article partenaire
Nouveau cratère sur Mars

« Visibiliser la richesse artistique du territoire »

Publi-rédactionnel / 10 jours, 15 compagnies régionales, 14 spectacles, 9 salles de la métropole stéphanoise et de l'agglomération Loire-Forez. En partenariat avec Le Verso et la Ville de Saint-Étienne, La Comédie propose cet automne une première édition de Courts-circuits, temps-fort dédié à la rencontre théâtrale. Benoît Lambert et Sophie Chesne, respectivement directeur et directrice adjointe de la structure stéphanoise, présentent ce projet automnal qui a, bien sûr, vocation à s’installer dans le temps.

Qu’est-ce qui a motivé la création de ces rencontres théâtrales ?

 Nous ne voulions pas créer quelque chose en plus, mais mettre la lumière sur la vitalité artistique du territoire. La métropole stéphanoise dispose d’une quinzaine de salles de théâtre, et de très nombreuses compagnies sont installées à Saint-Étienne, dans la Loire, et plus largement sur le territoire rhônalpin. Lorsque l’on juxtapose les propositions de ces lieux et de ces compagnies sur un temps court, cela permet à chacun d’en prendre la mesure. 
Et puis, nous souhaitions des rencontres pour permettre la discussion, l’échange, et peut-être, la création de nouveaux liens entre professionnels. Alors attention, les compagnies n’ont pas attendu La Comédie de Saint-Étienne pour le faire : elles discutent déjà entre elles. Néanmoins, cela permet d’instaurer un rendez-vous annuel. Si l’on prend le temps de discuter une fois par an, ce sera déjà bien.

Courts-circuits portera une attention particulière aux jeunes compagnies théâtrales, dites « émergentes ». Comment s’organise la synergie entre les différents acteurs qui participeront à ce temps-fort ?

Courts-circuits est né à l’initiative de La Comédie, de La Comète et du Verso. Nous souhaitions permettre à des compagnies qui n’ont pas encore une dimension nationale de rencontrer le public, de diffuser leurs créations. Certains spectacles programmés sont des reprises de spectacles créés avant le confinement, car nous portons une volonté très forte de faire vivre les répertoires, sur des temps plus longs. Dans ce cadre, nous avons invité à nous rejoindre, les scènes de la métropole qui avaient dans leur programmation à ce moment-là des propositions qui correspondaient à ce que nous souhaitions défendre.

Qu’est-ce que qui a guidé vos choix, quant aux spectacles qui seront programmés dans les murs de La Comédie, de La Comète et du Verso ?

Pour deux d’entre eux [Souterrain de Pauline Laidet et Prouve-le de Maïanne Barthès, ndlr], il s’agit des spectacles de deux artistes que La Comédie accompagne via la Fabrique, avec lesquelles nous sommes engagés dans un processus de long terme, qui implique de penser la diffusion. Le reste de la programmation s’est construite sur des rencontres, nous avions envie de montrer des typologies de parcours, et des formes artistiques assez différentes les unes des autres… La cohérence de l’ensemble provient des regards assez pointus sur le monde, portés par chacun de ces spectacles. Nous avons une sorte de petite prétention à créer, à travers cet événement, un laboratoire des idées politiques.

Courts-circuits a également été conçu comme un temps fort de rencontres avec le public jeune, qui s’intègre parfaitement aux axes de travail développés à La Comédie…

Disons que la jeunesse comme cause a animé toute notre vie professionnelle, et qu’il s’agit donc d’un endroit où nous avons une certaine forme d’expérience. Pour mener une forme d’éducation par l’art, encore faut-il mettre cette jeunesse face aux bonnes propositions. C’est d’ailleurs quelque chose d’extrêmement stimulant pour les artistes. Parce qu’il s’agit d’un public qui n’attend rien, qui a la double qualité de n’être pas facile à séduire et intransigeant, mais également extrêmement généreux lorsqu’il est séduit. Reste que tous les spectacles présentés dans le cadre de Courts-circuits ont une vocation tout public, d’autant que nous espérons créer une possibilité de sortie culturelle familiale.

Pourquoi « Courts-circuits » ?

Il ne s’agit pas d’un temps-fort comique, mais néanmoins, toutes les propositions sont susceptibles d’entrainer le rire chez les spectateurs. Et nous avons la conviction qu’il y a dans le rire l’effet d’un court-circuit, comme une compréhension avant la formulation, comme une forme d’éclaircissement spontané. Pas forcément parce que le sujet est drôle, mais parce que le rire est souvent l’expression première et immédiate de sa compréhension.

Un dernier mot, quelques semaines avant le lancement de cette première édition ?

Il s’agit d’une édition 0, on espère beaucoup qu’elle fonctionnera, elle est l’une des multiples initiatives lancées depuis notre arrivée à La Comédie de Saint-Étienne. Nous avons envie que ce projet, comme les autres, puisse perdurer, mais cela tiendra à la seule condition que nous soyons soutenus par nos partenaires publics. La culture, qui est l’un des fleurons de ce pays, doit être protégée car elle fait partie de la politique globale du soin. A l’approche d’une crise comme celle à laquelle nous faisons face, il ne faut pas mégoter.

Courts-circuits, du 15 au 25 novembre à La Comédie de Saint-Étienne, à la Comète, au Verso, et dans 6 autres salles partenaires de la métropole.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 6 septembre 2022 Une femme aimante et disponible, un mari charmant et brillant : que pourrait-il arriver à ce couple en apparence parfait ? C’est l’intrigue qui rythme (...)
Mardi 26 avril 2022 Fatigue passagère et moral dans les chaussettes ? La rédaction du Petit Bulletin est là pour prendre soin de ses lecteurs, avec un traitement imparable : les concerts. Et quoi de mieux que le Paroles & Musiques pour se...
Mardi 26 avril 2022 Plus on progresse, plus on se fait du mal et plus on se tue, à petit feu. Avec Bienvenue dans l’espèce humaine, Benoît (...)
Mardi 26 avril 2022 On évolue tous avec le temps. On grandit, on comprend, on change. Qu’en est-il de notre débarras ? Lieu de la cachette par (...)
Mardi 26 avril 2022 Gerard Watkins revisite le chef-d’œuvre shakespearien à travers le prisme des sixties : pantalons pattes (...)
Mardi 26 avril 2022 Hugo, 23 ans, étudiant en sciences humaines, oscille entre ses origines algériennes et françaises. Lorsque sa mère le (...)
Mercredi 30 mars 2022 On l’a compris : après les rayons de soleil et les terrasses de la semaine passée, ce week-end, il va falloir ressortir les moufles et les doudounes. Désespérant ? Un peu… Mais pas au point de ne pas bouger du canapé !
Mardi 29 mars 2022 Par Sibylle Brunel. Quand les petites bêtises entrainent les grosses, il est difficile de prouver que l’on peut encore répondre à la norme. A-t-on seulement (...)
Mardi 29 mars 2022 Notre civilisation s’effondre, tous les scientifiques le disent. Oui mais alors… Que faire ? Vaste sujet, pourvu que l’on (...)
Mardi 1 mars 2022 Le mois de mars sera une fois encore tout feu tout jazz à Montbrison, avec une programmation faisant la part belle aux jazz women : Léa Castro, Mélanie (...)
Mardi 1 mars 2022 Du coup de foudre au coup du destin. Se rencontrer, s’enticher, s’aimer, s’installer, puis vouloir donner la vie… Et ne pas pouvoir. Confrontés à cette (...)
Mardi 1 mars 2022 Inspiré du roman Quelques jours dans la vie de Tomas Kusar d’Antoine Choplin, Václav​ et Tomas met en scène la dissidence, la résistance, le combat, le (...)
Mardi 1 mars 2022 « Pardonnez mon retard… On va tous mourir ». Parce que le tri sélectif risque de ne pas suffire, la fin de l’espèce humaine est peut-être (...)
Mercredi 2 février 2022  Après une première moitié de saison d’une densité inédite, les théâtres attaquent 2022 sans baisser de rythme. Les six mois à venir seront riches comme rarement de découvertes et de grandes figures pour se clore sur la venue d’Ariane...
Mardi 1 février 2022 Le nouveau documentaire de Dominique Dozolme,  Arts croisés, propose de mettre en perspective l’histoire de deux institutions (...)
Mardi 1 février 2022 « Les premières nuits, tu ne dors pas ». Et puis après… Ca devient ta vie, d’être dans la rue, tout le temps. Un matin, l’homme seul se réveille, et (...)
Mardi 1 février 2022 On va le dire d’emblée : il s’agit sans doute de l’un des spectacles les plus puissants qu’il sera possible de voir cette année. Une gifle ? (...)
Mardi 1 février 2022 Formé à l'école stéphanoise des Beaux-Arts au milieu des années 90, Moko Vey a repris les pinceaux en 2015 après 10 années passées dans le domaine audiovisuel. (...)
Lundi 24 janvier 2022   « Au voleur ! Au voleur ! À l'assassin ! Au meurtrier ! Justice, juste Ciel ! Je suis perdu, je suis assassiné, on m'a coupé la gorge, (...)
Mercredi 12 janvier 2022 Dans "Le Jeu des ombres", pensée pour la cour d’honneur du festival d’Avignon 2020 annulé, Jean Bellorini, avec Valère Novarina et Monteverdi, embrasse en musique et en mots, le monde des morts, plus vivant qu’on le croit.
Mardi 4 janvier 2022 Dans un monde en chute libre, où chacun surveille l’autre autant qu’il est surveillé lui-même, il en est qui (...)
Mardi 4 janvier 2022 A Rome, l’empereur Claude est mort. Plutôt que son fils Britannicus, c’est Néron, le fils de sa dernière épouse (...)
Mardi 4 janvier 2022 Depuis son fauteuil, face à la scène, il n’y a pas spectateur de théâtre plus heureux qu’un spectateur qui croit en ce qu’on lui montre. Mais pour en arriver là, la tâche des artistes est souvent longue et difficile, bien loin de la magie qui opère...
Lundi 3 janvier 2022 Pour sa 19ème édition, le festival montbrisonnais Les Poly’Sons monte en puissance avec une riche et belle programmation qui, durant un mois entier, met à l’honneur la chanson francophone. Voici nos deux coups de cœur.
Lundi 3 janvier 2022 Après de nombreux mois de réflexion, réunions, concertations, la création d’un tiers-lieu à l’endroit de l’ancien Nouveau Théâtre Beaulieu est désormais actée. Si nombre de questions restent encore en suspens, on en sait plus sur les activités...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter