Qui sommes nous   |   Envoyez un programme   |   Diffusion   |   Recrutement   |   Coordonnées   |   Publicité   |   Archives

LYON
LE WEB DES SPECTACLES

SUIVEZ-NOUS


Poulet aux prunes

CINEMA | critique publiée le Vendredi 21 octobre 2011 par Dorotée Aznar

Petit Bulletin n°639 consulté 1259 fois

Cinéma : critique du film Poulet aux prunes de Marjane Satrapi Dans Poulet aux prunes, Marjane Satrapi fait mieux que transformer l’essai de Persépolis : avec son comparse Vincent Paronnaud, ils retranscrivent en prises de vue réelles l’imaginaire débordant de ses bandes dessinées, en gorgeant les images d’humour, d’émotion et de poésie visuelle. Christophe Chabert

Poulet aux prunes

C’est l’histoire d’un musicien iranien qui casse son violon et qui décide, désespéré de ne pouvoir retrouver la magie de sa musique avec un autre instrument, de casser sa pipe. Poulet aux prunes ne prend pas de gants pour nous annoncer la nouvelle : à peine l’introduction du film est-elle terminée que l’on connaît déjà le moment du trépas de Nasser-Ali. Ne reste plus qu’à compter les jours qui rapprochent de l’échéance, et les animer de toutes les façons possibles. Retours en arrière, projections hypothétiques sur les différentes manières de passer l’arme à gauche, et même grands bonds dans le temps accompagnant le destin des personnages secondaires… «C’est ce que j’aime au cinéma, commente Marjane Satrapi, co-réalisatrice avec Vincent Paronnaud. Que le personnage meurt au bout de dix minutes, et ensuite, on parle de sa vie pendant une heure vingt.» La narration de Poulet aux prunes est à l’image du débit élégant et élastique de son narrateur Édouard Baer : souple, fluide, libre, échappant à la pesanteur du réel pour se laisser conduire par la simple beauté de l’imaginaire, du rêve et de la poésie.

Lignes brisées

Quand Marjane Satrapi avait adapté Persépolis pour le grand écran, ce genre de contorsions étaient possibles grâce au choix de l’animation. Mais ici, c’est en prises de vues réelles et avec de vrais acteurs (et quels acteurs : Mathieu Amalric, Jamel Debbouze, Maria De Medeiros, Isabella Rossellini !) qu’elle et son camarade de cinéma Vincent Paronnaud doivent donner corps à leurs rêveries. Ils ont donc investi les mythiques studios berlinois de Babelsberg pour donner vie à cet univers, tiré d’une autre bande dessinée de Satrapi. Mais, elle en convient, celle-ci était déjà très cinématographique. «Quand j’ai parlé de cette histoire à mon éditeur, il m’a dit que c’était pour le cinéma. Pourtant, je ne pensais pas du tout au cinéma à ce moment-là. D’ailleurs, mon but n’est pas de tirer des films de mes bédés. J’avais écrit Persépolis, et un ami m’avait proposé d’en faire un film d’animation parce qu’il fondait sa société de production. Mais c’est vrai que Poulet aux prunes était déjà bourré d’hommages au cinéma.» Les hommages dont Satrapi parle sont criants à l’écran : Fritz Lang et l’expressionnisme allemand, les mélodrames en technicolor et, par-dessus tout, Hitchcock. Du maître, Satrapi et Paronnaud ont retenu deux choses : d’abord, le goût du trucage mécanique, de l’effet spécial confectionné sur le plateau. «Avec Vincent, on voulait que tout soit mécanique. Quand je vois un effet spécial en 3D, il me saute littéralement aux yeux. J’adore les films de Powell et Pressburger, ils arrivent à créer un monde qui n’existe pas mais qui a l’air plus vrai que vrai, seulement avec des toiles peintes. Il faut que ce soit ludique, que l’on prenne plaisir à faire les choses sur le plateau. Par exemple, pour le jet de sang, il y avait un type qui pompait derrière Mathieu. Il n’y a que pour la fumée qui s’envole où on a fait appel au numérique. Le dosage s’est fait naturellement : là où on ne pouvait pas faire de trucage mécanique, on devait faire du numérique.»

L’envers du décor

L’autre influence hitchcockienne tient à la structure très subtile du scénario. Le violon cassé, dont on piste pendant tout le film l’origine et l’importance qu’il a prise dans la vie de Nasser-Ali, n’est que le Mac Guffin de l’histoire, le prétexte à visiter une vie d’échecs, de frustrations, d’aigreurs et de mauvais choix. Le film étonne d’abord par ce grand écart entre son esthétique vive, joyeuse, inventive, d’une santé sidérante, et la bile noire et amère qui irrigue l’humeur de son personnage principal, comme si Jean-Pierre Jeunet avait réalisé un remake du Feu follet. Puis tout s’éclaire dans le dernier mouvement, bouleversant, terrible et imprévisible montée mélodramatique. Une scène laissait présager ce grand renversement, ce brusque retour de l’illusion par un tour de passe-passe virtuose qui en fait, contre toute attente, un immense moment de sincérité : celle où Nasser-Ali montre à sa fille les coulisses d’un spectacle de marionnettes. Le rêve est cassé, la déception se lit sur son visage, la magie n’opère plus. On voit alors tout ce que Marjane Satrapi a mis de personnel dans ce beau film téméraire et généreux : « Je trouve ça bien qu’à 41 ans, on me raconte des conneries et que j’y crois encore. Je n’ai pas envie de voir l’envers du décor. »

Tags  • Poulet aux prunes • Marjane Satrapi • Vincent Paronnaud • Mathieu Amalric • Edouard Baer

Vous aimez cet article ? partagez le sur les réseaux sociaux !

Suivez l'actualité Cinéma à Lyon avec LE PETIT BULLETIN

NEWSLETTER

Poulet aux prunes

sortie nationale : Mercredi 26 octobre 2011

De Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud (Fr-Bel-All, 1h33) avec Mathieu Amalric, Édouard Baer...
Téhéran, 1958. Nasser Ali Khan, musicien célèbre, a perdu le goût de vivre. Plus aucun instrument ne semble pouvoir lui redonner l’inspiration depuis que son violon a été brisé.

Voir les salles et horaires du film à LYON

À LIRE AUSSI

+ The Grand Budapest Hotel (CINEMA / 20 février 2014)

+ Arrête ou je continue (CINEMA / 18 février 2014)

+ L’Amour est un crime parfait (CINEMA / 10 janvier 2014)

+ La Vénus à la fourrure (CINEMA / 6 novembre 2013)

+ Jimmy P. (CINEMA / 4 septembre 2013)

+ Turf (CINEMA / 5 février 2013)

+ Le long voyage de l’animation française (CINEMA / 4 décembre 2012)

+ Astérix et Obélix : au service de sa Majesté (CINEMA / 11 octobre 2012)

+ Cuvée cinéma 2011 (ANIMATIONS-CONNAITRE / 4 novembre 2011)

+ Mon pote (CINEMA / 26 novembre 2010)

comments powered by Disqus

Portraits

ANDRÉ DUSSOLLIER : «QUAND ON JOUE, IL N’Y A PLUS DE MASQUES»

Lundi 3 mars 2014

En tournée pour la sortie de "Diplomatie" de Volker Schlöndorff, rencontre avec le grand André Dussollier autour du film, mais aussi du prochain film d’Alain Resnais, "Aimer, boire (...)

WES ANDERSON : «MES TOURNAGES SONT ASSEZ CHAOTIQUES»

Mercredi 19 février 2014

Dans la reproduction de la chambre d’Antoine Lumière — qui pourrait être le décor d’un de ses films —, rencontre avec Wes Anderson à propos de Stefan Zweig, de sa famille d’acteurs (...)

Billetterie

Tournée Europavox

Jeudi 15 mai 2014 à 20h

Transbordeur

I Muvrini

Vendredi 16 mai 2014 à 20h30

Bourse du Travail

1001 Bass présente

Vendredi 16 mai 2014 à 23h

Le Kao

Toute la billetterie

Blogs

Chroniques d'un monde virtuel

Blog Cinéma publié le Jeudi 3 avril 2014
par GUILLAUME RENOUARD

Lyrique, visionnaire et enivrant, le dernier Spike Jonze dresse le portrait d’une société future atomisée et désincarnée, où les frontières entre intelligence humaine et artificiel (...)

Wrong Cops

Blog Cinéma publié le Mercredi 26 mars 2014
par GEORGESLECHAMEAU

Avec "Wrong Cops" Quentin Dupieux continue d'entretenir son mystère cinématographique résumable en un joli "WTF" ? (...)

Supercondriaque

Blog Cinéma publié le Vendredi 21 mars 2014
par GEORGESLECHAMEAU

Une comédie populaire qui ne se juge pas sur des qualités cinématographiques, quasi-inexistantes, mais à l’applaudimètre. (...)

Recherche
+ CINEMA
THEMATIQUE
DATE

Film
SALLE
Notre selection
Avant premiere
en V.O en 3D   
         Mot-clé

RECHERCHER ►
Choix de la rédaction


+ AIMER, BOIRE ET CHANTER
Resnais tire le rideau sur sa carrière avec un film ouvertement théâtral où la mort et la jeunesse s (...)

+ CRIA CUERVOS
Chronique de la vie d'une famille sous Franco vue depuis les yeux d'une enfant qui s'ouvrent sur un (...)

+ EASTERN BOYS
Entre Fassbinder et Paul Schrader, Robin Campillo porte un regard complexe et passionnant sur la que (...)

+ GERONTOPHILIA
Cette love story entre un très jeune infirmier et son patient nonagénaire débouche sur une comédie r (...)

+ HER
Fragments d'un discours amoureux au XXIe siècle entre un solitaire déprimé et une intelligence artif (...)

+ IDA
D'un achèvement scénaristique et formel stupéfiant, d'une grande intelligence dans son traitement d' (...)

+ LA CRÈME DE LA CRÈME
En immersion dans le monde des grandes écoles de commerce où un trio de mavericks monte un réseau de (...)

+ LE VENT SE LÈVE
Pour ses adieux au cinéma, Hayao Miyazaki justifie plus que jamais son titre de maître du cinéma d'a (...)

+ PHILOMENA
Un journaliste arrogant et déchu aide une vieille dame bigote à retrouver son fils, vendu par des no (...)

+ SE BATTRE
À Givors, portraits de travailleurs pauvres, d'individus vivant sous le seuil de pauvreté, et de ceu (...)

+ THE BIG LEBOWSKI
Relecture très libre et déjantée du Grand sommeil que les frères Coen propulsent dans le L.A. interl (...)

+ THE GRAND BUDAPEST HOTEL
Étourdissante comédie retraçant, en la redessinant de fond en comble, l'histoire de l'Europe de l'Es (...)

+ WRONG COPS
Une galerie de flics ordinairement ripoux dans un Los Angeles fantomatique, pour une comédie rigoure (...)


Tous les films à l'affiche à LYON

+ SANS VALENTIN
Un nid à clichés, comme la plupart des spectacles abordant l'homosexualité sous l'angle de l'humour (...)

+ TRASH
Un casting cinq étoiles et une mise en scène pluridisciplinaire au service de la quête amoureuse d'u (...)

+ COUIC
A peine auréolé du succès de "Trash", son spectacle AAA dans le milieu du XXX, Jocelyn Flipo retrouv (...)

+ KARIM DUVAL
Encore un de ces stand-uppers communautaires tels que le Jamel Comedy Club en usine à la douzaine ch (...)

+ LE ROI NAVET
Les Forces des Légumes Libres mènent la révolution contre la "Renforceuse" (un distributeur d'engrai (...)

+ (SUPER) HAMLET
Un huis clos maritime et nordique qui raconte le passage à l’âge adulte d’un jeune prince transformé (...)

+ FRIDA KAHLO, ESQUISSES DE MA VIE
Avec son acolyte guitariste et chanteur, la comédienne Nadia Larbiouene nous promène par sa voix dan (...)

+ ALEX RAMIRÈS EST UN GRAND GARÇON !
Alex Ramirès fut révélé par un premier one-man-show prodigieusement schizophrène dans lequel il raco (...)

+ GÉRÉMY CRÉDEVILLE
Ne vous laissez pas abuser : malgré ses ressemblances avec Johnny Hallyday (l'air de voyou à sa mama (...)

+ OH BOY !
Un spectacle d'une finesse remarquable, qui arrive à convoquer des émotions profondes avec un minimu (...)

+ JEFFEREY JORDAN S'AFFOLE !
Jeune, beau, drôle, Jefferey Jordan a tout pour plaire. Seulement voilà, il est violoniste. Et gay. (...)

+ CABARET NEW BURLESQUE - NOUVEAU SPECTACLE
Depuis que Mathieu Amalric l’a dévoilée dans son film "Tournée", la petite bande féminine (plus un v (...)

+ SHIRLEY SOUAGNON
Le stand-up, c’est sympa, mais bon, on a un peu fait le tour de la question, non ? Pas forcément, ca (...)

+ VINCENT DEDIENNE
Il monte, il monte le petit Vincent Dedienne, comédien doté d’un humour ravageur et très théâtral. A (...)

+ ATVAKHABAR RHAPSODIES
Imprégné d'univers aussi éloignés de la danse contemporaine que le jeu vidéo et le cinéma d'animatio (...)


Tous les spectacles à l'affiche à LYON

Au cinéma


À l'affiche aujourd'hui

à LYON le Dimanche 20 avril 2014

Cinéma 108 Films

Concerts et Soirées 15 Concerts

Animations 9 Événements

Théâtre et danse 19 Spectacles

Expositions 67 Expositions

Film de la semaine
 
Al Andalus Flamenco

Al Andalus Flamenco

Cours et école de langues

Les Spécialistes de la Danse Flamenco à Lyon

45 Rue Saint-Georges 69005 Lyon 5e


De l'atelier photo au cours de didgeridoo... toutes les disciplines que vous recherchez sont représentées sur Cours & Stages Lyon