"Call Me By Your Name" : beaucoup de bruit pour rien

Call Me By Your Name
De Luca Guadagnino (Fr-It, 2h1) avec Armie Hammer, Timothée Chalamet...

de Luca Guadagnino (Fr-It-ÉU-Bré, 2h11) avec Armie Hammer, Timothée Chalamet, Michael Stuhlbarg…

Italie, dans la moiteur de l’été 1983. Elio traîne ses 17 ans entre son piano, ses doctes échanges avec ses parents et un flirt avec Marzia. L’arrivée du nouveau doctorant de son père, Oliver, le met étrangement en émoi. D’abord distant, celui-ci se montre aussi sensible à ses appâts… Cette roublardise de moine copiste, aux forts relents de Maurice, Chambre avec vue, Mort à Venise entre autres films avec éphèbes torse nu et/ou James Ivory au générique et/ou Italie vrombissante de cigales, a beaucoup fait parler d’elle dans tous les festivals où elle a été distillée depuis un an même Hugh Jackman a succombé à son charme.

Ah, c’est sûr que Luca Guadagnino ne lésine pas sur les clichés pour fédérer dans un même élan les publics quadra-quinqua (indécrottables nostalgiques, toujours ravis qu’on leur rappelle leur adolescence) et gays (jamais contre une idylle entre deux beaux gosses, dont un façon Rupert Everett blond) ; au point que ressortir du film sans avoir Love My Way des Psychedelic Furs gravé dans le crâne, ni le désir d’un bain de minuit en mini-short, relève de l’exploit. Mais que de superficialité, que de prétextes et d’auto-contemplation satisfaite pour diluer un argument de court-métrage !

Car la romance entre Elio et Oliver se révèle assez ordinaire. Cette première amourette d’ado ne se heurte à aucune impossibilité extérieure : au contraire, la famille intello et libérale d’Elio considère avec bienveillance leur relation. Et si la séparation est vécue comme un immense dramuscule par ce petit égoïste, c’est qu’il s’agit de la seule écharde dans sa vie douillette. Donnant parfois l’impression de vouloir contrefaire jusqu’au vertige et au moindre costume l’époque de narration, Guadagnino laisse planer un doute un peu malsain sur des marques affectant le corps d’Oliver (une allusion au sida, qui commençait alors sa terrible hécatombe ?) et se montre surtout bien plus timoré que les cinéastes d’il y a trente ans (notamment Marco Bellocchio dans Le Diable au corps) au moment filmer les étreintes charnelles. Trop poli, Call Me By Your Name est long et morne comme une méridienne sans bain.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 29 janvier 2019 Quand une entreprise de télé-marketing prolifère sur une traite humaine d’un genre nouveau… Pour son premier long-métrage bouillonnant d’inventivité formelle, le rappeur états-unien Boots Riley imagine un business no limit dans une société...
Lundi 9 janvier 2017 Dans la Virginie du XIXe siècle, un esclave éduqué devenu prédicateur puise dans la Bible les arguments convaincant ses frères de chaîne de les briser. Le destin tant tragique que méconnu de Nat Turner inspire à l'acteur et réalisateur...
Mardi 6 janvier 2015 De John Boorman (Ang, 1h55) avec Callum Turner, Caleb Landry Jones…

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X