Tonnerre sous les tropiques

ECRANS | Des acteurs égocentriques tournent un film de guerre opportuniste, mais la fiction est dépassée par la réalité. Un jeu de massacre satirique et hilarant signé Ben Stiller. Christophe Chabert

François Cau | Lundi 13 octobre 2008

C'est le genre de folie que s'offre Hollywood de temps en temps. Steven Spielberg et John Mac Tiernan l'avaient fait avec 1941 et Last action hero, et l'avaient payé cher. Beaucoup prédisaient la même chose à Tonnerre sous les tropiques… Non seulement Ben Stiller a sauvé sa peau au box-office mais il va être difficile de faire comme si cette tornade hilarante n'existait pas la prochaine fois qu'on nous refourguera une superproduction débile. Mettre à nu les câbles énormes derrière le cinéma américain pour s'en moquer et moquer, au passage, le pays qui l'abrite : voilà le projet de ce blockbuster parodique. Tonnerre sous les tropiques est l'adaptation d'un livre sur le viet-nam retraçant l'expérience de Four-leaves, revenu du merdier avec deux mains en moins. Pour interpréter les membres de son commando, on a réuni un yakayo en perte de vitesse (Stiller), un comique héroïnomane (Jack Black, célèbre grâce à La famille Prout !), un acteur australien adepte de la Méthode (Robert Downey Jr, qui s'est fait dépigmenter la peau pour jouer un sergent noir), une vedette de la pub ayant pris comme pseudo Alpa Chino (Brandon Jackson) et un geek puceau (Jay Baruchel). Le tournage est un naufrage, les caprices des vedettes et l'incompétence du réalisateur font exploser le budget. Du coup, rien de tel qu'une vraie guerre pour remotiver ces tocards égocentriques.

Tempête du désert intellectuel

Attaquant à la kalachnikov les codes du film de guerre, mais aussi tout ce qui relève de l'arnaque hollywoodienne (notamment les rôles d'handicapés pour gagner un oscar), Stiller tricote aussi un commentaire mordant sur l'actualité politique : Four-Leaves, patriote bidon et mythomane, est un mélange de Bush et de MacCain, mais le souci égalitaire du blanc envers le noir — en fait une enfilade de clichés racistes, en dit long sur le soutien d'Hollywood à Barack Obama. Personne ne sort donc indemne de ce jeu de massacre, carnaval de personnages aux identités brouillées au-delà de leur rôle à l'écran, sauf le cinéma de Stiller. Car Tonnerre sous les tropiques est une proposition brillante qui critique les écrans de la télé, du clip et de la pub en les intégrant au cœur même de son intrigue. Comme si une guerre des images se jouait derrière cette vraie-fausse guerre… Une VHS brandie comme un trophée par un chef de guerre de dix ans suggère d'ailleurs que la seule arme de destruction massive, ce sont les produits frelatés de l'usine à rêves. Mieux vaut en rire !

Tonnerre sous les tropiques, de et avec Ben Stiller (EU, 1h48) avec Robert Downey Jr, Jack Black…

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

While we’re young

ECRANS | Après "Frances Ha", Noah Baumbach continue d’explorer le New York branché et sa bohème artistique, transformant la pièce d'Ibsen "Solness le constructeur" en fable grinçante et néanmoins morale où des bobos quadras se prennent de passion pour un couple de jeunes hipsters. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 21 juillet 2015

While we’re young

Quarante ans, toujours pas parents ; Josh et Cornelia (couple inattendu mais crédible formé par Ben Stiller et Naomi Watts) sont en pleine crise. Tandis que leurs amis bobos new-yorkais s’assurent une descendance, eux semblent frappés de stérilité. Celle-ci n’est pas seulement sexuelle, elle est aussi créative, en particulier pour Josh, en galère pour terminer un documentaire fleuve qui, manifestement, n’intéresse que lui. Jusqu’au jour où ils rencontrent Jamie et Darby – Adam Driver et Amanda Seyfried, prototypes de hipsters ayant fait de la bohème une règle de vie. À leur contact, Josh et Cornelia trouvent une seconde jeunesse, revigorés par ce couple qui semble vivre dans un présent perpétuel. Noah Baumbach se livre alors à une comédie de mœurs contemporaine, même s’il s’inspire très librement d’une pièce vieille d’un siècle – Solness le constructeur d’Ibsen. Le ton y est mordant et le monde actuel en prend pour son grade : tandis que Josh se débat avec son portable, ses CD et son appartement design, Jamie ne jure que par les vinyles, les VHS et le mobilier vintage. La jeunesse s’empare des objets ringards de ses aînés et les rends hype et désirables, y com

Continuer à lire

La Vie rêvée de Walter Mitty

ECRANS | Ben Stiller passe à la vitesse supérieure en tant que réalisateur avec ce modèle de comédie romantique d’une classe visuelle permanente, où il s’agit de faire d’un héros du quotidien le vestige d’une époque en train de disparaître. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 17 décembre 2013

La Vie rêvée de Walter Mitty

Que se serait-il passé si Walter Mitty, plutôt que d’envoyer un poke sur un site de rencontres à sa collègue de bureau, l’avait simplement abordée dans la vraie vie ? Rien d’exceptionnel sans doute, et c’est sur ce gouffre initial que se bâtit toute l’ampleur romanesque mais aussi toute la philosophie de La Vie rêvée de Walter Mitty, cinquième film de Ben Stiller derrière une caméra, le plus abouti, le plus étonnant aussi. Mitty, que Stiller incarne avec un sens exceptionnel du tempo qu’il soit comique ou dramatique, est un monsieur tout le monde tel que Capra aimait les peindre. De Capra à Capa, il n’y a qu’un pas que le film franchit en le faisant travailler au service photo de Life, institution de la presse américaine sur le point de déménager en ligne, décision prise par une bande d’idiots cravatés et barbus – c’est tendance – entraînant le licenciement d’une partie des salariés. Mitty doit gérer l’ultime couverture du journal, réalisée par un photographe légendaire et solitaire, lui aussi aux prises avec la grande mutation du XXIe siècle : il refuse le numérique et n’aime que l’argentique. Sauf qu’il

Continuer à lire

I’m still here – the lost year of Joaquin Phoenix

ECRANS | De Casey Affleck (EU, 1h47) avec Joaquin Phoenix, Ben Stiller…

François Cau | Mardi 12 juillet 2011

I’m still here – the lost year of Joaquin Phoenix

Dans la foulée du tournage de Two Lovers, Joaquin Phoenix craque, renonce à sa carrière d’acteur pour se lancer dans le hip-hop, en dépit d’un manque criant de talent dans cette discipline, et de la dépression qui semble le dévorer peu à peu. On le sait à présent, tout cela n’était qu’un canular, confectionné avec la complicité de Casey Affleck, beau-frère de Phoenix. On peut applaudir la performance de l’acteur, qui sera resté plus d’un an dans un rôle qu’on devine lourdement destructeur. On peut aussi se demander, face au résultat final, si le jeu en valait vraiment la chandelle. En fait de scènes trash (Joaquin prend plein de drogues, fréquente des prostituées, a un ego surdimensionné…), I’m still here accumule les clichés ronflants sur le star-system et n’en dit rien, s’enfonçant dans une sombre entreprise de voyeurisme autour d’une star échouée dans une dérive sans sens. Les seules scènes qui fonctionnent sont celles où Phoenix voit son déclin se refléter dans les yeux de ses interlocuteurs : qui d’un Ben Stiller moqué de façon gênante alors qu’il venait lui proposer un rôle dans Greenberg, d’un Puff Daddy effondré à l’écoute de ses pathétiques bandes démo

Continuer à lire