Qui sommes nous   |   Envoyez un programme   |   Diffusion   |   Recrutement   |   Coordonnées   |   Publicité   |   Archives

LYON
LE WEB DES SPECTACLES

SUIVEZ-NOUS


Poulet aux prunes

CINEMA | critique publiée le Vendredi 21 octobre 2011 par Dorotée Aznar

Petit Bulletin n°639

Cinéma : critique du film Poulet aux prunes de Marjane Satrapi Dans Poulet aux prunes, Marjane Satrapi fait mieux que transformer l’essai de Persépolis : avec son comparse Vincent Paronnaud, ils retranscrivent en prises de vue réelles l’imaginaire débordant de ses bandes dessinées, en gorgeant les images d’humour, d’émotion et de poésie visuelle. Christophe Chabert

Poulet aux prunes

C’est l’histoire d’un musicien iranien qui casse son violon et qui décide, désespéré de ne pouvoir retrouver la magie de sa musique avec un autre instrument, de casser sa pipe. Poulet aux prunes ne prend pas de gants pour nous annoncer la nouvelle : à peine l’introduction du film est-elle terminée que l’on connaît déjà le moment du trépas de Nasser-Ali. Ne reste plus qu’à compter les jours qui rapprochent de l’échéance, et les animer de toutes les façons possibles. Retours en arrière, projections hypothétiques sur les différentes manières de passer l’arme à gauche, et même grands bonds dans le temps accompagnant le destin des personnages secondaires… «C’est ce que j’aime au cinéma, commente Marjane Satrapi, co-réalisatrice avec Vincent Paronnaud. Que le personnage meurt au bout de dix minutes, et ensuite, on parle de sa vie pendant une heure vingt.» La narration de Poulet aux prunes est à l’image du débit élégant et élastique de son narrateur Édouard Baer : souple, fluide, libre, échappant à la pesanteur du réel pour se laisser conduire par la simple beauté de l’imaginaire, du rêve et de la poésie.

Lignes brisées

Quand Marjane Satrapi avait adapté Persépolis pour le grand écran, ce genre de contorsions étaient possibles grâce au choix de l’animation. Mais ici, c’est en prises de vues réelles et avec de vrais acteurs (et quels acteurs : Mathieu Amalric, Jamel Debbouze, Maria De Medeiros, Isabella Rossellini !) qu’elle et son camarade de cinéma Vincent Paronnaud doivent donner corps à leurs rêveries. Ils ont donc investi les mythiques studios berlinois de Babelsberg pour donner vie à cet univers, tiré d’une autre bande dessinée de Satrapi. Mais, elle en convient, celle-ci était déjà très cinématographique. «Quand j’ai parlé de cette histoire à mon éditeur, il m’a dit que c’était pour le cinéma. Pourtant, je ne pensais pas du tout au cinéma à ce moment-là. D’ailleurs, mon but n’est pas de tirer des films de mes bédés. J’avais écrit Persépolis, et un ami m’avait proposé d’en faire un film d’animation parce qu’il fondait sa société de production. Mais c’est vrai que Poulet aux prunes était déjà bourré d’hommages au cinéma.» Les hommages dont Satrapi parle sont criants à l’écran : Fritz Lang et l’expressionnisme allemand, les mélodrames en technicolor et, par-dessus tout, Hitchcock. Du maître, Satrapi et Paronnaud ont retenu deux choses : d’abord, le goût du trucage mécanique, de l’effet spécial confectionné sur le plateau. «Avec Vincent, on voulait que tout soit mécanique. Quand je vois un effet spécial en 3D, il me saute littéralement aux yeux. J’adore les films de Powell et Pressburger, ils arrivent à créer un monde qui n’existe pas mais qui a l’air plus vrai que vrai, seulement avec des toiles peintes. Il faut que ce soit ludique, que l’on prenne plaisir à faire les choses sur le plateau. Par exemple, pour le jet de sang, il y avait un type qui pompait derrière Mathieu. Il n’y a que pour la fumée qui s’envole où on a fait appel au numérique. Le dosage s’est fait naturellement : là où on ne pouvait pas faire de trucage mécanique, on devait faire du numérique.»

L’envers du décor

L’autre influence hitchcockienne tient à la structure très subtile du scénario. Le violon cassé, dont on piste pendant tout le film l’origine et l’importance qu’il a prise dans la vie de Nasser-Ali, n’est que le Mac Guffin de l’histoire, le prétexte à visiter une vie d’échecs, de frustrations, d’aigreurs et de mauvais choix. Le film étonne d’abord par ce grand écart entre son esthétique vive, joyeuse, inventive, d’une santé sidérante, et la bile noire et amère qui irrigue l’humeur de son personnage principal, comme si Jean-Pierre Jeunet avait réalisé un remake du Feu follet. Puis tout s’éclaire dans le dernier mouvement, bouleversant, terrible et imprévisible montée mélodramatique. Une scène laissait présager ce grand renversement, ce brusque retour de l’illusion par un tour de passe-passe virtuose qui en fait, contre toute attente, un immense moment de sincérité : celle où Nasser-Ali montre à sa fille les coulisses d’un spectacle de marionnettes. Le rêve est cassé, la déception se lit sur son visage, la magie n’opère plus. On voit alors tout ce que Marjane Satrapi a mis de personnel dans ce beau film téméraire et généreux : « Je trouve ça bien qu’à 41 ans, on me raconte des conneries et que j’y crois encore. Je n’ai pas envie de voir l’envers du décor. »

Tags  • Poulet aux prunes • Marjane Satrapi • Vincent Paronnaud • Mathieu Amalric • Edouard Ba

Vous aimez cet article ? partagez le sur les réseaux sociaux !

Suivez l'actualité Cinéma à Lyon avec LE PETIT BULLETIN

NEWSLETTER

À LIRE AUSSI

+ Trois souvenirs de ma jeunesse (CINEMA / 7 mai 2015)

+ The Voices (CINEMA / 3 mars 2015)

+ La Chambre bleue (CINEMA / 6 mai 2014)

+ The Grand Budapest Hotel (CINEMA / 20 février 2014)

+ Arrête ou je continue (CINEMA / 18 février 2014)

+ L’Amour est un crime parfait (CINEMA / 10 janvier 2014)

+ La Vénus à la fourrure (CINEMA / 6 novembre 2013)

+ Jimmy P. (CINEMA / 4 septembre 2013)

+ Turf (CINEMA / 5 février 2013)

+ Le long voyage de l’animation française (CINEMA / 4 décembre 2012)

comments powered by Disqus

NEWS

114 FILMS DES FRÈRES LUMIÈRE SUR GRAND ÉCRAN

Mardi 25 août 2015

Toutes les news

Portraits

ARNAUD DESPLECHIN : «L'ALTÉRITÉ, C'EST LE SEL ABSOLU.»

Mardi 19 mai 2015

Paul Dédalus, les jeunes comédiens, Roubaix, Mathieu Amalric et l’appétit pour les autres : le cinéaste Arnaud Desplechin aborde avec nous les grands sujets de son œuvre et de son (...)

STÉPHANE BRIZÉ : «UN FILM D’INDIGNATION ET DE COLÈRE»

Lundi 18 mai 2015

(...)

Billetterie

The Glenn Miller memorial orchestra

Vendredi 27 novembre 2015

Bourse du Travail

Toute la billetterie

Concours

Soirée CHRISTOPHER LEE au Ciné Mourguet

clôture : Mardi 8 septembre 2015

Gagnez 5x2 places pour la soirée Christopher Lee mercredi 9 septembre à 20h00

Tous les jeux concours

Derniers Blogs

Les meilleurs blogs sur le retrogaming

Blog Cinéma publié le Mardi 7 juillet 2015
par ACHILLE MICRAL

Depuis quelques temps maintenant, la tendance du vintage se niche dans tous les esprits et n’épargne pas la communauté geek. Celle-là même a imaginé tout un concept autour de cette (...)

"Mad Max : Fury Road", George Miller

Blog Cinéma publié le Lundi 8 juin 2015
par MARLÈNE THOMAS

Critique du film de George Miller, "Mad Max : Fury Road" avec Tom Hardy, Charlize Theron, Nicholas Hoult... (...)

"La Tête Haute", Emmanuelle Bercot

Blog Cinéma publié le Mardi 2 juin 2015
par MARLÈNE THOMAS

Critique du film "La Tête Haute" d'Emmanuelle Bercot avec Catherine Deneuve, Rod Paradot, Benoît Magimel, Sara Forestier... (...)

Recherche
+ CINEMA
THEMATIQUE
DATE

Film
SALLE
Notre selection
Avant premiere
en V.O en 3D   
         Mot-clé

RECHERCHER ►
Choix de la rédaction


Au cinéma


À l'affiche aujourd'hui

à LYON le Mercredi 2 septembre 2015

Cinéma 53 Films

Concerts et Soirées 2 Concerts

Animations 1 Événements

Théâtre et danse 13 Spectacles

Expositions 20 Expositions

Film de la semaine
 
Compagnie AZY

Compagnie AZY

Cours et école de danse

Création / Cours et stages / danse contemporaine

30 rue Leynaud 69001 Lyon 1er


De l'atelier photo au cours de didgeridoo... toutes les disciplines que vous recherchez sont représentées sur Cours & Stages Lyon