Grenoble, laboratoire du virage urbain de Rocky Pop

Hôtel et plus / La déco bardée de codes eighties est top, les pizzas sont bonnes, le bar est sympa avec une programmation de concerts et d'événements : bienvenue au Rocky Pop, troisième du nom, et premier test urbain de l'enseigne.

Le Rocky Pop coche tous les codes branchés : un fleuriste et un atelier/loueur de vélos sur la rue, un bar avec programmation de concerts, blind tests, événements friperie, des jeux vidéo rétro, des baby-foot, et dans le jardin un boulodrome. Côté resto, on est sur une brasserie classique, avec pizzas de 10€ à 14€ (la pâte est vraiment délicieuse). On oublie vite qu’on est en fait dans un hôtel, l’établissement comptant 109 chambres de deux à six personnes. Après Chamonix et Flaine, en Haute-Savoie, Grenoble est l’établissement test du virage urbain de Rocky Pop. « On reste proche de nos bases pour commencer notre développement », explique Romain Trollet, président fondateur de l’enseigne. « On a adoré Grenoble, elle a beaucoup à offrir et il n’y a pas vraiment de lieu équivalent. C’est un peu une belle endormie. » La déco ultraléchée est des plus séduisantes, avec son style années 80 (sol carreaux blancs et noirs, têtes de dinosaures accrochées aux murs, librairie gratuite, toilettes flamants roses), et instagrammable à souhait, avec même un photocall humoristique dédié dans l’entrée. En lieu et place de l’ancienne résidence Citadines, après une année de travaux, le Rocky Pop booste déjà la rue de Strasbourg. L’hôtel conçu comme « un véritable lieu de vie » attire déjà les foules, fort de son idée de mixité de fréquentation, des professionnels en déplacement aux familles, en passant par les locaux désireux de boire un verre. Pour le découvrir, on vous recommande le 8 décembre : le groupe Mr Bosseigne sera de passage au bar.

Rocky Pop 9-11, rue de Strasbourg

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Guide Urbain...

Lundi 9 mai 2022 Déjà en terrain conquis lorsqu’on entend pâtes fraîches fabriquées sur place, alors imaginez quand ce savoir-faire est offert en continu à la vue d’une clientèle (...)
Vendredi 22 avril 2022 Empreint d’une aura vintage, flashback des eighties, le bob a reconquis podiums et dressings de modeuses. Vraisemblablement, le couvre-chef (...)
Mardi 12 avril 2022 Quelque peu dissimulé au cœur du quartier de l’Alma, l’ancien couvent des Minimes s’apprête à devenir un espace foisonnant du centre-ville, entre coworking, habitat et pôle culturel. Un projet social et expérimental porté par deux Grenoblois.
Lundi 4 avril 2022 Travailleurs, forces de l’ordre, fêtards, établissements culturels et festifs, riverains… Lundi 21 mars, des dizaines d’acteurs de la nuit étaient réunis en mairie pour entendre le résultat de six mois d’enquête sur la nuit à Grenoble.
Lundi 14 mars 2022 Il faut monter 33 fois la Bastille pour équivaloir au sommet de l'Everest. Certains vont s'y atteler, ce week-end.
Lundi 14 mars 2022 Ne vous fiez pas au nom de cette enseigne, ni à la relative nonchalance de ceux qui la font tourner. Le Trankilou est une affaire qui marche et Samuel, (...)
Lundi 14 mars 2022 Alors qu’elle aurait pu rouvrir son restaurant Athanor fin mai 2021, Sonia a décidé de laisser le rideau fermé. À la place, la Grenobloise ouvre un glacier (...)
Mardi 15 février 2022 Une esquisse très graphique sur le mur, une dose outrecuidante d’orange, une petite pile de magazines à disposition, un rideau dans l’esprit seventies (...)
Mardi 15 février 2022 Il ne faudra pas prolonger le before outre mesure ces soirs-là sous peine de se faire refouler fermement à l’entrée. Pour sa réouverture (pardon, sa (...)
Mardi 15 février 2022 À l’âge de 5 ans, Mathieu Renouard avait déjà pris sa décision : plus tard, il serait cuisinier. « Quand on allait au restaurant avec mes parents, (...)
Lundi 31 janvier 2022 À ses débuts en janvier 2021, la Centrale jardinerie était un site internet offrant une jolie proposition végétale consultable en un clic. À défaut d’avoir un (...)
Mardi 18 janvier 2022 Si la marque Belle de Jupe est née en 2018, elle n’est grenobloise que depuis un an : « De Paris, j’ai décidé de revenir dans ma région (...)
Mardi 18 janvier 2022 "Narvalo", "tchoukar", "maramé" : si vous avez déjà entendu ces termes, pas de doute, vous êtes bel et bien grenoblois. Un argot de la rue, bien spécifique à la (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter