Revolucion

ECRANS | De Gael Garcia Bernal, Carlos Reygadas, Rodrigo Pla, Rodrigo Garcia… (Mex, 1h50)

François Cau | Vendredi 6 mai 2011

Le film collectif à thème semble condamné à produire des œuvres inégales, et c'est une fois de plus le cas avec Revolucion, évocation du centenaire de la révolution mexicaine par la crème des cinéastes locaux. On est même dans le bas du panier, puisque peu de courts-métrages méritent vraiment qu'on s'y arrête. Certains réalisateurs se saisissent de l'occasion pour faire du style sans véritable fond (c'est plutôt bien avec Gerardo Naranjo, plutôt nul avec Rodrigo Garcia, qui conclue le film par un clip esthétisant assez ridicule), d'autres veulent faire passer un message mais oublient de le mettre en scène. Globalement, tous donnent de la révolution mexicaine une vision au mieux nostalgique, au pire résignée. Emblématique, le segment (pas mal du tout) de Rodrigo Pla où un héritier de la révolution mexicaine est promené comme un pantin de cérémonies commémoratives en festivités ringardes, sans jamais avoir le droit de s'exprimer. Le seul cinéaste qui pense que la révolution est encore possible, ici et maintenant, c'est Carlos Reygadas. Son film, furieux, anarchique, explosif, montre le peuple mexicain se réunir pour un grand raout transgressif aux abords d'une maison protégée et inaccessible à ces individus braillards, turbulents et imbibés. Les éclats de plans et de sons résonnent en écho à cet appel à l'insurrection qui fait tâche au milieu des films bien proprets de ses camarades. Christophe Chabert

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter