Joseph Apprin ou l'histoire d'une découverte

ARTS | Greffier de profession, photographe de plaisir, Joseph Apprin sort de l'anonymat avec une exposition intitulée "Le spectacle des rues & des chemins" au Musée de l'Ancien Évêché. Témoignage photographique de la vie iséroise à la fin du XIXe siècle, l'ensemble dévoile la ruralité de l'époque et la malice d'un photographe en avance sur son temps. Charline Corubolo

Charline Corubolo | Mardi 1 décembre 2015

Photo : © Musée de l’Ancien Évêché Collection Jean-Louis Roux


Nous devrions renommer Grenoble la capitale de la photographie tant les expositions en la matière ne cessent de fleurir, telles des futures noix au printemps. Pour cette nouvelle proposition très clichés, le Musée de l'Ancien Évêché propose d'élucider un nouveau mystère de l'art : le cas Joseph Apprin (1859-1908), greffier et photographe amateur.

À l'instar de Vivian Maier, il a été découvert récemment mais son œuvre offre un tout autre regard. Pas d'envolées hollywoodiennes pour ce Grenoblois du siècle dernier : le fonds photographique a été retrouvé en Savoie puis cédé à un galeriste parisien. Un ensemble de 640 négatifs sur plaque de verre représentant Grenoble et sa région que le galeriste vend à Jean-Louis Roux, critique d'art grenoblois. Un long travail de recherches a été nécessaire pour dater et situer les prises de vues. Numérisées et retouchées, le musée expose 110 images de l'œuvre de Joseph Apprin entre 1890 et 1908, dont l'originalité et la modernité intriguent.

Grenoble, il y a 100 ans

Bien qu'amateur, le photographe exprimait un sens aigu de la composition et une esthétique particulière à contre-courant de l'époque. À l'orée du XXe siècle, la photographie imitait la peinture dans un mouvement alors appelé "pictorialisme". Mais Joseph Apprin préfèrait la netteté de l'image au flou et s'amusait à mettre en scène sa famille dans des portraits.

Découpée en plusieurs sections, l'exposition accorde une place importante à ses vues rurales du Trièves, du Vercors, de la Chartreuse ou encore de l'Oisans. Dans cette campagne non urbanisée, on reconnaît certains paysages de l'Isère. Adhérant de la Société dauphinoise d'amateurs photographes, Joseph Apprin aimait à saisir les arbres avec une approche presque picturale non sans rappeler les toiles de Jean Achard.

En fin de parcours, les images révèlent la vie grenobloise intra-muros dont les allées sont brutes, pour une vision sobre et enchantée d'une ville aujourd'hui bétonnée jusqu'aux noyers. Un témoignage vieux de 100 ans qui porte un nouveau regard sur ce qui nous entoure.

Le spectacle des rues & des chemins, Joseph Apprin photographies 1890-1908, jusqu'au dimanche 29 mai au Musée de l'Ancien Évêché


Le spectacle des rues et des chemins. Grenoble-Isère (1890-1908)

Exposition temporaire de photographies de Joseph Apprin (1859-1908), photographe amateur
Musée de l'Ancien Évêché 2 rue Très-Cloîtres Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les 10 expos à voir ou revoir cet été

ARTS | On en a parlé lors de leur vernissage ; on en remet une couche cet été comme elles sont toujours à l'affiche. Suivez-nous !

Charline Corubolo | Mardi 5 juillet 2016

Les 10 expos à voir ou revoir cet été

Obey Propaganda – A vision for our planet Jusqu’au 23 juillet Obey, pour certains, c’est une marque, pour d’autres c’est du vandalisme, pour les derniers carrément le néant de référence. Obey, c’est en fait le visage d’André The Giant, catcheur français, et la démarche artistique de Shepard Fairey, street artist américain. Exposé à Spacejunk dans le cadre du Street Art Fest, il dévoile des œuvres engagées envers l’environnement, pour une plongée colorée dans l’art sérigraphique. La critique complète L'Art du Canard Jusqu’au 30 juillet Le groupe d’artistes allemands Interduck investit le couvent Saint-Céci

Continuer à lire

Notre sélection de Noël : le livre à offrir à...

ACTUS | Après une première orientée spectacles et concerts (l’article est toujours en ligne sur notre site), voici notre deuxième (et dernière) sélection de cadeaux de Noël, cette fois dédiée aux livres culturels au sens large – BD, art, cinéma, musique, mode… Oui, il y en a pour tous les goûts. La rédaction

Aurélien Martinez | Mardi 15 décembre 2015

Notre sélection de Noël : le livre à offrir à...

Ceux qui sont encore des enfants Depuis la dernière édition du Mois du graphisme d’Échirolles, il a ravi nos yeux. Yann Legendre n'est pas seulement un graphiste de talent, c'est aussi un graphiste à l'âme d'enfant. Âme que l'on retrouve dans son ouvrage dédié aux contes des frères Grimm, avec une sélection d'une vingtaine d'histoires qui ravissent les yeux grâce à des illustrations poétiques. De quoi, selon l’expression consacrée, enchanter petits et grands. Grimm, contes choisis (Édition Textuel), 29€ Ceux qui aiment la BD de patrimoine Bientôt 70 ans que Lucky Luke tire plus vite que son ombre – ce qui fait un paquet de palissades endommagées (et d'enfants non reconnus). Pour fêter l'événement, Dargaud a passé commande d'hommages à des auteurs singuliers (dont l'hilarant Bouzard). Il a surtout édité cette indispensable monographie de Morris, le génial créateur de ce truculent western – auquel le prochain festival d'Angoulême consacrera une exposition. Morris qui fut

Continuer à lire