Les Chemical Brothers au festival Nuits Sonores

Nuits Sonores 2017 | Voici la suite de la programmation de Nuits Sonores : des Chemical Brothers à Pharoah Sanders, en passant par Vitalic et Stormzy, c'est une édition excitante qui s'avance, où l'on relève une réelle connexion avec le monde qui nous entoure, loin des plateaux techno au kilomètre : regard accentué vers le Moyen-Orient, place accrue accordée aux artistes féminines, intérêt pour la scène queer, retour vers le jazz et ouverture d'une scène entière dédiée à la jeune garde hip-hop... Vincent Carry (le directeur) et Pierre-Marie Ouillon (le programmateur) nous expliquent cette édition en vidéo : l'occasion aussi de découvrir ce tout nouveau lieu, les usines Fagor-Brandt.

Sébastien Broquet | Mardi 14 février 2017

Photo : © DR


Culte, la nuit 4

Chemical Brothers ! Le duo de Manchester sera sans aucun doute l'attraction principale de cette édition, œuvrant au peak time de la nuit 4 le samedi soir, dans la halle 1... Tom Rowlands et Ed Simons ont construit depuis le début des 90's un culte dépassant largement le big beat originel et délivrent des DJ sets absolument déments. Il va falloir jouer des coudes pour s'approcher ! Autour d'eux sur cette scène, se produiront l'allemand Errorsmith, mais aussi le Syrien précurseur des musiques électroniques Rizan Sa'id entre rythmes kurdes traditionnels et synthétiseurs. « La nuit 4 sur cette scène 1, c'est un peu notre spéciale 15 ans, notre anniversaire » explique Pierre-Marie Ouillon, le programmateur. Et c'est P.Moore qui clôturera cette nuit, histoire de concrétiser son come-back : belle attention et gros moment d'émotion à prévoir au petit matin. « Il a décidé de se remettre dans le match, et il est la personnalité qui peut relever ce défi : ce sera historique pour nous ! » ajoute Pierre-Marie Ouillon. Pourra-t-il dépasser l'horaire aussi longtemps que Garnier, lui qui a œuvré pendant douze ans de l'intérieur à la réussite du festival ?

Sur la scène voisine, ce même samedi soir, un autre objet de culte est en approche : Einstürzende Neubauten. Fer de lance de la scène industrielle, la bande à Blixa Bargeld expérimente depuis les années 80, élevant la perceuse au rang d'instrument au même titre que la guitare électrique. Le trio lyonnais Pratos, très repéré sur les scènes undergroud locales, ouvrira les festivités. A l'affiche aussi : Beak>, en provenance de Bristol, le palpitant projet alternatif et post-rock de Geoff Barrow (Portishead) avant un DJ set de MR TC, représentant de la jeune scène de Glasgow signé sur le label Optimo.

La halle 2 accueillera un habitué en la personne de Kink, mais aussi les deux américains Beautiful Swimmers pour un set de disco déviant et house torride, le génial japonais Soichi Terada, enfin reconnu à sa juste valeur à plus de 50 ans, grâce à la sortie en 2015 de Sounds From The Far East sur le label Rush Hour : on l'a vu récemment, grand moment à prévoir. On guettera aussi le live des maîtres actuels de la house française Raheem Experience, réunissant Mad Rey, Neue Gra k et LB aka Labat.

#nuit3 Pharoah Sanders le dernier musicien à avoir joué avec John Coltrane ! « On voulait le relier à la scène électronique » #nuitsso2017

— LE PETIT BULLETIN (@PETITBULLETIN) 14 février 2017

Omar Souleyman pour la nuit 3

Guettez la halle 3 pour la troisième nuit du vendredi : le Syrien Omar Souleyman, génial maître du dabke, se chargera d'électriser l'atmosphère de sa transe synthétique nourrie de oud saturé et de claviers agités. L'Israëlien Moscoman, fondateur du label Disco Halal à Berlin, complètera un line-up très politique et engagé avec également l'icône turque Mustafa Özkent, le duo parisien King Ghazi (réunissant Gilb'R et le collaborateur d'Acid Arab, Shadi Khries), le projet krautrock lyonnais Ashinoa et le Néerlandais Dollkraut. Une scène à la programmation aventureuse et intelligente.

Côté halle 2, l'on savourera la présence des filles Aurora Halal et Marie Davidson (Canadienne repérée sur DFA Records avec son groupe Essaie Pas), deux espoirs protéiformes de la jeune scène électronique de l'Amérique du Nord. Le Lyonnais Markus Gibb ouvrant les festivités, et la nuit se finissant avec deux back2back : entre François X et Bambounou d'un côté, et Helena Hauff et Umwelt de l'autre. Du costaud, côté techno.

La halle 1 est la scène la plus imaginative et spirituelle de cette édition : l'immense jazzman Pharoah Sanders en étant la tête de proue, aux côtés du jeune expérimentateur Floating Point, pour un long voyage dans les sphères les plus évanescentes et libres de la musique contemporaine : « un habitué qui nous a fait l'honneur de créer un morceau nommé Nuits Sonores. » On guettera aussi le projet Fatima Yamaha du Néerlandais Bastian, le warm-up calorifère de la paire lyonnaise qui monte, qui monte, qui monte.... G'Boï et Jean Mi, de La Chinerie (en plus, ils sont drôles !). Et aussi côté découverte : le trio live Australien Harvey Sutherland & Bermuda et le désormais habitué de la maison et résident du Sucre, Funkineven, pour clôturer une scène aguicheuse et sexy.

Le hip-hop pose son empreinte sur la Nuit 1

La grande nouveauté, c'est l'arrivée d'une scène entièrement hip-hop venant concrétiser un intérêt persistant pour cette musique, sporadiquement programmée au festival les années précédentes, explorée régulièrement au Sucre : voici donc venir la star du grime Stormzy, dans la halle 3, en compagnie des meilleurs représentants d'un rap décalé, novateur, aventureux que sont "le rappeur au masque de chirurgien" Kekra de Courbevoie, l'Anglais AJ Tracey, autre pointure du grime, et sa compatriote Lady Leshurr. Un vent de fraîcheur pour le festival !

Grosse nouveauté : 1 scène 100% hip-hop « ça faisait longtemps qu'on voulait le faire » dit Violaine Didier, la programmatrice #nuitsso2017

— LE PETIT BULLETIN (@PETITBULLETIN) 14 février 2017

La halle 1 accueille les jeunes et fringants représentants de la scène synth-pop Agar Agar, la star Vitalic, le duo allemand Mind Against et un adepte du disco norvégien en la personne d'Andre Bratten. On guettera aussi les lyonnais Poison Point. On est là sur du classique.

Côté halle 2 ? Macadam Mambo en warm-up, suivi d'un live disco et house des espoirs locaux The Pilotwings, à suivre de très près, puis Lord of the Isles, le Roumain Khidja et Talaboman. Pour les surprises, c'est ici !

Toujours sur cette #nuit1, le duo David & Jonathan. Pardon ! The Pilotwings, géniaux producteurs disco house à tendance italo #nuitsso2017 pic.twitter.com/WPla0UEvDV

— LE PETIT BULLETIN (@PETITBULLETIN) 14 février 2017

Chacun cherche son club, pour la nuit 2

Classiquement, la seconde nuit est un parcours dans la ville, où il faut chercher le bonheur parmi la pléthorique programmation éparpillée dans les différents clubs de la ville qui font vivre cette musique au fil de l'année. « On nous envie la bonne entente de la scène électro à Lyon » dit Violaine Didier pour présenter le circuit lors de la conférence de presse. Que retenir ? La légende house David Morales, à l'Ambassade, assurément. Venu de Détroit, Chez Damier, au Groom. Les géniales Cassie Raptor et Rag de Barbi(e)turix, avec Calling Marian au Lavoir Public : ça sent le before parfait. À signaler que le Groom (ex DV1) et le Lavoir Public font leur première apparition dans ce circuit.

La bande de Palmwine Records, qui organise chaque année l'une des meilleurs programmations lors de ce parcours : ici, The Bongo Hop et Simbad sont au menu. Aucune déception en vue.

À l'Épicerie Moderne, la collision frontale entre Group Doueh et Cheveu, soit une moitié venue du label Sublime Frequencies et l'autre de Born Bad : rencontre au sommet entre les deux labels les plus aventureux, dans le désert. The Molochs de Los Angeles squatteront le Marché Gare.

La scène de Stockholm sera au Bellona, avec Axel Boman & co. Au Ninkasi, un maître techno avec Tommy Four Seven, mais aussi Shlømo, Sonja Moonear, César & Jason et Wavesonik. Au Petit Salon : Malinké et Ben Sims.

À La Plateforme, le néo-lyonnais qui grimpe, Sweely, en compagnie de Roy Davis Jr et Oussama K. Au Terminal, la légende de chez Rephlex DMX Krew, et au Transbordeur le projet Ondatropica de Quantic, Bachar Mal-Khalifé, Midnight Ravers et la bande de Radio Meuh pour une nuit très tropicale.

Voilà une édition qui laissera bien peu de place au répit.

Et pour la programmation des Days, c'est par ici.

Nuits Sonores par l'équipe du festival

Ce nouveau lieu, les usines Fagor-Brandt

Comment on éditorialise les scènes

Un travail sur le territoire

La ville invitée, Lisbonne

Côté food : une nouvelle scène ?

Vers la parité, un axe majeur

La question du genre

L'engagement politique par le choix des artistes

Les têtes d'affiche

Les artistes locaux

Et Laurent Garnier ?


Nuits Sonores 2017

Avec Nina Kraviz, Jon Hopkins et The Black Madonna en curateurs des NS Days
La Sucrière Les Docks, 49-50 quai Rambaud Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Omar Souleyman, dabke et bacchantes

Sono Mondiale | Le succès d'Omar Souleyman est aussi improbable que réjouissant. Quelle probabilité qu'un musicien de mariage syrien finisse par conquérir le monde en (...)

Sébastien Broquet | Mardi 20 février 2018

Omar Souleyman, dabke et bacchantes

Le succès d'Omar Souleyman est aussi improbable que réjouissant. Quelle probabilité qu'un musicien de mariage syrien finisse par conquérir le monde en pleine guerre dans sa patrie natale ? Faiblarde, la proba'. Mais Mark Gergis est passé par la Syrie circa 2004, a chopé au passage des K7 du futur pote de Four Tet, quelques-unes des nombreuses prestations live enregistrées à la bricolo durant des noces qu'il anime pour vivre depuis 1994. L'Américain en a fait une compilation pour son si précieux label Sublime Frequencies, Highway to Hassake en 2006, puis d'autres, et la théorie des dominos s'est mise en branle. Omar s'est exilé en Turquie depuis le début du conflit mais sa dabke synthétique a fait des émules, plaçant la Syrie en bonne place sur la mappemonde de la sono mondiale. Four Tet donc, mais aussi Gilles Peterson, Björk ou Damon Albarn en ont fait un chanteur arabe populaire et universel, signant désormais ses réguliers albums studio sur Mad Decent (Diplo) ou Monkeytown (Modeselektor). S'il y a moins de surprise et si la recette initiale n'évolue pas vraiment au fil des disques, le show Souleyman, bacchantes dans le vent

Continuer à lire

Les 5 albums de 1997

À racheter en vinyle | Radiohead – Ok Computer Sauvé de l'oubli par le succès tardif du single Creep, confirmé avec The Bends en pleine vague brit-pop, Radiohead se (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 7 novembre 2017

Les 5 albums de 1997

Radiohead – Ok Computer Sauvé de l'oubli par le succès tardif du single Creep, confirmé avec The Bends en pleine vague brit-pop, Radiohead se pose sur le toit de la pop avec un album ambitieux mais efficace à l'image du titre Karma Police, combinant grâce mélodique et aspirations expérimentales qui ne feront que gonfler d'album en album, jusqu'à l'abstraction. Climax ou véritables débuts ? Telle est la question, qui fait encore débat. Björk – Homogenic Avec Debut et Post Björk s'est installé en reine de la pop exigeante et foutraque. Avec Homogenic, produit par Mar

Continuer à lire

Stormzy a tout emporté sur son passage

Nuits Sonores | Pour démarrer les Nuits Sonores, la Halle B des Anciennes usines Fagor-Brandt accueillait une programmation essentiellement hip-hop, avant de terminer avec Sarah Farina et le patron Laurent Garnier. Une réussite.

Corentin Fraisse | Vendredi 26 mai 2017

Stormzy a tout emporté sur son passage

LEANIONNAIRE MOB x ART WIKE Pour ouvrir le bal, les Leanionnaire accompagnés par Art Wike au micro et leur beatmaker Rolla aux platines. Entre trap et boom bap obscure, les Lyonnais lâchent des textes crus ponctués par des basses grasses et lourdes. Pas dans la dentelle ! Il est encore tôt, la Halle B n’est pas remplie, mais les locaux viennent déjà de craquer les premières allumettes d’une soirée qui promet de s’enflammer. KEKRA L’enfant de Courbevoie adoubé par Booba entre en scène : masqué comme toujours, hoodie sur les épaules, capuche rabattue. Tout le crew porte le même masque de chirurgien. L’autotune vous rebute ? Passez votre chemin. Kekra l’utilise à bon escient, livrant un rap mélodique avec des textes intelligents, emplis d’humour et de punchlines d’une efficacité implacable. Il enchaine ses succès : Walou, UZI, Pas Joli. Dans le public, tout le monde chante les refrains. Les nuques commencent à bouger et les bras se lèvent. Kekra n’a pas volé sa réputation. AJ TRACEY Pas le temps de souffler, le londonien AJ Tracey monte sur les planches et attaque fort. On comprend vite pourquoi c’es

Continuer à lire

Insomniaque : trois plans pour vos nuits blanches

Clubbing | Trois plans pour vos nuits blanches.

Sébastien Broquet | Mardi 21 mars 2017

Insomniaque : trois plans pour vos nuits blanches

24>03>17 L'EMPREINTE KIKO Un peu tombé dans l'oubli malgré une production jamais interrompue (et pléthorique) sur des labels comme Get Physical ou Suara, Kiko ressurgit en lumière par la grâce de cette toute nouvelle soirée, résidence lancée par un autre ancien qui lui fait un retour en force : P.Moore. Kiko, ex moitié de Phunky Data, mêle des influences techno, new wave, house ou italo disco depuis ses débuts grenoblois en 1992. Nineties. 25>03>17 LA MACHINERIE MICHAEL MAYER Le crew Omā convie dans ce tout nouveau club (ouvert mi mars), qui s'impose d'emblée comme incontournable par sa programmation alléchante, Michael Mayer, boss de Kompakt, et deux de ses poulains : Sandrino (repéré aussi sur l'excellent label Innervisions) et Rex the Dog, le Londonien jouant live. Soit, encore, un line-up bien fat pour amateurs de techno à tendance minimale (ou pa

Continuer à lire

Ce qu'ils pensent de Jarre

Héritage | Encore pertinent, Jean Michel Jarre ? A-t-il été un passeur, une influence ? On a questionné trois générations de DJs : P.Moore dans le rôle de l'ancien, Kosme dans celui du gars dans le vent, et enfin P.errine pour la jeune garde se faisant ces derniers mois une place de choix dans les clubs de la ville.

La rédaction | Mardi 15 novembre 2016

Ce qu'ils pensent de Jarre

Kosme « Jean Michel, c'est mon inspiration "électronique" à la française ! L'un de mes premiers vinyls ! C'est un avant-gardiste, qui a su impulser de la créativité à une époque où tout était à construire. C'est quelqu'un qui a su perdurer dans le temps et se dépasser année après année, ses shows sont toujours incroyables ! » P.Moore « L'album Oxygène en 1976 : je n'ai pas encore dix ans et c'est LE premier véritable choc musical ! Je n'y connais pas encore grand chose, mais je sens bien qu'il se passe "un truc"... Mis à part quelques singles, ce doit être là le premier album d'une longue collection ! Sa musique donne une image assez datée, très 70's à vrai dire. Mais comme il s'agit d'une période très prolifique artistiquement parlant, son apport ne peut être que réel. Je pense que les précurseurs de la scène électro lyonnaise de l'époque (dont je fais partie) ont tous l'âge pour avoir grandi en écoutant JMJ, donc — même inconsciemment — cela a dû jouer un petit peu dans l'essor actuel. Mais ce n'est pas la principale raison ! Son concert à Lyon a certainement dû influencer nos futurs goûts en matière de fêtes aux scénographies (son, l

Continuer à lire

Insomniaque : trois plans pour vos nuits blanches ce week-end

Clubbing | Trois plans pour vos nuits blanches.

Sébastien Broquet | Mardi 4 octobre 2016

Insomniaque : trois plans pour vos nuits blanches ce week-end

07>10>16 LE SUCRE FUNKINEVEN C'est l'une des bonnes nouvelles de la rentrée : l'arrivée du petit génie de la house qu'est Funkineven aux commandes d'une nouvelle résidence au Sucre. Patron de Apron Records, celui dont le véritable patronyme est Steven Julien s'est affirmé comme l'un des producteurs les plus intéressants de sa génération, mais aussi comme un DJ couvrant tout le spectre de la dance telle qu'on l'entend : avec lui, James Brown peut se caler sur un classique acid house sans heurt. Pour l'accompagner, Brassfoot. Hédonisme. 07>10>16 CAFE GALERIE P.MOORE Le retour de P.Moore, c'est la surprise de ces derniers mois, à l'instar du come-back d'Emmanuel Top : c'est peu dire

Continuer à lire

Nuits Sonores, direction Gerland

Nuits Sonores 2017 | C'est Le Progrès qui révéle l'information ce mardi 30 août, dévoilée en marge d'une visite de Gérard Collomb sur différents chantiers de la ville depuis ce matin (...)

Sébastien Broquet | Mardi 30 août 2016

Nuits Sonores, direction Gerland

C'est Le Progrès qui révéle l'information ce mardi 30 août, dévoilée en marge d'une visite de Gérard Collomb sur différents chantiers de la ville depuis ce matin : la prochaine édition de Nuits Sonores explorera une nouvelle friche industrielle, cette fois-ci du côté dans le quartier de Gerland : l’ancienne usine Fagor-Brandt, dans le 7e arrondissement. « Ce sera effectivement l'un des nouveaux sites pour 2017, les autres lieux étant encore en cours de confirmation » nous a confirmé un membre de l'équipe du festival. Une nouvelle étape dans la vie de Nuits Sonores, succédant au riche cycle passé à Confluence.

Continuer à lire

Clubbing : les 3 soirées de la semaine

MUSIQUES | 26.02.16 Andy Smith Révélé aux platines lors des premières tournées de Portishead (il assurait leurs warm-ups en plein âge d'or du trip hop), (...)

Sébastien Broquet | Mercredi 24 février 2016

Clubbing : les 3 soirées de la semaine

26.02.16 Andy Smith Révélé aux platines lors des premières tournées de Portishead (il assurait leurs warm-ups en plein âge d'or du trip hop), imposé en 1998 par son génial mixe The Document où s'imbriquaient The Spencer Davis Group, Peggy Lee et Tom Jones, Andy Smith est une pointure archi sûre du groove made in England, c'est à dire tous terrains, ultra pointu, total dancefloor : early rocksteady et northern soul en vue pour cette party au Ninkasi où DJ Suspect, autre fondu du 45 tours ultime, est convoqué en renfort. Mod. 27.02.16 P.Moore invite Madben Un sticker made in Détroit pourrait facilement s'apposer sur cette soirée où le revenant P.Moore, adepte de la première heure du son de Motor City, convie au DV1 la (plus si) jeune pousse Madben, solide héritier d'un Garnier qui l'a révélé. Le protégé d'Astropolis ne cesse de franchir les étapes à rythme régulier -

Continuer à lire

Nuits Sonores 2013 - La prog de jour

MUSIQUES | «Nuits Sonores n'est pas un festival de blockbusters». La phrase est de Vincent Carry, le directeur de Nuits Sonores et elle a rarement été aussi appropriée que pour l'édition 2013 du festival, l'équipe d'Arty Farty ayant choisi de rester stable sur ses fondamentaux plutôt que de se lancer dans la course à la surenchère que laissait entrevoir le très solennel dixième anniversaire de l'événement. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Jeudi 24 janvier 2013

Nuits Sonores 2013 - La prog de jour

Ça pour une belle fête d'anniversaire, c'était une belle fête d'anniversaire : de l'édition du bouquin commémoratif 10 ans sans dormir à l'accueil des séminaux New Order en passant par la conclusion de sa programmation nocturne sur un plateau secret, le festival Nuits Sonores a l'an passé mis les petits plats dans les grands au moment de célébrer sa décennie d'existence. A tel point qu'on ne voyait pas bien comment il allait pouvoir poursuivre sa croissance sans verser dans l'excès. Arty Farty nous a ouvert les yeux ce matin : l'édition 2013 de l'événement ne sera ni plus maousse ni plus timide que les précédentes, elle sera dans leur droite lignée, c'est-à-dire urbaine, sélective, éclectique et réflexive. A ceci près qu'elle durera six jours, mitoyenneté calendaire du 8 mai et de l'Ascension oblige.Pour le reste donc, les habitués du festival seront en terrain connu, en tout cas pour ce qui concerne la partie diurne des

Continuer à lire

Souleyman le Magnifique

MUSIQUES | Musique / Pour l'ouverture officielle de sa saison, le Transbordeur propose une soirée riche en bizarreries. À commencer par son intitulé Rising Dawn, qui (...)

Stéphane Duchêne | Jeudi 8 septembre 2011

Souleyman le Magnifique

Musique / Pour l'ouverture officielle de sa saison, le Transbordeur propose une soirée riche en bizarreries. À commencer par son intitulé Rising Dawn, qui sonne un peu comme le nom d'une opération militaire américaine. Ce qui est d'autant plus savoureux que le plat principal en sera du Omar. Syrien le Omar. Blague à part, l'occasion rêvée pour ceux qui ignoraient l'existence du musicien Omar Souleyman de découvrir un véritable phénomène, sosie croisé de Yasser Arafat et Saddam Hussein, avec keffieh, moustache et lunettes noires de bogoss'. Auteur de près de 500 cassettes dans son pays où le mp3 ne s'est pas encore...euh … démocratisé, ce musicien pas vraiment traditionnel, star des souks et des mariages (d'où proviennent la plupart de ses enregistrements) est devenue la nouvelle idole folklorique de l'Occident branché. Grâce en soit rendue aux défricheurs «outre-mondistes» de Sublime Frequencies, label de Seattle capable de vous dénicher une popeuse prodigieuse au fin fond du Myanmar. Depuis, même la sorcière, pardon, la fée Björk, et le NME, magazine british faiseur/défaiseur de tendance musicale, se sont entichés du prodige. Il faut dire que la musique d'Omar Souleyman, qui offre

Continuer à lire

Dance Machines

MUSIQUES | Repères / Avant les Klaxons, la dance music a plusieurs fois chatouillé le rock anglais. Souvent depuis la terre Sainte de Manchester. Exemples. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mercredi 7 mars 2007

Dance Machines

New Order Après Movement (1981) qui répand encore les cendres froides de l'ancien groupe des Mancuniens, Joy Division, New Order se tourne d'un coup vers la vogue de l'électro-pop, une musique glacée et sucrée qui fait frétiller à coups de synthés. La légende raconte qu'une erreur de branchement d'un synthétiseur produisit ce son saccadé caractéristique entendu pour la première fois sur le single Eveything's gone green puis sur le révolutionnaire Blue Monday (1983). Pendant plus de dix ans, New Order réussira l'exploit considérable de faire danser puristes new wave et lecteurs de Sylvia Plath. Avant un retour fracassant (et très rock) en 2001 via Get Ready. Happy Mondays Fin des années 80 : quand ils ne vendent pas toutes les drogues possibles dans les clubs de Manchester, les Happy Mondays occupent leur temps très libre à mélanger tous les morceaux entendus lors de leurs transactions nocturnes. Basse funky, chœurs gospels, guitares pop, voix branleuses, intenables rythmes house ou world, les Mondays se retrouvent aux commandes d'une des plus redoutables machines à groove de l'Histoire. Et passent en un temps record du statut de dealer à celui de leader (avec les Stone Roses

Continuer à lire