Contact

Monique Bonnefond | Mercredi 5 février 2020

Photo : © BenHopper


La compagnie catalane Eia nous emmène dans le monde du cirque toujours très présent dans l'imaginaire collectif, pour aller cueillir l'humanité et nous plonger dans un univers en constante transformation fait de In Tarsi, mot d'artisan utilisé en marqueterie pour désigner l'art délicat d'assembler de minuscules fragments. Fragments de vie, avec ses rencontres, ses contacts, ses incompréhensions, ses complicités et ses moments de solitude, qui renvoient à une expérience humaine connue de tous. Sur une piste circulaire et multigéométrique, 13 praticables en bois, un mât chinois, une corde à sauter, autant d'agrès pour construire, transformer, aligner, superposer, basculer. Quatre circassiens à l'énergie débordante, se livrent, à un rythme endiablé, à un exercice de haute voltige où cirque et danse se mêlent à un humour plein de tendresse. De portés acrobatiques en sauts sur trampoline et escalades de mât chinois, ils créent un cirque en perpétuel mouvement qui les rassemble, les disperse, les réunit à nouveau, composant une mosaïque d'exploits comme le ferait un kaléidoscope mettant en lumière la grandeur de la rencontre et la constante transformation des sentiments et des relations humaines. Un festival d'acrobaties qui révèle l'importance du relationnel.

In Tarsi, dimanche 23 février à la Forge au Chambon Feugerolles


In Tarsi

Cie de Circo "eia" (Catalogne)
La Forge 92 rue de la République Chambon-Feugerolles
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

De haut en bas, que la colline est belle

Festival | Le festival des 7 Collines reprend sa place dans la métropole stéphanoise, proposant 15 jours de cirque, danse, musique et performances à redonner du souffle.

Cerise Rochet | Mercredi 9 juin 2021

De haut en bas, que la colline est belle

Il fait partie des festivals passés à la trappe en 2020, au grand dam de toutes celles et de tous ceux qui en ont fait un rendez-vous immanquable du début de l’été. Qu’on se rassure, après une année de disette, les 7 Collines reviennent plus en forme que jamais, avec une programmation festive - parce qu’il faut bien se remettre de ses émotions -, et audacieuse -parce qu’il faut bien aller de l’avant, quitte à se faire bousculer un peu. Avec près de 20 spectacles en 15 jours sur une grande partie de la métropole stéphanoise, l’événement retrouve ses marques, fidèle à son ambition de toujours : vulgariser la création contemporaine, et voir le cirque, la musique du monde, la danse et la performance provoquer sourires sur les lèvres et boum-boum dans les cœurs de tous les spectateurs. Du cirque de haute-volée Mesdames, messieurs approchez donc, au rayon cirque cette année, sans doute n’y aura-t-il pas de place pour tout le monde. Au milieu d’une multitude de pièces engagées, spectaculaires, ou parfois les deux à la fois, on optera sans trembler pour la compagnie française Cabas. Venue de région parisienne, celle-ci s’installera le temps d’une seule so

Continuer à lire

Mohamed Naitl ‘Khadir : « Déployer plus d’actions en faveur de la création et du public »

Grand entretien | À 42 ans, Mohamed Naitl ‘Khadir est le responsable culture au Chambon-Feugerolles depuis 2013. Mais il s’implique plus largement dans la vie culturelle ligérienne avec notamment un poste de co-président de l’association Loire en Scène. Nous avons voulu prendre avec lui le pouls du secteur culturel alors que les spectacles et la vie culturelle en présence du public reprennent progressivement.

Nicolas Bros | Mercredi 9 juin 2021

Mohamed Naitl ‘Khadir : « Déployer plus d’actions en faveur de la création et du public »

Quel est votre parcours ? Je suis un pur produit du Chambon-Feugerolles, né là-bas. Concernant mes études, j’ai suivi un cursus de droit à la fac de Jean Monnet à Saint-Etienne. En parallèle de mes cours, je gravitais autour de l’école de musique, en participant à l’organisation d’événements musicaux. C’est là qu’est née ma vocation pour le secteur culturel. J’avais même créé avec quelques amis une structure de deejaying. En parallèle, je suis tombé sur une opportunité d’emploi-jeune au Chambon-Feugerolles en 2000. Je fais partie de cette génération qui a pu bénéficier de ce dispositif. C’était déjà un poste dans le secteur culturel ? Oui, mais j’avais auparavant postulé à un emploi-jeune afin de redynamiser la vie économique locale. Malgré un très bon entretien, je n’avais pas été retenu. Mais Stéphane Frécon, le directeur de la culture de l’époque au Chambon et qui faisait alors partie du jury, avait gardé mon CV. Six mois après, il m’a rappelé et m’a proposé un poste. J’ai tout de suite accepté. Stéphane m’a mis le pied à l’étrier et c’est là que tout a commencé pour moi. Deux ans après mon arrivée, j’ai ensuite

Continuer à lire

Le site Le Corbusier de Firminy en lice pour le monument préféré des Français

Concours | Et si le site Le Corbusier de Firminy représentait la région Auvergne-Rhône-Alpes lors du prochain concours télévisé du monument préféré des Français ? C'est une (...)

Nicolas Bros | Mardi 25 mai 2021

Le site Le Corbusier de Firminy en lice pour le monument préféré des Français

Et si le site Le Corbusier de Firminy représentait la région Auvergne-Rhône-Alpes lors du prochain concours télévisé du monument préféré des Français ? C'est une possibilité puisqu'il fait partie des trois lieux emblématiques régionaux encore en lice cette année. Aux côtés du Château de Menthon-Saint-Bernard (Haute-Savoie) et de la Rotonde ferroviaire de Chambéry, le site Le Corbusier a toutes ses chances de remporter la mise et ainsi être mis en avant par Stéphane Bern sur France 3 à l’occasion des 38e journées européennes du Patrimoine. Encore faut-il que les internautes votent pour lui. Vous pouvez d'ores et déjà aller donner votre voix pour Firminy sur cette page.

Continuer à lire

Tibert / Des routes à prendre

Portrait | Fondateur et directeur artistique du festival Les Oreilles en Pointe, depuis plus de trente ans Tibert défend vaille que vaille la chanson francophone. En cette fin d'année morose, le chanteur et guitariste sort contre vents et marées un sixième album, Tranche désir. Portrait entre terre et mer d'un homme qui possède six cordes à son arc.

Niko Rodamel | Mardi 8 décembre 2020

Tibert / Des routes à prendre

Remontons le temps. Le petit Alain Rocher naît en 1961 à Saint-Étienne de parents lozériens et auvergnats. Comme souvent chez les musiciens, c'est de la fascination pour un instrument qui va naître une passion que les années ne pourront plus jamais taire. Vers l'âge de neuf ans, Tibert est confié à ses grands-parents le temps que ses oreillons cessent d'être contagieux pour ses deux frangins. « Comme il n'avait pas de jeux pour les gosses, mon grand-père était dépité. Un jour il a sorti sa mandoline et quelques vieilles partitions poussiéreuses puis, cassant une dent d'un peigne pour s'en faire un médiator, s'est mis à gratter les cordes. J'étais impressionné par ses gros doigts qui couraient sur les toutes petites cases de l'instrument ! » Tibert se souvient encore très distinctement de ce déclic, décrivant une véritable révélation pour la musique. Plus tard ce sera son père, professeur de lettres, qui lui fera découvrir la littérature... Tout en poursuivant des études littéraires jusqu'à la maîtrise, le jeune homme jongle entre cours de chant classique au conservatoire de Saint-Étienne et formation en guitare jazz à l'EMRA de Villeurbanne. Après quelques années à ense

Continuer à lire

Les 7 Collines proposent une prog d'automne

Festival | Le festival des 7 Collines, rendez-vous pluridisciplinaire stéphanois du début d'été, n'a pas pu avoir lieu du 23 juin au 7 juillet (...)

Nicolas Bros | Vendredi 25 septembre 2020

Les 7 Collines proposent une prog d'automne

Le festival des 7 Collines, rendez-vous pluridisciplinaire stéphanois du début d'été, n'a pas pu avoir lieu du 23 juin au 7 juillet 2020. Pour autant, l'équipe organisatrice ne s'est pas laissée abattre et a décidé de programmer des spectacles cet automne. L'occasion de découvrir plusieurs pièces de cirque entre le 7 novembre et le 10 décembre. On retrouvera la Cie Allégorie avec le spectacle cOLLiSion du côté de la salle Aristide Briand de Saint-Chamond le 7 novembre, une Nuit du Cirque le 14 novembre à la Maison de l'Université avec les compagnies Puéril Puéril et Kiaï (une soirée en collaboration avec l'école de cirque Les Kipouni's), les Anglais Nikki & JD présenteront Knot le 18 novembre à la salle Jeanne d'Arc puis Sencirk, compagnie sénégalaise, proposera Man Fan Laa le 10 décembre au Fil. [Mise à jour du 20/10/2020] L'ogranisation a mis à jour les horaires de ces spectacles : Le spectacle Collision du samedi 7 novembre à Saint-Chamond à 18 h est maintenu à l'heure prév

Continuer à lire

Firminy annule ses journées du patrimoine et le Hall Blues Club reporte des concerts

ACTUS | Après le passage en rouge du département de la Loire, les annonces d'annulation d'événements continuent de tomber.

Nicolas Bros | Mardi 15 septembre 2020

Firminy annule ses journées du patrimoine et le Hall Blues Club reporte des concerts

Alors que la Loire est passée en zone rouge, signifiant que le département subit une circulation active de la Covid-19 et que Firminy fait partie des communes dans lesquelles le port du masque va devenir obligatoire dès demain, la Ville de Firminy a décidé d'annuler la tenue des Journées européennes du patrimoine sur son sol. « Du fait du contexte sanitaire local, avec une circulation active du virus dans la Loire (classée en rouge depuis le 11 septembre) et dans notre ville, l’équipe municipale a décidé d’annuler les évènements proposés à Firminy dans le cadre des Journées du Patrimoine ​» explique la municipalité sur son site internet. Le Site Le Corbusier reste cependant ouvert aux horaires habituels : samedi et dimanche de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h. Parallèlement, le Hall Blues Club de Pélussin vient également d'annoncer l'annulation des concerts qu'il devait accueillir entre aujourd'h

Continuer à lire

Ici la Terre

Expo | C'est un peu comme un retour à la maison pour les céramistes Arlette et Marc Simon. Installés depuis 2002 au Chambon-sur-Lignon (43) où ils ont créé l'Espace (...)

Nicolas Bros | Mercredi 8 juillet 2020

Ici la Terre

C'est un peu comme un retour à la maison pour les céramistes Arlette et Marc Simon. Installés depuis 2002 au Chambon-sur-Lignon (43) où ils ont créé l'Espace d’Art Contemporain Les Roches, ces deux Stéphanois ont découvert la pratique de la céramique à Firminy, au coeur de la Maison de la culture en 1971. Marqués par le rapport à l'espace, aux lignes épurées ou encore au dialogue intérieur/extérieur, les Simon ont entrepris un chemin côte à côte avec la création artistique au coeur des arts plastiques. Avec l'exposition Pas de deux qui se tient jusqu'en novembre dans l'architecture unique de l'église Saint-Pierre de Firminy, le duo nous donne à voir un joli panel de leurs oeuvres. « Nous avons ressenti le besoin de retrouver nos pièces anciennes et l’envie de vous les montrer. Ces travaux plus anciens associés à nos pièces récentes, représentent le chemin parcouru » expliquent Arlette et Marc Simon. Un parcours de 18 oeuvres jalonne les travées de l'église Le Corbusier de Firminy, avec des oeuvres hypnotiques, poétiques et sincères mais toujours en dialogue avec cette architecture unique. Pas de deux d'Arlette et Marc Simon, à l'églis

Continuer à lire

Le festival des 7 collines annulé à son tour

Annulation festival - COVID-19 | Suite à l'allocution présidentielle d'hier soir, les mauvaises nouvelles s'enchaînent... Sans réelle surprise. Le festival des 7 Collines (spécialisé notamment (...)

Nicolas Bros | Mardi 14 avril 2020

Le festival des 7 collines annulé à son tour

Suite à l'allocution présidentielle d'hier soir, les mauvaises nouvelles s'enchaînent... Sans réelle surprise. Le festival des 7 Collines (spécialisé notamment dans les arts du cirques), après avoir dans un premier temps sorti la programmation de sa 26e édition, vient d'annuler cette dernière qui était prévue du 23 juin au 7 juillet prochains. La nouvelle a été annoncée via communiqué de l'organisation : « Nous sommes très touchés par cette situation inédite, mais restons solidaires face à l'ampleur de la crise. Nous souhaitons remercier tous nos partenaires, nos équipes techniques, les artistes invités, les bénévoles et festivaliers qui rendent chaque édition du festival unique. Rendez-vous en 2021 pour la 27e édition. »

Continuer à lire

Parlez doucement, vous êtes au cirque

Cirque | La compagnie The Rat Pack bouscule dans son spectacle Speakeasy la pratique circassienne en empruntant des techniques cinématographiques, des clichés (...)

Monique Bonnefond | Mercredi 8 janvier 2020

Parlez doucement, vous êtes au cirque

La compagnie The Rat Pack bouscule dans son spectacle Speakeasy la pratique circassienne en empruntant des techniques cinématographiques, des clichés propres aux films de gangsters. C'est dans l'univers sulfureux des bars clandestins du temps de la prohibition, les "speakeasy", que six artistes réussissent à conjuguer parfaitement cirque, danse et cinéma. Speakeasy, dimanche 9 février au Théâtre du Parc

Continuer à lire

Le Cirque du Soleil à Lyon en mars 2020

Cirque | Aux pieds du Parc OL de Décines, le Cirque du Soleil va planter son chapiteau du 19 mars au 13 avril 2020. Le plus célèbre nouveau cirque au (...)

Nadja Pobel | Mercredi 11 décembre 2019

Le Cirque du Soleil à Lyon en mars 2020

Aux pieds du Parc OL de Décines, le Cirque du Soleil va planter son chapiteau du 19 mars au 13 avril 2020. Le plus célèbre nouveau cirque au monde présente Kooza, un show avec des circassiens et acrobates hors pairs comme dans toutes les productions de la compagnie montréalaise. Mais certainement aussi avec déferlement de couleurs et éclats de lumière dans tous les sens. On ira vérifier s'il reste un brin d'âme. Tarifs : de 36€ à 239€

Continuer à lire

Juste un échange

Danse | Dans un espace clos en quadri-frontal ceinturé par un gradin en tôle ondulée, à la fois arène et ring, deux hommes face à face font l'épreuve de l'altérité. Inspirée de la (...)

Monique Bonnefond | Mercredi 4 décembre 2019

Juste un échange

Dans un espace clos en quadri-frontal ceinturé par un gradin en tôle ondulée, à la fois arène et ring, deux hommes face à face font l'épreuve de l'altérité. Inspirée de la somptueuse pièce Dans la solitude des champs de coton où se rencontrent deux hommes que rien ne réunit sinon un accord tacite entre un client qui cherche une chose qu'il n'a pas et un dealer qui la possède, le spectacle Deal repose sur ce prétexte à la discussion et à la confrontation. Les deux circassiens-danseurs Jean-Baptiste André et Dimitri Jourde investissent les figures du client et du dealer, se livrant à des variations inouïes dans un duo tout en échanges, en jeux d'équilibre de forces, en mouvements croisés. Deal se situe à mi-chemin entre la danse et le cirque et se donne à voir dans un corps à corps chorégraphié où la beauté du geste le dispute à l'intensité des présences. Topons là ! Deal, du mardi 10 au samedi 14 décembre à La Comédie de Saint-Étienne

Continuer à lire

Rêverie douce

Cirque | Quatre personnages, des instruments, des boules, des acrobaties, du jeu… Mais qui sont-ils, ces quatre-là ? Spectacle de cirque mêlé de musique, (...)

Cerise Rochet | Mercredi 4 décembre 2019

Rêverie douce

Quatre personnages, des instruments, des boules, des acrobaties, du jeu… Mais qui sont-ils, ces quatre-là ? Spectacle de cirque mêlé de musique, Ballade à quatre nous emmène dans un joli voyage étoilé. Attrapé par le visuel, on se laisse tranquillement bercer par l’histoire, et emporter dans la rêverie… Ballade à quatre, mardi 17 décembre au théâtre des Pénitents à Montbrison

Continuer à lire

Fiat lux

Festival d'arts numériques | Saint-Étienne accueille un nouveau festival d'arts numériques du 5 au 9 novembre. Pléiades, c'est son nom, propose une sélection d'œuvres disposées dans (...)

Nicolas Bros | Mardi 5 novembre 2019

Fiat lux

Saint-Étienne accueille un nouveau festival d'arts numériques du 5 au 9 novembre. Pléiades, c'est son nom, propose une sélection d'œuvres disposées dans l'espace public et dans une vingtaine de commerces du centre-ville. Le collectif Scenocosme (de Grégory Lasserre et Anaïs met den Ancxt), Derrick Giscloux, Jérôme Villeneuve ou encore Catherine Ikam et Louis Fleri font partie des artistes proposant des créations pour cette première édition de cette initiative menée conjointement par la Ville de Saint-Étienne et l'association Sainté Shopping. Festival Pléiades, du 5 au 9 novembre dans le centre-ville de Saint-Étienne

Continuer à lire

Miossec, ce rescapé

MUSIQUES | 11e album pour le Brestois Christophe Miossec avec Les Rescapés. Moins égo-centré que ces prédécesseurs, cet album s'ouvre sur des thématiques d'actualité (...)

Nicolas Bros | Mardi 5 novembre 2019

Miossec, ce rescapé

11e album pour le Brestois Christophe Miossec avec Les Rescapés. Moins égo-centré que ces prédécesseurs, cet album s'ouvre sur des thématiques d'actualité brûlante : changements climatiques, crises migratoires... Mais avec ce disque, Miossec explique avoir sorti l'épreuve la plus personnelle musicalement, depuis Boire (1995). Construit sur trois périodes distinctes de mai 2017 à avril 2018, entre le Finistère et Paris, Les Rescapés est abrupte, organique et vivace. Un disque où on trouve un Christophe Miossec tel qu'il est finalement resté contre vents et marées, légèrement en marge mais toujours juste. Miossec + Dimoné & Kursed, samedi 16 novembre 2019 au Firmament à Firminy

Continuer à lire

Une Pléiade numérique

Arts numériques | Un nouveau festival des arts numériques va se dérouler du 5 au 9 novembre 2019 à Saint-Étienne, avec des oeuvres disposées dans l'espace public et les commerces. Son nom : Pléiades.

Nicolas Bros | Jeudi 19 septembre 2019

Une Pléiade numérique

On connaissait le festival Variations Numériques de l'Université Jean Monnet, voici Pléiades, le nouveau festival des arts numériques de Saint-Étienne. Une initiative inédite qui proposera de découvrir une dizaine d'oeuvres plutôt imposantes dans l'espace public (sur les grandes places du centre-ville) ainsi qu'une vingtaine dans les commerces stéphanois. L'idée de créer cet événement s'est imposée dans la réflexion menée par la municipalité pour doper l'activité commerciale en centre-ville. « Un grand plan national a été lancé au printemps 2019 afin de co-financer des actions pour relancer le commerce stéphanois et redonner confiance aux habitants, explique Gaël Perdriau, maire de Saint-Étienne. Avec l'association Sainté Shopping, nous menons plusieurs initiatives telles que l'opération trois heures de stationnement gratuites les samedis qui est prolongée jusqu'en avril 2020, l'opération de grand déstockage qui s'est déroulée les 14 et 15 septembre, le développement d'une application mobile dédiée au commerce mais également ce nouveau festival d'arts numériques. » Un événement qui suscite l'engouement et l'adhésion de l'association de commerçants Sainté Shoppi

Continuer à lire

Sauvé par le cirque

Cirque | Issus de l'école de cirque de Lyon, Dorian Lechaux et Ronan Duée ont décidé de lancer à l'automne 2015 leur compagnie au nom étonnant et entêtant : Puéril Péril. (...)

Nicolas Bros | Mardi 3 septembre 2019

Sauvé par le cirque

Issus de l'école de cirque de Lyon, Dorian Lechaux et Ronan Duée ont décidé de lancer à l'automne 2015 leur compagnie au nom étonnant et entêtant : Puéril Péril. Le duo, mi-acrobate mi-monocycliste propose des spectacles qui restent accrochés. C'est le cas de L'Autre, une création qui débute avec un homme sur le point d’en finir... mais ce n'est, bien au contraire, que le début. Un spectacle tout en subtilité et humour noir. Un cirque bourré d'une forte théâtralité. L'Autre, vendredi 17 janvier 2020 à 20h à L'Échappée de Sorbiers et vendredi 13 mars 2020 20h au Centre culturel de la Ricamarie

Continuer à lire

We can do it !

SCENES | Avec Revolte, l'auteur britanique Alice Birch soulève une vision du féminisme radicale, presque violente, transgressant d'ailleurs son concept même en le (...)

Cerise Rochet | Mardi 3 septembre 2019

We can do it !

Avec Revolte, l'auteur britanique Alice Birch soulève une vision du féminisme radicale, presque violente, transgressant d'ailleurs son concept même en le questionnant. La pièce, non narrative, met en scène une multitude de saynètes qui interrogent les relations hommes-femmes. Incisive et drôle, l'auteure s'attaque ici à tous les couplets archaïques décrétés par les hommes pour les hommes, qui jusqu'à présent régissent les relations entre les deux sexes, de l'intimité au monde professionnel, en passant par le porno ou la politique. Ca décoiffe de modernité. Revolte, jeudi 28 novembre à 20h30 à la Maison de la culture à Firminy et mardi 10 mars 2020 à 20h30 à La Buire à L'Horme

Continuer à lire

Cirque à l'antique

Festvial d'Alba à la Romaine | Petit village de caractère au sud de l'Ardèche, Alba-la-Romaine, la bien-nommée, accueille en juillet son traditionnel festival autour des arts du cirque où (...)

Monique Bonnefond | Mardi 2 juillet 2019

Cirque à l'antique

Petit village de caractère au sud de l'Ardèche, Alba-la-Romaine, la bien-nommée, accueille en juillet son traditionnel festival autour des arts du cirque où des artistes de renommée internationale viennent investir ce site antique exceptionnel. Cirque, théâtre, danse, musique, humour constituent un moment phare du territoire ardéchois. Festival d'Alba, du 9 au 14 juillet à Alba-la-Romaine (Ardèche)

Continuer à lire

La Machine de Cirque dans l'Oeil du Petit Bulletin #26

Cirque québécois | Olivier Lépine & Vincent Dubé nous parlent de "La Galerie" la dernière création de la compagnie Machine de Cirque qui est jouée encore ce soir à La (...)

Nicolas Bros | Mercredi 26 juin 2019

La Machine de Cirque dans l'Oeil du Petit Bulletin #26

Olivier Lépine & Vincent Dubé nous parlent de "La Galerie" la dernière création de la compagnie Machine de Cirque qui est jouée encore ce soir à La Comédie de Saint-Etienne pour le Festival des 7 Collines. En bonus, ils nous chantent aussi un peu de Gilles Vigneault à l'occasion de la La Fête nationale du Québec !

Continuer à lire

Des Oreilles affûtées

Festival chanson | Depuis 1991, le festival Les Oreilles en Pointe fait vibrer dans la vallée de l'Ondaine - mais pas seulement - les sonorités francophones d'où qu'elles viennent. L'édition 2019 du festival se recentre sur cinq soirées hautes en couleurs !

Nicolas Bros | Lundi 24 juin 2019

Des Oreilles affûtées

Il en existe de nombreux festivals destinés à la chanson en France. Parmi ceux-là, Les Oreilles en Pointe possèdent une saveur un peu particulière. Est-ce sa configuration étendue sur la vallée de l'Ondaine et au-delà ? Serait-ce à cause des choix artistiques orientés chanson francophone très large – notamment vers des régions souvent peu mises en valeur dans l'Hexagone telles que l'Acadie... ? Difficile à dire mais toujours est-il que le festival existe désormais depuis 1991 et donne chaque année à écouter des découvertes et des valeurs sûres s'enchaînant dans un mois de novembre où la tendance va plutôt au confinement à domicile... Miossec, Barcella mais aussi les premières nations du Grand Nord Canadien Comme chaque année, le festival propose sa liste de jolis noms et de têtes d'affiches. Cette année, citons le retour du Breton Christophe Miossec (qui a sorti son onzième album studio en 2018 intitulé Les Rescapés), le poète sautillant Barcella et l'éternel Renan Luce. Au rayon des découvertes, Alexandre Castillon (lauréat du tremplin des Polysons de Montbrison en 2018) et la "folkeuse" suissesse Meimuna devraient régaler les spectateurs.

Continuer à lire

Québec, quel cirque !

Cirque / Festival des 7 Collines | Cette année, le festival des 7 Collines offre une jolie part de sa programmation à des créations québécoises en danse (avec Daina Ashbee) mais aussi et surtout en cirque (7 Doigts de la Main, Barcode Circus Company et Machine de Cirque). C'est carrément un focus Québec qui nous est proposé. Mais pourquoi la Belle Province est-elle une terre aussi fertile en matière circassienne ? Éléments de réponse.

La rédaction | Mardi 4 juin 2019

Québec, quel cirque !

Depuis plusieurs années, on assiste à une sorte d'hégémonie québécoise sur la création circassienne. Cela se traduit par des productions de grande qualité et des compagnies aux noms qui retentissent fort dans le secteur. On pense forcément au Cirque du Soleil, aux 7 Doigts de la Main ou encore au Cirque Éloize. Mais pourquoi donc, la Province de 8, 5 millions d'habitants est-elle devenue en quelques décennies la référence en cirque ? À tel point qu'aujourd'hui le festival des 7 Collines accueille un focus Québec dans sa programmation. Nous avons voulu en savoir davantage en nous tournant tout d'abord vers Marie Pâris, une journaliste installée à Montréal et spécialisée dans la scène et le spectacle vivant. Elle revient pour nous sur les racines de ce succès mondial du cirque à la sauce québécoise. Nous avons également voulu savoir pourquoi et comment le festival des 7 Collines en est arrivé à programmer un focus spécial en 2019. Une chose est sûre, au Québec, c'est le grand cirque ! Nicolas Bros Le Québec en piste On aime les

Continuer à lire

Lux Æterna

Musée | Avec "Habiter la lumière" et "La Luce", le Site Le Corbusier de Firminy accueille simultanément deux expositions temporaires qui replacent la lumière au centre de la pensée corbuséenne et présente des créations de sa consœur Charlotte Perriand.

Niko Rodamel | Jeudi 2 mai 2019

Lux Æterna

Architecte de génie, urbaniste et designer, théoricien de la beauté formelle et père de l’habitat moderne, Charles-Edouard Jeanneret dit Le Corbusier fut assurément un artiste visionnaire autant qu’un personnage complexe et paradoxal. L’ensemble de son œuvre témoigne de l’invention d’un nouveau langage architectural en rupture avec le passé. La lumière tient dans cette œuvre immense une place prépondérante. Le Corbusier affirmait lui-même que « l’architecture est le jeu, savant, correct et magnifique des volumes sous la lumière ». C’est là l’objet de l’exposition Habiter la lumière, dans l’aile nord de la Maison de la Culture : montrer à quel point la lumière est un matériau brut qui participe pleinement à la conception de l’espace architecturé. Par son jeu d’échelles ou d’ombres et son intensité changeante au fil des heures, la lumière habite l’espace, le révèle, jusqu’à lui insuffler une épaisseur émotionnelle que la pierre seule ne saurait garantir. Et la lumière fut La Luce (exposition itinérante conçue par Nemo Lighting) présente quant à elle, à l’église Saint-Pierre, le travail de recherche et de cr

Continuer à lire

Entre les murs

SCENES | Il est applaudi partout où il passe, rafle des Molières en veux-tu, en voilà, et revient par chez nous dans quelques jours pour présenter son nouveau (...)

Cerise Rochet | Mercredi 27 mars 2019

Entre les murs

Il est applaudi partout où il passe, rafle des Molières en veux-tu, en voilà, et revient par chez nous dans quelques jours pour présenter son nouveau spectacle, Intra Muros. Avec cette dernière création, le populaire Alexis Michalik entraîne le public dans l’univers carcéral, pour un voyage à travers des récits tous plus bouleversants les uns que les autres. Richard, un metteur en scène sur le retour, vient animer un atelier de théâtre en prison accompagné de sa comédienne d’ex-femme, et d’une assistante sociale inexpérimentée. Pour mettre un peu de beurre dans les épinards plus que par conviction. Il faudrait qu’il marche bien, cet atelier, pour que son contrat soit prolongé et que ses épinards gagnent encore un peu plus en onctuosité. Malheureusement pour lui, il n’attire que deux participants… Qui vont devoir petit à petit se mettre à nue, livrant, en creux, une réflexion sur la délinquance et l’emprisonnement. Intra Muros, vendredi 12 avril à 20h30 au Majestic à Firminy

Continuer à lire

Brain Damage dans l'Oeil du Petit Bulletin #12

Dub | L'artiste stéphanois Brain Damage s'est plié à l'exercice de l'interview vidéo pour parler de ses vingt ans de carrière, marqués par une tournée inédite mais (...)

Nicolas Bros | Mardi 26 mars 2019

Brain Damage dans l'Oeil du Petit Bulletin #12

L'artiste stéphanois Brain Damage s'est plié à l'exercice de l'interview vidéo pour parler de ses vingt ans de carrière, marqués par une tournée inédite mais également par la sortie d'un album inédit : Combat Dub 4 / Revisited.

Continuer à lire

In dub we trust

20 ans de Dub stéphanois | Le musicien stéphanois Martin Nathan marque d’une pierre blanche les vingt ans du projet Brain Damage : une alléchante soirée live avec une belle brochettes d’invités accompagnera la sortie d’un album revisitant tout le parcours du serial dubber.

Niko Rodamel | Mardi 5 mars 2019

In dub we trust

Putain, vingt ans ! Peu d’artistes ligériens peuvent s’enorgueillir d’une telle longévité, combinant régularité et renouvellement, tout en conservant son ancrage territorial. Exit le gringo mytho à l’oreille percée qui chantait Saint-Étienne avant de se perdre dans mille vies fantasmées, on the road again mais loin des terrils de son enfance… Presque effacé le souvenir des concerts de ouf donnés par les Babylon Fighters… Mutique notre cher Mickaël Furnon, leader-ermite du regretté combo Mickey 3D… Non, vraiment, seuls la Dub Inc et Brain Damage semblent tenir le cap, rayonnant aussi bien dans l’Hexagone qu’à l’international, sans renier leurs origines stéphanoises. Rapprochant de façon visionnaire les univers du sound system et du live en créant l’un des premiers live-machine du genre à la veille de l’an 2000, Brian Damage est considéré depuis comme l’un des fondateurs de la scène dub en France. Follow the bass Avec quatorze albums au compteur et plus de sept cent concerts, Martin Nathan fête donc aujourd’h

Continuer à lire

Un "focus Québec" aux 7 Collines

Festival pluridisciplinaire | 7 sur 7 ! On savait le lien fort qui unissait le festival des 7 Collines avec la compagnie de cirque québécoise Les 7 Doigts de la Main. Pour son (...)

Nicolas Bros | Vendredi 8 février 2019

Un

7 sur 7 ! On savait le lien fort qui unissait le festival des 7 Collines avec la compagnie de cirque québécoise Les 7 Doigts de la Main. Pour son édition 2019 - du 25 juin au 8 juillet - le festival stéphanois enfonce le clou et convie les circassiens montréalais pour présenter leur nouvelle création Passagers. De plus, l'équipe de l'événement stéphanois vient également d'annoncer que 3 autres créations québécoises seront à l'honneur cette année. C'est à se demander si l'on ne devrait pas prolonger le pont Jacques Cartier jusqu'aux rives du Furan... Festival des 7 Collines, du 25 juin au 8 juillet à Saint-Étien

Continuer à lire

En pleine lumière

Vitraux | Henri Guérin et Le Corbusier ont eu en commun le fait d’avoir placé l’un comme l’autre la lumière au centre de leurs préoccupations artistiques. La (...)

Niko Rodamel | Mardi 4 décembre 2018

En pleine lumière

Henri Guérin et Le Corbusier ont eu en commun le fait d’avoir placé l’un comme l’autre la lumière au centre de leurs préoccupations artistiques. La Ville de Firminy avec le Site Le Corbusier ainsi que le village de Sainte-Croix-en-Jarez rendent hommage, dix ans après sa disparition, au prolifique créateur que fut le peintre-verrier. Henri Guérin a en effet laissé derrière lui une œuvre riche de plusieurs centaines de vitraux, de nombreux dessins à la gouache ou à l’encre de Chine, de tapisseries ou encore de textes. L’exposition Lumière(s) se joue en trois temps et trois lieux. Une double-exposition vient prolonger le premier volet que fut Le chemin de croix, mettant en avant les différents chemins esthétiques empruntés par l’artiste. Les salles basses de l’Église Saint-Pierre abritent le programme Patience de la main, tandis que la troisième partie du triptyque, Paysages notre berceau, prend place au sein même de la Chartreuse de Sainte-Croix-en-Jarez. Visites guidées, projections et ateliers sont proposés jusqu’au 3 mars aux visiteurs pour qui l’accès libre aux expositions ne suffirait pas. Henri Guérin, Lumière(s)

Continuer à lire

Étoiles, étoiles

Festival musique contemporaine | Le télescope magique du Corbusier offre à la deuxième biennale de musique vocale contemporaine - Festyvocal - son écrin naturel. Geneviève Dumas, parrainée par Daniel Kawka, a pour la constellation d’Orion les yeux de Chimène.

Alain Koenig | Mardi 2 octobre 2018

Étoiles, étoiles

Le maître-mot de l'édition 2018 est assurément la création chorale. Après les célestes Poèmes étoilés de Pascal Descamps en 2016, le poème Télescopes versifiés du jeune poète-musicien Jean Massard, endosse la lourde responsabilité d'inspirer les postulants au concours de composition, organisé pour cette deuxième édition. Pierre Badol, corniste de métier, et vainqueur de l'épreuve, ouvrira donc le bal, avec sa mise en musique du superbe texte. Les autres candidats auront également l’honneur d'être incarnés vocalement par le choeur d'application du festival, composé du Choeur Ondaine, de choristes indépendants et d'étudiants. Artmilles, phalange féminine d’exception, proposera, en miroir, une autre création mondiale avec Nos étoiles mêlées de Nicolas Allemand. Professionnels "en béton" Reprenant son souffle après cette luxueuse première, Festyvocal invite trois chœurs de professionnels aguerris : le très "contemporain" New London Chamber Choir, avec la création de Julien Le Hérissier Tes yeux - tes monts - ton âme, le groupe Alter Écho présentant une autre version des Télescopes versifiés, composée par Luis Ernesto

Continuer à lire

Cirque, cinéma et prohibition

Cirque | La compagnie the Rat Pack bouscule la pratique circassienne dans son spectacle Speakeasy en empruntant des techniques cinématographiques, en (...)

Monique Bonnefond | Mardi 4 septembre 2018

Cirque, cinéma et prohibition

La compagnie the Rat Pack bouscule la pratique circassienne dans son spectacle Speakeasy en empruntant des techniques cinématographiques, en détournant les références et clichés des films de gangsters dans lesquels le club est un lieu clé où règne une ambiance close, sombre. Les six artistes performatifs passionnés par toutes les formes de création artistique réussissent, par un énorme travail d'expression corporelle inspiré des films muets, à conjuguer parfaitement les arts du cirque et du cinéma et nous font avec jubilation "leur" cirque. Speakeasy, dimanche 3 février 2019 au Firmament à Firminy

Continuer à lire

Plongée en eaux troubles

SCENES | Librement inspiré de Moby Dick, l’Ombre de la Baleine nous plonge dans les méandres des rapports familiaux observés à travers l’œil de l’enfant. Seul en scène - (...)

Cerise Rochet | Mardi 4 septembre 2018

Plongée en eaux troubles

Librement inspiré de Moby Dick, l’Ombre de la Baleine nous plonge dans les méandres des rapports familiaux observés à travers l’œil de l’enfant. Seul en scène - ou presque - Mikaël Chirinian incarne les différents membres d’une même famille confrontée à l’irruption de la folie et de la violence d’un des leurs. Un récit personnel qui touche pourtant, avec humour et délicatesse, à tout ce qu’il y a de plus universel. L’Ombre de la Baleine, le 14 décembre à 20h30 à l’espace Albert Camus au Chambon-Feugerolles

Continuer à lire

Nomade

MUSIQUES | On ne se lassera sans doute jamais de retrouver Rokia Traoré, tant sa singulière africanité fait mouche à chaque fois. Malienne de sang mais nomade dans l’âme (...)

Niko Rodamel | Mardi 4 septembre 2018

Nomade

On ne se lassera sans doute jamais de retrouver Rokia Traoré, tant sa singulière africanité fait mouche à chaque fois. Malienne de sang mais nomade dans l’âme (papa était diplomate, autant dire "goal volant"), la belle ébène tisse un habile maillage musical entre les sonorités traditionnelles mandingues et ­celles du monde occidental, régulièrement accompagnée de musiciens et vocalistes issus de la fondation Passerelle qu’elle a elle-même créée à Bamako il y a bientôt dix ans. Rokia Traoré, vendredi 8 mars à 20h30, Le Firmament à Firminy

Continuer à lire

Le cirque : double tours et double lieux

FESTIVAL D'ALBA | Dix ans pour le Pôle cirque de l'Ardèche. Autant pour le Festival d'Alba. Et voilà que les deux entités pilotées par Alain Reynaud se réunissent pour co-accueillir la crème de cette discipline toujours plus alléchante.

Nadja Pobel | Mardi 3 juillet 2018

Le cirque : double tours et double lieux

Voici au moins un ruissellement qui fonctionne, qui plus est, au bénéfice de tous. La Cascade, pôle national de cirque comme la France en compte quatorze sur le territoire, mais un seul dans cette immense région Rhône-Alpes Auvergne, a fêté ce printemps ses dix ans d'existence. À l'époque, le label national ne lui était pas encore accolé, et pour cause, le Ministère ne les inventa qu'en 2010. Mais déjà Alain Reynaud et Claire Peysson (compagnies Les Nouveaux Nez & Cie et Les Colporteurs) pallient le manque de lieux de travail. Un outil, à Bourg-Saint-Andéol, est alors ouvert aux professionnels pour la création, la diffusion (étape de création) ou la formation (stages, mais pas d'école) qui aujourd'hui encore – faute de structures suffisantes dans les environs - a des délais d'attente pour l'occupation des salles de douze à dix-huit mois ! En parallèle de la Cascade se crée le Festival d'Alba, 30 km au nord, et à l'ouest de Montélimar. Étape reconnue en France pour les circassiens, ce rendez-vous de six jours mérite bien un décroché de la voisine Avignon. Et pour la première fois de son histoire, il se déploie partiellement à La Cascade afin de rendre lisible la co

Continuer à lire

Immersions colorées

Photo | Le Site Le Corbusier de Firminy nous convie à un cycle d'expositions sur la photographie avec notamment la présentation d'une série de clichés signés Frédéric Laban, lequel joue avec les couleurs et les lumières des rues intérieures des quatre Unités d'habitation françaises réalisées par l'architecte franco-suisse.

Nicolas Bros | Mercredi 2 mai 2018

Immersions colorées

« L'architecture est le jeu savant, correct et magnifique des volumes assemblés sous la lumière » assurait l'architecte Le Corbusier. Cette sentence du créateur franco-suisse se reflète brillamment dans le travail du photographe Frédéric Laban, présenté sur les murs de l'église Saint-Pierre de Firminy mais également en grands formats sur les pilotis soutenant l'Unité d'habitation appelouse. À travers ses images allant de la figuration à l'abstraction, l'artiste présente son regard sur les rues intérieures des immeubles monumentaux construits en France par Le Corbusier (Firminy, Marseille, Rezé-les-Nantes, Briey-en-Forêt). Cette collection de vues floues, réalisées en déambulant dans ces espaces pensés volontairement assez sombres, nous amène à porter un regard nouveau sur ces bâtiments. Jouant sur la luminosité et les quatre teintes privilégiées par l'architecte (bleu, rouge, jaune et vert), l'oeuvre de Laban s'apparente à un parcours à la progression fuyante dans cet univers géométrique, fondu dans les courbes et les lignes. On se laisse happer par l'image, dans le prolongement de ces couloirs semblant sans fin. Minimalisme et réalisme En ayant

Continuer à lire

Arte diffuse "Réversible" tourné au festival des 7 Collines

Cirque | Nous vous avions conseillé de découvrir ce spectacle. Réversible de la Compagnie québécoise de cirque Les 7 Doigts de la Main, fut présenté à deux reprises dans (...)

Nicolas Bros | Mercredi 20 décembre 2017

Arte diffuse

Nous vous avions conseillé de découvrir ce spectacle. Réversible de la Compagnie québécoise de cirque Les 7 Doigts de la Main, fut présenté à deux reprises dans le cadre du festival des 7 Collines édition 2017, à l'Opéra de Saint-Étienne. Pour celles et ceux qui n'auraient pas eu l'occasion d'apprécier la performance en direct, une captation avait été organisée par Arte lors d'une de ces deux représentations en terres stéphanoises. La chaîne de télévision prévoit la diffusion de ce spectacle mercredi 27 décembre à partir de 20h55. Réversible de la Compagnie Les 7 Doigts de la Main à l'Opéra de Saint-Étienne dans le cadre du festival des 7 Collines, diffusion le 27/12 à 20h55 sur Arte

Continuer à lire

Dualité-Dualitas

Danse | Largement illustré, par exemple avec le célèbre Dr Jekyll et mister Hyde ou Janus le "Dieu à double visage", le thème du double ne cesse de fasciner les (...)

Monique Bonnefond | Mardi 31 octobre 2017

Dualité-Dualitas

Largement illustré, par exemple avec le célèbre Dr Jekyll et mister Hyde ou Janus le "Dieu à double visage", le thème du double ne cesse de fasciner les créateurs. C'est ce qui inspire Nono Battesti dont l'ombre se matérialise sous la forme de son double : Dyna B, danseuse et chanteuse soul. Cela engendre un spectacle envoûtant, mêlant hip-hop et danse contemporaine, le tout mâtiné de musique soul. Double, jeudi 16 nov à 20h30, à la Maison de la Culture Le Corbusier à Firminy.

Continuer à lire

Caméléon

ARTS | Avec les différents personnages dans lesquels l’artiste s’est glissé, l’extraordinaire carrière de David Bowie a été jalonnée d’une foultitude de costumes (...)

Niko Rodamel | Mardi 3 octobre 2017

Caméléon

Avec les différents personnages dans lesquels l’artiste s’est glissé, l’extraordinaire carrière de David Bowie a été jalonnée d’une foultitude de costumes de scène plutôt barrés, comme le montrait d’ailleurs très bien l’exposition David Bowie is à Londres puis à la Philharmonie de Paris. Des élèves du lycée des Métiers de la Mode Adrien Testud du Chambon-Feugerolles ont imaginé à leur tour des créations textiles inspirées des tenues de David Bowie, présentées jusqu’au 24 octobre au Château du Jarez, 11 rue Benoit Oriol à Saint-Chamond.

Continuer à lire

Matmatah : « Pour avoir des choses à raconter, il faut vivre des choses »

Interview | Lambé An Dro, Emma, L'Apologie... Autant de titres qui évoque forcément l'un des plus grands groupes de rock français et bretons de la fin du 20ème siècle. Matmatah a fait un grand retour en 2017 avec un album énergique et pure : Plates Coutures. Avant son passage aux Oreilles en Pointe, le bassiste de ce groupe de scène, Eric Digoire a répondu à quelques questions sur le pourquoi de ce retour qui bat le rythme à plates coutures.

Nicolas Bros | Mardi 3 octobre 2017

Matmatah : « Pour avoir des choses à raconter, il faut vivre des choses »

Comment êtes-vous "revenus aux affaires" avec Matmatah ? Eric Digaire : Nous nous sommes arrêtés en 2008 après une petite tournée. Nous avons eu notre groupe d'ados attardés. Au bout d'un moment, il y avait quelques distensions humaines avec un des membres du groupe et l'impression de commencer à nous essouffler. De ce fait, avant de manquer de sincérité envers le public, nous avons décidé d'arrêter. Chacun a pris un chemin différent. Petit à petit, nous avons perdu l'habitude de nous voir, jusqu'à n'avoir plus aucun contact pendant 4 ans avec Stan (chanteur et guitariste du groupe). Mais quand on a vécu une expérience humaine aussi forte, au moment où l'on se retrouve, ça repart comme si rien ne s'était arrêté... Nous avons refait un peu de scène. Nous avions également en projet de créer une compilation balayant toutes les époques du groupe. Nous avons travaillé sur la partie visuelle de ce disque et nous sommes rendus compte que nous avions deux titres inédits sous la main que nous n'avions jamais enregistrés. Nous avons proposé à Emmanuel Baroux, guitariste, de rejoindre le groupe. Cela a donné Antaology fin 2014. Et nous n

Continuer à lire

L'Envol de Plume

Nuits de Fourvière (Rhône) | C'est une aventure comme on n'en fera sans doute plus en France : ces superproductions qu'il faut trois années pour amortir s'éteignent peu à peu, (...)

Nadja Pobel | Mardi 4 juillet 2017

L'Envol de Plume

C'est une aventure comme on n'en fera sans doute plus en France : ces superproductions qu'il faut trois années pour amortir s'éteignent peu à peu, contrairement à des locomotives comme le Cirque du Soleil. Il ne reste plus dans cette catégorie que Ariane Mnouchkine, et Bartabas. Et le Cirque Plume. Ces deux derniers sont les seuls à pouvoir remplir trente soirs d'affilée un chapiteau de mille places. Pourtant, il reste une forme d’artisanat derrière ces chiffres. Créée chez eux à Besançon en mai dernier, cette Dernière saison est pour Plume le commencement de la fin. Ce cirque a été précurseur, dès sa création en 1983, avec Amour, jonglage et falbalas, d'une façon de faire vivre le spectacle de rue, la magie, la musique... « C'était une histoire sociale » comme le précisait encore en mars dernier Bernard Kudlak son directeur, « il fallait faire ça pour mille raisons, politiques, personnelles. Nous étions nourris par le Living Theater (NDLR qui fit scandale à Avignon en 1968), le festival international de Nancy (NDLR qui révéla Bob Wilson), Augusto Boal et son théâtre ama

Continuer à lire

L'équilibre des 7 Doigts

Cirque / Festival | Avec Réversible, la Compagnie québécoise Les 7 Doigts de la Main s'impose encore une fois avec un cirque mêlant à la fois technicité et surtout humanité. Traitant de thématiques autour du passé, des origines et de la construction de l'être, Réversible frappe un grand coup et sera en représentation à Saint-Etienne pour les 7 Collines.

Nicolas Bros | Mardi 6 juin 2017

L'équilibre des 7 Doigts

« Celui qui ignore son passé est condamné à le répéter. » Nous sommes un maillon dans la chaîne des générations et nous savons bien à quel point il est important de connaître son histoire, notamment pour éviter de répéter des situations douloureuses, pour échapper aux pièges de la fatalité. Rien n'est pire que le non-dit, le secret que la famille, la culture imposent à des personnes, à des enfants qui portent l'angoisse de parents silencieux et vont revivre certains problèmes des années plus tard. C'est un sujet largement exploité que l'on retrouve dans des films comme Le Secret, dans des romans comme Un amour impossible de Christine Angot et qui apparaît dans plusieurs spectacles de la compagnie Les 7 Doigts de la Main qui, depuis longtemps, sculpte les émotions humaines en les frottant au langage des corps d'artistes pluridisciplinaires : équilibristes, jongleurs, trapézistes. À la recherche du passé Après La vie, Psy, Séquence 8 et Cuisine et confessions, la nouvelle création des 7 Doigts, Réversible, explore une fois encore, la bulle intime de chaque artiste. On se glisse dans la vi

Continuer à lire

Cirque, cinéma et prohibition

Cirque | La vitalité créatrice du cirque, qui, aujourd'hui, est bien loin d'être un art mineur, crée des formes inédites. Les créateurs circassiens empruntent volontiers (...)

Monique Bonnefond | Mercredi 7 juin 2017

Cirque, cinéma et prohibition

La vitalité créatrice du cirque, qui, aujourd'hui, est bien loin d'être un art mineur, crée des formes inédites. Les créateurs circassiens empruntent volontiers des matériaux, des codes aux autres arts. Ils reprennent, réactivent, décalent des techniques, des concepts qu'ils se réapproprient. La compagnie the Rat Pack bouscule dans son spectacle Speakeasy, la pratique circassienne en empruntant des techniques cinématographiques, en détournant les références et clichés des films de gangsters dans lesquels le club est un lieu clé où règne une ambiance close, sombre. C'est cet univers reconstitué tel un plateau de cinéma, avec des accessoires d'époque comme le sol en damiers, les meubles Art déco, qui donne son nom au spectacle. Le Speakeasy était un bar clandestin du temps de la prohibition où on demandait aux clients de baisser la voix pour commander de l'alcool. Les six artistes performatifs de la compagnie passionnés par toutes les formes de création artistique, réussissent, par un énorme travail d'expression corporelle inspiré des films muets, à conjuguer parfaitement les arts du cirque et du cinéma et nous font avec jubilation "leur" cirque. Speakeasy

Continuer à lire

Les 7 Doigts de la Main reviennent aux 7 Collines

Cirque contemporain | Le collectif montréalais Les 7 Doigts de la Main passeront par l'Opéra de Saint-Étienne les 29 et 30 juin dans le cadre de la 23ème édition du Festival des 7 (...)

Nicolas Bros | Vendredi 3 mars 2017

Les 7 Doigts de la Main reviennent aux 7 Collines

Le collectif montréalais Les 7 Doigts de la Main passeront par l'Opéra de Saint-Étienne les 29 et 30 juin dans le cadre de la 23ème édition du Festival des 7 Collines, qui propose chaque année une programmation avec un gros penchant sur le cirque contemporain. Ce sera l'occasion pour le public stéphanois de découvrir la nouvelle création de la structure artistique québécoise : Réversible qui est jouée jusqu'au 1er avril au Bataclan (Paris). Réversible de la Cie Les 7 Doigts de la Main, jeudi 29 et vendredi 30 juin à l'Opéra de Saint-Étienne, dans le cadre du festival des 7 Collines

Continuer à lire

Divas

Sono mondiale | Audacieux pari, la chanteuse tunisienne Dorsaf Hamdani fait cohabiter sur scène le répertoire de deux grandes voix qu’a priori rien ne rapproche (...)

Niko Rodamel | Jeudi 12 janvier 2017

Divas

Audacieux pari, la chanteuse tunisienne Dorsaf Hamdani fait cohabiter sur scène le répertoire de deux grandes voix qu’a priori rien ne rapproche : celle de Fairouz, artiste libanaise considérée comme l’une des plus grandes chanteuses du monde arabe et celle de Barbara, la singulière et mystérieuse interprète parisienne (Göttingen, L’aigle noir, Ma plus histoire d’amour…) disparue il y a trente ans déjà. Ce sont sans doute les arrangements de l’accordéoniste Daniel Mille qui parviennent à connecter des mélodies libanaises et françaises. Entre Occident et Orient, l’accordéon, la guitare, le violon, les percussions et les deux ouds participent ensemble à l’alchimie qui opère autour de la voix de la chanteuse. Dorsaf Hamdani poursuit un long tour de champ depuis la sortie en 2013 de l’album sobrement intitulé Barbara-Fairouz et réalise un vrai tour de force, parvenant à jeter des ponts entre le spleen de la première et le romantisme oriental de la seconde. Une parenthèse musicale à savourer le vendredi 27 janvier au Majestic, à Firminy.

Continuer à lire

Emily Loizeau : « Croire que demain tout ira mieux »

Rencontre | L'auteure-compositrice-interprète Émily Loizeau est revenue en 2016 avec un projet très intime : Mona. Un dyptique avec une pièce de théâtre mais aussi un album magnifique qu'elle présente avec ses cinq musiciens sur scène pour les Oreilles en Pointe. Au Chambon-Feugerolles, elle apportera lumière, espoir et humanisme à travers ses textes et sa musique enjôleurs.

Nicolas Bros | Lundi 7 novembre 2016

Emily Loizeau : « Croire que demain tout ira mieux »

Mona est un projet basé sur une création de théâtre musical ? Oui, tout à fait. Je suis allée toquer à la porte du 104 à Paris (ndlr : grand lieu de création et de production) pour cette création. Je ne savais pas encore de quoi j'allais parler. J'avais écrit cette histoire deux ans auparavant comme une nouvelle. Mais je ne pensais pas particulièrement à l'adapter pour la scène. J'avais simplement envie d'écrire autrement pour mon prochain album, par exemple créer une bande originale de film. Mais j'avais aussi envie de remettre un pied dans le théâtre. Du coup, écrire une pièce, un spectacle pour lequel je devais écrire une musique était la solution. Je voulais que la démarche d'écriture de ce nouvel album soit de servir une histoire, une narration et une scénographie. Qu'une chanson serve une émotion, éclaire une situation, se mette en retrait, ... qu'elle permette à un personnage de s'exprimer autrement qu'en parlant, que des passages instrumentaux qui puissent transporter l'émotion. Et puis, j'ai décidé d'adapter Mona, cette histoire que j'avais déjà écrite, tout en la transformant pour la scène. J'ai commencé à écri

Continuer à lire

La vie quoi !

Cali | Énergique et boulimique de scène(s), le Perpignanais Cali repart en format solo juste après avoir mis un terme à sa tournée en groupe pour son dernier album L'âge d'or. Un passage aux Oreilles en Pointe qui s'annonce plein d'émotions.

Nicolas Bros | Lundi 7 novembre 2016

La vie quoi !

Avec le soleil dans la voix, Cali (Bruno Caliciuri de son nom à la ville) fait partie de ces artistes qui n'hésitent pas à s'engager pour les causes qui sont importantes à ses yeux. Ce combat passe très souvent par la scène qu'il affectionne tout particulièrement. La preuve : sa tournée suivant la sortie son dernier alubm au nom en forme d'hommage à Léo Ferré (L'âge d'or) à peine terminée, qu'il annonçait déjà l'écriture d'un nouvel album et un nouveau départ en tournée, cette fois-ci en solo. Une occasion immanquable pour le festival de le faire revenir lors de la vingt-sixième édition avant de continuer sa route qui le mènera jusqu'au Bataclan en mars 2017. Une date qui s'annonce exceptionnellement forte en émotions pour celui qui avait publié trois jours après les attentats du 13 novembre 2015, une chanson pour toutes les victimes intitulée On ne se lâchera pas la main. C'est donc avec le coeur chargé comme un fusil que le chanteur perpignanais repart sur les routes, toujours aussi généreusement. Il prévient que la vie est une menteuse mais que c'est La vie quoi !. Une vie qu'il aime par-dessus tout et qui l'inspir

Continuer à lire

Firminy enfin reconnue

ESCAPADES | Après avoir vu sa candidature à l'inscription au Patrimoine mondial de l'UNESCO en 2011, Firminy a pu savourer en juillet dernier l'inscription de la (...)

Nicolas Bros | Vendredi 2 septembre 2016

Firminy enfin reconnue

Après avoir vu sa candidature à l'inscription au Patrimoine mondial de l'UNESCO en 2011, Firminy a pu savourer en juillet dernier l'inscription de la Maison de la Culture conçue par Le Corbusier, lors de la 40e session du Comité, qui s'est tenue à Istanbul en juillet dernier. La candidature validée par l'UNESCO regroupait dix-sept sites Le Corbusier, répartis sur sept pays (France, Suisse, Allemagne, Belgique, Inde, Japon, Argentine). Cette reconnaissance, tant attendue par les pouvoir politiques locaux, devrait augmenter le nombre de visiteurs en terres appelouses, si l'on en croit les chiffres avancés par Saint-Étienne Métropole, qui annonce une augmentation moyenne de 30% du nombre de touristes lors d'une inscritption au patrimoine mondial de l'UNESCO. L'objectif affiché est de passer de 25 000 visiteurs actuels à 50 000 en 2017 puis 80 000 à 100 000 à long terme. Pour fêter cette inscription, des festivités ont été programmées en septembre, dont voici le programme : - 10 et 11 septembre : Street art à l'honneur avec concert de Prise II Conscience, atleiers créatifs par Romain Minotti, performances par six artistes - 17 et 18 s

Continuer à lire

Le sens de la fête

SCENES | Et vous (re)découvriez le savoir-faire du Cirque Bouffon ? Cette émanation d'anciens membres du Cirque du Soleil consacrent la fin de la presse (...)

Nadja Pobel | Mardi 5 juillet 2016

Le sens de la fête

Et vous (re)découvriez le savoir-faire du Cirque Bouffon ? Cette émanation d'anciens membres du Cirque du Soleil consacrent la fin de la presse papier dirait-on, faisant d'un amas de journaux leur terrain de jeu. Mais fort heureusement le spectacle ne se résume pas à ce déclinisme (lucidité?). La troupe fait souvent corps enchaînant notamment un très beau numéro sur corde lisse à des portées queer. Continuellement mis en musique - ou presque - sur des airs balkano-andalous, Solvo s'appuie sur une dynamique collective évidente et un sens de la fête communicatif au cours duquel tous les agrès sont présentés avec dextérité. Bien sûr il manque cette noirceur que l'on a tant appréciée dans le Matamore du Cirque Trottola notamment, celui de l'inclassable Bonaventure Gacon. La touche la plus sombre émane peut-être de la Castafiore qui vient à plusieurs reprises entonner ses airs hauts perchés presque agaçants. Elle semble s'être enfuie d'un Starmania première version et casse un peu l'unité d'un spectacle de grands professionnels accessible pour les enfants dès 6 ans. Nadja Pobel Solvo, du 21 au 23 juillet, à L'Estival de

Continuer à lire

Manu Dibango, le baron du ténor

Fête de la Musique 2016 | L'infatigable créateur de Soul Makossa, ancien chef d'orchestre de Nino Ferrer, compagnon de route de la Fania All-Stars, continue de parcourir les scènes pour donner sa version d'un jazz imprégné de teintes africaines.

Sébastien Broquet | Mardi 21 juin 2016

Manu Dibango, le baron du ténor

Il n'est pas l'homme d'un seul tube. Si Soul Makossa l'a fait roi en pleine ère early disco, il est bon de rappeler que Manu Dibango est venu à la musique par le jazz, qu'il découvrît peu après son arrivée en France, où il était venu poursuivre ses études muni de Trois kilos de café qui devaient lui permettre de payer ses frais avec l'argent de la revente et donnèrent bien des années plus tard son titre à une autobiographie fascinante tant le Camerounais a voyagé, innové, rencontré, symbolisant à merveille la délicieuce époque des indépendances africaines, quand l'espoir faisait briller les yeux d'une jeunesse pétrie de talent. Politique (le panafricanisme emmené par Kwame Nkrumah), photographie (l'immense Malick Sidibé, récemment décédé), mode, et bien sûr musique (la rumba zaïroise !)... Les swinging sixties ne se cantonnaient pas à Londres ou San Francisco, mais essaimaient aussi à Bamako, Kinshasa et Addis-Abeba. Manu Dibango, lui, découvre d'abord le jazz et ne l'abandonnera plus jamais. Nous sommes dans les années 50 et il côtoie Francis Bebey, qui l'initie et lui apprend les fondamentaux du genre venu des États-Unis.

Continuer à lire

Place aux notes

Fête de la musique 2016 | Invariablement, le 21 juin les groupes amateurs ou professionnels mettent leurs habits de fête et s'installent un peu de partout en ville et en région. Scènes cadrées ou plus improvisées accueillent une déferlante de musique. La Fête de la musique permet souvent de belles découvertes. Voici quelques orientations afin de vous guider dans vos pérégrinations sonores qui marqueront officiellement le début de la saison estivale.

Nicolas Bros | Mardi 31 mai 2016

Place aux notes

À Saint-Étienne En terres stéphanoises, plusieurs belles choses vous attendent. Tout d'abord, l'occasion de découvrir plusieurs artistes émergents cheminant tranquillement vers la professionnalisation sur la scène de la place Jean Jaurès. En premier lieu, le duo (devenu trio sur scène) Ladybug & The Wolf. Le groupe a entrepris un virage musical le menant vers des compositions alliant indie folk embaumante - l'apanage jusqu'alors de cette formation - et sonorités électroniques sombres et froides. Ces nouvelles orientations s'affirment sur leur album Mammatus (titre inspiré des nuages) qui sortira en octobre. Le résultat est brillant et démontre une réelle évolution pour ce groupe que nous suivons depuis ses débuts. Sur la même scène, on retiendra les noms des Dizzy Sticks et de Doorsfall, groupes rompus à la scène en version rock vintage pour les premiers et

Continuer à lire

Pourquoi redescendre ?

SCENES | Le festival des 7 collines démarre fort avec le superbe spectacle de Mathurin Bolze qui, avec Du goudron et des plumes, avait laissé le public de la Comédie, médusé. Dans Barons Perchés, Bachir, le héros solitaire de Fenêtres et son double, Mathurin Bolze, nous entraînent dans une danse-poursuite aérienne vertigineuse au sein d'un monde en apesanteur.

Monique Bonnefond | Mardi 31 mai 2016

Pourquoi redescendre ?

Inspiré de l'ouvrage d'Italo Calvino, Le Baron perché dont on retrouve un certain état d'esprit, notamment dans le désir d'une vie à la gravité moins pesante, libérée des contraintes du corps et de la terre ferme, le spectacle de Mathurin Bolze nous invite à suivre le deuxième volet de l'histoire commencée avec Fenêtres (repris également pendant le festival) et le personnage incarné par Karim Messaoudi, Bachir, qui en avait « marre de vivre à plat ». « Dans ma cabane en bois, je vivrai en volume » dit-il. Dans cette cabane, baraque renversée, on perd toute notion d'endroit et d'envers, de verticalité et d'horizontalité. Plus rien n'a de sens. Marcher sur les murs, voler, disparaître, tout est possible pour Bachir et Mathurin, ces deux "monte-en-l'air" à la ressemblance troublante, dont l'ombre juvénile de l'un à la poursuite de l'autre, ou de son double, épouse ses gestes, calque ses pas sur les siens, créant une complémentarité magnifique. Mais, au-delà du prétexte narratif, c'est aussi d'équilibre dont il est question, d'affranchissement des pesanteurs. Et là, chapeau les artistes ! Un feu d'artifice d'acrobaties Vrille

Continuer à lire

Manu Dibango et Axel Bauer pour la Fête de la musique

MUSIQUES | Pour la Fête de la musique 2016, Saint-Chamond et Firminy reprennent encore une fois leur habitude de proposer, chaque année, des noms réputés sur leurs scènes (...)

Nicolas Bros | Vendredi 13 mai 2016

Manu Dibango et Axel Bauer pour la Fête de la musique

Pour la Fête de la musique 2016, Saint-Chamond et Firminy reprennent encore une fois leur habitude de proposer, chaque année, des noms réputés sur leurs scènes respectives (pour rappel en 2015, Firminy avait accueilli Zebda et Saint-Chamond, Sanseverino). Du côté de l'Ondaine, ce sera en 2016 le saxophoniste et chanteur camerounais de 82 ans, Manu Dibango, qui se produira. Du côté couramiaud, Axel Bauer prendra sa guitare le 21 juin. NB

Continuer à lire