Oh boy

ECRANS | De Jan Ole Gerster (All, 1h28) avec Tom Schilling, Friederike Kempter…

Christophe Chabert | Vendredi 31 mai 2013

Photo : © Schiwago Films


Mirage d'une certaine jeunesse européenne actuelle, la coolitude berlinoise trouve dans Oh boy une étonnante dialectisation. Son protagoniste, Niko, pourrait en fournir un exemple stéréotypé : trentenaire à la belle gueule fier de son oisiveté, il promène son ennui vingt-quatre heures durant du lit de sa copine lassée de son indécision à un théâtre arty un peu ridicule en passant par un appartement où la came est en open bar.

Quelque chose cloche pourtant dans le quotidien de ce glandeur sans but et sans aspiration : sa source financière se tarit — son père lui coupe les vivres — et la jolie fille qu'il rencontre dans un bar est en fait la copine de classe qu'il avait harcelée à l'époque à cause de ses kilos en trop. Jan Ole Gerster pointe même à deux reprises une racine plus profonde à ce mal-être : le nazisme, évoqué sur un mode ironique durant ce tournage de film où un de ses amis comédiens incarne un officier SS amoureux d'une juive (ce qui donne un dialogue hilarant : «— C'est tiré d'une histoire vraie ? — Oui. La Seconde Guerre mondiale…»), puis sur un mode plus tragique lors d'une ultime rencontre avec un homme brisé au cours de son enfance par un père ayant participé aux exactions hitlériennes.

Oh boy, qui recherche en permanence une certaine élégance dans sa mise en scène (noir et blanc magnifiant les visages perdus dans le flou des longues focales), ne cesse de faire remonter à la surface un sentiment de culpabilité diffus, enfoui par cette génération bénie par le miracle économique allemand. On pense parfois à une version charmante et superficielle d'Oslo 31 août, mais le film est plus profond qu'il n'en a l'air. Il devrait en tout cas faire réfléchir les thuriféraires de cette Allemagne dont on vante un peu vite le modèle…

Christophe Chabert


Oh boy

De Jan Ole Gerster (All, 1h28) avec Tom Schilling, Friederike Kempter... Niko, Berlinois presque trentenaire, s’apprête à vivre les vingt-quatre heures les plus tumultueuses de son existence : sa copine se lasse de ses indécisions, son père lui coupe les vivres et un psychologue le déclare « émotionnellement instable »...
Cinéma Comœdia 13 avenue Berthelot Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Lara Jenkins

ECRANS | Qui pourrait aimer Lara Jenkins ? L’héroïne-titre du nouveau Jan-Ole Gerster (Oh boy !) n’a rien d’aimable et cette sexagénaire anguleuse ne se prive (...)

Vincent Raymond | Mardi 18 février 2020

Lara Jenkins

Qui pourrait aimer Lara Jenkins ? L’héroïne-titre du nouveau Jan-Ole Gerster (Oh boy !) n’a rien d’aimable et cette sexagénaire anguleuse ne se prive pas de le montrer. Égarée dans les lignes froides d’une ville de béton géométrique et la bile de son ressentiment, Lara aura été — on le découvre — une fonctionnaire efficace mais peu appréciée de ses subalternes, une voisine ne s’occupant pas (des affaires) des autres, une mère exigeante prodiguant des leçons de piano à son fils avec une rigueur à la mesure de son perfectionnisme. Bref, une figure d’un bloc d’austérité brute semblant s’ingénier à saboter toute manifestation d’amitié ou de tendresse. Mais une autre vérité se fait jour peu à peu, éclairant ce portrait subtil de bienvenus bémols. Personnage ingrat et froid qu’on aurait pu croiser chez Chabrol ou Haneke campé par Isabelle Huppert — ne vous méprenez pas : Corinna Harfouch s’avère parfaite dans le rôle —, Lara n’est pas exempte de circonstances atténuantes. On découvrira (avec elle) comment la crainte de ne pas être une concertiste exceptionnelle l’a conduite à

Continuer à lire

Un air de famille

SCENES | On appelle ça un succès phénoménal : plus de 600 représentations depuis sa création en 2009, un bouche à oreille dithyrambique, un Molière du meilleur spectacle jeune (...)

Benjamin Mialot | Mardi 20 mai 2014

Un air de famille

On appelle ça un succès phénoménal : plus de 600 représentations depuis sa création en 2009, un bouche à oreille dithyrambique, un Molière du meilleur spectacle jeune public en 2010… Et une tournée qui continue, encore et encore... Avec Oh Boy !, le metteur en scène Olivier Letellier a frappé juste et fort. Au départ, il s'agit d'un roman multiprimé de Marie-Aude Murail, auteur qui a beaucoup écrit pour le jeune public. Le texte évoque le destin de trois jeunes orphelins (dont un gravement malade) confiés par le juge des tutelles à leur demi-frère, issu d’une première union de leur père. Olivier Letellier : «Quand le roman est sorti en 2000, ça a fait l’effet d’une petite bombe, puisque c’était l’une des premières fois qu’un personnage de littérature jeunesse était homosexuel, et l’une des première fois que l’on abordait la maladie, le cancer, mais aussi la séparation, l’abandon…». Ce matériau riche et très actuel, le metteur en scène a décidé de le porter sur le plateau en racontant l’histoire du point de vue de Barthélemy, le nouveau grand frère insouciant qui n’a «pas une tête de père

Continuer à lire