Insomniaque : trois bons plans pour le week-end

Clubbing | Trois plans pour vos nuits blanches.

Sébastien Broquet | Mardi 2 mai 2017

Photo : © DR


05.05.17 > LA MACHINERIE
ARK

Ark en live, et Jérome Pacman mais encore David Duriez : oui, tous ces noms un peu oubliés ont fait les belles heures de la house des 90's et du début du nouveau millénaire... et sont de retour pour profiter de l'engouement un peu hors-norme de la jeune génération pour ce son, eux aussi. Une soirée d'anciens qui ne devrait logiquement pas décevoir, surtout si vous n'aviez encore jamais croisé la route du déluré Ark. Papy.

05.05.17 > LE PETIT SALON
DIANE

OK, la star de la soirée, c'est David Flores avec son projet full techno baptisé Truncate. Mais on a une petite préférence pour Diane, qui multiplie les apparitions choisies (bientôt à la Wet for Me) et dont l'univers ensorcelant dévoilé sur son récent EP mérite de passer les frontières au plus vite. Milenà sera aussi du line-up et le crew du label Moonrise Hill Material prend en charge la petite salle. Rave.

05.05.17 > TRANSBORDEUR
TAPAGE NOCTURNE

Première au Transbo pour le crew Tapage Nocturne, suractif depuis quatre années dans tous les spots techno de la ville. On nous présente ainsi l'invité de choix, l'Italien Fabrizio Rat (de Cabaret Contemporain) : « un genre de Nils Frahm qui n'aurait pas assez dormi ou de Francesco Tristano après une engueulade avec sa mère. » Du coup l'on ne sait quoi rajouter après ça, sinon que I Hate Models et Jibis sont aussi à l'affiche. Piano.


Ark + Jérôme Pacman + David Duriez + Grego G


Machinerie 67 rue des Rancy Lyon 3e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Tapage nocturne

I Hate Models + Fabrizio Rat + Jibis
Transbordeur 3 boulevard Stalingrad Villeurbanne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Truncate + Diane + Milena + Moonrise Hill Material

Le Petit Salon 3 rue de Cronstadt Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les Petites Cantines : cuisiner, mais ensemble

Food Cool | Partis du constat qu’il y avait « beaucoup de lieux dans lesquels les individus se croisent sans jamais se rencontrer », Diane Dupré la Tour et Étienne Thouvenot ont fondé l’association Les Petites Cantines en 2016. Le réseau non lucratif de cantines de quartier permet à tout un chacun de partager un repas durable, à prix libre et participatif. Le concept a depuis fait du chemin : à ce jour, six petites cantines sont ouvertes en France, dont trois à Lyon !

Léa Zaïdat | Lundi 26 octobre 2020

Les Petites Cantines : cuisiner, mais ensemble

9h30. Les « cuistots du jour » arrivent doucement à la Petite Cantine de Perrache. C'est surprenant au premier abord : il s’avère que l’association partage la salle des petits-déjeuners et la cuisine de l’hôtel du Simplon. Nous sommes accueillies par Lucie Lambert, vingt-quatre ans et maîtresse de maison. Cette dernière est la « garante » du fonctionnement de sa tablée : courses, management de la cuisine, accueil des convives, gestion du groupe de jeunes en service civique qui lui prêtent main forte, organisation, animation, communication et comptabilité… Chaque cantine est tenue par deux maitresses de maison travaillant au bon déroulement des repas, pour le plus grand bonheur des convives. Car oui, ici, on ne dit pas « client » mais « convive » ! Ceux qui viennent manger ne se contentent pas de mettre les pieds sous la table : confection du repas, vaisselle, service, distribution du pain… Comme en famille, les tâches sont divisées et le partage se poursuit jusque dans l’assiette. Lucie explique : « l’objectif n’est pas de venir manger à prix libre. C’est de parler avec ses voisins de table et d’avoir une coopéra

Continuer à lire

Flic ou voyou ? : "A Dark-Dark Man" de Adilkhan Yerzhanov

Policier | Un polar avec Daniar Alshinov, qui se distingue par sa radicalité formelle.

Vincent Raymond | Mercredi 14 octobre 2020

Flic ou voyou ? :

Au fin fond des steppes kazakhes, bien loin de la capitale, un commissaire corrompu qui a pris l’habitude de régler toutes les affaires vite et à sa façon, a “contaminé” Belzat, un jeune flic. L’arrivée d’une journaliste à l’occasion d’une enquête sur des meurtres pédophiles sort Belzat de sa sujétion et lui ouvre les yeux sur ses pratiques douteuses. Mais est-ce encore temps de changer ? Si ce combat d’un flic pour la restauration de son intégrité morale (et la réhabilitation d’un probable innocent) rappelle La Promesse de Dürrenmatt, il se distingue surtout par sa radicalité formelle : plans fixes, mouvements et travellings lents créant une tension qui se sublime dans l’abstraction d’un finale à revolvers tirés. L’âme de l’Homme seule est sombre dans ces décors en demi-teinte et ces extérieurs superbement photographiés. A Dark-Dark Man ★★☆☆☆ Un film de Adilkhan Yerzhanov (Kaz-Fr, 1h50) avec Daniar Alshinov, Dinara Baktybaeva, Teoman Khos…

Continuer à lire

Filastine et l'Arka Kinari, Lost in Pacific

Story | On connaît bien par ici cet illustre pensionnaire du label lyonnais Jarring Effects, Grey Filastine, musicien et activiste américain autant que citoyen du monde, installé désormais à Barcelone. Moins peut-être son projet de tournée mondiale verte mené avec sa compagne, la musicienne et artiste Nova Ruth, aux commandes du bateau-scène Arka Kinari. Lequel lui vaut, à lui et son équipage, d'errer au milieu du Pacifique avec nulle part où accoster pour cause de confinement mondial des frontières. Récit de cette ubuesque aventure nautique malheureusement toujours en cours, aux rebondissements dignes d'un roman.

Stéphane Duchêne | Jeudi 18 juin 2020

Filastine et l'Arka Kinari, Lost in Pacific

Vous pensiez avoir vécu l'aventure de votre vie en étant confiné à la campagne avec belle-maman, dans un 50m2 avec votre progéniture et les programmes de CM2 et de Seconde, ou même seul en tête à tête avec Netflix et 18 litres d'alcool ? Attendez de lire celle qu'est en train de vivre l'équipage de l'Arka Kinari, une goëlette de 1947 quelque peu pimpée en mode durable par un des fameux pensionnaires du label lyonnais Jarring Effects, Grey Filastine et sa musicienne de compagne Nova Ruth. Depuis le mois de février, le musicien et son équipage composé de six personnes de nationalités diverses (américaine, portugaise, britannique, française, espagnole) sont "coincés" en plein milieu du Pacifique sans nulle part où accoster pour cause de lock-out mondial. La mésaventure a commencé comme une aventure tout court, plutôt très belle en plus, lorsque Grey Filastine et Nova Ruth se questionnant sur le bilan c

Continuer à lire

Eaux sales et salauds : "Dark Waters"

Le Film de la Semaine | Quand des lanceurs d’alertes et la Loi peuvent faire plier une multinationale coupable d’avoir sciemment empoisonné le monde entier… Todd Haynes raconte une histoire vraie qui, étrangement, revêt une apparence patinée dans l’Amérique de Trump.

Vincent Raymond | Mardi 18 février 2020

Eaux sales et salauds :

Tout juste promu associé dans un cabinet d'affaires spécialisé dans la défense des grosses firmes, un jeune avocat est sollicité par un fermier voisin de sa grand-mère désireux d'attaquer le chimiquier DuPont qu'il accuse de polluer son sol. Combat du pot de fer contre le pot de terre empoisonnée… Paranoïaques, attention ! Si vous ne suivez pas assidument la chronique judiciaire ni les publications scientifiques d’outre-Atlantique, vous ignoriez peut-être qu’un sous-produit de synthèse omniprésent dans notre quotidien (des batteries de cuisine aux vêtements en passant par les moquettes), miraculeux du fait de ses propriétés anti-adhésives, présentait le *léger* inconvénient de ne pas être dégradé par le vivant tout en provoquant des dommages considérables à la santé. Et que les sociétés l’ayant commercialisé, en toute conscience, avaient préféré arbitrer selon l’équation bénéfices/risques — bénéfices en dollars, évidemment. Nouvelles révélations Nul ne pourra accuser

Continuer à lire

La guerre, et ce qui s’ensuivit : "1917"

Le Film de la Semaine | En un plan-séquence (ou presque), Sam Mendes plonge dans les entrailles de la Première Guerre mondiale pour restituer un concentré d’abominations. Éloge d’une démarche sensée fixant barbarie et mort en face, à l’heure où le virtuel tend à minorer les impacts des guerres…

Vincent Raymond | Mardi 14 janvier 2020

La guerre, et ce qui s’ensuivit :

1917, dans les tranchées de France. Deux caporaux britanniques sont dépêchés par un général pour transmettre au-delà des lignes ennemies un ordre d’annulation d’assaut afin d’éviter un piège tendu par les Allemands. Une mission suicide dont l’enjeu est la vie de 1600 hommes… Depuis que le monde est monde, l’Humanité semble avoir pour ambition principale de se faire la guerre — Kubrick ne marque-t-il pas l’éveil de notre espèce à “l’intelligence“ par l’usage d’une arme dans 2001 : l’Odyssée de l’espace ? Et quand elle ne se la fait pas, elle se raconte des histoires de guerre. Ainsi, les premiers grands textes (re)connus comme tels sont-ils des récits épiques tels que L’Iliade et L’Odyssée ayant pour toile de fond le conflit troyen. À la guerre comme à la guerre Si la pulsion belliciste n’a pas quitté les tréfonds des âmes, comme un rapide examen géopolitique mondial permet de le vérifier, la narration littéraire occidentale a quant à elle suivi une inflexion consécutive aux traumatismes hér

Continuer à lire

Mark Ernestus' Ndagga Rhythm Force : le mbalax vers l'abstraction

Sono Mondiale | Quand un mythique producteur de techno et de dub s'amourache du mbalax sénégalais : c'est l'histoire du Mark Ernestus' Ndagga Rhythm Force, qui fait halte cette semaine à l'Opéra Underground.

Sébastien Broquet | Mardi 12 novembre 2019

Mark Ernestus' Ndagga Rhythm Force : le mbalax vers l'abstraction

Mark Ernestus, on le connaissait comme pilier discret (il a longtemps gardé l'anonymat le plus total) de la scène berlinoise, maître de la techno minimale adoubé par Detroit, quasi co-inventeur d'une forme de dub digital ultra épuré et totalement hypnotique : avec son acolyte Moritz von Oswald, il est derrière les entités Basic Channel, Maurizio et Rhythm & Sound (qui révélera Tikiman). On lui doit aussi la création dès 1989 du mythique magasin de vinyles Hard Wax à Berlin. Autant le dire : une légende de la scène électronique s'avance-là. Sauf qu'entre-temps, le producteur allemand a découvert le mbalax, ce son sénégalais que Youssou N'Dour a imposé partout sur la planète. Et qu'il a succombé. La légende dit (ou du moins Wikipédia) que c'était lors d'un festival au Danemark en 2008. Dans la foulée, Ernestus s'est plongé intégralement dans cette musique, fondant son propre orchestre (et un nouveau label) baptisé un temps Jeri-Jeri (c'est sous ce nom qu'on les a découverts lors d'un incandescent concert à Nuits sonores), rebaptisé aujourd'hu

Continuer à lire

Cinq expos à voir en novembre

Bons Plans | Cinq expos à ne pas rater ce mois-ci, dans les galeries ou les musées (et même dans un couvent !).

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 7 novembre 2019

Cinq expos à voir en novembre

#Spirituel Cinquante ans après, l'artiste Anselm Kiefer revient au Couvent de la Tourette (où il avait séjourné, jeune homme, pendant trois semaines), pour y exposer des œuvres récentes aux thématiques spirituelles. Ses peintures, sculptures et vitrines d'objets dialoguent ici avec l'architecture et l'univers de béton brut du Corbusier. Un rendez-vous au sommet et à la campagne entre deux grandes figures de la création contemporaine. Au Couvent de la Tourette à Eveux jusqu'au 22 décembre #Jeunesse Dans le cadre de la Biennale, dix jeunes artistes internationaux (cinq formés à Lyon et cinq artistes étrangers) exposent dans les espaces de l'Institut d'Art Contemporain. Une réussite tant les œuvres se répondent entre elles et déclinent, chacune à leur manière singulière, les idées de métamorphose, d'hybridation entre les genres (minéral, végétal, animal), d'éclatement des formes vers de nouvelles persp

Continuer à lire

Mark Geffriaud : montage mon beau souci

Art Contemporain | L'artiste Mark Geffriaud s’est emparé des espaces et des objets du Centre International de l’Estampe, l’URDLA à Villeurbanne. Il s’est plongé dans le passé (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 1 octobre 2019

Mark Geffriaud : montage mon beau souci

L'artiste Mark Geffriaud s’est emparé des espaces et des objets du Centre International de l’Estampe, l’URDLA à Villeurbanne. Il s’est plongé dans le passé industriel de la ville et des lieux pour son exposition qui est un montage quasi cinématographique des strates de temps et des strates matérielles. Les presses de l’URDLA (dont certaines datent de la fin du XIXe siècle) ont été déplacées et remises en scène, le passé sourd ici et là (sous formes d’anciennes affiches par exemple), les cimaises sont rangées comme des pierres à lithographie, les objets réels et les objets imaginaires créés par l’artiste s’entremêlent indistinctement… Un montage cinématographique et un tissage non linéaires qui nous emportent, espace par espace ou plan par plan, parmi des zones troubles aux confins du passé et du présent, du réel et de l’imaginaire, de l’art et de l’industrie, de la beauté et du froid capitalisme. Dans la pénombre, à l’occasion de plusieurs soirées pendant la durée de l’exposition, l’artiste va même jusq

Continuer à lire

Cinq expos à voir en septembre

Bons Plans | De l'art brut, une friche industrielle, des galeries et deux musées qui s'accouplent : voici cinq expositions à découvrir en cette rentrée.

Jean-Emmanuel Denave | Lundi 9 septembre 2019

Cinq expos à voir en septembre

Le Palais de Tokyo investit une friche lyonnaise pour la Biennale L’événement artistique du mois, c’est l’ouverture de la nouvelle Biennale d’Art Contemporain, dont l’exposition internationale principale se tiendra aux (immenses) usines Fagor et au Musée d’Art Contemporain. L’équipe du Palais de Tokyo de Paris y présente cinquante-cinq artistes de tous horizons (esthétiques et géographiques), autour de la thématique du paysage. Peu d’entre eux sont connus et 90 % des œuvres exposées seront des créations. Une biennale pleine de surprises, donc ! 15e Biennale d’art contemporain, Là où les eaux se mêlent À Fagor-Brandt du 18 septembre au 5 janvier 2020 De l'art brut dans toute la ville L’art brut a le vent en poupe dans les musées, les galeries, les foires d’art contemporain. Mais, à Lyon, cela fait mai

Continuer à lire

Eels au Radiant : docteur Everett & Mister E

Pop | Rare en terre lyonnaise où il vint dès 1997 présenter un Beautiful Freak qui donna le ton d'une carrière de presque 25 ans tout en contre-pieds et montagnes russes, Mark Oliver Everett – E pour un peu plus que les intimes et Eels dans les bacs à disques – vient faire étalage au Radiant de la belle diversité d'un art de la pop song richement paradoxal.

Stéphane Duchêne | Mardi 3 septembre 2019

Eels au Radiant : docteur Everett & Mister E

Il y a assurément deux Mark Oliver Everett alias E, démiurge du groupe Eels. Pour ainsi dire, il y en a même une multitude dont les trajectoires parallèles cultivent l'impossible singularité de finir toujours par se croiser : il y a le thanatophobe dont les membres de la famille tombent comme des mouches et l'amoureux de la vie – qui commence à se sentir véritablement vivant le jour où un avion se crashe pour ainsi dire à ses pieds dans le lotissement de son enfance ; le génie gracieux et le laborantin laborieux ; le poète naturaliste et le freak mi-burtonien, mi-cohenien, à la fois loser et magnifique, si bizarrement laid qu'il en devient étrangement beau ; l'asocial notoire et le grand sensible ; le cérébral et le rêveur frappant timidement aux portes de la folie ; le cœur d'artichaut et l'éternel largué, aimant à filles un peu dérangées – ses amis finissent par baptiser "E girl" toute jeune femme un tant soit peu déséquilibrée ; le fils qui, longtemps, peine à percevoir son père autrement que « comme un meuble » – il confiera l'avoir touché pour la première fois de sa vie à l

Continuer à lire

Diane Krüger : « Fascinée par les personnages qui se cherchent et qui sont compliqués »

The Operative | De passage à Paris où elle tourne le film d’espionnage 355, la comédienne internationale Diane Krüger évoque son travail sur "The Operative", où elle interprète une agent du Mossad s’affranchissant de ses donneurs d’ordre. Rencontre.

Vincent Raymond | Jeudi 25 juillet 2019

Diane Krüger : « Fascinée par les personnages qui se cherchent et qui sont compliqués »

Le travail d’espion présente-t-il des similitudes avec celui d’actrice, dans la mesure où vous devez entrer dans un personnage, le tenir… Diane Krüger : Quand on est actrice, on fait semblant ; on observe des gens et pendant 6 à 8 semaines, on simule. Mais les agents du Mossad que j’ai pu observer durant mon stage ont vécu sous des fausses identités, ont mené de fausses vies pendant des années. Il faut un mental incroyable pour cela : sur 5000 personnes, le Mossad n’en recrute qu’une ! Vous dites que vous avez fait un stage ? Oui, ils étaient “partenaires“ du film. Ils m’ont fait faire des petits exercices. Par exemple, avec un passe qu’ils m’ont fabriqué, j’ai dû essayer d’entrer à l’aéroport international de Tel-Aviv — après, je ne sais pas jusqu’à quel point c’était préparé, mais quand même… Avec des cheveux foncés, sans maquillage et en changeant de vêtement, on passe inaperçu. Finalement, le but, c’était de montrer que les meilleurs agents, ce sont madame et monsieur Tout-le-monde, sans signe distinctif.

Continuer à lire

Sous couverture, dans de sales draps : "The Operative"

Thriller | Recrutée par le Mossad pour infiltrer une entreprise iranienne, Rachel a dérogé aux règles en nouant une liaison avec l’homme qu’elle devait espionner. Des années plus tard, elle reprend contact avec son superviseur avec à la clef un marché visant à la prémunir de toutes représailles…

Vincent Raymond | Jeudi 25 juillet 2019

Sous couverture, dans de sales draps :

Jadis monopolisé par James Bond et sa collection d’épigones, le cinéma d’espionnage a depuis déserté le registre spectaculaire ou ludique pour investir celui d’une authenticité et d’une complexité souterraine plus en adéquation avec le monde contemporain ; celui où un bureaucrate des services de renseignement couleur beige terne à l’instar du Smiley de John Le Carré est plus à redouter qu’un milliardaire mégalomane. De fait, ce sont bien les stratégies “d’intelligence“ via le système de recrutement et d’utilisation des “correspondants“ que Adler dépeint ici, dans toute sa perversité manipulatrice. Ramener l’humain au centre du jeu quand il est d’habitude question d’intérêts étatiques et d’actions menées par des agents surhumains, voilà qui est intéressant. Et de même que certains de ses compatriotes cinéastes dénoncent des mesures pratiquées sur le territoire intérieur, ou que d’autres confrères et consœurs étrangers vitupèrent l’interventionnisme occulte de leurs agences de renseignement (les Étasuniens avec le CIA, par exemple), Adler montre que l’intérêt d’une agence passe avant tout : qu’importe la prés

Continuer à lire

Souffle et soupirs : "Ombres et Lumières"

Comédie Dramatique | Trois contes mêlant l’amour et la passion ; trois histoires à la lisière entre le rêve et la folie, où la beauté des corps est cause de bien des égarements…

Vincent Raymond | Mardi 20 août 2019

Souffle et soupirs :

L’alléchante promesse de musiques signées Pontecorvo, Morricone, Prodominès ou Armand Amar peut légitimement susciter le désir du spectateur de découvrir ce film à sketches, dont l’affiche — outre les noms précités — assène de nouveaux arguments. Jouant sur l’esthétique érotique d’une beauté nonchalamment étendue sur sa couche, à peine vêtue d’une chemise, elle incite à la curiosité l’amateur… d’estampes, disons. Il sera déçu, et pas seulement par la composante plastique de la chose, peuplée de nymphes hésitant entre la pose d’atelier et celle pour salle de bains. Quand le son n’est pas défaillant — un souffle carabiné parasite le premier segment, qui a dû se passer de sondier, de mixage ou des deux —, ce sont des effets appuyés et un jeu outrés qui confèrent au film un amateurisme grandiloquent. On peut ne pas le voir. Ombres et Lumières Un film de Olivier Nolin (Fr, 1h21) avec Maïalen Eyherabi, Laurent Muzy, Diane Prost…

Continuer à lire

Tel épris… : "Consequences"

Drame | À force de flirter avec la délinquance et de se moquer des rappels à la loi, Andrej a gagné : il est placé dans un centre de détention pour jeunes où très vite, il trouve sa place parmi ceux qui trafiquent et font le coup de poing. Jusqu’à ce que ses pulsions le trahissent…

Vincent Raymond | Mercredi 26 juin 2019

Tel épris… :

Dès les premières minutes, où on le voit savater une fille parce qu’il n’arrive pas à passer à l’acte avec elle (alors qu’il l’a ostensiblement emmenée dans une chambre), on sait que le nœud du problème ne sera pas tant la question de la délinquance, mais bien le rapport conflictuel qu’Andrej entretient avec ses désirs intimes. Et avec cette homosexualité qu’il n’arrive pas à assumer car elle ne cadre pas avec l’image qu’il doit renvoyer de “dur à cuire“ musclé et tatoué. Une méprise sentimentale avec le chef de la bande, trop lâche pour assumer la même inclination, signera sa “mort sociale“. L’argument, assez classique, ressemble à des trames de films de motards hollywoodiens des années 1950. Mais Darko Štante ne s’en contente pas : non seulement il dirige de stupéfiants jeunes comédiens — qui, s’ils franchissent la frontière slovène, ont de solides arguments pour mener une carrière — mais en plus s’inscrit dans le sillage de Larry Clarke ou Ken Loach pour filmer dans toute sa crudité la déréliction d’une adolescence tombée dans la violence, la drogue… Ce Conséquences méri

Continuer à lire

Simon Kinberg : « l’émotion primait sur l’action »

X-Men : Dark Phoenix | De passage à Paris (où se déroule l’épilogue du film), l’équipe de "X-Men : Dark Phoenix" est revenue sur la conception de nouvel opus. Propos rapportés de la conférence de presse.

Vincent Raymond | Mardi 11 juin 2019

Simon Kinberg : « l’émotion primait sur l’action »

Pourquoi vous êtes-vous focalisé ici sur le personnage de Jean Grey ? Simon Kinberg : D’abord, je suis tombé amoureux du personnage de Phoenix : je le trouvais absolument fascinant, comme tout le monde parmi les X-Men. J’aimais aussi l’idée d'un personnage qui perdait à la fois sa tête et ses pouvoirs, mais également voir de quelle manière cela affectait tous les X-Men ; comme des ennemis deviennent des amis, comment des amis, au contraire, devenaient des ennemis. Et puis il y avait ce dilemme : lorsque l’on a des amis proches qui perdent temporairement pied, quand cesse-t-on de vouloir les sauver ? Il était important ici de montrer que les conséquences du combat intérieur de Jean Grey font souffrir les autres autant qu'elle-même. Il fallait donc que le film ait une qualité intime humaine presque primitive ; et que l’on sente ce combat jusque dans le style, les acteurs ainsi qu'une forme plus naturaliste. Quand on a une telle distribution, il faut lui donner de vraies scènes afin que les acteurs puissent exercer leurs super-pouvoirs — qui est d'être formidables. Sop

Continuer à lire

50 nuances de Grey : "X-Men : Dark Phoenix"

Marvel | De Simon Kinberg (E-U, avec avert. 1h40) avec James McAvoy, Sophie Turner, Michael Fassbender…

Vincent Raymond | Mercredi 5 juin 2019

50 nuances de Grey :

1992. Partie avec les X-Men à la rescousse d’astronautes en détresse, Jean Grey est submergée par un magma cosmique qui déchaîne ses pouvoirs en puisant dans les aspects obscurs de son passé. Incontrôlable et dangereuse, elle rejette Xavier et compte sur l’aide de Magneto… L’absence de Bryan Singer, mis à l’index pour ses histoires de pantalon, serait-elle à déplorer ? Force est de reconnaître que l’avance prise par la bande à Xavier sur la troupe de Stark a fondu comme la calotte polaire : la surmultipliée déployée par les Avengers dans le diptyque habité par Thanos a rattrapé et ordonné l’accumulation foutraque (parfois poussive) qui diluait les enjeux à force de tonalités divergentes. Limitant ses spin-off aux aventures de Wolverine — achevées en apothéose dans Logan —, voire à l’inclassable Deadpool, les X-Men avaient pour eux une cohérence globale, conséquence directe des schémas narratifs reposant sur des oppositions duelles (Xavier contre Magneto, humanité contre mutants, etc.) ; de bonnes rivalités bipolaires fondées sur des présupposés manichéens ainsi que sur la puissance

Continuer à lire

Coucous, c’est nous ! : "Parasite"

Palme d'Or | Une famille fauchée intrigue pour être engagée dans une maison fortunée. Mais un imprévu met un terme à ses combines… Entre Underground et La Cérémonie, Bong Joon-Ho revisite la lutte des classes dans un thriller captivant empli de secrets. Palme d’Or 2019.

Vincent Raymond | Mardi 4 juin 2019

Coucous, c’est nous ! :

Recommandé par un ami étudiant, Kevin devient le professeur d’anglais de la fille de riches Coréens, les Park. Ce faisant, il tire un peu sa famille de sa misère. Puis, grâce à d’habiles ruses, sa sœur, son père et sa mère finissent par se placer chez les Park. Jusqu’où cela ira-t-il ? Un film asiatique montrant une famille soudée vivant dans la précarité, devant astucieusement flirter avec la légalité pour s’en sortir… Les ressemblances avec Une affaire de famille s’arrêtent là : quand Kore-eda privilégiait la dramédie, Joon-Ho use du thriller psychologique teinté d’humour noir pour raconter une fable sociale corrosive bien qu’elle ne soit pas exempte de traits caricaturaux — après tout, la persistance d’une dichotomie franche entre une caste de super-riches et une d’infra-pauvres ne constitue-t-elle pas une aberration grotesque pour une société censément civilisée ? Certes, la famille Ki-taek se rend bien coupable de faux en écriture ainsi que de quelques machinations visant à congédier les employés occupant les places qu’ils convoitent, mais leur mal

Continuer à lire

La fin justifie les grands moyens : "Avengers : Endgame"

Marvel | Les Avengers s’unissent pour défaire l’œuvre destructrice de Thanos. Après un "Infinity War" en mode “demande à la poussière“, ce "Endgame" boucle (quasiment) par un grand spectacle philosophique la troisième phase de l’Univers cinématographique Marvel.

Vincent Raymond | Mercredi 24 avril 2019

La fin justifie les grands moyens :

Après que Thanos a, grâce au gantelet orné des six Pierres d’Infinité, exterminé la moitié des êtres de l’univers, les Avengers survivants tentent de se rassembler. Il faudra attendre cinq ans que Ans-Man sorte accidentellement de l’infiniment petit quantique, pour que Tony Stark accepte de joindre ses forces à leur plan fou : remonter dans le temps afin d’empêcher Thanos de s’emparer des Pierres… Où l’ensemble des fils et arcs narratifs laissés en suspens depuis 21 films et trois phases par les différentes franchises Marvel sont appelés à se boucler. Mais de même qu’« il faut savoir finir une grève » comme disait Thorez, mettre un terme à un cycle ne s’improvise pas. Avengers : Infinity War (2018) avait laissé entrevoir une bienheureuse inflexion dans la série : à la surenchère de combats de colosses numériques entrelardés de punchlines boutonneuses (Captain America Civil War), avait succédé une dimension plus sombre, volontiers introspective grâce à l’intégration de Thanos. Un antagoniste moins manichéen qu’il y semblait, semant

Continuer à lire

Nuit cinéma d’horreur japonais

Institut Lumière | « Nuits de chine, nuits calines, nuits d’amouuuur », chantait jadis Louis Lynel. Côté nippon, les nuits sont moins romantiques et, au choix, (...)

Vincent Raymond | Mardi 23 avril 2019

Nuit cinéma d’horreur japonais

« Nuits de chine, nuits calines, nuits d’amouuuur », chantait jadis Louis Lynel. Côté nippon, les nuits sont moins romantiques et, au choix, blanches d’insomnie ou rouge sang. L’Institut Lumière vous propose d’en apprécier toutes les nuances à travers quatre films ayant marqué le cinéma mondial des vingt dernières années — au point de susciter pour les deux premiers des remakes. Début des festivités avec Ring de Hidéo Nakata (histoire d’en finir avec la vidéo), puis Dark Water du même Nakata, avant de s’évaporer dans l’univers de Kaïro de Kyoschi Kurosawa et d’achever par la gourmandise 3 extrêmes de Fruit Chan, Takashi Miike et Park Chan-wook. Bon appétit ! Nuit cinéma d’horreur japonais À l’Institut Lumière ​le samedi 27 avril dès 20h

Continuer à lire

Donnie Darko

Reprise | Il s’agit certainement de l’un des marqueurs du cinéma fantastique du tournant de ce siècle ; un film aussi vénéré que maudit pour son réalisateur Richard (...)

Vincent Raymond | Mardi 9 avril 2019

Donnie Darko

Il s’agit certainement de l’un des marqueurs du cinéma fantastique du tournant de ce siècle ; un film aussi vénéré que maudit pour son réalisateur Richard Kelly, gamin surdoué n’ayant jamais retrouvé la vista ni le succès depuis. Fascinant par sa ténébreuse ambiance, doté d’une envoûtante bande originale et mettant sur le devant de la scène un prometteur débutant (qui n’a pas renoncé aux atmosphères anxiogènes), Jake Gyllenhall. À l’approche de Pâques, le lapin de Donnie Darko est un bon candidat pour une séance un samedi à minuit. Et devinez quoi ? C’est le cas… Donnie Darko Au Lumière Terreaux ​le samedi 13 avril à 22h30

Continuer à lire

Grave les boules : "Dragon Ball Super: Broly"

ECRANS | De Tatsuya Nagamine (Jap, 1h40) avec les voix (v.f) de Patrick Borg, Éric Legrand, Mark Lesser

Vincent Raymond | Mardi 12 mars 2019

Grave les boules :

Quarante ans après avoir été expédié par le Roi Vegeta sur une planète hostile, le super guerrier Broly est retrouvé par l'armée de Freezer. Désormais dévoué à son “sauveur“, Broly doit combattre Vegeta fils et Goku sur Terre, et la soumettre pour le compte de Freezer. Sujets à la migraine ou l’épilepsie, prenez garde à l’interminable combat final, d’autant qu’il dure la moitié du film. Un déséquilibre proprement injustifiable d’un point de vue narratif (les évolutions de personnages se succèdent dans une surenchère frisant le ridicule — c’est le cas de le dire, car chaque degré supérieur donne lieu à une nouvelle coloration capillaire ; et un charivari visuel quasi-insoutenable, entre le luna park sous amphétamines et la contemplation forcée d’une guirlande de Noël électrique un 14-juillet au soir. Ce vacarme optique, aggravé par une désinvolture graphique et esthétique confinant au mépris du public, ravale la japanimation aux pires clichés d’une sous-culture artistiquement bâclée — une médiocrité dont Takahata, Miyazaki, Hosoda, Makoto Shinkai, Shunji Iwai entre autres, ont pro

Continuer à lire

Le moi et son double

Danse | Débuté la semaine passée, le festival Moi de la Danse se poursuit aux Subsistances avec les spectacles de Thomas Hauert et de Jan Fabre, puis avec le nouveau solo prometteur de Mark Tompkins, Stayin Alive.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 29 janvier 2019

Le moi et son double

Chorégraphes reconnus, le Flamand Jan Fabre et l'Américain Mark Tompkins (qui vit en France) partagent sans doute peu de choses artistiquement, si ce n'est un certain goût pour la théâtralité et la transgression des codes esthétiques. Ils présenteront tous deux un solo sous forme de dialogue entre un "moi" et son double. Attends, attends, attends... de Jan Fabre suit notamment le fil d'un échange imaginaire entre un fils et son père, dans une traversée des générations, de temporalités différentes et... de la mort. De la mort et du vieillissement, il sera question aussi dans Stayin Alive de Mark Tompkins, dialogue métaphysique et ironique avec lui-même. Rester vivant, rester debout Découvert aux Subsistances il y a plusieurs années avec Animal ou Song and dance, Mark Tompkins est un chorégraphe atypique, inclassable, travaillant aux confins des musiques disco et pop (dont il compose certains morceaux lui-même), de la danse-contact de Steve Pa

Continuer à lire

Les modernes et les contemporains

Panorama Danse | Deux festivals et quelques grandes figures de la danse contemporaine (Cunningham, Trisha Brown, Jiří Kylián, Hofesh Shechter) donneront le tempo d'un premier semestre chorégraphique alléchant.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 8 janvier 2019

Les modernes et les contemporains

Deux festivals... Depuis quatre ans, deux festivals de danse structurent les débuts d'année chorégraphique à Lyon. Le Moi de la Danse aux Subsistances (du 23 janvier au 10 février) invite plusieurs artistes à explorer et à rouvrir la notion d'identité à travers leurs spectacles. Pour cette quatrième édition, nous aurons la joie de retrouver Mark Tompkins avec son solo intimiste auto-fictionnel sur des tubes disco et pop, Stayin Alive ; Jan Fabre chorégraphiant le dialogue imaginaire d'un fils et de son père dans Attends, attends, attends... (pour mon père) ; et le fabuleux (fabuleux pour ses recherches de mouvements des plus singuliers et décalés, expérimentateur en diable) chorégraphe suisse Thomas Hauert qui fêtera les vingt ans de sa compagnie ZOO avec How to proceed, une pièce pour huit danseurs. À la Maison de la Danse, le festival Sens Dessus Dessous (du 4 mars au 9 avril) sondera les nouvelles tendances chorégraphiques (le gr

Continuer à lire

Jusqu’au bout des limites : "Marche ou crève"

Drame | de Margaux Bonhomme (Fr, 1h25) avec Diane Rouxel, Jeanne Cohendy, Cédric Kahn…

Vincent Raymond | Mardi 4 décembre 2018

Jusqu’au bout des limites :

Elisa vit avec son père et sa sœur Marion dont le handicap a eu raison du noyau familial : la mère, épuisée de s’en s’occuper et seule à militer pour un placement en institution, a préféré quitter la maison. Alors Elisa prend le relai de son père, au risque de sacrifier son avenir… La dédicace finale, “à ma sœur“, laisse peu de doute sur l’inspiration de Margaux Bonhomme, et sur la charge personnelle autant qu’affective pesant sur ce film. De fait, Marche ou crève déroule un schéma tristement banal dans la galaxie du handicap : nombreuses sont les familles à connaître une rupture, favorisée par la polarisation extrême suscitée par l’enfant réclamant une attention plus soutenue mais résultant aussi de l’accumulation de stress et de fatigue causée par l’absence de relais par des tiers — on parle là de conséquences privées et intimes d’une politique publique insuffisante. Ici, ni la mère, ni le père, ni la sœur ne veulent être soupçonnés de mal aimer Marion — ce que signifie le recours au placement en institution —, et ils s’obstin

Continuer à lire

Fanny Ardant, mère qui roule n’amasse pas mousse : "Ma mère est folle"

Comédie | de Diane Kurys (Fr, 1h35) avec Fanny Ardant, Vianney, Patrick Chesnais…

Vincent Raymond | Mardi 4 décembre 2018

Fanny Ardant, mère qui roule n’amasse pas mousse :

Dilettante professionnelle, Nina, la soixantaine bohème, n’a jamais pu se conformer à quelque loi que ce soit. Productrice fauchée, elle a imaginé se refaire en convoyant de la beuh d’Amsterdam à Paris. Ça tombe bien : elle pourra au passage faire coucou à son fils, qui s’y est exilé, loin d’elle. Pour camper cette mythomane invétérée dépourvue d’instinct maternel (en tout cas, vis-à-vis de son propre fils), Fanny Ardant a dû prendre un malin plaisir. Il est sûr qu’elle rehausse de son étrangeté coutumière cette histoire somme toute über classique à l’esthétique de téléfilm. Car s’il n’y avait ce personnage viscéralement pernicieux, on s’ennuierait ferme devant le catalogue d’effets attendus. Un chanteur débutant à l’écran ? Check Vianney ! Un clin d’œil à un bouquin du fiston par ailleurs coscénariste ? OK le plan sur une traduction de Sacha Sperling ! Arielle Dombasle en inconséquente et richissime bourgeoise ? Euh, comme d’habitude. Par charité, on évitera d’aborder l’intégration d’un petit réfugié traîné comme une mascotte, ni de parler de Patrick Chesnais jouant les beaufs mafieux ayant découve

Continuer à lire

Plongée dans le noir avec la Galerie Céline Moine

Peinture | Deux galeristes investissent un nouvel espace d’exposition sur la Presqu’île pour chanter les louanges du noir. Avec des classiques comme Rembrandt et Dürer, et des artistes contemporains comme Baptiste Fompeyrine ou Julie Legrand...

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 27 novembre 2018

Plongée dans le noir avec la Galerie Céline Moine

De mémoire, il nous semble que, dans une interview, entre deux verres, Serge Gainsbourg lâchait cette phrase: « le noir ce n’est pas une couleur, c’est une valeur ». Qu’un mélomane défende la tonalité phare de la mélancolie, il n’y a là rien de très surprenant, tant les deux (musique et mélancolie) semblent résonner mutuellement. Pour un plasticien, les choses sont plus compliquées, et si Dürer a signé une célébrissime Melancholia, il faudra attendre Kasimir Malevitch (Carré noir en 1923), Ad Reinhardt (et sa série de monochromes noirs poursuivie jusqu’à la fin de sa vie en 1967), ou le grand maître français du noir, Pierre Soulages, pour chanter les louanges (les puissances) du noir. Entre-temps, le noir avait mauvaise réputation (psychologique, religieuse, morale) et apparaissait surtout dans les œuvres artistiques pour des raisons techniques : l’encre de Chine, le graphite, la gravure, et jusqu’aux débuts de la photographie en noir et blanc. Je suis le Ténébreux... La Galerie Céline M

Continuer à lire

L’étoffe des 2.0 : "First Man - le premier homme sur la Lune"

Astrobiopic | de Damien Chazelle (E-U, 2h20) avec Ryan Gosling, Claire Foy, Jason Clarke…

Vincent Raymond | Mardi 16 octobre 2018

L’étoffe des 2.0 :

De son entrée à la NASA comme pilote d’essai à son retour victorieux de la Lune, la trajectoire professionnelle et intime de Neil Armstrong dit Mister Cool ; un ingénieur doté d’une intelligence, d’une chance et d’un sang-froid peu communs, qui fut le premier terrien à fouler le sol lunaire… L’engouement exagéré pour ce film d’élève appliqué qu’était La La Land aura eu la vertu de propulser Damien Chazelle vers un sujet plus ambitieux : l’aventure exploratoire la plus stupéfiante de l’Histoire. Le cinéaste la raconte en la restreignant à un individu réduit à son absence apparente d’affects — n’est-il pas paradoxal, de posséder des qualités surhumaines, voire inhumaines, pour devenir le “Premier Homme“ ? La désormais légendaire impassibilité (inexpressivité, version bienveillante) de Ryan Gosling

Continuer à lire

Présages, faux mages et images : "Détective Dee 3 - La Légende des rois célestes"

Wu xia | Un film de Tsui Hark (Chi, 2h15), avec Mark Chao, Carina Lau, Gengxin Lin…

Vincent Raymond | Mardi 7 août 2018

Présages, faux mages et images :

Mécontente que l’empereur ait confié une épée sacrée à Dee, l’impératrice charge une équipe de guerriers-magiciens de la lui subtiliser. Si leurs tentatives échouent, ils prennent un ascendant à la cour, au moment où s’abat sur le trône une menace conjuguant vengeance et sorcellerie… 3D, feux d’artifices, explosions, chatoiements d’étoffes, harmonies colorées, chorégraphies de haut vol… C’est à un flamboiement harkesque qu’il faut s’attendre. D’aucuns diront que c’était prévisible, mais il est toujours rassurant de voir ses attentes concrétisées, voire dépassées. Avec Détective Dee, Tsui Hark a trouvé un successeur de poids au Dr Wong pour ses sagas puisant dans l’histoire chinoise, et recarrossées en grand spectacles wu xia. L’importance du substrat historique n’a rien d’anodine. Il permet d’inscrire les aventures de Dee dans le riche passé glorieux de l’Empire, tout en explorant une zone particulière : le règne de Wu Zetian, unique impératrice chinoise ayant gouverné seule. Une parenthèse exceptionnelle autorisant d’autres singularités, à la lisière d

Continuer à lire

Le jeune Park : "JSA - Joint Security Area"

Thriller politique | de Park Chan-wook (Cor du S, 1h50) avec Lee Byung-hun, Song Kang-ho, Lee Young-ae…

Vincent Raymond | Mercredi 4 juillet 2018

Le jeune Park :

Un incident a éclaté à un poste frontière entre les deux Corées : on compte des morts chez les soldats du Nord, des blessés côté Sud. Pour éviter un envenimement diplomatique, une mission neutre est chargée d’instruire l’affaire. L’Helvète Sophie Jean, d’origine coréenne, enquête… Bonheur sans nom que de découvrir sur grand écran — et en version restaurée, merci La Rabbia — ce film inédit en salle de Park Chan-wook, dont le cinéma n’a été diffusé en France qu’à partir de Sympathy for Mr Vengeance (2003) ! La providence, toujours facétieuse, fait coïncider cette résurrection avec une actualité géopolitique des plus brûlantes : le rapprochement entre Pyongyang et Séoul, indépendamment d’un certain trublion semblant désireux d’allumer une autre mèche que celle ornant son chef orangé. Car JSA s’avère tout autant un manifeste de l’art virtuose de Park qu’un acte fort — visionnaire, même, puisqu’il date de 2000 ! — dans la démarche de normalisation entre le nord et le sud du 38e parallèle : il raconte la complicité de soldats issus de ce deux pays officielleme

Continuer à lire

Flash-back sur le Petit Bulletin Festival

MUSIQUES | De la pop, électro ou pas, française comme sud-africaine, les extravagances du rock anglais, une soirée 100 % féminine à base de folk américain et de performances voyageuses et l'un des plus grands orchestres d'Afrique de l'Ouest... Pour sa deuxième édition, le Petit Bulletin Festival est parti dans tous les sens sous la verrière des Subsistances. Et cela a valu quelques beaux moments dont il faudra se souvenir.

Stéphane Duchêne | Mercredi 2 mai 2018

Flash-back sur le Petit Bulletin Festival

Vendredi 27 avril Sage C'est Sage qui a ouvert les hostilités vendredi soir pour le concert inaugural du Petit Bulletin Festival sous la verrière des Subsistances. Des hostilités il faut bien le dire particulièrement avenantes mais un rien surprenantes pour qui est habitué aux disques de l'ancien Revolver. C'est en groupe – dont faisait partie la chanteuse et musicienne Theodora – et en mode plutôt rock que Sage a fait la blague, livrant des extraits ici particulièrement saignants de son album à venir en juin, Paint Myself. Ceux qui aiment cet artiste en mode piano-solo auront, ô joie, pu en profiter quelques précieuses minutes lors d'un concert surprise sis à la Boulangerie des Subistances pendant le deuxième changement de plateau. Là, Sage s'est livré, entre autres, à quelques reprises et à des collaborations complices avec Theodora pour un moment suspendu. Nakhane Vint le tour de Nak

Continuer à lire

Un festival de talents (et de surprises)

Pépites | En plus d'Alela Diane, le Petit Bulletin Festival #2, ce sont deux autres têtes d'affiche, Cascadeur et Orchestra Baobab, et quatre jeunes talents fascinants. À noter aussi quelques concerts acoustiques et surprises à découvrir sur place pour lesquels il faudra prêter l'oreille. On n'en dit pas plus.

Stéphane Duchêne | Mardi 24 avril 2018

Un festival de talents (et de surprises)

Les têtes d'affiche Cascadeur C'est Cascadeur qui ouvrira le festival comme première tête d'affiche. Une tête d'autant plus reconnaissable qu'elle est casquée mais dont les mélodies et les atmosphères d'apesanteur pop ne sont pas moins inoubliables que la tenue de pilote-cascadeur qui va avec. Son dernier album, Caméra est une pépite. Et ses prestations live des rêveries. Orchestra Baobab C'est la touche sono mondiale du festival, au goût de légende. Car l'orchestre de bal ouest-africain, l'un des plus grands du genre, créé en 1970, à l'effectif pléthorique et changeant, aura connu une histoire aussi riche qu'accidentée. Reformé en 2000 après une longue absence, Orchestra Baobab vient présenter un hommage forcément jouissif à l'un de ses membres les plus éminents : El Hadj Ndiouga Dieng, décédé en 2016. Alors on danse ? Les découvertes Sage Pour beaucoup ce n'est pas à proprement parler une découverte puisque le dénommé Ambroise Willaume a déjà officié avec le trio Revolver qui connut un certain succès en mode pop de chambre au tournant des

Continuer à lire

Alela Diane : « En tant qu'artiste féminine, il y a une pression constante »

Petit Bulletin Festival | Quelques semaines après la sortie de son album Cusp qui embrasse la question de la maternité, Alela Diane sera l'une des têtes d'affiche du Petit Bulletin Festival. À cette occasion, elle nous entretient de son rapport de mère et de femme avec sa vie de musicienne et le regard qu'elle porte sur le monde.

Stéphane Duchêne | Mardi 24 avril 2018

Alela Diane : « En tant qu'artiste féminine, il y a une pression constante »

Cusp est un album sur la maternité, enregistré pendant votre seconde grossesse. Vous y évoquez votre expérience de mère et la difficulté d'être éloigné de son enfant pendant une tournée. La maternité a-t-elle fait de vous une artiste différente ? Alela Diane : C'est très compliqué de concilier la musique et le fait d'être mère. Aujourd'hui, je ne peux pas juste prendre ma guitare et décider de me mettre à composer. Je dois employer des trésors de stratégie pour trouver du temps pour travailler, être plus structurée et tout planifier. C'est pour cela qu'il était si important pour moi d'aller à Caldera [où elle a composé Cusp en résidence, au cœur de l'Oregon NDLR] de manière à me concentrer uniquement sur ma musique. Pour moi, cet album est aussi une sorte d'escapade. Cela faisait longtemps que je n'avais pas été seule, ni eu l'occasion d'écrire dans de telles conditions. De me centrer sur moi-même, qui plus est loin de chez moi. Ça m'était soudain d'autant plus facile de réfléchir à ma vie à la maison que je n'y étais pas. À Caldera, les choses ont failli tourner court à cause d'une blessure au

Continuer à lire

Alela Diane : herbe folk

PETIT BULLETIN FESTIVAL | Après son Petit Bulletin Live de 2014, la reine du folk indé Alela Diane revient nous rendre visite avec son dernier album "Cusp", poignant témoignage personnel, comme elle sait si bien les livrer, sur l'expérience de la maternité.

Stéphane Duchêne | Mercredi 28 mars 2018

Alela Diane : herbe folk

2008, on découvre Alela Diane, jeune femme grandie à Nevada City, riante bourgade (3000 habitant) des montagnes de Californie, vestige de la ruée vers l'or où avec quelques amies (Marie Sioux, Dawn Landes, Joanna Newsom, Alina Hardin), elle avait fait affleurer un nouveau genre de folk, renouant paradoxalement avec d'anciennes manières : entre folk pastoral, influencé par Nick Drake et Joni Mitchell, psyché folk, culture native american, et ode à la nature comme sur l'inoubliable Pirate's gospel qui donna son titre à son premier album : loin de la grande épopée, le simple récit d'une virée en bateau sur un coin de lac. Après To be still, toujours

Continuer à lire

Le monde merveilleux de Mark Dion

Art contemporain | Au travers de cabinets de curiosités aussi méticuleusement ordonnés que fantastiques, Mark Dion nous interroge sur notre rapport au monde et à la nature. Fascinant.

Lisa Dumoulin | Mardi 6 mars 2018

Le monde merveilleux de Mark Dion

Des croquis minutieux, des schémas explicatifs, des classifications étranges, des animaux fantastiques, des dessins et reproductions à la fois réalistes et improbables… Découvrir l’univers de Mark Dion donne l’impression de pénétrer dans le cabinet de curiosités d’un chercheur obsessionnel et un peu fou. Peu connu en France, l’artiste américain, né en 1961 dans le Massachusetts, l’est pourtant à travers le monde depuis le début des années 1990 : ses installations composites ont été célébrées de la Tate Modern à Londres au MoMA à New York. Entre méthode scientifique et imagination débridée, l’artiste semble chercher à appréhender, comprendre, organiser le monde, utilisant le registre des planches naturalistes et des relevés archéologiques en les détournant de leur propos premier, avec beaucoup d’humour : comme cette radio de volatile ordinaire intitulée Raptor ou The Miscellany Portfolio qui réunit huit lithographies dont une autruche dans une baignoire et une collection d’objets usuels de bureau englués d’algues intitulée The Bureaucrat. Son travail foisonnant aux accents merveilleux questio

Continuer à lire

Soirée coquine avec Erotic Market

R&B | Erotic Market est de retour avec Queendoms, album voguant vers le r&b, diablement sexy et drivé par Rosemary Martins, désormais seule. À savourer au Marché Gare vendredi.

Sébastien Broquet | Mardi 6 mars 2018

Soirée coquine avec Erotic Market

Seule. Solo aux commandes, Rosemary Martins (de son vrai nom Marine Pellegrini) a laissé son binôme Lucas Garnier s'échapper vers d'autres cieux pour piloter à sa guise le vaisseau Erotic Market qui, forcément, prend la tangente. Oh ! il y a toujours ces beats électroniques qui structurent l'édifice, mais ils ont pris un sacré coup de groove. Ce qui disparaît nettement, balayé, c'est l'influence rock : bonjour le r&b sauvage et sexy, ambiance Missy Elliott voire Kaytranada, porté par un timbre se rapprochant souvent de Santigold. Les textes de ce nouvel opus baptisé Queendoms sont à l'avenant, questionnant la femme et sa place aujourd'hui, ou encore une société pervertie par l'ego, soutenus par un flow capable de muter, alternant scansions rappées ou parties chantées, plus mélodiques et plus coquines, aussi. Erotic Market nouvelle mouture ? Plus sexy, finalement, moins frontalement cul. Mais pas si solo, en fait. Plus collectif, même : Rosemary Martins s'est entourée de deux beatmakers pour l'épauler, pour partager, utilisant les recettes du hip-hop, fuyant l'aspect "groupe" du

Continuer à lire

Sauvage veut populariser le cocktail

Bar à Cocktail | À Lyon, le slow drinking serait en passe de détrôner le souping et le juicing. Joie.

Julie Hainaut | Mardi 6 mars 2018

Sauvage veut populariser le cocktail

Que les choses soient claires : les nouveaux pseudo-phénomènes alimentaires, ça a tendance à nous hérissonner. L’idée de propulser des mets et boissons traditionnels au rang de singularité parce qu’on leur adjoint un suffixe tendance à connotation détox, ça nous donnerait presque envie de barboter dans de la crème fraîche à vie. Le slow drinking, c’est un peu différent : le suffixe –ing est présent, mais le côté détox n’est pas fondamental, ouf. L’idée, dans cette tendance, c’est de prendre le temps. Le temps de boire. Et comme on est plutôt du genre à aimer les bars qui en ont dans le goulot, le slow drinking, ça nous parle sévère. Le cocktail à l’heure de l’apéro En la matière, on a déniché Sauvage, un tout nouveau bar à cocktails qui prône cette tendance à travers le cocktail apéritif, installé en lieu et place du tant aimé Gonzo Bar dans lequel on a probablement pris nos premières pistaches. « Notre démarche est simple : prendre le temps de partag

Continuer à lire

Le Petit Bulletin Festival #2 : La Playlist

MUSIQUES | De Cascadeur à Orchestra Baobab en passant par Sage, Alela Diane et tous les autres, petite sélection best of spéciale Petit Bulletin Festival #2. Même si le meilleur est à venir en live du 27 au 29 avril au Subsistances.

Stéphane Duchêne | Mercredi 28 février 2018

Le Petit Bulletin Festival #2 : La Playlist

Hors d'œuvre, piqûre de rappel, ou occasion de découvrir un, deux, trois ou même les huit artistes invités, appelez-ça comme vous voulez. Mais face à l'éclectisme de la programmation du Petit Bulletin Festival #2, de la pop de Cascadeur et Sage au folk d'Alela Diane, de la révélation Nakhane sud-africaine au totem sénégalais Orchestra Baobab, de l'ovni Lior Shoov à un autre ovni nommé Isaac Gracie, le mieux est encore de mettre un peu d'ordre dans tout ça et de prêter une oreille attentive à cette belle palette de musiques. Classiques, nouveautés ou les deux des artistes précités achèveront sans doute de vous convaincre de réserver son week-end du 27, 28 et 29 avril.

Continuer à lire

Fleurs du mâle et fruits de la passion : "Les Garçons sauvages"

ECRANS | Arty, élégant, un peu agaçant, mais d’un splendide noir et blanc, ce premier long-métrage a tout du manifeste mandicien d’un cinéma exacerbant les sens et la pellicule, osant pour ce faire être, parfois, sans tête ni queue. Judicieusement interprété par l’irremplaçable Vimala Pons et d’autres garçon·nes de son acabit.

Vincent Raymond | Mardi 27 février 2018

Fleurs du mâle et fruits de la passion :

De temps en temps, cela ferait plaisir que le public ose se faire une douce violence en se rendant en salle non pour voir un film, mais du cinéma. Ne serait-ce que pour renouer avec l’expérience originelle face à l’écran : l’attente obscure, un peu magique et nimbée d’incertitude ; et puis la liturgie de la projection qui laisse à son issue avec la sensation physique d’avoir, à l’instar d’Alice, traversé un miroir. Sans doute y a-t-il plus de confort à préférer la prévisibilité d’un spectacle consensuel ou d’une linéarité narrative. Mais n’est-il pas dommage de se renoncer aux œuvres hors gabarit, et d’en abandonner la jouissance exclusive à quelque ghetto ? Les Garçons sauvages se mérite peut-être un peu, mais tout le monde mérite d’entrer dans son royaume brut. Au départ ils sont cinq jeunes gars, fissapapas la sève aux veines, s’entraînant dans la canaillerie perverse jusqu’au crime barbare. Confiés en pénitence à un rude capitaine, ils embarquent pour une île insolite habitée par un·e scientifique travaillant sur les changements de sexe…

Continuer à lire

5 expos à voir en février

Sélection | Un cabinet de curiosités américain et un parcours poétique collectif qui explorent notre rapport au vivant et à la nature, des super-héros ordinaires et des illustrations graphiques, des artistes français et tunisiens réunis sur le thème de l’outremer. Voici la mouture de février.

Lisa Dumoulin | Lundi 12 février 2018

5 expos à voir en février

Mark Dion Artiste américain originaire du Massachusetts, Mark Dion est connu depuis le début des années 1990 pour ses installations complexes, inspirées des cabinets de curiosités et des musées d’histoire naturelle qui questionnent le rapport de l’Homme à la nature. Exposé à la Tate Modern et au MoMA, le voici à la MLIS avec La Cinquième Saison qui présente son œuvre graphique, moins connue du grand public. Entre académisme scientifique et imagination débridée, ces dessins attestent du goût de l’artiste pour les planches naturalistes et les relevés archéologiques. À la Maison du Livre, de l’Image et du Son jusqu’au 6 avril Super-héros Des récits mythologiques aux comics de la pop culture, la vie des super-héros accompagne les transformations de nos sociétés. Confrontés aux inégalités qui se creusent partout dans le monde, les justiciers masqués sont revisités par six artistes : Samsofy et ses saynètes humoristiques, Andreas Englund et ses super-héros du troisième âge, Alexandre Nicolas et ses specimens surnaturels, K

Continuer à lire

Prémices de Smith : "England Is Mine"

Biopic new wave | de Mark Gill (G-B, 1h34) avec Jack Lowden, Jessica Brown Findlay, Jodie Comer…

Vincent Raymond | Mardi 6 février 2018

Prémices de Smith :

Binoclard passant le plus clair de son temps dans sa chambre à écrire tout le mal qu’il pense de la scène rock locale ou à mimer ses artistes vénérés, Steven Patrick Morrissey attend l’heure propice. Celle où il lâchera son boulot d’employé de bureau pour montrer ce qu’il a dans les tripes… Des tripes de végétarien, cela va sans dire pour qui connaît le prosélytisme du leader des Smiths en la matière. Mais, et c’est le moindre des mérites de ce film, il n’a rien de ces biopics ordinaires rivés sur la légende dorée de la célébrité dont ils retracent le parcours, et qui insistent sur ses particularismes ou ses épiphanies avec une discrétion de marteau-piqueur. Ici, c’est à peine si un plan sur une assiette de légumes atteste du régime non carniste du futur chanteur. Autrement dit, si son “identité végane” est prise en compte, elle n’est pas considérée comme déterminante dans sa construction artistique. Corollaire : les exégètes de Morrissey n’apprendront rien qu’ils ne sachent déjà sur leur idole ; quant à ceux qui ne le connaissent pas, ils suivront l’itinéraire d’une jeunesse britan

Continuer à lire

Un sport qui se joue à bronze contre bronze : "Cro Man"

Animation | de Nick Park (Fr, 1h29) avec les voix (v.o./v.f.) de Eddie Redmayne/Pierre Niney, Maisie Williams/Kaycie Chase, Tom Hiddleston…

Vincent Raymond | Mardi 6 février 2018

Un sport qui se joue à bronze contre bronze :

La tenue de la Coupe du Monde en juin prochain est un prétexte commode pour nous faire manger du ballon rond à toutes les sauces : en salade russe en l’honneur du pays hôte, à la française (en hommage aux vingt ans de la victoire de 1998), et même en pâte à modeler dans Cro Man grâce aux Studios Aardman — jadis mieux inspirés. A priori, rien ne laisse supposer qu’un film se déroulant à l’âge du bronze se raccroche ainsi à la grand-messe footballistique. Elle en est pourtant l’alpha et l’omega, puisque Nick Park y “dévoile” les origines accidentelles du jeu, en attribuant son invention à des hommes des cavernes pré-mancuniens. Et il montre comment leurs héritiers, menés par Doug, doivent affronter l’équipe de l’âge de Bronze dirigée par le cupide Lord Nooth, afin de conserver leur vallée. Même si les productions Aardman, référence dans le domaine du stop-motion, restent d’une constante qualité technique, Cro Man se révèle une petite déception, à l’instar de Les Pirates ! Bons à rien, mauvais en tout

Continuer à lire

Petit Bulletin Festival #2 : Embarquement immédiat !

MUSIQUES | Pour sa deuxième édition, le Petit Bulletin Festival prendra ses quartiers aux Subsistances les 27, 28 et 29 avril prochains avec pas moins de sept artistes au programme, de la folk à la pop en passant par la world music. En voici le détail.

Stéphane Duchêne | Mercredi 7 février 2018

Petit Bulletin Festival #2 : Embarquement immédiat !

C'est la verrière des Subsistances qu'investiront les artistes de la deuxième édition, printanière, du Petit Bulletin Festival. En ouverture, le vendredi 27 avril, c'est le petit génie casqué Cascadeur qui viendra présenter son troisième album, à paraître le 30 mars et sur lequel il poursuit une œuvre aussi aérienne qu'énigmatique. Un disque plus cinématographique que jamais, jusque dans son titre Camera, que Cascadeur délivrera sur scène masqué mais sans fard en quatuor pop. Avant lui, c'est un autre prodige du genre, Sage, ex-Revolver qui fera apprécier, lui aussi en quatuor, son sens de la composition et des arrangements, déjà vus à l'œuvre, outre Revolver, aux côtés de Woodkid et The Shoes, et rassemblés sur de nouveaux titres comme sur ceux de son album éponyme, paru en 2016. Les deux musiciens français à la voix perchée et à la formation classique seron

Continuer à lire

Soudain, le vide : "In the Fade"

Drame | de Fatih Akın (All-Fr, avec avertissement, 1h46) avec Diane Kruger, Denis Moschitto, Numan Acar…

Vincent Raymond | Mercredi 17 janvier 2018

Soudain, le vide :

Allemagne, de nos jours. Katja a épousé Nuri, un commerçant d’origine turque, jadis petit délinquant mais rangé des voitures depuis qu’ils ont eu leur fils Rocco. Leur bonheur familial est brusquement réduit à néant quand un attentat perpétré par des nazis tue Nuri et Rocco… Depuis Head On (2004), on sait qu’il faut compter avec Fatih Akin sur les épaules de qui pèsent la plupart des espoirs placés dans le renouveau du cinéma allemand, après le malheureux feu de paille Florian Henckel von Donnersmark. Avec ce film complexe à l’indiscutable maîtrise (successivement une tragédie, un film de procès et un revenge movie), Akin embrasse sans barguigner la somme des réalités contemporaines d’outre-Rhin — notamment la résurgence d’activistes nazis décomplexés. Il signe en sus un bouleversant portrait de femme dans toutes les acceptions organiques du terme, offrant à Diane Kruger son premier réel grand rôle dans sa langue maternelle. Le fort signifiant politique de ce retour aux sources artistique — dûment distingué à Cannes — lui confère une étiquette d

Continuer à lire

Alela Diane au second Petit Bulletin Festival

Aux Subsistances | En juin 2014, par une belle soirée de canicule à la Salle Rameau, Alela Diane nous avait saisi avec ses chansons folk d'une douceur terrassante, exécutées en (...)

Stéphane Duchêne | Lundi 11 décembre 2017

Alela Diane au second Petit Bulletin Festival

En juin 2014, par une belle soirée de canicule à la Salle Rameau, Alela Diane nous avait saisi avec ses chansons folk d'une douceur terrassante, exécutées en solo dans le cadre du quatrième Petit Bulletin Live. La voici qui nous promet de belles retrouvailles le 28 avril prochain, cette fois ci pour la deuxième édition, printanière, du Petit Bulletin Festival qui se tiendra aux Subsistances les 27, 28 et 29 avril 2018. La chanteuse de Nevada City viendra nous présenter les chansons de son nouvel album Cusp à paraître en février et dont on peut déjà entendre un émouvant extrait, Emigré, qui se penche depuis les États-Unis sur la condition des migrants en Afrique et en Europe. La mise en vente de la billetterie sera annoncée prochainement.

Continuer à lire

Du cœur au ventre : "Diane a les épaules"

Comédie sentimentale | de Fabien Gorgeart (Fr, 1h27) avec Clotilde Hesme, Fabrizio Rongione, Thomas Suire…

Vincent Raymond | Mardi 14 novembre 2017

Du cœur au ventre :

Diane est du style à se replacer seule l’épaule lorsqu’elle se la déboite. Ce qui lui arrive souvent en ce moment : elle rénove une maison pour occuper sa grossesse. Diana, qui est enceinte pour un couple d’amis, a tout prévu. Sauf son coup de foudre pour Fabrizio, l’artisan qui l’aide… La présence de Clotilde Hesme au générique d’une comédie sentimentale va devenir un indice de modernité amoureuse : après le ménage à trois des Chansons d’amour (2007), la voici engagée dans une GPA. Cette inscription dans une réalité sociale n’a rien d’anecdotique : elle témoigne d’une volonté de rebattre les cartes d’un genre épuisé, qui d’ordinaire réchauffe des sauces éventées quand elles ne sont pas rancies (nul besoin de citer les coprolithes polluant les écrans). Diane a les épaules renverse les perspective en donnant au caractère féminin la place centrale et décisionnaire (tout en jouant avec ses atermoiements), sans faire l’impasse ni sur sa féminité ni ses sentiments. Au-delà du fait qu’il aborde la GPA, le propos est a

Continuer à lire

Deux bonnes pâtes : "Wallace & Gromit - Cœurs à modeler"

Animation | de Nick Park (G-B, 0h59) animation

Vincent Raymond | Mardi 7 novembre 2017

Deux bonnes pâtes :

Têtes de gondole de la maison Aardman, Wallace et Gromit reviennent ces derniers mois sur les écrans à la faveur de rééditions aussi agréables à revoir que frustrantes : depuis Le Mystère du Lapin-Garou (2005), les deux comparses semblaient avoir été délaissés au profit d’un personnage plus mignon ou plus lucratif puisqu’il est devenu le héros d’une série autonome, Shaun le mouton. Composé de deux courts-métrages, Cœurs à modeler accentue ce double sentiment puisqu’il réunit A Close Shave (1995) — une fantaisie fantastique entre Delicatessen et Terminator, marquant d’ailleurs la “naissance” du jeune ovidé Shaun — et A Matter of Loaf and Death (2008), un inédit où Wallace, reconverti dans la boulange, tombe sous le charme d’une femme fatale aux allures d’ogresse jetant son dévolu sur tous les mitrons. Heureusement que l’enfariné benêt pourra compter sur la clairvoyance muette de Gromit pour le tirer de ce fichu pétrin… Bourrée d’astuces visuelles virtuoses et rythmée par un sens du gag irrési

Continuer à lire

Tant mieux… : "Tout nous sépare"

Polar | de Thierry Klifa (Fr, 1h38) avec Catherine Deneuve, Diane Kruger, Nekfeu…

Vincent Raymond | Mardi 7 novembre 2017

Tant mieux… :

Tout chez Thierry Klifa trahit le désir de faire des “coups” : confronter la briscarde Deneuve à l’apprenti comédien Nekfeu, faire que Nicolas Duvauchelle la rudoie salement ; donner à Diane Kruger un rôle de camée estropiée et meurtrière… Oh, il reconnaît bien volontiers avoir bâti en partie son scénario autour de l’image de la Reine Catherine empoignant un fusil de chasse à la manière de Clint Eastwood pour défendre son territoire, mais cette fugace séquence n’est pas de nature à bouleverser ni le cours du récit, ni l’Histoire du cinéma. Tout au long du film, la comédienne reste en effet fidèle à ce qu’elle a toujours incarné et représenté : une bourgeoise (ici cheffe d’entreprise) à la paupière distante et la diction précieuse, fumant du bout de ses ongles peints en rouge des cigarettes slim. La dimension tragique de ce polar pâtit en sus d’une séquence de meurtre terriblement maladroite, puisque l’emballement des personnages menant au geste fatal sonne faux. Si l’on a du mal à croire à la réalité de l’acte, la suite du drame nous indiffère.

Continuer à lire

Matthew Vaughn : « Faisons les films que personne ne peut faire »

Kingsman - Le Cercle d'Or | Le réalisateur de Kingsman remet le couvert, plaçant une baronne de la drogue sur la route de son armada d’élégants. Du sur-mesure pour ses interprètes, et du cousu-main par l’auteur qui détaille ici son patron. Propos recueillis lors de sa conférence de presse parisienne.

Vincent Raymond | Mercredi 11 octobre 2017

Matthew Vaughn : « Faisons les films que personne ne peut faire »

C’est la première fois que vous tournez la suite d’un de vos films. En quoi Kingsman est-il si différent de Kick Ass ou X-Men ? Matthew Vaughn​ : Je n’a pas pu refuser de le réaliser ni lui résister : j’avais adoré tourner le premier ; il n’était pas question pour moi que quelqu’un prenne mes propres jouets et joue avec ! Le Cercle d’Or est davantage une expansion qu’une suite à Kingsman… MV : En effet. Il était très important pour moi de continuer l’histoire amorcée, plutôt que de faire une suite pour une suite ou pour, disons, l’argent. Kingsman est surtout l’histoire d’Eggsy, qui d’un très jeune garçon, évolue jusqu’au 3e opus. C’est son parcours, son voyage personnel que nous suivons, où qu’il nous emmène. En aucun cas je n’ai voulu me répéter : ça aurait été aussi ennuyeux pour vous que pour moi. Quand avez-vous pris la décision de réintégrer le personnage de Colin Firth ? Était-ce prévu dès son exécution à la fin du précédent épisode ? MV :

Continuer à lire

La suite à l’anglaise : "Kingsman - Le Cercle d’or" de Matthew Vaughn

Espionnage | de Matthew Vaughn (G-B-EU, 2h21) avec Taron Egerton, Colin Firth, Mark Strong, Julianne Moore…

Vincent Raymond | Mardi 10 octobre 2017

La suite à l’anglaise :

Promu Agent Galahad et fiancé à une princesse scandinave, le jeune Eggsy a tout l’avenir devant lui. Las ! La trafiquante de drogue psychopathe Poppy Adams éradique Kingsman. Pour se venger, Eggsy va pouvoir compter sur Merlin et les cousins d’Amérique de l’Agence Statesman… Stupéfiante combinaison entre un spoof et un action movie (à la violence hallucinante, mais monstrueusement bien chorégraphiée), Kingsman (2015) aurait difficilement pu demeurer à l’état de singleton — d’autant qu’il s’était révélé des plus rentables. Certes, ce nouvel opus ne bénéficie plus de l’effet de surprise du précédent, mais il renoue avec les fondamentaux de ce qu’il faudra donc considérer comme la matrice de la franchise, plaçant dès l’ouverture sa séquence de bravoure : une poursuite dans les rues de Londres dont la réalisation n’a rien à envier aux MI où cavale Tom “Peter Pan” Cruise. Si Kingsman est ouvertement plus décalé que James Bond, longeant volontiers les rives du fantastique ou de la parodie sarcastique, il se montre a

Continuer à lire

Fête comme chez vous : "The Party" de Sally Potter

ECRANS | de Sally Potter (G-B, 1h08) avec Kristin Scott Thomas, Timothy Spall, Patricia Clarkson…

Vincent Raymond | Mardi 12 septembre 2017

Fête comme chez vous :

Ministre de la Santé ! Tout juste nommée à ce poste prestigieux, Janet compte fêter la nouvelle avec son mari et des proches. Hélas, la soirée en petit comité va sonner l’halllali de son couple, de ses amitiés, de sa carrière, de ses illusions… Sally Potter réunit une distribution de poids pour ce tout juste long métrage — bien lui a pris de ne pas chercher à le rallonger par principe en diluant l’intrigue : elle l’aurait abîmée. Empruntant au théâtre son huis clos, elle ne se trouve cependant pas prisonnière de son décor grâce à une réalisation et un montage nerveux, à l’unisson de l’ambiance électrique de la soirée. Le choix esthétique du noir et blanc, marqueur inconscient du genre polar, surprend — et l’affiche, montrant l’héroïne brandissant un pistolet (reprenant une double image-clef du film) pourrait l’accréditer. En réalité, la dualité des personnages se trouve ainsi représentée (et ses moyens termes dans leurs nuances de gris). Et si le noir finit par dévorer l’écran, c’est parce que la fête célèbre en définitive le deuil des idéologies ; on imagine ma

Continuer à lire