Quand la rue Burdeau s'anime

Reportage | La rue Burdeau qui s’agite ? Cela n’arrive que cinq fois par an, malheureusement, lors du vernissage commun (ou presque) des galeries. Nous y étions le 19 janvier dernier. Récit.

Julie Hainaut | Mardi 25 avril 2017

Photo : © Anne Bouillot


17h30. Office de Tourisme. Nous avions eu quelques échos de touristes et de galeristes, nous indiquant que l'Office de Tourisme ne connaissait pas la rue Burdeau et ses fameuses galeries. Nous avons voulu vérifier. Sur place, nous demandons où se situent les galeries lyonnaises. « Là, autour de la place Bellecour » nous assure l'hôtesse d'accueil. Surpris, nous évoquons la rue Burdeau. « Ah oui, je crois qu'il y en a aussi » nous répond-on. Il est 17h35, la petite dizaine de galeries lyonnaises s'apprête à vernir et l'accueil de l'Office de Tourisme n'est pas vraiment au courant.

18h. Depuis l'Opéra, nous empruntons la rue du Griffon puis la Montée Saint-Sébastien, direction la rue Burdeau. Nous sommes jeudi soir, les ruelles sont animées et éclairées, les Lyonnais prennent l'apéro dans les bars environnants, probablement enjoués à l'idée de voir le week-end approcher.

18h05. Arrivée rue Burdeau. Tout est calme et sombre. L'éclairage est quasi-inexistant. La petite dizaine de galerie est ouverte, prête à vernir. Celles qui verniront plus tard (faute de disponibilité de leur artiste ou parce que la durée de leurs expositions diffère, tout simplement) restent cependant ouvertes cette soirée-là. Nous croisons Damien, un quarantenaire habitué des lieux. Il attend ses amis pour faire la visite « dans l'ordre, nous avons notre rituel. » On parcourt toute la rue pour prendre le pouls (encore faible). On commencera notre visite à la Galerie-Atelier 28.

18h15. La maîtresse des lieux, Martine Bonnaventure, est plus enjouée qu'en novembre où elle déplorait une rue bien trop peu fréquentée des Lyonnais. Cela fait cinq ans qu'elle se bat avec d'autres galeries pour obtenir de la Ville un éclairage digne de ce nom et une signalétique indiquant le périmètre créatif des pentes de la Croix-Rousse. « J'ai confiance en M. Collomb, il ne veut pas abandonner les Pentes. Dans les mois qui viennent, nous aurons une vraie signalétique, un éclairage bien meilleur, le quartier sera redynamisé. La Ville va également veiller à indiquer sur les plans distribués à l'Office de Tourisme notre existence. » nous confie-t-elle. Vraie (bonne) nouvelle ou promesse électorale ? Nous avons essayé, après le vernissage, d'obtenir des informations auprès de la Ville. En vain. Il semblerait que la future signalétique indiquant l’emplacement du quartier créatif des Pentes soit illustrée d'une femme tenant un sac de courses dans une main et un cappuccino (ou un thé, on n'a pas vérifié) dans l'autre et d'un homme à la démarche décontractée une main dans la poche, ce qui devrait sans doute séduire bon nombre de féministes.

18h30. Les premiers visiteurs débarquent, s'extasient devant les personnages joyeux du peintre Majed Zalila et les céramiques poétiques de Johannes Peters tout en avalant deux-trois victuailles. L'ambiance est bon enfant.

18h45. La rue commence à s'agiter. Direction la Galerie Elizabeth Couturier, qui met en avant les photographies touchantes de Dominique Menachem Lardet. Les habitués débattent autour de ses toiles tout en sirotant un verre de vin. La galeriste se réjouit de cette « dynamique nécessaire à cette rue morose. La Ville nous a tellement baladé depuis des années. Elle nous a promis un meilleur éclairage, des panneaux de signalisation, des navettes amenant les gens jusque chez nous… Je n'y crois plus aujourd'hui. Je recommencerai peut-être à y croire quand les équipes municipales changeront » lance-t-elle.

19h00. Juste à côté, un shop d'art contemporain nous fait de l'œil : Artophilia, une excroissance de la galerie Elizabeth Couturier gérée par le duo d'artistes Romuald et Pierre-Jean. Le lieu est petit et bondé. La plupart des artistes est déjà sur place : Edoardo Boccanfuso, qui signe des dessins de nus un brin torturés, et Sabine Li, venue présenter ses sculptures en céramique, des guerrières aux seins courbés et fesses rebondies.

19h15. Galerie Le Réverbère, la plus vieille galerie de la rue, qui fête ses 35 ans cette année. L'exposition Notre beauté fixe présente des œuvres inédites de neuf photographes de la galerie. Damien est là, il a rejoint ses amis, grignote des petits fours et disserte sur l'art de faire parler la mutité des images. Il a commencé « dans l'ordre » par la Galerie Anne-Marie et Roland Pallade, qui expose les peintures du lyonnais Frantz Metzger. Il a adoré « le questionnement du visible et de l'identité. Et le buffet ». Nous aussi. Fouziya Bouzerda, adjointe au Maire de Lyon déléguée au développement économique, au commerce et à l'artisanat, est sur place. Elle fait le tour des galeries pour annoncer « la mise en place imminente de la signalétique et la communication des vernissages communs sur Lyon Citoyen ». « Pour quand ? On ne sait pas vraiment, cela fait tellement de temps qu'on nous le promet que je ne l'attends plus vraiment » ironise Catherine Dérioz de la galerie Le Réverbère.

20h30. La rue Burdeau compte plus de deux cent amateurs d'art, qui vont et viennent de galeries en galeries. L'obscurité et le calme du début ont laissé place à l'allégresse et à l'agitation. « C'est le seul moment où la rue s'anime le soir. Le week-end suivant le vernissage, on constate une hausse de la fréquentation » se réjouit Martine Bonnaventure. D'ici une heure, la rue reprendra ses allures de rue déserte et ténébreuse, jusqu'au prochain vernissage commun.

La Rue de la Sérigraphie
Dans la rue Burdeau (rendue piétonne) le dimanche 30 avril de 10h à 19h

Prochain vernissage commun : jeudi 18 mai


Sur les pavés la sérigraphie #3


Rue Burdeau Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

La galerie qui entend démocratiser l’art contemporain

Artophilia | Un nouveau shop d’art contemporain a pointé le bout de son nez du côté de la fameuse rue des galeries.

Julie Hainaut | Mardi 14 février 2017

La galerie qui entend démocratiser l’art contemporain

Après avoir tenu la Galerie des Pentes pendant un an, Romuald et Pierre-Jean ont ouvert Artophilia (littéralement « l’addiction à l’art », en grec ancien), une mini-galerie et shop d’art contemporain accolé à la galerie Elizabeth Couturier, qui est associée au projet. « Il devenait difficile de gérer deux locaux, cette collaboration arrive à point nommé ! Nous nous aidons mutuellement pour les accrochages. Romuald et Pierre-Jean ont compris qu’il faut arrêter de penser l’art comme quelque chose d’élitiste » explique la galeriste. Et c’est là tout le concept d’Artophilia : « Démocratiser pour de vrai l’art contemporain, proposer à un public le plus large possible soit des œuvres de jeunes artistes – et donc à prix abordable – soit des œuvres d’artistes confirmés en édition, numérotés et signés. » Les tarifs varient d’une trentaine d’euros à mille euros (grand maximum !). Tous les quarante-cinq jours, l’ensemble des propositions est renouvelé. « Ce duo est ouvert à beaucoup de tendances, il ne se cantonne pas à un seul style » note Elizabeth Couturier. Parmi les œuvres propos

Continuer à lire

La Galerie-Atelier 28 ouvre son cabinet de curiosités

GUIDE URBAIN | La petite rue des galeries vient de se doter d’une toute nouvelle pépite d’art : la Galerie des Merveilles, un cabinet de curiosités installé au sous-sol de la Galerie-Atelier 28.

Julie Hainaut | Mercredi 2 novembre 2016

La Galerie-Atelier 28 ouvre son cabinet de curiosités

Les initiés la parcourent de long en large, à la recherche de jolies peintures, de sculptures atypiques ou de clichés singuliers. Les autres s’arrêtent place des Terreaux, voire s’aventurent parfois jusqu’à la place Croix-Paquet, où foisonnent coffee shops, concept stores et autres lieux hybrides pas encore inaugurés mais qui font déjà le buzz sur Instagram et Snapchat. Pourtant, la rue Burdeau recèle de trésors artistiques. « Elle est bien trop méconnue et trop peu fréquentée par les Lyonnais. Je suis confrontée à cela depuis que je me suis installée ici il y a cinq ans. Espérons que la nouvelle signalétique indiquant le périmètre créatif des pentes de la Croix-Rousse, qui devrait être mis en place début 2017 par la Ville, changera la donne » indique Martine Bonnaventure, créatrice de la galerie d'art contemporain et de ce nouveau cabinet de curiosités. Un voyage hors du temps En bas des escaliers, un miroir de sorcière ovale incorporé dans un miroir rectangulaire géant fait face. Le ton est donné : l’étrangeté règne ici en maître. Dans une petite salle, sont déployées une cinquantaine de pièces uniques issues du monde a

Continuer à lire