Treize enthousiasmant

Les Garçons Sauvages

Face à Face / Contre mauvaise fortune — entendez “coupe brutale de la subvention régionale”—, le festival stéphanois fait belle programmation pour sa 13e édition en alignant des films primés un peu partout dans le monde et qui, au passage, croisent les questions LGBT.

Comme un élégant pied-de-nez aux élu·e·s d’Auvergne Rhône-Alpes ayant jugé la manifestation indigne de recevoir leur obole, Face à Face affiche cette année une sélection plus qualitative que jamais, prouvant sa haute exigence — et son absence de communautarisme. S’il fallait encore le prouver à quelques esprits étriqués, le choix d’une thématique LGBT, s’il est politique et social, ne présage pas de la valeur artistique des œuvres projetées. Laquelle est peu discutable cette année.

Tout contre Face à Face

C’est en effet à un pluri-récidiviste des palmarès qu’échoit l’honneur d’ouvrir les réjouissances, Seule la terre de Francis Lee, salué d’un prix du meilleur film dramatique à Sundance et du Hitchcock d’Or de Dinard, cette romance entre travailleurs agricoles en Grande-Bretagne est aussi passée par la Berlinale. La clôture se fera avec le Queer Lion de Venise — une pépite islandaise — le très beau Heartstone, de Gudmundur Arnar Gudmundsson, portrait de groupe d’adolescents au moment de l’affirmation de soi et de sa sexualité dans un contexte de rudesse généralisée (climat, famille, mœurs). La justesse de ses jeunes comédiens et sa sensibilité n’ont d’égale que la splendeur de sa photographie. On attend énormément des Garçons sauvages de l’insaisissable Bertrand Mandico, promesse de bizarreries et d’esthétique, ainsi que la venue de l’une de ses comédiennes Mathilde Warnier — si vous nous lisez Vimala Pons, accompagnez-les ; vous serez toujours la bienvenue…

Après le succès de 120 battements par minute, on reverra avec une curiosité teintée de mélancolie, la comédie musicale culottée Zero Patience (1993) de John Greyson qui usait de la légèreté du désespoir pour raconter les débuts du sida et la stigmatisation dont les malades étaient l’objet. Avant-première (They de Anahita Ghazvinizadeh), inédit (Awol de Deb Shoval) et sortie nationale (Marvin de Anne Fontaine, d’après Pour en finir avec Eddy Bellegueule) figurent aussi au générique de ce millésime 2017, tout comme la 6e Nuit du Court, florilège mondial de la production court-métragiste LGBT. Loin d’être exhaustif, ce tour d’horizon n'omet qu'un détail que les habitué·e·s connaissent bien : la dimension festive de Face à Face. Qu’on se rassure : afters, buffets et concert sont toujours au programme.

13e Face à Face, du 21 au 26 novembre, projections aux Méliès Jean-Jaurès et Saint-François, à la Cinémathèque de Saint-Étienne.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 30 novembre 2021 La 17ème édition de Face à Face, festival stéphanois du film LGBTI+, promet cette année encore trois jours (...)
Vendredi 29 octobre 2021 Ben, un homme trans, décide de porter le bébé que sa compagne, Aude, ne peut pas avoir. Avec The Good Man, Marie-Castille Mention-Schaar met en lumière un (...)
Mardi 5 novembre 2019 C'est à une 15e édition d'un festival toujours aussi fier que l'équipe de Face à Face nous convie. Au programme, de nombreux films, longs et courts, des (...)
Mardi 4 décembre 2018 « La Street Photography est une branche de la photographie prise en extérieur dont le sujet principal est une présence humaine, directe ou indirecte, dans (...)
Mercredi 28 février 2018 Arty, élégant, un peu agaçant, mais d’un splendide noir et blanc, ce premier long métrage a tout du manifeste mandicien d’un cinéma exacerbant les sens et la pellicule, osant pour ce faire être, parfois, sans tête ni queue. Judicieusement interprété...
Mardi 3 novembre 2015 A l’heure où le Beaujolais nouveau fait son apparition annuelle, Océanerosemarie montre à l’occasion du festival Face à Face de Saint-Étienne, (...)
Mardi 4 novembre 2014 Comme le dit son président Antoine Blanchard-Royer dans l’édito du nouveau festival Face à face : «Après plusieurs éditions thématiques, nous avons décidé cette année (...)
Mercredi 29 octobre 2014 Jennifer Cardini est une incontournable dans la liste des Djs made in France. Habituée des dancefloors, elle a tenu résidence dans des clubs aussi prestigieux que le Rex ou le Pulp à Paris. Habitant désormais en Allemagne et plus précisément à...
Lundi 20 octobre 2014 Pour clore sa dixième édition, le festival de film gay et lesbien de Saint-Etienne, Face à Face, accueillera la Dj Jennifer Cardini. Emblême du Pulp à Paris, (...)
Jeudi 7 novembre 2013 La neuvième édition de FACE à FACE, le festival international du film gay et lesbien de Saint-Étienne, s'articule autour de la notion de courage : en voici quelques-uns des temps forts.
Dimanche 4 novembre 2012 Comme à chaque mois de novembre depuis sept ans, l’association Face à Face organise à Saint-Étienne un festival du film gay et lesbien qui se déroule principalement au cinéma Le France. Romain Vallet
Vendredi 31 ao?t 2012 La saison cinéma sera, du côté du Méliès et du France, l’occasion de sortir du flot infernal des sorties pour faire des pauses avec des réalisateurs, des retours en arrière sur l’Histoire du cinéma ou simplement de prolonger de manière décalée...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter