Fauve : vous avez dit Blizzard ?

Fauve

Summum

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Mis sur orbite par un impressionnant EP baptisé "Blizzard", Fauve a ensuite confirmé à peu près partout sauf sur disque. Au point de faire aujourd'hui la tournée des Zénith, dont le Summum, alors que le deuxième long format du groupe est sorti à l'automne dernier dans l'indifférence générale. Blizzard ? Comme c'est blizzard. Stéphane Duchêne

Quelle étrange trajectoire que celle de Fauve. Démarré par un bouche à oreille en forme de traînée de poudre, d'un public de forcenés diffusant vers la hype puis un plus large horizon médiatique jusqu'au suremballement (un dossier de "une" dans Libération lui a été consacré, mettant tous les cadors de la rédaction à contribution pour analyser le phénomène tout en célébrant mollement son prétendu génie), c'est au moment où le groupe squatte un à un tous les Zénith de France que le soufflé semble être lourdement retombé.

Bien entendu, ces Zénith sont pleins – mais à quelques exceptions près, pas complets (comme à Grenoble). Pourtant, c'est comme s'il y avait eu une sorte de jet-lag entre l'explosion non pas seulement médiatique mais surtout artistique du groupe et cette tournée. Comme si celle-ci avait été réservée un peu tôt par les promoteurs pour se dérouler trop tard. Car là où Fauve a été le plus intéressant – et peut-être était-ce l'attrait de la nouveauté – c'était sur son EP Blizzard qui cinglait vraiment sur le visage. C'est de là que l'emballement, déjà bien entamé dans un cercle d'aficionados, a pris et justement pris.

Queue de comète

Sauf que l'essai ne fut guère transformé sur la longueur d'un album qui, en plus, n'était que le premier chapitre, d'un très long format, Vieux Frères – Partie 1, plus queue de comète de Blizzard, navire amiral où déjà le souffle entrevu tournait à l'essoufflement et les fulgurances à la figure de style. Mais comme nous étions alors au pic de la Fauve mania, cela est passé relativement inaperçu et n'a pas entamé la trajectoire ascensionnelle du Fauve Corp débouchant sur des concerts sold-out en pagaille et rien moins que 20 Bataclan. Inaperçu donc, à peu près comme l'est passée à l'automne la sortie de Vieux Frères – Partie 2.

On nous avait pourtant annoncé ce deuxième volet comme radicalement différent, on n'a eu droit qu'à une nouvelle redite accompagnée d'un léger virage vers le classicisme pop (soit, le chant, pas l'idée du siècle, les concernant) et une confirmation en forme de question : et si pour beaucoup, Fauve n'avait été qu'une passade, l'un de ces coups d'un soir dont un certain nombre de leurs titres déplorent la superficialité et la trivialité ?

L'ivresse a donc laissé place à la gueule de bois et notre "instant crush" au "what the fuck ?". Une fois installé à la maison, l'amant des Nuits Fauves s'est révélé moins glamour, un peu chiant. Ce qu'il avait de touchant est devenu agaçant (on a les qualités de ses défauts) et finalement insignifiant. Fauve nous aura au moins appris une chose – et on peut très bien attendre qu'ils nous le démentent, après tout : il faut se méfier des coups de foudre.

Fauve, vendredi 10 avril à 19h30, au Summum

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 21 janvier 2020 Dans un sublime récit baptisé Croire aux fauves, l'anthropologue Nastassja Martin raconte sa terrible rencontre avec un ours, sa reconstruction physique et psychologique et l'étrange métamorphose qu'elle induit. Un texte infiniment poétique qui est...
Mardi 7 février 2017 De grosses guitares flirtant avec le post-punk, le post-rock, le shoegazing option mur de son, et du spoken word révolté, balancé d'une voix blanche comme (...)
Mardi 6 janvier 2015 On aurait pu continuer d'appeler Fauve : Fauve ≠. Mais d'une, ça commence à être un peu relou ; et de deux, Fauve « = » plus que « ≠ ». Car (...)
Mardi 9 décembre 2014 Les bouquins, DVD et autres CD, c’est bien pour Noël, certes. D’ailleurs, tous les magazines y vont de leur sélection. De notre côté, on a préféré se pencher sur les spectacles et concerts des six prochains mois qui pourront ravir vos proches. Oui,...
Mardi 20 mai 2014 Premier bilan à mi-parcours d’un festival de Cannes pour le moins insaisissable : les filles y ont pris le pouvoir, à commencer par celles de Céline Sciamma, événement de la Quinzaine des réalisateurs, qui pour l’instant éclipse la sélection...
Jeudi 15 mai 2014 "Bande de filles" de Céline Sciamma (sortie le 22 octobre). "Party girl" de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis (sortie le 3 septembre). "White bird in a blizzard" de Gregg Araki (sortie non communiquée)
Mercredi 24 juillet 2013 C’était la soirée la plus attendue du festival, la seule à afficher complet depuis des semaines. Elle a tenu toutes ses promesses, avec un Lescop à l’aise et – surtout – un collectif Fauve électrique. Aurélien Martinez
Vendredi 12 juillet 2013 Tout se passe à Grenoble entre la poire et le fromage et entre kiosque (pour les concerts gratuits programmés à 19 h ou à minuit) et chapiteau. Avec néanmoins (...)
Jeudi 11 juillet 2013 Passé en quelques mois du statut de buzz autogéré à celui de phénomène de foire perpétuellement sold out, le collectif Fauve redéfinit les contours du rock français à coups de spoken word qui se mord la langue. À n'écouter qu'au premier degré....

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X