"Le Bruit de l'eau" : le grand Bleu

MUSIQUES | Après s'être révélés avec "À présent", les Grenoblois de Bleu reviennent avec "Le Bruit de l'eau". De l'accueil d'un nouveau membre à la recherche d'un nouveau son, François Thollet, chanteur entre autres fonctions, nous aide à analyser ce nouvel album qui sortira le 8 décembre, date du concert prévu à l'Ampérage.

Gabriel Cnudde | Mardi 6 décembre 2016

Photo : Adrien Patry


Depuis la sortie en 2010 de leur premier album À présent, le groupe grenoblois Bleu a pris une nouvelle teinte. « À présent était un album qu'on avait voulu très doux » confie François Thollet, chanteur et multi-instrumentiste du groupe. « Le nouveau retranscrit notre expérience scénique ensemble. Le son est sans doute plus costaud. »

Difficile de le contredire. Le Bruit de l'eau, bien que toujours très aérien, referme de véritables tempêtes. Les douze pièces qu'il comprend illustrent à merveille ce titre parfaitement évocateur. L'eau coule, ruisselle, tombe en averse, cliquette, produisant une palette sonore large qu'on retrouve sur des morceaux comme Bienvenu ou Soleils couchants. « On a décidé du titre après l'enregistrement. C'est en écoutant ces morceaux qu'on a trouvé un lien assez évident avec le bruit de l'eau. Quelque chose coule sur ce disque... »

« Un beau second souffle »

Cette nouvelle teinture bleu-eau, le trio composé de Marion Danton, Pascal Thollet et François Thollet l'a aussi trouvée en s'ouvrant et en mélangeant ses influences à celles d'un nouveau membre, Francesco Roux, rencontré grâce au groupe grenoblois The Big Ukulélé Syndicate. Après tout, il faut bien qu'un peintre mélange plusieurs couleurs pour en trouver une nouvelle.

« Dans notre ancienne formation, il y avait toujours un de nous trois qui essayait de remplir le spectre sonore dans les basses. C'était donc pertinent d'inviter quelqu'un à la basse. » Bleu est donc devenu un quatuor, grâce à un effort d'ouverture nécessaire. « Ce n'est jamais évident pour un groupe d'ouvrir. C'est un pari. Mais l'arrivée de Francesco est un très beau second souffle dans l'histoire de Bleu. »

Si la musique de Bleu a évolué, François Thollet manie lui toujours aussi bien la langue française. Sans se décrire comme un poète, il parvient à jouer avec les sonorités et les sens pour narrer des histoires parfois empruntes de mélancolie (Ça se voit), de messages politiques (Nous sommes) ou simplement d'espoir (Bienvenu). Avec sa voix rocailleuse, il délivre aussi bien ses histoires que celles des autres, comme il le fait avec le poème de Paul Verlaine, Soleils couchants, sur la chanson du même nom. « Les poèmes saturniens ont une efficacité naturelle qui se rapproche de la chanson. C'est assez facile d'en faire une chanson. Les sonnets de Shakespeare sont aussi très simples à adapter. Plus c'est vieux, plus c'est simple à chanter ! »

Cerise sur le gâteau, Le Bruit de l'eau est aussi un bel objet à avoir entre les mains puisque les pochettes sérigraphiées ont été dessinées par Edmond Baudouin, avec qui le groupe collabore sur un concert-dessiné. Plus rien ne peut désormais vous empêcher de tout repeindre en bleu partout autour de vous.

Bleu + Nuage Fou
À l'Ampérage jeudi 8 décembre à 20h30


Bleu + Nuage fou

Folk + duo spoken world
L'AmpéRage 163 cours Berriat Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Leonid + Bleu / Baudoin

Chanson + concert dessiné
Espace Aragon 19 boulevard Jules Ferry Villard-Bonnot
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter