Retour vers le futur

De 199C à 199D

Magasin CNAC

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Malgré un marqueur temporel figé, la nouvelle exposition du Magasin intitulée "De 199C à 199D" est in process (comprendre "en cours"). Réactivant certaines de ses œuvres produites dans les années 1990, l’artiste Liam Gillick, en collaboration avec la Session 23 de l’École du Magasin, tente de réinterroger les formes artistiques de la fin du XXe siècle, à travers la notion de curateur. Complexe mais intéressant. Charline Corubolo

Les années 1990 font état d’une rupture dans la société, et spécifiquement en art contemporain. Une vague de jeunes artistes s’est interrogée sur le rôle du curateur dans une exposition, ainsi que sa relation à l’artiste et son audience. La dernière décennie du XXe siècle voit apparaître de plus en plus d’installations, à la matérialité tangible, où le discours réside dans la parole, rendant ainsi l’ensemble immatériel.

C’est dans ce contexte que l’Américain Liam Gillick fait évoluer son œuvre, continuellement à la recherche du sens de et dans l’art. Cette période est également porteuse de renouveau avec le premier programme de formation aux pratiques curatoriales, à Grenoble au Centre national d'art contemporain. L’École du Magasin entend ouvrir le champ de l’exposition et devient la genèse d’une expression muséale repensée.

Flux temporel

Vingt ans plus tard, Liam Gillick revisite ces débats sous plusieurs angles : en réactivant des œuvres des années 1990, en en créant de nouvelles et en proposant une exposition aux sources même de l’émergence d’une formation curatoriale, autrement dit au Magasin. En collaboration avec six étudiantes de la Session 23 de l’école, l’artiste propose de réanimer d’anciennes pièces dans le contexte actuel et fait de l’exposition un espace de réappropriation du temps.

De 199C à 199D, deuxième volet d’une précédente exposition réalisée en 2012 intitulée From 1999A to 199B Liam Gillick, n’est autre qu’un champ d’exploration de l’art et de soi-même. Avec sept discours différents, ils ont tenté d’articuler les œuvres réunies vers une seule et même parole si bien qu’une œuvre trouve un sens commun mais ouvert.

Ainsi, la table Prototype Erasmus Table #2, sur laquelle des prises électriques sont disposées, devient un espace de transfert que chacun doit interpréter : transfert humain, internet, matériel… Et lorsque Liam Gillick met en scène un carton contenant tous les éléments du bureau d’un agent du FBI, il interroge la puissance d’une œuvre : est-ce que créer les conditions de l’état provoque cet état ? À travers une vingtaine d’installations, l’artiste et la Session 23 donnent ainsi des clés pour s’interroger sur les possibilités de l’art et sur la reconsidération d’une histoire passée, sans début ni fin.

De 199C à 199D, jusqu’au 7 septembre, au Magasin

à lire aussi

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 22 avril 2022 Il y a deux ans, on avait découvert le travail de Marion Massip et on avait été plutôt emballés par la poésie qui émane de ses photos du trois fois rien. En effet, (...)
Vendredi 22 avril 2022 Avec l’exposition "Fait main, quand Grenoble gantait le monde" le musée Dauphinois revient sur une aventure locale de prestige international, celle de la ganterie grenobloise. Un parcours remarquable, riche de nombreuses pièces de collection et...
Lundi 28 mars 2022 Formée au Beaux-arts de Kyoto, Martine Rey s’est fait une spécialité de la laque, qu’elle décline de maintes manières ; Pierre Gallais, quant à lui, nourrit (...)
Lundi 28 mars 2022 Ce n’est pas tous les jours que la collection permanente du musée de Grenoble s’enrichit d’une œuvre nouvelle. En l’occurrence, un tableau du XVIIe siècle, signé du trop méconnu Reynaud Levieux, qui a bénéficié pour l’occasion d’un travail...
Mardi 15 mars 2022 Au fusain et à la pierre noire, Séverine Martinez dessine l’enfance. Un style classique et une technique impressionnante, à voir à la 1-10 Galerie, rue Marx-Dormoy à Grenoble.
Vendredi 11 mars 2022 Avec sa série "Gudi Dakar", Mabeye Deme propose une fascinante exploration photographique de la vie nocturne dans les boutiques dakaroises. Un travail remarquable à découvrir à la galerie Ex-Nihilo.
Mardi 15 février 2022 Les amateurs de surréalisme doux pourront éventuellement être séduits par les peintures de Tof Vanmarque exposées à la galerie Hébert. Peuplées de personnages étranges (...)
Mardi 15 février 2022 Autodidacte grenoblois, Nuvish n'a jamais eu jusque-là, dans la cuvette, d'exposition qui lui soit intégralement consacrée. La galerie Alter Art (qui a pour (...)
Mardi 15 février 2022 D’une grande cohérence et formellement très séduisante, la série photographique que Jean-Pierre Saez expose à la galerie Ex Nihilo est le fruit d’une approche conceptuelle qui ne renie pas le plaisir du regard.
Lundi 31 janvier 2022 Intitulée Stencil, une scène engagée, la nouvelle exposition de l’espace Spacejunk réunit des artistes qui ont pour point commun de balancer quelques (...)
Lundi 31 janvier 2022 Avec Yellow Collection, l’espace Vallès ne nous trompe pas sur la marchandise : l’artiste Roland Orépük y expose une série de tableaux dont la géométrie minimale est intégralement construite à partir d’aplats jaunes.
Mardi 18 janvier 2022 Voilà une exposition passionnante pour quiconque s’intéresse un tant soit peu à l’histoire de sa ville et à son urbanisme (tout le monde non ?). Prétextant (...)
Mardi 18 janvier 2022 Tandis que les stations de ski se remplissent (plus ou moins) de touristes, la galerie Alter-Art nous invite à aller voir ce qui se passe en hiver du côté (...)
Mardi 4 janvier 2022 Habitué à coller ses œuvres dans les rues, l’artiste Cobie Cobz expose ses affiches aux messages surprenants à la galerie SpaceJunk. Il se questionne (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X