article partenaire
Nouveau cratère sur Mars

Pierre Lapointe : « Faire le lien entre l'avant-garde et les arts populaires »

Buridane + Pierre Lapointe

Salle Jeanne d’Arc

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Chanson pop / À la croisée de l’avant-garde musicale et de la variété pop, Pierre Lapointe, star au Québec et jolie hype dans notre pays, produit depuis près de quinze ans une œuvre singulière qui secoue très fort le cocotier de la chanson francophone. rencontre avec le génial auteur de La Science du Cœur qui enfonce le clou d’un talent à découvrir absolument. Au festival Paroles & Musiques 2018, par exemple.

Tu es une star au Québec, en France tu as davantage un public d'initiés. Trouves-tu une sorte de confort dans cette situation, toi qui as dit : « les gens ne se rendent pas compte à quel point l'anonymat vaut cher... »

à lire aussi : De l'ambition et du bon son

Pierre Lapointe : Quand on a vécu le succès dans sa vie – qui plus est jeune – on démystifie vite ce phénomène, on se rend compte que c'est assez vide. Je trouve très agréable qu'avec La Science du cœur, les critiques les plus pointus finissent par saluer mon travail – même si ça a pris dix-quinze ans. Et de remplir des salles chez vous tout en pouvant marcher tranquillement dans la rue. Mais au Québec, quand j'ai joué la carte de la vedette en étant coach à La Voix(version québécoise de The Voice, NDLR), ça m'a aspiré dans un drôle d'endroit qui me plaît beaucoup : je suis le représentant d'une certaine forme d'avant-garde et, en même temps, un visage très connu, qui se mêle aux vedettes qui n'ont pas du tout le même genre de démarche que moi.

Cette association entre avant-garde et populaire est au cœur de ta musique, particulièrement sur La Science du Coeur. Comment la cultives-tu ?

à lire aussi : Jain : « Marquer une différence avec la grosse pop américaine »

Quand j'écris, je ne réfléchis pas, je laisse sortir les choses. Après seulement, je les organise. Je me vois comme un directeur artistique : j'essaie de voir quelle ligne directrice pourrait faire que plusieurs morceaux sortis spontanément soient organisés ensemble autour d'un même objet. Là, j'avais écrit trois disques en deux mois. Pour l'un d'entre-eux, La Science du cœur, j'ai rassemblé des chansons qui parlaient davantage d'amour, qui avaient une teinte plus réfléchie. Et puis avec David François Moreau on a travaillé à faire le pont entre la musique contemporaine classique – Steve Reich, Philip Glass et d'autres – et la chanson française.

Travailler dans une liberté absolue puis organiser les éléments afin de donner un discours sous-jacent à cette spontanéité, crée quelque chose de vivant. On marche sur une ligne très fine qui fait que l'auditeur est confortable et en même temps toujours stimulé. C'est un vrai travail d'équilibriste, parfois ça ne marche pas et on se pète la gueule, là sur La Science du cœur, j'ai l'impression que ça marche.

Tu as été exposé très jeune à l'art, via ta mère qui l'étudiait. Quelle influence cela a-t-il eu sur ton travail de musicien ?

Je suis autodidacte, je ne lis pas la musique et pour moi la création est un tout. J'ai forgé ma façon de créer autour de ce que j'avais compris par exemple des travaux du Bauhaus ou de Philippe Starck qui a inventé des objets esthétiquement intéressants pour Monsieur et Madame Tout-le-Monde, une idée qui m'intéresse. Mais aussi de Bertolt Brecht et Kurt Weill et leur Opéra de Quat'sous, de cette volonté de dire : « On fait partie d'une certaine élite intellectuelle mais on va aller vers les gens dans une démarche populaire. »

Je me réclame de cette école de pensée, faire le lien entre les arts d'avant-garde et l'art populaire. Or le visuel nous aide à aller chercher tout le monde. Même quelqu'un qui ne comprend pas le français doit être attiré. Et puis je trouve ça tellement agréable de réfléchir l'esthétique d'un objet à partir de la réflexion qu'on a faite musicalement. Je pense aussi qu'en musique on sous-estime le pouvoir de l'image. 80% de notre métier, c'est de s'imprimer dans la tête des gens avec une image forte.

Sur le livret de l'album, il est écrit : « Ce disque a été conçu pour être écouté sans interruption. » C'est une manière de défendre le format du disque ? On sait que tu déplores notamment le fonctionnement des plate-formes de streaming et notre hyperconnectivité...

C'est un peu tout ça à la fois. Aujourd'hui, on en est rendu au point où les chansons ne valent plus rien, on est très peu rémunérés pour nos droits d'auteur. Faire un disque ça ne coûte pas plus cher qu'une bouteille de parfum et la bouteille de parfum est vendue entre 100 et 200€. L'industrie du luxe a réussi à faire croire aux gens que ça valait la peine de payer très cher pour du "push-push" qui sent fort, alors que celle du disque n'est pas parvenue à montrer aux gens à quel point la musique avait une grande valeur dans la société ; alors qu'on a tous à peu près un million de chansons dans notre téléphone et que tout est organisé autour du fait d'écouter de la musique partout et tout le temps. Je trouve ça dommage.

« 80% de notre métier, c'est de s'imprimer dans la tête des gens avec une image forte. »

Par rapport à ce disque, on est vraiment dans une façon de réfléchir la musique qui se rattache aux techniques des années 60 : on fait une mise en scène, on choisit l'ordre des chansons, on crée des courbes pour être sûr que l'auditeur soit toujours surpris. Je me suis dit que ce serait drôle de proposer aux gens d'écouter le disque comme on le faisait dans ces années-là. Ça n'amène pas le même genre d'attention. Parce que je suis persuadé que la chanson a le même pouvoir et les mêmes qualités artistiques qu'une œuvre littéraire, théâtrale ou cinématographique.

Pierre Lapointe, jeudi 28 juin à 20h30 à la salle Jeanne d'Arc, dans le cadre du festival Paroles & Musiques


Pierre Lapointe au fond du cœur

« Ce n'est sûrement pas de briller / Qui nous empêchera de tomber / Ce n'est sûrement pas de tomber / Qui nous empêchera de rêver » chantait Pierre Lapointe en 2006 sur le morceau-phare de La Forêt des Mal Aimés, hymne pop irrésistible emporté par une armée des violons fous et déclamé façon Charles Aznavour à la schlague.

Depuis, Pierre Lapointe n'en finit plus de briller, est sûrement tombé quelque fois, mais met en forme un à un des rêves de plus en plus fous.

Visuellement, sur scène avec ses scénographies folles ou dans ses clips, véritables merveilles de pop art bourrées de références secouées par la sérendipité onirique des sommeils étranges.

Musicalement aussi, où son art sans frontière de concilier l'avant-garde, la variété et la pop fait des merveilles, tant dans l'efficacité qui donne des fourmis dans les jambes que dans la subtilité qui mouille les yeux.

En cela, tout cela, La Science du cœur est un aboutissement esthétique absolu, qui mélange plus que jamais et avec une cohérence jamais atteinte, expérimentations contemporaines et formats chansons, minimalisme (le piano Glass-é de Naoshima) et envolées symphoniques pince-sans-rire autant que romantiques, avalanches de références pop (Mon prince charmant, Sais tu vraiment qui tu es ?), mise à nue totale (les bouleversants Le Retour d'un amour et La Lettre), torrents de poésie aux reliefs triviaux (La Science du cœur).

Autant de manières de poser sur fond d'amour fou, les réflexions existentielles d'un scientifique du cœur sans calcul, préférant les avant-postes des sentiments à l'arrière-garde de la raison.

Pierre Lapointe, La Science du cœur (Audiogram / Columbia)

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 26 avril 2022 D’un point d’ancrage à un autre, l’artiste stéphanois porte en lui l’errance joyeuse de ceux qui savent accueillir la vie. Des sens en éveil, une gamberge qui va loin quitte à prendre son temps : portrait d’un poète en quête d’infini.  
Mardi 1 mars 2022 Ticket en poche, direction la queue pour les Montagnes Russes…  c’est le premier album solo de Lujipeka sorti en novembre 2021, que l’on aura (...)
Mardi 1 février 2022 Les champs de la photographie sont si vastes que le huitième art ne cesse d’inspirer ceux qui s’y frottent. Détournant les figurines en plastique de (...)
Lundi 3 janvier 2022 Les nostalgiques de Beau Dommage qui ne se retrouvent ni dans Garou ni dans Céline Dion (encore merci pour les acouphènes), (...)
Mardi 7 décembre 2021 Après une année 2021 chaotique pour les organisateurs d’événements culturels, l’année 2022 devrait, si tout se passe bien, comporter de belles surprises et redonner au public le goût du spectacle. Du côté des festivals, les premières programmations...
Mardi 30 novembre 2021 Le trio franco-américano-espagnol Slim & The Beast s’est peu à peu éloigné du folk-rock acoustique de ses (...)
Vendredi 29 octobre 2021 Elle sera cet automne parmi les sept artistes de la 5ème édition du festival Femme(s), sur la scène du Pax. Avec déjà plusieurs groupes et albums à son actif, assortis d’une ribambelle de concerts, Jasmine Fayolle s’est taillé un prénom dans le...
Vendredi 29 octobre 2021 Annulée quelques jours avant son démarrage l’an dernier, la 30e édition des Oreilles en pointe se tiendra mi-novembre dans l’Ondaine. Au menu : musique, chansons et bonne humeur.
Mardi 5 octobre 2021 Ne pas faire un détour par la Salle du Grand Marais à Riorges le mardi 12 octobre serait une grave erreur. Pourquoi ? Eh bien parce que cela voudrait dire (...)
Mardi 5 octobre 2021 La jeune Melba donne l’impression d’avoir déjà une belle expérience derrière elle. Après son premier EP au titre la décrivant si bien - Cœur Combattant - en (...)
Mardi 5 octobre 2021 D’organique à synthétique, la distinction est parfois très ténue. La preuve avec le duo AaRON, qui sortait il y a tout juste un an son quatrième album, Anatomy (...)
Lundi 6 septembre 2021 Les vacances sont finies, mais voici une date à bien marquer dans votre agenda tout neuf : le coup d’envoi de la nouvelle saison du Fil, ce jeudi à Saint-Etienne. Zoom sur l'un des derniers événements de l'été, ou, si l’on préfère, l’un des premiers...
Mardi 7 septembre 2021 Romane Santarelli a le don de redonner une fraîcheur et une belle poésie aux longues envolées techno. Ici, on se trouve dans une électro qui rappelle un Rone, (...)
Mardi 7 septembre 2021 Cinquième album studio et un succès de plus pour le Niçois Ben Mazué. Paradis, c’est aussi et surtout son disque le plus personnel, le plus à fleur de peau. (...)
Mardi 7 septembre 2021 Oui, c'est vrai, elle a la pêche Melba et ca se ressent d'ailleurs sur scène. Mais au-delà du jeu de mots des plus faciles, l'artiste lyonnaise creuse son (...)
Mercredi 5 mai 2021 L'avenir de la musique pop française, c'est Saint-Etienne. Attention, ne voyez pas là l'adjectif "pop" comme un épitèthe péjoratif. À l'instar de ce qu'a pu (...)
Mardi 30 mars 2021 Mickaël Mottet a sorti son premier album en solo en 2020. Intitulé The Glover's Mistake, cette épreuve de celui que l'on connaît également sous le nom d'Angil est un disque poétique et qui se découvre progressivement, au fil des écoutes. Il nous en...
Mardi 8 décembre 2020 Fondateur et directeur artistique du festival Les Oreilles en Pointe, depuis plus de trente ans Tibert défend vaille que vaille la chanson francophone. En cette fin d'année morose, le chanteur et guitariste sort contre vents et marées...
Mardi 8 décembre 2020 La bluette est un « petit ouvrage sans prétention mais finement écrit ». Voilà une définition qui sied parfaitement au premier EP du groupe pop stéphanois (...)
Lundi 14 décembre 2020 Force tranquille connecté à la vraie vie, aux forêts du Meygal, et aux notes de sa guitare, l’artiste ponot Yvan Marc propose des coffrets sucrés pour les (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter