Qui sommes nous   |   Envoyez un programme   |   Diffusion   |   Recrutement   |   Coordonnées   |   Publicité   |   Archives

LYON
LE WEB DES SPECTACLES

SUIVEZ-NOUS


CINEMA

Poulet aux prunes

Dans Poulet aux prunes, Marjane Satrapi fait mieux que transformer l’essai de Persépolis : avec son comparse Vincent Paronnaud, ils retranscrivent en prises de vue réelles l’imaginaire débordant de ses bandes dessinées, en gorgeant les images d’humour, d’émotion et de poésie visuelle. Christophe Chabert
le Vendredi 21 octobre 2011 par Dorotée Aznar

Poulet aux prunes

Dans Poulet aux prunes, Marjane Satrapi fait mieux que transformer l’essai de Persépolis : avec son comparse Vincent Paronnaud, ils retranscrivent en prises de vue réelles l’imaginaire débordant de ses bandes dessinées, en gorgeant les images d’humour, d’émotion et de poésie visuelle. Christophe Chabert
le Vendredi 21 octobre 2011 par Dorotée Aznar

Poulet aux prunes

À LIRE AUSSI

Encore heureuxEncore heureux

Trois souvenirs de ma jeunesseTrois souvenirs de ma jeunesse

The VoicesThe Voices

La Chambre bleueLa Chambre bleue

The Grand Budapest HotelThe Grand Budapest Hotel

C’est l’histoire d’un musicien iranien qui casse son violon et qui décide, désespéré de ne pouvoir retrouver la magie de sa musique avec un autre instrument, de casser sa pipe. Poulet aux prunes ne prend pas de gants pour nous annoncer la nouvelle : à peine l’introduction du film est-elle terminée que l’on connaît déjà le moment du trépas de Nasser-Ali. Ne reste plus qu’à compter les jours qui rapprochent de l’échéance, et les animer de toutes les façons possibles. Retours en arrière, projections hypothétiques sur les différentes manières de passer l’arme à gauche, et même grands bonds dans le temps accompagnant le destin des personnages secondaires… «C’est ce que j’aime au cinéma, commente Marjane Satrapi, co-réalisatrice avec Vincent Paronnaud. Que le personnage meurt au bout de dix minutes, et ensuite, on parle de sa vie pendant une heure vingt.» La narration de Poulet aux prunes est à l’image du débit élégant et élastique de son narrateur Édouard Baer : souple, fluide, libre, échappant à la pesanteur du réel pour se laisser conduire par la simple beauté de l’imaginaire, du rêve et de la poésie.

Lignes brisées

Quand Marjane Satrapi avait adapté Persépolis pour le grand écran, ce genre de contorsions étaient possibles grâce au choix de l’animation. Mais ici, c’est en prises de vues réelles et avec de vrais acteurs (et quels acteurs : Mathieu Amalric, Jamel Debbouze, Maria De Medeiros, Isabella Rossellini !) qu’elle et son camarade de cinéma Vincent Paronnaud doivent donner corps à leurs rêveries. Ils ont donc investi les mythiques studios berlinois de Babelsberg pour donner vie à cet univers, tiré d’une autre bande dessinée de Satrapi. Mais, elle en convient, celle-ci était déjà très cinématographique. «Quand j’ai parlé de cette histoire à mon éditeur, il m’a dit que c’était pour le cinéma. Pourtant, je ne pensais pas du tout au cinéma à ce moment-là. D’ailleurs, mon but n’est pas de tirer des films de mes bédés. J’avais écrit Persépolis, et un ami m’avait proposé d’en faire un film d’animation parce qu’il fondait sa société de production. Mais c’est vrai que Poulet aux prunes était déjà bourré d’hommages au cinéma.» Les hommages dont Satrapi parle sont criants à l’écran : Fritz Lang et l’expressionnisme allemand, les mélodrames en technicolor et, par-dessus tout, Hitchcock. Du maître, Satrapi et Paronnaud ont retenu deux choses : d’abord, le goût du trucage mécanique, de l’effet spécial confectionné sur le plateau. «Avec Vincent, on voulait que tout soit mécanique. Quand je vois un effet spécial en 3D, il me saute littéralement aux yeux. J’adore les films de Powell et Pressburger, ils arrivent à créer un monde qui n’existe pas mais qui a l’air plus vrai que vrai, seulement avec des toiles peintes. Il faut que ce soit ludique, que l’on prenne plaisir à faire les choses sur le plateau. Par exemple, pour le jet de sang, il y avait un type qui pompait derrière Mathieu. Il n’y a que pour la fumée qui s’envole où on a fait appel au numérique. Le dosage s’est fait naturellement : là où on ne pouvait pas faire de trucage mécanique, on devait faire du numérique.»

L’envers du décor

L’autre influence hitchcockienne tient à la structure très subtile du scénario. Le violon cassé, dont on piste pendant tout le film l’origine et l’importance qu’il a prise dans la vie de Nasser-Ali, n’est que le Mac Guffin de l’histoire, le prétexte à visiter une vie d’échecs, de frustrations, d’aigreurs et de mauvais choix. Le film étonne d’abord par ce grand écart entre son esthétique vive, joyeuse, inventive, d’une santé sidérante, et la bile noire et amère qui irrigue l’humeur de son personnage principal, comme si Jean-Pierre Jeunet avait réalisé un remake du Feu follet. Puis tout s’éclaire dans le dernier mouvement, bouleversant, terrible et imprévisible montée mélodramatique. Une scène laissait présager ce grand renversement, ce brusque retour de l’illusion par un tour de passe-passe virtuose qui en fait, contre toute attente, un immense moment de sincérité : celle où Nasser-Ali montre à sa fille les coulisses d’un spectacle de marionnettes. Le rêve est cassé, la déception se lit sur son visage, la magie n’opère plus. On voit alors tout ce que Marjane Satrapi a mis de personnel dans ce beau film téméraire et généreux : « Je trouve ça bien qu’à 41 ans, on me raconte des conneries et que j’y crois encore. Je n’ai pas envie de voir l’envers du décor. »

C’est l’histoire d’un musicien iranien qui casse son violon et qui décide, désespéré de ne pouvoir retrouver la magie de sa musique avec un autre instrument, de casser sa pipe. Poulet aux prunes ne prend pas de gants pour nous annoncer la nouvelle : à peine l’introduction du film est-elle terminée que l’on connaît déjà le moment du trépas de Nasser-Ali. Ne reste plus qu’à compter les jours qui rapprochent de l’échéance, et les animer de toutes les façons possibles. Retours en arrière, projections hypothétiques sur les différentes manières de passer l’arme à gauche, et même grands bonds dans le temps accompagnant le destin des personnages secondaires… «C’est ce que j’aime au cinéma, commente Marjane Satrapi, co-réalisatrice avec Vincent Paronnaud. Que le personnage meurt au bout de dix minutes, et ensuite, on parle de sa vie pendant une heure vingt.» La narration de Poulet aux prunes est à l’image du débit élégant et élastique de son narrateur Édouard Baer : souple, fluide, libre, échappant à la pesanteur du réel pour se laisser conduire par la simple beauté de l’imaginaire, du rêve et de la poésie.

Lignes brisées

Quand Marjane Satrapi avait adapté Persépolis pour le grand écran, ce genre de contorsions étaient possibles grâce au choix de l’animation. Mais ici, c’est en prises de vues réelles et avec de vrais acteurs (et quels acteurs : Mathieu Amalric, Jamel Debbouze, Maria De Medeiros, Isabella Rossellini !) qu’elle et son camarade de cinéma Vincent Paronnaud doivent donner corps à leurs rêveries. Ils ont donc investi les mythiques studios berlinois de Babelsberg pour donner vie à cet univers, tiré d’une autre bande dessinée de Satrapi. Mais, elle en convient, celle-ci était déjà très cinématographique. «Quand j’ai parlé de cette histoire à mon éditeur, il m’a dit que c’était pour le cinéma. Pourtant, je ne pensais pas du tout au cinéma à ce moment-là. D’ailleurs, mon but n’est pas de tirer des films de mes bédés. J’avais écrit Persépolis, et un ami m’avait proposé d’en faire un film d’animation parce qu’il fondait sa société de production. Mais c’est vrai que Poulet aux prunes était déjà bourré d’hommages au cinéma.» Les hommages dont Satrapi parle sont criants à l’écran : Fritz Lang et l’expressionnisme allemand, les mélodrames en technicolor et, par-dessus tout, Hitchcock. Du maître, Satrapi et Paronnaud ont retenu deux choses : d’abord, le goût du trucage mécanique, de l’effet spécial confectionné sur le plateau. «Avec Vincent, on voulait que tout soit mécanique. Quand je vois un effet spécial en 3D, il me saute littéralement aux yeux. J’adore les films de Powell et Pressburger, ils arrivent à créer un monde qui n’existe pas mais qui a l’air plus vrai que vrai, seulement avec des toiles peintes. Il faut que ce soit ludique, que l’on prenne plaisir à faire les choses sur le plateau. Par exemple, pour le jet de sang, il y avait un type qui pompait derrière Mathieu. Il n’y a que pour la fumée qui s’envole où on a fait appel au numérique. Le dosage s’est fait naturellement : là où on ne pouvait pas faire de trucage mécanique, on devait faire du numérique.»

L’envers du décor

L’autre influence hitchcockienne tient à la structure très subtile du scénario. Le violon cassé, dont on piste pendant tout le film l’origine et l’importance qu’il a prise dans la vie de Nasser-Ali, n’est que le Mac Guffin de l’histoire, le prétexte à visiter une vie d’échecs, de frustrations, d’aigreurs et de mauvais choix. Le film étonne d’abord par ce grand écart entre son esthétique vive, joyeuse, inventive, d’une santé sidérante, et la bile noire et amère qui irrigue l’humeur de son personnage principal, comme si Jean-Pierre Jeunet avait réalisé un remake du Feu follet. Puis tout s’éclaire dans le dernier mouvement, bouleversant, terrible et imprévisible montée mélodramatique. Une scène laissait présager ce grand renversement, ce brusque retour de l’illusion par un tour de passe-passe virtuose qui en fait, contre toute attente, un immense moment de sincérité : celle où Nasser-Ali montre à sa fille les coulisses d’un spectacle de marionnettes. Le rêve est cassé, la déception se lit sur son visage, la magie n’opère plus. On voit alors tout ce que Marjane Satrapi a mis de personnel dans ce beau film téméraire et généreux : « Je trouve ça bien qu’à 41 ans, on me raconte des conneries et que j’y crois encore. Je n’ai pas envie de voir l’envers du décor. »

+Poulet+aux+prunes+Marjane+Satrapi+Vincent+Paronnaud+Mathieu+Amalric+Edouard+Ba

À LIRE AUSSI

Encore heureuxEncore heureux

Trois souvenirs de ma jeunesseTrois souvenirs de ma jeunesse

The VoicesThe Voices

La Chambre bleueLa Chambre bleue

The Grand Budapest HotelThe Grand Budapest Hotel

Un Oeil sur...

Le nouvel épisode d'un œil sur... est consacré à la salle À Thou Bout d'chant.

Recherche
+ CINEMA
THEMATIQUE
DATE

Film
SALLE
Notre selection
Avant premiere
en V.O en 3D   
         Mot-clé

RECHERCHER ►
les choix de la rédaction


DIEU, MA MÈRE ET MOI
De Federico Veiroj (Urug, 1h26) avec Álvaro Ogalla, Marta Larralde...
Un apprenti philosophe peut-il sortir victorieux d’un combat simultané contre l’Église espagnole et (...)

GREEN ROOM
De Jeremy Saulnier (EU, 1h34) avec Anton Yelchin, Imogen Poots...
Un groupe punk à la dérive vérifie à ses dépens la réalité du slogan No Future en se produisant deva (...)

LE PIGEON
De Mario Monicelli (1960, It, 1h51) avec Claudia Cardinale, Vittorio Gassman...
Une indémodable comédie à l'italienne sur des petits malfrats qui trouvent un nouveau chef inattendu (...)

LES MALHEURS DE SOPHIE
De Christophe Honoré (Fr, 1h46) avec Anaïs Demoustier, Golshifteh Farahani...
Christophe Honoré jette son dévolu sur deux classiques de la Comtesse de Ségur pour une surprenante (...)

LES OGRES
De Léa Fehner (Fr, 2h25) avec Adèle Haenel, Marc Barbé...
Léa Fehner tend le barnum de son deuxième long métrage au-dessus du charivari d’une histoire familia (...)

MÉDECIN DE CAMPAGNE
De Thomas Lilti (Fr, 1h42) avec François Cluzet, Marianne Denicourt...
Même s’il prend du champ avec les salles de garde, Thomas Lilti conserve son attachement pour les th (...)

MERCI PATRON !
De François Ruffin (Fr, 1h30) documentaire
Entre dérision et dénonciation, François Ruffin démonte la mécanique d’enrichissement de Bernard Arn (...)

QUAND ON A 17 ANS
D'André Téchiné (Fr, 1h56) avec Kacey Mottet Klein, Corentin Fila...
Deux ados mal dans leur peau se cherchent… et finissent par se trouver à leur goût. Renouant avec l’ (...)

THE REVENANT
De Alejandro González Iñárritu (ÉU, 2h36) avec Leonardo DiCaprio, Tom Hardy...
Iñárritu confirme sa résurrection dans ce western métaphysique aveuglant de blancheur sauvage, où ét (...)


Tous les films à l'affiche à LYON

Au cinéma


BADEN BADEN
De Rachel Lang (Fr, Bel, 1h34) avec Salomé Richard, Claude Gensac, Swann Arlaud
Voir la fiche du film

BRAQUEURS
De Julien Leclercq (Fr, 1h21) avec Sami Bouajila, Guillaume Gouix, Youssef Hajdi
Voir la fiche du film

CRIMINAL - UN ESPION DANS LA TÊTE
De Ariel Vromen (ÉU, 1h54) avec Kevin Costner, Ryan Reynolds, Gal Gadot
Voir la fiche du film

DIEU, MA MÈRE ET MOI
De Federico Veiroj (Urug, 1h26) avec Álvaro Ogalla, Marta Larralde...
Voir la fiche du film

DOUGH
De John Goldschmidt (Angl, 1h34) avec Jonathan Pryce, Malachi Kirby...
Voir la fiche du film

EDDIE THE EAGLE
De Dexter Fletcher (EU-Angl-All, 1h46) avec Taron Egerton, Hugh Jackman...
Voir la fiche du film

KRAMPUS
De Michael Dougherty (ÉU, 1h38) avec Toni Collette, Adam Scott, David Koechner
Voir la fiche du film

LA RÉSURRECTION DU CHRIST
De Kevin Reynolds (ÉU, 1h42) avec Joseph Fiennes, Tom Felton, Peter Firth
Voir la fiche du film

LES AMANTS DE CARACAS
De Lorenzo Vigas Castes (Venez-Mex, 1h33) avec Alfredo Castro, Alí Rondon...
Voir la fiche du film

MONTANHA
De Joao Salaviza (Por, 1h31) avec David Mourato, Rodrigo Perdigao...
Voir la fiche du film

MR. HOLMES
De Bill Condon (ÉU, Angl, 1h54) avec Ian McKellen, Laura Linney, Milo Parker
Voir la fiche du film

RED AMNESIA
De Wang Xiaoshuai (Chine, 1h56) avec Lü Zhong, Feng Yuanzheng, Hao Qin
Voir la fiche du film

UN HOMME À LA HAUTEUR
De Laurent Tirard (Fr, 1h38) avec Jean Dujardin, Virginie Efira, Cédric Kahn
Voir la fiche du film

VENDEUR
De Sylvain Desclous (Fr, 1h29) avec Gilbert Melki, Pio Marma...
Voir la fiche du film

ANDRÉ
De Jonathan Gallaud (Fr, 42 min) Documentaire
Voir la fiche du film

ANGRY BIRDS
De Clay Kaytis et Fergal Reilly (ÉU, 1h39) Animation
Voir la fiche du film

CAFÉ SOCIETY
De Woody Allen (ÉU, 1h36) avec Jesse Eisenberg, Kristen Stewart...
Voir la fiche du film

COURT (EN INSTANCE)
De Chaitanya Tamhane (Inde, 1h56) avec Vira Sathidar, Vivek Gomber...
Voir la fiche du film

HANA ET ALICE MÈNENT L'ENQUÊTE
De Shunji Iwai (Jap, 1h40) animation
Voir la fiche du film

LA VISITA
De Mauricio Lopez Fernandez (Chili, 1h22) avec Paulo Brunetti, Claudia Cantero...
Voir la fiche du film

LA VISITA
De Mauricio Lopez Fernandez (Chili, 1h22) avec Daniela Vega, Rosalinda Ramirez...
Voir la fiche du film

L'ANGE BLESSÉ
D'Emir Baigazin (Kazakhstan, 1h52) avec Nurlybek Saktaganov, Madiar Aripbai...
Voir la fiche du film

MA LOUTE
De Bruno Dumont (Fr, 2h02) avec Fabrice Luchini, Juliette Binoche...
Voir la fiche du film

MAUVAISE GRAINE
De Claudio Caligari (It, 1h40) avec Luca Marinelli, Alessandro Borghi...
Voir la fiche du film

MAUVAISE GRAINE
De Claudio Caligari (It, 1h40) avec Luca Marinelli, Alessandro Borghi...
Voir la fiche du film

MONEY MONSTER
De Jodie Foster (ÉU, 1h35) avec George Clooney, Julia Roberts...
Voir la fiche du film

SISTERS
De Jason Moore (ÉU, 1h58) avec Amy Poehler, Tina Fey...
Voir la fiche du film

THE NICE GUYS
De Shane Black (ÉU, 1h56) avec Ryan Gosling, Russel Crowe...
Voir la fiche du film

TOUT, TOUT DE SUITE
De Richard Berry (Fr-Bel, 1h51) avec Richard Berry, Steve Achiepo...
Voir la fiche du film

VAGUE CITOYENNE
De François Guieu (Fr, 1h53) Documentaire
Voir la fiche du film