L'aura de l'absence captée par Gustavo Germano

ARTS | En reproduisant des clichés de familles 30-40 ans après, le photographe souligne l’absence des personnes disparues sous les dictatures argentine et brésilienne dans les années 1960-1970. Une série qui met en parallèle les deux images pour un magnifique, mais éprouvant, devoir de mémoire. À voir au Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère.

Charline Corubolo | Mardi 28 juin 2016

Photo : Gustavo Germano


Si certains anniversaires ont le goût acidulé du sucre glace, d'autres ont plutôt l'amertume du temps qui passe tout en demeurant néanmoins nécessaires. 2016 marque ainsi les quarante ans du coup d'État militaire argentin qui, jusqu'en 1983, installa une dictature durant laquelle les "disparitions forcées" furent légion.

Le photographe Gustavo Germano, ayant perdu l'un de ses frères emporté par la junte argentine, se lance en 2006 dans la réalisation d'une série pour montrer l'absence de ces personnes disparues. S'intéressant à l'Argentine et au Brésil, l'artiste prend pour archive des clichés de famille vieux de 30-40 ans afin de reproduire, aujourd'hui, la photographie dans les mêmes conditions. Le temps qui passe révèle alors la perte d'un membre. Un parallèle frappant s'établit entre les deux images, mettant en lumière la douleur face à la disparition et l'importance du devoir de mémoire.

Aux creux de ces photographies, un îlot central retrace le parcours d'Argentins et de Brésiliens obligés de fuir la dictature, et qui ont alors poursuivi leur combat en Isère. Une ouverture en forme d'espoir.

Ausencias / Absences
Au Musée de la Résistance et de la Déportation jusqu'au lundi 17 octobre


Ausencias/Absences

Photographies de Gustavo Germano sur les personnes qui ont disparu à l'époque des dictatures militaires en Argentine et au Brésil
Musée de la Résistance et de la Déportation 14 rue Hébert Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les 10 expos à voir ou revoir cet été

ARTS | On en a parlé lors de leur vernissage ; on en remet une couche cet été comme elles sont toujours à l'affiche. Suivez-nous !

Charline Corubolo | Mardi 5 juillet 2016

Les 10 expos à voir ou revoir cet été

Obey Propaganda – A vision for our planet Jusqu’au 23 juillet Obey, pour certains, c’est une marque, pour d’autres c’est du vandalisme, pour les derniers carrément le néant de référence. Obey, c’est en fait le visage d’André The Giant, catcheur français, et la démarche artistique de Shepard Fairey, street artist américain. Exposé à Spacejunk dans le cadre du Street Art Fest, il dévoile des œuvres engagées envers l’environnement, pour une plongée colorée dans l’art sérigraphique. La critique complète L'Art du Canard Jusqu’au 30 juillet Le groupe d’artistes allemands Interduck investit le couvent Saint-Céci

Continuer à lire