Beethoven notre contemporain

Classique | L'Orchestre du Gürzenich de Cologne et son directeur musical reprennent l'idée des académies du temps de Beethoven où, sans savoir à quoi s'attendre, l'auditeur découvrait des créations contemporaines. François-Xavier Roth nous dévoile les enjeux de ce projet atypique, réunissant des œuvres de Beethoven et de compositeurs contemporains.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 11 février 2020

Photo : © Holger Talinski © Julia Sellmann


Qu'est-ce qui vous a donné envie de réinventer une académie ?
François-Xavier Roth : Nous voulions rendre hommage à ces moments de musique du temps de Beethoven, où il y avait beaucoup d'expérimentations sur la musique contemporaine de l'époque, avec de la musique de chambre, solistique, symphonique, de piano... Notre nouvelle académie réunit, elle, des œuvres modernes d'aujourd'hui avec des œuvres modernes d'hier de Beethoven.

Qu'est-ce qui a guidé vos choix pour les auteurs contemporains ?
Ce qui m'intéresse ce sont les compositeurs qui, comme Beethoven l'a fait en son temps, réinventent l'orchestre symphonique, comme Helmut Lachenmann. Ou Francesco Filidei qui cite Beethoven et distord sa musique, et Bernd Alois Zimmermann (1918-1970) qui dans Photoptosis cite la 9e Symphonie de Beethoven.

Peut-on comparer votre nouvelle académie au travail de mixage d'un DJ ?
Oui, c'est vrai que c'est un travail de montage un peu comme un set de DJ, et que c'est très lié au phénomène lui-même du concert. Je suis très attaché à l'idée que le concert doit rester un événement unique et singulier. La difficulté ici c'est que cela engage tout un orchestre symphonique qui doit se transporter d'une époque à une autre, et endosser tout de suite un nouvel habit stylistique.

Qu'est-ce que cette soirée apportera à l'écoute des œuvres ?
On pourra les entendre sous un autre regard, une autre perspective. C'est notre rôle de musiciens que de proposer une nouvelle perspective d'écoute, car une œuvre n'a jamais été composée pour entrer dans une sorte de tradition ou de musée. L'œuvre a toujours une fraîcheur et une contemporanéité qu'on doit faire renaître.

François-Xavier Roth, Beethoven au futur
À l'Auditorium le lundi 17 février


Beethoven au futur

Orchestre du Gürzenich de Cologne, dir mus François-Xavier Roth
Auditorium de Lyon 149 rue Garibaldi Lyon 3e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Au risque de Beethoven

Musique Classique | Parmi les nombreux grands rendez-vous classiques de cette fin de mois janvier, le pianiste Evgeni Kissin revient à Lyon avec un programme qu'il a longtemps redouté, les sonates de Beethoven.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 21 janvier 2020

Au risque de Beethoven

La fin du mois de janvier est une période de toutes les folies pour amateurs et amatrices de musique classique : le récital de Patricia Petibon à la Salle Molière, la Tosca de Puccini mise en scène par Christophe Honoré à l'Opéra, le Requiem de Mozart joué à la Chapelle de la Trinité (le 30 janvier), et trois sonates pour piano de Beethoven interprétées par la nouvelle coqueluche du public, le pianiste Evgeni Kissin (né en 1971 à Moscou, naturalisé Britannique depuis 2002). Pour lui, ce sera aussi le concert de tous les dangers tant le pianiste virtuose a repoussé, redouté, hésité à se lancer dans cette aventure, plus à l'aise avec Mozart, Chopin ou Liszt... Un répertoire redouté avec raison selon la presse spécialisé

Continuer à lire

Beethoven par Renaud Capuçon, héroïque

Classique | L'Orchestre de Lyon et le violoniste Renaud Capuçon jouent cette semaine l'une des symphonies les plus populaires de Beethoven, la Troisième dite Héroïque. Un héroïsme proprement musical pour une œuvre ouvrant de nouveaux chemins de composition et de sensations.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 18 décembre 2018

Beethoven par Renaud Capuçon, héroïque

Rarement l'écart entre le contenu de sens visé par une œuvre et son rendu perceptif n'aura été aussi grand que dans la Sinfonia eroica de Beethoven. Très impressionné par l'esprit révolutionnaire du jeune Bonaparte, le compositeur allemand voulut lui dédier sa 3e Symphonie, avant de se raviser lorsque Bonaparte devient empereur. « Ce n'est donc rien qu'un homme ordinaire ! Maintenant il va fouler aux pieds tous les droits humains, il n'obéira plus qu'à son ambition ; il voudra s'élever au-dessus de tous les autres, il deviendra un tyran » se serait exclamé, dans un éclat visionnaire, Beethoven. Mais bien malin serait celui qui pourrait relier l'ode à la Révolution française à la matière musicale de la Symphonie héroïque, composée entre 1802 et 1804... Si ce n'est que cette matière est en elle-même révolutionnaire, annonçant notamment le romantisme à travers le spectre particulièrement large et varié des émotions proposées (de la marche funèbre du deuxième mouvement à l'emportement échevelé du quatrième).

Continuer à lire

Berlioz, un sacré musicien !

Festival Berlioz | Chaque fin d’été à la Côte-Saint-André, Berlioz renait. Le Festival est devenu un événement musical incontournable pour les amoureux d’une musique française romantique inclassable. 2018, un cru prestigieux.

Pascale Clavel | Mardi 19 juin 2018

Berlioz, un sacré musicien !

Après le succès d'une édition 2017 "so british", le festival se tourne vers les œuvres sacrées de Berlioz et en même temps accueille les commémorations du 150e anniversaire de la mort du compositeur. Par son ambiguïté, "Sacré Berlioz", résume bien l’homme à la personnalité toute singulière : compositeur romantique avant-gardiste, écrivain, poète, orchestrateur hors cadre, maître de l’idée fixe (ce thème principal obsessionnel qui ne vous lâche jamais…), Berlioz pousse l’écriture de ses mélodies comme personne : des phrases fiévreuses, des envolées charnelles, jamais décoratives, des thèmes qui vous collent aux oreilles, absolument. Il fallait oser, sacré festival ! Qui s’ouvre sur une grande fête des moissons avec musiques et métiers d’antan, à Saint-Pierre de Bressieux. On y retrouve la folle ambiance d’un village dauphinois comme on y vivait au 19e siècle. Les batteuses, les jeux en bois, la fabrication du pain artisanal et la fanfare des Violons du Rigaudon, constituée de violonneux traditionnels. L’orchestre Les Corsaires Rouges fera danser les festivaliers jusqu’au bout de la nuit lors d’un petit bal o

Continuer à lire

Un Festival Berlioz impérial

MUSIQUES | Pas facile d’imaginer été après été un festival dédié à un même compositeur sans risquer de tourner en rond. Le Festival Berlioz réussit pourtant à surprendre avec un (...)

Philippe Yves | Mercredi 24 juin 2015

Un Festival Berlioz impérial

Pas facile d’imaginer été après été un festival dédié à un même compositeur sans risquer de tourner en rond. Le Festival Berlioz réussit pourtant à surprendre avec un programme à l’inspiration chaque fois renouvelée, grâce à une maline approche thématique. Sans oublier les tubes berlioziens tels la Symphonie fantastique, le festival nous emmène cette année sur la route Napoléon (qui relie les Alpes et la Côte d’Azur), en Corse et sous la figure impériale de… Napoléon. Bonaparte est au centre des choix musicaux des invités, dont le chef Daniel Kawka avec trois évocations napoléoniennes (Schönberg, Castérède, Honegger), ainsi que d’une création mêlant les polyphonies corses d’A Filetta et un orchestre signée Bruno Coulais. Et comme on ne saurait fêter Berlioz sans ses œuvres XXL pour masses orchestrales et chorales, le festival investira le Théâtre antique de Vienne pour une nuit autour du monumental Te Deum dirigé par François-Xavier Roth réunissant près de mille pros et amateurs. Une nuit symboliquement ouverte aux jeunes et clôturée par une relecture jazz avec Louis Sclavis,

Continuer à lire