Le Souffle de Parc sur la ville

Quand la compagnie P.A.R.C., fondée en 2004 par Pierre Pontvianne & Emilie Tournaire, et très vite rejointe par Pierre Treille et Sylvain Vigné, souffle sur la ville, cela donne « Souffle », spectacle présenté au Travelling Théâtre Le Verso, et "Stück", spectacle mené tambour battant sur la scène du Théâtre Copeau. Monique Bonnefond

Il est des êtres rares, des êtres qui, au cours d’une rencontre privilégiée enrichissent, en se dévoilant, en livrant spontanément et généreusement leurs idées, leurs émotions, leurs sentiments, en laissant leur parcelle d’humanité s’approcher de la vôtre et la vie qui les anime rejoindre celle qui est en vous. On se sent alors riche, riche des autres, riche du monde entier. Pierre Pontvianne, créateur avec Emilie Tournaire, de la compagnie P.A.R.C. en 2004 et Pierre Treille font partie de ces êtres-là. Les échanges avec eux sont riches, fructueux. Chacun s’applique à définir aussi exactement que possible sa démarche artistique, sa conception de cet art qu’est la danse, s’efforçant d’affiner le langage, de trouver le mot juste, l’expression qui traduira au plus près sa pensée toute en nuances. C’est ainsi qu’à partir de ce simple mot : souffle qui est le titre du spectacle présenté au Verso et qui sera donné le 19 mars à Villeurbanne puis à Grenoble, on en arrive à élargir la réflexion à la danse contemporaine, à l’humain, à la vie… C’est la poésie contenue dans le mot souffle qui a inspiré Pierre Pontvianne. Il y avait matière. Le souffle est indissociable du corps et de la danse. Le souffle, c’est un terrain de recherche et d’imaginaire. Le souffle, c’est à la fois un mot très précis et une réalité derrière laquelle on peut mettre beaucoup de choses. On peut évoquer Belmondo dans « A bout de souffle », Othello qui, avant d’étouffer Desdémone dans un accès de jalousie dit : « Avec quel souffle pur je l’entends qui respire ». On peut songer à tout ce que peuvent recouvrir les expressions « souffle de vie », « retenir son souffle », « reprendre son souffle »,  « ménager son souffle » et bien sûr, « le dernier souffle ». Le mot, pour Pierre Pontvianne semblait en lien avec la Création, avec l’inspiration. La création « Souffle » travaille sur les possibilités et les limites du corps. Pierre Pontvianne a cherché à respirer avec sa danse et il cherche à décloisonner la danse contemporaine de l’image qu’on lui donne. Les gens ont une vision réduite de la danse contemporaine. Les champs contemporains dérangent nos habitudes, mais il faut se méfier des méfiances. Plus on parlera des innovations, plus on les rendra accessibles. L’accessibilité, c’est aller à la rencontre de… La compagnie PARC aime rendre l’inhabituel moins déconcertant. Tout est une question de générosité et d’engagement. Si l’œuvre éloigne, il ne faut pas que l’artiste s’éloigne. Par son action culturelle en lien direct avec le public, la compagnie PARC aime stimuler l’imagination du spectateur, être provocateur de l’imagination qu’il faut éveiller en chaque spectateur ; car il y a autant de danses que de publics et de créateurs. C’est compliqué parce que c’est très riche et en même temps, c’est simple parce que c’est réel. Tout le monde n’a pas chez soi les outils pour peindre un tableau, un piano pour en jouer, mais nous avons tous un corps. Ainsi, nous sommes tous touchés. Une œuvre, on la partage. L’autre création de la compagnie PARC s’appelle Stück, mot germanique qui signifie morceau. C’est un trio de garçons. De leur danse s’extrait une idée poétique mais aussi politique car le passage du « je » au « nous » pose la question de la cohabitation et de la confrontation. Ils sont trois et ont en tête la quête d’un commun qui les fait converger en un point unique : Stück. Stück raconte un monde à la fois clos et ouvert, actuel et désuet, où s’imbriquent des situations, des plus quotidiennes aux plus incongrues. C’est dans ce monde recomposé qu’ un jeu s’instaure entre les trois artistes. Jeu de mots, d’images et de corps où la danse se profile comme un solvant qui dissout les évidences.

Stück
à l'Opéra Théâtre de Saint-Étienne (Théâtre Copeau)
les mercredi 12 et jeudi 13 décembre à 20h,

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Scènes...

Lundi 5 décembre 2022 Le premier fils, Dimitri, impétueux, sanguin et violent, est le rival de son père, entiché de la même femme que lui. Le second, Ivan, cynique intellectuel athée (...)
Mardi 6 septembre 2022 Une femme aimante et disponible, un mari charmant et brillant : que pourrait-il arriver à ce couple en apparence parfait ? C’est l’intrigue qui rythme (...)
Mardi 26 avril 2022 Plus on progresse, plus on se fait du mal et plus on se tue, à petit feu. Avec Bienvenue dans l’espèce humaine, Benoît (...)
Mardi 26 avril 2022 Et si la vie, ce n’était pas choisir à tout prix, mais au contraire construire un tout ? Et si l’art, ce (...)
Mardi 26 avril 2022 On évolue tous avec le temps. On grandit, on comprend, on change. Qu’en est-il de notre débarras ? Lieu de la cachette par (...)
Mardi 26 avril 2022 Gerard Watkins revisite le chef-d’œuvre shakespearien à travers le prisme des sixties : pantalons pattes (...)
Mardi 26 avril 2022 Hugo, 23 ans, étudiant en sciences humaines, oscille entre ses origines algériennes et françaises. Lorsque sa mère le (...)
Mardi 29 mars 2022 Par Sibylle Brunel. Quand les petites bêtises entrainent les grosses, il est difficile de prouver que l’on peut encore répondre à la norme. A-t-on seulement (...)
Mardi 29 mars 2022 Notre civilisation s’effondre, tous les scientifiques le disent. Oui mais alors… Que faire ? Vaste sujet, pourvu que l’on (...)
Mardi 29 mars 2022 Et si la décolonisation n’avait été qu’une succession d’échecs dont on voit et paie encore les pots (...)
Lundi 28 mars 2022 Par Sibylle Brunel La Compagnie Momus Group revisite de nouveau ses classiques en donnant cette fois-ci un coup de jeune à Shakespeare. Le (...)
Mardi 29 mars 2022 Par Sibylle Brunel. Fred Radix, dans son nouveau spectacle La Claque, invite à une plongée dans l’effervescence des théâtres du XIXème. Le chef de claque (...)
Lundi 14 mars 2022 Drissa a 11 ans. Drissa est un jeune garçon noir. Drissa veut un chien. Car Drissa voudrait être banal. Avoir la vie « des blonds », qu’il voit à (...)
Lundi 14 mars 2022 En adaptant Candide, Arnaud Meunier convoque une nouvelle fois un Grand Texte de la littérature française au profit d'un discours des plus contemporains
Mardi 1 mars 2022 Du coup de foudre au coup du destin. Se rencontrer, s’enticher, s’aimer, s’installer, puis vouloir donner la vie… Et ne pas pouvoir. Confrontés à cette (...)
Mardi 1 mars 2022 Mettre en mouvement pour interroger les engrenages, systèmes, et forces puissantes de notre société. Danser, pour questionner notre possibilité à nous en (...)
Mardi 1 mars 2022 Inspiré du roman Quelques jours dans la vie de Tomas Kusar d’Antoine Choplin, Václav​ et Tomas met en scène la dissidence, la résistance, le combat, le (...)
Mardi 1 mars 2022 Elle avait tout pour être heureuse, mais rien ne va se passer comme elle l'imaginait. Fougueuse, pleine d'envies, sortant du couvent à 17 ans avec une (...)
Mardi 1 mars 2022 « Pardonnez mon retard… On va tous mourir ». Parce que le tri sélectif risque de ne pas suffire, la fin de l’espèce humaine est peut-être (...)
Mercredi 2 février 2022  Après une première moitié de saison d’une densité inédite, les théâtres attaquent 2022 sans baisser de rythme. Les six mois à venir seront riches comme rarement de découvertes et de grandes figures pour se clore sur la venue d’Ariane...
Mardi 1 février 2022 « Les premières nuits, tu ne dors pas ». Et puis après… Ca devient ta vie, d’être dans la rue, tout le temps. Un matin, l’homme seul se réveille, et (...)
Mardi 1 février 2022 On va le dire d’emblée : il s’agit sans doute de l’un des spectacles les plus puissants qu’il sera possible de voir cette année. Une gifle ? (...)
Mardi 1 février 2022 Par ailleurs romancier et accessoirement guitariste-chanteur au sein de l’improbable groupe de « rock en marche » The Disruptives, (...)
Lundi 24 janvier 2022   « Au voleur ! Au voleur ! À l'assassin ! Au meurtrier ! Justice, juste Ciel ! Je suis perdu, je suis assassiné, on m'a coupé la gorge, on m'a dérobé mon (...)
Mardi 1 février 2022 Des fidèles du festival, des spectacles inédits, des étoiles montantes du rire et des caméras de France TV : Arcomik remet le couvert en ce mois de février.

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter