Noblesse de l'Arlt

Jozef van Wissem + Arlt

La Bobine

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Duo si singulier qu'il parvient à désosser la langue, qui est pourtant un muscle, Arlt invente dans la déconstruction une nouvelle chanson française dont la noblesse est dans la démarche, bancale et incertaine, réaliste et insensée. Stéphane Duchêne

« Ça tremble et tout ce qui tremble est vrai » chantait le duo Arlt sur l'album Feu la figure. Ainsi est la musique d'Arlt : elle tremble et elle est vraie. Elle est vraie parce qu'elle tremble. Parce qu'elle vibre et saute comme un nerf sous la peau, parce qu'elle roule des galoches à la langue française mais sans salive, à sec, comme pour la râper autant que la faire déraper, bien décidée à casser le moule de ce boulet au pied de la chanson française qu'est le (néo-)réalisme.

à lire aussi : Arlt là !

Ses paroles, Sing Sing (Florian Caschera, moitié masculine), les voit comme des riffs de langage. On pourrait tout aussi bien dire des rifts, séparant les phrases, coupant la narration comme on scinderait un continent d'un tremblement. Un art de la découpe et du rafistolage où Arlt manie les vents contraires du souffle, les paradoxes linguistiques et les filouteries de la lo-fi comme personne.

En fait, la langue française intéresse moins le duo que la langue tout court et la musique qu'elle produit. Pas étonnant que le duo chante « Je ne sais plus de quoi on parle, si c'est de la mort qui vient ou bien si c'est du café qui brûle, si c'est de l'amour qui s'en va ou bien de quoi » sur un titre extrait du récent Deableries, intitulé Nous taire un peu.

à lire aussi : De rouille et d'os

Palais

Arlt, c'est donc un peu chanter comme une manière de se taire, de verbaliser le verbeux comme on lui colle une prune, de substituer le « o » de « sons » au « e » de « sens », de dessiner « sans [les] bras » avant de signifier, de faire de l'énonciation non pas d'un confort ou d'une pratique mais quelque chose d'aussi impraticable que leur nom, une manière d'aller à l'essentiel en marchant sur le fil du superflu.

Quant à faire tenir cela ensemble, c'est tout un ar(l)t évidemment qui fait la noblesse d'Arlt. À ce sujet, l'inénarrable écrivain Christian Laborde, auteur du dernier roman censuré en France (L'os de Dionysos, 1987), d'ouvrages sur Bernard Hinault et Lance Armstrong, poète slammeur, performer, biographe, ami et imitateur perpétuel de Claude Nougaro, répète très souvent que « la noblesse est dans la bouche car elle est couverte d'un palais ».

Mais la bouche aussi noble et belle soit-elle, Arlt le sait, est aussi le royaume des bactéries, vibrantes et grouillantes. La langue en tant qu'organe, à la fois sensuelle et repoussante et en tant que système linguistique, le siège de la poésie comme des pires saloperies.

à lire aussi : À la Arlt

Si bien qu'avec ses chansons en guenille empreinte de la grâce aristocratique des "hobos", Arlt fait office de cour des miracles autant que de miracle de cour. Gravissant et dévalant en un mouvement perpétuel les marches tremblantes du palais.

Arlt + Josef Van Wissem, vendredi 13 novembre à 20h30 à la Bobine

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Dimanche 5 juin 2022 Rodolphe Burger, Loïc Lantoine et Isabel Sörling (entre autres), qui jouent gratuitement dans le cadre ultra intimiste d’une cour d’immeuble : c’est la quatrième édition du Grand Rendez-vous du 10, festival imaginé par l’association Osez Chenoise. 
Mardi 6 octobre 2020 On s’en approche de plus en plus. En 1973, le film post-apocalyptique de Richard Fleischer apparaissait comme une dystopie du même acabit que La Planète (...)
Mercredi 16 septembre 2015 Il y aura du monde les prochains mois dans les différentes salles de l'agglo grenobloise, dont beaucoup de très bons musiciens. Comme Jay Jay Johanson, Kraftwerk, Christophe, The Jon Spencer Blues Explosion, Socalled...
Jeudi 5 mars 2015 Déroute intégrale pour Neill Blomkamp avec ce blockbuster bas du front, au scénario incohérent et à la direction artistique indigente, où il semble parodier son style cyberpunk avec l’inconséquence d’une production Luc Besson. Christophe Chabert
Mercredi 30 octobre 2013 Il le dit lui-même : c’est un « monstre » dont il va accoucher, et comme souvent dans ces cas-là, l’accouchement n’est pas facile ! L'écrivain (mais pas (...)
Mardi 29 janvier 2013 On avait découvert Arlt avec le bien nommé La Langue, où celle-ci – organe comme idiome – était travaillée à la laine de verre d'une drôle de chanson française, (...)
Vendredi 7 septembre 2012 Depuis le temps – 20 ans de carrière quand même ! – on aurait pu se lasser de Dominique A. De sa production métronomique, du fait qu'il ne cultive pas la (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X