Godot serait-il un passeur ?

En attendant Godot

La Comédie de Saint-Etienne

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Dans la mise en scène tricéphale d’"En attendant Godot", les deux rôles principaux confiés à des acteurs africains confèrent au texte une résonance particulière puisant ses racines dans l’actualité. Florence Barnola

Les saisons culturelles offrent cette année une lecture polyphonique d’un des textes les plus connus et les plus joués de Beckett. Trois Godot à voir dans la région en l’espace de quelques mois : Jean-Pierre Vincent, Laurent Fréchuret, et nos trois metteurs en scène qui nous préoccupent ici, se sont intéressés à la pièce de Samuel Beckett. Il pourrait y avoir encore vingt autres créations et nous découvririons à chaque fois des sens cachés dans ce texte énigmatique. On reconnaît les grandes pièces à leur universalité, elles sont comme un passepartout qui ouvre n’importe quelle serrure. La mise en scène tricéphale du texte de Beckett est intéressante à bien des égards. D’abord ce sont trois regards croisés bien distincts sur l’oeuvre du dramaturge irlandais. Jean Lambert-Wild (qui a fait ses armes plusieurs années auprès de Matthias Langhoff), Marcel Bozonnet (longtemps sociétaire de la Comédie Française) et Lorenzo Malaguerra (qui signe là sa deuxième co-mise-en-scène avec Lambert-Wild) ne sont pas des nouveaux venus, ils ont de belles (et différentes) expériences à leur actif et donc des choses à dire.

La Croatie, la Grèce ou Calais ?

Le trio donne une lecture intelligente et sensible du texte de Beckett en confiant les personnages de Vladimir et Estragon à des acteurs ivoiriens. En attendant Godot entre alors en résonnance avec l’actualité. Le texte de Beckett prend une dimension inconnue jusqu’alors. Les vagabonds deviennent sous nos yeux deux migrants perdus dans un no man’s land qui pourrait se situer à Calais, en Turquie, en Grèce, en Croatie... On peut aisément imaginer Godot, attendu comme le Messie, dans le rôle d’un passeur. « Pour nous Africains, En attendant Godot est cet avenir-là » confie Fargass Assandé (Vladimir), « quand on sacrifie notre vie pour passer en Europe. Le Godot vu de notre côté est cette croyance à Dieu, cette espérance à ce demain que l’on ne connaît pas. J’ai l’impression que Beckett est d’aujourd’hui et qu’il a écrit caché, quelque part dans une ville africaine. » Ironie du sort, lors de la création du spectacle en 2014, l’un des comédiens, Michel Bohiri (Estragon), a lui-même connu des difficultés pour venir répéter en France, ayant du mal à obtenir un visa. FB

En attendant Godot, mis en scène par Marcel Bozonnet, Jean Lambert-Wild, Lorenzo Malaguerra, à la Comédie de Saint-Etienne du 17 au 19 novembre à 20h

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 1 septembre 2020 Nouvelle directrice ou nouveau directeur ? En tout cas, ce sera une ou un artiste pour diriger La Comédie de Saint-Étienne après le départ d'Arnaud Meunier (...)
Mercredi 6 février 2019 Depuis janvier 2011, Arnaud Meunier dirige La Comédie de Saint-Étienne. Avec pour ligne de mire permanente la création et la transmission, le metteur en scène poursuit son travail mêlant ouverture du théâtre au plus grand nombre, mise en avant...
Mardi 5 février 2019 2025. Tandis qu’en Europe la guerre fait rage et que le réchauffement climatique a finalement eu raison des quelques bonnes volontés, le Groenland et ses (...)
Mardi 5 juin 2018 Le spectacle de sortie des élèves de la Comédie, écrit par Pauline Sales et mis en scène par Arnaud Meunier, raconte l’histoire d’une bande d’ados à dix ans d’intervalle. Dans une atmosphère de légèreté estivale, le destin de ces jeunes adultes...
Mercredi 3 janvier 2018 Dans "Un mois à la campagne", Alain Françon nous offre un condensé du théâtre émotionnel de Tourgueniev, dans une mise en scène au plus près du texte écrit en 1850, serti dans l’écrin d’une nouvelle traduction de Michel Vinaver.
Mercredi 5 avril 2017 70 ans après que Jean Dasté ait inventé cette Comédie de Saint-Étienne, fleuron du théâtre décentralisé, voilà qu'elle s'apprête à quitter son quartier populaire de Beaubrun pour renaître à côté du Fil et de la Cité du design.
Mardi 10 janvier 2017 Dans Mon Fric, David Lescot écrit le récit d’une vie, celle de Moi, à travers le prisme de son rapport à l’argent, entre 1972 et 2040. Un Moi, auquel on (...)
Mardi 1 novembre 2016 La programmation théâtrale cette année donne plus de place aux adolescents, ces adultes en devenir à la croisée de chemins. Holloway Jones porte le nom de la (...)
Mercredi 5 octobre 2016 Comédie sociale à l’humour corrosif, La Cuisine d’Elvis offre un savoureux mélange des genres entre la sitcom et le music-hall. La sauce prend grâce au jeu relevé des acteurs dirigés par Pierre Maillet.
Vendredi 29 janvier 2016 Mardi 26 janvier, la Comédie de Saint-Étienne a réuni dans ses locaux avec l’Association Nationale de Recherche et d’Action Théâtrale (ANRAT) et (...)
Mardi 12 mai 2015 Du 1er au 25 juillet, le Château de la Bâtie d'Urfé, dans la Plaine du Forez, sera le théâtre de la 5e édition du festival pluri-disciplinaire (musique, danse, (...)
Mardi 31 mars 2015 La compagnie Tire pas la nappe revient sévir en terre ligérienne avec une nouvelle création drôle et émouvante, "La Classe Vive", qui s’adresse aux petits comme aux grands. Florence Barnola
Mardi 3 juin 2014 Après Animal kingdom, David Michôd pratique un étonnant hara-kiri commercial avec ce film post-apocalyptique qui tient autant de Beckett que de Mad Max, c’est-à-dire une véritable provocation au divertissement-roi. Christophe Chabert
Lundi 28 mai 2012 Les élèves de troisième année de l’Ecole de la Comédie de Saint-Etienne, dite promotion X, interprètent le texte de Christophe Honoré mis en scène par Robert Cantarella. Une avant-première stéphanoise attendue, précédant leur programmation au...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter