The French Bastards en cinémascope

Jazz / Né en 2016 autour des compositions de Jc Prince, le trio grenoblois The French Bastards s’apprête à fêter son tout nouvel album en grande pompe (au moins du 45), avec deux concerts très attendus entre Isère et Rhône.

En six ans et déjà quatre galettes, le répertoire du groupe a mûri de belle manière, biberonnant son jazz à géométrie variable d’influences aussi variées qu’assumées, entre rock, pop, electronica et classique. Après Late bloomer en 2017, New tales of music en 2018 puis A glimpse of our hell en 2019, Cinéma confirme l’appétence du trio pour les bandes originales de films, fussent-elles imaginaires. Le caractère cinématographique des morceaux tient sans nul doute dans leur construction, dans la façon dont le thème central est à chaque fois traité au service d’une ambiance évocatrice nouvelle. L’album vous attrape par l’oreille pour mieux vous balader au fil d’une trame qui déroule son lot d’émotions, de sentiments, de ressentis, sur lesquels on mettrait aisément des images. Entre love theme, course-poursuite, grands espaces et suspense, chaque titre de Cinéma sonne comme une scène d’un même long-métrage. Pianiste-compositeur-arrangeur aux nombreuses influences, Jc Prince explique : « Ce nouvel album est une sorte d’éventail de propositions musicales, tantôt abordées de manière très classique, façon trio acoustique, tantôt de manière plus electro via des programmations de synthétiseurs. »

Syncopé

Déployant un jazz très actuel, avec ses accents pop et son breakbeat syncopé, The French Bastards évolue dans la mouvance du trio mancunien GoGo Penguin, sur des pistes défrichées par Avishai Cohen, The Bad Plus, Brad Mehldau ou le regretté Esbjörn Svensson Trio. Précédées d’une résidence à la Bobine, les séances d’enregistrement ont réuni autour de Jc Prince (claviers), Augustin Garnier (batterie / machines) et Laurent Fabbri (basse / synthés) trois invités : Aurélie Dabre au chant, Jean Guillaud au violon et Nicolas Lapierre au violoncelle. Sur l’écran noir de nos nuits blanches, The French Bastards livre un album riche et maîtrisé : Cinéma est une vraie réussite. Afin d’honorer comme il se doit l’arrivée du nouveau-né, le trio propose une release party en deux temps, laquelle débutera sur la scène L’Ilyade le 15 avril. Ceux qui auraient aquaponey ce jour-là se rattraperont à l’occasion du Jazz Day, puisque le groupe remettra le couvert le samedi 30 avril au Ninkasi Vaise, à Lyon.

The French Bastards vendredi 15 avril à L’Ilyade (Seyssinet-Pariset), entrée libre

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 9 mai 2022 Trois ans après sa dernière “édition normale“, le Festival du cinéma italien de Voiron est enfin de retour au printemps en salle. Avec un programme dense, des invités et… sa désormais célèbre pizza géante. A tavola !
Vendredi 22 avril 2022 La Cinémathèque de Grenoble propose une visite guidée passionnante sur les traces des anciennes salles obscures du centre-ville. Place Grenette, avenue Alsace-Lorraine, rue de Palanka… une petite promenade instructive mêlée d’anecdotes amusantes.
Mardi 1 mars 2022 Dans le cadre de son luxuriant cycle "L’invitation au voyage", la cinémathèque de Grenoble propose de découvrir deux perles rares amplement passées inaperçues à leur sortie : "Les Naufragés de l’île de la Tortue" de Jacques Rozier, et...
Mardi 1 mars 2022 Après deux années calamiteuses pour l’exploitation cinématographique, les festivals thématiques disposent d’un bénéfice collatéral bienvenu : ils peuvent composer (...)
Mardi 4 janvier 2022 De toutes les idoles féminines de la Nouvelle Vague, elle est celle dont l’aura a toujours été accompagnée d’un mystère aussi paradoxal qu’insondable ; celle aussi qu’une mort prématurée aura vitrifiée dans ses légendes précoces et successives, à...
Mardi 4 janvier 2022 Le Maudit Festival est l’un des rendez-vous incontournables de la cinéphilie grenobloise, avec une sélection pointue de films qui ne laissent personne indifférent. Pour cette édition, l’équipe du festival a choisi pour thème l’onirisme, entre rêves...
Mardi 16 novembre 2021 Après quatre années d’absence, le Cinéma de quartier des Barbarins Fourchus revient à la Salle Noire pour deux séances exceptionnelles, le temps de mettre en lumière deux œuvres hors-normes et insensées venues respectivement de Hong Kong et du...
Mardi 2 novembre 2021 Après les expédients (efficaces) imaginés l’an passé pour réduire l’impact de la pandémie sur son activité, retour aux fondamentaux pour l’association Dolce Cinema. (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter