Aufgang, le changement dans la continuité

Aurélien Martinez | Vendredi 31 mai 2013

Photo : Fabien Breuil


L'album commence par un air au piano, que l'on pourrait croire tout droit sorti d'un album de Gonzales. Sauf que très vite, une rythmique s'immisce entre les notes, portée par une batterie, emmenant ainsi le morceau Kyrie vers un horizon tout sauf classique.

À savoir vers une techno assumée, machine à danser et à débrider quiconque l'écoute grâce à son efficace progression. Une techno qui se construit donc autour des harmonies fluides d'un instrument (le piano) plus habitué à la musique de chambre qu'à celle de garage à boum.

Puis vient le second titre (Balkanix), qui prend carrément des accents jazzy, confirmant que le trio a souhaité conserver la recette mise en place sur son premier album Aufgang, paru en 2009, tout en l'enrichissant pour éviter la redite. Grand bien lui prit, et Istiklaliya (« indépendance » en arabe), deuxième album sorti il y a deux mois, est redoutable : une composition instrumentale, avec seulement quelques chœurs aériens de temps à autre. Et une poignée de morceaux construits avec subtilité, comme African Geisha (sept minutes lyriques), Diego Maradona, ou encore le final Rachel's Run.

On pourrait tout de même reprocher au trio un manque de finesse à quelques endroits, l'envie de bon gros son étouffant l'ensemble sur certains titres. Mais ce serait alors faire fausse route sur le projet Aufgang, qui prend véritablement sens en concert, comme l'on avait pu s'en rendre compte en juillet 2010 dans le cadre de la manifestation Imaginez maintenant. Le groupe, déjà invité par l'association MixLab (comme c'est à nouveau le cas pour cette date à la Bobine), avait fait sensation au sommet de la Bastille, avec son live captivant, énergique, et surtout magnifiquement hors norme.

Aurélien Martinez


Aufgang

Néo classique électro
La Bobine 42 boulevard Clemenceau Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Cabaret frappé 2017 : encore trois nouveaux noms (dont les géniaux Aufgang)

Festival | Le festival musical de la Ville de Grenoble, prévu cette année du samedi 15 au jeudi 20 juillet (toujours au Jardin de Ville, et toujours en mode 100 % gratuit), vient d'ajouter trois artistes à sa programmation. Les voici.

Aurélien Martinez | Mardi 18 avril 2017

Cabaret frappé 2017 : encore trois nouveaux noms (dont les géniaux Aufgang)

« Deux pianos et une batterie, telle est l’équation miraculeuse du groupe Aufgang » comme on l'écrivait avec enthousiasme en 2013 lors du passage du groupe par la Bobine. Depuis, ils ne sont plus que deux : Rami Khalifé (le pianiste et accessoirement fils et frère de grands musiciens) et Aymeric Westrich (le batteur), le troisième ayant quitté l'aventure. À Grenoble, ils débarqueront avec dans leurs valises un nouvel album baptisé Turbulences qui confirme qu'ils n'ont rien perdu de leur énergie. Le Cabaret en profite pour également annoncer deux nouveaux groupes qui fouleront la scène du Jardin de Ville mi-juillet : le duo pop-folk français Part-Time Friends et les locaux de

Continuer à lire

Le triangle d’or Aufgang

MUSIQUES | Deux pianos et une batterie, telle est l’équation miraculeuse du groupe Aufgang. Un trio multiculturel qui dépasse avec brio les limites de l’électro et du classique en inventant un langage sans commune mesure. Une richesse qui nous a donné envie d’échanger avec le groupe, histoire de tâter le terrain avant leur passage à la Bobine. Propos recueillis par Charlotte Haas

Aurélien Martinez | Vendredi 31 mai 2013

Le triangle d’or Aufgang

« On n’est que tous les deux, Francesco est à Barcelone. » C’est la fin d’après-midi, et au moment où on leur parle, Aymeric Westrich et Rami Khalifé sont à Paris à bord d’un taxi après avoir enchaîné dans la journée une série d’interviews pour différents médias. Mais qu’importe, les deux compères nous répondent avec entrain. Histoire de commencer sur de bonnes bases, on leur demande d’abord de présenter leur groupe. Rami : « Dans Aufgang, on est trois, deux jouent du piano [Rami Khalifé et Francesco Tristano] et un de la batterie [Aymeric Westich]. On utilise aussi beaucoup d’éléments extérieurs, ils nous aident à créer notre musique. » Aymeric reprend sur le ton de la plaisanterie : « Sinon, dans la vie, on est des mecs sympas et de bons pères de famille. » Pour la petite histoire, Rami et Aymeric étaient ensemble dans le même collège et le même conservatoire (à Boulogne). Aymeric : « Ça remonte à 1994. Plus tard, une fois parti à New York pour rejoindre la Julliard School, Rami a rencontré Francesco. Puis j’ai rendu visite à Rami, plusieurs fois … C’est comme ça qu

Continuer à lire

Pop the music

MUSIQUES | MUSIQUE / Le festival pluridisciplinaire "Imaginez maintenant", dédié à la jeune création, débute jeudi dans une dizaine de villes françaises, et ce pour quatre jours. Bonne surprise : la programmation grenobloise, coordonnée par la MC2 et MixLab, est d’excellente facture. Notamment au niveau musical, avec une couleur électro-pop-rock plus qu’appréciable. Aurélien Martinez

François Cau | Jeudi 24 juin 2010

Pop the music

La Bastille sera colorée ou ne sera pas. L’association MixLab, futur gestionnaire de la salle grenobloise dévolue aux musiques actuelles, s’est ainsi occupée de la programmation musicale d’Imaginez maintenant, le festival que Martin Hirsch a laissé dans les cartons de feu son haut-commissariat à la jeunesse avant de prendre le large. Résultat : à côté des quelques propositions folk plus calmes visibles le dimanche après-midi, on retrouvera trois soirs durant des artistes diablement passionnants triturant la musique dans tous les sens pour laisser ressortir au mieux son côté expressif et dansant. On dit oui. Un jeudi soir pop-rock Qui ? Véritables trublions, les (faussement) franco-américains Naïve New Beaters, aperçus en octobre dernier à la Maison de la musique de Meylan, ouvriront les hostilités. Leur rock gouailleur teinté de beat électro et de phrasés rap est l’antidote idéal à la mauvaise humeur ambiante, grâce notamment au véritable show que livre sur scène David Boring, le leader du trio. Immanquable !Quoi ? Wallace, leur premier album sorti l’an passé, est un petit bijou empli de morceaux

Continuer à lire