Agnès Gayraud : à base de Popopop

Pop culture | Avec Dialectique de la pop, la philosophe et pop critique Agnès Gayraud, également musicienne sous le nom de La Féline, interroge en profondeur l'essence et les belles contradictions des « musiques populaires enregistrées ».

Stéphane Duchêne | Mardi 2 octobre 2018

Photo : © Poley Luard


Peut-être les amateurs de la chanteuse électro-pop connue sous le nom de La Féline, ignorent-ils qu'Agnès Gayraud à l'état civil est également journaliste, normalienne et docteure en histoire de la philosophie. Or ces activités se rejoignent dans un livre : Dialectique de la pop, titre fort sérieux pour un sujet qui ne l'est pas en apparence. Mais en apparence seulement, et c'est tout le sujet du livre.

D'ailleurs si la pop n'était pas sérieuse pourquoi le philosophe et sociologue Theodor Adorno, pilier de l'École de Francfort, l'aurait-il combattu avec tant de sérieux, lui qui détestait le jazz et l'idée que l'on puisse écrire des chansons pop sur la guerre du Vietnam. « La musique populaire légère est mauvaise, doit être mauvaise sans exception » disait ce « hater hyperbolique » de la pop, au risque de la mauvaise foi.

C'est en spécialiste du bonhomme qu'intervient ici Agnès Gayraud pour faire de cet « ennemi objectif » de la pop son « allié subjectif », retourner comme un gant la thèse d'Adorno et s'en servir à la manière d'un judoka.

Graal esthétique

Mais qu'est-ce au fond que la pop, ici ? Non pas un genre, mais un art musical spécifique reposant sur une forme générique, où le technologique est ontologique : là où les musiques savantes chères à Adorno reposent sur l'écriture de partitions, et la tradition folklorique sur une transmission orale, la musique populaire existe par l'enregistrement qui rend canonique une chanson des Beatles quand le génie de Mozart ne peut être gravé. C'est donc l'enregistrement qui fait l'œuvre et transcende les genres (rock, blues, folk, hip-hop, country...).

Mais à cela, nous dit Agnès Gayraud, il faut ajouter une dimension esthétique qui forge l'aspect populaire de la pop : d'un côté une nécessaire « incarnation individuelle et particulière », la subjectivité exacerbée des artistes, avec les variables que cela implique.

De l'autre un « idéal esthétique qui scelle la réconciliation utopique entre une expression artistique et son évidence », sa richesse de significations cachées et son immédiateté, une « utopie de la popularité » qui s'obtient dans le hit, ce « Graal esthétique ».

De là, l'autrice interroge une musique pétrie de contradictions qui aime se penser contre elle-même et avec laquelle nous entretenons un rapport complexe et parfois schizophrène. « La pop, écrit-elle, est chargée de ces contradictions qui participent de sa définition ». Avec Dialectique de la pop, Agnès Gayraud livre une somme impressionnante et érudite, pas toujours facile à appréhender, encore moins à résumer, mais qui ouvre un appétit féroce de savoir et de découvertes pop.

Agnès Gayraud, Dialectique de la pop (La Rue Musicale / La Découverte)
À Musicalame le jeudi 4 octobre à 19h30


Agnès Gayraud

Pour son livre Dialectique de la pop
Musicalame 16 rue Pizay Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Festival du Péristyle : festival souterrain, musiques à tous les étages

Opéra de Lyon | Pour sa dernière danse estivale, et au vu des conditions sanitaires, le directeur de l'Amphi et du Péristyle de l'Opéra a concoté une formule pour le moins originale du traditionnel Festival du Péristyle pour lequel l'Opéra Underground n'aura sans doute jamais aussi bien porté son nom.

Stéphane Duchêne | Mardi 21 juillet 2020

Festival du Péristyle : festival souterrain, musiques à tous les étages

En matière d'événements culturels on aura vu naître, dans les germes de la Covid-19 et de la distanciation sociale, toute une gamme de festival virtuels, limités, diminués et même de non festivals, comme autant de manière d'enfourcher le tigre de l'imagination et du système D. Le Festival du Péristyle, dont la vocation a été jusqu'ici de nous faire voyager en musiques tout autour du monde au pied de l'Opéra de Lyon, n'échappe pas au phénomène. Et nous offre, lui, une édition "souterraine" pour rompre le silence comme en loucedé. Où l'on nous promet un monde "mi-physique, mi-virtuel". Soit sans scène extérieure mais avec des musiciens jouant malgré tout en live pile sous nos pieds. L'idée : des concerts, donc, donnés dans l'amphithéâtre qui accueille la majorité des concerts de l'Opéra Underground l'année durant. Sauf que ces concerts se joueront sans public. Ou presque. Car ledit public sera un étage au-dessus et en plein air, sur le Péristyle, là-même où seront diffusés ces concerts en son, en images et en livestream sur des plateformes num

Continuer à lire

La pop "made in France" a RDV aux Belles Journées

MUSIQUES | Sis du côté de Bourgoin-Jaillieu, le tout nouveau festival Les Belles Journées pose sur le papier des bases solides pour cette rentrée rock avec un plateau 100 % frenchy qui permet de faire le diagnostic, partiel mais aveuglant, d'une pop hexagonale absolument radieuse.

Stéphane Duchêne | Mardi 8 septembre 2015

La pop

Il eut été difficile au festival berjallien Les Belles Journées de constituer un plateau plus attrayant, qui plus est pour son coup d'essai. C'est qu'outre Autour de Lucie, dont le statut d'icône d'une certaine pop indé en fait sans doute un peu le grand frère (ou la grande sœur) de l'événement ; les cautions "soulisantes" que sont Lull et le Lyonnais Sly Appolinaire, à qui on ne la fait plus ; 49 Swimming Pools dont les membres (menés par l'ancien critique Emmanuel Tellier), bien qu'ils n'aient plus l'âge de la conduite accompagnée, produisent une musique fraîche comme une rose qui éclorait à l'infini ; et bien sûr H-Burns (voir nos archives à son sujet) ; c'est bien la jeune garde de la nouvelle (oui, encore) pop française que l'on mène ici aux Abattoirs – du moins pas très loin, au Parc de Lilattes. Une jeune garde qui aime le travail chiadé, détient le secret de la chanson qui tue aussi sûrement que le cri du Dr Justice et porte beau sous l

Continuer à lire