Histoires de murs au CHRD

Street Art | Puisque pour les vingt ans de la Chute du Mur de Berlin, le CHRD avait fait une expo historique et didactique, pour le trentenaire de ce haut fait, il convie six street artistes pour une parenthèse simple voire simpliste.

Nadja Pobel | Mardi 10 décembre 2019

Photo : © CHRD


Force est de constater que faire appel aux artistes de l'espace urbain, aux slameurs et danseurs hip-hop pour les nombreuses déclinaisons de l'expo (entamée début novembre) réussit au CHRD. Les chiffres de fréquentation sont importants chaque week-end (400 personnes), le public rajeunit. Et ce n'est jamais une anecdote pour un lieu patrimonial et de mémoire comme celui-ci. Les artistes réunis sont bien conscients du terrain qu'ils investissent comme en témoigne l'un d'eux dans le (seul) cartel vidéo : « le CHRD est chargé d'Histoire. Ça nous renvoie à une époque où il fallait faire hyper attention si on voulait écrire des choses sur les murs pour ne pas se faire attraper et qui n'a rien à voir avec notre époque, car on ne met pas nos vies en danger en faisant de l'art. » Au premier niveau, des mots de Petite Poissone au sol et en l'air guident vers un travail collectif : derrière un mur est abandonnée une statue de Liberté misanthrope. Dans la contre-allée, Big Ben dresse un portrait de "Jhitler", Hitler se confondant avec Joker.

Côté

Au sous-sol, place à la réalité augmentée à activer avec un téléphone pour que, sur un rat énorme, symbole du rebut, soit projeté un texte, et lorsque qu'un Indien est passé aux ondes de ce scanner, c'est la carte de l'Amazonie qui prend feu. Efficace mais très basique — comme ces mots que Petite Poissone invite à taper à la machine pour constituer un mur de mots des visiteurs : à la fois naïf et beau. Enfin, les illustrations crayonnées d'Agrume affirment une simplicité tendre qu'il n'est pas besoin de grimer de barbelés pour qu'apparaissent la douleur de ceux que les inégalités, écologiques ou économiques, condamnent. Reste alors à écouter les notes de Rostropovitch restitués par Oak Oak pour se rappeler l'origine du projet, Berlin et sa commémoration. En juin, le CHRD revient à son savoir-faire en s'attaquant à L'Étrange défaite de 1940.

La Chute des Murs
Au CHRD jusqu'au dimanche 26 janvier

La chute des murs

À l'occasion des trente as de la chute du Mur de Berlin
CHRD 14 avenue Berthelot Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Big Ben ouvre une galerie à Vaise

Street Art | Si la rue est le terrain de jeu où le street artiste Big Ben a fait ses gammes, c’est en intérieur que se joue sa nouvelle partition avec l’ouverture de The Big Ben Art Show à Vaise.

Sarah Fouassier | Mardi 10 septembre 2019

Big Ben ouvre une galerie à Vaise

L’atelier galerie de Big Ben, qui a ouvert ses portes en juillet, accueille sa seconde exposition dans un lieu imaginé par l’artiste comme une galerie « équitable dont le but est de donner un point d’exposition et de vente aux artistes pour les aider à vivre de leur art. Je veux réduire au maximum les frais des artistes tout en proposant des œuvres à petits prix. » En se localisant Grande rue de Vaise, Big Ben introduit la préoccupation artistique dans une aire en mutation dont l’unique souci est de commercer des biens communs destinés aux habitants du quartier. « Les voisins sont contents d’avoir de l’art ici. Cette implantation, je la perçois comme un acte militant dans un quartier à la population mélangée où l’on ne vient pas forcément. J’ai envie que les gens se déplacent ici. » Si aller à Vaise n’est pas encore dans les habitudes des habitants des autres arrondissements, Big Ben compte bien nous y attirer en exposant autant

Continuer à lire

Graffikids à Lugdunum

Street Art | Un dimanche graffiti en famille et en bonne compagnie à Lugdunum.

Lisa Dumoulin | Jeudi 4 octobre 2018

Graffikids à Lugdunum

Lugdunum, la nouvelle entité rassemblant le musée gallo-romain et les théâtres antiques de Fourvière, propose une variation autour du dimanche en famille, ici proposé en compagnie de la crème des street artistes lyonnais. Georges le loup (photo) proposera une démonstration devant l'entrée du musée tandis que Lasco fera l'objet d'une exposition, aux côtés de Adelsa et Ghappix qui proposeront un atelier autour du cœur. Plusieurs initiations et ateliers sont prévus : Big Ben sera de la partie avec un atelier autour des chiffres romains, Cap Phi proposera de créer des monstres et Prolo se concentrera sur les graffitis de gladiateurs. Skéné proposera de réaliser des œuvres en mosaïque et Akène des stickers et cartes postales. Enfin, Adèle Alberge dédicacera son livre Les Cris des murs. Un dimanche ludique et instructif où petits et grands pourront s'adonner à l'une des pl

Continuer à lire

Petite Poissone n’est pas une street artiste

Portrait | Textes percutants et dessins faussement naïfs collés dans les rues de Lyon, Marseille ou Paris : la Grenobloise Petite Poissone n’est pas qu’une street artiste.

Julie Hainaut | Mardi 2 octobre 2018

Petite Poissone n’est pas une street artiste

Elle l’a collé dans la rue. « Je ne suis pas un street artiste, je suis un être humain. » Petite Poissone refuse de rentrer dans une case. De limiter son art à un seul médium. Elle l’exerce partout, sur des murs, des objets, des toiles immenses ou des livres. Elle aime le monde du street art, pas son effet de mode. « C’est un truc magique : même si tu dessines mal, il suffit que tu dessines 544 fois mal sur des murs pour que ça devienne génial. Un peu comme ces cours de zumba dans les stades : tout seul, tu serais ridicule à faire ces mouvements, mais à 10 000, ç'a l’air trop cool. Je ne me considère pas comme une street artiste, mais j’aime ce milieu, son esprit, indépendamment de ce que la mode peut en faire. » Exactement le bon taux d’alcoolémie Chez elle, le texte est indissociable du dessin. Elle écrit, dessine, peint, crée ses propres supports. Toute petite déjà, elle réalisait des fanzines, caricaturait ses profs et camarades. Avec un humour absurde, savant mélange de ses mentors : Woody Allen, Gotlib, Hermann, Glen Baxter, Monty

Continuer à lire

One, two... street art ! on compte sur les kids

Street Art | Initier les enfants à cet art manuel, coloré et funky, en voilà une bonne idée. Ceux qui ont vu les kids s’éclater avec les bombes lors des ateliers au Trublyon Festival en septembre savent de quoi on parle. Les autres, vous allez le découvrir.

Lisa Dumoulin | Mardi 24 octobre 2017

One, two... street art ! on compte sur les kids

Que celui qui n’a jamais rêvé de dessiner sur les murs de sa chambre d’enfant jette le premier feutre ! Organisée par l’association Little Beaux Arts avec l’aide du Musée en Herbe (le premier musée pour enfant en France, spécialiste de la médiation culturelle pour kids), l’exposition One, two... street art ! souhaite initier et sensibiliser le jeune public, dès trois ans, au street art. Avec un parcours pédagogique et ludique, accompagné d’un livret-jeu et ponctué d’activités. L’idée est de leur faire découvrir l’art et la discipline, en commençant par... le commencement. Les bases sont solides, notamment grâce aux artistes, galeries et collectionneurs privés qui ont apporté leurs pierres à l’édifice pour présenter des œuvres historiques et fondatrices. Banksy, Shepard Fairey, Villeglé, JonOne, Miss Tic, C215, Invader, Speedy Graphito, RERO, Cope2… Tous sont représentés afin de donner aux jeunes visiteurs un aperçu bien construit de ce mouvement artistique vivant et contemporain. Fluo kids On découvre ensuite une série d’œuvres inédites en très grand format et réalisées spécialement pour l'événement par une dizaine d’artistes français : C

Continuer à lire

Dans les yeux de Bowie

Street Art | Big Ben rend hommage à l'auteur de Rebel Rebel disparu il y a un an, avec une œuvre intense à dénicher au cœur des pentes de la Croix-Rousse.

Louis Beaufort | Mardi 24 janvier 2017

Dans les yeux de Bowie

« J’essayais pratiquement tout. J’étais vraiment avide de découvrir tout ce que la vie avait à offrir, de la fumerie d’opium à n’importe quoi d’autre. Et je pense que j’ai fait à peu près tout ce qu’il est possible de faire. Sauf des choses vraiment dangereuses, comme être un explorateur. Mais je me suis introduit dans la plupart de tout ce que la culture occidentale a à offrir. » Cette citation fait référence à un moment sombre de l'année 2016. Pour le monde de la musique, et bien au-delà. Nous ne faisons bien évidemment pas allusion à la dernière tournée de Keen'V, mais à la mort de David Bowie : véritable icône de la pop culture, ce fut la première étoile disparue de cette année mortifère, laissant derrière elle des millions d'admirateurs attristés. Parmi eux, l'artiste Big Ben. Dès l'annonce du décès, ce dernier savait qu'il dédierait l'une de ses pièces à Bowie : il s'agissait juste de trouver l'endroit idéal pour lui rendre hommage. Peintre pochoiriste depuis 2012, Big Ben utilise les mu

Continuer à lire