De vrais mensonges

ECRANS | De Pierre Salvadori (Fr, 1h45) avec Audrey Tautou, Sami Bouajila, Nathalie Baye…

François Cau | Jeudi 2 décembre 2010

Quand un cinéaste qu'on aime rate un film, ça ne remet pas en cause l'estime qu'on peut avoir pour son travail. C'est le cas de Salvadori avec De vrais mensonges, où l'on retrouve ce qu'on apprécie d'ordinaire chez lui — une écriture rigoureuse et un regard doux-amer sur des personnages à côté de leurs pompes — mais comme joué par un orchestre aux instruments déréglés. La théâtralité des situations et des dialogues n'est assumée qu'à moitié (par exemple, le choix de décors naturels renvoie à un réalisme hors sujet), l'humour ne fonctionne jamais et le film est plombé par un cruel manque de rythme mal camouflé par un montage hystérique. Quant aux acteurs, si Nathalie Baye est à l'aise en mère déprimée virant femme cougar, Bouajila adopte d'incompréhensibles airs de tragédien et Tautou se perd dans des mimiques qui enlèvent toute spontanéité et tout naturel à son jeu. Un coup d'épée dans l'eau, surtout après l'excellent Hors de prix. CC

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter