parcours de ce blacklisté haut en couleurs, qui défia la chasse aux sorcières en industrialisant l’écriture sous prête-noms et glanant des Oscars à la barbe de McCarthy et de ses séides. S’il est enlevé et jouissif, à l’image du personnage, le film n’est qu’un instantané de son existence. Il se penche uniquement sur la période aussi conflictuelle qu’héroïque de l’après-guerre (Trumbo auteur reconnu et installé, a déjà publié Johnny Got His Gun), et fait l’impasse sur la fin de sa carrière (son passage à la réalisation avec… Johnny Got His Gun). Un plaisir gourmand pour les cinéphiles, ravis de naviguer dans les coulisses hollywoodiennes parmi les légendes (sont ici convoqués Otto Preminger, John Wayne…) et un joli tour de force pour l’auteur de la série Austin Powers qui mêle ses comédiens à d’authentiques séquences d’archives. Grâce à la prescriptio

Continuer à lire

Salafistes projeté à Bron

ECRANS | Le documentaire controversé de François Margolin et Lemine Ould Salem, suivant au plus près et sans filtre les djihadistes sur le terrain, au Mali, sera (...)

Sébastien Broquet | Mardi 5 avril 2016

Salafistes projeté à Bron

Le documentaire controversé de François Margolin et Lemine Ould Salem, suivant au plus près et sans filtre les djihadistes sur le terrain, au Mali, sera projeté le mercredi 6 avril à 20h30 au cinéma Les Alizés à Bron. La séance sera suivie d'un débat avec le réalisateur François Margolin. L'occasion pour chacun de se faire une idée claire sur Salafistes, ce film ayant provoqué moult débats depuis sa projection au Fipa de Biarritz. Ses détracteurs l'accusent de complaisance envers les djihadistes, d'autres voient en ce documentaire (qui a inspiré Timbuktu) un décryptage essentiel de leur idéologie.

Continuer à lire

Five

ECRANS | À chaque époque, sa vision de la colocation. Revendiquant L’Auberge espagnole (2002), Five se veut un film de joyeux potes idéalisant une chouette vie (...)

Vincent Raymond | Mardi 29 mars 2016

Five

À chaque époque, sa vision de la colocation. Revendiquant L’Auberge espagnole (2002), Five se veut un film de joyeux potes idéalisant une chouette vie autarcique d’enfants gâtés sans contraintes, habitués à voir leurs moindres caprices assouvis par Sam (justement surnommé “Sam régale”) l’amphitryon de la bande — lequel dupe son père pour disposer à l’envi de la fortune familiale, avant d’être démasqué par icelui. D’une morale déjà douteuse, le tableau s’aggrave lorsque le fameux Sam trouve dans le mensonge et surtout le trafic de drogue la solution naturelle à ses problèmes ; et que ses “amis pour la vie” manifestent leur profonde solidarité en se dissociant de lui dès qu’il plonge. On résume : des personnages profiteurs, individualistes, arnaqueurs, délateurs ; une vision caricaturale de la banlieue où les trafiquants sont arabes et barbus, de l’argent facile sans beaucoup se fatiguer, une crudité du dialogue en dent de scie (malgré quelques audaces, le ton demeure timoré) et un manque de fond. Référence de Gotesman, Klapisch avait assorti son film d’un questionnement sur le processus de maturation personnelle ; il n’a pas droit au b

Continuer à lire

10 Cloverfield Lane

ECRANS | En 2008, Matt Reeves électrochoquait le principe du film catastrophe apocalyptique en hybridant faux found footage et monstres exterminateurs dans (...)

Vincent Raymond | Mardi 15 mars 2016

10 Cloverfield Lane

En 2008, Matt Reeves électrochoquait le principe du film catastrophe apocalyptique en hybridant faux found footage et monstres exterminateurs dans Cloverfield, une expérience de cinéma aussi accomplie du point de vue théorique que spectaculaire. Ni suite, ni spin-off classique, 10 Cloverfield Lane s’inscrit dans sa lignée en combinant atmosphère de fin du monde, huis clos sartrien avec potentiel(s) psychopathe(s)… et monstres exterminateurs. Producteur des deux volets, J.J. Abrams pourrait lancer une franchise en s’attaquant ensuite au mélo, à la comédie musicale, au polar : tout peut convenir, du moment que l’on ajoute “Cloverfield” dans le titre et intègre des monstres en codicille ! Si Cloverfield montrait une fiesta virant au massacre, puis au survival, 10 Cloverfield Lane démarre privé de toute insouciance par une rupture pour se précipiter, très vite, dans le confinement subi d’un bunker et sa promiscuité. C’est que les temps ont changé : l’inquiétude et la paranoïa règnent. Plus pressante, la menace n’est plus le seul fait d’entités étrangères ; elle émane aussi de bon gros rednecks se révélant immédiatement

Continuer à lire

Les frères Coen, un rêve américain tourmenté

ECRANS | «Tout ce que je connais, c’est le Texas.» En voix-off, sur fond de puits de pétrole au crépuscule, voilà ce que prononce le détective privé suant et (...)

Christophe Chabert | Mardi 5 mai 2015

Les frères Coen, un rêve américain tourmenté

«Tout ce que je connais, c’est le Texas.» En voix-off, sur fond de puits de pétrole au crépuscule, voilà ce que prononce le détective privé suant et meurtrier au tout début de Blood Simple (1984), œuvre inaugurale de Joel et Ethan Coen. Cela ne l’avait pas empêché, au préalable, d’ébaucher une balbutiante philosophie de l’existence, faite de bouts d’actualité mal digérés et de réflexions typiquement américaines. Une philosophie de traviole, mais une philosophie quand même, ramenée in fine au bon sens texan et à une inculture assumée. À l’autre bout de leur œuvre, les frères Coen retournent au Texas dans No Country for Old Men (2007). Adaptant le roman de Cormac MacCarthy, ils matérialisent une autre figure de tueur mémorable : Anton Chigurh, incarné par un Javier Bardem implacable, ange de la mort lancé à la poursuite d’un cowboy poissard ayant dérobé une fortune à un cartel de la drogue. Chigurh aussi possède une philosophie de la vie basée sur l’absurdité de l’existence, nettoyant les principes éthiques et spirituels de ses futures victimes par un appel au hasard («Call it !») comme derni

Continuer à lire

Diversion

ECRANS | Fondre en un seul geste la forme et le fond pour distraire le spectateur : c’est un programme de cinéma mais aussi une méthode d’arnaque éprouvée. (...)

Christophe Chabert | Mardi 24 mars 2015

Diversion

Fondre en un seul geste la forme et le fond pour distraire le spectateur : c’est un programme de cinéma mais aussi une méthode d’arnaque éprouvée. Diversion en a conscience et c’est un beau tour de passe-passe qu’orchestrent le duo John Requa et Glenn Ficarra, ici un cran au-dessus de leurs deux premiers films — I Love You Philip Morris et Crazy Stupid Love. Le titre original, Focus, plus que son équivalent français, marque d’ailleurs cette parenté entre la mise en scène (du film) et les coups montés par Nicky avec sa bande et sa nouvelle partenaire — et amante — Jess : il s’agit de déplacer la focale et d’orienter le regard pour mieux tromper la victime-spectateur. Cela nécessite souplesse, charme et élégance ; il faut donc avant tout un couple glamour au possible : ici, Will Smith, dans un exercice sobre d’underplaying appris chez Shyamalan, et Margot Robbie, qui confirme après Le Loup de Wall Street qu’elle a un t

Continuer à lire

Gone Girl

ECRANS | Dans le commentaire audio de The Game, David Fincher affirme qu’il avait tourné là son dernier film pensé pour le soir de sa «première». Tournant majeur qui (...)

Christophe Chabert | Mardi 7 octobre 2014

Gone Girl

Dans le commentaire audio de The Game, David Fincher affirme qu’il avait tourné là son dernier film pensé pour le soir de sa «première». Tournant majeur qui consiste à ne plus vouloir scotcher le spectateur sur son siège par une succession d’effets de surprise, mais à s’inscrire dans un temps plus long où le film gagnerait en profondeur et en complexité, révélant à chaque vision de nouvelles couches de sens. C’est ce qui a fait, en effet, le prix de Fight Club, Zodiac et The Social Network. Gone Girl, cependant, a les apparences du pur film de «première» : le calvaire de Nick Dunne, accusé de la disparition de sa femme le jour de leur cinquième anniversaire de mariage, repose sur un certain nombre de retournements de situations importés du roman de Gillian Flynn qu’il convient de ne pas révéler si l’on veut en préserver l’efficacité. La matière est donc celle d’un bon thriller psychologique : un écriv

Continuer à lire

A Usson, un donjon au zénith

CONNAITRE | C'est le genre d'endroit où le plombier sauteur emblématique de Nintendo aurait pu être accueilli, au terme d'un parcours du combattant d'un sadisme à faire (...)

Benjamin Mialot | Mardi 15 juillet 2014

A Usson, un donjon au zénith

C'est le genre d'endroit où le plombier sauteur emblématique de Nintendo aurait pu être accueilli, au terme d'un parcours du combattant d'un sadisme à faire passer le Mud Day pour une promenade digestive, par cette phrase bien connue des possesseurs du premier épisode de ses aventures sur NES : «Merci Mario ! Mais la princesse se trouve dans un autre château !». Un donjon imprenable, perché sur un piton volcanique et cerclé d'une triple enceinte, dont les créneaux défiaient en leur temps un panorama des plus saisissants : à l'ouest les monts Dore, qui jaillissent de l'horizon en de vertes canines, au nord l'auguste Puy-de-Dôme (depuis peu interdit à toute circulation automobile), à l'est le Livradois, vaste plaine dont la légende dit qu'elle est née du retrait providentiel d'un immense marécage. Sauf que le château d'Usson (à ne pas confondre avec son homonyme de l'Ariège), au contraire des chambres de supplice traversées par l'artisan moustachu susnommé, abrita bel et bien une princesse : Marguerite de Valois,

Continuer à lire

Le Loup de Wall Street

ECRANS | «Greed is good». C’était la maxime de Gordon Gecko / Michael Douglas dans le Wall Street d’Oliver Stone. Un film de dénonce balourd qui a eu pour (...)

Christophe Chabert | Vendredi 27 décembre 2013

Le Loup de Wall Street

«Greed is good». C’était la maxime de Gordon Gecko / Michael Douglas dans le Wall Street d’Oliver Stone. Un film de dénonce balourd qui a eu pour incidence contre-productive de transformer Gecko en héros d’une meute d’abrutis cocaïnés et irresponsables, trop heureux de se trouver un modèle ou un miroir selon le degré d’avancement de leur ambition. Jordan Belfort, auquel Martin Scorsese consacre cette bio filmée de trois heures et à qui Leonardo Di Caprio prête ses traits, est de cette génération-là, celle qui a eu Gecko pour modèle et son slogan comme obsession. Le film, passé son prologue provocateur — grosse bagnole et coke à même l’anus d’une prostituée — attrape d’ailleurs son héros dans un instant paradoxal : le lundi noir de 1989 où, alors qu’il s’apprête à concrétiser son rêve et devenir courtier à Wall Street, la bourse plonge et avec elle une partie de l’économie mondiale. Faux départ, retour à zéro : l’itinéraire de Jordan Belfort s’édifie sur un moment de purge financière supposée assainir le système et qui ne fait que préparer l’avènement d’une corruption plus grande encore, par de jeunes loups ayant tiré les leçons du passé… L’important, ma

Continuer à lire

À la merveille

ECRANS | Les dernières images de Tree of life montraient l’incarnation de la grâce danser sur une plage, outre monde possible pour un fils cherchant à se réconcilier (...)

Christophe Chabert | Mardi 26 février 2013

À la merveille

Les dernières images de Tree of life montraient l’incarnation de la grâce danser sur une plage, outre monde possible pour un fils cherchant à se réconcilier avec lui-même et ses souvenirs. C’était sublime, l’expression d’un artiste génial qui avait longuement mûri un film total, alliant l’intime et la métaphysique dans un même élan vital. Autant dire que Terrence Malick était parti loin, très loin. Comment allait-il revenir au monde, après l’avoir à ce point transcendé ? La première scène d’À la merveille répond de manière fulgurante et inattendue : nous voilà dans un TGV, au plus près d’un couple qui se filme avec un téléphone portable. Malick le magicien devient Malick le malicieux : l’Americana rêvée de Tree of life laisse la place à la France d’aujourd’hui et les plans somptueux d’Emmanuel Lubezki sont remplacés par les pixels rugueux d’une caméra domestique saisissant l’intimité d’un homme et d’une femme en voyage, direction «la merveille» : le Mont Saint-Michel. La voix-off est toujours là, mais dans la langue de Molière — le film parle un mélange de français, d’espagnol, d’italien et d’anglais — et son incipit est là aussi une

Continuer à lire

Flight

ECRANS | Au commencement était la chair : celle d’une femme nue qui déambule au petit matin dans une chambre d’hôtel pendant que son amant se réveille en s’enfilant une (...)

Christophe Chabert | Mardi 5 février 2013

Flight

Au commencement était la chair : celle d’une femme nue qui déambule au petit matin dans une chambre d’hôtel pendant que son amant se réveille en s’enfilant une ligne de coke qui lui permet d’évacuer sa gueule de bois. Ce long plan d’ouverture sonne comme une déclaration d’intention de la part de Robert Zemeckis : après trois films à avoir essayé de recréer par le numérique, la 3D et la motion capture les émotions et le corps humain, le voilà revenu à des prises de vues garanties 100% réelles et incarnées. Son cinéma a depuis toujours été obsédé par les limites plastiques de la figuration : les corps troués, aplatis, étirés comme des chewing-gums de La Mort vous va si bien, les toons vivants de Roger Rabbit, Forrest Gump se promenant dans les images d’archives ou le Robinson supplicié de Seul au monde… Flight introduit une subtile variation autour de ce thème : ici, la chair est fragile, mais cette fragilité signe en définitive la grandeur humaine. Y a-t-il un pilote dans le pilote ? Whip Whitaker (fabuleux Denzel Washington) prend donc son service comme pilote de ligne et réussit un exploit : un atterrissag

Continuer à lire

Illumination collective

ECRANS | Les fans de Kevin Smith seront surpris en découvrant Red state… En effet, s’ils s’attendent à trouver les habituelles potacheries et l’esprit geek du (...)

Christophe Chabert | Vendredi 30 mars 2012

Illumination collective

Les fans de Kevin Smith seront surpris en découvrant Red state… En effet, s’ils s’attendent à trouver les habituelles potacheries et l’esprit geek du réalisateur de Clerks, ils déchanteront assez vite : Smith est en colère contre l’Amérique et entend le dire avec le même sérieux qui animait le brûlot de John Carpenter Invasion Los Angeles. On sait que le film a été tourné de manière complètement indépendante, le cinéaste n’ayant pas digéré les bidouillages effectués sur son précédent Top cops, œuvre de commande il est vrai assez indéfendable. Red state se déroule dans le midwest américain, où le christianisme a engendré une flopée de sectes à l’intégrisme extrême. Trois adolescents, qui ne voulaient au départ que tirer leur crampe, se font séquestrer par une de ces bandes de mabouls, dont le prédicateur entend bien laver les péchés de l’Amérique en sacrifiant tout ce qui, à ses yeux, relève du vice et de la corruption morale. Ledit pasteur est incarné par un phénoménal Michael Parks, qui s’offre un sidérant morceau de bravoure en tenant le crachoir plus de dix minutes durant pour vociférer des incantations illuminées avant de convier

Continuer à lire

The Company Men

ECRANS | La crise, c’est mal. Des gens souffrent. Prenez le personnage de Ben Affleck dans ce film : cadre lourdé par sa boîte, il peine à retrouver un job aussi (...)

Dorotée Aznar | Mercredi 23 mars 2011

The Company Men

La crise, c’est mal. Des gens souffrent. Prenez le personnage de Ben Affleck dans ce film : cadre lourdé par sa boîte, il peine à retrouver un job aussi bien payé, doit passer des stages de motivation, ne peut plus jouer au golf, et doit même renoncer à sa Porsche. Pardonnez l’ironie, mais à côté des vraies victimes de ce scandale financier toujours impuni, on a beaucoup, beaucoup de mal à sympathiser avec les “héros“ de ce film, grande entreprise de déculpabilisation apparemment vouée à montrer que les cols blancs ont une âme et même, parfois, des cas de conscience quand ils sont au pieu avec leur blonde. Taillé à la serpe lorsqu’il s’agit de décrire l’évolution psychologique de ses protagonistes, The Company Men devient franchement gênant dans la caractérisation de son personnage principal, contraint de la jouer humble en acceptant un boulot sur un chantier, après que son fiston a vendu sa X-Box (il finira par découvrir que son beauf rustaud est en fait un bon gars). Coupé de la réalité, à côté de la plaque et par moments franchement indécent, le film de John Wells ne peut compter que sur son ahurissant casting pour se garantir un minimum de crédit. Et même face à cet improbab

Continuer à lire

Largo Winch II

ECRANS | Dans cette suite, Largo Winch voyage à travers le monde, joue au milliardaire philanthrope, démasque des complots internationaux impliquant oligarques (...)

Christophe Chabert | Jeudi 10 février 2011

Largo Winch II

Dans cette suite, Largo Winch voyage à travers le monde, joue au milliardaire philanthrope, démasque des complots internationaux impliquant oligarques russes et junte birmane, fait de l’humanitaire et tombe une belle asiate… Ce James Bond des riches est cinématographiquement un James Bond du pauvre, avec des incohérences de scénario constantes, des scènes d’action où la caméra est tellement secouée qu’on se demande s’il y a vraiment de l’action dedans, des dialogues nanardesques et un manque d’imagination coupable (Sharon Stone porte la même robe que dans "Basic instinct"). Quant à Tomer Sisley, il semble ne plus jouer du tout ; il balance ses répliques avec un sourire charmeur, point. Enfin, le film piétine un mythe : pour sa dernière apparition à l’écran, Laurent Terzieff doit se coltiner un personnage ridicule conduisant à un twist minable. Triste fin pour un immense acteur ! CC

Continuer à lire

The Town

ECRANS | Le quartier irlando-américain de Charlestown à Boston est considéré comme le centre névralgique de la criminalité organisée. C’est là-bas que Ben Affleck a décidé de (...)

Christophe Chabert | Vendredi 10 septembre 2010

The Town

Le quartier irlando-américain de Charlestown à Boston est considéré comme le centre névralgique de la criminalité organisée. C’est là-bas que Ben Affleck a décidé de poser sa caméra pour filmer la traque d’un gang de braqueurs par une horde de flics emmenés par un agent du FBI particulièrement tenace. Après le mélancolique "Gone baby gone", Affleck monte d’un cran et s’essaye au polar d’action ; il y parvient plutôt bien d’ailleurs, car "The Town" possède une indéniable efficacité, ménageant plusieurs morceaux de bravoure spectaculaires où l’acteur-cinéaste fait preuve d’une réelle maîtrise de l’espace et du suspense. De plus, en posant un regard romantique sur le personnage de braqueur qu’il interprète (via une histoire d’amour avec une directrice de banque et un héritage criminel mal réglé avec son père) et en faisant du chef du FBI (John Hamm, assez génial) un sommet de raideur et de brutalité, il pratique une habile inversion des rôles entre le «bon» et le «méchant». Cela étant, si on le compare à ses modèles un peu trop visibles ("Les Infiltrés", "Heat" ou l’oublié mais puissant "Les Anges de la nuit"), "The Town" manque de cette originalité nécessaire, dans sa mise en scèn

Continuer à lire

Les Vies privées de Pippa Lee

ECRANS | Casting spectaculaire (Penn, Reeves, Maria Bello, Monica Bellucci, Julianne Moore, Winona Ryder…), Brad Pitt et sa société Plan B à la production : de (...)

Christophe Chabert | Lundi 9 novembre 2009

Les Vies privées de Pippa Lee

Casting spectaculaire (Penn, Reeves, Maria Bello, Monica Bellucci, Julianne Moore, Winona Ryder…), Brad Pitt et sa société Plan B à la production : de bonnes fées se sont penchées sur le berceau du nouveau film de Rebecca Miller. Rien de déshonorant dans ce mélodrame propret, bien écrit (Miller adapte elle même son roman à l’écran) et bien interprété, qui a le défaut de ses qualités : il manque un peu de sel. Pippa Lee, quadragénaire mariée à un éditeur accusant vingt ans de plus qu’elle au compteur, traverse une petite dépression et se remémore son passé : mère défoncée au speed, adolescence trash, mariage-sauvetage au prix de la vie d’une autre… La construction en flashbacks fonctionne pour une fois assez bien, et le film évite de verser trop tôt dans le pathos, quelques audaces sexuelles troublant même sa surface de téléfilm luxueux. Sans être indispensables, ces 'Vies Privées de Pippa Lee' se laissent regarder. CC

Continuer à lire

Jeux de pouvoir

ECRANS | Au départ, une trépidante mini-série anglaise créée par Paul Abbott pour la BBC, sorte de réponse british à 24 heures chrono. À l’arrivée, un remake américain qui (...)

Christophe Chabert | Vendredi 19 juin 2009

Jeux de pouvoir

Au départ, une trépidante mini-série anglaise créée par Paul Abbott pour la BBC, sorte de réponse british à 24 heures chrono. À l’arrivée, un remake américain qui réduit le nombre de personnages, condense l’action mais en reprend grosso modo toutes les ficelles. On y voit un journaliste (Crowe, en mode post-hippie) enquêter sur le meurtre de la maîtresse d’un député influent (Affleck, plus fade que jamais) qui est, par ailleurs, son ami intime. Kevin Macdonald, qui avait un peu abusé son monde avec Le Dernier Roi d’Écosse, montre ici son vrai visage : un yes man sans personnalité qui illustre laborieusement en pompant à droite à gauche (un peu Mann, un peu Pakula) son matériau passionnant. L’exploit de Jeux de pouvoir est que rien n’y est crédible et, surtout, qu’il ne véhicule aucun suspense, sinon en avertissant le spectateur par l’usage d’une musique anxiogène. Un thriller arthritique qui, pour les fans de la série, ne sert strictement à rien. CC

Continuer à lire

Dans la brume électrique

ECRANS | Longtemps attendue, sortie directement en DVD aux Etats-Unis dans une version raccourcie d’une vingtaine de minutes, cette adaptation de James Lee (...)

Christophe Chabert | Jeudi 9 avril 2009

Dans la brume électrique

Longtemps attendue, sortie directement en DVD aux Etats-Unis dans une version raccourcie d’une vingtaine de minutes, cette adaptation de James Lee Burke par un Bertrand Tavernier délocalisé pour l’occasion sur le sol américain intriguait. Mais assez vite, la déception pointe son nez. Ce que l’on peut reprocher d’ordinaire au cinéma de Tavernier (sa lourdeur démonstrative, l’épaisseur de ses dialogues) est pour une fois mis en sourdine : Dans la brume électrique possède une certaine fluidité d’exécution et une attention réelle aux personnages dont on ne cherche pas à expliquer toutes les motivations. En revanche, là où le cinéaste se casse les dents, c’est pour trouver un rythme à cet enchevêtrement ambitieux d’intrigues courant sur près de cent cinquante ans. Pas de pays pour un vieuxLes crimes d’aujourd’hui, crapuleux, ceux d’hier, raciaux, et ceux, fondateurs, de la guerre de sécession, se rejoignent donc dans la ballade désabusée d’un flic alcoolique et humaniste, Dave Robichaud, fort justement campé par le toujours parfait Tommy Lee Jones. Mais ce récit touffu paraît pourtant particulièrement délié, plein de temps morts, comme une accumulation indolente de séquence

Continuer à lire

Largo Winch

ECRANS | Il faut préciser, avant de parler de ce Largo Winch, que son réalisateur avait auparavant commis l’involontairement comique Anthony Zimmer et son twist en (...)

Christophe Chabert | Mercredi 10 décembre 2008

Largo Winch

Il faut préciser, avant de parler de ce Largo Winch, que son réalisateur avait auparavant commis l’involontairement comique Anthony Zimmer et son twist en carton démarquant Usual Suspects. Le voilà, par les miracles de la production française, aux commandes de ce blockbuster foireux transposant en live les aventures du héros créé par Franck et Van Hamme. C’est parti pour le refrain habituel : surproduit à coup de musique envahissante, de lumières clippées et de ralentis chics, le film est incapable de développer des scènes d’action cohérentes, surdécoupant jusqu’à la bouillie en confondant rythme et épilepsie. Niveau script, on passe de Largo Winch begins à La Vengeance dans Largo Winch, preuve que Salle aime les mêmes films que nous. Quant aux enjeux, c’est carrément pas de bol ! En antidatant l’action de ce thriller financier entre septembre et octobre 2008, les auteurs se prennent la crise dans les dents et patatras pour la crédibilité. Seul point positif : on est content de voir un film d’action français sans Gilles Lellouche ni Clovis Cornillac, mais avec des acteurs inattendus comme Melki ou Anne Consigny. CC

Continuer à lire

Speed Racer

ECRANS | Speed Racer sort en France après s’être ramassé avec fracas dans tous les territoires où le film a été distribué, à commencer par son Amérique d’origine. Rude (...)

Christophe Chabert | Dimanche 15 juin 2008

Speed Racer

Speed Racer sort en France après s’être ramassé avec fracas dans tous les territoires où le film a été distribué, à commencer par son Amérique d’origine. Rude atterrissage pour les Wachowski après la trilogie Matrix… Entre temps, les frangins s’étaient illustrés en produisant leur adaptation de V pour Vendetta, une fable stupéfiante d’audace politique, dont ils avaient laissé la sage réalisation à James MacTeigue. Speed Racer, c’est l’anti-V pour Vendetta : un film décérébré mais d’une extrême sophistication formelle, un blockbuster expérimental pour enfants de 5 ans. Transposant une série d’animation japonaise sur de futuristes courses automobiles et leurs pilotes iconisés, ils inventent un univers ripoliné, où le virtuel est omniprésent au point que les acteurs, tous talentueux, ne ressemblent plus qu’à des papiers découpés perdu au milieu des effets spéciaux. Le scénario accumule les clichés, les situations sirupeuses, les bons sentiments et les méchants caricaturaux (à noter cependant que le mal absolu est une incarnation du capitalisme broyant les petits artisans passionnés !). Débile, et même débilitant, le

Continuer à lire