Le Vercors Music Festival côté coulisses

« La création du Vercors Music Festival est née d’une double opportunité. Je savais que le réseau Spedidam [une société de perception et de répartition des droits des artistes-interprètes – NDLR] était en train de s'agrandir. Et j'étais par ailleurs au courant que la communauté de communes du Massif du Vercors était à la recherche d'un événement culturel pour sa saison d'été. Il m'a semblé important de faire se rencontrer ces deux aspirations. » Voilà comment Jean-Philippe Bruttmann, musicien et surtout programmateur du festival depuis sa création en 2015, nous explique la naissance du Vercors Music Festival.

à lire aussi : Vercors Music Festival : nos cinq coups de cœur

« Le réseau des festivals labellisés "Réseau Spedidam " représente 13 festivals en 2017 sur l'ensemble du territoire français. Pour mettre en œuvre chacun des événements du réseau, une équipe de production accompagne chaque association locale pour développer le projet de A à Z afin d'en faire un événement d'envergure nationale » – extrait du site web dudit réseau, qui a donc pour vocation de voir naître des festivals partout en France, notamment sur les territoires qui en sont dépourvus.

D’où le fait que dès sa première édition, le Vercors Music Festival ait envoyé du lourd en programmant des grosses têtes d’affiche (Yael Naim et Moriarty notamment) pas forcément accessibles financièrement pour un débutant. Et d’où le fait qu’il ait grandi au fil des ans, pour être aujourd’hui à cinq jours. Jean-Philippe Bruttmann : « Pour installer un festival, il faut des dizaines d'années. Dans cette période un peu compliquée, l'idée a été de donner une force de frappe et une visibilité nationale immédiates. » C’est réussi vu l’affiche de cette édition 2017, ce qui va sans doute assurer la pérennité du festival – surtout que la Spedidam va diminuer progressivement ses aides pour finalement arriver au même niveau que des festivals hors réseau.

Pour info, le budget de cette édition 2017 est de 515 000 euros, dont 105 000 arrivant de la Spedidam, 90 000 de subventions émanant des collectivités territoriales, 40 000 venant de partenaires privés et 280 000 de recettes propres (billetterie et bar).

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter